Navigation – Plan du site

AccueilNuméros13DossierNégociations avec la frontière : ...

Dossier

Négociations avec la frontière : les réseaux culturels dans les espaces frontaliers Brésil-Uruguay, entre institutionnalisation et informalité

Negotiating with the Border: Cultural Networks in the Brazil-Uruguay Borderlands, Between Institutionalization and Informality
Negociaciones con la frontera: las redes culturales en los espacios fronterizos Brasil-Uruguay, entre institucionalización e informalidad
Verhandlungen mit der Grenze: Kulturelle Netzwerke in den Grenzräumen Brasilien-Uruguay zwischen Institutionalisierung und Informalität
Solène Marié
Traduction(s) :
Negotiating with the Border: Cultural Networks in the Brazil-Uruguay Borderlands, Between Institutionalization and Informality [en]

Résumés

À l’intersection entre l’étude des politiques et productions culturelles et celle des espaces frontaliers, cet article s’intéresse aux processus à l’œuvre dans le développement d’actions culturelles transfrontalières, prenant en compte le cadre à la fois formel et informel. Le cas des espaces frontaliers entre le Brésil et l’Uruguay est exploré afin d’apporter une analyse provenant d’un cas moins étudié dans la littérature sur les politiques culturelles comme sur les espaces frontaliers. L’analyse développée met en lumière, simultanément avec l’institutionnalisation, l’importance de l’action publique de nature informelle s’exprimant à travers des réseaux d’acteurs ainsi que des stratégies de contournement. La frontière est dépassée par les acteurs, mais elle occupe néanmoins un rôle central, que ce soit en tant que barrière, en tant que justification de son franchissement ou même en tant que lien. Au-delà de son existence tangible, la frontière joue un rôle paradoxal entre présence et absence, limite et lieu d’expression d’un entre-deux, règle et espace de liberté.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 « As we traversed a large swath of Eurasia, the colours, contours, and textures of culture changed (...)

Nous traversions une grande portion de l’Eurasie et les couleurs, contours, et textures de la culture changeaient, mais nous ne passions pas d’un bloc culturel scellé hermétiquement à un autre et nous ne traversions aucun poste-frontière civilisationnel. La culture avait une topographie mais aucune territorialité1. (Reus-Smit 2018 : préface, p. x)

1Dans les champs des relations internationales et de la science politique, il existe une tendance à concevoir les frontières simplement en tant qu’objets au travers desquels se produisent les relations internationales (Moraczewska 2010 ; Rosenau 1997). Les notions mêmes d’intégration et de coopération proviennent de l’idée de séparation : les deux phénomènes ne peuvent se produire qu’entre deux unités distinctes. Par ailleurs, la littérature tend à naturaliser les frontières et à les concevoir comme des abstractions qui sont présentes dans l’espace mais ont très peu d’effets sur lui (Walker 2016). On les considère comme la couche externe de l’État en tant que système : elles marquent la fin de son territoire ainsi que son point de contact avec la sphère internationale. Développer une recherche ancrée dans les espaces frontaliers implique de considérer la frontière comme le centre d’un autre système : celui formé par les espaces frontaliers qui l’entourent.

  • 2 Terme utilisé en langue anglaise dans les border studies, traduit ici en français par l’expression (...)

2Les espaces frontaliers (borderlands2) constituent des zones de transition, voire des espaces hybrides (Newman 2011). Leurs caractéristiques particulières y font converger plusieurs types de flux, pouvant se décliner sous forme de flux locaux intenses entre les deux côtés de la frontière les caractérisant en tant que système territorial. Les espaces frontaliers sont le théâtre d’une convergence de flux internationaux, nationaux (capitale-espace frontalier) et régionaux. La vie y est imprégnée du franchissement constant de limites physiques et sociales ainsi que de la manipulation des structures politiques, économiques et culturelles existantes (Machado 1998). Elle est également profondément marquée par des aspects relationnels, qui se manifestent notamment par une coexistence de pratiques convergentes et divergentes entre les espaces situés des deux côtés de la frontière (Albuquerque 2005 ; Carneiro Filho & Lemos 2014). Il est donc plus juste d’analyser les frontières en termes de processus (bordering) que d’objets fixes (Van Houtum & Van Naerssen 2002).

3À l’intersection entre l’étude des politiques et productions culturelles et celle des espaces frontaliers, cet article se consacre spécifiquement à l’analyse du développement, dans les espaces frontaliers Brésil-Uruguay, d’actions culturelles s’étendant des deux côtés de la ligne de frontière politique qui les traverse. D’une part, la prépondérance des cadres d’analyse européens dans le domaine des politiques culturelles invite à privilégier un développement théorique à partir d’autres cas. Notre approche consiste à développer des cadres d’analyse adaptés à ces contextes géographiques et culturels, permettant de les étudier à partir de catégories propres plutôt qu’issues d’un contexte culturel et institutionnel européen. D’autre part, notre article s’inscrit dans le contexte d’une émergence de la recherche sur les espaces frontaliers sud-américains, et d’une faible représentation de ces derniers dans la littérature mondiale. Ces travaux permettent d’offrir une autre perspective sur un phénomène qui reste principalement théorisé à partir d’études de cas dans le contexte européen et nord-américain. Même les ouvrages dédiés aux frontières moins étudiées ou situées dans les Suds incluent peu d’études de frontières sud-américaines (Brunet-Jailly 2010 ; Staudt 2017). Comme l’expriment Newman et Paasi, il est important que des récits frontaliers émergent de diverses régions du monde et viennent apporter du contraste à la littérature produite à partir de l’étude de frontières européennes :

  • 3 « It is […] fallacious to suggest that the removal of boundaries, if indeed that is what is happen (...)

Il est […] fallacieux de suggérer que la suppression des frontières, si c’est effectivement ce qui se passe dans la société occidentale, se produit de la même manière, ou a le même effet, au sein d’autres aires culturelles. Nous avons besoin que des récits nouveaux et alternatifs sur les limites émergent de ces sociétés qui ont des représentations différentes de l’espace et des identités sociales. Il est important d’encourager les chercheurs de ces sociétés à présenter fièrement leurs propres récits, même, et peut-être surtout, là où ces récits contrastent avec nos propres notions eurocentrées d’occupation territoriale et spatiale.3 » (Newman & Paasi 1998 : 201)

  • 4 Pour plus d’informations sur l’histoire de la région, voir : Fernando Cacciatore de Garcia (2011)  (...)

4Les espaces frontaliers Brésil-Uruguay présentent des particularités historiques, car ils ont joué un rôle en tant qu’espace-tampon entre deux puissances régionales (Amilhat Szary 2010 ; Simi 2018), mais aussi contemporaines, car il y existe actuellement des réseaux et des circulations culturels (Amilhat Szary 2010 ; Carneiro Filho & Lemos 2014). En effet, ils sont marqués par l’histoire des changements d’appartenance politique et territoriale qu’a connus la zone, liés à des conflits entre les empires espagnol et portugais, puis entre le Brésil, l’Argentine et des groupes armés locaux. Ces derniers ont pris fin en 1828 suite à la stabilisation de la frontière dans sa localisation actuelle4. Au-delà de ses effets politiques, cette trajectoire historique a eu des effets profonds sur la zone aux niveaux démographique, social et culturel. L’histoire locale conserve en elle la mémoire d’une alternance d’appartenances nationales, cet espace ayant été intégré successivement aux deux États voisins, ainsi que celle d’intenses mouvements de populations. Ces espaces sont de type interstitiel, car le local prime sur le national et il existe de multiples réseaux politiques, économiques et sociaux traversant la frontière.

5Cette primauté du local sur le national est liée en premier lieu à l’éloignement vis-à-vis des capitales. Cette distance est particulièrement palpable vis-à-vis du pouvoir brésilien, notamment du fait des dimensions de ce pays dont la taille dépasse celles de tous ses voisins sud-américains. L’Uruguay est un pays aux dimensions beaucoup plus réduites, mais sa capitale Montevideo se situe tout de même à l’extrême sud du pays, à l’opposé des espaces frontaliers étudiés.

  • 5 Notes de terrain issues d’un entretien avec Ricardo Almeida, chargé de projet dans les secteurs de (...)

6Par ailleurs, une « distance institutionnelle entre ces régions et l’État » (Mercher, Bernardo & Silva 2018) se superpose à la distance physique. Cette distance se manifeste différemment au Brésil, État fédéral divisé en 26 états ainsi qu’un district fédéral ; et en Uruguay, État centralisé divisé en départements dirigés par des intendants responsables devant le pouvoir central. Toutefois, les espaces frontaliers Brésil-Uruguay sont d’une manière générale des espaces à la marge, dans des zones de faible densité, dans lesquels l’État coexiste historiquement avec une série d’autres acteurs qui mènent des initiatives restant hors de son contrôle (Amilhat Szary 2010). Comme le souligne Ricardo Almeida, l’oubli est riche et apporte de la liberté5 : les acteurs trouvent des interstices pour agir dans les espaces d’inaction ou d’inattention de l’État.

  • 6 « expressions qui résultent de la créativité des individus, des groupes et des sociétés, et qui on (...)
  • 7 Qui renvoient « au sens symbolique, à la dimension artistique et aux valeurs culturelles qui ont p (...)
  • 8 « areas in proximity to the border which constitute a transition zone between two distinct categor (...)

7Dans ces espaces se manifestent également des expressions culturelles6 porteuses de contenus culturels7 hybrides. Ils peuvent ainsi être considérés comme des espaces frontaliers suivant la définition de Newman (2011 : 37) : « des zones à proximité de la frontière qui constituent un espace de transition entre deux catégories distinctes, et non une ligne de démarcation claire8 ».

8Il importe notamment de souligner une différence fondamentale entre le sous-continent sud-américain et le continent européen en termes de développement des frontières. En effet, la colonisation du premier y a engendré une relation chronologique et causale entre nation et frontières inverse à celle du second. Alors qu’en Europe, la construction des nations a mené à une occupation territoriale ayant par la suite défini le tracé des frontières de l’État, en Amérique du Sud, le tracé des frontières a défini un territoire national au sein duquel un projet politique et social de nation s’est développé (Amilhat Szary 2010). Ce processus a également influencé l’urbanisation de la région au xixe siècle, les deux États ayant créé les municipalités frontalières dans l’objectif de consolider le territoire et d’y assurer les contrôles douaniers. Par conséquent, la localisation de ces villes n’est pas un hasard : la frontière a précédé leur création et elles y sont intrinsèquement liées (Dorfman 2009). Une illustration concrète de cette prévalence du territoire sur la nation est la décision, sur la base de ce que le général uruguayen Artigas identifiait comme un projet expansionniste portugais dans la bande nord de l’Uruguay (Palermo 2001), de prendre des mesure d’« orientalisation » de la région. L’une d’elle a consisté à encourager l’immigration européenne afin de réduire la proportion de personnes d’origine brésilienne dans la population (Dorfman 2009).

9L’article examine les processus qui sous-tendent les actions culturelles développées dans ces espaces frontaliers, en s’intéressant à la contribution de structures et de mécanismes institutionnels ainsi qu’aux réseaux, stratégies et processus informels. L’analyse est guidée par les interrogations suivantes : comment et par qui la frontière est-elle contournée pour permettre l’existence d’actions culturelles transfrontalières ? Quels rapports à la frontière, tantôt envisagée comme une limite à respecter, tantôt comme une limite à contourner, peuvent être observés dans les espaces frontaliers ?

  • 9 « To understand the concept of culture as the product of specific historical transformations is th (...)

10Dans le contexte des espaces frontaliers, s’intéresser à l’action culturelle dans ses dimensions transnationales peut nous conduire dans plusieurs directions. En effet, dans le champ des relations internationales, les débats sur la culture sont principalement centrés sur des questions liées aux identités, aux normes et aux valeurs. Toutefois, nous nous intéressons ici à la culture en tant que pratique. Comme l’affirme Walker (1990 : 12), « comprendre le concept de culture en tant que produit de transformations historiques spécifiques revient donc à comprendre que se confronter à la question de la culture implique désormais de s’intéresser à des questions de pratiques politiques9 ».

11Cette étude, en se consacrant donc aux réseaux qui soutiennent la culture, admet celle-ci en tant que produit de l’intellect et de la créativité humaine, plutôt qu’en tant qu’ensemble de schémas de signification qui affectent la façon dont les groupes humains vivent et interagissent avec leur environnement tel que l’envisage une conception anthropologique plus large (Geertz 1973). Par ailleurs, nous utilisons le terme « actions culturelles » au sens large, pour désigner à la fois les politiques culturelles – actions gouvernementales délibérées et réfléchies visant à soutenir et réguler les expressions culturelles produites par les individus dans une société donnée – et les expressions culturelles en elles-mêmes – pratiques, produits et processus culturels. Nous y incluons tout mode de création, de transmission et de gestion (publique ou privée) et degré d’institutionnalisation (cadre formel ou informel) conformément au cadre et aux définitions proposés par l’Unesco10.

12Afin d’explorer la thématique de la constitution des espaces frontaliers dans leurs aspects culturels, une étude ethnographique multi-située (Marcus 1995) a été réalisée en juillet 2018 dans les espaces frontaliers Brésil-Uruguay afin d’identifier les pratiques et les relations au travers desquelles est conduite l’action publique (Dubois 2012). Elle a reposé sur l’accompagnement des relations humaines et des connexions institutionnelles qui soutiennent ces réseaux, identifiées à travers des entretiens. L’étude inclut à la fois les structures formelles et informelles d’action publique transfrontalière et se positionne dans une perspective multi-niveaux, c’est-à-dire prenant en compte verticalement plusieurs niveaux de gouvernance et horizontalement la contribution d’institutions publiques mais également d’organisations non gouvernementales et d’acteurs locaux militants.

13Une première étude de terrain exploratoire a été effectuée en juillet 2018 à travers les espaces frontaliers en les parcourant de la manière la plus étendue possible, y compris dans deux villes non frontalières mais présentant une connexion avec les espaces frontaliers : Porto Alegre et Pelotas. Le contact avec l’espace, les problématiques et les personnes a été établi à travers l’observation asystématique. Elle a inclus la collecte de matériel audiovisuel, la visite de sites culturels et cinq entretiens non directifs. Le contact avec les personnes interviewées a été noué par le biais de collègues scientifiques et d’échanges avec des acteurs locaux au sujet de nos publications préalables. Les observations effectuées pendant la première étude de terrain ont corroboré les éléments de littérature indiquant que la culture frontalière, les actions culturelles et les réseaux culturels transfrontaliers étaient davantage ancrés dans les villes situées le long de la ligne de frontière.

14La deuxième étude de terrain, en septembre 2018, ayant pour objectif la collecte des données a par conséquent été effectuée dans des villes situées le long de la ligne de frontière : un centre urbain transfrontalier continu, Santana do Livramento (Brésil) / Rivera (Uruguay) ; et un autre composé de deux communes discontinues séparées par un cours d’eau, Jaguarão (Brésil) / Río Branco (Uruguay).

Figure 1

Figure 1

Santana do Livramento-Rivera, Jaguarão-Río Branco et autres villes à la frontière entre le Brésil et l’Uruguay.

Crédits : Élaborée par l’auteure, cartographie d’André Vieira Freitas.

15Cette deuxième étude de terrain a inclus : l’étude de documents d’archives ; l’observation participante lors d’un événement réunissant artistes et producteurs des espaces frontaliers Brésil-Uruguay ; 34 entretiens semi-directifs avec des agents du secteur public impliqués dans la politique culturelle, le développement local et les relations internationales à différents niveaux de gouvernement, des directeurs d’institutions culturelles, des artistes, des producteurs et des administrateurs culturels, des professeurs de l’enseignement supérieur. Suite au contact initial avec un nombre réduit d’acteurs pendant la première étude de terrain, nous avons suivi les liens et les relations avec la méthode d’échantillonnage en boule de neige. Enfin, des catégories ont été créées de manière inductive à partir des données tirées des éléments observés directement et indirectement pendant l’étude de terrain réalisée (Schreier 2012) afin que le cas étudié soit considéré pour ses caractéristiques intrinsèques et non comme illustration d’une théorie préétablie.

16Cette étude de terrain a permis de rassembler les données nécessaires à une analyse de la manière dont émergent des actions culturelles transfrontalières dans ces espaces et des acteurs qui parviennent, de manière formelle ou informelle, à développer des actions culturelles traversant la ligne de frontière politique. Elle nous permettra également de mettre en avant un certain nombre de caractéristiques des rapports à la frontière observés dans ces espaces. Nous exposerons dans un premier temps les actions culturelles transfrontalières d’initiative publique, en commençant par l’échelle internationale, puis nationale, régionale et enfin locale. Dans un deuxième temps, nous aborderons les actions culturelles transfrontalières d’initiative privée et militante, mettant en avant un fonctionnement en réseau dans cette deuxième comme dans la première catégorie d’actions.

1. Cadre institutionnel des espaces frontaliers et réseaux politiques

1. 1. L’échelle internationale : silence et reconnaissance symbolique du Mercosur

  • 11 Marché commun du Sud, abrégé Mercosur (de l'espagnol Mercado Común del Sur) ou Mercosul (du portug (...)
  • 12 Sistema de Información Cultural del Mercosur / Sistema de Informação Cultural do Mercosul.
  • 13 Fondo Mercosur Cultural / Fundo Mercosul Cultural.
  • 14 Programa Mercosur Audiovisual / Programa Mercosul Audiovisual.

17Commençant par le Mercosur11, organisation internationale intergouvernementale rassemblant les pays du Cône Sud dont le Brésil et l’Uruguay, l’étude de la place accordée à la culture dans l’agenda de l’organisation révèle qu’au fil des années, un décalage entre discours et action s’est fait jour. Un certain nombre de programmes ont tout de même été créés, principalement à partir de 2003, notamment le Système d’information culturelle du Mercosur (SICSUR12), le Fonds Mercosur culturel13 et le programme Mercosur Audiovisuel14. Toutefois, malgré les multiples rencontres, actes et initiatives, les résultats concrets de ces programmes sont encore embryonnaires (Borja 2011).

  • 15 Fondo para la Convergencia Estructural del Mercosur / Fundo para a Convergência Estrutural do Merc (...)
  • 16 Grupo Ad Hoc sobre Integración Fronteriza / Grupo Ad Hoc sobre Integração Fronteiriça.

18En ce qui concerne la contribution du Mercosur à l’action publique en direction des espaces frontaliers entre ses États membres, malgré le fait que le Brésil partage des frontières avec tous les autres pays membres du Mercosur, dans les faits, les initiatives existantes reposent sur des accords bilatéraux et non multilatéraux (Carneiro Filho & Lemos 2014 ; Soares 2008). Les deux seules initiatives liées aux espaces frontaliers dans le cadre du Mercosur sont son Fonds de convergence structurelle et de renforcement de la structure institutionnelle (FOCEM15) ainsi que le Groupe ad hoc sur l’intégration frontalière (GAHIF16), qui rassemble des actions bilatérales développées au sein du bloc. Cependant, le Mercosur ne dispose pas de forums spécifiques ou de politiques multilatérales pour ses espaces frontaliers.

19Le rôle du Mercosur dans le développement de l’action culturelle dans les espaces frontaliers Brésil-Uruguay se révèle donc limité et il est « difficile […] d’affirmer que l’élan pour le développement régional transfrontalier que l’on remarque sur une grande partie des frontières latino-américaines est la conséquence directe des processus d’intégration en cours » (Amilhat-Szary 2010 : 11-12).

20Cependant, l’organisation offre un certain soutien aux initiatives bilatérales et contribue généralement à la création d’un environnement de coopération entre les pays membres, ce qui favorise l’ouverture des frontières (Carneiro Filho & Lemos 2014). En outre, un rôle de reconnaissance symbolique des initiatives frontalières développées par d’autres acteurs peut être attribué au Mercosur.

  • 17 Titre décerné par l’État fédéral brésilien à travers la Loi n° 12.095 du 19 novembre 2009.
  • 18 Entretien avec Dionéia de Macedo, Professeure d’Arts à l’Instituto Federal do Rio Grande do Sul (I (...)

21Un premier exemple de ce rôle symbolique est l’attribution, en 2009, du titre de ville-symbole de l’intégration brésilienne avec les autres pays du Mercosur17 à la municipalité frontalière de Santana do Livramento. Il s’agit d’une initiative de l’État brésilien et non du Mercusur, mais elle a bénéficié du poids symbolique de l’organisation. Ce geste est cité par les acteurs culturels et les agents de l’administration locale comme ayant attiré l’attention sur l’existence de dynamiques culturelles transfrontalières spécifiques entre Santana do Livramento et Rivera et comme ayant favorisé l’établissement d’un lien entre les populations locales et le Mercosur18.

  • 19 Instituto do Patrimônio Histórico e Artístico Nacional.

22Un deuxième exemple concerne le pont international Barón de Mauá reliant les villes jumelles frontalières de Jaguarão et Río Branco. Ce dernier a été classé monument historique national par l’Uruguay en 1977 et a été en 2011 le premier monument binational à être classé monument historique national par l’Institut national du patrimoine historique et artistique (IPHAN19) brésilien. Il a ensuite été le premier monument historique à être classé par le Mercosur Cultural.

Figure 2

Figure 2

Ponte Internacional Barão de Mauá, reliant Jaguarão (Brésil) et Río Branco (Uruguay).

Crédits : Photographie prise par l’auteure, juillet 2018.

1. 2. L’échelle nationale : entre présence et distance institutionnelle

23Nous allons désormais nous concentrer sur l’échelle nationale, en exposant les initiatives émanant du gouvernement fédéral brésilien. Tout d’abord, il importe de souligner que l’espace dédié aux questions frontalières dans le débat législatif brésilien a connu une croissance importante du nombre de projets de loi déposés sur le sujet entre 1999 et 2009, montrant une augmentation de l’attention portée à cette thématique par rapport aux périodes précédente et suivante (Marié 2017a).

  • 20 Programa de Desenvolvimento da Faixa de Fronteira.
  • 21 Comissão Permanente para o Desenvolvimento e a Integração da Faixa de Fronteira.
  • 22 Ministério da Integração Nacional. Secretaria de Programas Regionais (2005). Programa de Desenvolv (...)
  • 23 Cartilha do Programa de Desenvolvimento da Faixa de Fronteira (PDFF). Brasília.

24Par ailleurs, de nouvelles thématiques jusqu’alors inexistantes dans les politiques publiques dédiées aux espaces frontaliers ont émergé pendant les deux mandats du président Lula da Silva (de 2003 à 2010). L’attention portée au sujet s’est notamment manifestée par la création du Programme de développement de la zone frontalière (PDFF20), qui après des programmes marqués par la discontinuité et les effets limités, a accru l’ampleur des politiques publiques destinées à ces espaces tout en diversifiant les approches du sujet (Carneiro Filho & Camara 2019). Ce programme, lancé en 2004 puis transformé en Commission permanente pour le développement et l’intégration dans la zone frontalière (CDIF21), visait le développement de la Zone selon trois axes : sécurité des frontières ; développement économique et social ; et coopération et intégration frontalières22. L’approche adoptée par cette politique était innovante à la fois dans l’inclusion de la thématique de l’intégration transfrontalière et dans la place donnée au développement local, en entendant s’appuyer sur le rôle stratégique des villes jumelles frontalières et sur les économies locales transfrontalières23.

  • 24  27 931 habitants en 2010 lors du dernier recensement. Chiffres de l’Institut brésilien de géograph (...)

25Malgré cet intérêt porté à la thématique au niveau fédéral et la réflexion qui en a découlé, l’action fédérale se heurte à un certain nombre de limites. En témoigne l’étude élaborée par Silva et Caldeirão (2018), qui s’intéressait aux projets développés par l’intermédiaire de ce programme dans la zone comprenant la ville de Jaguarão, dans le domaine du tourisme, de la culture et du patrimoine, représentant 5 % du total des projets). La réalisation d’entretiens semi-directifs avec six employés municipaux de cette ville de 27 000 habitants24 montre que seul l’un des employés interrogés connaissait le PDFF. Alors que 67 % de ces employés reconnaissaient des actions développées dans le cadre du PDFF dans leur travail quotidien et dans le budget de la municipalité, ils l’identifiaient comme une action municipale n’ayant aucun lien avec un programme national de développement des espaces frontaliers. Par ailleurs, aucun d’entre eux n’avait bénéficié de présentations ou de formations en lien avec la mise en place de ce programme. Ces résultats dénotent un manque de connaissance des processus et des sources de financement des programmes développés localement, ainsi qu’un probable manque de formation et de communication à leur sujet de la part des institutions qui les ont mis en place. Il démontre une déconnexion entre le personnel municipal et les programmes fédéraux destinés à leur territoire, en cohérence avec la distance institutionnelle vis-à-vis du centre du pouvoir dans un contexte de méfiance générale exprimée par les populations locales au sujet des décisions prises dans la capitale du pays.

  • 25 Entretien avec Mangela Britos, présidente du « conseil municipal culturel » de Jaguarão. Mené par (...)

26Ce décalage entre l’élaboration d’un programme fédéral destiné aux espaces frontaliers et son application effective est clairement exprimé par Mangela Britos (201825), militante résidente de Jaguarão et originaire de Tacuarembó (Uruguay), présidente du « conseil municipal culturel » de Jaguarão (organe consultatif local et informel composé d’acteurs de la société civile impliqués dans le montage de projets culturels locaux et dans l’interlocution avec les autorités locales) :

Mangela Britos : D’un côté les politiques existent, nous avons la politique frontalière, les droits, le ministère des Affaires étrangères, il y a les politiques culturelles frontalières. […] Il y a une loi spécifique pour les évènements ici.

« — Pas de traversée du pont sans autorisation du ministère à Montevideo.

— Mais attendez, vous m’avez dit qu’il y avait une loi sur les politiques aux frontières […] Vous parlez de villes jumelles.

— Je ne pense pas que l’on en soit là encore, n’y pensez pas. »

Alors les gens qui viennent d’Uruguay pour participer aux événements ici arrivent au pont et pour le traverser c’est une bureaucratie […] Alors les gens, agacés, portent leur instrument et traversent la frontière […] Les politiques aux frontières ne servent à rien parce qu’elles ne sont pas appliquées. Ils débattent et parlent pour rien, car les gens finissent par traverser le pont à pied.

  • 26 Notes de terrain issues d’un entretien avec un employé de la Receita Federal.

27Selon un employé des autorités fiscales brésiliennes à la frontière26, le problème est double. D’une part, les procédures permettant le franchissement de la frontière dans le cadre d’événements culturels sont méconnues. D’autre part, ces procédures sont si compliquées que seules les grandes organisations sont capables de les mener à bien. Pour les plus petites, les stratégies de contournement prévalent donc.

1. 3. L’échelle régionale : politiques discontinues

28Ensuite, à niveau régional, il convient dans le contexte brésilien d’analyser l’implication de l’état du Rio Grande do Sul (RS) dans ces actions culturelles, au titre de sa « paradiplomatie ». Terme abrégé de « parallel diplomacy », il est utilisé pour désigner l’implication de gouvernements infranationaux dans la sphère des relations internationales de manière formelle ou informelle, temporaire ou permanente, avec des organisations publiques ou privées (Prieto 2004).

29Une étude de l’évolution de la paradiplomatie culturelle de l’état du Rio Grande do Sul entre 1987 et 2014 (Marié 2018) met en évidence, depuis l’apparition des premières initiatives en la matière, des projets ad hoc (Nunes 2005) correspondant davantage à des politiques gouvernementales de court terme qu’à une véritable politique de développement pour l’état du Rio Grande do Sul (Ferreira 2015). En témoignent les changements à répétition observables tout au long de la période (Salomón & Nunes 2007). De plus, ces inflexions démontrent également la forte influence que les intérêts, la vision et les actions de chaque gouverneur ont sur la paradiplomatie du RS. Par conséquent, le développement d’une action culturelle internationale cohérente sur le temps long est difficile, dans les espaces frontaliers et au-delà.

  • 27 Parti du Mouvement démocratique brésilien (Partido do Movimento Democrático do Brasil).
  • 28 Parti des travailleurs (Partido dos Trabalhadores).

30L’analyse diachronique des institutions dédiées à l’action paradiplomatique de l’état du Rio Grande do Sul et des thématiques prioritaires dans l’action internationale des gouverneurs montre qu’après avoir intégré dans leur structure des équipes dédiées à l’action culturelle internationale ou transfrontalière pendant le mandat de Pedro Simon (1987-1991), affilié au PMDB27, l’état n’a donné à nouveau une place centrale à ces thématiques que pendant le mandat de Tarso Genro (2011-2015), affilié au PT28. Cela montre que la place donnée à l’action culturelle internationale pendant les mandats de ces gouverneurs n’a pas de lien avec leur affiliation politique ni avec une stratégie de long terme mais tient à leurs priorités et à leur personnalité (Marié 2018).

31Or, l’existence de structures institutionnelles joue un rôle crucial dans la capacité d’un gouvernement infranational à soutenir le développement culturel à son échelle ainsi qu’à développer une paradiplomatie culturelle (Zamorano & Morató 2014). Une étude sur l’internationalisation et la paradiplomatie culturelle des villes menée au Brésil a mis en évidence cinq facteurs qui contribuent au développement d’une paradiplomatie effective : la segmentation de la ville, un service public aux équipes qualifiées, des relations harmonieuses entre les gouvernements central et municipal, une autonomie concédée aux communes et l’interdépendance de la ville (De Jesus 2017). L’étude de la paradiplomatie culturelle du RS démontre un manque d’autonomie et de service public qualifié au niveau de l’état, qui entrave sa capacité à soutenir le développement de la production culturelle dans les régions frontalières.

32Ce manque d’autonomie et de continuité au niveau de l’état, cumulé à une déconnexion entre le niveau fédéral et le niveau municipal dans un contexte de méfiance des populations frontalières vis-à-vis des centres du pouvoir, fragilise les institutions formelles de coopération transfrontalière. Ceci est mis en évidence dans l’étude de Silva et Caldeirão (2018) mentionnée précédemment, qui rapporte que, lorsqu’on leur demande de lister des éléments qui soutiendraient le développement de la bande frontalière, les employés municipaux de Jaguarão mentionnent : 1) l’importance de fournir des formations aux employés municipaux ; 2) l’élaboration d’accords binationaux pour les villes jumelles de Jaguarão et Río Branco ; 3) l’obtention d’informations sur le domaine du patrimoine (inclus dans le PDFF). Alors qu’ils sont en première ligne en termes d’exécution des programmes et de transmission des demandes aux sphères supérieures de l’administration, les employés municipaux manquent à la fois de connaissances sur les programmes auxquels ils participent et d’informations sur la manière d’accéder aux autres programmes existants.

1. 4. Croisement des échelles et fenêtres d’opportunités

33Toutefois, le croisement de données sur les gouvernements aux niveaux national, régional et municipal avec les actions culturelles menées à l’initiative de la population montre qu’une fenêtre d’opportunité (Kingdon 2014) s’est ouverte entre 2008 et 2014 pour la création de projets culturels dans les espaces frontaliers Brésil-Uruguay, en lien avec l’existence de réseaux politiques.

  • 29 Diretoria de Relações Internacionais.
  • 30 Ministério das Relações Exteriores.

34Chronologiquement, en 2008, l’activité législative autour de la question des frontières a connu un pic important au Brésil (Marié 2017a). C’est également l’année de la création de la Direction des relations internationales (DRI29) du ministère de la Culture, qui a officialisé la participation de ce dernier aux actions culturelles internationales conjointement avec le ministère des Affaires étrangères (MRE30) (Marié 2017b). Ceci a généré une ouverture en termes de thématiques et de zones inclues dans les actions culturelles internationales de l’État brésilien. Par ailleurs, rappelons que Santana do Livramento a reçu le titre de ville-symbole de l’intégration brésilienne avec d’autres pays du Mercosur en 2009.

  • 31 José Alberto « Pepe » Mujica Cordano, généralement appelé Pepe Mujica, président de l’Uruguay entr (...)
  • 32 Luiz Inácio Lula da Silva, généralement appelé Lula, président du Brésil entre 2003 et 2011.

35Ensuite, au niveau international, l’année 2010 a marqué le début d’une période de forte convergence de visions et de personnalités entre deux présidents de gauche suite à l’élection de Pepe Mujica31 en Uruguay pendant le second mandat présidentiel de Lula da Silva32 au Brésil.

36Enfin, au niveau local, 2011 a marqué le début d’une phase de convergence de mandats de dirigeants du PT aux niveaux national, régional et municipal dans les villes frontalières. Le tableau ci-dessous montre cette convergence politique à l’origine d’une fenêtre d’opportunité.

 

 

 

 

Tableau 1

Année Président brésilien Président uruguayen Gouverneur de l’état du RS Maire de Jaguarão
2003 Lula, PT* (premier mandat) Jorge Luis Battle Ibáñez, Partido Colorado Germano Rigotto, PMDB Henrique Edmar Knorr Filho, PMDB
2004
2005 Tabaré Vázquez, Frente Amplio*
2006
2007 Lula, PT* (second mandat) Yeda Crusius, PSDB
2008
2009 Claudio Martins, PT*
2010 Pepe Mujica, Frente Amplio*
2011 Dilma Rousseff, PT* (premier mandat) Tarso Genro, PT*
2012
2013
2014
2015 Dilma Rousseff, PT* (second mandat) José Ivo Sartori, PMDB
2016 Michel Temer, PMDB Tabaré Vázquez, Frente Amplio*

Gouvernements de gauche (*) à niveau national, régional et local et fenêtre d’opportunité (en italique)

Source : Solène Marié.

  • 33 Détail des années mentionnées dans les entretiens (menés en 2018) et du nombre de mentions : 2007  (...)

37Cette fenêtre d’opportunité s’est manifestée dans le développement d’un nombre important d’actions culturelles par des acteurs locaux militants, qui seront détaillées dans la section suivante. 2010 a marqué à la fois la création du mouvement Fronteras Culturales Fronteiras Culturais et la première édition de la Foire internationale du livre de Santana do Livramento. Par la suite, avec l’élection d’un gouverneur du PT à la tête de l’état du Rio Grande do Sul en 2011, Jussara Dutra a été nommée cheffe de la cuisine du Palais Piratini et a lancé le projet de recherche qui a conduit à la création du Festival binational d’œnogastronomie et produits du Pampa de Santana do Livramento. Enfin, l’analyse du contenu des entretiens que nous avons effectués dans le cadre de cette étude démontre une forte prépondérance des mentions des années entre 2009 et 201433, qui indique une activité accrue autour de la thématique culturelle transfrontalière pendant cette période.

2. Action culturelle militante et réseaux informels

2. 1. Flux transfrontaliers et initiative individuelle

38Comme détaillé préalablement, notre analyse a été développée principalement dans le contexte des villes situées le long de la ligne de frontière. En effet, au-delà de toute action publique formelle, les villes frontalières sont le principal lieu d’expression de la culture transfrontalière pour des raisons factuelles et matérielles liées au quotidien, voire à la survie, dans ces espaces. Bento (2015 : 51) argumente que :

[L’intégration transfrontalière de ce type] n’est pas la conséquence de projets d’intégration (idéalisés), elle n’est pas le résultat d’une métaphysique de l’intégration. Elle découle plutôt de l’absence d’accidents géographiques, qui permet un flux continu de personnes et de marchandises et résulte du besoin de fait de survie économique des populations binationales de ces villes frontalières éloignées des centres administratifs de leurs États respectifs d’appartenance.

39D’autres aspects matériels influencent également les pratiques culturelles locales, comme par exemple l’accès aux radios du pays voisin (Moraes 2002) ainsi qu’aux chaînes de télévision, deux éléments mentionnés par de nombreux acteurs dans les villes frontalières entre le Brésil et l’Uruguay comme ayant façonné une familiarité avec les médias du pays voisin ainsi qu’une habitude d’écoute de ses genres musicaux traditionnels. Par ailleurs, au-delà de ces aspects matériels, l’initiative individuelle et collective, facilitée par la proximité entre les individus qui peut exister dans les conurbations transfrontalières, engendre la création d’un certain nombre d’actions culturelles animant les espaces frontaliers.

40Nous présentons ci-après trois actions culturelles de ce type, qui nous permettront de mettre en avant les acteurs et stratégies à l’origine d’actions culturelles transfrontalières et de mettre au jour des rapports à la frontière à partir des pratiques décrites : le mouvement Fronteras Culturales Fronteiras Culturais (2010 à aujourd’hui), le Festival binational d’œnogastronomie et produits du Pampa de Santana do Livramento (2014 à aujourd’hui) et la Foire binationale du livre de Santana do Livramento-Rivera (2010-2013).

  • 34 Littéralement « Mouvement des frontières culturelles » mais pourrait également être traduit par «  (...)
  • 35 « Corredores de integração cultural ».

41Le mouvement Fronteras Culturales / Fronteiras Culturais34 est un réseau qui rassemble chercheurs, agents publics, artistes, producteurs et collectifs culturels autour de l’objectif de créer des « couloirs d’intégration culturelle35 » dans les espaces frontaliers du Brésil. Le mouvement considère comme des projets d’intégration culturelle dans les espaces frontaliers ceux qui rassemblent les trois éléments suivants : 1) la thématique de l’intégration culturelle ; 2) la création d’emplois et de revenus des deux côtés d’une frontière internationale ; 3) une participation binationale de la part de la société civile (Almeida & Dorfman 2017). Bien que le mouvement ait été créé à partir de Santana do Livramento-Rivera et soit davantage ancré dans les espaces frontaliers Brésil-Uruguay, son activité s’étend à tous les espaces frontaliers du Brésil. En plus d’être le réseau de plus grande envergure que l’on trouve dans cet espace frontalier, c’est également le plus dense et le plus agile en termes d’articulation entre les acteurs des villes jumelles étudiées.

  • 36 Entretien mené par téléphone, 10 septembre 2018.

42Il a été officiellement créé en 2010, un an après que le groupe a débuté ses activités à l’initiative de Ricardo Almeida, chargé de projet dans les secteurs de la culture, de l’information et de la technologie originaire de Santana do Livramento. L’objectif du mouvement est de « penser le latino-américain à partir de la frontière36 », prenant en compte les espaces frontaliers dans leur ensemble et ancrant leur activité dans des actions empiriques tout en valorisant les projets préexistants.

43Les principales contributions du mouvement à des actions en faveur de la culture et des réseaux culturels dans les espaces frontaliers sont exposées de manière synthétique dans le tableau suivant :

Tableau 2

Année Nom du document / événement Rôle joué par Fronteras culturales / Fronteiras Culturais Résultats principaux
12 juillet 2010 Lettre de la frontière Participation à l’élaboration, conjointement avec les maires et les gouverneurs locaux. Lettre remise aux présidents uruguayen et brésilien. Affirmation que la culture est « l’un des axes centraux du développement durable, car elle vise à promouvoir l’estime de soi et le sentiment d’appartenance, la reconnaissance et l’appréciation du patrimoine historique et culturel des communautés frontalières » ; affirmation qu’« il est important et urgent de renforcer les actions culturelles des communautés frontalières, ainsi que d’élargir et de démocratiser l’accès aux services ainsi qu’aux biens matériels et immatériels, les politiques et actions culturelles, et de renforcer l’économie culturelle, les capacités et les connaissances locales. ».
2011 Protocole d’intentions culturelles Document signé par les president·es de l’Uruguay et du Brésil, en reconnaissance des demandes présentées dans la Lettre de la frontière. Document reconnu dans les forums du Mercosur ; reconnaissance plus explicite de la part des institutions fédérales uruguayennes que brésiliennes.
2013 Calendrier d’intégration culturelle frontalière Brésil-Uruguay Élaboration du calendrier en collaboration avec des universités et consulats locaux et avec les comités de frontière. Élaboration d’un calendrier rassemblant les évènements mettant à l’honneur la culture frontalière ou la coopération entre des acteurs culturels des espaces frontaliers.
23 janvier 2016 Participation au Forum Social Mondial à Porto Alegre Organisation d’un évènement rassemblant artistes, producteurs, collectifs et chercheurs autour de la thématique de l’intégration culturelle transfrontalière. Participation à un événement d’envergure internationale ; visibilité croissante de la thématique.

Principales participations du mouvement Fronteras Culturales / Fronteiras Culturais à des actions politiques en soutien à la production, aux réseaux et aux politiques culturelles dans les espaces frontaliers.

Source : Solène Marié.

  • 37 Festival Binacional de Enogastronomia e produtos do Pampa.

44La deuxième action culturelle que nous présentons est le Festival binational d’œnogastronomie et produits du Pampa de Santana do Livramento37, organisé par Jussara Dutra, ancienne cheffe de la cuisine du Palais Piratini abritant le gouvernement de l’état du Rio Grande do Sul à Porto Alegre. En 2011, Jussara Dutra a été nommée cheffe de cette cuisine par Tarso Genro, gouverneur de l’état entre 2011 et 2015 affilié au PT. Ce poste avait préalablement toujours été tenu par des militaires et les propositions culinaires n’avaient pas d’ancrage particulier dans la gastronomie régionale. Elle a suggéré que le Palais Piratini devienne, dans ce contexte, un lieu de promotion de la gastronomie du Rio Grande do Sul en tant que patrimoine immatériel. Du fait de l’absence de recherche préalable ou d’actions sur cette thématique, elle a initié un large projet de recherche impliquant des historiens, des nutritionnistes et un anthropologue afin de collecter des données auprès de personnes âgées, restaurants et producteurs alimentaires. Ce projet de recherche de trois ans (2011-2014) ainsi que la première édition du festival en 2014 ont été financés exclusivement par des fonds en provenance du gouvernement de l’état du Rio Grande do Sul.

  • 38 Entretien avec Jussara Dutra, directrice du Festival binational d’œnogastronomie et produits du Pa (...)

45La conurbation transfrontalière de Santana do Livramento-Rivera a été choisie pour accueillir le festival, avec un accent sur la gastronomie régionale ainsi que l’aspect transfrontalier du projet. Comme l’énonce Dutra (2018)38, « il était impossible de concevoir quelque projet que ce soit ici à la frontière qui ne soit pas binational » et « tout ce que nous faisons dans le festival doit être binational ». Le festival, en plus des activités centrées sur la gastronomie, inclut également une programmation dans les domaines du cinéma et de la photographie ainsi que des activités sociales, toutes centrées sur la thématique frontalière et binationale locale.

  • 39 Intendencia de Rivera en espagnol.

46L’objectif initial de valoriser les résultats du projet de recherche sous différentes formes et par plusieurs moyens n’a pas pu être réalisé car les financements pour le projet ont été coupés avec le changement de gouvernement dans l’état du Rio Grande do Sul en 2015. Les éditions 2015 et 2016 du festival ont toutefois pu être financées grâce à des fonds obtenus à niveau infranational du côté uruguayen des espaces frontaliers, auprès de la mairie de Rivera et du gouvernement du département de Rivera39. À partir de 2017, des financements additionnels ont été obtenus auprès de commerces locaux et de syndicats. Enfin, le festival a obtenu pour la première fois en 2018 un soutien par l’intermédiaire de la Lei Rouanet, un dispositif brésilien d’incitation fiscale pour le financement de projets culturels. Ce festival, malgré les interruptions de certains financements en lien avec des alternances politiques, a pu se maintenir grâce à une combinaison de réseaux et de financements brésiliens et uruguayens, locaux et régionaux, publics et privés.

47La troisième action culturelle que nous présentons est la Foire binationale du livre de Santana do Livramento-Rivera, créée en 2010 par la librairie Marco Zero située à Santana do Livramento et menée par son co-gérant Artur Montanari. Lors de sa première édition, la foire a eu lieu à la Casa de Cultura de Santana do Livramento car l’idée initiale d’installer la foire dans le parc international situé à la jonction entre les deux villes et traversé par la ligne de frontière n’a pas pu aboutir. En 2011, grâce au soutien de la consule locale du Brésil à Rivera, Ana Lélia Benincá Beltrame, la réalisation de la foire dans cet espace a été possible. La Foire a été maintenue en 2012 et 2013, grâce à une aide significative de la consule locale qui lui a succédé, Eliana da Costa. Cependant, en 2014, le cumul d’une interruption du soutien du consulat local et de conflits personnels au sein de l’équipe organisatrice a conduit à une interruption de la foire, qui n’a plus jamais eu lieu. Comme le souligne Montanari :

Cela dépend largement de l’initiative de quelques personnes qui mènent certains processus. Si ces personnes s’absentent […] je pense que la tendance est que les choses commencent à ne plus fonctionner, ça commence à ralentir et ça finit par s’écrouler.

48Comme le montre la brève histoire de la Foire binationale du livre de Santana do Livramento-Rivera, l’étude de la configuration des projets culturels dans les espaces frontaliers Brésil-Uruguay indique tout d’abord le rôle important joué par l’initiative personnelle et le militantisme d’acteurs locaux, en particulier dans l’agglomération frontalière de Santana do Livramento-Rivera. Ainsi, le premier type d’acteurs que l’on peut mettre en avant pour leur rôle dans le développement de réseaux culturels transfrontaliers est celui des acteurs militants locaux. Dans le cas de la plupart des projets transfrontaliers étudiés ici, ces derniers dépendent du leadership fort d’une personne qui a le désir de créer un projet transfrontalier et la force de vision pour le concrétiser. Ricardo Almeida peut être identifié comme la figure centrale ayant apporté l’impulsion nécessaire pour donner vie au mouvement Fronteras Culturales Fronteiras Culturais, ainsi que pour opérer l’articulation politique nécessaire. Jussara Dutra joue également ce rôle pour le festival qu’elle a créé et formule clairement l’importance de la vision et du leadership qu’elle a, selon elle, apportés au projet :

Solène Marié : Et qu’est-ce qui a rendu possible le dépassement de cette difficulté ? Quels ont été les éléments fondamentaux pour concrétiser cet aspect binational du projet ?

Jussara Dutra : Je pense que… D’abord, je dirais, le fait que je l’ai coordonné et que j’ai eu cet impératif comme ligne directrice, l’importance de l’intégration culturelle de cette frontière. Je pense donc que c’est fondamental, d’avoir toujours quelqu’un à la tête du projet qui ne perde pas cette ligne directrice.

  • 40 Santana do Livramento pour Ricardo Almeida ; les espaces frontaliers Brésil-Argentine pour Jussara (...)

49La connexion du porteur de projet aux espaces frontaliers dans leurs aspects spatiaux et symboliques est également cruciale. Les deux porteurs de projets cités sont originaires des espaces frontaliers40 et ce facteur apparaît comme important pour leur donner accès à ce rôle d’initiateurs d’une action culturelle. D’un côté, il leur permet d’obtenir le respect et le soutien nécessaires à leur projet et de l’autre, il leur apporte les relations personnelles et la connaissance de la réalité locale qui sont essentielles au montage de projets dans ces espaces périphériques.

2. 2. Relations et stratégies de contournement

50Par ailleurs, comme nous l’avons mis en évidence précédemment, les espaces frontaliers Brésil-Uruguay sont des espaces à la marge, avec une présence institutionnelle et politique faible de la part de l’État fédéral qui cohabite historiquement avec une série d’autres acteurs menant des projets qui restent hors de son contrôle (Amilhat Szary 2010). La contribution du Mercosur aux actions culturelles dans les espaces frontaliers, quant à elle, reste symbolique. Dans ce contexte, les actions qui parviennent à voir le jour dépendent de connexions stratégiques qu’un individu de l’élite sociale est capable d’établir ou de relations sociales nouées entre acteurs locaux, comme dans le cas des comités de frontière.

  • 41 Entretien avec Artur Montanari, co-gérant de la librairie Marco Zero, Santana do Livramento, et cr (...)

51Cette configuration est particulièrement visible dans le secteur culturel à Santana do Livramento-Rivera, qui repose principalement sur le militantisme. Montanari41 souligne, à propos des acteurs menant des initiatives culturelles dans les espaces frontaliers à Santana do Livramento :

[Ils sont] essentiellement la société civile et les agents eux-mêmes. Il y a peu d’initiatives gouvernementales. Il y a la question de la semaine Farroupilha, qui concerne tout l’état, l’origine du gaúcho. […] L’une des rares personnes à faire de la production culturelle ici et à réussir à lever des fonds est celui qui travaille sur la culture folklorique. […] Parce que ça concerne la thématique du gaúcho, il peut le faire. Mais pour les autres, c’est difficile.

52Ainsi, le seul acteur perçu comme parvenant à obtenir le soutien des pouvoirs publics est celui dont les actions culturelles sont liées à un sujet dépassant les seuls espaces frontaliers, impliquant donc des réseaux et des espaces externes.

  • 42 Entretien avec Eduardo Palermo, directeur du musée de patrimoine régional de Rivera (Museo del Pat (...)

53Les élites sociales sont mentionnées pour leur rôle crucial à la fois en tant que porteurs de projet et en tant que publics. En effet, ces dernières sont pointées comme étant davantage connectées à la culture hybride des espaces frontaliers et aux événements culturels en tant que publics. Palermo42, directeur du musée de patrimoine régional de Rivera et professeur d’histoire, souligne le paradoxe selon lequel, même si « la culture frontalière est une culture du peuple, pas une culture d’élite », ses publics proviennent de l’élite :

Personne n’entre dans mon musée, mais dans les concerts […] il y a 5 000, 6 000, 7 000 personnes. […] Certaines thématiques relèvent plus de la consommation d’élite que de la consommation populaire, même si les personnes que tu observes dans ces expressions culturelles sont du peuple. Oui, mais ceux qui apprécient ça ne sont pas du peuple, c’est l’élite.

  • 43 Entretien avec Artur Montanari, op. cit.
  • 44 Notes de terrain issues d’une observation menée par l'auteur dans un événement réunissant des arti (...)
  • 45 Entretien avec Dionéia de Macedo, op. cit.

54En effet, à la fois en raison de ces préférences culturelles et d’une concentration des événements culturels dans les centres-villes, les publics tendent à être les mêmes dans les différents événements et à être composés d’habitants des centres-villes, aux revenus plus élevés43. Ils dépendent aussi beaucoup des relations entre artistes locaux qui, s’ils cherchent encore à structurer leurs actions en réseaux professionnels, démontrent l’existence de réseaux relationnels et d’une connaissance du travail des principales figures artistiques de la région44. Comme le souligne l’artiste plasticienne et professeure d’art Dionéia de Macedo45 :

On doit se battre pour créer quelque chose qui attire du public, vous savez ? […] Nous, les artistes, on se rassemble plus, on échange plus, par exemple, s’ils ont une exposition là-bas, tous les Brésiliens y vont, si un Brésilien le fait ici, tous les Uruguayens viennent, on se soutient.

  • 46 Comitês de fronteira de cidades gêmeas.
  • 47 Financements appelés Emenda Parlamentar.

55Ensuite, les élites locales ont historiquement joué un rôle dans la vocalisation des enjeux touchant leur territoire, en raison de leur localisation périphérique, des faiblesses de la représentation institutionnelle et politique dans la région et d’un historique de régionalisation de la politique (Clemente 2010). Entre les années 1980 et les années 1990, des projets sont nés de l’initiative de groupes locaux influents dans tout le sous-continent sud-américain, dans une dynamique ascendante basée sur les ressources locales et la nécessité pragmatique de survie (Amilhat-Szary 2010). Ces groupes, appelés « comités de frontière des villes jumelles46 », sont composés d’employés municipaux et d’acteurs impliqués dans des activités sociales, économiques et culturelles locales. Ils ont été les initiateurs, à l’échelle locale, d’une représentation et d’une action politiques fondamentales dès les années 1990 et, bien que leurs actions n’aient pas été constantes, ils restent des acteurs importants dans les réseaux politiques locaux, notamment du fait d’une difficulté dans la transmission des revendications des espaces frontaliers aux niveaux supérieurs de gouvernance. En 2009, par exemple, 90 % du budget du PDFF provenait d’un type de financement alloué aux députés pour le respect des engagements pris pendant leur campagne47, qui sont généralement dépensés dans leurs fiefs électoraux. Alors que certaines municipalités de taille plus importante, situées plus loin de la frontière, parviennent à obtenir ce type de financement, dans le contexte de petites municipalités frontalières, il est difficile de postuler et de participer à des programmes fédéraux de cette nature pour des raisons liées à des faiblesses institutionnelles (Carneiro & Camara 2019) et à une distance vis-à-vis des centres de pouvoir. Dans ce contexte, c’est l’action collective de membres de l’élite sociale qui a permis, via les comités de frontière ou via des collectifs tels que Fronteras Culturales Fronteiras Culturais, de porter les revendications des populations locales, qui ont ensuite abouti à la création d’un certain nombre de politiques publiques et d’actions culturelles.

  • 48 Entretien avec Mangela Britos, op. cit.
  • 49 Entretien avec Rodrigo Segovia, Secrétaire de culture et tourisme en poste à la mairie de Jaguarão (...)

56Dans les espaces frontaliers Brésil-Uruguay, les actions culturelles se développent dans un entre-deux spatial mais également institutionnel, dont découle parfois un entre-deux juridique puisque des réglementations d’une complexité prohibitive conduisent la plupart des acteurs à les contourner ou à ne pas les respecter. Ces cas sont particulièrement fréquents entre Jaguarão et Río Branco, deux villes séparées par un pont. Les processus administratifs pour le transit de biens sur ce dernier sont d’une complexité telle que le transport de livres, d’instruments de musique et d’autres équipements utilisés pour les actions culturelles est généralement fait de manière dissimulée, en traversant le pont à pied ou par-dessous, en traversant la frontière à cheval. Une autre méthode consiste à échapper aux règles en obtenant le soutien de personnes stratégiques, notamment dans les consulats locaux. Selon Mangela Britos, présidente du « conseil municipal culturel », la sollicitation d’un·e consul·e local·e permet aux acteurs culturels de « sauter quelques échelons » et ainsi « obtenir quelque chose48 ». Elle souligne d’ailleurs une « erreur » commise pendant une période : celle d’avoir essayé d’interagir avec des ministères plutôt qu’avec des consulats. Rodrigo Segovia, adjoint à la mairie de Jaguarão en charge de la culture et du tourisme de 2017 à 2019, formule clairement49 :

Comme je l’ai observé, pour faciliter la vie à la frontière sur le plan bureaucratique, il faut utiliser les consulats. Parce que… disons que le consulat est politiquement neutre… et ça, disons, c’est une manœuvre politique que j’ai pu utiliser et qui fonctionne. […] Avec celui de Porto Alegre je n’ai jamais parlé, ni avec celui de Montevideo. Nous parlons directement avec les consulats frontaliers, mais le consulat uruguayen au Brésil est le plus actif, à 99 %.

  • 50 Communication écrite d’Arthur Montanari : « de atuação excelente na área cultural ».

57Toutefois, cette relation avec les consuls travaillant dans les consulats des villes frontalières ne semble pas fondée sur des relations institutionnelles ou politiques. Elle semble plutôt fondée sur la personnalité du consul et sur une volonté personnelle de s’impliquer dans des actions culturelles. Le fait que, selon Segovia, l’un des deux consulats frontaliers soit beaucoup plus actif que l’autre va dans ce sens. Par ailleurs, les oscillations dans l’histoire de la Foire binationale du livre de Santana do Livramento-Rivera semblent également être en grande partie liées à la présence ou à l’absence de soutien de la part de la consule en poste, qui serait plus ou moins impliquée dans les actions culturelles. Dans le cas de cet évènement, le soutien est venu de deux consules successives à la personnalité ouverte et réceptive ayant « une excellente implication dans le secteur culturel50 », selon le créateur de la foire.

  • 51 Réseau des villes du Mercosur.

58Une autre catégorie d’acteurs jouant un rôle important dans les réseaux culturels transfrontaliers sont les universités. Leonardo Mercher, Glaucia Bernardo et Evelise Silva (2018 : 20) soulignent notamment que les universités « ont joué un rôle décisif » dans la création du groupe de travail pour l’intégration frontalière au sein du réseau Mercocités51. Dans le secteur culturel spécifiquement, elles semblent jouer un rôle important en tant qu’institutions plus sécurisées et régies par des politiques de long terme en matière de financement : celui de maintenir en vie des initiatives, même en alternant des phases de mise en sommeil et des phases pendant lesquelles les acteurs culturels sont capables d’obtenir des soutiens pour un projet, auprès d’un gouvernement favorable ou grâce à un dispositif de financement.

  • 52 Instituto do Patrimônio Histórico e Artístico Nacional.
  • 53 Instituto do Patrimônio Histórico e Artístico do Estado.
  • 54 Entretien avec Alan Dutra de Melo, Professeur à l’université Unipampa-Jaguarão et coordinateur de (...)
  • 55 Entretien avec Adriana Ança, architecte, employée du service de planification et urbanisme de la m (...)

59À Jaguarão, l’inscription du centre-ville en tant que monument historique national en 2012 par l’IPHAN (Institut du patrimoine historique et artistique national52), suite à une précédente inscription par l’IPHAE (Institut du patrimoine historique et artistique de l’état du Rio Grande do Sul53), était basée sur les travaux d’une professeure d’architecture et urbanisme de l’université fédérale de Pelotas qui, à travers le projet « Jaguar » dans les années 1990, a mené un inventaire à long terme des bâtiments historiques de Jaguarão54. Adriana Ança55 met clairement en évidence ce rôle des universités :

Je pense que nous avons toujours été poussés par les Universités, ce sont les universités qui nous ont découverts […]. C’était déjà le cas dans les années 1990 […]. L’université fédérale de Pelotas est venue à Jaguarão, a commencé à faire ce travail. […] Et c’est là que ça a commencé […] Je pense que ça vient plus des universités parce qu’elles ont un certain lien avec les organismes patrimoniaux.

Ainsi, selon cette employée du service de planification et urbanisme de la municipalité de Jaguarão, la capacité d’action des universités tient également à leurs connexions institutionnelles.

60Un rôle important a également été joué par des universités et chercheurs dans le cadre du Festival œnogastronomique de Santana do Livramento-Rivera mentionné précédemment, à la fois en termes de collecte de données et de production de connaissances sur les territoires frontaliers, sujet peu documenté.

2. 3. Rapport ambivalent à la frontière, entre présence et absence

61Après avoir mis en exergue les types d’acteurs et de stratégies permettant le développement d’actions culturelles transfrontalières dans les espaces étudiés, nous pouvons analyser le rapport à la frontière qu’entretiennent ces actions.

62Tout d’abord, nous observons un rapport paradoxal des actions culturelles avec la frontière, celle-ci étant simultanément présente et absente. La frontière est dépassée par les acteurs, mais elle occupe néanmoins un rôle central, que ce soit en tant que barrière, en tant que justification de son franchissement ou même en tant que lien.

Figure 3

Figure 3

Douane sur le pont reliant Quaraí (Brésil) à Artigas (Uruguay)

Crédits : Photographie prise par l’auteure, juillet 2018.

63L’analyse des documents de communication des actions culturelles rencontrées dans les espaces frontaliers Brésil-Uruguay révèle que, bien qu’elles visent la promotion de l’intégration transfrontalière, elles donnent une place centrale à la frontière dans leur identité visuelle et donc, organisationnelle. La présence de la frontière peut être observée dans les trois images inclues dans la figure ci-dessous, à travers les symboles de la ligne ou de la borne de frontière.

Figure 4

Figure 4

Supports de communication du mouvement Fronteras Culturales Fronteiras Culturais, du Festival binational d’œnogastronomie et produits du Pampa et de la Foire binationale du livre de Santana do Livramento.

Crédits : Fronteras Culturales / Fronteiras Culturais, Festival Binacional de EnoGastronomia e Produtos do Pampa, Feira Binacional do Livro Livramento-Rivera.

La présence symbolique de la frontière dans ces événements est forte, comme elle l’est dans la vie quotidienne puisque la zone est appelée « la frontière » par ses habitants et par les habitants d’autres parties de l’état du Rio Grande do Sul.

  • 56 Entretien avec Dionéia de Macedo, op. cit.
  • 57 Entretien avec Carlos José Machado, organisateur du festival Jaguararte, ancien président du « con (...)

64Par ailleurs, notre étude des réseaux culturels dans les espaces frontaliers Brésil-Uruguay démontre l’importance de deux processus dialectiques par lesquels l’extérieur contribue à façonner l’intérieur. Premièrement, la perception que les personnes non-frontalières peuvent avoir des espaces frontaliers sensibilise leurs habitants aux spécificités du fonctionnement des zones dans lesquels ils habitent, qu’ils ne perçoivent pas forcément eux-mêmes sans regard extérieur56. La reconnaissance institutionnelle contribue également à cette sensibilisation, comme par exemple la réception par Santana do Livramento du titre de ville-symbole de l’intégration brésilienne avec d’autres pays du Mercosur, mentionnée précédemment. De plus, de nombreux acteurs locaux quittent leur ville frontalière d’origine de manière permanente ou temporaire avant un retour, et ce processus crée un engagement avec l’intérieur57, suggérant l’importance de s’éloigner de la frontière pour finalement nouer un rapport étroit avec celle-ci. Ce rapprochement peut prendre la forme d’un engagement local à leur retour dans la ville, ou d’un engagement à distance au sein de réseaux. Les deux mécanismes peuvent être observés auprès des acteurs culturels interrogés : l’engagement suite à un éloignement comme c’est le cas d’étudiants de l’université fédérale de Pelotas impliqués dans l’inscription du centre-ville de Jaguarão en tant que monument historique à leur retour dans leur ville d’origine ; ou l’engament à distance comme par exemple celle du créateur du mouvement Fronteras Culturales Fronteiras Culturais jouant le rôle d’articulation du réseau depuis sa ville de résidence dans l’état voisin du RS.

Conclusion : les réseaux culturels transfrontaliers, entre institutionnalisation et informalité

65Dans cette étude, nous avons examiné les processus soutenant les actions culturelles développées dans les espaces frontaliers Brésil-Uruguay, en nous intéressant à la contribution de structures et mécanismes institutionnels ainsi qu’aux réseaux et stratégies informels. L’analyse du cadre institutionnel dans lequel se développent ces actions révèle un contexte de déconnexion et de distance institutionnelle entre ces espaces et les centres du pouvoir mais également des cadres institutionnels peu consolidés aux niveaux international et régional. Par conséquent, les phases de convergence politique et l’existence de réseaux entre les différentes échelles de gouvernance permettent l’ouverture de fenêtres d’opportunité pour le développement d’actions culturelles transfrontalières. En dehors du cadre institutionnel, les acteurs militants locaux développent également des actions culturelles transfrontalières de leur propre initiative, dans une logique de contournement de la limite imposée par la frontière et parfois des règles associées.

66Après avoir démontré la manière dont émergent des actions culturelles à destination des espaces frontaliers dans le cadre institutionnel, principalement à travers des réseaux politiques et donc des canaux informels, nous avons proposé une typologie des acteurs jouant un rôle central dans l’action culturelle locale en dehors du cadre institutionnel. Nous avons identifié cinq catégories principales d’acteurs : les acteurs militants originaires des espaces frontaliers, les élites sociales, les acteurs ayant des connexions à l’extérieur des espaces frontaliers, les acteurs occupant des positions stratégiques dans l’administration et les universitaires. De nombreuses interactions sont observées entre ces différentes catégories d’acteurs, certains assurant davantage un rôle de long terme (acteurs militants et universitaires), d’autres un rôle ponctuel (acteurs occupant des positions stratégiques dans l’administration), les derniers assurant les deux types de rôles (élites sociales, acteurs ayant des connexions extérieures). En ce qui concerne le rapport de ces actions culturelles avec la frontière, celui-ci apparaît ambivalent : si la frontière est franchie par les acteurs identifiés, elle continue d’occuper une place centrale dans leurs discours, en étant alternativement décrite comme une barrière, mobilisée pour justifier le développement d’actions culturelles qui la dépassent ou encore présentée comme un lien entre les deux États qu’elle sépare. Par ailleurs, une interaction entre l’interne et l’externe aux espaces frontaliers est mise au jour dans les actions culturelles analysées. Ces éléments sont caractéristiques du fonctionnement des espaces frontaliers, où le quotidien implique un contact constant à la fois avec la limite et avec son franchissement. Au-delà d’un rapport immédiat et tangible à la frontière, celle-ci joue un rôle paradoxal entre présence et absence, limite et lieu d’expression d’un entre-deux, règle et espace de liberté.

Haut de page

Bibliographie

Albuquerque José Lindomar Coelho (2005). Fronteiras em movimento e identidades nacionais: A imigração brasileira no Paraguai. Thèse de doctorat en sociologie. Fortaleza (Brésil), Universidade Federal do Ceará.

Almeida Ricardo & Dorfman Adriana (2017). « Fronteiras Culturais / Fronteras Culturales: um processo de autonomias e de convergências ». Anuário Unbral das Fronteiras Brasileiras, 3 : 135-152.

Amilhat-Szary Anne-Laure (2010). « Frontières et intégration régionale en Amérique Latine : sur la piste du chaînon manquant ». Dans Flaesch-Mougin Catherine & Lebullenger Joël. Regards croisés sur les intégrations régionales Europe / Amériques. Bruxelles, Éditions Bruylant : 307-341.

Bento Fábio Régio (2015). « O papel das cidades gêmeas na integração regional sul-americana ». Revista Conjuntura Austral, 6(26-27) : 50-53.

Borja Janira Trípodi (2011). A retórica do Silêncio: a cultura no Mercosul. Mémoire de master en relations internationales. Brasília, Universidade de Brasília.

Brunet-Jailly Emmanuel (2010). « The State of Borders and Borderlands Studies 2009: A Historical View and a View from the Journal of Borderlands Studies ». The Eurasia Border Review, 1(1) : 1-15.

Carneiro Filho Camilo Pereira & Lemos Bruno de Oliveira (2014). « Brasil e Mercosul: iniciativas de cooperação fronteiriça ». ACTA Geográfica, numéro spécial : 203-219.

Carneiro Filho Camilo Pereira & Camara Lisa Belmiro (2019). « Políticas públicas na faixa de fronteira do Brasil: PDFF, CDIF e as políticas de segurança e defesa ». Confins-Revue Franco-Brésilienne de Géographie-Revista Franco-Brasileira de Geografia, 41.

Clemente Isabel (2010). « La Región De Frontera Uruguay-Brasil y La Relación Binacional: Pasado y Perspectivas ». Revista Uruguaya de Ciencia Política, 19(1) : 165-184.

De Jesus Diego Santos Vieira (2017). « A arte do encontro: a paradiplomacia e a internacionalização das cidades criativas ». Revista de Sociologia e Política, 61(25) : 51-76.

Dorfman Adriana (2009). Contrabandistas na fronteira gaúcha: escalas geográficas e representações textuais. Thèse de doctorat en géographie. Florianópolis (Brésil), Universidade Federal de Santa Catarina.

Dubois Vincent (2012). « Ethnographier l’action publique. Les transformations de l’État social au prisme de l’enquête de terrain ». Gouvernement et action publique, 1(1) : 83-101.

Ferreira Bruno Guedes (2015). Atores públicos subnacionais e policia externa Brasileira: a paradiplomacia no Rio Grande do Sul (2007-2014). Mémoire de master en sciences sociales. Porto Alegre (Brésil), Pontifícia Universidade Católica do Rio Grande do Sul.

Geertz Clifford (1973). The Interpretation of Cultures: Selected Essays by Clifford Geertz. New York, Basic Books.

Gerring John (2007). Case Study Research: Principles and Practices. New York, Cambridge University Press.

Kingdon John (2014). Agendas, alternatives and public policies (2e éd.). Harlow, Pearson.

Marcus George (1995). « Ethnography in / of the World System: The Emergence of Multi-Sited Ethnography ». Annual Review of Anthropology, 24(95) : 95-117.

Marié Solène (2017a). « Fronteiras brasileiras : evolução da agenda e redes de atores no Congresso Nacional (1990-2016) ». Revista de Relações Internacionais da UFGD, 6 : 50-78.

Marié Solène (2017b). « As políticas de diplomacia cultural nas gestões Cardoso e Lula em perspectiva comparada ». Dans Marcelino Bruno César Alves (dir.). Dossiê cultura em foco: Integração cultural latino-americana. Jaguarão, Editora CLAEC : 85-106.

Marié Solène (2018). « Cultural Paradiplomacy Institutions and Agenda: the Case of Rio Grande do Sul, Brazil ». Civitas: Revista de Ciências sociais, 18(2) : 351-375.

Mercher Leonardo, Bernardo Glaucia & Silva Evelise Zampier (da). (2018). South American Cities and Frontiers : an analysis of regional integration from Mercocities Network. Document de travail présenté au congrès annuel de l’International Studies Association, San Francisco.

Moraczewska Anna (2010). « The Changing Interpretation of Border Functions in International Relations ». Revista Română de Geografie Politică, 7(2) : 329-340.

Moraes Margarete (2002). « Caminhadas além das fronteiras ». Dans Martins Maria-Helena (dir.). Fronteiras Culturais. Brasil—Uruguai—Argentina. Cotia, Ateliê Editorial.

Newman David & Paasi Anssi (1998). « Fences and Neighbours in the Postmodern world: Boundary Narratives in Political Geography ». Progress in Human Geography, 22(2) : 186-207.

Newman David (2011). « Contemporary Research Agendas in Border Studies: An Overview ». Dans Wastl-Walter Doris. The Ashgate Research Companion to Border Studies. Farnham, Ashgate.

Nunes Carmen Juçara da Silva (2005). A paradiplomacia no Brasil: O caso do Rio Grande do Sul. Mémoire de master en relations internationales. Porto Alegre (Brésil), Universidade Federal do Rio Grande do Sul.

Osorio Machado Lia (1998). « Limites, fronteiras, redes ». Dans Strohaecker Tânia Marques, Damiani Anelisa, Sandro Valéria Dutra (dir.). Fronteiras e Espaço Global. Porto Alegre, Associação dos Geógrafos Brasileiros : 41-49.

Palermo Eduardo (2001). Banda Norte, una historia de la frontera oriental, de indios contrabandistas, misioneros y esclavos. Rivera, Yatay.

Prieto Noé Cornago (2004). « O outro lado do novo regionalismo pós-soviético e da Ásia-Pacífico: a diplomacia federativa além das fronteiras do mundo ocidental ». Dans Vigenani Tullo, Wanderley Luiz Eduardo, Barreto Maria Inês, Mariano Marcelo Passini (dir.) A dimensão subnacional e as relações internacionais. São Paulo, Educ : 251-282.

Reus-Smit Christian (2018). On Cultural Diversity. International Theory in a World of Difference. Cambridge, Cambridge University Press.

Rosenau James (1997). Along the Domestic-Foreign Frontier. Exploring Governance in a Turbulent World. New York, Cambridge University Press.

Salomón Mónica & Nunes Carmen (2007). « A Ação Externa dos Governos Subnacionais no Brasil. Os Casos do Rio Grande do Sul e de Porto Alegre. Um Estudo Comparativo de Dois Tipos de Atores Mistos ». Contexto Internacional, 29(1) : 99-147.

Schreier Margrit (2012). Qualitative Content Analysis in Practice. Londres, Sage.

Silva Tibério Marques Schorn (da) & Caldeirão Alexandre Carvalho (2018). Programa de Desenvolvimento da Faixa de Fronteira E sua aplicação no turismo de Jaguarão. Universidade Federal do Pampa.

Simi Gianlluca (2018). Between the Line: The Semiotics of Everyday Life in the Brazil-Uruguay Borderlands. Thèse de doctorat en études culturelles. Nottingham (Angleterre), University of Nottingham.

Soares Maria Susana Arrosa (2008). « A diplomacia cultural no Mercosul ». Revista Brasileira de Política Internacional, 51(1) : 53-69.

Staudt Kathleen (2017). Border Politics in a Global Era. Lanham, Rowman & Littlefield.

Van Houtum Henk & Van Naerssen Ton (2002). « Bordering, Ordering and Othering ». Tijdschrift voor Economische en Sociale Geografie, 93(2) : 125-136.

Walker Rob (1990). « The Concept of Culture in the Theory of International Relations ». Dans Chay Jongsuk (dir.) Culture and international relations. New York, Praeger.

Walker Rob (2016). Out of Line. Essays on the Politics of Boundaries and the Limits of Modern Politics. Oxon, Routledge.

Zamorano Mariano Martín & Morató Arturo Rodríguez (2014). « The Cultural Paradiplomacy of Barcelona since the 1980s: Understanding Transformations in Local Cultural Paradiplomacy ». International Journal of Cultural Policy, 21(5) : 554-576.

Haut de page

Notes

1 « As we traversed a large swath of Eurasia, the colours, contours, and textures of culture changed, but we didn’t step from one hermetically sealed cultural unit to another and we crossed no civilizational border posts. Culture had a topography but no territoriality » [toutes les traductions, y compris celles des extraits d’entretiens qui suivent, sont de l’auteure].

2 Terme utilisé en langue anglaise dans les border studies, traduit ici en français par l’expression « espaces frontaliers ».

3 « It is […] fallacious to suggest that the removal of boundaries, if indeed that is what is happening in Western society, is taking place in the same way, or is having the same effect, within other cultural traditions. We require new and alternative boundary narratives to emerge from those societies that hold different representations of space and social identities. It is important to encourage scholars from these societies to present their own narratives unapologetically, even, and perhaps especially, where such narratives contrast with our own Euro-centered notions of territorial and spatial fixation. »

4 Pour plus d’informations sur l’histoire de la région, voir : Fernando Cacciatore de Garcia (2011) ; Isabel Clemente (2010) ; Synesio Sampaio Goes Filho (2000) ; Eduardo Palermo (2001).

5 Notes de terrain issues d’un entretien avec Ricardo Almeida, chargé de projet dans les secteurs de la culture, de l’information et de la technologie originaire des espaces frontaliers. Entretien mené par l’auteure par téléphone, 10 septembre 2018.

6 « expressions qui résultent de la créativité des individus, des groupes et des sociétés, et qui ont un contenu culturel » selon la définition de l’Unesco donnée à l’article 4 de la « Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles », Paris, 20 octobre.

7 Qui renvoient « au sens symbolique, à la dimension artistique et aux valeurs culturelles qui ont pour origine ou expriment des identités culturelles », selon la définition donnée à l’article 4 de la convention précitée.

8 « areas in proximity to the border which constitute a transition zone between two distinct categories, rather than a clear cut-off line. »

9 « To understand the concept of culture as the product of specific historical transformations is thus to understand that to attempt to come to terms with culture now is to engage with questions of political practice ».

10 Présentés dans : « Cadre de l’Unesco pour les statistiques culturelles (CSC) 2009 », Montréal, Institut de statistique de l’Unesco, 2009.

11 Marché commun du Sud, abrégé Mercosur (de l'espagnol Mercado Común del Sur) ou Mercosul (du portugais Mercado Comum do Sul).

12 Sistema de Información Cultural del Mercosur / Sistema de Informação Cultural do Mercosul.

13 Fondo Mercosur Cultural / Fundo Mercosul Cultural.

14 Programa Mercosur Audiovisual / Programa Mercosul Audiovisual.

15 Fondo para la Convergencia Estructural del Mercosur / Fundo para a Convergência Estrutural do Mercosul.

16 Grupo Ad Hoc sobre Integración Fronteriza / Grupo Ad Hoc sobre Integração Fronteiriça.

17 Titre décerné par l’État fédéral brésilien à travers la Loi n° 12.095 du 19 novembre 2009.

18 Entretien avec Dionéia de Macedo, Professeure d’Arts à l’Instituto Federal do Rio Grande do Sul (IFSUL) – Santana do Livramento. Mené par l’auteure à Santana do Livramento, 9 juillet 2018.

19 Instituto do Patrimônio Histórico e Artístico Nacional.

20 Programa de Desenvolvimento da Faixa de Fronteira.

21 Comissão Permanente para o Desenvolvimento e a Integração da Faixa de Fronteira.

22 Ministério da Integração Nacional. Secretaria de Programas Regionais (2005). Programa de Desenvolvimento da Faixa de Fronteira. Proposta de Reestruturação do Programa de Desenvolvimento da Faixa de Fronteira. Brasília ; Secretaria de Assuntos Estratégicos (2013). Políticas de fronteira como fator de integração. Diagnóstico das ações brasileiras nos espaços de fronteira. Brasília.

23 Cartilha do Programa de Desenvolvimento da Faixa de Fronteira (PDFF). Brasília.

24  27 931 habitants en 2010 lors du dernier recensement. Chiffres de l’Institut brésilien de géographie et de statistique (IBGE).

25 Entretien avec Mangela Britos, présidente du « conseil municipal culturel » de Jaguarão. Mené par l’auteure à Santana do Livramento, 13 septembre 2018.

26 Notes de terrain issues d’un entretien avec un employé de la Receita Federal.

27 Parti du Mouvement démocratique brésilien (Partido do Movimento Democrático do Brasil).

28 Parti des travailleurs (Partido dos Trabalhadores).

29 Diretoria de Relações Internacionais.

30 Ministério das Relações Exteriores.

31 José Alberto « Pepe » Mujica Cordano, généralement appelé Pepe Mujica, président de l’Uruguay entre 2010 et 2015.

32 Luiz Inácio Lula da Silva, généralement appelé Lula, président du Brésil entre 2003 et 2011.

33 Détail des années mentionnées dans les entretiens (menés en 2018) et du nombre de mentions : 2007 : 69 mentions ; 2008 : 82 mentions ; 2009 : 417 mentions ; 2010 : 165 mentions ; 2011 : 621 mentions ; 2012 : 301 mentions ; 2013 : 289 mentions ; 2014 : 600 mentions ; 2015 : 126 mentions. Aucune mention des autres années. Inventaire effectué par l’auteure avec NVivo 12.

34 Littéralement « Mouvement des frontières culturelles » mais pourrait également être traduit par « Mouvement culturel des espaces frontaliers ».

35 « Corredores de integração cultural ».

36 Entretien mené par téléphone, 10 septembre 2018.

37 Festival Binacional de Enogastronomia e produtos do Pampa.

38 Entretien avec Jussara Dutra, directrice du Festival binational d’œnogastronomie et produits du Pampa de Santana do Livramento. Mené par l’auteure à Santana do Livramento, 19 septembre 2018.

39 Intendencia de Rivera en espagnol.

40 Santana do Livramento pour Ricardo Almeida ; les espaces frontaliers Brésil-Argentine pour Jussara Dutra.

41 Entretien avec Artur Montanari, co-gérant de la librairie Marco Zero, Santana do Livramento, et créateur de la Foire binationale du livre de Santana do Livramento-Rivera. Mené par l’auteure à Santana do Livramento, 22 septembre 2018.

42 Entretien avec Eduardo Palermo, directeur du musée de patrimoine régional de Rivera (Museo del Patrimonio Regional de Rivera), professeur d’histoire. Mené par l’auteure à Rivera, 18 septembre 2018.

43 Entretien avec Artur Montanari, op. cit.

44 Notes de terrain issues d’une observation menée par l'auteur dans un événement réunissant des artistes visuels de Santana do Livramento et Rivera, organisé par la Curadoria de Artes Visuais au musée départemental d’arts plastiques (Museo Departamental de Artes Plásticas), Rivera, 18 septembre 2018.

45 Entretien avec Dionéia de Macedo, op. cit.

46 Comitês de fronteira de cidades gêmeas.

47 Financements appelés Emenda Parlamentar.

48 Entretien avec Mangela Britos, op. cit.

49 Entretien avec Rodrigo Segovia, Secrétaire de culture et tourisme en poste à la mairie de Jaguarão. Mené par l’auteure à Jaguarão, 11 septembre 2018.

50 Communication écrite d’Arthur Montanari : « de atuação excelente na área cultural ».

51 Réseau des villes du Mercosur.

52 Instituto do Patrimônio Histórico e Artístico Nacional.

53 Instituto do Patrimônio Histórico e Artístico do Estado.

54 Entretien avec Alan Dutra de Melo, Professeur à l’université Unipampa-Jaguarão et coordinateur de la licence de production et politiques culturelles, employé dans l’équipe municipale de Jaguarão en charge des politiques culturelles entre 2009 et 2010. Mené par l’auteure à Jaguarão, 10 septembre 2018.

55 Entretien avec Adriana Ança, architecte, employée du service de planification et urbanisme de la municipalité de Jaguarão. Mené par l’auteure à Jaguarão, 13 septembre 2018.

56 Entretien avec Dionéia de Macedo, op. cit.

57 Entretien avec Carlos José Machado, organisateur du festival Jaguararte, ancien président du « conseil municipal culturel » de Jaguarão. Mené par l’auteure par téléphone, 17 juin 2019.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Santana do Livramento-Rivera, Jaguarão-Río Branco et autres villes à la frontière entre le Brésil et l’Uruguay.
Crédits Crédits : Élaborée par l’auteure, cartographie d’André Vieira Freitas.
URL http://journals.openedition.org/bssg/docannexe/image/2948/img-1.png
Fichier image/png, 313k
Titre Figure 2
Légende Ponte Internacional Barão de Mauá, reliant Jaguarão (Brésil) et Río Branco (Uruguay).
Crédits Crédits : Photographie prise par l’auteure, juillet 2018.
URL http://journals.openedition.org/bssg/docannexe/image/2948/img-2.png
Fichier image/png, 1,3M
Titre Figure 3
Légende Douane sur le pont reliant Quaraí (Brésil) à Artigas (Uruguay)
Crédits Crédits : Photographie prise par l’auteure, juillet 2018.
URL http://journals.openedition.org/bssg/docannexe/image/2948/img-3.png
Fichier image/png, 570k
Titre Figure 4
Légende Supports de communication du mouvement Fronteras Culturales Fronteiras Culturais, du Festival binational d’œnogastronomie et produits du Pampa et de la Foire binationale du livre de Santana do Livramento.
Crédits Crédits : Fronteras Culturales / Fronteiras Culturais, Festival Binacional de EnoGastronomia e Produtos do Pampa, Feira Binacional do Livro Livramento-Rivera.
URL http://journals.openedition.org/bssg/docannexe/image/2948/img-4.PNG
Fichier image/png, 398k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Solène Marié, « Négociations avec la frontière : les réseaux culturels dans les espaces frontaliers Brésil-Uruguay, entre institutionnalisation et informalité »Biens Symboliques / Symbolic Goods [En ligne], 13 | 2023, mis en ligne le 19 décembre 2023, consulté le 23 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/bssg/2948 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bssg.2948

Haut de page

Auteur

Solène Marié

Docteure en relations internationales, Universidade de Brasília (Brésil), département des relations internationales, et en science politique, Université Paris 8 (France), chercheuse associée au Cresppa-LabToP (UMR7217).

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search