Navigation – Plan du site

AccueilNuméros13DossierPenser les circulations par leurs...

Dossier

Penser les circulations par leurs acteurs : pour une sociologie des passeurs. Le cas des Amis américains des institutions culturelles françaises

Approaching Circulations through their Actors: For a Sociology of Go-Betweens. The Case of the American Friends of French Cultural Institutions
Pensar las circulaciones a través de sus actores: por una sociología de los intermediarios. El caso de los American Friends de las instituciones culturales francesas
Über die Zirkulation der Akteuren denken: für eine Soziologie der Vermittler. Das Beispiel der Amerikanischen Freunde der französicher Kulturinstitutionen
Anne Monier
Traduction(s) :
Approaching Circulations through their Actors: For a Sociology of Go-Betweens. The Case of the American Friends of French Cultural Institutions [en]

Résumés

S’il existe un certain nombre de travaux sur la philanthropie transnationale, rares sont ceux qui se sont centrés sur les acteurs de ces circulations. C’est l’objet de cet article, qui étudie les acteurs qui permettent la circulation de la philanthropie – les passeurs –, à travers le cas des Amis américains des institutions culturelles françaises. Fondé sur une enquête qualitative menée en France et aux États-Unis pendant trois ans, il s’intéresse aux passeurs dans une triple perspective. Il s’agit tout d’abord de comprendre les caractéristiques de ces acteurs, dans une perspective de sociologie des élites, ainsi que leur rôle, montrant les conditions de possibilité de l’émergence de ces passeurs. Ensuite, il s’agit de penser des passeurs multipositionnés, c’est-à-dire qui ne sont pas seulement entre deux mondes mais entre plusieurs mondes, ce qui a été rarement étudié dans les études sur les circulations. L’article montre notamment que ces acteurs multipositionnés effectuent un travail « d’intermédiation diplomatique ». Enfin, il s’agit de s’interroger sur le rôle des passeurs, plus largement, dans le développement de la philanthropie en France, inspirée en particulier des pratiques américaines, et s’inscrivant dans la lignée des transformations en cours dans le secteur public français.

Haut de page

Texte intégral

Figure 1

Figure 1

Crédits : Anne Monier.

1Si la philanthropie dépasse les frontières depuis longtemps – on peut remonter aux actions des congrégations religieuses dans les pays lointains ou au travail des sociétés de bienfaisance à l’étranger au xvie siècle –, c’est surtout tout au long du xxe siècle que sa circulation s’est intensifiée, aux lendemains des Première et Seconde Guerres mondiales, mais aussi, dans la deuxième moitié du siècle, avec la crise des Empires coloniaux dans les années 1960 puis la fin de la guerre froide. Nous entendons la notion de philanthropie transnationale comme toute forme de philanthropie qui traverse les frontières, impliquant deux ou plusieurs pays. Ce qui circule, à travers cette philanthropie transnationale, ce n’est pas simplement de l’argent, mais ce sont aussi des œuvres, des personnes, des pratiques, des discours, des représentations. L’analyse de la philanthropie transnationale permet ainsi de comprendre la complexité des circulations propres aux actions de générosité.

2La notion de « transnational », qui renvoie à un champ de recherche en développement, n’a pas de définition précise et unique, et est souvent qualifiée de « floue » (MacDonald 2013), « trop large » (Risse-Kappen 1995) et « trop vague » (Devin 2003). Cette notion n’est pas un simple équivalent de la notion d’« international », non seulement parce qu’elle a émergé, tant en histoire qu’en science politique et en sociologie, comme une remise en cause de l’État-nation, laissant une place grandissante aux acteurs non étatiques, mais également parce qu’elle offre une perspective singulière. En effet, comprendre un objet transnational, c’est analyser un espace structuré d’interconnexions et de relations qui traversent des lieux séparés et autonomes spatialement, socialement et culturellement, qu’il faut alors déconstruire (Saunier 2004). Cette perspective vise à considérer les phénomènes qui dépassent les frontières sous l’angle des circulations (Appadurai 2001 ; Saunier 2004 ; Wilfert 2013). Il s’agit donc de partir des circulations, sans nier les phénomènes de nationalisation, et en faisant passer celles-ci de formes a priori de l’investigation aux statuts d’objets d’enquête : c’est en étudiant ce qui circule, ce qui relie, ce qui met en système qu’on peut comprendre ce qui fixe, encadre, stabilise les hommes, les choses et les mots (Wilfert 2013).

3Il existe un certain nombre de travaux sur la philanthropie transnationale, notamment en histoire, dans la littérature francophone (Saunier 2003 ; Guilhot 2004, ; Tournès 2010 ; Dakowska 2014) mais aussi anglo-saxonne (Gemelli & MacLeod 2003 ; Adam 2009 ; Beckert & Rosenbaum 2010). Une grande partie de ces travaux s’intéresse aux modalités de circulations, mettant en avant le paradigme diffusionniste (Tournès 2008) : la philanthropie transnationale permettrait de « diffuser », « projeter », « transférer », « importer » des pratiques, idées, valeurs – à partir d’un centre et d’une périphérie supposés. Certains évoquent les « projections philanthropiques » (Hammack & Heydemann 2009), d’autres les « transferts de politiques » (policy transfer) (Stone 2008).

4Cependant, à quelques exceptions près (notamment les travaux de Ludovic Tournès), rares sont les recherches sur la philanthropie transnationale qui s’intéressent en particulier aux acteurs qui permettent ces circulations. C’est ce que nous souhaitons faire ici, dans la lignée des études qui se sont centrées sur ces acteurs, en particulier en science politique où le « prisme circulatoire », bien que critiqué (Vauchez 2013), s’est développé abondamment et a permis de penser la circulation des politiques publiques, des normes, des savoirs, des modèles et des pratiques. Qu’ils soient appelés « agents de l’échange » (Saunier 2003), « relais » (Devin 2004), « go between » (Tournès 2010), ou « courtiers de l’international » (Dezalay 2004), l’analyse de ces acteurs – les « passeurs » – permet de mieux comprendre les processus de circulation.

5Pour ce faire, nous allons nous centrer sur une forme particulière de philanthropie transnationale, celle des American Friends des institutions culturelles françaises (American Friends de l’Opéra de Paris, American Friends du Louvre, etc.). Les American Friends sont des organisations états-uniennes qui permettent de bénéficier de déductions fiscales sur certains impôts (tant pour l’organisation que pour ses donateur·rices), offrant ainsi la possibilité de faire un don défiscalisé à une organisation basée aux États-Unis, mais œuvrant pour une cause étrangère. Ainsi les American Friends de Versailles permettent à des États-Uniens de faire des dons au Château de Versailles, tout en bénéficiant de déductions fiscales dans leur pays. Ces associations ne sont pas seulement rattachées à des institutions françaises. En effet, il existe environ 2 000 associations d’American Friends, rattachées à des institutions dans de nombreux pays (tels que Israël, l’Australie, la Guinée, la Thaïlande, etc.) et dans des domaines divers (culturel, médical, éducatif, environnemental, etc.). Pour lever des fonds, elles organisent pour les mécènes des événements et activités (dîners, conférences, galas, visites, voyages, etc.) dans les deux pays.

6La philanthropie transnationale des American Friends permet la rencontre entre plusieurs mondes, et crée un espace composé d’acteurs d’une grande diversité. Cette configuration, que l’on pourrait qualifier d’« écologie sociale » (Jeanpierre & Roueff 2014), évoque des situations dans lesquelles différents mondes sociaux sont amenés à « faire des choses ensemble » (Becker 1986). La notion permet d’analyser un « environnement » où les acteurs « font système » et « prennent part à un jeu social commun ». Nous souhaitons ainsi nous intéresser aux passeurs que nous définirons, dans la lignée des travaux récents, comme « des acteurs individuels qui sont intermédiaires dans le processus de transfert d’une norme ou de pratiques, mais aussi producteurs ou récepteurs de ces normes ou pratiques » (Jobard et al. 2020). Cependant, l’une des particularités des « passeurs » des American Friends est qu’ils se trouvent aux carrefours entre différents milieux et pays, renvoyant à l’idée d’une multipositionnalité, ce qui leur octroie un rôle particulier – c’est cette complexité de positionnement qui en fait l’originalité.

  • 1 Mobilisations philanthropiques transnationales : les « Amis américains » des institutions culturel (...)

7Cette analyse s’appuie sur une recherche qualitative menée pendant trois ans (2011-2014) en France (Paris) et aux États-Unis (New York) dans le cadre de notre thèse1 sur la philanthropie culturelle transnationale, à travers le cas des Amis américains (American Friends). Cette enquête repose sur des matériaux divers : une ethnographie, fondée sur des observations participantes (seize mois de bénévolat auprès de trois associations d’American Friends ainsi que des observations d’événements au sein de deux autres associations), des entretiens (près de 200 entretiens, avec les responsables de ces organisations d’Amis américains et des institutions auxquelles ils sont rattachés, mais également avec les mécènes, ainsi qu’avec de nombreuses personnes des mondes culturels, philanthropiques et diplomatiques français et américains), une analyse systématique de la presse écrite et web (généraliste et spécialisée) concernant les American Friends et leurs mécènes, une analyse de la documentation produite par ces associations, ainsi que des archives de la Fondation Rockefeller concernant le don de John D. Rockefeller et ses fils à diverses institutions culturelles françaises (notamment le Château de Versailles, le Château de Fontainebleau et la Cathédrale de Reims).

  • 2 La notion d’« interface » peut être définie, selon le Trésor de la Langue française, comme une « z (...)

8Cet article constitue la synthèse de plusieurs points de ma thèse autour de l’idée de circulation : comment penser de manière spécifique les espaces et modalités de circulation de la philanthropie transnationale, en se centrant sur ses acteurs. Il vise ainsi à analyser les passeurs dans une triple perspective. Il s’agit tout d’abord de comprendre les caractéristiques (notamment les propriétés sociales) de ces acteurs ainsi que leur rôle. En mettant en avant leur profil particulier, qui leur permet d’exercer ce rôle, dans une perspective de sociologie des élites, nous soulignons les conditions de possibilité de l’émergence de ces passeurs : c’est parce qu’ils possèdent un certain nombre de capitaux qu’ils peuvent jouer ce rôle. Nous dépassons ainsi la seule définition « par les rôles plutôt que le statut » des passeurs (Jobard et al. 2020). Ensuite, il s’agit de penser des passeurs multipositionnés, c’est-à-dire qui ne sont pas seulement entre deux mondes mais entre plusieurs mondes, ce qui a rarement été étudié dans les travaux sur les circulations. Nous montrerons qu’ils effectuent, pour ces « interfaces2 » que constituent les associations d’American Friends, un travail d’« intermédiation diplomatique », c’est-à-dire qu’ils sont des « intermédiaires » (Nay & Smith 2002) à la fois entre la France et les États-Unis, mais également entre le monde culturel et le monde économique, ce qui permet ainsi de croiser la sociologie des intermédiaires avec la littérature sur la diplomatie culturelle, pour penser le multipositionnement. Enfin, il s’agit de s’interroger sur le rôle des passeurs plus largement, dans le développement de la philanthropie en France, inspirée notamment des pratiques américaines, et s’inscrivant dans la lignée des transformations en cours dans le secteur public français. Ils participent en effet à des évolutions plus larges, qu’ils rencontrent et qu’ils alimentent.

1. Les « interfaces », un espace multipositionné

9Le rôle de « passeurs » ne peut s’effectuer que dans l’espace particulier qui est celui des « interfaces » que constituent les associations d’American Friends, mêlant une grande diversité d’acteurs.

1. 1. Un développement de ces associations dans un contexte particulier

  • 3 De 1986 à 1988, le nouveau ministre de la Culture, François Léotard, fait de l’appel au mécénat un (...)
  • 4 Les ressources propres sont toutes les ressources générées ou reçues par l’institution en dehors d (...)

10Les American Friends des institutions culturelles françaises sont nées dans un contexte particulier, qui voit les domaines d’intérêt général et le secteur public évoluer. Elles émergent en France dans les années 1980, à une période d’essor de la philanthropie (avec, notamment, plusieurs lois fiscales incitatives3). Elles connaissent ensuite un développement important dans les années 2000 et surtout les années 2010, à un moment où l’État français, en raison de politiques de réduction budgétaire, incite les institutions publiques à développer leurs ressources propres4, encourageant, entre autres, la philanthropie. Un certain nombre d’institutions, notamment celles qui disposent d’un rayonnement international, se tournent alors, pour lever des fonds, vers l’étranger, et en particulier les États-Unis, où la situation est particulièrement favorable à la générosité privée.

11Ce développement des American Friends se fait dans le contexte d’évolutions que connaît « l’État culturel » et l’État plus largement à partir des années 1980. Ces évolutions en ont en effet « rencontré d’autres » (Bonelli & Pelletier 2010 : 16). Plusieurs travaux estiment malgré tout que ces transformations de l’État ne signent pas son « retrait », son « impuissance », ou son « démantèlement », mais sa refabrication continue (Bonelli & Pelletier 2010), sa « restructuration » (King & Le Galès 2011). La question n’est plus celle du « déclin » d’un « État fort », mais plutôt celle de l’« organisation des rapports entre État et “société civile” » (Lemercier 2005a : 169). L’analyse de celle-ci amène à adopter une perspective relationnelle (Gensburger 2011) car « l’État n’existe que par rapport à la société » (Rosanvallon 1990 : 15).

12En ce sens, les acteurs que sont les « passeurs » jouent un rôle dans ces transformations puisqu’ils y contribuent, comme nous allons le voir, par les circulations qu’ils permettent. Ils entrent ainsi en résonnance avec les petits entrepreneurs d’action publique, qui participent à transformer l’État, dans la lignée des « entrepreneurs de morale » (Becker 1985), des « entrepreneurs de politique publique » (Cobb & Elder 1972) ou des « entrepreneur[s] de réforme de l’État » (Henry 1983). S’intéresser à ces acteurs multipositionnés permet aussi de penser ces transformations plus larges, en articulant les perspectives macro et micro.

1. 2. Des associations à cheval entre deux pays

13Les associations American Friends constituent ainsi un espace multipositionné, c’est-à-dire carrefour, tout d’abord entre deux pays : la France et les États-Unis.

  • 5 Entretien avec le responsable d’une fondation américaine ayant collaboré avec les American Friends(...)

14Associations américaines, de droit américain, permettant de bénéficier des déductions fiscales aux États-Unis, leurs sièges et leurs bureaux s’y trouvent (généralement à New York), mais elles ont une ou plusieurs personnes relai en France (à Paris généralement), le plus souvent au sein même de l’institution (un responsable mécénat, le responsable de la Société d’amis française ou autre). Ce double ancrage crée une double dépendance : elles sont dépendantes, aux États-Unis, d’un statut et de son cadre contraignant qui instituent les droits des mécènes et affirment leur indépendance ; et dépendantes, en France, de l’institution culturelle à laquelle elles sont rattachées et avec laquelle elles maintiennent une relation plus ou moins formelle. Cette double dépendance est un véritable « défi structurel », comme le souligne le responsable d’une fondation ayant financé des American Friends : « Le seul trait commun entre les différents groupes de Friends est juste ce défi structurel […], il y a une tension qui est inhérente à la structure5 ». Cependant, cela va également permettre les circulations, qui font de ces associations de véritables « interfaces ».

15Au-delà de la double structuration institutionnelle et de la double dépendance, ces associations développent un réseau qui s’étend des deux côtés de l’Atlantique. En effet, ces associations cultivent un capital social international, comme beaucoup de clubs d’élites (Chauvin & Cousin 2014 ; Pinçon & Pinçon-Charlot 1996). Les American Friends s’appuient sur un triple réseau. Tout d’abord, il existe un réseau de mécènes (principalement des Américains mais aussi quelques Français) qui vivent aux États-Unis tout en ayant de nombreux liens avec la France (maison, amis, voyages). Ce réseau se double d’un second réseau de personnes (principalement des Français, mais également quelques Américains) vivant en France tout en ayant des liens équivalents avec les États-Unis. L’union de ces deux réseaux va créer un troisième réseau transnational auquel vont s’ajouter d’autres acteurs, ce qui va permettre de multiplier les connexions entre les élites des deux pays, quels que soient leur pays de résidence ou leur nationalité.

  • 6 « When was the last time I saw you ? Oh yes, in Paris »
  • 7 « Hello Anne, I see you on all the continents ! »

16Les associations d’American Friends vont à la fois s’appuyer sur ce grand réseau transnational et le renforcer. Elles vont tout d’abord organiser des voyages et des activités des deux côtés de l’Atlantique, contribuant à favoriser les échanges. Ayant nous-mêmes participé aux activités des associations à la fois en France et aux États-Unis, nous avons pu observer qu’un certain nombre de personnes étaient présentes lors des événements dans les deux pays (« Quand est-ce que je t’ai vu pour la dernière fois ? Ah oui, à Paris !6 »). L’une des mécènes avec qui nous nous sommes entretenue à New York nous a retrouvée lors d’une soirée à Paris, en riant de la situation (« Bonjour Anne, décidemment, je vous croise sur tous les continents !7 »). Enfin, les associations vont également chercher à encourager les rencontres plus intimes entre les élites des deux pays. Ainsi, les membres des conseils d’administration qui possèdent une maison en France invitent souvent d’autres mécènes à venir y passer quelque temps. De même, l’une des associations qui participe à la préservation du patrimoine français, et en particulier des demeures privées classées, vont mettre en place des rencontres entre propriétaires recevant des dons pour la restauration de leur domaine et les mécènes. Ces pratiques permettent ainsi d’ancrer le réseau transnational dans des réseaux nationaux. Le fait que ces associations offrent une porte d’entrée aux élites des deux pays respectifs est particulièrement apprécié par les mécènes, et encore plus en ce qui concerne l’accès des mécènes américains aux élites françaises, réputées, selon eux, très difficiles d’accès. En effet, le capital social international est plus difficile à obtenir que des compétences techniques propres à l’habitus cosmopolite, telles que la maîtrise de langues étrangères ou la possession d’une maison à l’étranger : accéder aux élites d’un autre pays s’avère autrement plus compliqué (Wagner 2003 : 36).

17Ce réseau transatlantique s’insère dans un réseau transnational plus large, les élites des Amis américains étant, pour la plupart, très mobiles. Nous avons ainsi constaté que ces élites, tels des « oiseaux migrateurs » (Siméant 2012 : 141), voyagent non seulement beaucoup mais vont aussi aux mêmes endroits au même moment. Nous nous en sommes aperçu lorsque nous avons tenté d’obtenir des rendez-vous, mais également par les conversations que nous avons eues avec eux. Enfin, la multiplication d’adresses de contacts sur les listes de coordonnées de mécènes était également une indication de leurs multiples lieux de villégiatures. Il y a bien sûr les voyages individuels, mais certaines circulations semblent être plus collectives – même si elles se font de manière séparée. Il y a ainsi, pour ces élites, des saisons pour chaque destination. Pour donner une idée schématique des lieux concernés, nous pouvons évoquer Aspen ou Gstaad (souvent en février, pour aller faire du ski), Paris (en juin ou l’été pour une partie des enquêté·es), l’Italie (Rome, Florence, Venise, souvent l’été également), et enfin les lieux estivaux (notamment Palm Beach) et les îles (Saint-Barthélémy, les Caraïbes, etc.).

18Ce réseau transnational – auquel contribuent en partie les associations d’Amis américains, qui constituent un carrefour parmi d’autres – peut être mis en relation avec l’internationalisation des grandes institutions culturelles, qui organisent des activités transnationales et mettent en place des voyages exceptionnels aux quatre coins du monde. Le caractère transnational de l’espace des Amis américains s’inscrit dans le cosmopolitisme des relations et la multi- territorialité propres à la haute société (Wagner 2003 : 38). Cependant, le réseau transnational des Amis américains est avant tout un réseau transatlantique, dans la lignée des réseaux transatlantiques qui ont marqué le xxe siècle : il reste ancré dans les réseaux nationaux et marqué par l’habitus social de leurs élites nationales respectives.

1. 3. Des associations à cheval entre différents milieux

19Les associations d’American Friends sont également au carrefour de différents milieux (économique, culturel, diplomatique, politique, etc.). En témoigne, premièrement, la variété des acteurs rencontrés dans le cadre de mon enquête.

20Ainsi, si nous nous sommes tout d’abord concentrée sur des entretiens avec les deux ensembles d’acteurs clés de la relation philanthropique, c’est-à-dire celui des donateur·rices et celui des récipiendaires – cette dernière catégorie incluant les responsables des associations d’Amis américains et les responsables des institutions culturelles françaises (président·e, conservateur·ices, directeur·ice du mécénat, etc.), nous avons également rencontré un très grand nombre d’acteurs autre, que nous avons appelés les acteurs « périphériques », afin de les distinguer de ceux qui étaient au cœur de mon analyse. L’objectif était d’interroger des personnes qui appartiennent aux différents univers qui s’entrecroisent au sein ou autour des organisations d’intermédiation que sont les Amis américains : le monde culturel, le monde économique, le monde philanthropique, le monde diplomatique, etc. Cet ensemble d’acteurs peut être divisé en trois grands groupes.

  • 8 La RMN-GP (Réunion des musées nationaux – Grand Palais) est un établissement culturel public (EPIC (...)

21Le premier groupe est celui des autres associations semblables ou proches des Amis américains : Amis américains d’autres nationalités (American Friends du British Museum par exemple) ou Amis américains français mais dans d’autres domaines que la culture (Amis de l’Hôpital Américain à Paris). Rencontrer les responsables de ces associations nous a permis de mettre en avant un certain nombre de caractéristiques communes aux Amis américains, mais surtout de comprendre la spécificité du cas français, et du domaine culturel en particulier. Le second groupe est celui des partenaires des associations d’American Friends, qu’il s’agisse d’institutions culturelles américaines et françaises (le Museum of Modern Art, le Metropolitan Museum, la Frick Collection, la Réunion des Musées nationaux et le Grand Palais8, etc.), d’organisations franco-américaines (les Instituts français, Alliances françaises, Maisons françaises, la French-American Foundation, etc.), de Maisons de vente aux enchères (Sotheby’s, Christie’s), des corps diplomatiques français ou américain (ambassadeur·rices, consul·es, conseiller·ères culturel·les, etc.). Le troisième groupe est celui de personnes qui connaissent les associations d’American Friends, de près ou de loin, et qui ont en général quelque chose à en dire, ou ont assisté à un événement. Il s’agit de professeur·es d’Université proches de la communauté franco-américaine, de mécènes d’autres American Friends ou d’autres institutions, des responsables de galeries, de Français·es installé·es à New York.

22Un autre élément montre le caractère « interfaciel » des associations d’American Friends : c’est la multitude d’acteurs étatiques différents avec lesquels ils sont en lien. Nous pourrions les classer en quatre grandes catégories, qui correspondent aux différents domaines qui concernent ces associations. Dans la première, qui est la catégorie principale, on trouve les acteurs culturels, que les responsables des Amis américains voient surtout en France, et parfois aux États-Unis, lorsque celle·ux-ci se déplacent (président·es d’institutions, conservateur·rices, directeur·rices artistiques, etc.). La deuxième catégorie est celle des diplomates (ambassadeur·rice, consul·e, conseiller·ère culturel·le, etc.), qui sont en contact prolongé avec eux aux États-Unis et servent parfois de relais dans leurs relations avec la France. La troisième est celle des acteurs politiques (maires, ministres, etc.), qui ne sont pas fonctionnaires mais n’en sont pas moins des « agents de l’État ». La quatrième catégorie est celle des autres agents de l’État (fonctionnaires de Bercy, administrateur·rices, etc.). Cette proximité entre acteurs étatiques et philanthropiques se fait principalement au plus haut niveau, même si des fonctionnaires d’autres catégories (comme les employé·es de musée, acteurs culturels de niveau intermédiaire) sont également en lien avec les mécènes : il s’agit donc principalement d’une relation d’élite à élite.

23Si cette catégorisation donne une idée des différents acteurs en lien avec les Amis américains, elle doit cependant être affinée et nuancée. En effet, il existe des acteurs hybrides multipositionnés, qui vont à la fois se trouver dans une position complexe et parfois délicate, mais également servir de « passeurs » entre les univers qu’ils relient. Ils sont de deux sortes. Les premiers sont des acteurs étatiques à la frontière entre deux domaines : nous pouvons évoquer par exemple les conseiller·ères culturel·les, qui sont entre le domaine diplomatique et le domaine culturel, ou les agents du ministère de la Culture (notamment en cabinet) qui se situent entre le domaine politique et le domaine culturel. Les deuxièmes sont des acteurs étatiques mais qui, au sein des institutions, sont en charge du mécénat : il s’agit par exemple du directeur de la mission mécénat au sein du ministère de la Culture, ou des responsables du développement et du mécénat au sein des institutions culturelles. Cette complexité est illustrée par le schéma ci-dessous :

Figure 2

Figure 2

Schéma des acteurs étatiques en lien avec les American Friends.

Crédits : Anne Monier.

24Ce schéma illustre l’enchevêtrement qui existe, au sein du domaine culturel, entre acteurs étatiques et philanthropiques, mais aussi entre différents domaines, grâce au réseau transnational et transversal qu’elles développent. La philanthropie apparaît ainsi comme un écosystème complexe, un monde carrefour, en relation avec des milieux d’une grande diversité.

2. Sociologie des passeurs des American Friends

25Au sein de ces interfaces, les passeurs, situés « aux frontières » des différents réseaux, vont présenter des caractéristiques sociales particulières, comme leur appartenance aux élites, mais détiennent surtout un capital social important, tant en termes de volume, de force que de spectre.

2. 1. Les passeurs : des élites ?

26Comme tous les acteurs impliqués dans la philanthropie des Amis américains, les passeurs de cette écologie sociale appartiennent aux élites. Ils présentent quatre grandes caractéristiques, qui sont plus ou moins importantes selon les types d’élites : capitaux scolaire, économique, culturel et international.

27Si les mécènes des American Friends appartiennent à une population plutôt âgée (85 % des personnes interrogées ont plus de 65 ans), WASP (White Anglo-Saxon Protestant) et féminisée (62 % de femmes), ils et elles se caractérisent en particulier par leur fort capital économique. Les fortunes dont ils et elles disposent sont importantes. Ainsi, parmi les personnes interrogées, quatre figurent dans le classement Forbes des 400 plus grandes fortunes, avec des fortunes dont les montants sont estimés en 2015 à entre 11,2 et 1,3 milliards de dollars. Concernant les autres mécènes interrogé·es, si nous n’avons pas d’information très précise sur les montants, l’analyse des modes de vie (immobilier, salaires, dons effectués, etc.) peut donner une idée du capital économique de ces personnes, et laisse penser que la plupart d’entre elles sont multimillionnaires, celles-ci faisant généralement des dons au-delà de 100 000 dollars annuels. Ils et elles ont également un important capital scolaire (puisque 53 % ont étudié dans une Ivy League, c’est-à-dire dans l’une des huit meilleures universités états-uniennes de la Côte Est) et un important capital international (Wagner 2007), voyageant de manière fréquente, entre la France et les États-Unis, ou dans d’autres pays.

28Pour les autres passeurs qui ne sont pas mécènes des American Friends, nous pouvons distinguer les responsables d’institution culturelle ou d’association d’American Friends, souvent marqués par leur capital culturel important. Parmi les responsables d’associations d’American Friends que nous avons pu interroger, nous avons constaté un fort capital scolaire (ils et elles ont tous·tes un diplôme de 2e cycle et souvent d’établissements prestigieux – New York University, Columbia University, Kellogg Business School, etc.), un fort capital culturel (ayant fait des études d’art, souvent très connaisseurs), et un fort capital international (ils et elles ont étudié à l’étranger, maîtrisent le français souvent parfaitement, etc.). Ils et elles se distinguent néanmoins par leur capital économique souvent moins important que celui des mécènes – à quelques exceptions près. Il existe enfin d’autres passeurs – diplomates, acteurs économiques, etc. – qui présentent également ces quatre grands capitaux dans des proportions plus ou moins importantes. Mais c’est surtout le capital social qui fait toute la différence dans leur capacité à être des passeurs.

2. 2. Des passeurs au capital social important par son volume et sa force

29Les passeurs sont, avant tout, des personnes possédant un volume de capital social particulièrement élevé. Il est aisé de comprendre qui sont les passeurs dans les propos des interrogés : leurs noms apparaissent dans tous les discours, qu’il s’agisse de mécènes, de responsables d’associations ou d’autres personnes en lien avec le milieu. Elles sont ainsi qualifiées comme connues de tous et connaissant tout le monde (« Elle connaît beaucoup de gens », « Il connaît tout le monde », « Elle est partout »). Nous avons pu observer plusieurs de ces passeurs en action, et leur maîtrise impressionnante des compétences liées à la sociabilité (social skills), comme ces deux membres d’un board, deux femmes disposant d’un riche réseau et dont l’aisance en société m’a marquée, tant elles étaient capables de passer de groupe en groupe, de sujet en sujet, avec une dextérité et une joie communicative. Leur charisme et leur aisance m’ont amenée à attendre avec impatience l’entretien que nous devions mener avec elles. Celui-ci s’est pourtant avéré décevant – parlant d’une voix plus monocorde, répondant parfois difficilement aux questions –, ce qui me laisse supposer le caractère théâtral de leur sociabilité enjouée, la représentation n’étant de mise que pour un public plus important.

  • 9 Observation réalisée le 15 mai 2012. (« It would be a huge success for G.S. to make Daniel Boulud (...)

30De plus, les passeurs sont également des personnes entretenant des relations personnelles approfondies, des « liens forts », ce qui leur permet d’ouvrir des portes (« elle a ce rôle d’ambassadrice et ce rôle d’ouverture de portes dans le milieu artistique »). En particulier, elles ont le don de parvenir à ouvrir des portes particulièrement bien fermées, comme nous en avons fait l’expérience à plusieurs reprises. Ainsi, pour rencontrer une mécène, Margaret, femme très riche et très influente, membre du Board de l’une des associations étudiées, nous avons tenté tous les moyens – en lui écrivant, en passant par le directeur de l’association, en passant par une autre personne – en vain. L’Executive Director a essayé de me la faire rencontrer, sans résultat. Lorsque nous parlons de notre volonté de rencontrer Margaret à l’Executive director d’une autre association d’American Friends non française, elle prend son téléphone, lui parle devant moi, et raccroche en me disant qu’elle a obtenu que l’on aille déjeuner toutes les trois au Colony Club la semaine suivante. Un autre exemple implique un diplomate, Henri, que nous souhaitons rencontrer depuis longtemps – et que de nombreuses personnes ont tenté de nous faire rencontrer. Ayant abandonné l’idée de le voir, nous obtenons un entretien avec l’une de ces « passeurs » qui nous dit bien connaître Henri, elle lui envoie un mail, sous nos yeux, en lisant tout haut le message qu’elle lui écrit, et deux heures plus tard, nous recevons un mail d’Henri me fixant un rendez-vous. Cette capacité d’activer des contacts prestigieux est particulièrement valorisée et ceux qui y parviennent sont encensés (« Ce serait un énorme succès pour G. S. de faire venir Daniel Boulud9 »).

2. 3. Des passeurs au capital social important par son « spectre »

31Outre ces deux caractéristiques (volume important et force du capital social), les passeurs sont surtout des personnes « aux frontières » – géographiques, culturelles, symboliques. Les passeurs s’appuient ainsi « sur les différents réseaux [...] entre lesquels elles s’attachent à établir des contacts lorsqu’ils n’existent pas ou à les renforcer lorsqu’ils existent déjà » (Tournès 2010). Cet aspect est central car il permet d’établir des différenciations au sein des « passeurs » en fonction de l’ampleur du « spectre » de leur capital social.

  • 10 « You need to first have the contacts in order to do a good job. And I think maybe the previous pr (...)

32Le spectre est la capacité à mobiliser des contacts au-delà de son milieu. Plus le spectre est important, plus la personne connaît des personnes d’une grande diversité, venant de différents milieux. Or, nous l’avons vu, le réseau des associations d’American Friends se situe à la frontière de différents milieux – culturel, diplomatique, philanthropique, économique, politique (et ce dans les deux pays) –, qui favorisent, comme pour les fondations américaines décrites par Ludovic Tournès, « le contact systématique avec des milieux divers formant autant de réseaux qu’elles s’attachent à faire communiquer entre eux » (Tournès 2010). Ces réseaux transversaux conduisent à obtenir un capital social à « spectre » large et sont un atout essentiel car ils permettent aux associations d’organiser des activités et événements particulièrement uniques et exclusifs dans les deux pays. En effet, les activités exceptionnelles offertes par les associations d’American Friends ne peuvent être mises en place que grâce à un réseau actif au-delà du milieu philanthropique. L’une des responsables m’explique que c’est une condition essentielle de son travail que d’avoir des connexions dans le milieu de l’art (« Il est tout d’abord primordial d’avoir des contacts pour bien faire son travail. Et je pense que l’ancienne présidente a merveilleusement démontré sa grande capacité à monter une structure comme celle-ci, mais elle n’avait pas tant de réseau dans le monde de l’art…10 »)

33Le milieu politique est également très sollicité, notamment en France, même si les ambassades sont aussi mobilisées aux États-Unis. Une proximité avec le milieu économique offre l’opportunité de faire appel à de grandes entreprises françaises aux États-Unis ou de faire inviter Christine Lagarde à un gala car l’un des membres du board, proche du milieu, la connaît et peut la contacter directement (même si celle-ci ne pourra finalement pas venir). Les American Friends entretiennent également des relations avec le milieu du luxe, créant une collaboration avec Bernardaud ou organisant une visite privée de la Maison Chanel grâce à cette mécène française qui y a fait toute sa carrière. L’élite de la gastronomie participe aussi à ce réseau transversal : un gala sera préparé par le chef du George V parce que l’une des mécènes le connaissait personnellement. La liste des milieux en lien avec les associations d’American Friends est longue, et chaque contact, quel que soit le milieu, constitue une « opportunité » d’organiser quelque chose et les choix d’activités, ainsi que leurs modalités, évoluent au gré des rencontres et des relations.

34La transversalité du réseau, c’est-à-dire le « spectre » du capital social, est ainsi un élément crucial pour comprendre la philanthropie transnationale et ses circulations. Le « spectre » concerne bien sûr des milieux particuliers (artistique, diplomatique, économique) et la partie élitaire de ceux-ci, mais, au-delà du contexte philanthropique, avoir des contacts au sein de milieux sociaux plus divers permet à ces élites d’obtenir également un certain nombre d’avantages – comme les meilleurs chauffeurs, la meilleure gouvernante ou le meilleur coiffeur. Le « spectre » du capital social n’est donc pas négligé par les associations. Ainsi, le responsable d’une institution culturelle états-unienne m’explique qu’ils prennent cela en compte dans la constitution du board, pour parvenir à brasser différents groupes sociaux :

  • 11 « So I guess you know how to create a board, you have to have a bit of everything. You need an art (...)

J’imagine que vous savez comment constituer un conseil d’administration, vous devez avoir un peu de tout. Vous avez besoin d’un artiste, parce que c’est l’art qui est attractif. Vous avez besoin de juristes, parce que comme vous le savez probablement, la philanthropie est en grande partie une affaire de lois. Vous avez besoin de financiers, de personnes très sociables, qui n’ont pas forcément beaucoup d’argent mais qui disposent d’un bon réseau, et vous avez besoin de personnes engagées dans la politique locale. Donc constituer un bureau consiste à trouver le bon équilibre, avec des personnes qui s’entendent bien politiquement. On a coutume de dire qu’il faut laisser la politique en dehors de la salle du conseil d’administration.11

35La recette est simple : il faut une ou deux personnes de chaque milieu pour pouvoir utiliser différents talents, mais aussi pouvoir attirer des personnes de tous les horizons et réussir à ce que le groupe s’agrandisse au-delà des milieux déjà sollicités, tout en gardant une certaine harmonie entre ses membres.

36Cette capacité à avoir un « spectre large » va avoir un impact sur le travail des passeurs, créant des différenciations entre passeurs. La différenciation principale en termes de spectre est entre les bilatéraux (ceux qui sont passeurs entre deux milieux) et les multilatéraux (ceux qui sont passeurs entre plusieurs milieux). Pour les bilatéraux, il existe une différence entre deux types. Tout d’abord ceux qui font le lien entre deux milieux d’un même pays, comme cette personne qui connaît, aux États-Unis, à la fois le milieu de la finance et le milieu de l’art dans sa diversité (institutions culturelles, maisons de vente), et va faire le pont entre les deux :

  • 12 Entretien avec le responsable d’une association d’AF, réalisé le 7 mai 2014 à Paris.

Tracy, d’autre part, qui est proche du milieu de l’art, elle est dans le board de plusieurs institutions, et elle a participé à la création de PS1, qui est une antenne du MoMA, donc elle a des liens et une forte connaissance des artistes contemporains. Je crois qu’ensuite elle a travaillé chez Sotheby’s, mais je ne suis pas sûre… […] donc il y a un lien très fort avec le marché de l’art […]. C’est aussi une spécificité. Tracy, elle travaille à côté, chez Bloomberg, et donc est proche aussi du monde de la finance. Elle s’occupe des RP je crois, et organise des événements, et donc connaît très bien l’establishment et ce milieu de relations. […] Elle a une vraie connaissance du marché financier et du marché de l’art12.

  • 13 L’idée de « spectre » du capital social renvoie à la diversité des personnes avec lesquelles on es (...)

37Viennent ensuite les passeurs bilatéraux qui font le lien entre un même milieu dans deux pays, comme cette conservatrice américaine, qui fréquente et connaît très bien le monde culturel français. Les passeurs bilatéraux entre deux pays ont une tâche plus complexe que ceux simplement entre deux milieux d’un même pays car ils doivent souvent posséder des ressources internationales, comme le fait de parler une langue ou de connaître l’autre pays. Ainsi, l’une des mécènes qui joue le rôle de « passeur » entre différents milieux ne peut le faire entre les deux pays car, ne parlant pas français, elle s’est trouvée dépourvue lorsqu’elle dut expliquer à un couple de Français qui ne parlait pas anglais en quoi consistait l’association – elle a d’ailleurs fait appel à moi pour que je joue le rôle d’interprète. Ces passeurs bilatéraux (entre deux milieux ou entre deux pays) sont des personnes assez spécialisées, souvent ouvertes sur le monde mais ancrées aux États-Unis : elles ont un « spectre »13 relativement large mais circonscrit.

  • 14 « She’s an amazingly social creature, social animal […] She knows everybody on the planet, there’s (...)

38En ce qui concerne les passeurs multilatéraux, ce sont des personnes au « spectre » très large, qui sont capables de relier à la fois différents milieux et différents pays, véritables « carrefours » sociaux, qui vont effectuer ce que nous avons appelé un travail « d’intermédiation diplomatique ». Pour ces passeurs, on observe une différence en termes d’origine sociale. Il existe d’un côté des passeurs multilatéraux qui sont des élites assez récentes, dont la réussite tient à leur propre travail (self-made man) comme Catherine, qui a créé un empire immobilier, qui voyage énormément, s’intéresse à beaucoup de choses, mais reste malgré tout circonscrite à certains milieux. Il existe d’un autre côté des passeurs multilatéraux qui viennent de vieilles familles de la grande bourgeoisie, voire de l’aristocratie, très internationalisées, et qui sont des personnes particulièrement ouvertes, tant au niveau thématique que géographique, se sentant à l’aise dans de nombreux milieux, comme Louise, issue d’une grande famille d’artistes européenne, et qui joue un rôle de « passeur » central, suscitant l’admiration des interrogés (« C’est un véritable animal social […] Elle connaît tout le monde, partout, il n’y a personne sur cette planète avec qui elle ne peut entrer en contact, elle est… C’est la seule personne que je connais qui a 5 000 meilleurs amis… Je veux dire, j’ai des amis moi aussi, mais pas à ce niveau14 »). Ces derniers passeurs multilatéraux, au sommet de la hiérarchie des passeurs, se rapprochent de l’aisance et la tolérance acquise dans les établissements d’élite évoqués par Shamus Khan (Khan 2011). Il s’agit d’une sorte d’ouverture sociale et internationale, que l’on pourrait qualifier « d’omnivorisme », appliqué au capital social, par analogie avec l’omnivorisme culturel : ces personnes sont à l’aise dans plusieurs milieux comme les omnivores culturels écoutent des musiques de différents genres.

2. 4. Les dynamiques d’activation des passeurs : passeurs actifs / passeurs passifs

39Cependant, ces trois caractéristiques – force, volume, spectre du capital social – ne sont pas suffisantes pour définir un passeur : il faut, en plus, vouloir activer ces ressources et apprécier de « travailler » les relations. Il existe ainsi des passeurs actifs et des passeurs passifs.

  • 15 Présidente du Conseil d’Administration.

40Les passeurs actifs sont d’un « dynamisme inouï » et souhaitent créer des liens. Ainsi, lorsque nous les interrogeons, certains de ces passeurs disent apprécier de créer du lien social, de présenter les gens les uns aux autres, comme l’avoue cette Chairwoman15 de l’une des associations (« j’aime aider les gens, les mettre en contact, cette personne doit rencontrer telle autre, j’aime mettre le fil conducteur entre les gens, ce lien invisible qui se tisse entre les personnes »). Ils y investissent toute leur énergie.

41Les passeurs passifs sont ceux qui ont les capacités d’être des passeurs mais ne font pas ce travail-là. Entre les deux modèles, il existe des personnes qui n’exercent cette fonction-là que dans certains milieux ou à certaines occasions. Nous pouvons ainsi évoquer l’une des membres du board d’une association, qui, travaillant dans une grande entreprise à Washington, joue le rôle de « passeur » entre le milieu politique (les élus) et économique (les grandes entreprises). Cependant, au niveau de l’association d’American Friends, elle a un rôle passif, et ne met pas cette énergie à connecter les personnes – par manque de temps peut-être aussi. Le rôle de passeur peut donc être considéré comme activable et désactivable, selon les circonstances.

3. Le rôle complexe des passeurs multipositionnés

42Tous ces acteurs vont, par leur rôle de passeurs, participer à la mobilisation des élites mécènes qui est, de ce fait, une véritable « co-construction » (Becker 1982). Leur rôle est à la fois d’aider à la création des associations et à leur développement, de créer des liens entre les différents acteurs, de faire circuler (des pratiques, des informations, des discours, etc.) traduire, négocier – tout cela entre deux pays et deux milieux principaux : c’est ce que nous avons appelé « l’intermédiation diplomatique ».

3. 1. Un rôle central dans la création des associations d’American Friends

43Les passeurs jouent un rôle central dans la création des associations d’Amis américains, qui sont souvent fondées de manière « co-construite ».

  • 16 Nous entendons ici le terme de « biculturel » dans son acception large, en l’attribuant aux person (...)
  • 17 « She is in charge of introducing high profile people to the [nom de l’institution]. She took [Mis (...)

44La création de ces associations (de l’impulsion initiale à sa mise en place concrète) est ainsi une co-construction entre les responsables de l’institution française et les premiers représentants américains (directeur exécutif, juriste, Chairman/Chairwoman), nécessitant un va-et-vient constant entre la France et les États-Unis. Le rôle des « passeurs » est alors central : personnes souvent biculturelles16, elles connaissent à la fois le fonctionnement du monde culturel français et celui du secteur à but non lucratif américain. Très connectés, ces passeurs vont avoir le rôle de « créer des liens », notamment au début, et donc effectuer un travail de présentation et de connexion : ils présentent les gens les uns aux autres, créant des liens et des ponts (« Sa mission est de faire connaître [nom de l’institution] à des personnalités de haut rang. Elle a fait visiter l’institution à Mister Collins. Je pense qu’elle peut être une très bonne ressource pour vous17 »).

  • 18 Entretien avec la Chairwoman d’une association d’AF, réalisé le 24 mars 2011, à Paris.


45Aline a joué ce rôle d’ambassadeur initiateur et « connecteur » pour l’Opéra de Paris. Française, elle a vécu 18 ans aux États-Unis et a « appris le métier sur le terrain, en étant bénévole au New York City Ballet et au Metropolitan Museum de New York18 ». En rentrant en France, elle a vu que « ce genre de mécénat n’existait pas encore » et a été approchée par le président de l’Opéra de Paris pour créer l’association française des Amis de l’Opéra. C’était l’époque où Rudolf Noureev était le directeur du Ballet et allait organiser une tournée aux États-Unis. Ils ont décidé de créer « en même temps » une association d’Amis américains pour lever des fonds aux États-Unis afin de financer cette tournée. Elle est donc partie aux États-Unis pour « voir les gens qui comptaient là-bas », pour leur parler du projet de l’association et tenter de la mettre en place. Ont suivis de nombreux allers et retours entre les deux pays. La création des associations d’American Friends est ainsi une mobilisation en cercles concentriques : l’initiative vient de l’institution, au cœur du dispositif ; les responsables des institutions vont ensuite mobiliser des acteurs américains, qui vont s’impliquer dans le projet, et vont eux-mêmes mobiliser d’autres personnes.

3. 2. Pallier la distance

46Les « passeurs » que sont les responsables des American Friends vont avoir pour rôle, une fois l’association créée, de pallier la distance physique de l’institution.

47Le premier travail de ces personnes est de « faire circuler » (les informations, les objets, les personnes) entre donateurs et récipiendaires : elles effectuent un travail d’intermédiation important. Il peut s’agir d’accueillir les mécènes américains quand ils viennent en France, de faire remonter les informations concernant l’institution aux États-Unis (programmation, soirées exceptionnelles, restaurations d’œuvres ou de monuments, venues d’artistes, nominations etc.). Leur rôle est particulièrement ambigu car elles représentent à la fois les intérêts de l’institution culturelle pour laquelle elles travaillent et les intérêts des mécènes de l’association d’American Friends.

  • 19 « We work very closely with them… and it might have something to do with the fact that I was at th (...)
  • 20 « A lot of our time is spent to work with our colleagues in London, and not only on administrative (...)

48Cela passe en particulier par un contact étroit avec l’institution. Les contacts entre les associations d’Amis américains et l’institution à laquelle elles sont rattachées sont nombreux, voire quotidiens pour certaines associations (« on travaille en collaboration », « on travaille ensemble », « on se répartit, mais on travaille beaucoup ensemble »). Le lien est encore plus étroit lorsque le personnel de l’association travaillait avant pour l’institution (« On collabore très étroitement avec eux… Et ce ne doit pas être sans rapport avec le fait que je travaillais à la Tate avant19 »). Même lorsque ce n’est pas le cas, les rapports sont fréquents : la responsable d’un grand musée parisien évoque ainsi une « conférence téléphonique officielle toutes les deux semaines, et ensuite des échanges quotidiens », qui sont l’occasion d’évoquer tous les projets et de « mettre toutes les informations sur la table », afin que tout le monde soit au courant et que toutes les personnes aient « les mêmes informations ». Malgré des variations selon les périodes (plus intenses lors de l’approche d’un événement ou d’un Conseil d’Administration), il y a toujours une « relation étroite » et « beaucoup de communication » entre les deux entités, ce qui constitue une grande partie du travail de l’association (« On passe une grande partie de notre temps à travailler avec nos collègues à Londres, et pas seulement pour des tâches administratives… On échange, on parle, on communique20 »). Ces échanges intenses visent à informer les American Friends de ce qui se passe au sein de l’institution. Étant la vitrine de celle-ci aux États-Unis, ils se doivent d’être au courant de l’actualité, qu’il s’agisse d’éléments logistiques ou administratifs (changement d’horaire d’ouvertures, nouvelle nomination etc.), ou d’éléments artistiques (programmation, présence d’un artiste, nouvelle exposition, etc). Il y a ainsi un travail important d’information.

49Pallier la distance passe également par un travail de « traduction » de l’information, à la fois traduction linguistique et culturelle, comme l’explique une responsable :

Une partie de notre travail consiste à tenir les AF au courant de ce qui se passe au Musée. On a des réunions nombreuses, on s’appelle très souvent. Il y a tellement de projets au Musée et ils sont loin physiquement, donc il faut les tenir au courant sans cesse. On leur donne également les informations qui sont produites par les conservateurs. Donc on a un travail de diffusion et communication. La matière vient du Musée, les AF ensuite l’américanisent. Donc ils s’occupent de faire toutes les sollicitations.

50Loin d’être simplement un réceptacle de l’information, l’association agit comme un « filtre » entre l’institution et les donateurs américains. Utilisant la « matière » fournie par le Musée, elle va ensuite « l’américaniser ». Connaissant les États-Unis, mais également les donateurs américains, personnellement, les membres de l’association vont transformer les informations pour les rendre compréhensibles et intéressantes pour les Américains, en faisant ressortir certains éléments. C’est le rôle que va jouer Tracy, l’Executive Director de l’une des associations d’American Friends (« Les proposals sont envoyés par le Musée aux Friends, et sont ensuite adaptés par Tracy, parce qu’elle connaît les personnes, les situations, qu’elle sait faire des propositions »). Il s’agit donc à la fois de faire connaître une culture parfois moins connue de ses interlocuteurs et faire comprendre à ceux-ci une institution qui se situe dans un lieu où l’histoire, les traditions, les manières de faire sont très différentes. Ce travail de « traduction culturelle » n’est rendu possible que grâce à la connaissance approfondie des deux pays et des deux langues par les responsables de l’institution – et en particulier les Executive Directors. Les usages différenciés des langues sont un exemple particulièrement parlant de la manière dont ces responsables parviennent à faire usage de leur « capital international » (Wagner 2007).

3. 3. Adapter les pratiques

51Les « passeurs » qui contribuent à la mobilisation des Amis américains vont aussi avoir le rôle d’adapter des pratiques, notamment en matière de reconnaissance des mécènes. Les chartes éthiques peuvent jouer là un rôle important. Ainsi, la charte du Musée du Louvre mentionne la question du naming et de ses limites, dans la section « pratiques d’octroi de contreparties et d’appellation des salles » :

Certaines salles du Louvre ont une appellation consacrée par le temps, ce qui signifie que leur dénomination a été figée il y a plus de cinquante ans. Aussi, le Musée du Louvre s’interdit-il de débaptiser un espace du musée dont l’appellation serait ainsi consacrée pour lui donner le nom d’un donateur individuel en remerciement d’un don particulièrement important. Si un espace n'a pas d'appellation historique, le Président-directeur peut proposer au Conseil d'Administration du musée de lui donner le nom d'un donateur en remerciement d'un don particulièrement important. L’appellation d’une salle se fera pour une durée limitée dans le temps, selon le montant et la nature du don, conformément à la politique d’octroi des contreparties validée par le Conseil d’Administration du 10 octobre 200321.

52Si le naming devient ainsi une pratique adoptée, ses modalités vont être adaptées. Deux adaptations en particulier nous ont semblé intéressantes. Il s’agit, tout d’abord, d’adapter la mention du montant sur la plaque. Alors qu’aux États-Unis, la mise en avant de la reconnaissance sur des plaques se fait en fonction des montants du don (les personnes qui ont donné 1 000/10 000/100 000 dollars), la plupart des institutions culturelles françaises refusent ce genre de catégorisation et préfèrent offrir une plaque commune, où la différenciation n’est pas aussi rationalisée et calculatrice, afin de mettre en avant l’égalité de traitement des donateurs, et d’offrir une « reconnaissance globale » :

  • 22 Entretien polyphonique avec les responsables d’une institution culturelle (Président et conservate (...)

On a constamment les Amis américains qui nous disent : « Dites-nous combien de salles vous avez ? » Parce qu’eux, ils le traduisent en plaques […]. Nous, on refuse de répondre à ces questions, parce que on ne veut pas devenir un musée de plaques et on préfère trouver un dispositif de reconnaissance à l’entrée du musée, dans un endroit valorisant, mais du coup on est confronté à quelque chose qui est plus compliqué, parce que quand vous avez payé pour l’ascenseur, vous avez votre nom sur l’ascenseur, quand vous avez payé pour la grande salle, bon… Donc là visuellement ça se voit très simplement. Nous, on veut essayer de marquer une reconnaissance globale et si on applique les barèmes financiers, on est dans quelque chose qui est cruel et injuste, parce que c’est pas la même échelle économique […], donc c’est pas simple22.

53Les responsables culturels se heurtent ainsi à des désirs des mécènes américains qui s’opposent à leurs convictions : ils préfèrent alors proposer une alternative. Une deuxième forme d’adaptation du naming concerne la visibilité. Les mécènes américains ayant des logiques de visibilité différentes de celles des institutions françaises, les pratiques sont adaptées :

  • 23 Entretien avec les responsables d’une institution culturelle, réalisé à Paris le 18 février 2013.

Ils sont très attentifs à cette visibilité et reconnaissance… […]. Le naming, c’est crucial pour [les Américains]. Mais là ça devient un peu compliqué, parce que c’est difficile de nommer les salles, d’autant plus qu’on a une charte stricte. Et là on sent bien le poids des différences culturelles. Ils veulent des grandes plaques, et leur nom en lettres dorées énormes, alors que nous, on ne propose qu’une petite plaque grisée dans le coin, alors on sent une déception de leur part quand ils réagissent. La visibilité ici n’est pas mise en scène de la même manière. Et on n’a pas le droit de nommer n’importe quoi, n’importe où. Donc ils nous demandent toujours des simulations, on leur envoie les simulations pour qu’ils voient ce que ça va donner23.

  • 24 Ibid.

54Cette question de la visibilité apparaît comme une variable d’ajustement particulièrement utilisée. L’adaptation se fait de manière consensuelle, en veillant tout de même à contenter le mécène car, s’agissant d’Américains, l’importance d’être « diplomate » est centrale (« Le naming […] [est] quelque chose […] qui aurait pu être très choquant […], on essaie d’encadrer les choses […], de rendre hommage aux sponsors comme il se doit, tout en encadrant la manière dont c’est fait, et en respectant des règles qui sont […] plus précises, et qui permettent à chacun d’y trouver son compte24 »). Ces adaptations donnent lieu à de nouvelles formes de naming, formes hybrides à mi-chemin entre les pratiques philanthropiques américaines et le contexte du monde culturel français, créant un « monde partagé ».

3. 4. Expliciter, négocier, traduire

55Un autre rôle des « passeurs » est de mettre en œuvre un important travail de traduction interculturelle vis-à-vis des mécènes américains. Les responsables culturels des institutions en particulier font tout pour que leurs mécènes américains comprennent les valeurs et pratiques du monde culturel français, afin de créer des relations plus fluides. L’objectif de ce travail de traduction interculturelle est d’expliciter aux mécènes américains la manière dont fonctionne le monde culturel français, ses codes et ses pratiques :

  • 25 Entretien polyphonique avec les responsables d’une institution culturelle (Président et conservate (...)

Je n’utiliserais pas le mot de « négociateur » […], parce qu’en réalité on n’a rien à négocier, c’est juste un travail d’explication. […] On est deux à le faire : [les deux conservateurs et le Président de l’institution] […]. Mais il faut que tout le monde s’y colle, […] c’est un rôle absolument crucial. Il faut quelqu’un qui ait conscience que l’interlocuteur d’en face ne comprend pas de quoi vous parlez. Par exemple à la Direction des Musées de France, on fait des réunions, on invite [les Américains]. On parle le langage administratif (sourire), on emploie des termes qu’ils ne connaissent pas, on leur dit « vous comprenez, en raison de l’annualité budgétaire » […]. Le fonctionnaire qui parle comme ça ne comprend pas qu’en face… C’est pour ça que notre rôle est très important25.

56Les conservateurs vont passer un temps important à faire ce travail de traduction et d’explication, s’adaptant à leur public et tentant de trouver la meilleure manière de « faire comprendre » aux Américains, à travers des situations concrètes :

  • 26 Ibid.

Je me suis amusée à minuter le temps que me prenaient mes conversations avec chacune des [deux membres du Board] […]. La Française, 25 minutes, l’Américaine 45 minutes. […] Cette différence, elle est profondément liée au fait que la Française, je lui dis « l’annualité budgétaire », elle sait pas trop, mais je lui explique et vite elle pige, alors que l’Américaine, il faut que je lui explique : « c’est le budget de l’État, il est voté… » mais c’est vraiment ça que je fais ! « Il est voté par l’Assemblée, on n’a pas le droit de dépenser de l’argent » […] Eh oui, il faut lui expliquer l’institution, la IIIe République, etc.26

57Pour parvenir à ses fins, ce travail doit se fonder, selon cette conservatrice, sur une relation interpersonnelle, basée sur la confiance, qui va permettre de sortir du conflit et de s’ouvrir à l’autre point de vue :

  • 27 Ibid.

Nous, déjà, on s’y perd. Mais ce qui est sûr c’est que le rôle du conservateur en tant que médiateur avec les Sociétés des Amis, et notamment des Amis américains, du fait de cette distance culturelle, est vraiment primordiale […]. Tout l’enjeu de cette médiation, c’est aussi de ne pas se retrouver en situation de confrontation et de tension dans le cadre justement d’une acquisition forcée, ou extérieure. C’est là que je pense tout ça se joue, parce que c’est aussi un peu sur l’émotionnel, on est sur l’affectif, puisqu’on est dans des relations interpersonnelles, d’amener l’autre à comprendre notre point de vue, et pas seulement le point de vue administratif et culturel, mais aussi le point de vue professionnel qui est qu’on enregistrera pas n’importe quelle œuvre d’art dans les collections publiques françaises […]. C’est pas simple, mais j’ai compris qu’il y avait un enjeu, et ça devient aussi un plaisir d’être capable de comprendre les deux points de vue, parce que si on est trop enfermé dans un point de vue, on se tape la tête contre les murs, et on se dit : « mais ils comprennent rien ces Américains ! »27

  • 28 Entretien avec la responsable d’American Friends non français, réalisé à New York le 13 mars 2013.

58Cette traduction se fait aussi au sein d’associations d’autres pays, comme me l’explique cette responsable d’une association d’American Friends italienne (« Actuellement, il y a une controverse […] sur les panneaux publicitaires de la Piazza San Marco […]. Aux États-Unis, c'est différent, nous sommes habitués aux enseignes, logos, etc. Mais en Italie, c'est un problème […], c'est une sensibilité différente […], nous essayons d’expliquer que nous ne possédons pas les [monuments] […]. Il y a des attentes différentes. Nous expliquons aux gens qu’en Italie, les choses sont différentes, il y a des règles et nous ne les définissons pas28 »). Il s’agit sans cesse d’expliciter, de faire comprendre, de « créer des ponts » entre les deux univers.

3. 5. Le rôle du passeur multipositionné : l’intermédiation diplomatique

  • 29 Entretien avec un responsable d’une institution culturelle, anciennement diplomate, réalisé à Pari (...)

59Ces traductions et négociations incessantes entre les deux mondes, dans un sens puis dans l’autre, mises en œuvre dans l’interaction même qui se joue dans la relation interpersonnelle, constituent le cœur du travail « diplomatique » mené par les American Friends (« Il faut se mettre à la place des institutions… C’est un vrai travail diplomatique que de gérer tout ça, en France et aux États-Unis29 »). Cette explicitation montre qu’au travail diplomatique s’ajoute un travail d’intermédiation entre deux mondes, régis par des « systèmes de valeurs qui ont longtemps été antagonistes comme ceux de l’art et ceux du commerce » (Jeanpierre & Roueff 2014). C’est cette action, menée par les American Friends et leurs relais, qui croise et combine d’une part intermédiation entre monde de l’art et monde commercial, et d’autre part diplomatie entre la France et les États-Unis, dans un mouvement de va-et-vient entre deux parties qu’ils représentent, que nous avons nommée « intermédiation diplomatique ».

60Cette intermédiation diplomatique n’est pas le seul fait des responsables des associations d’American Friends ou des institutions culturelles. Il est également le fait d’un grand nombre d’acteurs, qui appartiennent à ce que nous avons appelé la « nébuleuse philanthropique », en référence aux travaux de Christian Topalov (Topalov 1999), et qui regroupe tous les acteurs (centraux et périphériques) qui gravitent autour des American Friends. Au sein de cette nébuleuse circulent des idées, des informations, des représentations (sur le rôle de la philanthropie, son impact sur la société, sur la manière dont elle contribue à l’intérêt général, etc.), à travers des relations interpersonnelles qui vont se nouer entre les différents acteurs. C’est par cette circulation que va être « transnationalisée » la cause philanthropique, c’est-à-dire qu’un certain nombre d’acteurs américains vont venir aider les acteurs français à défendre et développer la philanthropie en France. Cela passe notamment par la circulation d’idées, de représentations, d’informations, mais également par une action plus cadrée auprès des élites politiques françaises. En particulier, l’adoption de lois et de structures encourageant la philanthropie va être appuyée par des mécènes américains. Nous pouvons citer ici l’adoption en 2008 de la loi sur le fonds de dotation, structure directement inspirée des endowment funds américains et qui a été soutenue par plusieurs mécènes des Amis américains. Un travail de fond plus long est également mené auprès des élites politiques françaises.

Conclusion

61L’analyse des associations d’American Friends permet de comprendre la philanthropie transnationale et les circulations qu’elle favorise. En se centrant sur les acteurs de ces circulations, cet article offre une analyse de ces « passeurs », de leurs caractéristiques et de leurs rôles au sein des interfaces que sont ces associations multipositionnées, montrant notamment les conditions de possibilité pour que certains acteurs deviennent des passeurs. Croisant la question du rôle avec l’examen des caractéristiques sociales de ces acteurs, la perspective de sociologie des élites permet aussi de contextualiser le rôle de ces passeurs. Cela permet de mettre en lumière la complexité de leur fonction, en questionnant la boîte noire de la notion « d’intermédiation » et en étudiant concrètement ses différentes facettes : ils effectuent en effet un travail important de mise en circulation, de négociation, d’explicitation, d’adaptation et de traduction, entre deux pays (la France et les États-Unis) et plusieurs milieux (notamment économique et culturel) : c’est ce que nous entendons par « intermédiation diplomatique ». Enfin, ce travail des passeurs, qui accompagne le développement de la philanthropie américaine en France, a des effets et contribue à un mouvement plus général d’ouverture des institutions culturelles aux acteurs privés, participant ainsi à des transformations de l’État et des reconfigurations entre le secteur public et le secteur privé.

Haut de page

Bibliographie

Adam Thomas (2009). Buying Respectability: Philanthropy and Urban Society in Transnational Perspective, 1840s to 1930s. Bloomington, Indiana University Press.

Becker Howard (1985). Outsiders. Études de sociologie de la déviance. Paris, Métailié.

Becker Howard (1986). Doing Things Together: Selected Papers. Evanston, Northwestern University Press.

Beckert Sven, Rosenbaum Julia B. (dir.) (2010). The American Bourgeoisie: Distinction and Identity in the Nineteenth Century. New York, Palgrave Macmillan.

Bonelli Laurent & Pelletier Willy (dir.) (2010). L’État démantelé. Enquête sur une révolution silencieuse. Paris, La Découverte.

Cobb Roger & Elder Charles (1972). Participation in American Politics. The dynamics of Agenda-building. Boston, Allyn and Bacon.

Coeurdray Murielle & Blanchet Thomas (2010). « Légitimités asymétriques et hybridations organisationnelles face à l’importation de pratiques étrangères : le secteur de l’eau en Allemagne ». Critique Internationale, 48(3) : 53-75.

Cousin Bruno & Chauvin Sébastien (2014). « Globalizing Forms of Elite Sociability: Varieties of Cosmopolitanism in Paris Social Clubs ». Ethnic and Racial Studies, 37(12) : 2209-2225.

Dakowska Dorota (2014). Le Pouvoir des fondations. Des acteurs de la politique étrangère allemande. Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Devin Guillaume (dir.) (2004). Les Solidarités transnationales. Paris, L’Harmattan.

Dezalay Yves (2004). « Les courtiers de l’international ». Actes de la recherche en sciences sociales, 151-152(1-2) : 4-35.

Jeanpierre Laurent & Roueff Olivier (dir.) (2014). La Culture et ses intermédiaires. Dans les arts, le numérique et les industries créatives. Paris, Archives Contemporaines.

Jobard Fabien, Geeraert Jérémy, Laumond Bénédicte, Mützelburg Irina & Zeigermann Ulrike (2020). « Sociologie politique des passeurs. Acteurs dans la circulation des savoirs, des normes et des politiques publiques ». Revue française de science politique, 70(5) : 557-573.

Gemelli Giuliana & Macleod Roy (dir.) (2003). American Foundations in Europe. Grant-giving Policies, Cultural Diplomacy and Trans-Atlantic Relations (1920-1980). Berne, Peter Lang.

Gensburger Sarah (2011). « Contributions historiennes au renouveau de la sociologie de l’Etat. Regards croisés franco-américains ». Revue française de sociologie, 52(3) : 579-602.

Guilhot Nicolas (2004). « Une vocation philanthropique. George Soros, les sciences sociales et la régulation du marché mondial ». Actes de la recherche en sciences sociales, 151-152(1‑2) : 37-48.

Hammack David & Heydemann Steven (dir.) (2009). Globalization, Philanthropy and Civil Society: Projecting Institutional Logics Abroad. Bloomington, Indiana University Press.

Hassenteufel Patrick & Maillard Jacques (De) (2013). « Convergence, transferts et traduction. Les apports de la comparaison transnationale ». Gouvernement et Action publique, 3(3) : 377-393.

Henry Odile (2012). « Un entrepreneur de réforme de l’Etat : Henri Fayol (1841-1925) ». Actes de la recherche en sciences sociales, 193(3) : 38-55.

King Desmond & Le Galès Patrick (2011). « Sociologie de l’État en recomposition ». Revue française de sociologie, 52(3) : 453-480.

Lemercier Claire (2005). « La France contemporaine : une impossible société civile ? ». Revue d’histoire moderne et contemporaine, 52(3) : 166-179.

Martel Frédéric (2006). De la Culture en Amérique. Paris, Gallimard.

Monier Anne (2019). Nos chers « Amis américains ». Une enquête sur la philanthropie transnationale. Paris, Presses universitaires de France.

Nay Olivier & Smith Andy (2002). Le Gouvernement du compromis. Courtiers et généralistes dans l’action politique. Paris, Economica.

Pinçon Michel & Pinçon-Charlot Monique (1996). Grandes fortunes. Dynasties familiales et Formes de richesse en France. Paris, Payot.

Rosanvallon Pierre (1990). L’État en France de 1789 à nos jours. Paris, Le Seuil.

Sapiro Gisèle & Pacouret Jérôme (2015). « La circulation des biens culturels : entre marchés, États et champs ». Dans Siméant Johanna (dir.). Guide de l’enquête globale en sciences sociales. Paris, CNRS Éditions.

Sassen Saskia (2004). « Introduire le concept de ville globale ». Raisons politiques, 15(3) : 9-23.

Saunier Pierre-Yves (2003). « Administrer le monde ? Les fondations philanthropiques et la public administration aux États-Unis (1930-1960) ». Revue française de science politique, 53(2) : 237-255.

Saunier Pierre-Yves (2004). « Circulations, connexions et espaces transnationaux ». Genèses, 57(4) : 110-126.

Siméant Johanna (2012). « Localiser le terrain de l’international ». Politix, 100(4) : 129-147.

Siméant Johanna (dir.) (2015). Guide de l’enquête globale en sciences sociales. Paris, CNRS Éditions.

Stone Diane (2008). « Transnational philanthropy, policy transfer networks and the Open Society Institute ». Working paper, University of Warwick, Center for the Study of Globalisation and regionalisation, 238/08.

Topalov Christian (1999). Laboratoires du nouveau siècle. La Nébuleuse réformatrice et ses réseaux en France, 1880-1914. Paris, Éditions de l’EHESS.

Tournès Ludovic (2010). « La philanthropie américaine et l'Europe : contribution à une histoire transnationale de l'américanisation ». Bulletin de l'Institut Pierre Renouvin, 31(1) : 173-187.

Tournès Ludovic (2010). L’Argent de l’influence. Les Fondations américaines et leurs réseaux européens. Paris, Autrement.

Vauchez Antoine (2013). « Le prisme circulatoire. Retour sur un leitmotiv académique ». Critique internationale, 59(2) : 9-16.

Wagner Anne Catherine (2003). « La bourgeoisie face à la mondialisation ». Mouvements, 26(2) : 33-39.

Haut de page

Notes

1 Mobilisations philanthropiques transnationales : les « Amis américains » des institutions culturelles françaises. Thèse de doctorat en sociologie politique. Paris, École des hautes études en sciences sociales, 2016. Voir Monier 2019.

2 La notion d’« interface » peut être définie, selon le Trésor de la Langue française, comme une « zone de contacts et d’échange » et renvoie à l’idée de « plaques tournantes » (Tournès 2008), de « nœud » (Sassen 2004), d’« espace hybride » ou de « position interstitielle » (Georgakakis & Vauchez 2015).

3 De 1986 à 1988, le nouveau ministre de la Culture, François Léotard, fait de l’appel au mécénat une des composantes de sa politique. La loi du 23 juillet 1987 donne, pour la première fois, une reconnaissance légale au terme de « mécénat ». Les taux plafonds de déductibilité sont de nouveau rehaussés et le champ des organismes bénéficiaires de ces dons est étendu. Un Conseil supérieur du mécénat culturel est créé en 1987.

4 Les ressources propres sont toutes les ressources générées ou reçues par l’institution en dehors des subventions publiques (recettes de la billetterie, des boutiques, mécénat, etc.).

5 Entretien avec le responsable d’une fondation américaine ayant collaboré avec les American Friends, réalisé par téléphone le 20 mai 2013 (« The only common characteristic of Friends groups is just this structural challenge […], there is a tension that is built into the structure »).

6 « When was the last time I saw you ? Oh yes, in Paris »

7 « Hello Anne, I see you on all the continents ! »

8 La RMN-GP (Réunion des musées nationaux – Grand Palais) est un établissement culturel public (EPIC), réunissant le Grand Palais et des musées nationaux SCN (musées de Service à compétence nationale), tels que le Musée de Cluny, le Domaine de Compiègne, etc.

9 Observation réalisée le 15 mai 2012. (« It would be a huge success for G.S. to make Daniel Boulud come »).

10 « You need to first have the contacts in order to do a good job. And I think maybe the previous president, she was extraordinary in figuring out how to set up an organization like this [...] but she wasn't necessarily so connected in the art world... »

11 « So I guess you know how to create a board, you have to have a bit of everything. You need an artist, because it’s arts and it attracts people. You need legal people, because as you might know, philanthropy is a lot about law. You need financial people, you need social people, who don’t have so much money but are very well connected, and you need people who are into local politics. So creating a board is finding the right mix. It also has to be people politically well together. What we say is: you have to keep politics out of the Boardroom. »

12 Entretien avec le responsable d’une association d’AF, réalisé le 7 mai 2014 à Paris.

13 L’idée de « spectre » du capital social renvoie à la diversité des personnes avec lesquelles on est en relation (Monier 2018).

14 « She’s an amazingly social creature, social animal […] She knows everybody on the planet, there’s nobody on the planet she cannot reach or know, she has… She’s the only person I know that has 5 000 best friends… I mean I have friends but not like her »

15 Présidente du Conseil d’Administration.

16 Nous entendons ici le terme de « biculturel » dans son acception large, en l’attribuant aux personnes qui (quelle que soit leur nationalité) connaissent bien la culture des deux pays, pour avoir résidé pour une certaine période de temps dans l’un et l’autre.

17 « She is in charge of introducing high profile people to the [nom de l’institution]. She took [Mister Collins] on a tour. I think she could be a very good resource for you »

18 Entretien avec la Chairwoman d’une association d’AF, réalisé le 24 mars 2011, à Paris.


19 « We work very closely with them… and it might have something to do with the fact that I was at the Tate before »

20 « A lot of our time is spent to work with our colleagues in London, and not only on administrative work… We exchange, we talk, we communicate »

21 Site Internet du Musée du Louvre, consulté le 5 août 2015.

22 Entretien polyphonique avec les responsables d’une institution culturelle (Président et conservateurs), réalisé à Paris le 16 mai 2014.

23 Entretien avec les responsables d’une institution culturelle, réalisé à Paris le 18 février 2013.

24 Ibid.

25 Entretien polyphonique avec les responsables d’une institution culturelle (Président et conservateurs), réalisé à Paris le 16 mai 2014.

26 Ibid.

27 Ibid.

28 Entretien avec la responsable d’American Friends non français, réalisé à New York le 13 mars 2013.

29 Entretien avec un responsable d’une institution culturelle, anciennement diplomate, réalisé à Paris le 24 juillet 2013.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Crédits Crédits : Anne Monier.
URL http://journals.openedition.org/bssg/docannexe/image/2829/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 4,5M
Titre Figure 2
Légende Schéma des acteurs étatiques en lien avec les American Friends.
Crédits Crédits : Anne Monier.
URL http://journals.openedition.org/bssg/docannexe/image/2829/img-2.PNG
Fichier image/png, 161k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Monier, « Penser les circulations par leurs acteurs : pour une sociologie des passeurs. Le cas des Amis américains des institutions culturelles françaises »Biens Symboliques / Symbolic Goods [En ligne], 13 | 2023, mis en ligne le 18 décembre 2023, consulté le 23 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/bssg/2829 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bssg.2829

Haut de page

Auteur

Anne Monier

Docteure en sociologie politique, chercheuse à la Chaire Philantrophie de l’Essec

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search