Navigation – Plan du site

AccueilNuméros11DossierDe la moralisation du livre jeune...

Dossier

De la moralisation du livre jeunesse à sa consécration littéraire : l’émergence d’un sous-champ international

From Campaigns to Improve the Moral Standards of Children’s Books to their Literary Consecration : The Emergence of an International Sub-Field
Delia Guijarro Arribas
Traduction(s) :
From Campaigns to Improve the Moral Standards of Children’s Books to their Literary Consecration: The Emergence of an International Sub-Field [en]

Résumés

Cet article retrace la genèse et le développement d’un sous-champ transnational puis international de la littérature jeunesse depuis 1945. Dans l’après-guerre, la littérature jeunesse était au cœur des débats sur la moralisation et la protection de la jeunesse. En s’appuyant sur la légitimité de ces discours moralisateurs, certaines personnalités s’associèrent pour construire à l’international trois institutions culturelles – la Bibliothèque internationale pour la jeunesse de Munich (1949), l’International Board on Books for Young People (1951) et la Foire internationale du livre jeunesse de Bologne (1965). Les objectifs de ces trois institutions convergèrent rapidement vers la promotion et la valorisation du livre jeunesse. L’article examine dans un premier temps ces trois institutions et le réseau commun de personnalités qui en fut à l’origine, avant d’analyser dans un second temps l’évolution des mécanismes internationaux de distinction et de marquage de la littérature jeunesse.

Haut de page

Texte intégral

Fig. 1

Fig. 1

Illustration du conte « Le Rossignol » par Edmond Dulac, dans Andersen Hans-Christian (1911). La reine des neiges et quelques autres contes. Paris, H. Piazza, p. 94.

Source : Gallica, Bibliothèque nationale de France.

1Les débats de l’après-guerre sur la littérature jeunesse ont systématiquement opposé les « bonnes lectures », estimées pédagogiques et moralisatrices, aux « mauvaises lectures », jugées divertissantes, voire violentes ou indécentes. L’arrivée des illustrés américains en Europe dans l’entre-deux-guerres avait déjà suscité une première vague de réactions (Crépin 2001), en particulier contre le Journal de Mickey, mais c’est bien au lendemain de la Seconde Guerre mondiale qu’on observe la structuration simultanée, dans de nombreux pays occidentaux, de mouvements de moralisation des lectures des jeunes. En France, ces derniers furent à l’origine de la Loi du 16 juillet 1949, qui instaura un contrôle a posteriori des publications pour la jeunesse selon un principe de responsabilité qui encourageait les éditeurs à l’autocensure (Crépin 2001). En Belgique, une loi calquée sur la loi française fut débattue sans être adoptée. Le Conseil de littérature de jeunesse, créé à l’initiative de Jeanne Cappe en 1948, et sa revue Littérature de Jeunesse (1949-1976) se donnaient la mission d’orienter vers les « bonnes lectures » (Durand & Habrand 2018 : 301). Aux États-Unis, au Canada et au Royaume-Uni, ces mouvements déclenchèrent de vifs débats tant dans les sociétés civiles qu’au sein des chambres parlementaires (Gabilliet 1999a, 1999b). Ils ne furent pas moins influents en Espagne, où le régime franquiste créa la Junta Asesora de la Prensa Infantil en 1952, qui définissait très précisément la manière dont les œuvres destinées aux enfants et aux adolescents devaient être rédigées et illustrées, selon des critères à la fois religieux, éducatifs, patriotiques et littéraires (Cedán Pazos 1986 : 55-59 ; Fernández López 2000 : 244). Ces contextes communs – bien que portés par des enjeux nationaux spécifiques – favorisèrent les rapprochements entre certains acteurs de ces mouvements qui formèrent bientôt un réseau transnational et translinguistique pour la reconnaissance de la littérature jeunesse comme un genre littéraire et éditorial.

2Ce réseau transnational, qui précéda dans la plupart des cas la formation de sous-champs nationaux de l’édition jeunesse, c’est-à-dire la formation d’espaces ayant un enjeu propre et connaissant un certain degré d’autonomie au sein du champ éditorial (Heilbron & Sapiro 2008 : 40), constitue pourtant un angle mort des recherches sur l’édition ou sur la littérature jeunesse. Malgré les articles programmatiques de Jean-Claude Chamboredon et Jean-Louis Fabiani sur les livres pour enfants (1977), puis les travaux en sociologie de la littérature sur les réseaux intellectuels transnationaux (Sapiro et al. 2018) et les rapports de force entre littératures nationales (Casanova 1999, Heilbron 1999, Heilbron & Sapiro 2002), la sociologie n’a jamais abordé les dimensions transnationale et internationale de la littérature jeunesse.

3Cet article vise précisément à analyser ce réseau transnational d’acteurs mobilisés pour la moralisation des lectures des jeunes, à la croisée d’un contexte global de guerre froide et d’enjeux nationaux spécifiques, ainsi que sa transformation progressive, au cours de la seconde moitié du xxe siècle, en un sous-champ international de la littérature jeunesse, avec un capital et des instances de consécration spécifiques qui lui garantissent une relative autonomie vis-à-vis des États-nations ou des marchés (Sapiro 2013 : 84). Ce réseau transnational fut à l’origine de la création, entre 1949 et 1965, de trois institutions culturelles pour la valorisation et la promotion de la littérature jeunesse à l’international : la Bibliothèque internationale pour la jeunesse de Munich (1949), l’International Board on Books for Young People (IBBY, 1951) et la Foire internationale du livre jeunesse de Bologne (1965). Ces institutions sont encore aujourd’hui les trois principales instances de consécration au sein du sous-champ international de la littérature jeunesse.

4Le présent article examine dans un premier temps l’origine commune de ces trois institutions, en s’appuyant sur les rapports existants des congrès tenus par l’IBBY depuis 1952 et conservés à l’université d’Innsbruck. Ces institutions acquirent très tôt un pouvoir de consécration littéraire, en s’appuyant sur des prix dont l’objectif affiché était d’orienter les prescripteurs vers les lectures dites de qualité. L’analyse et la comparaison de bases de données constituées à partir de ces prix littéraires nous permet d’identifier dans un second temps l’évolution des rapports de force entre langues, pays et maisons d’édition à l’international, et ainsi de mesurer le degré d’autonomie du sous-champ international de la littérature jeunesse.

1. Du réseau transnational au sous-champ international de la littérature jeunesse

1.1. Un unique réseau transnational à l’origine de trois institutions

5La journaliste allemande Jella Lepman (1891-1970) est à l’origine de la fondation de la Bibliothèque internationale pour la jeunesse de Munich, inaugurée en 1949. Elle occupait par ailleurs un poste dans la section féminine du Parti Démocrate Allemand. Juive de confession, elle s’exila à Londres dans les années 1930, puis elle retourna dans l’Allemagne occupée de l’après-1945 en tant que consultante auprès de l’armée américaine sur les questions d’éducation (Lepman 2002). C’est dans ce contexte qu’elle organisa une exposition itinérante de livres jeunesse allemands et étrangers dans la zone d’occupation américaine. Il n’est pas étonnant que le gouvernement américain ait soutenu l’activité de Jella Lepman car le livre pour la jeunesse était devenu dans le contexte de l’après-guerre « l’objet d’un combat entre les deux blocs qui se faisaient face » (Mollier 2016 : 13). Le succès de ce projet l’encouragea à promouvoir la fondation d’une bibliothèque internationale pour la jeunesse, logée au Château de Blutenburg, dans la banlieue de Munich, qui aurait deux missions principales : la valorisation et la prescription des « bonnes lectures » moralisatrices pour la jeunesse, et la conservation de cette littérature jeunesse « internationale » dans un but patrimonial. Pour ce faire, elle compta sur l’appui de certaines personnalités et institutions, comme l’écrivain allemand Erich Kästner (1899-1974), dont elle était très proche, mais aussi Eleanor Roosevelt (1884-1962) ou la Fondation Rockefeller. Jella Lepman semblait ainsi parfaitement intégrée au réseau transnational occidental des élites économiques et intellectuelles.

  • 1 Face à ces critiques, les États-Unis lancèrent en 1949 les petits livres d’or afin d’exporter une p (...)

6En 1951, deux ans après la création de la bibliothèque, Jella Lepman invita une soixantaine de personnalités (auteur·rice·s, illustrateur·rice·s, éditeur·rice·s, libraires, critiques, pédagogues et autres intellectuel·le·s issu·e·s de différents pays) à participer à un congrès international au sein de la bibliothèque autour du thème « Comprendre l’international par les livres jeunesse ». En conclusion du congrès, tou·te·s les participant·e·s s’accordèrent sur la nécessité de promouvoir une coopération intellectuelle internationale autour des livres jeunesse. Jella Lepman proposa alors la création d’une association indépendante de la Bibliothèque internationale de Munich, appelée « International Board on Books for Young People » (IBBY). Un comité fut donc constitué dont la tâche principale était d’organiser une première rencontre. Le comité était présidé par l’éditeur suisse Hans Sauerländer qui obtint le soutien financier du Gouvernement suisse et de la fondation suisse Pro Juventute pour l’organisation de la rencontre à Zurich en octobre 1953. Les principaux débats du congrès se centrèrent autour de l’arrivée en Europe des comics américains et de la nécessité d’orienter la jeunesse vers les « bonnes lectures »1. La création du Prix Hans-Christian Andersen décerné par l’IBBY fut suggérée comme un moyen de distinguer des livres « de qualité » récemment publiés. Le congrès de 1953 réunit un vaste public, avec plus de deux cents personnes présentes. Parmi eux, il est important d’évoquer Enzo Petrini, professeur de l’université de Florence, qui deviendra un acteur essentiel de la création de la Foire internationale du livre jeunesse de Bologne, troisième institution clé du sous-champ international de la littérature jeunesse.

7En 1956 eut lieu le congrès de Stockholm de l’IBBY, qui marqua une nouvelle étape dans son processus de transnationalisation. Depuis les débuts de l’IBBY, les Allemand·e·s, les Suisses et les Scandinaves étaient surreprésenté·e·s au sein du comité exécutif. Les membres issu·e·s d’autres pays réclamèrent une plus grande ouverture et une règle fut adoptée selon laquelle le comité devait être constitué d’un nombre indéfini de membres, mais avec un maximum de deux représentant·e·s de même nationalité. Le nouveau comité représentait ainsi les sept nationalités (autrichienne, allemande de l’ouest, norvégienne, espagnole, suédoise, suisse et yougoslave) qui composaient alors l’IBBY. Il est nécessaire de rappeler que les membres de l’association y participaient à titre personnel et ne représentaient en aucun cas les gouvernements nationaux. C’est pourquoi on comptait parmi les fondateur·rice·s de l’IBBY des personnalités issues de pays aux régimes profondément opposés, comme celui de Franco et celui de Tito. Cette participation fut permise, voire clairement encouragée par les gouvernements. De la même manière que le Gouvernement yougoslave voulait afficher une politique de non-alignement Est-Ouest, après la rupture de Tito et Staline en 1948, celui de l’Espagne cherchait à sortir de son isolement international par un alignement à l’Ouest.

  • 2 L’Union internationale des éditeurs a été fondée en 1896 à Paris par les principaux éditeurs de l'é (...)

8La présence au sein de l’IBBY de l’Espagnol José Miguel Azaola (1917-2007) est emblématique de la situation complexe de certains catholiques espagnols à l’international. Le catholicisme est l’un des fondements de la légitimité du pouvoir franquiste en Espagne, dotant ainsi l’Église catholique et toutes ses ramifications d’un pouvoir de consécration dans l’espace politique et institutionnel franquiste (Moreno Pestaña 2013). José Miguel Azaola était une des figures majeures du milieu intellectuel catholique basque. Sa position à l’international et son réseau catholique à l’étranger lui permirent de devenir membre de l’Union internationale des éditeurs2, puis d’être invité aux réunions fondatrices de l’IBBY, avant d’y occuper la place de premier vice-président de 1953 à 1962. Le gouvernement franquiste voyait d’un bon œil les activités internationales de José Miguel Azaola. Sa nomination en 1953 comme secrétaire général du conseil d’administration de l’Instituto nacional del libro español (INLE) – principale institution franquiste de soutien aux politiques du livre et de la lecture – permit d’institutionnaliser sa figure et favorisa un transfert de capital symbolique depuis les espaces transnationaux vers le régime franquiste.

9En 1958 eut lieu le congrès de Florence. Cette étape italienne explique les liens étroits unissant dès sa création la Foire internationale du livre jeunesse de Bologne à l’IBBY. Le professeur d’université Enzo Petrini (1916-2008) fut au cœur de l’organisation de ce congrès, au cours duquel il fut élu à la présidence de l’IBBY. Il décida d’inviter son réseau d’éditeurs italiens au congrès de Florence. Pour la première fois lors d’un congrès de l’IBBY, la rencontre entre des éditeurs étrangers donna lieu à des négociations commerciales pour des cessions de droits de traduction. Les éditeurs italiens semblèrent alors prendre conscience de la nécessité de promouvoir ce type de rencontre. Après le congrès, un groupe de travail vit le jour à Bologne sous le nom de Progetto Fiera, et organisa en 1963 un voyage à la Foire internationale du livre de Francfort. Les membres constatèrent alors que le secteur de l’édition jeunesse y occupait un espace minime, et décidèrent de créer un rendez-vous italien spécialisé.

10Ce groupe souhaitait créer un évènement qui puisse réunir à la fois le public, les professionnel·le·s et les spécialistes. C’est ainsi qu’en avril 1964 eut lieu la première Exposition internationale d’illustration des livres jeunesse de Bologne, où furent présents une trentaine d’éditeurs italiens, outre quelques éditeurs suédois, autrichiens, suisses, français et britanniques. L’évènement connut un tel succès qu’il fut renommé en 1965 Foire internationale du livre jeunesse de Bologne. L’affirmation du caractère commercial de la Foire de Bologne n’affaiblit en rien ses liens avec l’IBBY et la Bibliothèque internationale pour la jeunesse de Munich. Au contraire, c’est précisément dans leur développement commun qu’elles acquirent leur prestige et leur rôle de consécration à l’international. En effet, depuis la création de la foire, le Prix Hans-Christian Andersen a toujours été décerné par l’IBBY au moment de la Foire de Bologne. D’autres pratiques témoignent de ces liens. Depuis 1971, la Foire de Bologne publie un catalogue illustré des auteur·rice·s sélectionné·e·s pour leur exposition d’illustrateur·rice·s. Or la couverture de ce catalogue est illustrée un an sur deux par l’illustrateur·rice lauréat·e du Prix Hans-Christian Andersen. En outre, on trouve systématiquement des membres d’IBBY au sein des différents jurys et comités d’organisation de la foire.

11La foire maintient également une relation étroite avec la Bibliothèque internationale pour la jeunesse de Munich. En 1957, Walter Scherf (1920-2010) remplaça Jella Lepman pour diriger la Bibliothèque. Comme la plupart des membres de l’IBBY, il se rendait chaque année à la Foire de Bologne (Grilli 2013), et en tant que directeur de la Bibliothèque, il décida en 1969 de monter un stand de promotion de la bibliothèque au sein de la foire et d’acheter chaque année deux cents titres parmi les livres proposés par les éditeurs. Depuis 1986, cette sélection de livres donne lieu à la publication d’un catalogue en anglais sous le nom de The White Ravens. Aujourd’hui, ces catalogues sont devenus un instrument de consécration des livres jeunesse à l’international. La sélection ne se fait plus à travers l’achat direct de livres à la Foire de Bologne par les bibliothécaires de Munich. Les éditeurs font directement parvenir leurs titres à Munich où un jury international composé de vingt spécialistes de littérature jeunesse (bibliothécaires, libraires, critiques, pédagogues, universitaires) procède à la sélection. Le catalogue est publié chaque année pendant la Foire de Bologne.

1.2. L’IBBY : vers une institution internationale de la littérature jeunesse

12En 1960, l’IBBY se réorganise : d’un réseau transnational de personnalités adhérant à titre personnel, il devient désormais une institution internationale structurée par des sections nationales. Cette mutation s’explique d’abord par des problèmes de financement. Les donations publiques (Gouvernement suisse) et privées (fondations Pro Juventute, Rockefeller et Ford) diminuaient au moment même où les congrès accueillaient de plus en plus de monde. C’est pourquoi le comité exécutif décida en 1960 au Luxembourg d’une réorganisation :

« Les fondateurs et les premiers membres d’IBBY se sont rencontrés à Munich et un an plus tard à Zurich. À ce moment-là, l’accent était mis sur les personnalités de divers pays qui étaient très intéressées par les enfants et par la littérature jeunesse. C’est à titre personnel qu’ils ont adhéré à l’association fondée par Jella Lepman. Toutefois, afin d’être plus qu’une simple organisation et de promouvoir une coopération internationale authentique, la création des sections nationales a été proposée – des sections qui devront veiller à la promotion des objectifs de l’organisation dans leurs pays respectifs. Chaque pays membre est un membre officiel mais indépendant du conseil d’administration encouragé à initier et à mener à bien des projets individuels. » (Bamberger et al. 1973 : 25)

13Chaque section nationale devait contribuer économiquement au soutien de l’association, et un système de cotisation fut établi selon le degré de développement des pays. La revue Bookbird, créée en 1963, devait faciliter la coopération entre les sections. Encore aujourd’hui, les sections y rendent compte de leurs activités nationales (expositions, conférences, congrès, prix). Bien que présentées comme indépendantes des États-nations, la plupart des sections furent peu à peu soutenues par leurs gouvernements nationaux, voire institutionalisées. Par exemple, la section française de l’IBBY est actuellement la Bibliothèque nationale de France. En seulement quatre ans, entre 1960 et 1964, trente-quatre sections nationales ont vu le jour. Le rapport du congrès de l’IBBY Madrid de 1964 nous permet de savoir que la section française fut créée cette année-là en même temps que quinze autres sections. Lors de ce congrès, le Prix Hans-Christian Andersen fut décerné pour la première fois à un auteur français, René Guillot (1900-1969). La France fut l’un des derniers grands marchés occidentaux du livre jeunesse à intégrer l’IBBY. Cette entrée tardive, ainsi que les débuts compliqués que connut la section française de l’IBBY s’expliquent par les luttes d’influence menées depuis différentes institutions culturelles françaises (Marcoin 2012, Guijarro Arribas 2020b).

14En 1964, en même temps que la section française, sept sections nationales de pays latino-américains intégrèrent l’IBBY : Argentine, Chili, Equateur, Paraguay, Pérou, Uruguay et Venezuela. La création de ces sections fut encouragée par l’activité de la philologue espagnole Carmen Bravo-Villasante (1918-1994), qui s’évertuait à renforcer les liens entre IBBY et les institutions culturelles franquistes. Écrivaine pour la jeunesse, Carmen Bravo-Villasante est aussi considérée par l’historiographie espagnole comme la première historienne de la littérature jeunesse. Jusque dans les années 1970, c’est elle qui fut chargée de la rédaction de tous les articles concernant la littérature jeunesse dans la revue El Libro Español publiée par l’INLE. C’est depuis l’intérieur même des institutions franquistes qu’elle put monopoliser les espaces académiques dédiés à la littérature jeunesse. Au début des années 1960, ses fonctions à l’INLE et son rapprochement avec José Miguel Azaola lui permirent d’intégrer la section espagnole d’IBBY. Au même moment, elle constitua un réseau ibéro-américain de professionnels du livre grâce aux cours sur la littérature jeunesse qu’elle donnait au sein de l’Instituto cultural hispánico. Elle profita de ces formations pour encourager et parrainer la création de sections latino-américaines. Ces actes de générosité, pensés comme des placements à long terme, avaient un intérêt symbolique bien compris car ils lui permirent de se faire élire vice-présidente de l’IBBY en 1966. Cette stratégie d’accumulation de capital symbolique renforça sa position et celle du livre jeunesse espagnol tant dans l’aire linguistique hispanophone qu’au sein de l’IBBY.

15C’est également dans les années 1960 que l’IBBY chercha à se rapprocher de l’Unesco comme un moyen d’acquérir une reconnaissance internationale plus importante ainsi que des fonds économiques supplémentaires. En plein guerre froide, l’Unesco se proposait en effet de financer différentes institutions culturelles internationales (Bustamante 2014). La création des sections nationales et un glissement discursif stratégique depuis la moralisation de la jeunesse vers la promotion d’un universalisme et d’un idéal de paix permirent à IBBY d’être admise à l’Unesco en tant qu’organisation à caractère consultative de catégorie C en 1963. Un représentant officiel de l’Unesco fut d’ailleurs présent lors du congrès de Madrid de 1964.

16Tout au long des années 1960, on observe ainsi la transformation progressive d’un réseau transnational de personnalités occidentales pour la moralisation de la jeunesse à la création d’institutions internationales structurées et dotées d’un important pouvoir de consécration littéraire, dont il s’agit désormais de décrire et d’analyser les mécanismes et les enjeux.

2. Capital symbolique et valeur internationale du livre jeunesse

2.1. Le « petit Nobel » de la littérature jeunesse

17Le Prix Hans-Christian Andersen est souvent appelé le « petit Nobel ». Il ne détient ni la reconnaissance universelle ni l’impact du prix Nobel de littérature (Casanova 2008 : 217). Toutefois, il est perçu par les écrivain·e·s et les illustrateur·rice·s comme la plus haute distinction de la littérature jeunesse. Le Prix H.-C. Andersen fut créé en 1953 par l’IBBY, et Jella Lepman en présida le premier jury. L’espagnol José Miguel Azaola, président du prix de 1962 à 1970, justifiait la présidence de Jella Lepman par le besoin d’un transfert de capital symbolique : « Le Hans-Christian Andersen avait surtout besoin d’un prestige moral et intellectuel que, mieux que personne, [Jella Lepman] pouvait alors lui conférer » (Bamberger et al. 1973 : 87).

18Dans ses « Souvenirs du Prix Hans-Christian Andersen », José Miguel Azaola évoque les débuts quelque peu chaotiques du prix, concernant la composition du jury ou encore les réunions (Bamberger et al. 1973 : 88-89). Dans un premier temps, le prix était décerné uniquement pour un livre récemment publié – un moyen de marquer les « bonnes lectures ». Mais lors du congrès de Luxembourg de 1960, Jella Lepman avait des problèmes de santé et le jury du prix ne parvint pas à se réunir. Cette dernière décida donc de récompenser, par un subterfuge, l’ensemble de l’œuvre d’un de ses amis très proches, l’écrivain allemand Erich Kästner. Elle demanda par écrit à plusieurs personnes de se prononcer sur ce choix et ceux qui l’approuvèrent constituèrent immédiatement un jury informel. C’était la première fois que le prix consacrait un auteur pour l’ensemble de son œuvre. La même année, José Miguel Azaola, qui avait reçu l’une de ces lettres, fut nommé président du jury à la place de Jella Lepman. Il demanda alors d’imposer que le prix soit toujours décerné à un·e auteur·rice pour l’ensemble de son œuvre, suivant l’exemple du prix Nobel de littérature. Depuis 1966, le prix récompense à la fois un·e écrivain·e et un·e illustrateur·rice.

Tableau 1. Prix Hans-Christian Andersen par nationalité du / de la lauréat·e

Pays (par nationalité du/de la lauréat·e)

Nombre de prix écrivain·e·s (1956-2020)

Nombre de prix illustrateur·rice·s (1966-2020)

Allemagne

2

4

Argentine

1

X

Australie

1

1

Autriche

1

1

Brésil

2

1

Chine

1

X

Danemark

1

2

Espagne

1

X

États-Unis

6

1

Finlande

1

X

France

1

1

Grande-Bretagne

3

2

Iran

X

1

Irlande

1

X

Israël

1

X

Italie

1

1

Japon

3

2

Norvège

1

X

Nouvelle-Zélande

1

X

Pays-Bas

1

1

Pologne

X

1

Tchécoslov. / Rép. Tch.

1

4

Suède

2

X

Suisse

1

3

Union Soviétique

X

1

Russie

X

1

Prix décerné depuis 1956 pour les écrivain·e·s, et 1966 pour les illustrateur·rice·s, jusqu’à 2020.

Source : site internet de l’IBBY (International Board on Books for Young People).

Tableau 2. Prix Nobel de littérature par nationalité du / de la lauréat·e

Pays (par nationalité du / de la lauréat·e)

Prix Nobel de littérature (1901-2020)

France

15

États-Unis

13

Royaume-Uni

11

Allemagne

8

Suède

8

Espagne

6

Italie

6

Pologne

5

Irlande

4

Union Soviétique

3

Prix décerné entre 1901 et 2020.

Source : site internet de l’Académie suédoise.

19Le tableau 1 montre le nombre de prix H.-C. Andersen décernés selon la nationalité des lauréats écrivains et illustrateurs depuis leur création jusqu’en 2020. En comparant ces données avec celles du prix Nobel (tableau 2), on observe que les dix nationalités les plus récompensées par le Nobel sont aussi présentes dans le palmarès du H.-C. Andersen. Cependant, alors que la nationalité française apparaît en tête de liste pour le Nobel, seul un écrivain français a reçu le H.-C. Andersen. Ce sont les écrivains de nationalité états-unienne qui dominent cette liste avec six prix, suivis des Britanniques. À première vue, la reconnaissance internationale des lettres françaises que reflète le prix Nobel ne semble donc pas s’appliquer aux écrivains français de littérature jeunesse.

20Mais surtout, le dédoublement du prix entre écrivains et illustrateurs permet d’observer un prestige différencié des pays selon s’il s’agit du texte ou de l’image. Cinq écrivains états-uniens ont eu le prix, mais il n’a été décerné qu’à un seul illustrateur de cette nationalité. En revanche, les illustrateur·rice·s allemands et tchèques sont les plus récompensés. Le prestige tchèque dans l’illustration pour la jeunesse, et en particulier de l’école de Prague, n’est pas nouveau. Dans les années 1930, l’éditeur français Paul Faucher (1898-1967), fondateur des Éditions du Père Castor, s’était rapproché de nombreux illustrateur·rice·s tchèques qui inspirèrent son travail. Il épousa d’ailleurs l’une d’entre eux, Lida Durdikova (1899-1955) (Payraud-Barat 2001).

21Par conséquent, si le tableau des prix H.-C. Andersen est intéressant, c’est moins pour objectiver un classement international un peu vague que parce qu’il met en lumière une spécificité de la consécration internationale en littérature jeunesse : c’est à travers la place reconnue à l’illustration et les hiérarchies spécifiques qui se jouent en ce domaine que s’exerce le mieux une relative autonomie. La suite de l’analyse va le confirmer.

2.2. Les listes White Ravens : des indicateurs de domination linguistique et de concentration éditoriale

22Les catalogues The White Ravens, élaborés par la Bibliothèque internationale pour la jeunesse de Munich, permettent une analyse plus approfondie par langue, par pays et par maison d’édition. Il ne s’agit pas d’un prix littéraire à proprement parler. Toutefois, Marc Verboord (2011) a montré qu’il est tout à fait possible d’analyser les logiques de consécration culturelle en étudiant des listes de livres construites par les instances de légitimation. Depuis 1986, la Bibliothèque internationale pour la jeunesse de Munich publie chaque année en anglais un catalogue des livres recommandés, The White Ravens. Deux bases de données ont été construites à partir de ces catalogues, l’une concernant la période 1993-2007 pour un total de 3557 livres, et l’autre pour la période 2015-2018 pour un total de 815 livres. Toutes deux sont accessibles sur des sites internet dédiés. Mais ces bases présentent un inconvénient majeur qui est l’absence d’un vocabulaire normalisé, de telle sorte que le nom (ou sa transcription occidentale) d’une maison d’édition peut être écrit de manière différente d’un livre à un autre, empêchant toute recherche concrète. Il fut donc nécessaire de créer de nouvelles bases de données à partir de ces-dernières.

Fig. 2. Part des livres White Ravens selon la langue d’édition

Fig. 2. Part des livres White Ravens selon la langue d’édition

Source : site internet de l’International children’s digital library et base de données de The White Ravens, International youth library foundation.

23La figure 2 présente la part des livres White Ravens selon la langue d’édition. Dans les années 1990 et 2000, l’anglais, l’allemand et le français dominent les catalogues. Toutefois, l’écart entre ces langues est faible, alors que sur le marché des traductions, il existe une nette domination de l’anglais. Cet écart a largement augmenté ces dernières années. Si l’anglais a maintenu une domination constante (autour de 18 % des livres sélectionnés), le français et l’allemand ont respectivement perdu 3 et 7 points de pourcentage. Cette baisse peut être expliquée par la part croissante de langues dominées mais qui gagnent en importance, comme le polonais, le coréen ou le persan, mais aussi de langues hyper-dominées (« autres langues » dans la figure).

24Pour comprendre le maintien de l’anglais, l’essor de l’espagnol ou la baisse du français, il faut introduire une analyse par pays (figure 3). La part de l’Espagne ayant diminué (1,5 points), ce sont donc les pays d’Amérique latine qui expliquent l’augmentation de la part de livres édités en espagnol. Cela est une conséquence directe de la stratégie d’internationalisation croissante cherchée par la Bibliothèque internationale pour la jeunesse de Munich. Le français baisse, mais moins que l’allemand, ce qui lui permet de passer en deuxième position. Comme pour le cas de l’Espagne, la part de la France a baissé. Cependant, cette baisse est compensée par les autres pays de l’aire linguistique. Il faut pour s’en rendre compte croiser les données sur les pays et sur les langues. Car bien que la part du Canada et de la Suisse ait baissé, cette baisse ne concerne pas les livres en français. À l’inverse, la part de la Belgique augmente grâce aux livres en français. Par conséquent, on observe depuis les années 1990 un rééquilibrage du prestige entre les langues co-officielles de ces pays. Les livres en français représentaient un sixième des White Ravens suisses et un cinquième des White Ravens canadiens en 1993-2007. En 2015-2018, ils en représentaient la moitié en Suisse et au Canada.

Fig. 3. Prix de la Foire du livre jeunesse de Bologne selon la nationalité des éditeurs de 1966 à 2017

Fig. 3. Prix de la Foire du livre jeunesse de Bologne selon la nationalité des éditeurs de 1966 à 2017

Source : site internet de la Biblioteca Salaborsa Ragazzi.

25Enfin les pays dont la part a le plus augmenté sont les pays dominants de l’aire linguistique anglophone : un peu moins d’un point pour le Royaume-Uni et plus d’un point pour les États-Unis, ces derniers passant de la septième à la troisième place.

26Cette progression rapide doit forcément quelque chose à la domination sans cesse plus importante de l’anglais sur le marché mondial de la publication et de la traduction en littérature jeunesse. Parmi les langues de traduction à destination du secteur jeunesse français, la suprématie de l’anglais est plus forte que pour la littérature adulte : sur les 1 850 titres traduits en France en 2016 en littérature jeunesse, 1 421 viennent de l’anglais, soit 77 %. L’allemand, le japonais, l’italien et l’espagnol arrivent très loin derrière (Guijarro Arribas 2022). Cette domination va croissant : si on compare les chiffres actuels avec ceux des années 1990 pour le secteur jeunesse, donnés par Gisèle Sapiro et Anaïs Bokobza à partir de la base Électre (2008), on observe le fort déclassement de certaines langues au profit d’une domination croissante de l’anglais qui accompagne l’internationalisation du marché jeunesse : l’anglais passe en effet de 32 % à 77 % alors que l’allemand chute de 30 % à 5 %. L’accélération de la domination anglophone tient notamment au succès des young adults fictions (Guijarro Arribas 2021).

27L’instance de consécration que représentent les White Ravens n’est donc pas imperméable à l’évolution du marché littéraire mondial au profit de l’hyperdomination de l’anglais. Pourtant cet impact demeure limité. Cette relative autonomie tient à la place qu’accordent les White Ravens aux livres illustrés. Sur le total de livres sélectionnés pour la période 1993-2007, un peu plus de 80 % étaient des livres illustrés, soit 2 897 sur 3 357 (tous genres illustrés confondus : albums, documentaires, bandes dessinées, etc). Même parmi les livres états-uniens sélectionnés dans les catalogues The White Ravens en 2015-2018, seuls 15 livres sur 45 n’étaient pas des livres illustrés. Si le marché propulse donc les États-Unis comme une nation dominante de la littérature jeunesse, les instances de consécration transnationales imposent un filtre partiellement efficace en privilégiant le livre illustré.

Tableau 3. Nombre des livres White Ravens selon les principales maisons d’édition (1993-2007)

Rang

Maison d'édition

Siège social (Ville)

Pays

Nombre

1

L’École des loisirs

Paris

France

36

2

Hanser

Munich

Allemagne

34

3

Beltz & Gelberg

Weinheim

Allemagne

33

4

Fukuinkan

Tokyo

Japon

33

5

Bonnier-Carlsen

Stockholm

Suède

33

6

Kaisei-sha

Tokyo

Japon

32

7

A. Mondadori Ragazzi

Milan

Italie

29

8

Cappelen

Oslo

Norvège

27

9

Anaya

Madrid

Espagne

25

10

Viking

New York

États-Unis

24

11

Scholastic

New York

États-Unis

24

12

Gallimard Jeunesse

Paris

France

23

13

SM

Madrid

Espagne

22

14

Kodansha

Tokyo

Japon

22

15

Sauerländer

Aarau

Suisse

22

16

Høst & Søn

Copenhague

Danemark

22

17

Patakēs

Athènes

Grèce

22

18

Carlsen

Hambourg

Allemagne

21

19

Macmillan

Londres

Royaume-Uni

21

20

Forum

Copenhague

Danemark

19

21

Querido

Amsterdam

Pays-Bas

19

22

Rabén & Sjögren

Stockholm

Suède

19

23

Albin Michel Jeunesse

Paris

France

18

24

Eriksson & Lindgren

Stockholm

Suède

18

25

Oetinger

Hambourg

Allemagne

17

26

La Joie de Lire

Genève

Suisse

17

27

Jungbrunnen

Vienne

Autriche

17

28

Albratros

Prague

République Tchèque

17

29

Nagel & Kimche

Zurich

Suisse

16

30

Ravensburger Bunchverlag

Ravensburg

Allemagne

16

31

Fatatrac

Florence

Italie

16

32

Hammer

Wuppertal

Allemagne

15

33

Piemme Junior

Casale Monferrato

Italie

15

34

Dutton

New York

États-Unis

15

35

Farrar, Straus and Giroux

New York

États-Unis

15

36

Otava

Helsinki

Finlande

15

37

Tammi

Helsinki

Finlande

15

38

Kānūn-i Parwariš-i Fikrī-i Kūdakān wa Nauğawānān

Téhéran

Iran

15

39

O'Brien Press

Dublin

Irlande

15

40

Akane Shobo

Tokyo

Japon

15

41

Aschehoug

Oslo

Norvège

15

42

Tafelberg

Le Cap

Afrique du Sud

15

43

Neugebauer

Gossau

Suisse

14

44

Diogenes

Zurich

Suisse

14

45

La Galera

Barcelone

Espagne

14

46

Santillana-Alfaguara

Madrid

Espagne

14

47

Syros

Paris

France

14

48

Seuil Jeunesse

Paris

France

14

49

Flammarion

Paris

France

14

50

University of Queensland Press

Birsbane

Australie

14

51

Casterman

Paris

France

13

52

Andersen Press

Londres

Royaume-Uni

13

53

La courte échelle

Montréal

Canada

13

54

Kastaniōtēs

Athènes

Grèce

13

55

Salani

Florence

Italie

13

56

Alfabeta

Stockholm

Suède

13

57

Det Norske Samlaget

Oslo

Norvège

13

58

Lemniscaat

Rotterdam

Pays-Bas

13

59

Leopold

Amsterdam

Pays-Bas

13

60

Rouergue

Rodez

Paris

12

61

Atlantis

Zurich

Suisse

12

62

Edebé

Barcelone

Espagne

12

63

Aufbau

Berlin

Allemagne

12

64

Annick Press

Toronto

Canada

12

65

HarperCollins

New York

États-Unis

12

66

Branner og Korch

Copenhague

Danemark

12

Source : base de données de The White Ravens.

28Si les White Ravens, du point de vue linguistique, semblent pris entre une consécration de l’hyperdomination de l’anglais et une relative autonomie à l’égard de celle-ci, il en va de même en ce qui concerne les maisons d’édition : d’un côté les listes White Ravens demeurent dominées par de grandes et anciennes maisons, de l’autre cette concentration de la consécration symbolique paraît régresser, du moins dans plusieurs pays.

29Le tableau 3 ci-dessus interroge la domination des maisons d’édition dans les catalogues The White Ravens pour la période 1993-2007. Nous avons limité le tableau aux maisons d’édition qui ont plus de 12 livres sélectionnés car la liste est excessivement longue. Les maisons dominantes pour cette période présentent quelques traits communs. La plupart sont de grandes maisons. Certaines appartiennent aujourd’hui à des groupes ou en ont constitué un. C’est le cas de l’allemand Beltz, de l’italien Mondadori (qui regroupe les deux principaux éditeurs jeunesse italiens, Mondadori Regazzi et Piemme Junior), du français Gallimard, du japonais Kodansha ou encore des espagnols Anaya et SM. On trouve également de grandes maisons spécialisées dès le départ dans la jeunesse comme L’École des loisirs, les maisons japonaises Kaisei-sha et Fukuinkan et la suédoise Rabén & Sjögren. Parmi les maisons dominantes, seule l’allemande Hanser, à la deuxième place, est une maison de taille moyenne, dont le département jeunesse (créé en 1993) est considéré en Allemagne comme innovant ou avant-gardiste, notamment dans l’illustration (Lapanouse 2017).

30La plupart de ces maisons publient pour la jeunesse depuis longtemps et ont acquis leur reconnaissance sur la publication de livres illustrés. Elles ont obtenu des prix à l’illustration ou des mentions spéciales de la part des autres instances de consécration au niveau international. Les deux illustrateurs vedettes de Fukuinkan, Suekichi Akaba et Mitsumasa Anno, ont reçu le prix H.-C. Andersen en 1980 et 1984 (Inoue 2012). Kaisei-sha a obtenu six prix à l’illustration à la Foire de Bologne. Gallimard Jeunesse a obtenu dix prix à Bologne, la plupart décernés à ses livres documentaires illustrés. Pour presque toutes ces maisons, l’illustration et la traduction (dans les deux sens) sont donc centrales. Ces maisons consolident d’ailleurs leur prestige en entretenant des relations étroites entre elles : relations personnelles et traductions d’albums. Le cas de L’École des loisirs est emblématique car elle a construit sa reconnaissance en s’appuyant sur une opération de transfert de capital symbolique des livres illustrés, ses premières collections n’étant que des traductions de livres illustrés reconnus à l’international (Guijarro Arribas 2022). Par exemple, L’École des loisirs a traduit l’œuvre de Mitsumasa Anno et d’autres illustrateurs de la maison Fukuinkan, qui avait noué des liens étroits avec l’éditeur français depuis sa création en 1965. De la même manière, la maison d’Amsterdam Querido est pionnière dans la traduction des albums français de L’École des loisirs en néerlandais depuis 1992 (Van Coillie 2003).

31Si on observe les données pour la période 2015-2018, on constate que pour les pays et langues dominantes plus aucune maison ne s’impose sur les autres, et de nombreuses petites maisons, toutes spécialisées dans les livres illustrés, entrent dans la compétition. Pour le cas français par exemple, alors que cinq maisons concentraient plus d’un tiers des titres sélectionnés (L’École des loisirs, Gallimard Jeunesse, Albin Michel Jeunesse, Syros et Le Seuil), elles ne représentent dorénavant qu’un dixième des titres. L’entrée des nouvelles petites maisons d’édition spécialisées dans les livres illustrés ne fait qu’accroître la centralité de l’illustration. Sur 46 livres français sélectionnés, seuls huit ne sont pas des livres illustrés.

32En ce qui concerne la répartition des titres entre maisons d’édition, les cas états-unien et britannique présentent une configuration singulière, avec une importante dispersion du capital symbolique entre les très nombreuses maisons d’édition mentionnées dans les catalogues The White Ravens. Même les sept maisons anglophones ayant douze mentions ou plus obtiennent ce résultat grâce à leurs filiales en Australie, au Canada, en Nouvelle-Zélande, en Inde et en Afrique du Sud, des filiales récompensées pour leurs livres illustrés. Ainsi, la très importante maison newyorkaise Scholastic n’a publié aux États-Unis que 5 de ses 24 livres sélectionnés.

33Par conséquent, l’analyse des White Ravens nous permet d’affirmer que le livre illustré constitue le principal critère de sélection et de classement de la Bibliothèque internationale pour la jeunesse de Munich. L’analyse de ces listes montre également une moindre domination de l’anglais et du Royaume-Uni par rapport aux données du marché mondial des traductions. En revanche, la place du français et de l’allemand, des petits marchés de l’Europe du Nord (et plus récemment de l’Europe de l’Est), est confortée par cette instance de consécration.

2. 3. Les prix littéraires de la Foire internationale du livre jeunesse de Bologne

34On retrouve dans les prix décernés par la Foire internationale du livre jeunesse de Bologne la centralité de l’illustration et une relative résistance à la domination de l’anglais – sous la forme d’une forte consécration du français et des grandes maisons d’édition parisiennes. La Foire internationale du livre jeunesse de Bologne est une instance de consécration littéraire à part entière, en ce qu’elle décerne ses propres prix littéraires. Depuis son origine, les prix se sont révélés un moyen à la fois de valorisation de la littérature jeunesse et de promotion de la foire elle-même. Cette initiative est par ailleurs imitée par les autres salons spécialisés dans les livres jeunesse, comme c’est le cas du Salon du livre jeunesse de Montreuil qui a créé les « pépites du salon » sur le même modèle.

Tableau 4. Nombre de prix obtenus selon le pays de l’éditeur à la Foire internationale du livre jeunesse de Bologne entre 1966 et 1994.

Pays

Nombre de Prix 1966-1994

Suisse

16

France

14

Allemagne/Allemagne de l’Ouest

12

Royaume-Uni

12

Japon

7

Italie

6

Tchéc./ Rep. Tchè.

5

Union Soviétique

5

États-Unis

4

Autriche

4

Iran

2

Australie

2

Espagne

2

Belgique

2

Pays-Bas

1

Danemark

1

Portugal

1

Source : site internet de la Biblioteca Salaborsa Ragazzi.

35En 1965, deux prix furent créés à Bologne pour récompenser le texte et l’illustration, suivant le modèle du Prix Hans-Christian Andersen de l’IBBY, décerné au moment de la foire depuis 1965. Mais l’illustration devint centrale dès 1966, ces prix furent remplacés par deux autres qui récompensaient exclusivement des ouvrages illustrés : le prix Graphico décerné par un jury international d’illustrateur·rice·s, et le prix Critic in Erba par un jury d’enfants. Dès 1968, le prix Graphico fut dédoublé selon deux catégories d’âge : enfants et jeunes. Dans le tableau 4, on observe le nombre de prix remportés selon le pays de l’éditeur pour la période 1966-1994, soit les années pendant lesquelles ces trois prix d’illustration ont été décernés. Les éditeurs de Suisse, de France, d’Allemagne et du Royaume-Uni dominent. Pendant les six premières années de la foire, les éditeurs suisses et italiens, les plus représentés à la foire, concentrèrent la plupart des prix. À partir des années 1970, avec la présence de nouveaux éditeurs étrangers, les lauréats se diversifièrent. Les éditeurs de l’ancienne RFA furent alors souvent primés. À partir des années 1980, les éditeurs français furent récompensés presque tous les ans et en particulier Gallimard Jeunesse (six prix pour cette période). Un tel constat témoigne de la reconnaissance professionnelle de l’illustration française à cette époque, en particulier dans le genre du documentaire, où Gallimard Jeunesse rayonnait (Guijarro Arribas 2022).

Fig. 4. Prix de la Foire du livre jeunesse de Bologne selon la nationalité des éditeurs de 1966 à 2017

Fig. 4. Prix de la Foire du livre jeunesse de Bologne selon la nationalité des éditeurs de 1966 à 2017

Source : site internet de la Biblioteca Salaborsa Ragazzi.

36La figure 4 montre le nombre de prix décernés par la Foire de Bologne de 1966 à 2017 selon la nationalité des éditeurs et la langue d’édition. On peut clairement observer que les maisons d’édition françaises sont celles qui ont obtenu le plus de prix à Bologne toutes catégories confondues, devant les maisons suisses, allemandes, britanniques et états-uniennes. Il faut également remarquer la place essentielle qu’occupent les coéditions, en particulier pour les éditeurs suisses, allemands et autrichiens. Ces dernières sont mises en place presque exclusivement dans le cas des livres illustrés, la coédition permettant une répartition des frais de fabrication de ces livres très couteux. Ce sont les maisons d’édition qui pratiquent le plus la coédition internationale qui reçoivent le plus de prix à Bologne. La coédition étant vectrice d’une plus grande diffusion et d’une meilleure promotion du livre à l’international, le livre coédité est donc plus susceptible d’avoir la reconnaissance des instances de légitimation à l’international. La coédition est ainsi devenue un moyen privilégié pour la consécration d’un livre à l’international, mais aussi de ses auteurs, de l’éditeur porteur du projet et dans une moindre mesure des autres coéditeurs (Guijarro Arribas 2020a).

37Parmi les maisons françaises lauréates, Gallimard Jeunesse – maisons pionnière sur la pratique de la coédition – arrive en tête avec dix prix dont sept reçus avant les années 2000, suivi du Seuil Jeunesse avec sept prix, dont le premier est reçu en 1996. Il s’agit donc de deux grandes maisons jeunesse créées au sein de deux maisons littéraires qui disposent d’une importante reconnaissance littéraire internationale (Sapiro 2010 : 45), une reconnaissance indispensable pour porter un projet de coédition. Sur les vingt-et-une maisons françaises primées tout au long de la période, treize sont de petites maisons indépendantes spécialisées dans l’illustration, souvent classées avant-gardistes, et qui ont obtenu entre un et deux prix, à l’instar des éditions MeMo ou des maisons disparues Ipomée, Le sourire qui mord ou Éditions Être.

Conclusion

38Les contextes de création et de développement de la Bibliothèque internationale pour la jeunesse de Munich, de l’IBBY et de la Foire internationale du livre jeunesse de Bologne sont intimement liés. En effet, ces instances furent soutenues à leur origine par un même réseau transnational et translinguistique d’acteurs qui, à la fin des années 1940, étaient dans leurs pays respectifs des figures importantes de la valorisation et de la moralisation de la littérature jeunesse. Sans jamais se confondre, elles partagèrent pratiques et ressources, et acquirent conjointement leur reconnaissance au point de former un espace incontournable de la consécration des livres jeunesse à l’international. La littérature jeunesse apparaît ainsi comme un observatoire des processus de transnationalisation et d’internationalisation des mécanismes de consécration littéraire. Elle permet d’analyser les transferts de capital symbolique comme le résultat d’un enchevêtrement de stratégies locales (nationales) et globales.

39Ces trois instances de consécration ont progressivement formé un sous-champ international de la littérature jeunesse, fonctionnant de manière relativement autonome par rapport aux États-nations et aux marchés (Sapiro 2013 : 84). Ce sous-champ a précédé la formation d’un marché mondial de l’édition jeunesse, ainsi que la plupart des sous-champs nationaux qui, comme en France, se sont largement appuyés sur l’international pour se développer (Guijarro Arribas 2022). Cet espace de luttes et de consécration a offert une place de plus en plus importante aux institutions culturelles internationales (Unesco) et étatiques, mettant ainsi en scène les rapports de force entre nations et entre langues. En ce sens, ses prix et ses listes littéraires (Prix H.-C. Andersen, prix littéraires de la Foire de Bologne, listes White Ravens) sont de puissants indicateurs de consécration littéraire. Leur analyse permet de comprendre la fabrique de la valeur des livres jeunesse à l’international, qui répond à des mécanismes spécifiques, au sens où ils diffèrent de ceux observés pour la littérature adulte. En effet, l’illustration occupe une place de premier ordre, et la distribution du capital symbolique, largement inégale, révèle une relative autonomie du livre jeunesse vis-à-vis des autres secteurs de l’édition.

Haut de page

Bibliographie

Bamberger Richard et al. (1973). 20 years of IBBY. Czechoslovakia, IBBY.

Bokobza Anaïs & Sapiro Gisèle (2008). « L’essor des traductions littéraires en français ». In Gisèle Sapiro (dir.). Translatio : Le marché de la traduction en France à l’heure de la mondialisation. Paris, CNRS Éditions : 145-173.

Boulaire Cécile (2016). Les Petits Livres d’or. Des albums pour enfants dans la France de la guerre froide. Tours, Presses universitaires François-Rabelais.

Bustamante Mauricio (2014). L’Unesco et la culture : construction d’une catégorie d’intervention internationale, du « développement culturel » à la « diversité culturelle ». Thèse de doctorat en sociologie, EHESS.

Casanova Pascale (2008). La République mondiale des Lettres. Paris, Éditions du Seuil.

Cedán Pazos Fernando (1986). Medio siglo de libros infantiles y juveniles en España (1935-1985). Madrid, Ediciones Pirámide.

Chamboredon Jean-Claude & Fabiani Jean Louis (1977). « Les albums pour enfants. Le champ de l’édition et les définitions sociales de l’enfance ». Actes de la recherche en sciences sociales, 13 : 60-79 et 14 : 55-74.

Crépin Thierry (2001). Haro sur le gangster ! La moralisation de la presse enfantine 1934-1954. Paris, CNRS Éditions.

Durand Pascal & Habrand Tanguy (2018). Histoire de l’édition en Belgique xve-xxie siècle. Bruxelles, Les Impressions Nouvelles.

Fernández López Marisa (2000). « La traducción de textos infantiles y juveniles anglosajones y la censura franquista ». Dans Rabadán Rosa (dir.), Traducción y censura inglés-español: 1939-1985. Estudio preliminar. León, Universidad de León : 227-253.

Gabilliet Jean-Paul (1999a). « La criminalisation des crimes comics : le Canada et la Grande-Bretagne ». Dans Crépin Thierry & Groensteen Thierry. On tue à chaque page ! La loi de 1949 sur les publications destinées à la jeunesse. Paris, Éditions du Temps : 189-198.

Gabilliet Jean-Paul (1999b). « Le Comics Code : la bande dessinée américaine sous surveillance ». Dans Crépin Thierry & Groensteen Thierry. On tue à chaque page ! La loi de 1949 sur les publications destinées à la jeunesse. Paris, Éditions du Temps : 199-210.

Grilli Giorgia (2013). Bologna : Cinquant’anni di libri per ragazzi da tutto il mondo. Bologne, Bolonia University Press.

Guijarro Arribas Delia (2020a). « Associative practices and translations in children’s book publishing: co-editions in France and Spain ». In Coillie Jan Van, Mc Martin Jack (dir.), Children’s Literature in Translation: Texts and Contexts. Louvain, Presses universitaires de Louvain : 93-110.

Guijarro Arribas Delia (2020b). « Trois institutions pionnières de la promotion du livre jeunesse français : la Joie par les livres, la section française de l’IBBY et le CRILJ, 1960-1980 ». Bulletin des bibliothèques de France (BBF), 2020.

Guijarro Arribas Delia (2021). « De la circulation internationale à la globalisation des normes éditoriales. Le cas des livres pour “adolescents” en France et en Espagne ». Cicchelli Vincenzo et Octobre Sylvie (dir.). Dossier « Globalisation de la culture ». Réseaux, 226-227(2-3).

Guijarro Arribas Delia (2022). Du classement au reclassement. Sociologie historique de l’édition jeunesse en France et en Espagne. Paris, Presses universitaires de Rennes.

Heilbron Johan (1999). « Towards a Sociology of Translation. Book Translations as Cultural World System ». European Journal of Social Theory, 2(4) : 429-444.

Heilbron Johan & Sapiro Gisèle (dir.) (2002). Dossier « Traduction, les échanges littéraires internationaux ». Actes de la recherche en sciences sociales, 144.

Heilbron Johan & Sapiro Gisèle (2008). « Le marché de la traduction en France à l’heure de la mondialisation ». Dans Sapiro Gisèle (dir.). Translatio : Le marché de la traduction en France à l’heure de la mondialisation. Paris, CNRS Éditions : 25-44.

Inoue Satoko (2012). « La maison d’édition Fukuinkan-Shoten ». La Revue des livres pour enfants, 263 : 114-117.

Lapanouse Anne (2017). « L’édition de jeunesse en Allemagne ». Paris, Bureau international de l’édition française (BIEF).

Lepman Jella (2002). A bridge of children’s books. Dublin, O’Brien press.

Marcoin Francis (2012). « Aux origines d’Ibby-France ». Strenæ, 3.

Mollier Jean-Yves (2016). « Préface ». Dans Boulaire Cécile. Les Petits Livres d’or. Des albums pour enfants dans la France de la guerre froide. Tours, Presses universitaires François-Rabelais : 13-14.

Moreno Pestaña José Luis (2013). La norma de la filosofía. La configuración del patrón filosófico español tras la Guerra Civil. Madrid, Biblioteca Nueva.

Payraud-Barat Marie-Françoise (2001). Paul Faucher : le Père Castor, réflexion pédagogique et albums pour enfants. Lille, ANRT.

Sapiro Gisèle (2010). « Les échanges littéraires entre Paris et New York à l’ère de la globalisation ». Paris, Centre européen de sociologie et de science politique / Le MOtif (Observatoire du livre d’Île-de-France).

Sapiro Gisèle (2013). « Le champ est-il national ? La théorie de la différenciation sociale au prisme de l’histoire globale ». Actes de la recherche en sciences sociales, 200(5) : 70-85.

Sapiro Gisèle, Leperlier Tristan, Brahimi Mohamed Amine (2018). « Qu’est-ce qu’un champ intellectuel transnational ? ». Actes de la recherche en sciences sociales, 224(4) : 4-11.

Van Coillie Jan (2003). « La littérature pour la jeunesse flamande a de quoi séduire à l’international ». Paris, Bureau international de l’édition française (BIEF).

Verboord Marc (2011). « Market logic and cultural consecration in French, German and American bestseller lists, 1970-2007 ». Poetics, 39(4) : 290-315.

Haut de page

Notes

1 Face à ces critiques, les États-Unis lancèrent en 1949 les petits livres d’or afin d’exporter une production considérée comme de meilleure qualité et moralisatrice (Boulaire 2016).

2 L’Union internationale des éditeurs a été fondée en 1896 à Paris par les principaux éditeurs de l'époque. Son objectif initial était de veiller à ce que les pays du monde entier respectent le droit d'auteur et appliquent la « Convention de Berne pour la protection des œuvres littéraires et artistiques ». Actuellement basée à Genève, elle est devenue une fédération internationale d'associations nationales d'éditeurs. La promotion et la défense du droit d'auteur constituent encore aujourd’hui l'un de ses principaux objectifs.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Illustration du conte « Le Rossignol » par Edmond Dulac, dans Andersen Hans-Christian (1911). La reine des neiges et quelques autres contes. Paris, H. Piazza, p. 94.
Crédits Source : Gallica, Bibliothèque nationale de France.
URL http://journals.openedition.org/bssg/docannexe/image/1242/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 706k
Titre Fig. 2. Part des livres White Ravens selon la langue d’édition
Crédits Source : site internet de l’International children’s digital library et base de données de The White Ravens, International youth library foundation.
URL http://journals.openedition.org/bssg/docannexe/image/1242/img-2.png
Fichier image/png, 17k
Titre Fig. 3. Prix de la Foire du livre jeunesse de Bologne selon la nationalité des éditeurs de 1966 à 2017
Crédits Source : site internet de la Biblioteca Salaborsa Ragazzi.
URL http://journals.openedition.org/bssg/docannexe/image/1242/img-3.png
Fichier image/png, 16k
Titre Fig. 4. Prix de la Foire du livre jeunesse de Bologne selon la nationalité des éditeurs de 1966 à 2017
Crédits Source : site internet de la Biblioteca Salaborsa Ragazzi.
URL http://journals.openedition.org/bssg/docannexe/image/1242/img-4.png
Fichier image/png, 66k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Delia Guijarro Arribas, « De la moralisation du livre jeunesse à sa consécration littéraire : l’émergence d’un sous-champ international »Biens Symboliques / Symbolic Goods [En ligne], 11 | 2022, mis en ligne le 25 décembre 2022, consulté le 31 janvier 2023. URL : http://journals.openedition.org/bssg/1242 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bssg.1242

Haut de page

Auteur

Delia Guijarro Arribas

Maîtresse de conférences en sociologie, université Paris Nanterre, pôle Métiers du livre de Saint-Cloud, Cresppa-CSU

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Creative Commons - Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International - CC BY-SA 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search