Navigation – Plan du site

AccueilNuméros7DossierCe que le numérique fait à la lec...

Dossier

Ce que le numérique fait à la lecture

Distinguer les supports, questionner les usages
Reading Under Digital Constraints. Media and Usage
Efectos de la digitalización en la lectura. Distinguir los soportes, cuestionar los usos
Cécile Rabot
Traduction(s) :
Reading Under Digital Constraints [en]

Résumés

Les écrits sur le numérique et ses effets sur la culture sont nombreux, mais insuffisants pour qui veut tenter de comprendre ce que le numérique fait à la lecture littéraire ordinaire. De nombreux discours, optimistes ou inquiets, pointent les possibles ouverts par les nouveaux supports ou les menaces qu’ils font apparaître. Les neurosciences semblent pouvoir conforter les deux positions, selon l’interprétation qu’elles font de leurs données ; elles n’offrent souvent qu’une compréhension limitée en n’intégrant guère les variations sociales des usages et en replaçant peu les usages dans une pratique et dans un contexte. Les sciences de l’information et de la communication se concentrent plus largement sur les dispositifs, les usages et usager·ère·s qu’ils supposent ou favorisent, que sur leurs appropriations réelles. Les statistiques publiques mesurent des usages sans pouvoir en rendre compte. Ce dossier de Biens symboliques entend réinscrire la lecture dans les perspectives offertes à la fois par l’histoire du livre et par les sciences sociales. Pour sortir de débats largement idéologiques qui opposent les anciens et les modernes, il se propose de réunir des enquêtes empiriques qui à la fois distinguent les supports et sont attentives aux variations sociales entre les usages. Le dossier s’ouvre par un entretien avec Roger Chartier qui situe la lecture numérique dans le temps long de l’histoire de l’écrit et interroge la rupture que le numérique a opérée dans l’ordre des livres. Trois enquêtes sociologiques sur des pratiques de lecture ordinaire mettent ensuite cette interrogation à l’épreuve du terrain : qu’est-ce qui change dans le passage de l’imprimé aux écrans pour les lecteur·rice·s socialisé·e·s dans l’ordre des livres qui deviennent des adeptes du support numérique, testent un dispositif de prêt de liseuses ou au contraire n’imaginent pas du tout transposés en numérique les profits qu’ils tirent du livre papier ? Le dossier explore enfin quelques usages propres permis par le numérique, de pratiques savantes ordinaires qui passent par l’usage de corpus numérisés à des pratiques de lecture/commentaire d’une production littéraire de bande dessinée nativement numérique. Si « métamorphose du lecteur » il y a, selon l’expression de Pierre Assouline, où se situe-t-elle ? Sans prétendre en préciser toutes les facettes, ce dossier vise à montrer l’intérêt de l’enquête empirique sur une question qui a fait couler beaucoup d’encre mais reste largement ouverte.

Haut de page

Texte intégral

1Le numérique a engendré de profonds bouleversements des industries culturelles et de certaines pratiques culturelles, notamment audiovisuelles. Le cinéma et la musique ont dans leur ensemble, de leur production à leur distribution et à leur consommation, été marqués par ce que d’aucuns qualifient de « numérimorphose » (Granjon & Combes 2007) : les plateformes jouent aujourd’hui un rôle incontournable et le streaming révolutionne les modes d’accès au son et à l’image, musique, radio, films, séries ou vidéos. Qu’en est-il de l’accès aux textes et des pratiques de lecture ? Le numérique a-t-il produit dans ce domaine une semblable « révolution » (comme le suggère par exemple Rieffel 2014) ?

2Le numérique a eu, sur l’industrie du livre comme sur l’ensemble des industries culturelles et informationnelles, des effets multiples. Bertrand Legendre a tenté, dans un ouvrage récent, de les inventorier en parcourant la chaîne du livre dans les différents secteurs éditoriaux (Legendre 2019). De la production à la fabrication, de la distribution à la prescription, il n’est guère de point de cette chaîne qui n’ait été, si ce n’est profondément modifié, du moins touché par le développement des outils numériques. Logiciels de traitement de texte, de correction ou de composition, plateformes d’écriture numérique, bases de données iconographiques et autre documentation disponible sur le web, mais aussi courriels et documents collaboratifs ont largement modifié les manières de travailler des auteur·rice·s comme des éditeur·rice·s. Plateformes de vente en ligne, réseaux sociaux du livre (de Babelio à Booktube et Bookstagram), blogs de libraires ou de lecteur·rice·s ordinaires, bibliothèques numérisées et catalogues en ligne, ont transformé la diffusion et les manières de s’informer sur les livres (voir Leveratto & Leontsini 2008 ; Wiart 2017) et de se les procurer.

3Qu’en est-il en revanche de la lecture proprement dite ? Le terme lecture recouvre lui-même des acceptions différentes. On peut se demander ce que change le passage à l’écran pour la « lecture » prise au sens large de « déchiffrage d’écrit en vue de produire une signification » (en excluant donc une acception encore plus large qui renverrait au décodage de toute forme de signes). La lecture informative intentionnelle, dans laquelle le lecteur ou la lectrice cherchent une information, a de fait été profondément modifiée par internet, les moteurs de recherche, les dictionnaires en ligne, les encyclopédies collaboratives comme Wikipedia ou encore les forums (voir Jouët & Rieffel 2013 ; Barbe, Merzeau, Schafer 2015). Que change le numérique à la lecture comme pratique culturelle ou de loisir, c’est-à-dire comme pratique qu’on pourrait dire plus désintéressée, au sens où elle ne vise pas un but spécifique, même si elle remplit souvent de fait plusieurs fonctions (voir Mauger & Poliak 1998) ? Cette lecture faite pour le plaisir de lire, de se procurer des émotions, d’apprendre sans but précis, de se cultiver, de réfléchir, celle qu’Armando Petrucci désigne par la formule tautologique « lire pour lire » (Petrucci 1990), a-t-elle été modifiée par l’arrivée du numérique ? Qu’elle porte sur des objets littéraires (dans une acception large du terme, incluant les différents genres sans distinction de légitimité) ou des essais, elle était précédemment associée au livre (et continue en partie de passer par lui). Si l’on peut parler de « métamorphose du lecteur » (Assouline 2012), quel rôle y tient le numérique ?

  • 1 Les Ateliers du livre forment un cycle de réflexion sur le livre, les institutions et les pratiques (...)

4La Bibliothèque nationale de France organisait le 4 mai 2017 dans le cadre des Ateliers du livre1 une journée d’étude intitulée « Lire en numérique : réalités et perspectives », dont ce dossier est le prolongement. Au principe de cette journée se trouvait le constat d’une abondance de textes sur « la révolution numérique » dans le paysage médiatique et éditorial – abondance sans doute significative de l’intérêt des éditeur·rice·s eux/elles-mêmes pour une question qui met en jeu, si ce n’est leur existence, du moins la nature de leur activité et peut-être leur identité. Très nombreux, ces textes étaient aussi dans leur grande majorité des essais, théoriques et prospectifs – en particulier ceux de l’orée du xxie siècle. Peu empiriques, ces essais considèrent ce que le numérique peut faire au lecteur. Ils laissent par ailleurs le plus souvent transparaître assez nettement le positionnement de l’auteur·rice (sans que celui/celle-ci soit interrogé·e dans une quelconque démarche réflexive) soit du côté des espoirs suscités par ces nouvelles technologies, soit du côté des menaces qu’elles font planer sur les industries culturelles, voire sur la culture. Nous reviendrons dans un instant sur ces textes et leurs présupposés.

  • 2 Nous soulignons.

5D’autres publications, plus empiriques, se limitent à faire du numérique un contexte en analysant par exemple « Les pratiques culturelles des Français à l’ère numérique » (Donnat 2008) ou « Lectures et lecteurs à l’heure d’Internet » (Evans 2011)2. D’autres, comme ceux précédemment cités, se concentrent sur l’amont de la chaîne du livre, de la production à la prescription, avec de possibles effets sur le/la lecteur·rice, ses modes d’information et de sélection, des pratiques d’approvisionnement et de partage, mais sans explorer la réalité de ces effets ou en tout cas sans inclure les pratiques de lecture sur support numérique. D’autres (nous y reviendrons) apportent quelques éléments quantitatifs sur ces pratiques, dans une optique de mesure mais sans permettre de les comprendre, c’est-à-dire de saisir leurs raisons d’être telles qu’elles apparaissent à la conscience des enquêté·e·s et encore moins les logiques qui pourraient les pousser à leur insu. L’ambition de la journée était, a contrario, d’interroger les pratiques effectives de lecture numérique, en rassemblant des éléments de savoir produits dans des cadres disciplinaires variables (de la sociologie aux neurosciences en passant par l’histoire et les sciences de l’information et de la communication). C’est aussi la perspective de ce dossier.

1. Entre enchantement et déploration

6La lecture numérique a en effet donné lieu, surtout dans la première décennie du xxie siècle, à des discours multiples, entre enchantement et déploration, qui rappellent, mutatis mutandis, les écueils (du misérabilisme et du populisme) pointés par Claude Grignon et Jean-Claude Passeron à propos de l’étude des cultures populaires (Grignon & Passeron 1989). Tantôt elle est présentée comme une révolution, équivalente à l’invention de l’imprimerie ou au passage du volumen au codex, qui ouvrirait des possibles insoupçonnés en modifiant en profondeur le rapport à la connaissance et à la création ; tantôt (et peut-être davantage encore) elle cristallise les craintes conservatrices en faisant envisager la mort du livre et, avec lui, de la culture véritable, au profit du divertissement : elle incarne alors la baisse du niveau d’exigence, les dangers du relativisme ou la dispersion de l’attention.

7Les discours optimistes mettent en avant les possibles ouverts par la « révolution numérique ». L’offre de lecture devient quasi infinie. L’information est accessible à distance et sans délai. Le numérique est aussi associé aux fonctionnalités spécifiques qu’il offre généralement (quoique pas systématiquement). Ces fonctionnalités facilitent à la fois les interactions (commentaire, partage), l’accès à l’information et la mise en relation (via des outils de recherche et le système des liens hypertextes). Arrêté·e par une difficulté (lexicale ou référentielle par exemple), le/la lecteur·rice peut, grâce aux dictionnaires intégrés, la lever de manière beaucoup plus immédiate qu’il/elle ne pouvait le faire auparavant via les dictionnaires, encyclopédies ou autres ouvrages disponibles. Désireux·se de faire part de son opinion ou de faire connaître le texte, il/elle peut le partager ou le commenter instantanément ou publiquement, bien au-delà du cercle de proches qui, antérieurement, constituait le plus souvent le marché sur lequel il/elle pouvait échanger sur ses lectures. Il/elle peut aussi échanger directement et rapidement avec l’auteur·rice du texte (avec peut-être des effets sur le texte lui-même ou sa suite) (voir Petitjean & Houdart-Merot 2015), beaucoup plus facilement que ne pouvait le faire le lecteur ou la lectrice adressant un courrier à l’éditeur·rice ou à l’auteur·rice (voir Lyon-Caen 2006). Ces facilités de navigation intertextuelle et ces sociabilités littéraires élargies participent à la fascination suscitée par le numérique, qui est vu comme une formidable ouverture de possibles (au moins théoriques).

8Plus nombreux ou plus visibles sont les discours qui pointent les dangers de cette mutation des outils et des pratiques. Dominique Boullier écrit ainsi : « Le Web 2.0 n’est pas une mode, c’est tout notre rapport aux réseaux numériques qui a changé et, dans le même tourbillon, la lecture au long cours a été emportée » (Boullier 2011 : 41). L’image du tourbillon mobilisée ici n’est pas sans rappeler celle des « torrents de papier » qui avait été utilisée pour décrire, au xixe siècle, la diffusion massive d’une production imprimée industrialisée réputée dangereuse, au moins pour les lecteurs les moins aguerris et les lectrices (Artiaga 2007). À l’instar de l’industrialisation de l’édition, le numérique est accusé de mettre en péril la lecture et/ou les lecteur·rice·s en les emportant et en les détournant. Les intitulés de nombre de ces textes les inscrivent dans un registre polémique ou apologétique : « Les livres ont besoin de nous » (Steiner 2008) ; N’espérez pas vous débarrasser des livres (Carrière & Eco 2009) ; Apologie du livre (Darnton 2011) ; Contre le colonialisme numérique : manifeste pour continuer à lire (Casati 2013) ; Les Ravages des écrans (Spitzer 2019).

9Ces discours sur « le numérique » ont en commun de regrouper derrière cet adjectif substantivé (Moatti 2012) toutes les formes de numérique sans aucune forme de distinction, au prix de généralisations hâtives, voire abusives. Ils ne se comprennent qu’au regard du livre papier et de la valeur qui lui est accordée. Le livre papier devient le symbole de la culture – une culture humaniste, littéraire, mais souvent mal définie – et il suscite des attachements d’autant plus viscéraux qu’il paraît menacé (et avec lui tout ce qu’il symbolise). Le discours sur le risque de disparition du livre papier va de fait de pair avec celui qui déplore une baisse de la lecture (littéraire), voire une crise de la culture (légitime).

10L’écran (des ordinateurs, tablettes et smartphones, après celui du cinéma et de la télévision) est posé comme le concurrent du livre, celui qui, dans une logique de division de l’attention et de partage du temps libre, nuirait forcément à la lecture (ou du moins à la « vraie lecture »). Comment dès lors envisager la possibilité d’une lecture sur écran ? N’est-ce là qu’un oxymore marquant l’impossibilité de la pratique ?

2. Lire en numérique, est-ce vraiment lire ?

11Les essayistes, qui raisonnent sur un « lecteur » abstrait plus qu’ils n’observent la réalité des pratiques, posent d’emblée la lecture numérique comme une pratique de valeur inférieure : lire sur écran, est-ce encore lire ? La « vraie lecture » peut-elle vraiment se pratiquer sur un autre support que le livre imprimé ? En d’autres termes, peut-on pratiquer en numérique une lecture longue, approfondie et désintéressée ?

12Les effets négatifs censés résulter « des écrans » (diminution de la capacité d’attention et de concentration, baisse des performances cognitives, fermeture sur soi et diminution du sentiment d’empathie) (Spitzer 2019) semblent s’inscrire en complète opposition aux qualités que la lecture, notamment la lecture littéraire, est réputée développer et pour lesquelles elle est encouragée. La lecture littéraire est notamment valorisée pour sa capacité à accroître l’expérience du lecteur ou de la lectrice, dans le sens de l’élargissement mais aussi de l’approfondissement, parce que la litérature décortique des phénomènes qui, dans le flux du quotidien, échappent bien souvent à sa perception (voir Nussbaum 1990, Bouveresse 2008, Laugier 2006). Qu’advient-il quand cette lecture, qu’on associe à la culture, est pratiquée sur écran ?

13Le côté « technique » du numérique porte-t-il à lui associer plus volontiers des lectures utilitaires, professionnelles ou didactiques ? Apparaît-il « froid » et à cet égard antagonique à une lecture esthète qui met l’accent sur la sensibilité du lecteur et de la lectrice et qui semble s’associer plus immédiatement à la matérialité de l’objet livre tel que décrit par Michel Melot (Melot 2006) ? Maint·e·s lecteur·rice·s décrivent en effet leur attachement au toucher du papier ou à l’odeur de l’encre, et se disent attentif·ve·s aux choix typographiques ou à la qualité de la fabrication. Cette hypothèse porterait à interroger le choix de certaines bibliothèques de proposer sur liseuses une offre exclusivement constituée de classiques de la littérature française, dont la valeur est réputée résider dans le travail de la forme au moins autant que dans le propos.

14Si la lecture numérique est souvent décriée par les chercheur·se·s en littérature, ce serait en raison de leur croyance dans les vertus d’une « lecture rapprochée » : ils/elles considèrent en effet comme la seule lecture proprement littéraire cette lecture lente et attentive à la langue, que tente de construire l’enseignement de la littérature à l’université et au lycée (voir Renard 2011). C’est la thèse défendue par Katherine Hayles : « Tant que cette croyance exerce son emprise, la lecture numérique sera perçue au mieux comme périphérique par rapport à nos préoccupations principales, repoussée dans les marges comme n’étant pas “véritablement” de la lecture ou en tout cas pas de la lecture intéressante ou attirante » (Hayles 2016 : 126). John Guillory oppose ainsi la « lecture rapprochée » et la lecture rapide pratiquée sur support numérique (Guillory 2010 : 8), comme si la lecture rapprochée ne pouvait se pratiquer sur support numérique.

3. Une lecture de survol ?

15Le numérique fait-il vraiment lire autrement ? Par la quantité de textes disponibles et reliés, favorise-t-il la lecture rapide et l’appréhension d’un grand nombre de documents, selon ce que Dominique Boullier propose de nommer « lecture indicielle », qui permet de « connaître peu de beaucoup » (Boullier 2011 : 51) et qui n’est pas sans évoquer la pratique du bibliothécaire de Musil dont le secret professionnel, pour bien maîtriser ses fonds, consiste à ne surtout pas se laisser tenter par la lecture in extenso d’aucun volume particulier (Musil 2004 : 553) ? Favorise-t-il, selon ce que suggère Christian Vandendorpe, un cheminement plus personnalisé et potentiellement plus riche, une « lecture extensive » suivant un mode « tabulaire » qui prélève des informations choisies parmi un ensemble de possibles, par opposition à la « lecture intensive », linéaire et attentive à saisir toutes les articulations du texte, à laquelle prêterait le texte dépourvu de renvois (qu’il s’agisse d’hypertextes ou de notes) ou de documents voisins (iconographiques ou textuels) (Vandendorpe 1999) ?

16Dans les faits, le numérique pousse-t-il au survol, à l’abandon ou à l’errance, comme le supposent ses détracteur·rice·s ? Engendre-t-il des formes de dispersion de l’attention nuisibles à la compréhension (Wolf 2007 ; Mangen, Walgermo, Brønnick 2013) ? Rend-il plus difficile le retour en arrière, la vérification, la possibilité de retrouver un indice ou un passage repéré, et, partant, la mémorisation de l’information notamment parce que celle-ci est mobile sur le support, donc impossible à localiser visuellement ou tactilement, grâce à la perception de l’épaisseur du livre ? C’est ce que tendraient à prouver diverses expérimentations menées en lien avec les neurosciences, dont nous tenterons de donner ici un rapide aperçu.

17Ainsi, des études neurologiques menées par Thierry Baccino et Véronique Drai-Zerbib au Laboratoire des usages en technologies numériques ont analysé, d’une part, les présupposés des dispositifs de lecture sur support numérique et sur support papier (ce qu’ils requièrent en termes d’attention, de navigation, de mise en relation) et, d’autre part, les usages de ces deux types de supports (Baccino & Drai-Zerbib 2015). Des expérimentations fondées notamment sur une étude des mouvements de l’œil complétée par des questions posées à l’utilisateur·rice leur permettent d’établir la manière dont il/elle perçoit l’information, l’attention qu’il/elle prête aux différents éléments présents sur une page, sa capacité à comprendre et à mémoriser cette information. Le passage du papier au numérique semble plutôt défavorable au numérique : l’attention est moindre, la compréhension moins bonne, la mémorisation plus restreinte.

18La structure hypertextuelle semble, au moins en partie, responsable de ce phénomène. Des études montrent ainsi qu’une différence dans la compréhension d’un texte s’observe (quel que soit le support) selon qu’il est proposé en version linéaire ou dans une version enrichie de liens hypertextes (Zhu 1999 ; Miall & Dobson 2001) : les hypertextes sollicitent la mémoire de travail, qui ne peut par conséquent engranger autant d’autres informations qu’elle le ferait avec un texte linéaire, de sorte que la compréhension globale est moins bonne quand les hypertextes sont plus nombreux (Hayles 2016 : 133).

19D’autres études donnent une vision plus positive de la lecture numérique, en montrant qu’elle active des zones du cerveau liées à la prise de décision et au raisonnement complexe, moins sollicitées par la lecture sur support imprimé (Centre de recherche sur la mémoire et l’âge, cité par Guillaud 2010 : 23). Toutefois, le phénomène semble moins lié au support numérique en soi qu’à la manière dont l’information est organisée sur le web, en mode tabulaire plutôt que linéaire, amenant l’utilisateur·rice à un constant travail d’évaluation, de sélection et de mise en relation. Certaines études neuroscientifiques affirment ainsi que ce n’est pas le passage du papier à l’écran qui modifie les perceptions et les usages, mais plutôt les diverses fonctionnalités que propose aussi l’écran, les prises de décision qu’il impose, les distractions ou tentations qu’il offre : les possibilités de navigation, de commentaire, de partage, voire les possibilités complètement extérieures à la lecture elle-même incluses sur le même support, requièrent en effet une discipline particulière de la part de l’utilisateur·rice désireux·se de se concentrer de manière prolongée sur le texte proprement dit (Cohen 2009 ; Dehaene 2007).

20Il importe par conséquent de distinguer ce qui tient au support proprement dit et ce qui renvoie à l’organisation des contenus. Le modèle de la page web (avec des blocs de textes, articulés avec des images ou des vidéos, et enrichis d’hyperliens) est souvent utilisé pour penser l’organisation des contenus sur support numérique : on associe volontiers le papier à une forme de finitude, que le numérique viendrait rompre en proposant des possibilités quasi infinies d’extension et de renvoi, notamment via les hypertextes. Mais aucune organisation de contenu n’est inhérente au numérique : la liseuse tend par exemple à reproduire l’organisation du livre papier et des pages qui le composent et, à l’inverse, la complexité de la page web se retrouve largement dans les manuels scolaires imprimés tels que les maisons d’édition les conçoivent aujourd’hui (Bonnéry 2015).

21Qu’en est-il de la lecture sur un dispositif connecté à internet, qui permet à la fois un accès immédiat à une multitude d’informations et de sources, mais aussi des possibilités de partage immédiat par mail ou via les réseaux sociaux ? Qu’en est-il à l’inverse des formats numériques homothétiques du papier, à l’instar d’un document numérisé d’une bibliothèque patrimoniale ou même de la version pdf d’un article scientifique (qu’il peut d’ailleurs arriver au chercheur ou à la chercheuse d’imprimer) ? On voit bien à travers ces exemples la nécessité de distinguer les formes et les formats, mais aussi l’ensemble des propriétés et fonctions des dispositifs numériques.

22L’histoire du livre, par l’attention qu’elle a portée aux effets des objets et des formes, invite ainsi à déconstruire l’hyperonyme « numérique » pour considérer l’hétérogénéité des supports qu’il englobe, de l’ordinateur à la liseuse en passant par le smartphone et la tablette, et des formats, du billet de blog au livre numérique : on ne lit pas de la même manière un article de presse, un article scientifique ou un roman, fût-ce sur un support numérique. Selon la nature du texte, l’attention est différente, plus ou moins constante et profonde. C’est aussi que la perspective qui anime la lecture et qui l’oriente n’est pas la même. Elle varie en outre selon le sujet traité et l’intérêt qu’on y porte. Si ces variations sont déjà bien établies, quels effets produisent les différences de support ? Qu’est-ce qui change selon qu’on lit un texte donné sur papier ou sur support numérique (voir Guillaud 2010), et selon qu’on utilise une tablette rétroéclairée, une liseuse à encre électronique, un smartphone ou un ordinateur ? Qu’est-ce qui, à cet égard, tient au support proprement dit ou aux nouvelles possibilités formelles permises par le support ?

4. D’autres supports pour d’autres objets de lecture ?

23Quelle est la réalité des pratiques de lecture numérique ? Le numérique fait-il lire des personnes qui ne lisaient pas sur papier ? Modifie-t-il les pratiques de celles qui lisaient déjà sur papier ? Et si oui, en quel sens ? Les enquêtes quantitatives sur la lecture prouvent la coexistence de pratiques de lecture numérique avec la lecture sur papier, y compris chez les mêmes lecteur·rice·s, dans une logique de cumul souvent attestée dans les études de sociologie de la culture (Coulangeon & Lemel 2009). Une enquête publiée en juin 2018 révélait ainsi que 35 % des 15-25 ans interrogé·e·s affirmaient lire leurs livres à la fois sur papier et sur support numérique (contre seulement 2 % de lecteur·rice·s exclusif·ve·s de livres numériques mais 47 % de lecteur·rice·s exclusif·ve·s de livres imprimés) (Vincent Gérard & Vayssettes 2018). Quel(s) intérêt(s) ces lecteur·rice·s trouvent-ils/elles au numérique ?

24Lisent-ils/elles sur numérique autre chose qu’en imprimé, ou dans d’autres circonstances – comme le suggère la cohabitation fréquente des deux pratiques chez les mêmes individus ? Quelle relation la lecture sur support numérique entretient-elle, chez le/la lecteur·rice, avec la lecture sur support papier ? S’inscrit-elle dans une logique d’opposition et de concurrence comme le suggèrent les discours qui invoquent le numérique comme un des facteurs de la « crise de la lecture » ou de la « mort du livre » ? S’inscrit-elle seulement dans une logique de substitution de support, qui ne modifie pas radicalement la pratique, mais conduit à une quasi-transposition des mêmes usages du papier au numérique ? Vient-elle plutôt prolonger la lecture sur papier dans une logique de cumul en apportant d’autres profits que celle-ci et en permettant d’autres usages sociaux ou en favorisant certains usages plus que d’autres (Mauger & Poliak 1998) ?

25L’écart entre les chiffres de vente et les données sur la lecture tendent à prouver que la lecture numérique ne porte que de manière encore assez restreinte sur des textes achetés. En effet, le livre numérique ne constitue aujourd’hui encore en France qu’une faible part des ventes (7,6 % du chiffre d’affaire des ventes de livres en 2017 selon les chiffres clés produits par le service Livre et lecture du ministère de la Culture qui précisent aussi que seuls 4,4 % des Français ont acheté en 2017 au moins un livre numérique). Mais la sociologie de la lecture a depuis longtemps souligné la non-coïncidence des pratiques d’achat et de lecture, certains livres achetés n’étant jamais lus, et, réciproquement, certains livres lus n’étant jamais achetés mais empruntés ou reçus par d’autres voies (voir Renard 1995 ; Rouet 1995 ; Guittet 2018). Le numérique réduit sans doute la possibilité de l’achat pour autrui, par rapport à un livre papier qui occupe une place de choix parmi les cadeaux, mais il accroît les possibilités de piratage. Il est donc susceptible de donner accès à la lecture de textes que l’on n’aurait pas achetés. Le support numérique permet-il ainsi de lire des écrits qu’on ne lisait pas sous forme de livres, par exemple en raison du coût de ces derniers (qu’on ne pouvait pas ou ne voulait pas investir), ou de leur accessibilité réduite (livres introuvables ou difficiles d’accès, fonds patrimoniaux désormais numérisés, etc.) ?

26Les enquêtes quantitatives montrent aussi de forts écarts selon les secteurs (voir Legendre 2019), les livres pratiques ou les romans sentimentaux étant par exemple beaucoup plus présents dans les ventes en numérique que la littérature générale. Ce phénomène tient-il à des questions de légitimité ? Le numérique favoriserait-il la lecture de textes moins légitimes ? Si oui, cela tient-il uniquement aux modes de diffusion et de distribution de ces textes ? Ou en évitant d’exposer la couverture de l’objet lu, et donc des marques de genres ou de maisons d’édition qui peuvent jouer comme des marqueurs de classe, voire des stigmates, le numérique assure-t-il une forme de confidentialité plus propice aux textes avec lesquels le/la lecteur·rice n’aimerait pas s’afficher ?

27De manière plus générale, un support numérique comme une liseuse participe-t-il à minimiser le poids de « l’énonciation éditoriale » (Souchier 1996) dans la construction du sens de l’œuvre par le/la lecteur·rice ? Le paratexte, notamment éditorial, joue en effet un rôle important dans la manière dont les lecteur·rice·s perçoivent le texte (Genette 1987). Ce paratexte est constitué par l’appareil qui, dans le livre, entoure le texte et l’accompagne (préface, notes, bibliographie de l’auteur·rice, etc.) mais surtout par la couverture du livre (titre, graphisme, iconographie, texte de quatrième de couverture), qui n’est pas constamment affichée sur support numérique. Cette disparition de la couverture peut d’ailleurs jouer en sens inverse en restreignant les profits de distinction que pouvait trouver le/la lecteur·rice à s’afficher avec tel ouvrage ou le faire figurer dans sa bibliothèque (voir Mauger, Poliak, Pudal 1999). Ou encore réduire les effets prescripteurs potentiellement produits par le fait de voir quelqu’un lire tel ou tel livre (voir Casati 2013 : 16).

28Il existe par ailleurs des formes inédites dont le numérique a permis l’avènement. Si le numérique participe à « configurer les scripturalités » (Paveau 2015), à quelles lectures donne-t-il lieu ? Qu’en est-il par exemple de la lecture de textes « augmentés », c’est-à-dire qui intègrent des possibilités nouvelles (liens vers d’autres textes, image et notamment image animée, son, etc.) ? Qu’en est-il des possibilités d’écriture collaborative, de recomposition, d’appropriation permises par certains nouveaux formats ? Le lectorat de ces formes renouvelées est-il constitué seulement d’autres scripteur·rice·s ou de lecteur·rice·s ordinaires ? Lit-il exclusivement ces formes nouvelles ou prête-t-il aussi attention à des formes de création sur support imprimé ? Les créations numériques sont-elles aujourd’hui le lieu de l’avant-garde littéraire ?

5. Fonctionnalités intégrées et usages anticipés

29Le numérique offre non seulement du texte mis en forme mais aussi des fonctionnalités permettant son appropriation (feuilletage, copie, annotation, etc.). Certaines sont moins des innovations que des transpositions de gestes effectués, au moins par une partie du lectorat, sur le livre imprimé. Sont-elles d’autant plus investies qu’elles reproduisent des gestes déjà familiers ? Par exemple, par quel·le·s lecteur·rice·s les systèmes de prise de note intégrés sont-ils mobilisés ? À quel type de pratique d’écriture donnent-ils lieu ? Les supports numériques intègrent aussi des outils de type dictionnaire ou liens hypertextes qui lèvent les éventuelles difficultés lexicales ou référentielles du texte. Permettent-ils une compréhension plus aboutie ou plus précise ? Certes le/la lecteur·rice d’imprimé pouvait déjà consulter des notes de bas de page ou des usuels pour lever des doutes qui surgissaient lors de la lecture. La facilité d’accès à l’information complémentaire favorise-t-elle son appréhension ? Le/la lecteur·rice consulte-t-il/elle la définition d’un mot plus souvent que lorsqu’il/elle avait à interrompre sa lecture pour se tourner vers un dictionnaire ?

30Si la dématérialisation des fichiers fait disparaître la trace matérielle des lectures et le support mémoriel que constitue la bibliothèque physique d’un individu ou d’un foyer (voir Mauger, Poliak, Pudal 1999), les bibliothèques virtuelles assurent-elles un semblable rôle d’aide-mémoire ? La possibilité de recherche par mots clés ou mots du texte dans ces bibliothèques numériques facilite-t-elle la navigation parmi les livres déjà lus et pour partie oubliés (voir Bayard 2006) ? Ou l’expérience du numérique s’inscrit-elle dans une temporalité éphémère où chaque lecture remplace et efface la précédente, à la manière dont le texte s’efface de l’écran ?

31Les outils intégrés à certains dispositifs numériques vont-ils jusqu’à engendrer des usages nouveaux ? Si l’outil numérique ne semble pas suffire à créer le désir de lire et à initier la pratique de lecture (Barbagelata, Inaudi, Pelissier 2014), se met-on par exemple à prendre des notes ou à surligner alors qu’on n’aurait jamais osé le faire sur un livre papier sacralisé ? Ou à lire en langue originale parce que le dictionnaire intégré permet de trouver en un clic le sens des mots inconnus ? Des personnes qui avaient interrompu leur pratique de lecture en raison de problèmes de vue peuvent-elles renouer avec cette pratique grâce aux fonctionnalités de grossissement offertes par exemple par la liseuse ?

32Au-delà de leurs usages réels, ces fonctionnalités ont-elles aussi une vertu symbolique par les possibles, au moins théoriques, qu’elles ouvrent ? Il n’est pas impossible que le seul fait de pouvoir faire (et savoir qu’on peut) joue parfois autant que la pratique elle-même. Posséder une bibliothèque, c’est non seulement avoir des livres à lire, mais savoir qu’on a des livres à lire ; de même choisir le format numérique, c’est savoir qu’on aura sous la main une grande quantité de textes (excédant largement ce qu’on pourra lire) et qu’on pourra (pourrait) les mettre en relation avec d’autres, en approfondir à l’infini la lecture, voire intervenir dans le champ littéraire comme médiateur critique susceptible d’avoir des effets sur la production elle-même.

33Observe-t-on des usages conformes à ce qui a été imaginé par les concepteurs ou, au contraire, des formes de détournement des dispositifs ? Nombre d’études, notamment en sciences de l’information et de la communication, se centrent en effet sur les usages permis a priori par tel ou tel dispositif. Madeleine Akrich propose ainsi de considérer qu’un « script » est inscrit dans le design de l’objet technique : celui-ci intègre des scénarios d’usage anticipés, que l’utilisateur·rice pourra suivre ou parfois contourner/détourner, mais qui déterminent en partie l’espace des possibles (Akrich 1987). Dans cette optique, certains travaux sur la lecture numérique se centrent sur le lecteur ou la lectrice supposé·e·s par les éditeur·rice·s et designers d’objets et formats numériques (Tréhondart 2014 ; Saemmer 2015). Qu’en est-il de la réalité des usages, par rapport aux usages et usager·ère·s postulé·e·s ? Les appropriations des dispositifs varient-elles en fonction de l’habitus des lecteur·rice·s ?

6. Pour des sciences sociales des usages du numérique

34Seule l’enquête empirique peut permettre de sortir d’un discours abstrait pour tenter d’établir les représentations et les usages des dispositifs, et surtout d’en saisir les logiques et de comprendre les principes de différenciation qui tiennent aux dispositifs eux-mêmes mais aussi à d’autres paramètres. L’approche neurobiologique présente l’intérêt de reposer sur des études expérimentales précises, utilisant des techniques sophistiquées allant de l’eye-tracking à l’imagerie cérébrale. Mais elle constate les usages sans, le plus souvent, pouvoir en rendre compte. Elle met par ailleurs peu en avant les variations sociales constatées entre les sujets de l’expérimentation. Or, quelques rares enquêtes établissent des différences entre les lecteur·rice·s qui ne tiennent pas seulement à l’âge ou à l’appartenance générationnelle, mais renvoient à des rapports différenciés à la technique, à l’offre culturelle et au « numérique » comme catégorie symbolique (Boullier & Crétel 2013). Reste à étudier les supports et les lecteur·rice·s dans leur diversité, en utilisant les outils des sciences sociales, de manière à tenter de comprendre ce qui se joue dans ces usages et non-usages du numérique. Quelles variations observe-t-on d’un·e lecteur·rice à l’autre et à quelles variables relier ces variations ?

35Quel est le rôle de l’environnement, professionnel, familial ou amical, dans l’adoption du support numérique pour la lecture et dans son appropriation ? On connaît l’importance des pairs et des prescripteurs dans les choix d’objets de lecture (voir Guittet 2018). Comment joue-t-elle dans l’adoption de la lecture sur support numérique ? La présence d’early adopters dans le cercle de pairs conduit-elle à la diffusion de la pratique par imitation ou initiation (voir Miguet 2014) ? Comment les représentations, socialement construites, de la technique mais aussi de la lecture (avec les valeurs et les normes qui leur sont associées) interviennent-elles dans l’appropriation des dispositifs (voir Paquienséquy & Miguet 2015) ?

36Quelles variations d’usage tiennent au degré de familiarité avec le support (« le numérique » ou le dispositif numérique spécifique utilisé) ? Ce degré de familiarité tient-il en partie à la génération – avec de jeunes générations qui, par l’effet d’une socialisation numérique précoce (au smartphone, aux tablettes ou aux jeux vidéo), auraient développé des compétences numériques transposables d’un dispositif à un autre ? À l’inverse, le défaut de familiarité avec le numérique en général peut-il soit détourner des supports numériques (donc expliquer des non-usages) soit conduire à des usages avortés, c’est-à-dire à des expérimentations déceptives et donc sans lendemain ?

37Les « compétences de lecture numérique » sont-elles aussi corrélées à certaines formes de capital culturel, indépendamment de l’expérience numérique ? Peut-on distinguer parmi elles une aisance technique qui serait propre au support (et peut-être augmenterait avec la socialisation précoce au numérique et avec l’expérience) et des compétences cognitives plus larges liées au maniement de l’écrit (perception de l’information, attention à la forme, prélèvement d’informations, mise en relation de données, construction d’hypothèses, raisonnement, mise en œuvre de stratégies pour plus d’efficacité, etc. – voir Goody 1978) ? Ces compétences cognitives seraient aussi à l’œuvre dans les pratiques extra-numériques et notamment dans la lecture sur support papier et se transposeraient sur support numérique avec de probables variations selon les caractéristiques sociales des lecteur·rice·s, ce qui permettrait de rendre compte des variations sociales observables dans les usages du numérique, y compris au sein d’une même génération réputée familière du numérique (voir Mercklé & Octobre 2012) ?

38L’enquête est certes difficile à mener. Les études sur la lecture numérique se confrontent aux mêmes difficultés que celles explorant la lecture de manière générale via des questionnaires ou des entretiens. Des effets de légitimité et de mise en scène de soi peuvent pousser à valoriser ou au contraire minimiser certaines pratiques (voir Mauger, Poliak, Pudal 1999). Surtout, l’enquêté·e a souvent oublié une partie de ce qu’il/elle a lu et, plus encore, ce qui a motivé tel ou tel de ses choix. Les outils numériques présentent à cet égard l’avantage de pouvoir garder des traces qui échappent à l’utilisateur·rice lui/elle-même, de ses cheminements, de ses tâtonnements, de ses recherches, de ses achats ou du temps qu’il/elle a passé sur tel objet ou telle opération. Collectées par les plateformes et « cookies » des sites, ces données ne sont encore que difficilement accessibles aux chercheur·se·s, ou le sont sans (heureusement) pouvoir être mises en relation avec d’autres données relatives aux caractéristiques sociales des individus. Il reste largement à inventer des modalités d’enquête qui permettent de récolter de telles informations à des fins scientifiques. Mais seule l’enquête, appuyée sur les outils des sciences sociales, permet de saisir les usages et leurs logiques.

39Le présent dossier se propose de réunir des travaux empiriques de sciences sociales permettant de saisir des pratiques et la distribution sociale de ces pratiques, mais surtout d’en mettre au jour les logiques. Il s’agit donc moins de mesurer l’ampleur d’une « révolution » que toutes les études décrivent comme finalement plus mesurée, ou en tout cas moins radicale, que ce qu’on pouvait imaginer à l’orée du xxie siècle, que de tenter, à travers des études de cas précises, de saisir ce qui se joue dans l’usage, l’usage avorté ou le non-usage du numérique. Il s’agit aussi de décentrer la focale des dispositifs eux-mêmes, vers les usages et donc les usager·ère·s, dans leur inscription sociale et dans leur diversité, contre de nombreux écrits qui ne considèrent qu’un Lecteur abstrait de tout contexte et de toute caractéristique sociale. Dans la pratique de lecture littéraire numérique, comment jouent et s’articulent les représentations qu’a l’usager·ère (du numérique, du livre, de la littérature, etc.), ses usages (appropriation, sélection, lecture, commentaire, partage, etc.), les processus cognitifs qu’il/elle met en œuvre lors de sa lecture (perception, sélection, mise en relation, mémorisation, compréhension, etc.), sa pratique plus globale au-delà de l’usage de ce dispositif (pratique lectorale, culturelle, intellectuelle, etc.) et les propriétés sociales qui caractérisent l’usager·ère (âge, génération, diplôme, classe sociale, groupe professionnel, genre, etc.) ? Que change en la matière le numérique par rapport à l’imprimé ?

40Au-delà de la connaissance de l’évolution des pratiques de lecture, ce dossier vise à contribuer, à partir de données empiriques et d’analyses produites dans des cadres disciplinaires différents (de la sociologie aux sciences de l’information et de la communication avec un détour par l’histoire), à une réflexion sur les appropriations et les effets des supports de l’écrit (Mc Luhan 1967, Goody 1978) et des dispositifs technologiques (Jauréguiberry & Proulx 2011). Comment le dispositif (c’est-à-dire le support, les fonctionnalités qu’il comporte mais aussi les discours qui l’accompagnent et le contexte dans lequel il prend place) détermine-t-il des usages ou un espace d’usages possibles ? Comment les usager·ère·s perçoivent-ils/elles le dispositif et s’emparent-ils/elles ou non des possibilités offertes, voire les détournent ? Comment ces usages varient-ils socialement en fonction des contextes d’usage et des usager·ère·s eux/elles-mêmes, des buts qu’ils ou elles poursuivent, de leurs compétences, de leurs schèmes de perception ? Ces schèmes de perception, compétences et buts sont-ils eux-mêmes infléchis par la pratique du dispositif ? Comment distinguer les effets propres du support, de la nature des contenus, de l’organisation de ces contenus, et du contexte social (ici l’abondance de la production culturelle et de l’information disponible, l’accélération du temps, etc.) ?

7. Des usages transposés aux pratiques innovantes

41Le dossier s’ouvre par une mise en perspective historique. En analysant les grands moments de l’histoire du livre et de la lecture, Roger Chartier a analysé la mise en place progressive d’un « ordre des livres » (Chartier 1992 ; 1996). Il revient dans un entretien sur ce que fait le numérique à cet ordre des livres. S’y inscrit-il à la manière d’une forme nouvelle comme le livre de poche ou opère-t-il une révolution qui ouvrirait à un nouvel ordre ? De fines études de cas portant par exemple sur la Bibliothèque bleue de Troyes mais aussi sur les écrits de Shakespeare ou de Cervantès ont permis à Roger Chartier de mettre en évidence l’importance décisive du support et la nécessité de considérer le rôle de la matérialité des objets culturels dans la construction des significations par celles et ceux qui font usage de ces objets (voir notamment Chartier 2015). C’est dans cette perspective que souhaite s’inscrire ce dossier en rassemblant des enquêtes circonscrites mais précises, attentives aux effets des dispositifs mais aussi à leur inscription dans un contexte social, dans lequel ils sont à la fois produits et utilisés, par des utilisateur·rice·s eux/elles-mêmes socialement situé·e·s.

42Trois enquêtes sociologiques, qui constituent la première partie de ce dossier, s’intéressent ensuite aux pratiques numériques de lecture littéraire de lecteur·rice·s dont les habitudes de lecture se sont pour l’essentiel construites à partir de l’imprimé. Gérard Mauger revient sur les principaux résultats d’une enquête qualitative menée avec Paul Gaudric et Xavier Zunigo, qui visait précisément à interroger les effets du numérique sur des individus qui sont à la fois de grand·e·s lecteur·rice·s et de fort·e·s utilisateur·rice·s du numérique, pas seulement à côté de la lecture, mais dans leur pratique de lecture elle-même (Gaudric, Mauger, Zunigo 2016). Chez ces lecteur·rice·s que le numérique n’a donc pas détourné·e·s de la lecture, quelles mutations l’enquête permet-elle d’observer ? Le numérique fait-il lire davantage (celles et ceux qui lisaient déjà beaucoup ou qui lisaient peu) ? Favorise-t-il une lecture fragmentée ? Fait-il perdre leurs repères aux lecteur·rice·s ? Plus qu’une révolution, l’enquête met au jour les continuités observables entre les pratiques de lecture numérique et imprimée et notamment la manière dont se rejouent des différences sociales.

43Stéphanie Kellner s’intéresse à un type de lectorat particulier constitué par des usager·ère·s de bibliothèques qui empruntent des liseuses proposées par leur bibliothèque et font l’expérience de ce dispositif. Cette enquête s’inscrit dans une analyse plus large du développement du numérique en bibliothèque, des injonctions aux appropriations par les bibliothécaires et les publics. Elle permet ici de saisir la structure sociale de ce lectorat particulier que constituent ces emprunteur·se·s de liseuses et de constater de leur part à la fois une forme de bonne volonté liée à l’intériorisation d’une image positive du numérique (mais aussi de la bibliothèque, qui la relaie) et le maintien d’un rapport traditionnel à la lecture qui finalement fait obstacle au maintien de l’usage du dispositif.

44Emmanuelle Guittet confronte de même les représentations de la lecture numérique et celles associées au livre imprimé. Elle le fait à partir d’une enquête portant non pas sur le numérique mais sur la lecture de romans, forme la plus répandue de lecture littéraire aujourd’hui encore et qu’ont en ligne de mire la plupart des discours déplorant une « crise de la lecture ». Force est pour elle de constater que la lecture numérique est globalement très peu pratiquée par ces lecteur·rice·s de romans et qu’elle n’est pas véritablement envisagée comme une alternative au papier. Les entretiens menés avec ces lecteur·rice·s décrivent surtout ce qui se joue dans le rapport à la fois physique et symbolique au livre imprimé. Ils permettent ainsi de saisir en creux ce qui ferait défaut dans l’usage d’un support numérique.

45Si ces trois enquêtes tendent à montrer que la lecture littéraire de genres traditionnels se transpose finalement peu ou mal au numérique (ou alors pour des raisons essentiellement pratiques et sans véritable solution de continuité avec le reste de la pratique), qu’en est-il pour des formes et formats soit rendus accessibles grâce au numérique soit nativement numériques (c’est-à-dire pensés pour les spécificités d’un support numérique et en exploitant les potentialités nouvelles) ? C’est sans doute dans ces cas où il apporte une notable plus-value (et non dans les cas où il tente de copier l’imprimé) que le numérique est susceptible de donner lieu à de réelles appropriations et surtout à des usages véritablement nouveaux. En matière de recherche, le numérique a ainsi modifié en profondeur la manière de travailler des chercheur·se·s, les sources qu’ils/elles peuvent mobiliser (avec un accès immédiat à des données très nombreuses et parfois inaccessibles précédemment), leur manière de s’informer, avec des variations entre les disciplines (voir Chartron, Epron, Mahé 2012) et jusqu’à leur manière d’écrire, mais sans que toutes les possibilités du numérique soient le plus souvent exploitées (Tirole & Coutant 2014).

46Philippe Chevallier, conservateur à la Bibliothèque nationale de France, propose un focus sur une base de documents numériques qui n’a quasiment pas d’équivalent en France, à savoir la base Gallica de la Bibliothèque nationale de France qui rassemble plus de cinq millions de documents imprimés numérisés. Numérisés, ces documents sont donc visuellement identiques à leur version imprimée à deux nuances près : de possibles variations de couleur et de contraste et surtout un aplatissement à deux dimensions (qui fait perdre l’épaisseur de la page et du volume). Ils sont surtout, par ce biais, accessibles à chaque instant et en tout lieu à n’importe quel·le utilisateur·rice d’un ordinateur connecté à internet. Cette numérisation massive a-t-elle eu pour effet de démocratiser l’accès à ces documents patrimoniaux ? Les textes sont-ils lus par d’autres que par les chercheur·se·s qui avaient le privilège de pouvoir les consulter dans l’antre de la Bibliothèque nationale ? Comment le sont-ils et à quelles appropriations donnent-ils lieu ? Comment les processus d’éditorialisation et d’indexation intégrés à la plateforme jouent-ils sur les pratiques de sélection et de lecture ? Si l’enquête reste à approfondir, Philippe Chevallier pose ici les jalons d’une réflexion sur ces nouveaux usages à partir de la restitution et de la comparaison des résultats de deux enquêtes menées par la Bibliothèque nationale de France elle-même sur les usager·ère·s de Gallica. Il interroge notamment la manière dont les pratiques des chercheur·se·s en histoire ou en études littéraires peuvent être modifiées par une telle bibliothèque numérique mais aussi la manière dont celle-ci se trouve mobilisée par d’autres types d’usager·ère·s dans le cadre de ce que Joëlle Le Marec et François Mairesse nomment des « pratiques savantes ordinaires » (Le Marec & Mairesse 2017).

47Une dernière enquête permet l’étude d’une autre pratique strictement numérique, qui combine lecture (non seulement sur support numérique, mais d’une production nativement numérique) et écriture, selon une articulation de plus en plus fréquente de deux pratiques dont on pouvait déjà observer la combinaison dans l’ordre des livres imprimés, mais qui semblent encore plus souvent réunies dans un ordre numérique qui donne une place importante aux commentaires d’expérience et au « lire pour écrire ». Les travaux de Nolwenn Tréhondart et Alexandra Saemmer ont permis d’interroger les représentations du lecteur sous-jacentes à la conception des offres de lecture numérique, représentations décisives dans la mesure où elles déterminent les fonctionnalités disponibles et donc les appropriations possibles du dispositif (Tréhondart 2014, Saemmer 2015, Saemmer & Tréhondart 2014 ; 2017). Nolwenn Tréhondart se propose d’analyser ici la manière dont les lecteur·rice·s s’emparent réellement d’une offre de lecture littéraire créée pour le web, à savoir un feuilleton littéraire en bande dessinée numérique.

48Ce dossier vise moins à couvrir l’ensemble des dispositifs et des situations de lecture numérique qu’à ouvrir le questionnement et à montrer l’intérêt d’enquêtes empiriques certes circonscrites mais précises, de manière à en susciter de nouvelles et à sortir ainsi des flots de discours qui ont accompagné les premières décennies du web en ne cessant de rejouer la querelle des anciens et des modernes.

Haut de page

Bibliographie

Akrich Madeleine (1987). « Comment décrire les objets techniques ? ». Techniques et culture, 9 : 49-64.

Artiaga Loïc (2007). Des torrents de papier. Catholicisme et lectures populaires au xixe siècle. Limoges, PULIM.

Assouline Pierre (2012). « La métamorphose du lecteur ». Le Débat, 170(3) : 78-89.

Baccino Thierry & Drai-Zerbib Véronique (2015). La Lecture numérique. 2e éd. Grenoble, PUG.

Barbagelata Pierre, Inaudi Aude, Pelissier Maud (2014). « Le numérique vecteur d’un renouveau des pratiques de lecture : leurre ou opportunité ? ». Études de communication. Langages, information, médiations, 43 : 17-38.

Barbe Lionel, Merzeau Louise, Schafer Valérie (2015). Wikipédia, objet scientifique non identifié. Nanterre, Presses universitaires de Paris Ouest.

Bayard Pierre (2006). Comment parler des livres que l’on n’a pas lus ?. Paris, Minuit.

Bélisle Claire (dir.) (2011). Lire dans un monde numérique. Villeurbanne, Presses de l’Enssib.

Bonnéry Stéphane (dir.) (2015). Supports pédagogiques et inégalités scolaires : études sociologiques. Paris, La Dispute.

Boullier Dominique (2011). « “Profils, alerte et vidéo” : de l’outre-lecture à la fin de la lecture ? ». In Evans Christophe (dir.). Lectures et lecteurs à l’heure d’Internet. Livre, presse, bibliothèques. Paris, Cercle de la librairie, 41-58.

Boullier Dominique & Crépel Maxime (2013). Pratiques de lecture et d’achat de livres numériques. Étude réalisée pour le MOTif. [Consulté le 25 juin 2020.]

Boullier Dominique, Ghitalla Franck, Le Douarin Laurence, Neau Aurélie, Gkouskou-Giannakou Pergia (2003). L’Outre-lecture. Manipuler, (s’)approprier, interpréter le web. Paris, Bibliothèque publique d’information.

Bouveresse Jacques (2008). La Connaissance de l’écrivain. Sur la littérature, la vérité & la vie. Marseille, Agone.

Carrière Jean-Claude & Eco Umberto (2009). N’espérez pas vous débarrasser des livres. Entretiens menés par Jean-Philippe de Tonnac. Paris, Grasset.

Casati Roberto (2013). Contre le colonialisme numérique : manifeste pour continuer à lire. Traduit de l’italien par Pauline Colonna d’Istria. Paris, Albin Michel.

Chartier Roger (1992). L’Ordre des livres. Lecteurs, auteurs, bibliothèques en Europe entre xive et xviiie siècle. Aix-en-Provence, Alinea.

Chartier Roger (1996). Culture écrite et société. L’ordre des livres. Paris, Albin Michel.

Chartier Roger (2015). La Main de l’auteur et l’esprit de l’imprimeur. xvie-xviiie siècle. Paris, Gallimard.

Chartron Ghislaine, Épron Benoît, Mahé Annaïg (dir.) (2012). Pratiques documentaires numériques à l’université. Villeurbanne, Presses de l’Enssib.

Cohen Laurent (2009). Pourquoi les chimpanzés ne parlent pas et 30 autres questions sur le cerveau de l’homme. Paris, Odile Jacob.

Compagnon Antoine (2012). « Lire numérique ». Le Débat, 170(3) : 103-106.

Coulangeon Philippe & Lemel Yannick (2009). « Les pratiques culturelles et sportives des Français : arbitrage, diversité et cumul ». Économie et Statistique 423(1) : 3-30.

Crouzet Thierry (2015). La Mécanique du texte : essai. Toulouse, Publie.net.

Darnton Robert (2011). Apologie du livre. Demain, aujourd’hui, hier. Traduit de l’anglais par Jean-François Sené. Paris, Gallimard (Folio).

Dehaene Stanislas (2007). Les Neurones de la lecture. Paris, Odile Jacob.

Durand Pascal & Servais Christine (dir.) (2017). L’Intervention du support. Médiation esthétique et énonciation éditoriale. Liège, Presses Universitaires de Liège.

Evans Christophe (dir.) (2011). Lectures et lecteurs à l’heure d’Internet. Livre, presse, bibliothèques. Paris, Cercle de la librairie.

Gaudric Paul, Mauger Gérard, Zunigo Xavier (2016). Lectures numériques. Une enquête sur les grands lecteurs. Paris, Bibliothèque publique d’information. [Consulté le 25 juin 2020.]

Genette Gérard (1987). Seuils. Paris, Seuil.

Goody Jack (1978) [1977]. La Raison graphique : la domestication de la pensée sauvage. Traduit de l’anglais et présenté par Jean Bazin et Alban Bensa. Paris, Minuit.

Granjon Fabien & Combes Clément (2007). « La numérimorphose des pratiques de consommation musicale. Le cas des jeunes amateurs ». Réseaux, 145-146 : 291-334.

Grignon Claude & Passeron Jean-Claude (1989). Le Savant et le Populaire. Misérabilisme et populisme en sociologie et en littérature. Paris, Éditions du Seuil.

Guillaud Hubert (2010). « Le papier contre l’électronique ». In Dacos Marin (dir.). Read/Write Book. Le livre inscriptible. Marseille, OpenEdition Press : 29-48. [Consulté le 25 juin 2020.]

Guillory John (2010). « Close reading : Prologue and Epilogue ». ADE Bulletin, 149.

Guittet Emmanuelle (2018). Lecteurs et lectrices de romans face à la prescription littéraire : une enquête sociologique sur les choix de lecture à l’ère numérique. Thèse de doctorat en sociologie. Paris, Université Paris Sorbonne Nouvelle, 2018.

Hayles N. Katherine (2016). Lire et penser en milieux numériques. Attention, récits, technogenèse. Grenoble, ELLUG.

Jauréguiberry Francis & Proulx Serge (2011). Usages et enjeux des technologies de communication. Toulouse, Érès.

Jouet Josiane & Rieffel Rémy (dir.) (2013). S’informer à l’ère numérique. Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Labbé Stéphane (2016). « Le livre numérique au Québec : le cas des emprunts aux bibliothèques publiques autonomes ». Mémoires du livre/Studies in Book Culture, 8(1). [Consulté le 25 juin 2020.]

Laugier Sandra (dir.) (2006). Éthique, littérature, vie humaine. Paris, PUF.

Legendre Bertrand (2019). Ce que le numérique fait aux livres. Grenoble, Presses universitaires de Grenoble.

Le Marec Joëlle & Mairesse François (2017). Enquête sur les pratiques savantes ordinaires : collectionnisme numérique et environnements matériels. Lormont, le Bord de l’eau.

Leveratto Jean-Marc & Leontsini Mary (2008). Internet et la sociabilité littéraire. Paris, Bibliothèque publique d’information.

Lyon-Caen Judith (2006). La Lecture et la vie : les usages du roman au temps de Balzac. Paris, Tallandier.

Mangen Anne, Walgermo Bente, Brønnick Kolbjorn (2013). « Reading linear texts on paper versus computer screen. Effects on reading comprehension ». International Journal of Educational Research, 58(1), 61-68.

Mauger Gérard & Poliak Claude (1998). « Les usages sociaux de la lecture ». Actes de la recherche en sciences sociales, 123 : 3-24.

Mauger Gérard, Poliak Claude, Pudal Bernard (1999). Histoires de lecteurs. Paris, Nathan.

McLuhan Marshall (1967) [1962]. La Galaxie Gutenberg [“the Gutenberg galaxy”], face à l’ère électronique, les civilisations de l’âge oral à l’imprimerie. Traduit de l’anglais par Jean Paré. Paris, Mame, 1967.

Melot Michel (2006). Livre,. Photographies de Nicolas Taffin. Paris, L’Œil neuf.

Mercklé Pierre & Octobre Sylvie (2012). « La stratification sociale des pratiques numériques des adolescents ». RESET, 1. [Consulté le 25 juin 2020].

Miall David S. & Dobson Teresa (2001). « Reading hypertext and the experience of literature », Journal of digital information, 2(1). [Consulté le 25 juin 2020.]

Miguet Mathilde (2014). « Livres numériques : stratégies des lecteurs dans leurs pratiques. » Études de communication. Langages, information, médiations, 43 : 57-74.

Moatti Alexandre (2012). « Le numérique, adjectif substantivé. » Le Débat, 170(3) : 133-37.

Musil Robert (2004). L’Homme sans qualités : roman [Der Mann ohne Eigenschaften]. Traduit par Philippe Jaccottet. Nouv. éd. T. 1. Paris, Seuil.

Nussbaum Martha Craven (1990). Love’s Knowledge. Essays on Philosophy and Literature. New York, Oxford, Oxford University Press.

Paquienséguy Françoise & Miguet Mathilde (2015). Le Lectorat numérique. Usages et pratiques d’écrans : résultats d’enquête 2012-2013. Paris, Éditions des Archives Contemporaines.

Paveau Marie-Anne (2015). « Ce qui s’écrit dans les univers numériques. Matières technolangagières et formes technodiscursives ». Itinéraires. Littérature, textes, cultures, 2014(1). [Consulté le 25 juin 2020.]

Petitjean Anne-Marie & Houdart-Merot Violaine (2015). Numérique et écriture littéraire. Mutations des pratiques. Paris, Hermann.

Petrucci Armando (1990). « Lire pour lire. La lecture littéraire ». Textuels, 7. Repris in Cavallo Guglielmo & Chartier Roger (dir.) (2001). Histoire de la lecture dans le monde occidental, Paris, Seuil, 431-457.

Pirolli Fabrice (dir.) (2015). Le Livre numérique au présent. Pratiques de lecture, de prescription et de médiations. Dijon, Éditions Universitaires de Dijon.

Renard Fanny (2011). Les Lycéens et la lecture : entre habitudes et sollicitations. Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

Renard Hervé (1995). « Achat et emprunt de livres : concurrence ou complémentarité. » Bulletin des Bibliothèques de France, 40(5) : 26-34.

Rieffel Rémy (2014). Révolution numérique, révolution culturelle ?. Paris, Gallimard.

Rouet François (1995). « De la concurrence entre les pratiques d’emprunt et d’achat de livres. L’impossible simplicité ». In Seibel Bernadette (dir.). Lire, Faire lire : des usages de l’écrit aux politiques de lecture. Paris, Le Monde-Éditions, 189-224.

Saemmer Alexandra (2015). Rhétorique du texte numérique. Figures de la Lecture, anticipations de pratiques. Villeurbanne, Presses de l’Enssib.

Saemmer Alexandra & Tréhondart Nolwenn (2014). « Les figures du livre numérique “augmenté” au prisme d’une rhétorique de la réception ». Études de communication. Langages, information, médiations, 43 : 107-28.

Saemmer Alexandra & Tréhondart Nolwenn (2017). Livres d’art numériques : de la conception à la réception. Paris, Hermann.

Souchier Emmanuel (1996). « L’image du texte. Pour une théorie de l’énonciation éditoriale ». Cahiers de Médiologie, 6 : 137-145.

Spitzer Manfred (2019). Les Ravages des écrans. Les pathologies à l’ère du numérique. Traduit de l’allemand par Frédéric Joly. Paris, L’Échappée.

Steiner George (2003). « Les livres ont besoin de nous ». In Les Logocrates. Traduit de l’anglais par Pierre-Emmanuel Dauzat. Paris, L’Herne : 65 sqq.

Tirole Delphine & Coutant Alexandre (2014). « L’usage des terminaux numériques dans les pratiques de lecture savante des enseignants-chercheurs. Entre ancrage socioculturel et évolution du dispositif sociotechnique ». Études de communication. Langages, information, médiations, 43 : 39-56.

Tréhondart Nolwenn (2014). « Le livre numérique “augmenté” au regard du livre imprimé : positions d’acteurs et modélisations de pratiques ». Les Enjeux de l’information et de la communication, 15(2) : 23-37.

Vandendorpe Christian (1999). Du papyrus à l’hypertexte. Essais sur les mutations du texte et de la lecture. Paris, La Découverte.

Vincent Gérard Armelle & Vayssettes Benoit (2018). Les Jeunes Adultes et la lecture. Paris, Centre national du livre, IPSOS. [Consulté le 25 juin 2020.]

Wiart Louis (2017). La Prescription littéraire en réseaux. Enquête dans l’univers numérique. Villeurbanne, Presses de l’Enssib.

Wolf Maryanne (2007). Proust and the Squid. The Story and Science of the Reading Brain. New York, Harper.

Zhu Erping (1999). « Hypermedia Interface Design : The Effects of Number of Links and Granularity of Nodes ». Journal of Educational Multimedia and Hypermedia, 8(3) : 331-358.

Haut de page

Notes

1 Les Ateliers du livre forment un cycle de réflexion sur le livre, les institutions et les pratiques qui lui sont liées. Ils sont organisés par la Bibliothèque nationale de France au rythme de deux journées par an. La journée de printemps est coorganisée par le master métiers du livre et de l’édition de l’Université Paris Nanterre. Elle porte sur des enjeux contemporains, ici la lecture numérique.

2 Nous soulignons.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Livre et liseuse
Crédits Source : Flickr, photo de Josemaria
URL http://journals.openedition.org/bssg/docannexe/image/475/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 528k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile Rabot, « Ce que le numérique fait à la lecture »Biens Symboliques / Symbolic Goods [En ligne], 7 | 2020, mis en ligne le 20 novembre 2020, consulté le 21 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/bssg/475 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bssg.475

Haut de page

Auteur

Cécile Rabot

Université Paris Nanterre/Centre européen de sociologie et de science politique-Centre de sociologie européenne (Cessp-CSE)

Articles du même auteur

  • Entretien avec Roger Chartier
    An Interview with Roger Chartier
    Paru dans Biens Symboliques / Symbolic Goods, 7 | 2020
  • Entretien avec Dinah Ribard et Nicolas Schapira. Autour du livre du Groupe de recherches interdisciplinaires sur l’histoire du littéraire (Grihl)(2016). Écriture et action. Paris, Éditions de l’EHESS
    Writing as Action. An Interview with Dinah Ribard and Nicolas Schapira. Interview by Mathieu Hauchecorne and Cécile Rabot
    Pensar los escritos como acciones. Entrevista con Dinah Ribard y Nicolas Schapira. A propósito del libro Escritura y acción (Editorial EHESS, 2016). Entrevista realizada por Mathieu Hauchecorne y Cécile Rabot
    Paru dans Biens Symboliques / Symbolic Goods, 3 | 2018
Haut de page

Droits d’auteur

Biens Symboliques / Symbolic Goods

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search