Navigation – Plan du site

AccueilNuméros11DossierRencontres en librairie. Une offr...

Dossier

Rencontres en librairie. Une offre culturelle de sciences sociales à la lisière de l’Université

Talks in the Bookshop: A Social Science Cultural Programme on the Margins of the University
Thomas Douniès, Cyriac Gousset et Maialen Pagiusco
Traduction(s) :
Talks in the Bookshop: A Social Science Cultural Programme on the Margins of the University [en]

Résumés

Cet article s’intéresse aux « rencontres » d’auteur·rice·s d’ouvrages en sciences sociales organisées dans une librairie d’une grande métropole française. L’étude de la programmation et du dispositif, conjuguée à une série d’entretiens avec des visiteur·se·s, fait émerger les logiques d’une offre culturelle locale de sciences sociales révélatrice de la transformation de l’activité d’intermédiation culturelle des librairies. La librairie joue comme une instance de consécration hybride, à l’interface entre l’Université et le grand public, et trouve dans les rencontres un levier pour entretenir son capital symbolique, dans une relation étroite avec le monde universitaire.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Toulouse, située dans le Sud-Ouest de la France (région Occitanie), est la quatrième plus grande vi (...)

1À côté de leurs traditionnelles activités marchandes, de nombreuses librairies, notamment parmi celles qui se revendiquent « indépendantes », produisent une offre spécifique consistant en des « rencontres » entre des auteur·rice·s et des lecteur·rice·s. Ces rencontres s’inscrivent dans les transformations structurelles de ces commerces. La fragilisation de leurs activités marchandes et de leur visibilité (Chabault 2014 ; Talbot 2013 ; Sorel 2021) favorise le développement de pratiques additionnelles à la vente de livres qui constitue le cœur du « métier de libraire » (Leblanc 1998). Le passage du secteur commercial vers le secteur culturel (Leblanc 2010), amorcé dans les années 1960, s’accélère dans les années 1980 avec la mise en place de la loi sur le prix unique du livre (Surel 1997), qui permet aux libraires de se concentrer non plus sur l’élaboration des prix mais sur la constitution de leur assortiment ainsi que sur l’animation culturelle. La mise en place d’animations régulières et de qualité est plus récemment devenue un critère pour la labellisation LiR (Librairie de référence) délivrée par le Centre national du livre. Située en plein cœur historique de la ville de Toulouse1, la librairie Ombres Blanches est symptomatique de cette tendance générale à la multiplication des rencontres entre auteur·rice·s et lecteur·rice·s (Noël 2018). Elle rejoint la démarche distinctive des librairies indépendantes, avec des moyens qui lui ont permis de construire, au fil du temps, un dispositif de grande ampleur.

  • 2 Voir Le classement des librairies. Livres Hebdo n°1219, 24 mai 2019. Le classement s’effectue sur l (...)

2En effet, Ombres Blanches, première librairie de la région Occitanie, est classée parmi les dix plus grosses librairies françaises par la revue professionnelle Livres Hebdo2. Elle possède un espace de vente de 1 600 m² pour environ 120 000 titres en stock et emploie une équipe permanente de quarante-cinq personnes dont trente libraires spécialisé·e·s ou polyvalent·e·s, faisant ainsi partie des quelque 10 % de librairies ayant plus de vingt salarié·e·s. Sans être pour autant une grande surface culturelle, Ombres Blanches n’est donc pas une librairie de quartier. Elle rejoint néanmoins, sous une forme exacerbée, le mouvement général de transformation des librairies indépendantes par l’organisation de rencontres d’auteur·rice·s. Quasi quotidiennes (voire au rythme de deux par jour), ces rencontres ont lieu dans une salle dédiée. Elles portent essentiellement sur des ouvrages littéraires mais aussi sur des publications de sciences humaines et sociales, sur lesquelles cet article est centré.

3Ces événements sont un point de rencontre entre différents maillons de la chaîne du livre – auteur·rice·s, lecteur·rice·s et libraires. À la différence des clubs de lecture (Albenga 2007) ou des « cercles » de lecteur·rice·s (Burgos, Evans & Buch 1996), les rencontres mettent lecteur·rice·s et auteur·rice·s en présence directe. Se rapprochant en cela d’autres dispositifs culturels comme les festivals (Sapiro et al. 2015 ; Picaud 2017), les rencontres d’auteur·rice·s en bibliothèques (Guillopé 2019 ; Rabot 2012) ou encore les salons et les fêtes du livre (Le Marec & Ploestean 2012 : 38-44 ; Clerc 2010), elles placent les libraires dans un rôle d’intermédiaire culturel entre producteur·rice·s et consommateur·rice·s (Roueff 2010).

4Les rencontres d’auteur·rice·s en librairie ne sont pas seulement la marque d’une transformation de la littérature, de la place de la lecture dans l’expérience littéraire et du statut de l’auteur·rice (Meizoz 2016). Elles correspondent aussi à une transformation du rôle des librairies dans la chaîne du livre ainsi que dans la diffusion des savoirs, à la lisière du champ académique. L’exemple d’Ombres Blanches permet d’entrer dans cette reconfiguration de l’activité des librairies. L’étude de cas, axée autour des publications en SHS, permet d’interroger ce que la librairie fait à l’Université, en participant à consacrer et diffuser les biens symboliques qui y sont produits, et, inversement, ce que l’Université fait à la librairie, en façonnant la constitution de cette offre culturelle spécifique. La relation à double sens nécessite, pour être comprise, de penser ensemble des dimensions qui pourraient relever de questions de recherche segmentées. De l’histoire de la librairie Ombres Blanches au déroulé concret des rencontres, en passant par les propriétés sociales de ses agent·e·s et de ses publics, c’est la conjonction d’un ensemble d’éléments qui permet de comprendre l’imbrication entre cette offre culturelle spécifique et le champ académique, et ses effets sur la diffusion des sciences sociales hors des murs physiques de l’université.

  • 3 Les personnes interrogées sont majoritairement des femmes (32 sur 45) et appartiennent aux classes (...)

5Cet article s’appuie sur une recherche menée en 2017. Avant de débuter l’enquête, nous avions une expérience pratique du dispositif, ayant assisté à de nombreuses présentations dans le cadre de nos études et l’un d’entre nous ayant même participé à l’animation d’une rencontre. Cette connaissance préalable a ensuite été enrichie par des observations plus rigoureuses menées lors de six rencontres et complétées par l’écoute d’enregistrements mis en ligne par la librairie sous la forme de podcasts. À l’entrée comme à la sortie des rencontres, quarante-cinq entretiens informels ont été réalisés avec les visiteur·se·s3, à partir d’une grille de questions servant de support à une discussion en situation. Nous avons notamment pu aborder les motifs de leur venue, leurs attentes et leurs appréciations vis-à-vis de la séance du jour, leurs goûts et pratiques culturelles ainsi que leurs habitudes (ou non) à la librairie Ombres Blanches. Des entretiens ont également été menés avec les six personnes au cœur du dispositif des rencontres, qui participent à sa conception et à sa mise en œuvre matérielle (dirigeant, responsables en charge des rencontres et de la communication, libraires du rayon Sciences humaines et sociales et du rayon Langues étrangères situé dans le même local que la salle des rencontres). Enfin, l’enquête a été complétée par l’étude systématique des bulletins d’information bimensuels, parus entre janvier 2013 et novembre 2017, qui annoncent la programmation et permettent de recenser les rencontres spécifiquement dédiées aux SHS, leurs protagonistes ou encore les maisons d’édition qu’elles impliquent. Les 382 événements organisés avec des auteur·rice·s issu·e·s de ces disciplines correspondent à environ 23 % du total des conférences sur la période. L’intérêt de l’enquête repose ainsi sur le croisement des matériaux récoltés (analyse de contenus, observations, entretiens avec les organisateur·rice·s et les publics), qui permet de faire ressortir les caractéristiques saillantes du dispositif étudié.

  • 4 Nous remercions Lionel Arnaud pour sa lecture d'une première version de cet article, ainsi que les (...)

6Après avoir analysé, dans un premier temps, comment l’investissement croissant des rencontres permet à Ombres Blanches d’endosser un rôle distinctif d’intermédiaire culturel dans une proximité avec l’espace universitaire, nous étudierons dans un second temps les rencontres au concret, en tant qu’événement « culturel » mais marqué par nombre d’analogies avec les situations académiques4.

1. Diffuser la culture savante avec et à côté de l’Université

7La librairie étudiée se présente, par la voix de son dirigeant en entretien, comme étant, plus qu’une librairie, un « lieu culturel comme l’est un théâtre, un cinéma ou un lieu de diffusion de musique ». Le dispositif de médiation de la culture savante que constituent les rencontres constitue l’une des manières, pour la librairie, d’endosser ce rôle culturel, mais aussi, dans une logique distinctive, d’affermir sa position dans l’espace des librairies locales (et nationales) par une offre nombreuse de sorties culturelles caractérisées par leur proximité avec l’espace universitaire, dont il s’agit de diffuser les productions d’auteur·rice·s qui jouissent le plus souvent d’une reconnaissance préalable.

1.1. « Ouvrir la porte ». Se différencier en tant qu’intermédiaire culturel

8La ville de Toulouse se caractérise par la présence d’un nombre important de librairies sur son territoire : avec une trentaine de commerces recensés, la concurrence est particulièrement forte (Rimaud & Vacher 2016 : 20). Ombres Blanches, située en plein centre-ville, occupe une position spécifique car bien qu’ayant le label de librairie indépendante, elle est loin de correspondre à l’image de la petite librairie de quartier. Elle s’approche ainsi, en termes de chiffre d’affaires (autour de 10 millions d’euros au moment de l’enquête), de surface de vente et de nombre d’employé·e·s, à une grande librairie de premier niveau comme Kleber à Strasbourg, tout en restant assez en-deçà d’autres grandes enseignes comme Mollat à Bordeaux (près de 25 millions d’euros de CA à la même époque), Decitre à Lyon (CA supérieur à 60 000 millions d’euros en 2017) ou Le Furet du Nord (CA de 82 millions d’euros). À l’échelle de Toulouse, elle se démarque cependant des autres librairies généralistes du centre, qu’il s’agisse de Gibert Joseph, localisée de l’autre côté de la place du Capitole, qui compte 6 800 000 d’euros de chiffre d’affaires et un assortiment de livres neufs bien plus réduit, de la librairie Privat (2 500 000 d’euros de chiffre d’affaires) ou encore de Terra Nova et de Floury Frères qui emploient moins de cinq salarié·e·s et ont un chiffre d’affaires inférieur à 500 000 euros. Mais au-delà des indicateurs financiers, c’est surtout l’activité de la librairie qui constitue un facteur de différenciation dans l’espace local, à la fois vis-à-vis des grandes surfaces culturelles, comme le magasin de la Fnac situé quelques rues plus loin, et des autres librairies indépendantes de la ville. L’organisation d’animations apparaît comme l’un des éléments de distinction centraux.

9Avant que les cycles de rencontres régulières ne soient instaurés à Ombres Blanches, plusieurs auteur·rice·s étaient déjà accueilli·e·s « modestement, peu fréquemment mais dans la conviction », comme l’écrit le dirigeant de la librairie, Christian Thorel (2015 : 25). Le premier auteur en sciences sociales invité est Pierre Bourdieu qui vient présenter, en 1979, son ouvrage La Distinction sur une proposition « de l’université [de Toulouse] de le recevoir près de ses locaux du centre-ville » (Thorel 2015 : 26). Pour cette publication, le sociologue est reçu la même année dans l’émission de télévision Apostrophes, ce qui invite à penser les rencontres en librairie parallèlement à d’autres espaces de présentation d’ouvrages, lors de séminaires de laboratoire, sur les plateaux de télévision, dans une émission de radio ou encore lors d’une réunion publique dans une cité (Mariojouls 2006). Plutôt que d’opposer ces espaces, on peut au contraire observer la porosité et les transferts qui peuvent exister entre les dispositifs. Chaque cadre d’interaction a ses propres contraintes situationnelles qu’il est important d’investiguer, mais la forme des dispositifs peut parfois rester relativement proche, comme nous allons le montrer au sujet des rencontres, instaurées hors des murs de l’université mais qui en reprennent pourtant certains codes. L’organisation de la première conférence à Ombres Blanches, faite à l’initiative de l’université, illustre d’ailleurs bien les liens noués dès le départ entre les deux espaces.

10À partir de 1981, les invitations sont progressivement systématisées au sein de la librairie pour « accompagner la vie de la librairie et l’ouvrir sur la ville » (Thorel 2015 : 25-26). La loi relative au prix du livre votée cette même année constitue un contexte propice au déploiement de telles activités. Le système de prix unique est en effet perçu, par les acteurs et actrices mobilisé·e·s en faveur de son instauration, comme le moyen de déplacer la concurrence sur le service plutôt que sur les prix (Surel 1997 : 154) : si les librairies ne se différencient plus en fonction de leur tarification, elles peuvent toujours se distinguer par l’offre qu’elles proposent et notamment par des services connexes à la vente de livres. Dans ce contexte où la distinction symbolique prend le pas sur la différenciation économique, l’organisation d’animations culturelles est un outil essentiel, qui participe à la médiation des ouvrages, qui vise, comme les maisons d’édition, à « toucher un lectorat plus large que le cercle des spécialistes » (Auerbach 2009 : 140), et construit l’identité de la librairie sur un territoire.

Fig. 1.

Fig. 1.

Mise en avant d’une rencontre dans la librairie.

Source : archives des auteur·rice·s.

11Les rencontres s’inscrivent ainsi dans une volonté d’« ouvrir la porte » de la librairie et de renforcer sa « dimension publique » et « politique », comme l’explique en entretien Christian Thorel, qui dirige la librairie de 1978 à 2018. Figure centrale d’Ombres Blanches, ce dernier participe aussi de longue date aux débats menés à l’échelle nationale. Aux côtés de Jérôme Lindon (1925-2001), il prend position en faveur du prix unique du livre (Thorel 2021) et devient, pendant plusieurs années, vice-président du Syndicat de la librairie française. Très visible dans le monde du livre, il est également un acteur du champ culturel toulousain et a par exemple occupé « à titre personnel » les postes de vice-président de la Cinémathèque de Toulouse ou encore de trésorier du Théâtre Garonne. La place de la librairie dans l’espace local et national est ainsi étroitement liée à la trajectoire, aux positions multiples, et au réseau de son dirigeant. Christian Thorel se trouve d’ailleurs au cœur du dispositif des rencontres, qui sont l’occasion pour lui de « prendre un thé » ou de dîner avec les auteur·rice·s avec qui c’est un « plaisir de manger ensemble le soir ». Il tient personnellement, durant toutes ces années, le calendrier des invitations au crayon et à la gomme malgré leur très forte augmentation. En effet, la place accordée aux rencontres n’a cessé de croître au fil des ans et, en 2011, un nouveau poste en « communication » est créé spécifiquement au vu de l’ampleur prise par le dispositif. La programmation s’enrichit jusqu’à atteindre huit rencontres par semaine. Cela représente alors une dépense non négligeable pour l’entreprise : environ 2,5 % de son budget au moment de l’enquête, si l’on ajoute la masse salariale dédiée à cette activité, la prise en charge des repas et d’une partie du déplacement des intervenants (les auteur·rice·s n’étant pas rémunéré·e·s pour leur participation et les maisons d’édition s’occupant souvent des frais liés aux transports), l’impression des affiches et des bulletins et le paiement de certain·e·s animateur·rice·s (uniquement celles et ceux dont le métier est d’animer des conférences, les autres participant de manière bénévole). Le nombre très élevé de rencontres et l’investissement consacré distinguent nettement Ombres Blanches des autres librairies de la ville. Ainsi, en 2016, Ombres Blanches a organisé 417 rencontres, contre 70 pour Terra Nova, la librairie indépendante voisine de taille bien plus modeste.

12Ombres blanches se démarque aussi de librairies de taille plus importante comme Privat, qui privilégient d’autres formats d’animation jugés plus commerciaux par les enquêté·e·s, avec des invité·e·s qui ne cadrent pas avec la « politique de rencontres » d’Ombres Blanches, comme le souligne un des libraires : « Privat par exemple, ils ont une politique… Ils ont eu Sarkozy quoi, vous n’aurez jamais Sarkozy ici mais voilà, c’est normal, c’est pas notre ancrage politique ». Les organisateur·rice·s des rencontres à Ombres blanches insistent sur le fait que les auteur·rice·s n’y sont pas invité·e·s dans le simple but de « signer des livres » et « faire leur promo » : par opposition aux librairies qui proposent des « dédicaces », il s’agit de proposer des « rencontres », comme l’explique l’un d’eux :

« On s’est toujours refusés à [ne] faire qu’une séance de dédicace ; il y a toujours une rencontre avant (…). Parce que ça correspond à tout le travail qu’on fait dans la librairie en fait, on essaye de défendre du contenu et à partir du moment où on essaye de défendre du contenu, quand on invite un auteur c’est pour le faire parler de ce qu’il met dans son livre et c[e n’]est pas juste une espèce de machine-à-fric. »

  • 5 Voir Article 1 du décret n° 2011-993 du 23 août 2011 relatif au label de librairie de référence et (...)

13Ces rencontres sont ainsi conçues non comme des outils commerciaux mais comme des événements culturels. Elles répondent au cahier des charges des librairies indépendantes qui impose de « proposer toute l’année une animation culturelle dont la régularité et la qualité sont jugées suffisantes par la commission compétente »5. Le format des conférences-débats permet aux auteur·rice·s de présenter plus longuement leur ouvrage et de répondre aux questions du public. L’enjeu est de « défendre du contenu », transmettre des connaissances et des savoirs à l’instar de ce qui constituait le projet éditorial des ouvrages présentés. Par contraste, les signatures et dédicaces, qui constituent le format d’animation le plus répandu au sein des librairies (Ipsos 2019), sont dévalorisées en raison de leur caractère mercantile, mais aussi parce qu’elles visent souvent un public moins sélectif, source de profits symboliques moindres (Bourdieu 1991 : 8). Le même libraire ajoute en effet que les ouvrages présentés « ne sont pas grand public » et qu’ils s’adressent de ce fait à des personnes ayant déjà un certain niveau de connaissances. Les programmes, publiés par le service communication sous la forme de « bulletins », témoignent eux aussi de l’attachement à des formes culturelles constituées comme légitimes. Les choix iconographiques (la grande majorité des couvertures reproduisant des tableaux) et les lieux de distribution du bulletin (cinémas d’art et d’essai et théâtres) renforcent le caractère socialement sélectif des publics visés.

1.2. La valorisation d’une programmation sélective

14L’orientation donnée à la programmation est particulièrement révélatrice de la façon dont les producteur·rice·s conçoivent le dispositif. La place consacrée aux sciences humaines et sociales, l’invitation d’auteur·rice·s reconnu·e·s et les liens privilégiés avec certaines maisons d’édition sont autant d’éléments qui participent à produire cette offre de culture socialement distinctive.

15Selon le directeur d’Ombres Blanches, « la construction même d’un programme, c’est une déclaration d’intention permanente », confirmant par-là l’importance accordée au travail de sélection des ouvrages pour défendre une certaine conception de la librairie et se distinguer de la concurrence (Noël 2020). Le choix des invité·e·s s’écarte des succès commerciaux du moment (« si vous regardez le programme, vous verrez qu’il y a peu d’auteurs best-seller ») et accorde une place importante à des segments spécialisés de la production éditoriale. Les conférences spécifiquement dédiées aux SHS représentent près d’un quart des rencontres organisées par la librairie. Elles sont adossées au rayon « sciences humaines », qui occupe une place de choix dans l’assortiment d’Ombres Blanches et dégage chaque année des profits, comme le précise le responsable du rayon dans un ouvrage dédié à l’édition de SHS (Pericaud 2020). La librairie constitue l’un des principaux lieux où étudiant·e·s et chercheur·e·s peuvent se fournir en livres spécialisés dans leur discipline. La place importante des SHS contribue ainsi à son positionnement dans l’espace local.

16Le soin apporté à la construction de la programmation vise à fidéliser un public averti, attentif à la qualité de l’offre, comme l’explique en entretien un libraire : « les habitués notamment n’ont pas forcément tout lu, mais viennent parce que “c’est les rencontres Ombres Blanches” et que, quand même, le programme est intéressant ». L’enquête confirme que le public s’intéresse aux rencontres sans avoir préalablement lu les ouvrages : seul·e·s trois des quarante-cinq visiteur·se·s rencontré·e·s déclarent avoir lu le livre avant la présentation. Le public régulier semble ainsi reconnaître la légitimité d’Ombres Blanches et lui accorder sa « confiance » dans la sélection des auteur·rice·s (Sapiro et al. 2015 : 113). Il faut préciser que les programmes distribués par la librairie affichent systématiquement des indices de reconnaissance des auteur·rice·s accueilli·e·s tels que leur position universitaire ou les livres précédemment publiés. Pour plus de 70 % des invité·e·s, les bulletins font mention d’au moins un ouvrage, en sus de celui qui fait l’objet de la présentation. On trouve parfois jusqu’à six titres cités dans la courte biographie présente sur chaque page du programme. Le nombre élevé de publications, notamment chez des éditeurs reconnus, joue comme une marque de légitimité. Ombres Blanches s’inscrit donc plutôt dans une logique de reconnaissance d’auteur·rice·s déjà établi·e·s ou en passe de l’être, qui lui permet d’entretenir sa propre légitimité.

17La librairie constitue l’un des chaînons de la diffusion d’ouvrages « d’actualité » – c’est-à-dire de parution récente – mais qui ont vocation à constituer ensuite le fonds de la librairie. Elle est ainsi l’une des principales instances locales de consécration et de médiation des ouvrages académiques, à l’interface entre le monde du livre et celui de l’Université.

18Ombres Blanches a en effet tissé des liens forts avec certains espaces universitaires locaux, entretenus au fil des ans à l’occasion des multiples rencontres en sciences humaines et sociales. Elle s’appuie par exemple sur les professeur·e·s de certaines classes préparatoires du centre-ville, du département d’histoire de l’université Jean Jaurès, de l’Institut d’études politiques de Toulouse, pour animer les séances et discuter les présentations. Près d’un quart des rencontres organisées entre 2013 et 2017 ont en outre mis à l’honneur les publications des chercheur·e·s de la ville. Qu’ils/elles soient auteur·rice·s ou animateur·trice·s, ces dernier·e·s diffusent généralement une annonce de l’événement au sein des espaces de recherche locaux, via les listes de diffusion de leurs laboratoires, de leurs institutions de rattachement ou des réseaux auxquels ils/elles participent, tel le réseau Arpège autour des recherches sur le genre. L’invitation à un séminaire universitaire de collègues extérieur·e·s à Toulouse est parfois couplée à une présentation de leur dernier ouvrage à Ombres Blanches, ou, inversement, la tournée de promotion du livre peut devenir l’occasion d’organiser une manifestation entre pairs. Les mails de communication précisent alors que « ce séminaire sera suivi d’une rencontre à la librairie Ombres Blanches », inscrivant la librairie dans le prolongement direct de l’espace académique. De manière moins systématique, les enseignant·e·s-chercheur·e·s diffusent l’information aux étudiant·e·s, lors de leurs cours, ou en transférant des mails sur les listes des promotions. Lors de la présentation de l’ouvrage Le Beau livre de l’Antiquité de Laurent Avezou, un élève de la classe préparatoire à l’École nationale des Chartes du lycée Fermat nous explique ainsi être venu avec une dizaine de camarades pour écouter son professeur : « on connaissait rien à l’Antiquité en plus, mais on s’est dit que c’était une idée sympa ». Certaines invitations débouchent sur une forte présence estudiantine, comme celle de Bernard Lahire autour de L’Interprétation sociologique des rêves, en mars 2018, organisée avec l’IEP de Toulouse. L’intervention multiple des acteur·rice·s des institutions académiques locales de sciences humaines et sociales (en tant qu’auteur·rice·s invité·e·s, publics, relais de diffusion, voire co-organisateur·rice·s d’événements) permet ainsi d’ancrer la librairie dans le paysage universitaire toulousain. Ombres Blanches contribue d’ailleurs largement à l’organisation du festival L’histoire à venir, événement scientifique d’ampleur de la ville organisé chaque année depuis 2017.

19C’est donc tout un réseau de relations que la librairie entretient pour alimenter le dispositif et faire venir du public. Les « pivots », comme les nomme la responsable des rencontres, regroupent une vingtaine de personnes « qui sont clés à Toulouse » pour mobiliser certains publics. Elles appartiennent aux mondes universitaires mais aussi culturels et associatifs locaux. Ombres Blanches entretient par exemple des relations fortes avec ATTAC et les Amis du Monde Diplomatique de Toulouse.

20La collaboration étroite avec certaines maisons d’édition est un autre élément central de la construction de la programmation. Si la librairie constitue habituellement l’espace de distribution de la production éditoriale, les rencontres donnent une autre dimension à ce rôle d’intermédiaire. Selon l’un·e des dirigeant·e·s, les deux tiers des événements sont organisés en collaboration avec les maisons d’édition. La programmation requiert donc un travail quotidien à leurs côtés et le développement de liens privilégiés avec certaines d’entre elles. Dans la division, accentuée avec la loi Lang, entre les « librairies de création et/ou indépendantes » et les « librairies commerciales », Ombres blanches se situe explicitement du côté du premier pôle, et donc du pôle de production restreinte de l’édition qui lui est lié (Leblanc 2010 : 11). La similarité de leurs positions et le partage de certains points de vue à l’égard de la production et du commerce de livres favorisent leur collaboration et permettent, à l’inverse, de comprendre l’absence, dans la programmation, de certaines autres maisons d’édition. Les discours sur les industries culturelles portés par les librairies indépendantes rejoignent en particulier sur de nombreux points ceux des « petits éditeurs » ; leur collaboration permet ainsi « de célébrer une communauté de situation et de vision, mais aussi d’accéder aux lecteur·rice·s, et de compenser en partie la faiblesse de l’écho médiatique dont bénéficient généralement leurs titres » (Noël 2012 : 77).

  • 6 Le livre de Christian Thorel à propos du Seuil, publié à la suite du rachat de la Martinière Groupe (...)

21L’analyse des bulletins montre avant tout la grande diversité des maisons d’édition dont sont issus les livres sélectionnés pour le dispositif : on en compte plus d’une centaine sur les 382 rencontres en SHS recensées. Les maisons d’édition régionales sont présentes dans le programme, même si leur participation est relativement ponctuelle. C’est par exemple le cas des éditions Loubatières (deux rencontres organisées entre 2013 et 2017), des Presses Universitaires du Midi (six rencontres sur la période) ou encore des Éditions Le Pas d’oiseau (une rencontre). Si la librairie joue ainsi la carte du « local », son programme de rencontres témoigne dans le même temps de son ampleur nationale, qui s’incarne dans des liens étroits avec des maisons d’édition dominantes à cette échelle. « Les maisons qu’on aime », comme les appelle Christian Thorel, participent en effet de façon régulière aux rencontres, tels Le Seuil (à 47 reprises sur la période étudiée6), La Découverte (à 29 reprises) ou encore Gallimard (à 22 reprises). Au contraire d’autres maisons d’édition qui doivent faire la démarche de contacter Ombres Blanches pour organiser la promotion de leurs auteur·rice·s, ces éditeurs-ci sont sollicités systématiquement et plusieurs fois chaque année. C’est ainsi Christian Thorel qui, au vu du programme de publication, propose aux Éditions La Découverte d’inviter certain·e·s auteur·rice·s.

22La place prépondérante qui est accordée à ces maisons d’édition à la légitimité établie peut apparaître comme un gage de qualité. Elle s’explique aussi par leur position dominante sur le marché éditorial des SHS, où, quoique généralistes, elles continuent d’alimenter leur catalogue de sciences humaines malgré la prégnance des discours sur la « crise », et parviennent à tirer leur épingle du jeu (Auerbach 2020). Leur forte présence dans le dispositif des rencontres se retrouve d’ailleurs dans le fonds de la librairie. Les relations étroites créées avec ces grandes maisons d’édition dès les débuts de l’entreprise sont tout autant entretenues par les rencontres qu’elles en sont la condition de félicité. Le dispositif participe ainsi à la construction et au maintien de la position d’Ombres Blanches dans la chaîne du livre.

1.3. L’expression d’un rapport désintéressé à la culture

23Les rencontres permettent en outre de mettre davantage l’accent sur le rôle culturel joué par la librairie plus que sur la dimension économique et commerciale de son activité. Alors que la différenciation symbolique est centrale parmi les librairies indépendantes, c’est l’absence de revendication, voire le rejet d’une stratégie explicite visant à construire une « image de marque », qui prédomine dans le discours du dirigeant d’Ombres Blanches :

« Un jour, il y a un jeune homme qui a monté une start-up dans la communication et il m’a dit : “j’aimerais déjeuner avec vous et qu’on parle de la façon dont vous avez écrit la marque [de la librairie]ˮ. J’ai dit : “écoutez, si vous voulez qu’on déjeune, d’abord vous allez changer de vocabulaire et ensuite nous verronsˮ. » (Christian Thorel, dirigeant de la librairie)

24L’aplomb du communicant se voit ici retoqué parce qu’il révèle les soubassements économiques de la librairie. L’antipathie du libraire à son égard témoigne, à sa manière, de la dénégation des intérêts économiques, ou de l’euphémisation de ceux-ci, qui est une posture caractéristique des agent·e·s du champ culturel (Bourdieu 1977). Pourtant, si la librairie peut se permettre d’organiser et d’assurer le fonctionnement de ces nombreuses rencontres, c’est aussi parce qu’elle s’appuie sur une relative aisance économique et le discours sur le désintérêt masque ses conditions de possibilité. Christian Thorel évoque en entretien l’ambivalence de la librairie, prise « entre deux extrêmes » que sont « le commerce mondialisé » et le « monde soi-disant petit et proche ». La catégorie revendiquée de librairie « indépendante » ne va pas de soi : elle est un enjeu de luttes (Noël & Pinto 2018) et un enjeu de représentation, tant en interne (elle entre dans une certaine définition du métier) qu’à destination des profanes (elle justifie le rôle des libraires dans l’espace public). En outre, investir les rencontres, c’est aussi prétendre à des labellisations et à des aides de l’État (comme le label LiR) et l’on serait tenté d’y voir un exemple caractéristique du « paravent du petit commerce » évoqué par Charles W. Mills (1970 : 64). Si le dirigeant revendique une position dominante en argumentant que ce sont ces entreprises qui « donnent du travail », le « modèle capitaliste » est très vite tempéré, au cours de l’entretien, par la mise en avant d’une « idée collective », où il s’agit « d’être au service d’un temps long et d’idées contenues dans les livres ». Cette idée se retrouve dans le discours des employé·e·s d’Ombres Blanches, qui entretiennent la vision d’une librairie inscrite dans la « vie de la cité », et jouent sur les oppositions structurantes du champ culturel (par exemple qualité vs. quantité, production restreinte vs. étendue) où, si le commercial côtoie le culturel, c’est ce dernier aspect qui est privilégié.

25La scénographie du dispositif reprend cette logique de désintéressement économique : la question de la vente semble écartée par la relégation, dans un coin peu visible, des livres ayant trait à la rencontre. De fait, l’enjeu est moins la vente (les retombées économiques directes des rencontres sont largement incertaines), qu’une contribution à la vie culturelle, qui, comme le reconnaît un libraire concurrent, « participe de ce “plus” qu’une librairie indépendante apporte ». L’achat reste néanmoins possible à l’issue de la rencontre – comme les animateur·rice·s le rappellent au public. De plus, les outils de communication autour de la rencontre (affiches dans la librairie et bulletins) contribuent à la promotion du livre et peuvent avoir des effets sur les ventes – que les organisateur·rices· ont toutefois du mal à évaluer. L’enquête montre que près des trois quarts des visiteur·se·s sont des client·e·s de la librairie : sur quarante-cinq participant·e·s aux conférences rencontré·e·s, trente-deux déclarent avoir acheté au moins un livre au cours des douze derniers mois à Ombres Blanches. Il est alors possible de supposer que les rencontres alimentent l’attachement à la librairie et peuvent favoriser les achats dans ce lieu plutôt qu’un autre. Si les organisateur·rice·s s’intéressent au nombre de participants plus qu’à la quantité de livres vendus, les libraires du rayon SHS, qui participent moins directement à l’élaboration des rencontres (même s’il leur arrive par exemple d’en animer certaines), gardent à l’esprit le souci de « vendre des livres » : l’objectif de vente reste au cœur de la définition de leur identité professionnelle et l’idéal d’animation de la vie culturelle locale ne doit pas, à leurs yeux, faire disparaître les nécessités économiques. C’est ce qui ressort du discours d’un des responsables du rayon de sciences humaines, qui fait des ventes un critère d’évaluation des rencontres :

« [L’un des libraires du rayon SHS] avait animé une rencontre sur les migrants à Calais. Apparemment, y’avait sept personnes, mais les sept personnes ont acheté un livre. Donc très bien, c’est une très bonne rencontre. »

26À l’inverse, lorsque le nombre de livres vendus est minime, l’amertume de ce libraire se dévoile : « quand tout le monde dans la salle a l’air très content, très satisfait et que finalement on vend un ou deux exemplaires du livre, c’est quand même… ». La posture du désintéressement demeure donc inégalement répandue parmi les enquêté·e·s, selon leur position au sein de la librairie : elle concerne bien moins les responsables de rayons, plus proches des nécessités économiques et plus préoccupés des chiffres de ventes, que les organisateur·rice·s du dispositif, qui investissent davantage le registre symbolique.

27Cette ambiguïté du dispositif se manifeste dans la façon de penser les personnes présentes dans l’assistance : s’agit-il des client·e·s d’un lieu commercial ou du public d’un lieu culturel ? Les représentations qu’en ont les organisateur·rice·s et leurs attentes à leur égard valorisent, elles aussi, un rapport désintéressé à la culture. Par exemple, lorsque les dirigeant·e·s disent « ne pas comprendre » pourquoi les étudiant·e·s ne viennent pas plus aux rencontres, ils réactivent une perception de l’étudiant·e idéal·e qu’ils et elles se souviennent avoir été (« à mon époque, je n’hésitais pas à sécher les cours pour aller à ce type de conférences », déclare un·e des dirigeant·e·s). Les complaintes des libraires et l’accent mis sur la « découverte » illustrent l’universalisation de leur propre rapport à la culture légitime, vécu comme libre et désintéressé (Bourdieu 1979 : 22). À Ombres Blanches comme ailleurs (Noël 2018 : 58 ; Leblanc 2010 : 2), la conception que partagent les libraires de la lecture, des lecteur·rice·s et de la place de la librairie est ainsi fortement ancrée dans leur propre trajectoire. Les difficultés rencontrées au début de notre enquête illustrent d’une autre manière cette vision du public et du dispositif : le refus initial des dirigeant·e·s que les questionnaires que nous nous proposions de faire passer aux participant·e·s comportent des questions relatives aux professions exercées témoigne de leur croyance en un public socialement non situé et qui n’agirait que par « plaisir intellectuel » et « curiosité ». L’un des dirigeants justifie d’ailleurs ce refus par le recours à l’image d’une sortie culturelle « comme les autres », libre et désencastrée socialement parce qu’il « aime bien qu’il y ait un aspect libre ». Cette mise à distance de l’utilitarisme en même temps que des conditions de possibilités de la pratique participe activement de la vision d’un public imaginé idéal. Un autre dirigeant met en avant une connaissance pratique des publics qui ne nécessiterait aucune autre forme d’objectivation : « Les bourgeois toulousains ne viennent pas aux rencontres. Les petits-bourgeois, oui. Le petit bourgeois, il est professeur ». Cette figure du « professeur », et derrière elle, la place accordée à la culture légitime, semble particulièrement présente au sein du dispositif : elle renvoie à la fois à l’enseignant·e-chercheur·e qui vient présenter son livre, à celui ou celle qui est parfois (voire souvent) choisi·e pour animer la séance ; elle s’incarne aussi dans le public, en partie réel, mais surtout anticipé par les producteur·rice·s du dispositif. Enfin, elle se retrouve en filigrane dans la forme effective prise par les rencontres, dans le huis clos de la salle qui leur est dédiée, et qui s’apparentent par bien des aspects à des conférences académiques.

2. La difficile euphémisation de la barrière auteur·rice·s-lecteur·rice·s

28L’observation du dispositif corrobore l’analyse de sa conception : l’agencement physique des rencontres, leur déroulé temporel et les manières d’être et de faire des participant·e·s traduisent la porosité entre la librairie et l’espace universitaire.

2.1. Donner toute sa place à l’auteur·rice

29Les libraires présentent les rencontres comme un temps permettant non seulement d’assister mais aussi de participer à un échange, ce que favoriserait l’abaissement de la distance auteur·rice·s-lecteur·rice·s. La réalité des rencontres est nettement plus nuancée : les libraires, tout comme les bibliothécaires, contribuent à construire la figure de l’auteur·rice en le plaçant « au cœur du dispositif scénographique » (Guillopé 2019 : 66-68). L’invité·e se trouve sur une estrade, légèrement surélevée, faisant frontalement face au public. Le contraste entre le noir de l’estrade et le plancher de bois clair accentue visuellement la délimitation entre la scène et la salle, de surcroît séparées de plusieurs mètres qui marquent « une séparation nette entre le rôle du locuteur et celui de l’audience » (Gumperz 1989 : 70).

Fig. 2.

Fig. 2.

Estrade pour le conférencier et son/sa discutant·e.

Source : archives des auteur·rice·s.

30On retrouve ici la division spatiale des lieux culturels dont Lawrence W. Levine (2010) a souligné l’importance symbolique. Elle rappelle aussi l’Université, en évoquant un cours magistral donné à des étudiant·e·s. L’agencement de l’espace construit une même distance symbolique qu’entre maître et élèves. L’asymétrie incarne et construit l’autorité d’un auteur présenté comme détenteur d’un savoir. Les auteur·rice·s sont par ailleurs mis·es en avant dans les bulletins, qui les présentent (principalement par le biais de leur statut professionnel et de leurs autres publications) avant le résumé de l’ouvrage sur lequel porte la séance. Ils et elles sont également valorisé·e·s par le personnel de la librairie (« on a des perles ! » s’exclame, dans une joie non feinte, la responsable des rencontres) ou encore lors des présentations, laudatives, des invité·e·s par les animateur·rice·s au début de chaque rencontre. « C’est des personnes qui ont un savoir, une façon de parler, faut les respecter », nous explique aussi un membre du public avant le début d’une rencontre, formule qui traduit un alignement des points de vue entre producteur·rice·s et récepteur·rice·s des rencontres quant à la valeur sociale des auteur·rice·s.

31La répartition du temps de parole prolonge cette asymétrie des positions. Elle marque le privilège accordé à la parole des auteur·rice·s au détriment de l’échange avec le public. Le temps dévolu à celui-ci n’est déjà que de trente minutes en théorie. Il est de surcroît très souvent raccourci à dix minutes, voire supprimé lorsque l’auteur·rice a outrepassé le temps prévu pour son intervention. Il peine d’ailleurs à démarrer : bien des gens quittent la salle à la fin de l’exposé et un long silence peut précéder le début des échanges avec l’assistance, personne n’osant se lancer. C’est la plupart du temps l’animateur·rice ou une personne connue de l’auteur·rice qui finit par prendre la parole. Cette interconnaissance qui transparaît dans l’ajout du prénom aux remerciements adressés à celui ou celle qui a posé la question (« Merci Nicole pour cette question » ou encore « oui Mathieu ? ») renforce d’ailleurs sans doute le sentiment d’illégitimité à prendre la parole des publics qui ne peuvent pas s’en revendiquer.

32Cette répartition dissymétrique des places entre auteur·rice·s et publics n’est pas sans évoquer l’enseignement des sciences sociales dans un amphithéâtre et le marché linguistique de type scolaire, dont les attentes déterminent des effets de censure et d’activation de la parole (Bourdieu 1982). Le format dominant est celui de la conférence que l’on retrouve à l’Université (Boyer & Coridian 2002). L’analogie professorale est d’ailleurs parfois explicite et le rôle pédagogique exposé comme une justification de la rencontre. C’est ainsi que Christian Thorel introduit l’économiste François Morin, auteur de L’économie politique du xxie siècle, en lui disant : « Merci de vous être rendu disponible pour une leçon d’économie » (podcast du 27/04/2017). Néanmoins, l’absence d’obligation et d’évaluation distingue fortement les rencontres de l’enseignement universitaire. À cet égard, la gêne de certain·e·s participant·e·s devant le questionnaire d’enquête proposé peut se lire comme un refus de toute mise à l’épreuve scolaire dans une situation culturelle qu’ils vivent comme libre et désintéressée.

2.2. Des publics ajustés au dispositif : entre posture révérencieuse et participation sélective

33La majorité des personnes composant le public des rencontres sont soit fortement dotées en capital culturel, soit désireuses d’en acquérir, dans une posture de bonne volonté culturelle. Ce constat anticipable, tant il est classique en sociologie de la culture, permet ici d’interroger ce que cette propriété socio-culturelle engendre dans les manières d’investir le dispositif.

Fig. 3.

Fig. 3.

Salle des rencontres.

Source : archives des auteur·rice·s.

34Les visiteur·e·s rencontré·e·s déclarent d’abord lire régulièrement, la moitié se situant même dans la catégorie des « grand·e·s lecteur·rice·s » telle qu’elle est définie dans les enquêtes nationales sur les pratiques culturelles : même si cette donnée doit être considérée avec précaution du fait du potentiel biais rétrospectif induit par la question (Fabiani 2004), ils et elles déclarent lire vingt livres ou plus par an (Deps 2008). Cette appétence pour la lecture s’accompagne d’un goût revendiqué pour les œuvres les plus légitimes, tel cet homme qui compare Aragon à une « drogue dure », ou encore cette femme qui, vantant Proust comme « auteur de référence, le génie en littérature », avoue comme s’il s’agissait d’un écart coupable qu’il lui arrive occasionnellement de lire « des thrillers, pour rire un peu ». Conformément aux tendances établies en matière de distribution sociale des pratiques culturelles, ces rencontres se situent dans « l’univers des loisirs cultivés » (Coulangeon 2011 : 33) qui continuent de capter un public doté en capital culturel et scolaire, à l’instar d’une manifestation organisée autour des neurosciences qui « s’adresse à une audience dont les caractéristiques sont proches, en termes de niveau de formation et de catégories socioprofessionnelles, de celles de ses intervenants » (Lemerle 2021 : 144). Et ce d’autant que, contrairement à d’autres domaines culturels extrascolaires qui requièrent des apprentissages spécifiques, la participation aux rencontres se rapproche des expériences déjà connues dans le cadre scolaire et ne nécessite donc pas la constitution de nouvelles compétences pour ceux qui possèdent des « compétences scolaires légitimes » (Lahire 2013 : 175).

  • 7 Pour un cas-limite où « les règles du jeu de la réunion-débat sont mises en discussion », voir (Mar (...)

35L’homogénéité sociale des publics est renforcée par la manière dont les participants ont connaissance des rencontres : comme dans le cas des sorties au théâtre (Pasquier 2012), le bouche-à-oreille constitue l’une des principales modalités de circulation de l’information. Dix-huit enquêté·e·s sur quarante-cinq déclarent avoir été informé·e·s de l’événement par ce biais. Vingt autres disent l’avoir été par le biais des bulletins distribués dans des lieux culturels toulousains. La bonne volonté culturelle semble prégnante chez les participant·e·s : les fréquents hochements de tête approbateurs expriment l’attention et la reconnaissance envers l’auteur·rice tout au long de la rencontre, et contrastent avec l’auto-censure, visible au moment des questions, qui est favorisée par l’organisation spatiale et porte à regarder autour de soi pour voir qui « osera » lever la main7. La discussion est peu investie même lorsqu’elle est permise : le silence respectueux est l’attitude dominante et, comme ailleurs, « les participants, mêmes impliqués, demeurent relativement “passifs” » (Deluermoz & Singaravélou 2019 : 421). De fait, le cadre d’interaction favorise l’actualisation de dispositions à la reconnaissance d’une asymétrie entre auteur·rice·s et publics qui s’entretient en situation et cantonne les personnes présentes dans une position de récepteur·rice (Rabot 2012 : 373).

36La posture révérencieuse produite par le cadre d’interaction est exacerbée dans le cas des publics étudiants. Il arrive que leur présence soit imposée, par exemple lorsqu’un·e enseignant·e fait d’une rencontre le prolongement de son cours. Le plus souvent, toutefois, leur présence n’est pas contrainte. Mais elle reste justifiée par l’objectif d’acquisition de savoirs susceptibles d’être réinvestis à l’Université, notamment dans les cours d’enseignant·e·s qui leur ont explicitement conseillé d’assister à la rencontre et qui en sont parfois les animateur·rice·s. À la différence du reste des participant·e·s, les étudiant·e·s ont presque toujours sur leurs genoux une feuille ou un carnet pour noter ce qui leur semble pertinent. Comme dans un cours dispensé à l’Université, ils et elles écoutent attentivement l’intervenant et prennent des notes dès que le ton employé, ou l’accent mis sur certains mots, signale une phrase « importante ». Ces publics sont d’autant plus enclins à se conformer aux implicites scolaires de la situation que ceux-ci renvoient chez eux à des schèmes routinisés de manière d’être et de faire face aux professeur·e·s. Comme ils l’expriment dans les discussions informelles menées avant ou après les rencontres, leur présence est d’abord motivée par la possibilité d’acquérir des informations qui peuvent être mobilisées dans le cadre universitaire. C’est le cas d’un enquêté de 22 ans, en master 2 d’histoire, qui est venu à la conférence de Jean-François Muracciole sur les conseils de l’un de ses professeurs car, dans le cadre de ses études, il « fai[t] des recherches personnelles sur le même sujet ». Cet usage intéressé des rencontres permet sans doute de saisir au concret que, dans un contexte marqué par l’accroissement de l’accès aux études supérieures, la valeur d’une lecture est, pour une partie des étudiant·e·s au moins, déterminée par la plus-value qu’ils ou elles pourront en retirer pour leurs études (Dendani 1998 ; Beaud 2002). Cet investissement intéressé n’est pas sans évoquer les usages de la lecture, dont Gérard Mauger et Claude Poliak ont montré qu’ils échappaient rarement à des visées de divertissement, d’apprentissage, voire de salut (Mauger & Poliak 1998).

  • 8 Ce constat s’inscrit dans la continuité des résultats d’une enquête sur les publics des manifestati (...)

37Notons que ces attitudes majoritaires de mise en retrait cohabitent avec d’autres postures plus démonstratives, plus participatives et plus assurées, avec des prises de parole au ton plus affirmatif qu’interrogatif. Elles sont surtout le fait de personnes qui maîtrisent le sujet abordé. Si l’intérêt pour « le thème » est une motivation fréquente des participant·e·s aux rencontres, les prises de parole révèlent et supposent non pas seulement une curiosité pour un sujet inconnu mais plutôt une familiarité avec la thématique présentée8. Plus encore, c’est parce qu’on connaît le sujet qu’on se sent légitime à parler. La discussion qui suit une heure d’intervention du juriste et sociologue Jacques Commaille en est l’illustration. Une femme mentionne d’emblée sa profession d’avocate tel un gage de légitimité permettant de montrer que le « crédit revendiqué par son propos est pleinement justifié » (Pinto 1984 : 107). Pendant une longue prise de parole de plus de cinq minutes, elle montre ensuite sa capacité à disserter sur un sujet pointu. La fin de son propos témoigne non seulement de sa maîtrise du sujet, mais également de sa capacité à formuler et assumer un avis personnel face à un spécialiste :

« Se pose un problème, auquel à mon avis les citoyens doivent s’intéresser, qui à mon avis est la déjudiciarisation et les modes alternatifs de règlement des différends qui se développe. C’est-à-dire qu’aujourd’hui on est en train de mettre en place un mauvais accord, et mieux qu’un mauvais accord, un mauvais procès. C’est très exactement aujourd’hui la déstructuration de ce qui moi m’a été appris, c’est-à-dire que l’accès au juge – qui est un principe fondamental et international quand même, et ne parlons pas de l’Europe qui le revendique et bien entendu le recommande –, aujourd’hui pour des raisons financières, ça rejoint le problème de la carte judiciaire, nous restreignons de plus en plus l’accès au juge en développant les modes alternatifs. Alors vous parliez de médiation, c’est vrai que nous y allons vers la médiation, bien que moi, à titre personnel, je le déplore ». [nous soulignons]

  • 9 Selon un phénomène proche de celui observable en matière de compétence politique, dans ses dimensio (...)

38Ainsi les prises de parole peuvent reposer sur des compétences spécifiques acquises par la socialisation professionnelle qui donnent de l’assurance en situation. La distribution de la parole est donc ici, comme en d’autres contextes, largement infléchie par la présence de personnes qui disposent d’un sentiment de légitimité à intervenir sur les thèmes traités9. Ces interactions sont aussi liées au fait que les rencontres en sciences humaines et sociales sont parfois un lieu de sociabilité universitaire. Certaines séances organisées autour de la publication de chercheur·e·s locaux·ales sont particulièrement favorables à l’expression d’un entre-soi. Ainsi en est-il de l’une des rencontres observées, où les deux auteur·rice·s présent·e·s jouent de cette interconnaissance avec une partie de l’assistance. L’un d’eux dit par exemple, au cours de la présentation : « Tous les modernistes qui sont dans la salle le savent très bien ». L’autre, après avoir cité le travail d’un collègue historien, demande en direction de la salle : « Pierre, tu es là ? ». Les places réservées et les signes de salutation adressés aux retardataires sont d’autres signes de ces liens entre orateur·rice·s et auditoire. Les échanges s’apparentent alors à une interaction entre collègues, dans le prolongement de l’Université.

39Le dispositif à haute teneur culturelle que sont les rencontres d’auteur·rice·s est donc investi de manière différenciée par les participant·e·s – au double sens d’investir les lieux et d’investir du temps qui est au principe de l’accumulation du capital culturel. Néanmoins, toutes ces appropriations par les publics ont finalement en commun de s’approcher des modes d’interaction présents dans l’espace universitaire par un effet de croisement entre les attentes implicites du dispositif et les dispositions au travers desquelles ils l’investissent.

Conclusion

40Situées en marge de l’activité marchande, les rencontres auteur·rice·s-lecteur·rice·s constituent l’une des formes de la transformation contemporaine des librairies. À la manière des « tournées » d’artistes, ces rencontres deviennent une modalité de médiation des ouvrages de plus en plus répandue dans la chaîne du livre. Le cas d’Ombres Blanches montre que cette reconfiguration de l’activité des librairies est au principe d’une offre culturelle locale de sciences humaines et sociales au travers de laquelle la librairie joue comme une instance de consécration hybride, à la lisière entre l’Université et le grand public. La librairie investit d’autant plus le dispositif qu’elle y trouve un levier pour entretenir son capital symbolique dans une relation étroite avec le monde universitaire. Au-delà de ce cas, les rencontres en librairies pourraient ainsi constituer un terrain d’étude particulièrement fécond pour éclairer les transformations croisées du champ culturel et du champ académique et leur effet sur la circulation inégale des savoirs produits par les sciences humaines et sociales aujourd’hui.

Haut de page

Bibliographie

Albenga Viviane (2007). « Le genre de “la distinction” : la construction réciproque du genre, de la classe et de la légitimité littéraire dans les pratiques collectives de lecture ». Sociétés & Représentations, 24(2) : 161-176.

Auerbach Bruno (2009). « Production universitaire et sanctions éditoriales. Les sciences sociales, l’édition et l’évaluation ». Sociétés contemporaines, 74(2) : 121-145.

Auerbach Bruno (2020). « Travail éditorial et marché du livre ». Dans Anheim Étienne, Foraison Livia, Prochasson Christophe (dir.). L’Édition en sciences humaines et sociales. Enjeux et défis. Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales : 29-37.

Beaud Stéphane (2002). 80% au bac... et après ? Les enfants de la démocratisation scolaire. Paris, La Découverte.

Bourdieu Pierre (1977). « La production de la croyance. Contribution à une économie des biens symboliques ». Actes de la recherche en sciences sociales, 13(1) : 3‑43.

Bourdieu Pierre (1979). La Distinction. Critique sociale du jugement. Paris, Les Éditions de Minuit.

Bourdieu Pierre (1982). Ce que parler veut dire. L’économie des échanges linguistiques. Paris, Fayard.

Bourdieu Pierre (1991). « Le champ littéraire ». Actes de la recherche en sciences sociales, 89 : 3-46.

Boyer Régine & Coridian Charles (1997). « Transmission des savoirs disciplinaires dans l’enseignement universitaire. Une comparaison histoire/sociologie ». Sociétés contemporaines, 48(4) : 41-61.

Burgos Martine, Evans Christophe, Buch Esteban (dir.) (1996). Sociabilités du livre et communautés de lecteurs : trois études sur la sociabilité du livre. Paris, Éditions de la Bibliothèque publique d’information.

Camus Agnès (2008). Le public des manifestations orales à la Bpi. Synthèse de la phase exploratoire. Paris, Bibliothèque publique d’information.

Chabault Vincent (2014). Vers la fin des librairies ? Paris, La Documentation française.

Clerc Adeline (2010). « Entre artiste idéalisé et personne incarnée : les figures de l’écrivain nées des rencontres avec les lecteurs. Une étude dans un salon du livre ». Terrains & travaux, 17(1) : 5-21.

Coulangeon Philippe (2011). Les Métamorphoses de la distinction. Inégalités culturelles dans la France d’aujourd’hui. Paris, Grasset.

Deluermoz Quentin & Singaravélou Pierre (2019). Pour une histoire des possibles. Analyses contrefactuelles et futurs non advenus (éd. de poche). Paris, Seuil.

Dendani Mohamed (1998). Les Pratiques de lecture du collège à la fac. Paris, L’Harmattan.

Deps (département des études, de la prospective et des statistiques) (2008). Enquête Pratiques culturelles des Français. Paris, ministère de la Culture.

Fabiani Jean-Louis (2004). « Pour une sociologie du lecteur ». Dans Dreyer Emmanuel & Le Floch Patrick (dir.). Le Lecteur. Approche sociologique, économique et juridique. Paris, L’Harmattan.

Gaxie Daniel (1978). Le Cens caché. Inégalités culturelles et ségrégation politique. Paris, Seuil.

Guillopé Cyril (2019). Les Rencontres d’auteur en bibliothèque de lecture publique. Publics, réceptions et usages d’un « dispositif » de médiation littéraire stratégique. Mémoire de master 2, sous la direction de Cécile Rabot, université Paris Nanterre.

Gumperz John (1989). Engager la conversation. Introduction à la sociolinguistique interactionnelle. Paris, Minuit.

insee (2022). Données locales – Commune de Toulouse (3155). Paris, Institut national de la statistique et des études économiques.

ipsos (2019). « Présentation des résultats de l’étude “Les animations en librairie” ». Cinquièmes Rencontres nationales de la librairie, Marseille.

Lahire Bernard (2013). « La culture à l’échelle individuelle : la transférabilité en question ». Dans Coulangeon Philippe (dir.). Trente ans après La Distinction, de Pierre Bourdieu. Paris, La Découverte : 165-176.

Le Marec Joëlle & Ploestean Roxana (dir.) (2012). Étude des publics des manifestations littéraires en Rhône-Alpes. 2009-2010. Laboratoire « Communication, Culture et Société », Centre Norbert Elias, École Normale Supérieure de Lyon.

Leblanc Frédérique (1998). Libraire : un métier. Paris, L’Harmattan.

Leblanc Frédérique (2010). « Les libraires de 1945 à nos jours, dispositions socioprofessionnelles et adaptations au monde culturel ». Dans Bertho Sophie (dir.). Deux siècles de vie littéraire en France. Freiburg, Frankreich-Zentrum : 51-76.

Lemerle Sébastien (2021). « La Semaine du cerveau à Paris (2014-2017) : étude sur les contraintes de la vulgarisation des neurosciences ». Sociologie, 12(2) : 129-147.

Levine Lawrence W. (2010). Culture d’en haut, culture d’en bas. L’émergence des hiérarchies culturelles aux Etats-Unis. Paris, La Découverte. Traduit de l’anglais par Olivier Vanhee. [Highbrow/Lowbrow: The Emergence of Cultural Hierarchy in America. Cambridge (Massachusetts), Harvard University Press, 1990.]

Mariojouls Joël (2006). « Pierre Bourdieu au Val Fourré : de quelques obstacles à la réception profane d’une sociologie critique ». Sociétés contemporaines, 64(4) : 115-133.

Mauger Gérard & Poliak Claude (1998). « Les usages sociaux de la lecture ». Actes de la recherche en sciences sociales, 123 : 3-24.

meizoz Jérôme (2016). La Littérature en personne. Scène médiatique et formes d’incarnation. Genève, Slatkine Érudition.

Mills Charles Wright (1970). Les Cols blancs. Essai sur les classes moyennes américaines. Paris, Le Seuil. [White Collar: The American Middle Classes. New York, Oxford University Press, 1951.]

Mirouse Benoît (2015). « Toulouse, terre d’accueil des étudiants en Midi-Pyrénées ». Insee Flash, 69. Paris, Institut national de la statistique et des études économiques.

Noël Sophie (2012). « Maintenir l’économie à distance dans l’univers des biens symboliques : le cas de l’édition indépendante “critique” ». Revue Française de Socio-Économie, 10(2) : 73-92.

Noël Sophie (2018). « Le petit commerce de l’indépendance. Construction matérielle et discursive de l’indépendance en librairie ». Sociétés contemporaines, 111(3) : 45-70.

Noël Sophie (2020). « La diffusion du livre de sciences humaines et sociales en librairie ». Dans Anheim Étienne, Foraison Livia, Prochasson Christophe (dir.). L’Édition en sciences humaines et sociales. Enjeux et défis. Paris, Éditions de l’école des hautes études en sciences sociales : 191-198.

Noël Sophie & Pinto Aurélie (2018). « Indé vs Mainstream. L’indépendance dans les secteurs de production culturelle ». Sociétés contemporaines, 111(3) : 5-17.

Pasquier Dominique (2012). « La sortie au théâtre. Réseaux de conseil et modes d’accompagnement ». Sociologie, 3(1) : 21-37.

Péricaud Samuel (2020). « Accompagner le lecteur en librairie ». Dans Anheim Étienne, Foraison Livia, Prochasson Christophe (dir.). L’Édition en sciences humaines et sociales. Enjeux et défis. Paris, Éditions de l’école des hautes études en sciences sociales : 301-306.

Picaud Myrtille (2017). « Définitions concurrentes et caractéristiques du “public” au festival litté-raire de Manosque ». Revue ¿ Interrogations ?, 24.

Pinto Louis (1984). « “C’est moi qui te le dis”. Les modalités sociales de la certitude ». Actes de la recherche en sciences sociales, 52-53(1) : 107-108.

Rabot Cécile (2012). « Le rapport des bibliothécaires de lecture publique aux auteurs ». Sociologie, 3(4) : 359-376.

Rimaud Mathilde & Vacher Yanik (2016). État des lieux. La librairie indépendante en Midi-Pyrénées, 8 départements, 1 métropole. Rapport du Centre Régional des Lettres Midi-Pyrénées.

Roueff Olivier (2010). « La montée des intermédiaires. Domestication du goût et formation du champ du jazz en France, 1941-1960 », Actes de la recherche en sciences sociales, 181-182(1) : 34-59.

Sapiro Giselle, Picaud Myrtille, Pacouret Jérôme & Seiler Hélène (2015). « L’amour de la littérature : le festival, nouvelle instance de production de la croyance. Le cas des Correspondances de Manosque ». Actes de la recherche en sciences sociales, 206-207(1) : 108-137.

Sorel Patricia (2021). Petite histoire de la librairie française. Paris, La fabrique.

Surel Yves (1997). « Quand la politique change les politiques. La loi Lang du 10 août 1981 et les politiques du livre ». Revue française de science politique, 47(2) : 147-172.

Talbot Léa (2013). Le libraire indépendant : entre commerce et culture. Mémoire de master 1, sous la direction de Sibylle Gollac. Paris, EHESS / ENS.

Thorel Christian (2015). Dans les ombres blanches. Paris, Le Seuil.

Thorel Christian (2017). À propos du Seuil. Une image exemplaire. Toulouse, Librairie Ombres Blanches.

Thorel Christian (2021). Essentielles librairies. Paris, Gallimard.

Haut de page

Notes

1 Toulouse, située dans le Sud-Ouest de la France (région Occitanie), est la quatrième plus grande ville du pays avec 493 465 habitant·e·s en 2019 (Insee 2022). La particularité de Toulouse est d’être une ville universitaire, voire une « terre d’accueil » des étudiant·e·s (Mirouse 2015). En effet, en 2019, 19 % de la population de 15 à 64 ans sont des élèves, des étudiant·e·s ou des stagiaires non rémunéré·e·s (Insee 2022). Enfin, le secteur d’activité central est la filière aéronautique – avec la présence d’Airbus – mais aussi le secteur de l’informatique, ce qui en fait une ville avec une proportion importante de Cadres et professions intellectuelles supérieures (31,5 % en 2019 contre 19 % en France).

2 Voir Le classement des librairies. Livres Hebdo n°1219, 24 mai 2019. Le classement s’effectue sur la base du chiffre d’affaires des librairies et comparait 400 librairies françaises en 2019.

3 Les personnes interrogées sont majoritairement des femmes (32 sur 45) et appartiennent aux classes moyennes et supérieures. On compte notamment 20 étudiant·e·s (de classe préparatoire, de licence ou master d’histoire, d’anthropologie, en BTS de Design graphique ou encore à l’IEP de Toulouse) et 11 enseignant·e·s (du primaire à l’Université, parfois à la retraite), avec la quasi-totalité des enquêté·e·s diplômé·e·s du supérieur ou en passe de l’être. Âgé·e·s de 18 à 84 ans, ils et elles habitent principalement à Toulouse même si quelques personnes sont venues pour l’occasion de la périphérie.

4 Nous remercions Lionel Arnaud pour sa lecture d'une première version de cet article, ainsi que les relectrices et relecteurs anonymes de la revue pour l'ensemble de leurs précieuses suggestions.

5 Voir Article 1 du décret n° 2011-993 du 23 août 2011 relatif au label de librairie de référence et au label de Librairie indépendante de référence.

6 Le livre de Christian Thorel à propos du Seuil, publié à la suite du rachat de la Martinière Groupe par Média-Participations en 2017, illustre également sa forte proximité avec cet éditeur (Thorel 2017).

7 Pour un cas-limite où « les règles du jeu de la réunion-débat sont mises en discussion », voir (Mariojouls 2006 : 121).

8 Ce constat s’inscrit dans la continuité des résultats d’une enquête sur les publics des manifestations orales à la Bibliothèque publique d’information (Bpi) du Centre Pompidou : « Pourquoi choisit-on tel ou tel sujet de conférence ? Le métier exercé ou le domaine d’étude constituent le premier domaine d’attraction » (Camus 2008 : 4).

9 Selon un phénomène proche de celui observable en matière de compétence politique, dans ses dimensions à la fois objective et subjective (Gaxie 1978), dont les travaux sur les dispositifs de démocratie participative confirment régulièrement l’importance dans les propensions différenciées à la prise de parole.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1.
Légende Mise en avant d’une rencontre dans la librairie.
Crédits Source : archives des auteur·rice·s.
URL http://journals.openedition.org/bssg/docannexe/image/1282/img-1.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Fig. 2.
Légende Estrade pour le conférencier et son/sa discutant·e.
Crédits Source : archives des auteur·rice·s.
URL http://journals.openedition.org/bssg/docannexe/image/1282/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 258k
Titre Fig. 3.
Légende Salle des rencontres.
Crédits Source : archives des auteur·rice·s.
URL http://journals.openedition.org/bssg/docannexe/image/1282/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Douniès, Cyriac Gousset et Maialen Pagiusco, « Rencontres en librairie. Une offre culturelle de sciences sociales à la lisière de l’Université »Biens Symboliques / Symbolic Goods [En ligne], 11 | 2022, mis en ligne le 25 décembre 2022, consulté le 31 janvier 2023. URL : http://journals.openedition.org/bssg/1282 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bssg.1282

Haut de page

Auteurs

Thomas Douniès

Doctorant en science politique, université de Picardie Jules-Verne, Curapp-ESS / Cresppa-CSU

Cyriac Gousset

Doctorant en science politique, Sciences Po Toulouse, LaSSP

Maialen Pagiusco

Doctorante en science politique, Sciences Po Toulouse, LaSSP

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Creative Commons - Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International - CC BY-SA 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search