Navigation – Plan du site

AccueilNuméros7DossierLe numérique : une révolution dan...

Dossier

Le numérique : une révolution dans les pratiques de lecture ?

Une enquête sur les grand·e·s lecteur·rice·s
Digital Media: A Revolution in Reading Practices? Investigating Avid Readers
Lo digital: ¿una revolución de las prácticas de lectura? Una investigación sobre los grandes lectores
Gérard Mauger
Traduction(s) :
Digital Media: A Revolution in Reading Practices? [en]

Résumés

La « révolution numérique » a-t-elle bouleversé les pratiques de lecture ? Telle était la question qui sous-tendait une enquête collective sur des pratiquant·e·s intensif·ve·s de la lecture numérique. Elle montre, en fait, que les « manières de lire » dépendent du genre de texte lu et du type d’usage associé à cette lecture. La lecture de romans sur liseuse reste une « lecture dense » et ne donne lieu qu’à un inventaire prosaïque des agréments et inconvénients du texte numérique. En revanche, la lecture d’informations sur internet (à commencer par celle de la presse) incite à une « lecture segmentée » de sources diversifiées. Et, si le foisonnement des sollicitations peut provoquer des formes d’addiction, il ne semble pas induire de véritable désorientation. La conclusion s’interroge sur la consolidation de la « révolution audiovisuelle » par la « révolution numérique » : préfigure-t-elle le retour à la « culture orale » du plus grand nombre ?

Haut de page

Texte intégral

Fig. 1. Du livre à la liseuse

Fig. 1. Du livre à la liseuse

1Source : Flickr, photo de Pen Waggener

  • 1 Plus précisément, cet article reprend les grandes lignes de la conclusion de l’ouvrage cité que j’a (...)

2En montrant ce que le sens d’un texte doit à sa forme matérielle, Donald F. McKenzie (1991) invitait à ne jamais séparer « la compréhension historique des écrits de la description morphologique des objets qui les portent ». Reprenant cette perspective à son compte, Roger Chartier (2008 : 18) propose de « toujours associer dans une même analyse les rôles attribués à l’écrit, les formes et les supports de l’écriture et les manières de lire ». Ce précepte invite évidemment à interroger aujourd’hui les incidences de la « révolution numérique » sur les pratiques de lecture : selon Chartier (2008 : 20), « en brisant le lien noué entre les textes et les objets, entre les discours et leur matérialité, [elle] oblige à une radicale révision des gestes et des notions que nous associons à l’écrit ». Tel fut l’objet d’une enquête sur des pratiquant·e·s intensif·ve·s de la lecture numérique en réponse à un appel d’offre de la Bibliothèque publique d’information (BPI) du Centre Pompidou (Gaudric, Mauger, Zunigo 2015), dont on se propose d’exposer ici les principales conclusions1.

  • 2 Que ce soit pour le célébrer ou le déplorer, les prophéties s’accordent sur l’importance du bouleve (...)
  • 3 Il semble, en effet, que les « révolutions technologiques » en matière de médias soient un terrain (...)
  • 4 « À certains égards, le codex est supérieur à l’ordinateur, note-t-il. Vous pouvez le feuilleter, l (...)
  • 5 Voir Chartier (1997 : 9) et Eisenstein (1979).
  • 6 Selon Roger Chartier (2008 : 56), la notion d’appropriation « renvoie tant aux catégories intellect (...)

3Parce que la « révolution numérique » se prête, comme tout phénomène apparenté, au déploiement symétrique de la célébration et de la déploration (voir Fig. 2. Mythologies de la « révolution numérique »)2, on peut tenter d’abord de se prémunir des travers auxquels expose toute enquête sur ce genre de « révolution ». Pour échapper à cette alternative et aux « mythologies » qui vont de pair3, il faut essayer de repérer, vingt-cinq ans après la naissance du Web, ce qui change dans « la révolution » : les discontinuités, bien sûr, mais aussi les continuités. Côté continuité, Robert Darnton (2011 : 16) rappelle le pouvoir étonnamment pérenne du livre4. De même, Chartier (2008 : 19) remarque à propos de l’invention de l’imprimerie qu’elle n’a pas modifié les structures fondamentales du livre (celles du codex) et qu’il y a une très forte continuité entre la culture du manuscrit et la culture de l’imprimé5. S’il est vrai que l’ampleur des bouleversements provoqués par la « révolution numérique » incite à la comparer à celle de Gutenberg, sans doute faut-il plutôt identifier les continuités et circonscrire les ruptures qu’annoncer une rupture totale entre culture de l’imprimé et culture numérique (que ce soit pour la célébrer ou pour la déplorer). Quant aux bouleversements induits par la « révolution numérique » en matière d’écriture, on peut distinguer ceux – considérables – qui affectent à la fois la production, la reproduction, la distribution et la conservation des textes (l’écriture) et ceux qui modifient leur appropriation (la lecture)6.

Fig. 2. Mythologies de la « révolution numérique »

Fig. 2. Mythologies de la « révolution numérique »

© Gérard Mauger

1. La lecture en hausse ?

4Dans la perspective de longue durée qu’adopte Pierre Bergounioux (2019 : 42, 44), « la pensée » (associée à l’écriture) semblait devoir rester éternellement prisonnière du papier : « matériel, comme tous ses antécédents, il avait un volume, un poids, un prix et il était localisé », écrit-il. Or, avec la révolution numérique, « le sens s’est affranchi de l’ancrage matériel auquel il était inféodé depuis son apparition vers le milieu du quatrième millénaire en Mésopotamie » (ibid. : 16). « Les signes, avec le numérique, se sont délestés de leur assise matérielle, désincarnés. Ils circulent, sous forme binaire, à la vitesse de la lumière » (ibid. : 44, 46), de sorte que l’information est devenue immédiatement et partout disponible : « ni les routes, ni les jours ne s’interposent plus entre les plus reculés cantons et l’immense trésor des signes accumulés, archivés, ordonnés » (ibid. : 58). Mais on peut se demander si cette transformation radicale des conditions d’accès à « la culture » liée à la dématérialisation des contenus, à la généralisation de l’internet à haut débit (« ce média à tout faire », comme dit Olivier Donnat [Donnat 2009]) et aux progrès considérables de l’équipement informatique des ménages (ordinateurs, tablettes, liseuses, etc.) a également bouleversé les pratiques culturelles et, plus spécifiquement, les pratiques de lecture.

  • 7 Plus récemment, selon l’enquête IPSOS-CNL (Vincent Gérard et Poncet, 2019), 40 % des Français·es se (...)
  • 8 Parallèlement, les différences entre classes sociales ont tendance à se creuser du fait du décrocha (...)

5Or, s’il est vrai que la lecture numérique a cessé d’être le monopole de quelques « technophiles », il s’avère qu’« en matière de lecture d’imprimés, les deux principales tendances à l’œuvre depuis les années 1980 se sont poursuivies au cours de la dernière décennie : la lecture quotidienne de journaux (payants) a continué à diminuer, de même que la quantité de livres lus en dehors de toute contrainte scolaire ou professionnelle ». Depuis plusieurs décennies, chaque nouvelle génération arrive à l’âge adulte avec un niveau d’engagement dans la lecture de presse ou de livres inférieur à la précédente : en 2008, 53 % des enquêté·e·s déclaraient spontanément lire peu ou pas du tout de livres (Donnat 2009)7. L’accessibilité des textes ne semble pas en avoir généralisé l’accès8. Toutefois, dans la mesure où cette baisse tendancielle des pratiques de lecture est antérieure à la « révolution numérique », il semble difficile de la lui imputer.

  • 9 Selon Layla Ricroch et Benoît Roumier (2011), le temps consacré par les Français·es à la lecture de (...)
  • 10 Selon Claire Bélisle (2011), par exemple, le reflux du roman se ferait au profit du développement d (...)
  • 11 De façon générale, sans doute assiste-t-on à un revival de la correspondance.
  • 12 Sur les pratiques de lecture numérique des digital natives, voir Octobre (2014).

6En fait, il se peut que la déploration de la « baisse de la lecture » (Mauger 1992)9 qui a succédé depuis longtemps à la crainte de la prolifération des lectures incontrôlées et de la multiplication des lecteur·rice·s incontrôlables (Chartier & Hébrard 2000) méconnaisse la pluralité des types de lecture et, en particulier, la lecture sur écran. Si le livre conserve une position élevée dans la hiérarchie des biens culturels et si la lecture demeure une pratique culturelle distinguée et hautement valorisée, on assiste peut-être, plus qu’à un déclin de la lecture, à une évolution des pratiques de lecture10. On peut même attribuer à la « révolution numérique » une extension des pratiques de lecture. Selon Chartier, « jamais aucune société n’a lu autant, jamais on a autant publié de livres (même si les tirages ont tendance à baisser), jamais il n’y a eu autant de matériel écrit disponible à travers les kiosques ou les marchands de journaux, et jamais on a autant lu du fait de la présence des écrans » (Chartier 2008b). La question des variations quantitatives des pratiques de lecture soulève celle de leur mesure : quels textes comptabilise-t-on dans les pratiques de lecture ? De façon générale, « ceux qui sont désignés comme non-lecteur·rice·s lisent, mais autre chose que ce que le canon scolaire définit comme une lecture légitime » : « De multiples matériaux sont lus par ceux qui déclarent ne jamais lire », constate Chartier (1997 : 1033-1104) qui fait allusion aux « pratiques infinies, disséminées et multiples qui s’emparent de multiples matériaux imprimés et écrits, tout au long d’une journée ou d’une existence ». Or, la banalisation du numérique induit celle des textes « sans qualités » (des emails aux tweets)11, donc aussi celle des « lectures sauvages » (et non comptabilisées) qui s’attachent à ces écrits à faible légitimité culturelle. Cette hypothèse d’une extension des pratiques de lecture induite par la « révolution numérique » conduit également à s’interroger sur leur éventuelle « démocratisation ». Une sociologie des lecteur·rice·s numériques (exclue dans le cadre de l’enquête menée) devrait non seulement mesurer des changements quantitatifs, mais également étudier leur distribution dans l’espace social en fonction des divisions entre les classes, des clivages entre les sexes, des scolarités plus ou moins longues, des maîtrises de la culture écrite plus ou moins assurées, mais sans doute aussi en fonction de l’appartenance à des générations définies par l’apprentissage plus ou moins précoce du support électronique (Donnat 2009)12.

2. L’enquête

  • 13 Il faudrait pouvoir rendre compte de cet échec : il peut s’expliquer par le caractère trop contraig (...)
  • 14 Dans cette perspective (Bélisle 2011), la technologie numérique favoriserait un autre rapport à l’é (...)
  • 15 Soit, lire pour se distraire, lire pour apprendre et lire pour se parfaire (ou s’améliorer). Les us (...)

7Sans pouvoir mesurer les pratiques de lecture, l’enquête se proposait de cerner l’extension des pratiques de lecture, tous textes confondus, de grand·e·s lecteur·rice·s numériques en leur demandant de consigner tous les textes lus (articles, billets, documents et livres lus sur support numérique et sur support papier) pendant deux semaines (à la manière de l’enquête emploi du temps de l’Insee). Le dispositif proposé s’est révélé inopérant : très peu d’enquêté·e·s se sont prêté·e·s au jeu13. Mais l’enquête menée se proposait surtout de mettre en évidence, sinon l’apparition d’une « hyperlecture » (Bélisle 2011)14, du moins de « nouvelles manières de lire » induites par la « révolution numérique ». Pour les mettre en évidence, le choix d’un échantillon raisonné de diverses catégories de « grand·e·s lecteur·rice·s numériques » se plaçait délibérément dans l’hypothèse la plus favorable à la mise en évidence de changements dans les pratiques de lecture. Réalisée en 2013, l’enquête reposait sur une quarantaine d’entretiens semi-directifs avec des enquêté·e·s qui avaient acquis, en raison de leur activité professionnelle et/ou de leurs pratiques culturelles, une réelle expérience en matière de lecture numérique : « technophiles », « digital natives » âgé·e·s de trente à quarante ans, titulaires de titres universitaires, ils/elles étaient chercheur·se·s, consultant·e·s ou professionnel·le·s de l’information (journalistes et métiers du livre). Les questions posées tentaient de cerner les effets des nouvelles technologies sur leurs pratiques de lecture, en distinguant les lectures d’information au sens large (presse quotidienne, documentation à caractère professionnel ou scientifique) et les lectures à caractère littéraire. Plus précisément, il s’agissait de mettre en évidence d’éventuelles transformations dans les usages sociaux de la lecture identifiés dans une enquête antérieure : usages de divertissement (« évasion »), d’une part, didactique ou éthique, d’autre part (Mauger & Poliak 1998)15. Un des biais rencontrés dans cette enquête ethnographique fut l’écho trouvé chez les enquêté·e·s par les discours sur la « révolution numérique » et le modernisme technologique : l’appropriation d’une interprétation préconstruite de leurs pratiques leur permettait, en effet, de mettre en scène une représentation d’elles/eux-mêmes comme une sorte d’« avant-garde scientifico-culturelle » qui pouvait masquer le prosaïsme d’une pratique relativement banale et souvent très proche des pratiques de lecture antérieures à usages de divertissement, didactique ou éthique.

  • 16 En particulier, sa continuité/discontinuité (« lecture séquentielle »/« lecture segmentaire ») (Cha (...)

8L’enquête confirme que les modalités de la pratique de lecture16 dépendent plus du genre de texte lu et du type d’usage associé à cette lecture que du support de l’écrit. C’est pourquoi on s’efforcera d’en expliciter les principales conclusions (en les confrontant à celles des travaux disponibles) en étudiant successivement les incidences de la « révolution numérique » sur les lectures à usage de divertissement, puis sur les lectures à usage didactique ou éthique. On s’interrogera, en conclusion, sur un possible déclin de la culture écrite au profit de l’audiovisuel.

3. « Révolution numérique » et lectures de divertissement

9La révolution des pratiques de lecture en matière littéraire annoncée par les exégètes les plus enthousiastes ne semble pas avoir eu lieu. L’enquête menée auprès de grand·e·s lecteur·rice·s de romans montre que le roman et l’usage de « divertissement » qui lui est associé, se prêtent mal, quel que soit le support de l’écrit, à une lecture trop discontinue. La « lecture segmentée » ne s’est pas substituée à la « lecture dense ». Pour l’essentiel, les incidences de la « révolution numérique » en ce qui concerne la lecture de romans se résument à la perception des potentialités techniques et pratiques offertes par les nouvelles technologies (liseuses).

3.1. Lecture dense/segmentée

  • 17 Cité par Armando Petrucci (1997 : 423).
  • 18 Dans la même perspective, selon Raffele Simone (2012 : 25, 172), « la médiasphère fait prévaloir le (...)
  • 19 Si les livres numériques peuvent « comporter des “plus” par rapport à la version imprimée, comme de (...)
  • 20 Comme avec l’apparition du livre de poche, on peut s’interroger sur les incidences de la baisse des (...)

10Qu’advient-il de la « lecture dense » associée aux textes à usage de divertissement (ou d’évasion) sur support papier ? Converti avant la « révolution numérique » à la « lecture segmentée », Hans Magnus Enzensberger revendiquait « le droit de feuilleter le livre d’un bout à l’autre, d’en sauter des passages entiers, de lire les phrases tout de travers, de les déformer, de les recomposer, de les entrelacer et de les améliorer de toutes sortes d’associations, d’en tirer des conclusions que le texte ignore, d’enrager ou de se réjouir à sa lecture, de l’oublier, d’en faire un plagiat, et même de jeter le livre dans un coin17 ». Cette « lecture postmoderne » se présente, selon Armando Petrucci (1997 : 417-418), « comme “anarchique, égoïste, égocentrique”, reposant sur un unique impératif : “Je lis ce que je veux” », revendique le droit de ne pas être « snob », de refuser légitimement tout conditionnement, toute recommandation extérieure, l’objectif de « simple divertissement » et une conception du livre comme « objet d’usage immédiat, à consommer et à perdre, voire à jeter à peine lu »18. À l’encontre de ce genre d’iconoclasme, l’enquête menée met surtout en évidence la continuité des modalités de la pratique indépendamment du support. Ne serait-ce d’ailleurs que parce que les livres numériques sont, comme le rappelle Françoise Benhamou (2009), « d’authentiques livres, versions numériques d’ouvrages qui sont en général édités et diffusés sous forme imprimée »19. C’est aussi la raison pour laquelle, la liseuse, apparue dans les années 1990, est le support privilégié (en dehors du support papier) de la lecture de textes longs et, en particulier, d’œuvres littéraires20 : ses autres fonctions éventuelles (navigateur Internet, par exemple) restent secondaires et sont rarement mentionnées par les enquêté·e·s. Par son caractère mono-tâche, elle se substitue aux autres appareils numériques : ses fonctionnalités limitées favorisent cette coupure nécessaire à la lecture intensive.

« Moi, j’aime bien la liseuse parce que j’aime bien déconnecter d’internet et de tout ça. C’est pour ça que mes romans, je les lis principalement sur liseuse. Après, si je veux sortir de ma lecture, je sais que je ne serai pas tenté par internet. » (Alban W., 22 ans, étudiant, équipé d’une liseuse.)

11Reste qu’il va de soi qu’« intensive » ou « extensive », « rapide » ou « dense », la pratique de lecture dépend évidemment du/de la lecteur·rice, du texte lu et de l’usage attendu (ces modalités distinctes de la lecture étant d’ailleurs susceptibles de cohabiter chez un·e même lecteur·rice indépendamment du support).

3.2. Agréments et inconvénients de l’écrit numérique

12En fait, l’enquête permet surtout d’établir un inventaire prosaïque des agréments et des inconvénients que les grand·e·s lecteur·rice·s attribuent au texte numérique.

13La numérisation des textes permet leur acquisition instantanée (et, dans certains cas, un accès gratuit) :

« C’est pratique parce qu’on peut acheter le livre dans la minute qui suit l’idée de l’acheter et on l’a chez soi. » (Jacqueline O., 65 ans, médecin retraitée, équipée d’une liseuse.)

14La liseuse a également des capacités de stockage (et de transport) quasi illimitées sans encombrement : nouvelle forme de capital culturel objectivé, « la bibliothèque numérique » n’occupe pas d’autre espace que celui de l’écran.

« Maintenant, je vis dans un appartement qui est relativement petit, donc… je ne peux pas entasser à l’infini. Donc ça, c’est une aubaine… » (Jacqueline O., 65 ans, médecin retraitée, équipée d’une liseuse.)

« C’est très léger, ça prend pas beaucoup de place. Et comme j’ai tendance à pas mal bouger, surtout dans Paris pour le boulot... On glisse ça, on a un énorme choix » (Pierre W., 32 ans, professeur, équipé d’une liseuse.)

« C’est aussi le fait que dans un truc très petit vous avez plusieurs centaines de bouquins donc bon Du point de vue du transport, c’est imbattable ! Parce que les œuvres sont dématérialisées, elles ne sont même pas sur la machine, vous pouvez les avoir sur Internet. » (Claude D., 65 ans, ingénieur d’études retraité, équipé d’une liseuse.)

15La liseuse permet également d’adapter la taille des caractères à la vue du/de la lecteur·rice :

« L’autre chose que j’ai appréciée, c’est que nos yeux se fatiguent quand on vieillit et le simple fait de pouvoir ajuster la taille des caractères au niveau convenable pour pas se fatiguer en lisant, pour moi, c’est un vrai plus. Finalement, s’il fallait dire pourquoi parfois je préfère un livre numérique à un livre papier, c’est ça, c’est pouvoir agrandir la taille des caractères. Je pense qu’à la fin de ma vie, je finirai en ne lisant que des livres numériques. » (Claude D., 65 ans, ingénieur d’études retraité, équipé d’une liseuse.)

16Enfin, entre les ouvrages tombés dans le domaine public, les promotions des diffuseurs de livres numériques, les auto-éditions et les livres numériques « craqués », l’offre de littérature gratuite ou quasi gratuite est devenue illimitée, ouvrant ainsi l’opportunité d’une accumulation sans encombrement matériel de biens culturels. Nombre de grand·e·s lecteur·rice·s ont ainsi commencé à télécharger parfois plusieurs milliers d’ouvrages sur leur liseuse :

« J’ai une bibliothèque numérique avec plus de dix mille bouquins. Je me suis demandé si ce n’était pas une accumulation, un stade anal mal vécu Je sais que je ne lirai jamais dix mille livres, mais j’ai vraiment la possibilité de lire un bouquin qui correspond exactement à mon mood du moment, un de SF, un roman nordique, un classique… J’ai aussi créé un répertoire à lire mais tout le monde a ça aussi. Et là, j’ai mis des trucs qui ne font pas partie de mes lectures habituelles, mais qui avaient l’air vraiment bien, de temps en temps je jette un œil. » (Charles S., 62 ans, chercheur en sciences sociales retraité, équipé d’une liseuse.)

« À première vue, c’est formidable, mais c’est presque un peu trop, on se noie là-dedans, je ne pense pas que je lirai tout ça. Mais c’est réjouissant de savoir que je peux avoir tout ça sous la main, en plus gratuit quand même, ça c’est extraordinaire. » (Arlette H., 70 ans, cadre administrative retraitée, équipée d’une liseuse.)

17C’est ainsi que l’acquisition d’une liseuse numérique et la possibilité de télécharger simplement et gratuitement l’ensemble des œuvres tombées dans le domaine public favorise les velléités de « rattrapage culturel ».

« Je suis contente parce que j’ai beaucoup de classiques : j’ai tout Anatole France, j’ai tout Dumas, j’ai Colette, j’ai Balzac. Même si j’ai pas lu Balzac, j’ai lu un tout petit peu et ça me plaît bien. Je suis quand même contente de les avoir. Je suis un peu compulsive. J’aime les avoir. Même si je les ai pas lus. Je suis contente de pouvoir me dire que je les lirai un jour. » (Mélissa A., 40 ans, informaticienne, équipée d’une tablette et d’une liseuse.)

« J’ai téléchargé tous les classiques que j’ai toujours regretté de ne pas avoir lus ou à peine entrouverts, c’est l’occasion de s’y remettre et c’est pour ça que j’ai pris Proust, Zola, j’ai pris Dostoïevski, je sais plus… […] Alors j’ai pas relu encore, Proust j’ai recommencé, enfin j’ai commencé, je n’avais pas lu grand-chose avant. » (Arlette H., 70 ans, cadre administrative retraitée, équipée d’une liseuse.)

18Côté inconvénients, outre que la lecture numérique confronte à l’absence du repérage associé à l’épaisseur du livre imprimé – on découvre que « l’épaisseur était une dimension de l’œuvre littéraire » (Bon, 2011 : 26) (permettant, par exemple, d’évaluer implicitement la « distance » qui sépare la lecture en cours du dénouement) –, une bibliothèque numérique, si étendue soit-elle, ne se prête guère à la mise en scène et à la vision synoptique du capital culturel accumulé sous sa forme objectivée. En fait, il semble que l’écrit numérique n’ait jamais la valeur accordée aux textes imprimés dans la mise en scène de l’habitat (et de l’habitus) :

« Potentiellement, vous en avez plus parce que les œuvres sont dématérialisées. En revanche, ça n’a pas le côté décoratif d’une étagère remplie de livres triée par auteurs, voilà » (Claude D., 65 ans, ingénieur d’études retraité, équipé d’une liseuse.)

« J’ai une petite bibliothèque. De toute façon, j’ai toujours gardé ce que je préférais, il y a déjà eu une sélection qui a été faite. Il y a des fois où j’avais le bouquin en papier et j’ai acheté la version numérique pour ne pas avoir à me trimballer mon bouquin. Je dis ça parce qu’il est mis en scène chez moi, avec la couverture devant. Il y a d’autres choses qui sont mises en scène, comme mes guides de voyage, tous de la même collection. Il y a des villes dans lesquelles je suis allée, des collections de DVD qu’il faudrait que je vende ou donne. Mais j’ai du mal à m’en séparer. » (Anna L., 28 ans, consultante, équipée d’une liseuse.)

4. « Révolution numérique » et lectures didactiques ou éthiques

  • 21 De façon générale, la lecture d’informations politiques sur internet est essentiellement le fait de (...)

19Si la télévision reste, loin devant la presse papier et la radio, la principale source d’information pour 50 % des Français·es, la diffusion massive du Web haut-débit modifie la diffusion et la réception de l’information : entre 1973 et 2008, les lecteur·rice·s régulier·ère·s de la presse quotidienne passent de 55 à 29 %, la part des lecteur·rice·s irrégulier·ère·s de 22 à 40 % et celle des « non-lecteur·rice·s » de 23 à 29 %. En 2012, 20,6 millions de Français·es consultent la presse numérique sur mobile ou sur tablette (Le Floch & Sonnac 2013), notamment les moins de 35 ans pour lesquels il s’agit de la deuxième source d’information (Donnat 2009)21. Dans le cadre de l’enquête menée, rares sont celles et ceux qui achètent encore un quotidien, alors que la quasi totalité des enquêté·e·s lit quotidiennement la presse sur internet. Ils utilisent internet pour s’informer et diversifient leurs sources d’information (Granjon & Le Foulgoc 2010). À l’inverse des lectures littéraires, la lecture de la presse ou de livres pratiques (Defrance 1996), à usages « didactiques » et/ou « éthiques », peut s’accommoder d’une « lecture segmentée » (zapping), sinon y inciter.

4.1. Une lecture segmentée ?

  • 22 Dans la même perspective, Raffaele Simone (2012 : 60) écrit : « À la fin du xxe siècle, nous sommes (...)

20Selon Armando Petrucci (1997 : 420), la « culture audiovisuelle » aurait inculqué la pratique du zapping : « Le zapping, écrit-il, est un instrument individuel de consommation et de création audiovisuelles absolument nouveau. À travers lui, le consommateur de culture médiatique s’est habitué à recevoir un message composé de fragments non homogènes, et surtout, privé de “sens”. […] Cette pratique médiatique de plus en plus répandue est exactement le contraire de la lecture entendue dans son sens traditionnel, linéaire et progressive, mais elle se rapproche de la lecture transversale, cavalière, interrompue, tantôt lente, tantôt rapide, qui est celle des lecteurs déculturés. […] La pratique du zapping et les feuilletons télévisés qui durent depuis plusieurs années ont forgé des lecteurs potentiels qui non seulement sont dépourvus de “canon” et d’“ordre de la lecture”, mais qui n’ont pas non plus acquis le respect, traditionnel chez le lecteur de livres, de l’ordre du texte, lequel comporte un début et une fin et doit donc être lu selon une séquence précise établie par d’autres22. »

21De même, selon Maryanne Wolf (2008), psychologue et neurologue, « avec le numérique, on scanne, on navigue, on rebondit, on repère. Nous avons tendance à bouger, à cliquer et cela réduit notre attention profonde, notre capacité à avoir une lecture concentrée. Nous avons tendance à porter plus d’attention à l’image. Nous avons tendance à moins internaliser la connaissance et à plus dépendre de sources extérieures ». Ces craintes sont sans doute d’autant plus vives qu’elles opposent la lecture numérique à une vision idéalisée de la lecture sur papier (Mauger 1992) et qu’elles comparent, sans le dire, la lecture de textes différents.

22Quand ils évoquent leurs pratiques de lecture de l’actualité sur le Web, les enquêté·e·s parlent, en effet, de « scanner rapidement les articles », de « balayer du regard », de « jeter un coup d’œil sur les gros titres ».

« On ne lit pas de la même façon, on lit en diagonale, on a tendance à surfer, à naviguer d’un sujet à l’autre. On lit un truc qui nous intéresse, mais il y a un mot qui clignote et on a tendance à aller vers les mots qui clignotent ! On est attiré par ça. Effectivement, j’ai peut-être besoin d’avoir la version papier pour avoir le sentiment de lire des articles de fond alors que sur le net, j’ai tendance à surfer sans avoir une lecture maintenue. » (Vanessa H., graphiste, 40 ans, équipée en tablette et liseuse.)

23Mais l’enquête montre surtout que le support numérique conduit à diversifier les sources d’informations :

  • 23 Il s’agit de quelques-uns des principaux titres de la presse quotidienne française.

« Dans la journée, je vais très régulièrement sur tous les sites des médias. J’ai un rituel, j’arrive le matin, j’ouvre ma boite mail pro, ma boite mail perso, Facebook que je consulte rapidement et ensuite je fais dans l’ordre : Libé, Le Figaro, Le Parisien, Le Monde, Le Nouvel Obs’, Rue89, 20 Minutes, Métro23. » (Julien N., collaborateur d’élu, 38 ans, équipé d’une tablette, lecteur professionnel en raison de son activité.)

« Je suis un peu un information junkie. Je lis la presse tous les matins, je lis trois quotidiens au minimum, voire plus. Je lis les titres, les flux RSS et je lis en diagonale, je papillonne. J’aime bien avoir ce tour d’horizon de haut. J’ai une série de flux RSS à différents niveaux, sur l’iPhone, sur le Mac. » (Benjamin W., développeur de logiciels, 56 ans, équipé d’une tablette, technophile averti.)

24S’il est vrai que la diversification, le tri, la sélection des sources d’informations, le croisement des opinions et des points de vue, pour « se faire une opinion » aussi autonome que possible par rapport aux médias, est une pratique distinctive des détenteurs d’un capital culturel élevé, on peut supposer que l’usage d’internet, par la possibilité inédite qu’il offre d’accéder gratuitement, rapidement et parfois même involontairement (via des liens hypertextes), à un très grand nombre de titres, a banalisé cette pratique et l’a consolidée chez les ancien·ne·s pratiquant·e·s. L’enquête montre que le libre accès à un vaste répertoire de la presse nationale et étrangère autorise le/la lecteur·rice sur écran à improviser sa « revue de presse » et, ce faisant, à cultiver l’illusion d’avoir « l’objectivité à portée de main » :

« Je crois que la lecture transversale sur Internet a du sens et qu’elle permet d’avoir une vision plus panoramique des choses et plus personnelle, on choisit un peu ses sources d’information et on fait le tri. Le système d’abonnement sur Internet je pense que c’est une connerie, c’est fini, il faut trouver autre chose. [...] Il y a eu des périodes où j’étais abonné au Monde, à L’Huma. Je pense que l’abonnement c’est une forme de polarisation de la source informationnelle qui aujourd’hui n’a plus lieu d’être, je crois qu’au contraire aujourd’hui on a un intérêt majeur à multiplier les sources. » (Benjamin W., développeur de logiciels, 56 ans, équipé d’une tablette.)

« On achète Le Figaro parce qu’on est à droite, on se renforce dans ses idées mais du coup on n’apprend rien, quoi. On ne parle à personne. Internet, au contraire, c’est plus varié. Moi je me fais ma propre ligne éditoriale. » (Maxime H., ingénieur informaticien, 28 ans, pas équipé en tablette et liseuse.)

  • 24 Il s’agit de quelques titres de presse ou de sites de la « gauche critique » en France.

« Il y a deux catégories de journaux, on va dire, il y a ceux que je lis parce qu’il faut savoir ce que l’ennemi dit et il y a ceux que je lis parce que je trouve ça intéressant. Donc l’ennemi pour moi c’est Le Monde, c’est Libé, c’est toute la presse mainstream. Il faut que je sache ce que les gens disent et pourquoi. Et après, il y a ce qui m’intéresse vraiment moi, donc ce sera Le Monde diplo, Acrimed, le CADTM24 des trucs de gaucho, hein ! » (Thierry H., fonctionnaire des impôts, 32 ans, non équipé en tablette et liseuse.)

  • 25 Toutefois, la lecture numérique ne perçoit pas immédiatement « les limites et la cohérence du corpu (...)

25Faut-il alors considérer que cette lecture « segmentée », discontinue, attachée au fragment plus qu’à la totalité », apparentée au « braconnage » selon Michel de Certeau (1990), marque une rupture par rapport aux pratiques de lecture antérieures à la « révolution numérique » ? Selon Chartier (2008 : 21), « on voit mal en quoi elle se distingue nécessairement de la lecture de codex » qui, note-t-il, « invite à feuilleter les textes […], à comparer différents passages […], à extraire et copier citations et sentences »25. En fait, la « lecture segmentée » en matière d’information (usages didactiques), supposée propre à l’ère du zapping numérique, s’apparente plus à la reconduction (et peut-être l’extension) d’une pratique antérieure qu’à une pratique inédite. Au début de l’ère moderne, en un temps où lecture et écriture étaient inséparables et où le recueil de citations atteignit son apogée à la fin de la Renaissance (Darnton 2011 : 21-45), les Anglais « lisaient par à-coups et sautaient d’un livre à l’autre », « à la différence des lecteurs modernes, qui suivent le mouvement d’un récit du début à la fin (sauf s’ils sont nés avec le numérique et cliquent à travers les textes sur des machines) ».

26De même, en ce qui concerne la lecture à usage exclusivement didactique d’ouvrages scientifiques, il semble que la forme numérique encourage, plus qu’elle n’invente, la lecture à plusieurs niveaux que Darnton (2011 : 175) associe aux « hypertextes » : elle « inciterait à un genre nouveau de lecture, écrit-il, certains lecteurs se contentant d’un rapide parcours du récit supérieur, d’autres désirant lire verticalement et suivre certains thèmes de plus en plus profondément dans la documentation et les essais complémentaires. Un troisième groupe de lecteurs naviguerait dans des directions inattendues en quête de connexions qui répondent à leurs propres intérêts ou remanierait les matériaux pour les organiser à leur façon. […] L’écran d’ordinateur serait utilisé pour sélectionner et chercher des informations, alors que la lecture intensive et longue recourrait au codex conventionnel ». Mais on peut s’interroger, là encore, sur la nouveauté prêtée à ce genre de lecture encouragé par la « révolution numérique ». Les trois niveaux de lecture distingués par Darnton recouvrent en fait trois pratiques usuelles : l’une privilégie la lecture du texte, l’autre celle des notes et des annexes, la troisième celle de la bibliographie… En ce qui concerne enfin la recherche d’une ligne de conduite (qu’il s’agisse de recettes de cuisine, de conseils de bricolage ou d’éducation des enfants), elle va souvent de pair, aujourd’hui comme hier, avec le zapping et le recueil de citations ou de morceaux choisis : le recueil de citations dans l’Angleterre de la Renaissance, ne visait ni « le divertissement » (usage « d’évasion »), ni même l’érudition (usage « didactique ») : il s’agissait de trouver des repères en ces temps tumultueux, de « lire pour agir » (usage « éthique ») (Darnton 2011 : 41).

4.2. Une lecture désorientée ?

  • 26 « Alors que la crainte de l’effacement a obsédé les sociétés européennes de la première modernité » (...)

27La prolifération textuelle préexistait à la « révolution numérique », mais elle s’en trouve démultipliée : « Notre bibliothèque est plus large que notre mémoire. C’était déjà le cas pour les livres que nous possédons matériellement, cela devient un labyrinthe pour nos livres immatériels » (Bon 2011 : 51). Cette prolifération peut alors devenir un obstacle à la connaissance : pour la maîtriser il faut des instruments capables de trier, classer, hiérarchiser26

28Le foisonnement des sollicitations propres à l’univers numérique et les interruptions qu’elles provoquent conduisent les usager·ère·s intensif·ve·s à s’interroger sur différentes formes d’« addiction paresseuse » et sur le caractère chronophage d’internet :

« C’est épouvantable. Moi, je perds un temps avec ça incroyable []. Ça amplifie des travers déjà bien installés-là, je ne sais pas, des fois, il faudrait que je ferme l’ordinateur carrément ! D’ailleurs, si je veux vraiment travailler, il ne faut pas que je le laisse devant moi parce que sinon, pof !, je veux regarder, je jette un œil sur les dernières nouvelles du Figaro à 16h15, à 16h20 c’est ridicule quoi ! » (Michèle Q., chercheuse en sciences sociales retraitée, 65 ans, équipée d’une tablette.)

« Ce qui me fait peur, c’est qu’on a beaucoup plus de moyens de perdre son temps. Par rapport à la lecture, c’est là où c’est terrible. J’observe pour moi qu’il y a très peu de choses que je lis qui font partie d’une espèce de plan de lecture où je m’étais dit : Tiens, je vais lire ces cinq livres parce que je vais apprendre des trucs, etc. » (Damien H., développeur de logiciel, 35 ans, équipé en tablette, technophile.)

« Ça me prenait du temps de lecture parce qu’il faut lire ce qu’écrivent les autres, c’est une des raisons pour lesquelles j’ai arrêté Facebook, c’est que ça me faisait lire trop de merdes. Je lisais des choses intéressantes, mais le taux de conneries normal sur ce genre de choses où il n’y a aucun filtrage, voilà ce n’était plus possible. » (Laurence C., chercheuse en Lettres, 38 ans, équipée d’une liseuse.)

« Je pense qu’on a à faire avec l’infobésité. L’infobésité, c’est quand t’as plus de réponses que de questions. Du coup, avant de lire un truc sur le Web, je me suis entraîné à écrire la question que je me pose. Et je me dis :Je ne vais pas le lire si je me pose pas la question. Parce qu’il y a curiosité et curiosité. 90 % de la curiosité sur internet sert à rien. Il faut se dire : Pourquoi j’irais voir cette page ?, j’essaie de plus en plus de me dire : Tiens, qu’est ce que je m’attends à apprendre sur cette page ? » (Damien H., développeur de logiciels, 35 ans, équipé en tablette, technophile.)

29Certain·e·s enquêté·e·s mentionnent ainsi le risque de « digressions » incontrôlées dans leur recherche d’informations :

« Au lieu d’allumer la télé, je peux allumer l’ordinateur et me laisser entraîner à n’importe quoi, c’est ce qu’on appelle surfer. » (Guy W., chercheur en linguistique retraité, 65 ans, équipé d’une tablette.)

« Quand tu surfes sur Internet, tu n’es pas forcément super réactif, en tout cas t’as tendance à beaucoup divaguer. Moi, je fonctionne comme ça, je lis un article et souvent tu vas voir un renvoi, etc. Tu rebondis sur d’autres choses assez facilement, c’est l’empire de la digression. Tu voulais lire un truc et tu te retrouves à en avoir lu cinquante autres. » (Jérôme G., chargé de projet TIC, 32 ans, équipé d’une tablette.)

  • 27 À l’inverse, Raffaele Simone (2012 : 234) remarque que « si l’ère de l’information avait substitué (...)

30Si l’on admet enfin que « la continuité de la textualité numérique sur la surface de l’écran [rend] moins immédiatement perceptible que l’ordre hiérarchisé du monde des imprimés, l’inégale crédibilité des discours » (Chartier 2008 : 60), on peut se demander comment préserver de la désinformation et/ou de l’allodoxia les lecteur·rice·s les moins averti·e·s. En fait, il semble que les livres « imprimés sur le papier ou conservés dans des serveurs […] incarnent le savoir et [que] leur autorité découle de bien autre chose que de la technologie qui entre dans leur fabrication » (Darnton 2011 : 18), à commencer par celle de leur auteur·rice ou de leur éditeur·rice, à qui les lecteur·rice·s confronté·e·s à la pléthore semblent devoir se fier plus que jamais. La numérisation des textes n’exclut ni les éditeur·rice·s, ni les auteur·rice·s, ni les titres de presse (les journaux en ligne ont été créés par des journalistes consacré·e·s), de sorte que la crainte d’un nivellement éditorial et auctorial semble vaine. En ce qui concerne, plus spécifiquement, l’information, « libérée de ses ancrages conventionnels » et ouvrant ainsi des possibilités de désinformation à l’échelle mondiale, « faut-il penser que notre époque donne un accès sans précédent à l’information, mais que celle-ci est de moins en moins fiable ? » (Darnton 2011 : 74). Sans doute faut-il considérer qu’aujourd’hui comme hier, « la nouvelle n’est pas ce qui s’est passé mais un récit de ce qui s’est passé » (Darnton 2011 : 75), que la presse « en ligne » n’est pas plus que la presse « papier » « une fenêtre transparente » ouverte sur le monde, mais un recueil de « récits écrits par des professionnels selon les conventions propres à leur métier ». S’il est vrai que, indépendamment du support, la presse informe plus « sur la façon dont des contemporains ont interprété les événements » qu’elles ne sont « une connaissance fiable de ces mêmes événements » (Darnton 2011 : 77), la presse en ligne n’est ni plus ni moins crédible que la presse « papier » : la croyance qui lui est accordée vaut ce que vaut le capital symbolique accumulé par le titre et/ou l’auteur·rice. De ce point de vue, l’enquête invite à supposer que la banalisation de la pratique plus ou moins systématique de la revue de presse, permise par la presse en ligne, consolide « l’effet de champ » et induit une sorte de contrôle mutuel27.

4.3. Le déclin de la culture écrite au profit de l’audiovisuel ?

31En définitive, l’enquête montre que les effets « observables » de la « révolution numérique » sur les pratiques de lecture restent très limités : la continuité prévaut en matière de lecture littéraire et les changements en matière de lecture d’information accentuent les modalités antérieures. La « révolution » partout annoncée des pratiques de lecture ne semble pas vraiment à l’ordre du jour.

32Pour conclure, on s’interrogera, dans la perspective de longue durée qu’adopte Pierre Bergounioux (2019), sur les effets liés à la présence accrue de l’audiovisuel sur internet. La « théorie de la convergence des médias » (Nora & Minc 1978), liée au développement des technologies informatiques, n’est pas récente : elle est favorisée par la diffusion des supports numériques connectés qui permettent d’avoir accès sur un seul support, aux images, textes, sons, etc. « À la différence du passé, la lecture n’est plus aujourd’hui le principal instrument d’acculturation à la disposition de l’homme contemporain ; son rôle dans la culture de masse a été sapé par la télévision, dont la diffusion s’est très rapidement généralisée dans les trente dernières années. [...] Globalement, on peut affirmer que, de nos jours, dans le monde entier, la formation et l’information des masses, dévolues pendant des siècles à l’imprimé, donc à l’acte de lire, sont passées aux moyens audiovisuels, à l’écoute et à la vision, comme le nom l’indique », constate Armando Petrucci (1997 : 418-419).

  • 28 De même, selon Olivier Donnat (2012 : 47), « la diffusion d’internet a été d’autant plus rapide et (...)
  • 29 Mais également à la culture audiovisuelle...
  • 30 Michel Melot (2007 : 88-89) rappelle que « la presse tarda à intégrer l’image, longue et coûteuse à (...)
  • 31 À cet égard, Bernard Lahire (2012 : 63) note que « le cinéma a contribué à [la] marginalisation [de (...)

33En incluant le son et l’image dans le texte, la « révolution numérique » peut désormais associer « écoute » et « vision » à la lecture : « je vois les enfants devant l’écran où surgit, instantanément, le texte explicatif et la vignette escomptée, littérale, colorée, parfaite. Il n’y manque même pas la vie puisqu’on trouve aussi des images en mouvement, des films », s’émerveille Bergounioux (2019). Cette offre numérique rencontre un public d’autant plus disposé à s’y prêter qu’il y est prédisposé par la « révolution audiovisuelle » : « pour la première fois, le livre et les autres produits imprimés se trouvent confrontés à un public, réel et potentiel, qui se nourrit d’autres techniques d’information et qui a acquis d’autres méthodes d’acculturation, celle des médias audiovisuels, qui a pris l’habitude de lire des messages produits par des moyens électroniques » (Petrucci 1997 : 419)28. L’écran de l’ordinateur, à la différence de ceux du cinéma ou de la télévision, porte aussi des textes : « à l’ancienne opposition entre, d’un côté, le livre, l’écrit, la lecture et, de l’autre, l’écran et l’image, est substituée une situation nouvelle qui propose à la culture écrite29 un nouveau support » (Chartier 2007 : 249). Il n’y a pas, là non plus, solution de continuité : le livre « papier » pouvait inclure, depuis longtemps, des illustrations30. On peut alors supposer que, si « révolution culturelle » il y a eu, elle est antérieure à la « révolution numérique » et qu’on impute à la « révolution numérique » et à l’opposition qu’elle aurait engendrée entre lecture « écran » et lecture « papier », les effets de la « révolution audiovisuelle »31.

  • 32 Selon Emmanuel Durand (2004 : 23-24), « les contenus vidéo deviennent amplement majoritaires dans l (...)
  • 33 Raffaele Simone (2012 : 34-35, 36) rappelle que « nous devons ce que nous savons au fait de l’avoir (...)
  • 34 Voir (Goody, 1979). Dans la même perspective, Raffaele Simone (2012 : 72-73, 79, 97-98-99) oppose l (...)

34Mais, dans la mesure où la « révolution numérique » relaie la « révolution audiovisuelle »32, on peut supposer qu’elle contribue à décourager la lecture et favorise ainsi une sorte de retour à la « culture orale » du plus grand nombre33. De ce point de vue, on peut se demander si la « révolution numérique » constitue toujours « un progrès » et s’interroger, comme invite à le faire Jacques Bouveresse sur « les effets négatifs du progrès ». « Il est extrêmement rare, note-t-il, que ce qui a l’air de représenter une avancée n’implique pas simultanément un recul ». De ce point de vue, il me semble qu’il y a peu de technologies qui donnent lieu, autant que le numérique, à « une vision euphorique du progrès sans qu’on sache vraiment de quoi il s’agit, ni pourquoi il faut s’en réjouir » (Bouveresse 2017 : 19). Ainsi peut-on s’interroger, par exemple, sur ce que pourraient être les effets d’un reflux de la « culture écrite » et de la perte de ce qui en fait la spécificité par rapport à la « culture orale » : l’objectivation du discours, une conscience plus aiguë des structures du langage tant syntaxiques que sémantiques, la perception facilitée des inconsistances et des contradictions internes, le développement de l’examen réflexif, de l’esprit critique et de l’art du commentaire, les modes de pensée associés au tableau, à la liste, à la formule (i.e. à « la raison graphique »)34. Dans cette perspective, le déplacement du plus grand nombre vers la culture orale creuserait l’écart entre codes linguistiques sommaires et codes sophistiqués, entre langue vernaculaire et langue scolaire, c’est-à-dire aussi entre classes sociales et consoliderait le monopole des lettré·e·s sur la culture écrite quel qu’en soit le support.

Haut de page

Bibliographie

Sorry! Internal error. Please contact the webmaster and try reloading the page. 
Haut de page

Notes

1 Plus précisément, cet article reprend les grandes lignes de la conclusion de l’ouvrage cité que j’avais rédigée à la demande de Xaver Zunigo (le responsable du projet) en n’en retenant que celles qui concernaient les pratiques de lecture et en les complétant par des données empiriques issues de l’enquête menée.

2 Que ce soit pour le célébrer ou le déplorer, les prophéties s’accordent sur l’importance du bouleversement : « une mutation est en cours, irréversible, et qui emporte avec elle ce à quoi nous devons le meilleur de ce que nous sommes », « ce qui s’amorce est tout aussi irréversible et total que les précédentes mutations de l’écrit, et des usages et formes de lecture que chacune a initiés », écrit, par exemple, François Bon (2011 : 7) qui constate, par ailleurs, « l’opacité de la mutation numérique du livre » (2011 : 112).

3 Il semble, en effet, que les « révolutions technologiques » en matière de médias soient un terrain particulièrement propice aux discours prophétiques qui, balançant « entre l’indémontrable et le même-pas-faux », esquivent les questions terre-à-terre susceptibles de les mettre en question. L’enquête, dont se dispensent les prophètes, conduit à une évaluation plus modeste du phénomène, de ses nuances et de ses limites (Bourdieu & Passeron, 1963).

4 « À certains égards, le codex est supérieur à l’ordinateur, note-t-il. Vous pouvez le feuilleter, l’annoter, l’emporter au lit avec vous et le ranger commodément sur un rayonnage » (2011 : 177). Dans la même perspective, cf. la vidéo espagnole « Nouvelle technologie révolutionnaire ! Book ».

5 Voir Chartier (1997 : 9) et Eisenstein (1979).

6 Selon Roger Chartier (2008 : 56), la notion d’appropriation « renvoie tant aux catégories intellectuelles et esthétiques des différents publics qu’aux gestes, aux habitudes, aux conventions qui règlent leurs relations à l’écrit »

7 Plus récemment, selon l’enquête IPSOS-CNL (Vincent Gérard et Poncet, 2019), 40 % des Français·es se déclaraient « pas ou peu lecteur·rice·s » (mais avec des critères de classement différents de ceux des enquêtes PCF).

8 Parallèlement, les différences entre classes sociales ont tendance à se creuser du fait du décrochage des d’une partie des classes populaires (notamment ouvrières), de même que les écarts entre hommes et femmes : 62 % des hommes déclarent lire peu ou pas du tout de livres contre 46 % de femmes (Donnat 2009).

9 Selon Layla Ricroch et Benoît Roumier (2011), le temps consacré par les Français·es à la lecture de livres et de journaux (y compris sur Internet) a diminué d’un tiers depuis 1986 pour atteindre dix-huit minutes par jour en moyenne en 2010. De façon générale, on peut rendre compte de la baisse des pratiques de lecture littéraire par la place prise par les mathématiques dans la définition de l’excellence scolaire et par celle de l’audiovisuel (cinéma, télévision, vidéos, jeux vidéo) dans la quête de « divertissement ». Sur la notion de « divertissement », voir Mauger & Poliak (1998).

10 Selon Claire Bélisle (2011), par exemple, le reflux du roman se ferait au profit du développement de la lecture d’information et d’opinion.

11 De façon générale, sans doute assiste-t-on à un revival de la correspondance.

12 Sur les pratiques de lecture numérique des digital natives, voir Octobre (2014).

13 Il faudrait pouvoir rendre compte de cet échec : il peut s’expliquer par le caractère trop contraignant de ce dispositif et/ou par son caractère trop intrusif susceptible de révéler un trop grand écart entre pratiques déclarées et pratiques réelles.

14 Dans cette perspective (Bélisle 2011), la technologie numérique favoriserait un autre rapport à l’écrit : elle inviterait le/la lecteur·rice à naviguer dans l’information par le biais des « hyperliens » à l’inverse de la linéarité de la lecture sur papier. La lecture deviendrait ainsi une « hyperlecture » sollicitant les associations, stimulant « la flexibilité cognitive » et la créativité au sein d’un espace partagé démultipliant les dimensions interprétatives, et la lecture numérique s’apparenterait alors à une conversation : lire ne serait plus une pratique solitaire mais « une activité interactive » où cohabitent « marges de manœuvre personnelles » et « dialogue avec l’autre ».

15 Soit, lire pour se distraire, lire pour apprendre et lire pour se parfaire (ou s’améliorer). Les usages esthétiques (lire pour le plaisir du texte, « lire pour lire ») étaient exclus du champ d’investigation.

16 En particulier, sa continuité/discontinuité (« lecture séquentielle »/« lecture segmentaire ») (Chartier 2008 : 44). Françoise Benhamou (2014 : 49) évoque une « lecture nomade, axée sur la consultation, séquentielle, fractionnée, prédatrice, cosmopolite, exploratoire ».

17 Cité par Armando Petrucci (1997 : 423).

18 Dans la même perspective, selon Raffele Simone (2012 : 25, 172), « la médiasphère fait prévaloir le papillonnage sur la concentration, la fragmentation sur la continuité » et « la navigation en ligne – sauf si elle est guidée par un contrôle inflexible des objectifs poursuivis – n’est à proprement parler qu’une manière de se perdre dans le cyberespace ».

19 Si les livres numériques peuvent « comporter des “plus” par rapport à la version imprimée, comme des liens hypertextes ou des vidéos incrustées, [ils] demeurent des livres, avec un début et une fin malgré quelques expériences très marginales encore de littératures hypertextuelles, en tout cas des œuvres cohérentes et achevées d’un auteur ou d’un collectif d’auteurs et fruits d’un travail éditorial complet sur le fond et sur la forme » (Benhamou, 2009).

20 Comme avec l’apparition du livre de poche, on peut s’interroger sur les incidences de la baisse des prix (sinon de la gratuité) associée au numérique sur les pratiques de lecture. Toutefois, si la lecture sur fichiers numériques a atteint 27 % aux États-Unis en 2013 et 17 % en Grande-Bretagne, elle n’est que de 2 % en France (Mollier 2014). Selon Françoise Benhamou (2014 : 19), le livre numérique représente 3 % du chiffre d’affaires en Italie et en France et 4 à 5 % des ventes en exemplaires. Selon Hervé Bienvault (2012), « ce sont les lecteurs de mass-market paper backs (livres de poche de basse qualité) qui ont commencé à adopter le Kindle, une clientèle de gros lecteurs qui ne souhaitent pas forcément conserver les livres qu’ils lisent. Les secteurs de la littérature sentimentale, science-fiction, fantasy, polar, thriller sont les plus concernés, les plus plébiscités dans l’univers numérique ».

21 De façon générale, la lecture d’informations politiques sur internet est essentiellement le fait des jeunes générations (digital natives) et des catégories les plus diplômées qui associent plusieurs médias : presse papier, Internet, radio, etc. (Le Hay, Vedel, Chanvril 2011).

22 Dans la même perspective, Raffaele Simone (2012 : 60) écrit : « À la fin du xxe siècle, nous sommes graduellement passés d’une situation où la connaissance complexe ne s’acquérait qu’à travers le livre et l’écriture (c’est-à-dire par l’intermédiaire de l’œil et de la vision alphabétique ou, si l’on préfère, de l’intelligence séquentielle) à une situation où l’on acquiert aussi – et pour certains de manière essentielle – par l’ouïe (c’est-à-dire par l’oreille) ou la vision non alphabétique (qui est une modalité spécifique de l’œil) ».

23 Il s’agit de quelques-uns des principaux titres de la presse quotidienne française.

24 Il s’agit de quelques titres de presse ou de sites de la « gauche critique » en France.

25 Toutefois, la lecture numérique ne perçoit pas immédiatement « les limites et la cohérence du corpus dont ils sont des extraits » (Chartier 2008 : 21-22).

26 « Alors que la crainte de l’effacement a obsédé les sociétés européennes de la première modernité », note Chartier (2005 : 7), la « révolution numérique » amplifie le danger d’une prolifération textuelle incontrôlable : « un discours sans ordre ni limites », « un excès d’écrits qui multiplie les textes inutiles et étouffe la pensée sous les discours accumulés ».

27 À l’inverse, Raffaele Simone (2012 : 234) remarque que « si l’ère de l’information avait substitué l’actualité à l’expérience et l’éternel présent à la temporalité narrative », le « temps réel » de la presse numérique (l’information en continu) « a tué l’explication ».

28 De même, selon Olivier Donnat (2012 : 47), « la diffusion d’internet a été d’autant plus rapide et ses effets d’autant plus massifs que le terrain avait été largement préparé par la montée en puissance régulière des consommations audiovisuelles depuis 1960. Les jeunes générations ayant grandi avec la télévision ont un imaginaire fortement structuré par l’image et par le son, ce qui les rend peut-être moins sensibles aux formes d’expression comme la littérature qui suppose de faire fonctionner son propre imaginaire à partir des mots et des mots seuls ».

29 Mais également à la culture audiovisuelle...

30 Michel Melot (2007 : 88-89) rappelle que « la presse tarda à intégrer l’image, longue et coûteuse à reproduire. Ce ne fut qu’en 1789 qu’on vit un périodique illustré, Le Cabinet des modes, publié à Amsterdam, insérant dans ses petits cahiers, tous les quinze jours, deux eaux-fortes coloriées à la main. Mais ni les bois gravés, ni les tailles-douces ne permettaient une production rapide. Seule la lithographie, inventée en 1796, put donner naissance à une presse d’actualité illustrée ».

31 À cet égard, Bernard Lahire (2012 : 63) note que « le cinéma a contribué à [la] marginalisation [de la culture littéraire] parce qu’il propose en un temps limité une expérience qu’un roman propose sur plusieurs jours, et parfois plusieurs semaines. Celui qui a besoin de s’évader ou de rentrer dans des mondes de fiction et d’aventure choisit aujourd’hui plus volontiers le cinéma qui a tout bouleversé ».

32 Selon Emmanuel Durand (2004 : 23-24), « les contenus vidéo deviennent amplement majoritaires dans le trafic Internet global : aux États-Unis, à la mi-2014, les deux seules plateformes Netflix et Youtube représentaient plus de la moitié du trafic Internet » et « la part de la consommation de Youtube sur mobile est passée de 6 % en 2011 à 40 % dans le monde à peine deux ans plus tard ». Parallèlement, « le téléviseur demeure le cœur de la consommation des contenus audiovisuels. Le début de l’année 2014 a vu la consommation moyenne des Français de plus de quinze ans atteindre une durée quotidienne de trois heures cinquante-deux minutes (en diminution toutefois de huit minutes à la même période en 2013) ».

33 Raffaele Simone (2012 : 34-35, 36) rappelle que « nous devons ce que nous savons au fait de l’avoir lu, vu ou entendu ». De ce point de vue, nous serions passés « de l’oralité à l’écriture, puis de la lecture à la vision et à l’écoute ».

34 Voir (Goody, 1979). Dans la même perspective, Raffaele Simone (2012 : 72-73, 79, 97-98-99) oppose le rythme « autoguidé » de la lecture (qui peut ainsi être corrigée) au rythme « hétéroguidé » de la vision ou de l’écoute (par ailleurs, difficiles à « citer »), la « conversion déictique » et la possibilité de se corriger qu’implique le passage de l’oral à l’écrit.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Du livre à la liseuse
URL http://journals.openedition.org/bssg/docannexe/image/480/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Titre Fig. 2. Mythologies de la « révolution numérique »
Crédits © Gérard Mauger
URL http://journals.openedition.org/bssg/docannexe/image/480/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 807k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gérard Mauger, « Le numérique : une révolution dans les pratiques de lecture ? »Biens Symboliques / Symbolic Goods [En ligne], 7 | 2020, mis en ligne le 15 février 2021, consulté le 18 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/bssg/480 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bssg.480

Haut de page

Auteur

Gérard Mauger

Centre européen de sociologie et de science politique-Centre de sociologie européenne (Cessp-CSE)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Biens Symboliques / Symbolic Goods

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search