Navigation – Plan du site

AccueilNuméros7DossierLire des classiques sur liseuse e...

Dossier

Lire des classiques sur liseuse en bibliothèque municipale

Une expérience qui fait long feu
Reading Classics on Electronic Readers in Municipal Libraries. A Long-Lasting Experiment
Leer los clásicos en lector electrónico en biblioteca municipal. Una experiencia que no llega a buen puerto
Stéphanie Kellner
Traduction(s) :
Reading Classics on Electronic Readers in Municipal Libraries [en]

Résumés

Cet article propose d’étudier un dispositif expérimental de prêt de liseuses électroniques, chargées d’œuvres de littérature classique, mis en œuvre par une bibliothèque municipale. En s’appuyant sur des données quantitatives et qualitatives, l’enquête cherche à situer socialement les pratiques de lecture sur liseuse et à appréhender l’ambivalence des comportements culturels des lecteur·rice·s. L’analyse permet de saisir le poids des positions et trajectoires sociales et met en évidence des enjeux générationnels et professionnels d’acquisition de compétences numériques sous-jacents à la démarche d’emprunt de l’appareil par les usager·ère·s. Si l’attrait pour l’appareil découle du philonéisme de ces lecteurs et lectrices et est justifié par les intérêts pratiques de l’appareil, faisant écho au discours de bibliothécaires eux/elles-mêmes tournés vers la nouveauté, l’étude montre que ces lecteur·rice·s persistent toutefois à attribuer une valeur symbolique plus élevée au livre papier qu’au livre numérique. Ces représentations se renforcent d’autant plus par l’absence de compétences numériques faisant, qu’in fine, l’expérience de la lecture devient un projet abandonné.

Haut de page

Texte intégral

Kit de prêt de liseuse

Kit de prêt de liseuse

Kit de prêt de liseuse empruntable à la bibliothèque municipale Marguerite Renaudat de la commune de Saint-Germain-du-Puy

© Bibliothèque municipale Marguerite Renaudat

Introduction

  • 1 Par exemple, le programme incitatif « bibliothèque numérique de référence » créé en 2010 (dans lequ (...)
  • 2 La bibliothèque numérique se présente, en termes de types de documents, selon une structure quasi a (...)
  • 3 Une première expérience échoue en 2012 avec des liseuses Bookeen en raison d’offres à destination d (...)

1En janvier 2013, la bibliothèque municipale classée d’une commune de province expérimente auprès de ses usager·ère·s le prêt de liseuses électroniques chargées de textes classiques. Elle est ainsi une des pionnières du développement des offres numériques dans les bibliothèques françaises. Encouragé par l’État1, le « numérique » apparaît dans les discours politiques comme une réponse possible à plusieurs problématiques qui animent les bibliothèques – baisse de la lecture, vieillissement et baisse de fréquentation : à l’instar du livre de poche dans les années 1970 et de l’audiovisuel dans les années 1980 (Passeron & Grumbach 1985), il doit permettre de conquérir de nouveaux publics, plus jeunes et moins lecteurs. Dans la bibliothèque qui constitue le terrain de la présente étude, le multimédia et les nouveaux supports sont inscrits dans le projet d’établissement dès la création dans les années 1980. Après les supports audiovisuels et les cédéroms (Pedler & Zerbib 2001), puis l’installation d’internet et la numérisation de fonds patrimoniaux, l’établissement amorce dès 2010 la mise en œuvre de sa « bibliothèque numérique2 » et introduit dès 2011 des liseuses électroniques3, qui s’adjoignent aux expérimentations de mise à disposition de tablettes numériques dans les espaces presse et jeunesse.

Les modalités de prêt de la liseuse à la bibliothèque
Les liseuses électroniques sont des appareils de lecture légers permettant de stocker un nombre important de livres numériques, connectables à internet et dotés de la technologie e-ink (encre électronique qui imite l’imprimé).
Celles proposées au prêt, des modèles SONY Reader, intègrent dictionnaire, outil de prise de notes et de surlignage, et des fonctions comme le marque page ou le grossissement des caractères. Elles sont à cet égard analogues aux appareils concurrents de l’époque, mais non rétroéclairées. Leurs boutons de navigation situés au bas de l’écran les font considérer comme un bon compromis au « tout-tactile ».
Lors du prêt, la liseuse est fournie dans un étui en plastique qui comporte en outre un cordon USB, le chargeur de l’appareil et quatre documents : la notice du constructeur ; une notice d’utilisation illustrée de quatre pages faite par la bibliothèque indiquant la marche à suivre pas à pas ; une fiche invitant les usager·ère·s à laisser leurs impressions ; et enfin, une charte qui précise les conditions générales, les modalités du prêt, l’inventaire de la pochette et requiert l’engagement de l’usager·ère à respecter le délai de prêt, rendre le matériel en l’état et rembourser le coût du remplacement de la liseuse en cas de détérioration.

  • 4 Enquête du ministère de la Culture et de la Communication sur les « Publics et usages des bibliothè (...)
  • 5 Stéphanie Kellner, Le Numérique en médiathèque. Entre mythes et réalités. Thèse soutenue le 13 mars (...)

2Cependant, comme le reste des offres numériques, le dispositif expérimental du prêt de liseuses connaît un relatif échec, conformément au faible engouement général pour le « numérique » en bibliothèque souligné par la dernière enquête nationale sur les publics et les usages des bibliothèques4 – et ce malgré un public local spontanément favorable à l’expérimentation de la lecture numérique5. Comment comprendre ce décalage ? Comment la lecture numérique est-elle perçue par les usager·ère·s en amont et en aval de l’expérimentation ? Dans quelle mesure le dispositif lui-même (la liseuse, son contenu, les discours et pratiques qui les entourent et les conditions de l’expérimentation) joue-t-il dans les perceptions et les usages ?

  • 6 La restriction de l’âge et la limitation à un seul emprunt de la liseuse n’ont pas été strictement (...)
  • 7 Par exemple, le flou législatif autour du prêt numérique en bibliothèque et la contrainte de l’accè (...)
  • 8 Cécile Rabot propose quatre modèles idéal-typiques du métier de bibliothécaire, auxquels peuvent êt (...)

3La localisation des liseuses dans les espaces territorialisés de la bibliothèque (Passeron 1982 : 72 ; Roselli & Perrenoud 2010) la prédestine à certaines catégories d’usager·ère·s (des adultes lecteur·rice·s de littérature) plutôt qu’à un public élargi : les vingt-huit liseuses ne sont disponibles que dans l’espace où sont regroupées les collections littéraires à destination des adultes ; elles sont accessibles sur demande (et en théorie une seule fois) pour les usager·ère·s majeurs inscrits à la bibliothèque6. Le contenu des liseuses est riche (trois cent soixante-cinq livres numériques) mais restreint à des textes appartenant au domaine public, qui relèvent principalement de la littérature classique : on n’y retrouve donc pas la diversité des choix possibles de lecture rencontrés en bibliothèque municipale. Au moment de l’enquête, des contraintes juridiques et techniques et la rareté des offres à destination des bibliothèques sont les éléments d’explication invoqués pour justifier cette offre7. Choisie pour son caractère indiscutable et ces raisons pratiques, une telle offre ne correspond d’ailleurs pas particulièrement à ce que souhaitent défendre les bibliothécaires les plus portés à soutenir un dispositif numérique, un principe de division entre les anciens et les modernes continuant à structurer les équipes des bibliothèques (voir Rabot 2011 : 167-172)8.

  • 9 Depuis La Distinction (Bourdieu 1979) de nombreuses enquêtes ont sur ce point contribué à démontrer (...)

4La définition de l’offre ne peut cependant suffire à expliquer cet échec des liseuses. Jean-Claude Passeron soulignait, au sujet de l’audiovisuel dans les années 1980, le risque d’inscrire « l’analyse de la consommation culturelle dans l’illusion de l’abstraction économiste d’un marché où offre et demande se confrontent abstraitement » (Passeron 1982 : 72). Selon l’auteur, il n’existe pas de définition d’un moyen de communication indépendante des définitions sociales de son usage, chacune ayant à reconnaître la loi hiérarchique de la « légitimité culturelle »9. C’est dans cette perspective d’étude que ce dispositif a constitué un terrain d’observation au cours de la phase exploratoire de l’enquête.

5Dix mois après le lancement de l’expérimentation, cette « enquête dans l’enquête » a recouru au recueil et traitement de données statistiques sur les emprunteur·se·s de liseuses (données d’emprunts reliées à des variables sociologiques – sexe, âge, profession déclarée au moment de l’inscription, lieu de résidence), à des observations de dispositifs de médiation mis en œuvre par les bibliothécaires autour de ces liseuses, et à des entretiens semi-directifs avec vingt-quatre des usager·ère·s-emprunteur·se·s. Les commentaires écrits laissés à l’issue de l’expérience ont également été pris en considération.

6L’objectif de cette démarche était d’abord d’identifier le(s) public(s) de la liseuse électronique tant du point de vue de leurs caractéristiques sociales que de leurs habitudes culturelles à l’intérieur et en dehors de la bibliothèque. Ensuite, il s’agissait de comprendre les mécanismes sociaux sous-jacents à la pratique de la lecture sur la liseuse empruntée, telle que l’expérimentation la proposait, (ou à son absence) et les conditions sociales de sa réception. Existe-t-il une cohérence dans les préférences culturelles des publics selon les supports proposés par la bibliothèque ? À l’intérieur du groupe constitué par les lecteurs et lectrices, le « numérique » peut-il induire des variations dans les préférences de genres littéraires ? Que révèlent les analyses de trajectoire et des modes de socialisation pour la compréhension de cette pratique ?

7Cet article tentera de répondre à ces questionnements en présentant dans un premier temps les raisons qui poussent les usager·ère·s à emprunter la liseuse. Il s’agira de montrer que cette démarche est socialement classante et associée à la bonne volonté culturelle, et qu’elle met en jeu des logiques générationnelles et de mise en scène de soi au travers de compétences numériques. Dans un second temps, il s’agira de présenter les intérêts portés à l’appareil et qui expliquent tant l’engouement de cette minorité d’usager·ère·s que les limites qu’il présente pour la pratique de lecture.

  • 10 Douze BMVR ont été créées en France dans le cadre d’un dispositif particulier mis en place par l’Ét (...)

Méthodologie
La bibliothèque prise comme cas d’étude est une bibliothèque municipale à vocation régionale (BMVR10) implantée dans une commune d’environ cent quarante mille habitants, située sur un territoire à dominante rurale. La bibliothèque est structurée en réseau autour de six sites : une bibliothèque centrale en centre-ville et cinq annexes en périphérie.
Le matériau empirique exploité concerne principalement les emprunteur·se·s de la liseuse électronique mais s’intègre dans un ensemble de données plus large, recueilli au cours de la recherche doctorale. Celle-ci s’est déroulée en plusieurs phases et a mobilisé plusieurs techniques d’enquête pour l’étude des publics qui en constitue un des axes.
Une phase exploratoire a mobilisé l’observation directe des publics. Des observations ont été menées « tous azimuts » dans l’ensemble de la bibliothèque, complétant un travail réalisé en Master sur les « séjourneurs et séjourneuses » de la bibliothèque. Des observations « ciblées » ont été conduites dans les espaces informatisés (ateliers informatiques, ordinateurs en accès libre), lors de médiations numériques et toute autre manifestation en lien avec le numérique (conférences et expositions). Cette phase a permis le recueil des données concernant les emprunteur·se·s de la liseuse (cent quatre-vingt dix-neuf individus au moment du relevé), ainsi que des commentaires laissés par des usager·ère·s après leur emprunt de la liseuse (Kellner 2017a). Les observations « ciblées » se sont poursuivies au-delà de cette phase exploratoire.
Une enquête par questionnaire a été réalisée en 2014 auprès des publics de l’ensemble du réseau – inscrits ou non – sur une période de deux mois (N=1996). Le questionnaire sollicitait les utilisateurs et utilisatrices d’au moins un service de la bibliothèque sur place ou à distance et comprenait six sections : fréquentation de la bibliothèque, pratiques et usages dans la bibliothèque, pratiques et usages du « numérique » de la bibliothèque, autres pratiques culturelles (hors bibliothèque), équipement du foyer, propriétés sociales. Le questionnaire ayant été créé en versions papier et dématérialisée, la passation reposait sur un dispositif multiple : face à face, distribution aux usager·ère·s, proposition du questionnaire en accès libre, et mise en ligne. La passation en face à face et la distribution ont été conduites en portant une vigilance particulière aux espaces pouvant être fréquentés par des non-inscrits. Le lien permettant d’accéder au questionnaire en ligne a été transmis par email à tous les usager·ère·s s’étant inscrit·e·s au moins une fois à la bibliothèque depuis son ouverture en 1998 et dont l’adresse email était valide. 87 % des enquêté·e·s ont répondu en ligne (Kellner 2017b).
Une série de vingt-quatre entretiens a été menée avec des usager·ère·s ayant emprunté la liseuse et ayant répondu favorablement à ma sollicitation – transmise par l’envoi d’un email par la bibliothèque aux emprunteur·se·s disposant d’une adresse valide. La grille d’entretien abordait : l’emprunt de la liseuse, la fréquentation de la bibliothèque, les pratiques culturelles en dehors de la bibliothèque, les modes de socialisation à la lecture et aux nouvelles technologies, les trajectoires sociale, scolaire et professionnelle. La structure des emprunteur·se·s rencontré·e·s est la suivante : neuf hommes et quinze femmes, dont treize retraité·e·s, onze actif·ve·s parmi lesquel·le·s cinq cadres et professions intellectuelles et supérieures, trois professions intermédiaires, trois personnes sans activité professionnelle (une sans profession et deux étudiant·e·s).

1. L’emprunt de la liseuse en bibliothèque municipale : des enjeux de classe sociale et de génération

1.1. La bonne volonté culturelle à l’origine de l’emprunt de la liseuse

8Les profils culturels des usager·ère·s ayant emprunté une liseuse électronique à la bibliothèque attestent de leur « bonne volonté culturelle », qui s’exprime selon Pierre Bourdieu par une docilité culturelle et un goût pour les spectacles éducatifs ou instructifs. Les membres des classes moyennes ont en commun d’occuper une position moyenne dans l’espace social et partagent un habitus « petit bourgeois » fondé sur une volonté d’ascension sociale. Celle-ci se traduit par l’imitation des pratiques de la classe dominante et une mise à distance de celles qui caractérisent les classes populaires. Elle s’observe aussi dans un respect profond de l’ordre établi et dans le partage entre goûts d’inclination et goûts de volonté (Bourdieu 1979 : 365-431). Bernard Lahire ajoute qu’en raison de leur position intermédiaire dans les rapports sociaux et de leurs propriétés culturelles contradictoires, les classes moyennes peuvent tout autant que les autres classes sociales être le lieu de la consommation de genres dits moyens, mais présentent toutefois plus fréquemment des profils culturels dissonants avec « autant de chances d’être caractérisés par des profils consonants à tendance légitime (5,4 %) que par des profils dissonants à tendance peu légitime (7,8 %) » (Lahire 2006). Par leur position, leur trajectoire sociale souvent ascendante, leurs goûts culturels, ou encore leur rapport à la culture, les usager·ère·s de la liseuse se définissent par cette « bonne volonté culturelle » qui constitue un élément explicatif de l’emprunt de la liseuse électronique à la bibliothèque comme mode d’acquisition de la culture.

1.1.1. Trajectoires sociales ascendantes et goûts culturels « moyens »

  • 11 Ces données sont recueillies par la bibliothèque au moment de la première inscription et ne sont pa (...)

9Le groupe des cent quatre-vingt-dix-neuf emprunteur·se·s de liseuses n’est pas parfaitement homogène, mais des tendances se dégagent dans sa structure : il s’apparente au public majoritaire de la bibliothèque et appartient plutôt à la fraction intellectuelle des classes moyennes supérieures regroupant cadres de la fonction publique, professions intellectuelles, artistiques et libérales. Comme le public de la bibliothèque, ces usager·ère·s apparaissent majoritairement sous le statut de « cadre et professions intellectuelles supérieures » (29,2 %) et de « professions intermédiaires » (18,5 %)11. La reconstitution des trajectoires sociales à partir des vingt-quatre entretiens permet d’approfondir ces données en révélant une diversité des trajectoires, souvent ascendantes (inter ou intra classe), par le biais de la qualification ou par un avancement donnant accès à un statut professionnel supérieur. À l’instar du public de la bibliothèque, les femmes sont plus nombreuses sans être pour autant surreprésentées. En revanche, avec 56,3 % de 50 ans et plus (contre 48,7 % à la bibliothèque), les individus ayant emprunté la liseuse sont majoritairement à la retraite ou dans la dernière décennie de leur activité professionnelle et une surreprésentation des 50-59 ans permet de le distinguer du public global de la bibliothèque (Kellner 2017a).

  • 12 Les auteurs proposent d’affiner le regard porté sur les pratiques culturelles en se penchant sur le (...)

10Ces usager·ère·s ont pour autres propriétés communes une multiplicité de pratiques culturelles. Avec la diversification de l’offre en bibliothèques municipales, s’observent pourtant des différenciations, quantitatives et qualitatives, dans les manières de consommer cette offre. Certain·e·s recourent uniquement à l’espace ; d’autres multiplient les pratiques, avec une intensité variable12 (Passeron & Grumbach 1989). La fréquentation d’une bibliothèque municipale traduit pour eux/elles le souhait de se cultiver et s’ajoute à cet égard à l’usage d’autres établissements culturels (théâtre, cinéma, et pour certains opéra, concerts) et parfois à un investissement associatif. De surcroît, les emprunteur·se·s de liseuses fréquentent la bibliothèque régulièrement et assidûment, témoignant d’une curiosité certaine pour les propositions de l’établissement. Fort·e·s lecteur·rice·s comme le tiers du public de la bibliothèque, ils/elles témoignent des pratiques dominantes dans l’établissement : empruntant régulièrement, principalement des livres (qui représentent 62 % de leurs emprunts), mais aussi des DVD et des documents sonores. En fait, 80 % d’entre eux/elles empruntent plusieurs types de supports. Ils/elles multiplient par ailleurs les activités à la bibliothèque : projections de films, conférences, concerts, expositions, ateliers multimédias, clubs lecture.

11Leurs goûts littéraires déclarés en entretien présentent une palette variée de genres lus qui oscillent d’un pôle à l’autre de la hiérarchie des légitimités : romans, notamment sentimentaux, littérature de terroir, livres pratiques, d’arts de vivre ou de loisirs, romans policiers ou fantastiques, bandes dessinées, mangas, ou encore essais politiques et philosophiques. Ils/elles ne sont ni complètement populaires ni complètement légitimes et varient entre goûts d’inclination et goûts de volonté. Certain·e·s sont plutôt tourné·e·s vers des genres moyens comme M. D., 33 ans, infirmier, qui mêle littérature fantastique, romans policiers, et bandes dessinées. D’autres ont des profils consonants à tendance plutôt légitime ou des profils dissonants. Mme M., 65 ans, retraitée psychologue à la protection judiciaire de l’enfance, issue d’un milieu modeste, déclare papillonner entre romans, livres de développement personnel et livres pratiques.

12Mme T., 70 ans, retraitée issue des classes populaires, et deuxième enfant d’une fratrie de huit filles, explique que sa mère aimait lire et que contrairement à ses sœurs qui « lisent pas du tout et qui aiment pas lire… moi, j’ai toujours aimé lire ». Si elle était ouvrière, ses vingt dernières années de travail étaient dans l’atelier de reliure d’une bibliothèque parisienne qui lui ont donné un accès privilégié au monde du livre, à la lecture et aux bibliothèques. Elle présente un profil culturel dissonant où les pratiques oscillent d’un pôle de légitimité à l’autre. Elle écoute du jazz, de la musique classique et de la chanson française. Elle lit beaucoup : polars, romans, traités, biographies, « livres pour apprendre », articles de société dans la presse féminine, plus rarement la presse quotidienne et plutôt locale. Elle fréquente peu d’établissements culturels mais va au cinéma et, chaque semaine, à la bibliothèque. Elle y fait partie d’un club lecture, fréquente l’atelier multimédia, visite les expositions (mais ne vient ni pour les concerts ni pour les conférences) et emprunte des documents (livres, CD, textes enregistrés). Elle achète par ailleurs des livres d’occasion dans des structures associatives et des livres neufs dans les librairies indépendantes. Elle conserve d’ailleurs peu ses livres qu’elle donne/rapporte aux associations. Elle porte des jugements légitimistes sur ses pratiques et rejette la culture « commerciale » – manifestant sans doute aussi une solidarité de corps avec les métiers du livre : « Alors, j’ai découvert, je ne devrais pas le dire, mais à Leclerc, là, ils ont une très très grande librairie, qui est très intéressante, et c’est facile d’accès… Ben parce que ce n’est pas un libraire indépendant… ». Elle met à distance certaines productions et en valorise d’autres : « Je lisais des romans à l’eau de rose à l’adolescence, je m’en rappelle plus. Les polars, c’est où je travaillais à la bibliothèque et avec quelques bibliothécaires, on les avait neufs, moi je faisais la couverture et je consultais déjà en travaillant, c’est comme ça, hein. »

1.1.2. Une docilité à l’égard de l’institution

13La curiosité du public de la liseuse est associée à une docilité culturelle et une déférence à l’institution qui conduit à une adhésion à ce qu’elle propose parce qu’elle le propose. Paradoxalement, la lecture numérique a été décriée in statu nascendi, car elle pourrait conduire à la disparition du livre papier, voire à la disparition des bibliothèques. L’idée d’un « numérique » qui pourrait se substituer au papier pèse fortement chez ce public qui emprunte pourtant la liseuse. Dans les entretiens comme dans les commentaires laissés après l’emprunt, ne pas souhaiter se détourner du livre papier est une revendication affirmée : « ne remplacera pas le livre papier », écrit un retraité. Toutefois, la liseuse prêtée par la bibliothèque constitue une forme de réification de l’institution. L’emprunter, c’est manifester son adhésion au service et à une démarche appréciée quel que soit le jugement porté sur l’expérience : « remerciement à tous les responsables qui mettent un équipement nouveau et de qualité à disposition des lecteurs » (homme, cadre, 50-60 ans).

14Cette adhésion va de pair avec une satisfaction plus générale exprimée à l’égard d’une institution qui s’est rendue plus accessible, géographiquement et socialement, à l’instar de ce qu’explique Mme T. : « On n’allait pas en bibliothèque parce qu’en ce temps-là… Bon, moi, je viens d’une famille pauvre. Comme beaucoup de gens, on n’allait pas en bibliothèque. C’est après […] je pense que les enfants, on les a amenés, par les écoles, ils ont été en bibliothèque. » Elle ajoute avoir commencé à fréquenter la bibliothèque lorsqu’elle travaillait à l’usine : « C’était la bibliothèque comme vous avez pas connu, vous savez, une bibliothèque à l’ancienne où tous les livres étaient reliés de la même couleur, avec une couverture de la même couleur, la bibliothécaire avec sa blouse grise et qui surveillait pour voir si on n’allait pas voler un livre (rire). » Dans cette optique, s’intéresser à la liseuse électronique proposée en bibliothèque, c’est affirmer et perpétuer l’institution, parfois de manière pleinement consciente. M. S., 29 ans, étudiant en master, explique : « Si on n’utilise pas ce que la bibliothèque propose, alors la bibliothèque n’aura plus de raisons d’être. »

1.2. Effet générationnel et recherche de distinction par la compétence numérique

15Un effet générationnel et la construction d’une distinction par la compétence numérique se combinent à la bonne volonté culturelle de ce public pour permettre de comprendre ce qui se joue dans l’emprunt de la liseuse à la bibliothèque. Des logiques d’intégration sociale ou professionnelle sont sous-jacentes à cette démarche.

1.2.1. Pour les plus âgé·e·s, acquérir des compétences numériques

16L’approche en termes de classe sociale est insuffisante pour comprendre ce qui se joue dans l’emprunt de la liseuse pour ces usager·ère·s, en particulier pour la majorité d’entre eux/elles âgée de 50 ans et plus. La surreprésentation des 50-59 ans invite en effet à envisager une approche générationnelle. Pour ces usager·ère·s issu·e·s d’une génération qui « au moment où internet et ordinateurs entrent dans leur foyer et dans leurs pratiques, constituaient une part de la population déjà ou encore active et dont les enfants étaient encore à la charge du foyer » (Kellner 2017a), la transmission de compétences numériques s’est faite en partie dans la famille et l’univers professionnel et se poursuit en bibliothèque. Dans une logique d’ascension sociale et de déférence à la culture, l’emprunt de la liseuse met en jeu l’acquisition ou le renforcement de compétences numériques qui traduisent une recherche de distinction culturelle par la maîtrise des outils numériques. La liseuse électronique empruntée à la bibliothèque constitue une possible forme objectivée du capital culturel qui fait appel à des compétences techniques (savoir utiliser l’outil et ses différentes fonctionnalités), ainsi qu’à la capacité à se repérer dans l’offre des biens culturels numériques en ligne (savoir utiliser le web, chercher des livres numériques, connaître et se repérer parmi les plateformes de vente en ligne), et la maîtrise d’un lexique propre à l’univers numérique (comprendre et être capable de parler du « numérique »).

17La maîtrise de ces compétences est un principe de différenciation. Certain·e·s expriment un sentiment d’exclusion vis-à-vis des générations plus jeunes. Le « numérique » leur semble remettre en cause leur ascension sociale et l’investissement scolaire et culturel qui l’a permise. Dès lors, les médiations proposées par la bibliothèque, que ce soit par la mise en prêt de la liseuse avec explications du ou de la bibliothécaire, mode d’emploi de l’appareil réécrit et simplifié, ou ateliers plus approfondis, sont investies comme un moyen de compenser les inégalités découlant d’un accès différencié du point de vue générationnel aux objets et contenus numériques.

18Mme E., 71 ans, retraitée de l’enseignement primaire, est née dans le 5e arrondissement de Paris dans une famille appartenant aux classes populaires. Mariée à un informaticien à la retraite qui n’est plus en mesure de l’aider pour des raisons de santé, elle sollicite son fils sur les questions numériques. Elle fréquente théâtre et cinéma d’art et d’essai, lit parfois la presse locale, feuillète des magazines féminins, et ses lectures se tournent vers la « philosophie » et les questions d’actualité – elle affectionne particulièrement Alain Finkielkraut. Elle fréquente régulièrement la bibliothèque, ses ateliers multimédias, et déclare plusieurs fois au cours de l’entretien se sentir « vieille » et « nulle » pour ce qui concerne les nouvelles technologies : « y’a quand même un rapport à la machine, où, là, je me sens très très vieille ». « Non seulement je n’avais jamais manipulé de liseuse, mais en plus je n’ai même pas un portable comme vous [smartphone], j’ai un portable à l’ancienne où on ne fait même pas de SMS, rien du tout, alors vous voyez un peu ce que j’ai. […] Mais je n’en suis même pas à la tablette encore, ni au portable iPhone, ni rien du tout. Alors, je suis nulle nulle nulle, je n’ai que l’écran et les mails : c’est tout ce que je sais faire. » Exprimant un sentiment d’exclusion lié à une incompétence dans l’utilisation des objets numériques, cet extrait souligne que l’enjeu de cet emprunt pour elle n’est pas tant la lecture que l’acquisition d’une compétence numérique visible et socialement reconnue constituant un marqueur d’intégration sociale. Si l’effet générationnel négatif peut supposément être compensé par le recours à la médiation en bibliothèque, c’est parce que leur bonne volonté culturelle l’y autorise.

1.2.2. Pour les bibliothécaires, mise en scène de soi et construction d’une identité professionnelle par les compétences numériques

19L’acquisition de compétences numériques est également un enjeu pour la catégorie spécifique d’emprunteur·se·s que constituent les bibliothécaires eux/elles-mêmes. L’observation des ateliers de médiation numérique a permis d’y constater leur présence. Bibliothécaires en poste dans d’autres établissements, en recherche de poste ou préparant le concours seul·e·s ou dans le cadre d’une formation universitaire, ils/elles (et plus souvent elles) viennent pour observer l’atelier, prendre connaissance de l’offre, échanger avec les (futur·e·s) collègues. Se jouent alors autant l’acquisition de compétences numériques transférables dans l’univers professionnel que l’accès même à la profession, la construction d’une identité professionnelle et un renforcement du capital social au sein de cet espace professionnel. Mme B., bibliothécaire depuis sa reconversion professionnelle, fréquente plusieurs bibliothèques du département, et y emprunte des documents. Forte lectrice (un roman par semaine environ), elle s’est intéressée à la liseuse dans l’optique de la préparation au concours de bibliothécaire : « Je voulais avoir manipulé une liseuse si jamais j’avais une question à l’oral. »

  • 13 Les BIBAS sont des agents de catégorie B de la fonction publique, dont le statut est encadré par le (...)

20L’expérience de la liseuse est aussi, comme la lecture, une expérience subjective susceptible d’être partagée avec des membres de la famille, des ami·e·s et/ou collègues. Elle constitue, dans un contexte d’interaction sociale, une possibilité de mise en scène de soi (Goffman 1973) et de construction ou d’affirmation d’une appartenance à un groupe professionnel. Mme G., 31 ans, occupe un poste de bibliothécaire assistante spécialisée (BIBAS)13 contractuelle en bibliothèque universitaire, et prépare, au moment de l’entretien, le concours de BIBAS afin d’être titularisée. Elle raconte le moment qui a suivi son emprunt de la liseuse :

« Alors, quand j’ai pris la liseuse, c’était un samedi, je m’en souviens parce qu’après j’ai retrouvé en fait une collègue au café et j’ai allumé la liseuse avec elle, et donc, bon, j’ai présenté un peu. Bon, c’était quand même une discussion parce qu’enfin y’avait plusieurs personnes. Ils disaient : "oui, mais quand même le papier, c’est toujours mieux, moi je crois pas trop, ça me plaît pas vraiment". Y’avait des profs, y’avait des bibliothécaires, voilà. Ben moi pour l’instant, je donne pas mon avis parce que j’ai pas testé. Après, je pense qu’il faut connaître et voir, et comparer. Et voilà, j’ai montré tout de suite à cette collègue. Après, j’ai montré un peu à mon ami qui est également bibliothécaire. Lui, il était moins intéressé, il a jamais testé. Donc bon, la liseuse était à la maison sur la table. Bon, ça l’intéressait pas plus que ça. »

21Forte lectrice, principalement de littérature jeunesse et de livres documentaires, Mme G., 31 ans, n’avait jamais manipulé ni liseuse ni tablette numérique jusqu’alors, et se présente comme n’étant « pas trop, on va dire, high tech ». Si elle sourit en confiant que Zola n’est pas pour elle, elle exprime une division du monde dans laquelle elle se situe plutôt du côté des lettres que de la technique. Elle fréquente plusieurs bibliothèques du département où elle emprunte surtout des livres et des CD, parfois des DVD. Elle fréquente foires et salons du livre, et a emprunté deux fois la liseuse après l’avoir découverte lors d’une présentation par la bibliothèque sur le stand d’un salon. Sa motivation est au départ professionnelle : « je voulais savoir comment ça fonctionne la liseuse. Il faut connaître les appareils. Après, si on veut proposer aux usager·ère·s, il faut bien connaître d’abord. »

  • 14 L’autrice revient, dans une perspective sociohistorique, sur ce qu’elle appelle la « rhétorique du (...)

22L’emprunt de la liseuse a été l’occasion de plusieurs échanges avec des bibliothécaires en poste, érigés en modèle par cette enquêtée préparant le concours qui reprend à son compte leur discours : la bibliothèque est, à ses yeux, comme elle doit être : « polyvalente », « chaque petit morceau a sa place dans le panier » et la liseuse, « c’est positif », c’est une manière de donner « accès [à la lecture] au grand public […] Il faut évoluer, voilà, pour attirer plus de public, et toucher le plus qu’on peut, voilà ». Ces mots s’inscrivent d’une part dans la doxa professionnelle selon laquelle les bibliothèques françaises doivent évoluer et rattraper un certain retard (Bertrand 2006 : 134)14 – le « numérique » en constitue un moyen – et d’autre part, dans la continuité d’un discours politique qui considère que le « numérique » donne un plus large accès à la culture et à la lecture.

2. De l’enchantement aux limites de la liseuse électronique en bibliothèque

2.1. Un enchantement sans lendemain

23L’appréciation de la liseuse tient d’abord d’un attrait pour la nouveauté, l’appareil ouvrant de nouveaux possibles, en termes d’horizons de lecture, mais aussi de possibilités techniques.

2.1.1. L’enchantement pour la nouveauté comme un espace de possibles

24Tournés vers la nouveauté, les emprunteur·se·s de liseuses décrivent l’appareil comme une fascinante ouverture de possibles résultant de deux de ses caractéristiques principales : la capacité d’y stocker des centaines de livres et la possibilité grâce à son caractère mobile et léger de les lire au moment et dans le lieu voulus (en marchant, quand il fait nuit noire, quand il y a du vent, etc.). M. R., 66 ans, retraité, indique en désignant la liseuse : « Là, il y a quatre cents livres dans une petite boîte. » Utilisées par de grandes enseignes comme arguments de vente et reprenant le mythe babélien évoqué par Jorge Luis Borges en 1941 dans sa nouvelle La Bibliothèque de Babel et par d’autres auteurs comme Umberto Eco dans Le Nom de la rose (1982), ces capacités de stockage renvoient au fantasme de posséder une bibliothèque infinie offrant un accès sans contraintes (sociales) à la lecture. La dématérialisation du livre et les possibilités techniques du support apparaissent ainsi comme une libération de la pratique de la lecture vis-à-vis des contraintes de volume et de poids induites par la matérialité du papier, obligeant à des choix d’objets, de temps et d’espace.

25L’enchantement pour la liseuse proposée par la bibliothèque résulte de la rencontre entre des dispositions d’usager·ère·s et la mise en scène de l’offre par des professionnel·le·s sur un temps donné où tous consentent à cet enchantement. Yves Winkin développe la notion d’enchantement à partir d’une formule de Samuel Taylor Coleridge, « willing suspension of disbelief » (suspension volontaire d’incrédulité) : « suspendre temporairement son incrédulité n’est pas exactement la même chose que s’investir dans une crédulité nouvelle », mais suppose que tous les participants « jouent le jeu » (Lallement & Winkin 2015 : 118).

26L’adhésion n’implique d’ailleurs pas nécessairement l’usage : les usager·ère·s admettent ne pas toujours exploiter les possibles qu’ils ou elles vantent. M. S., 63 ans, retraité, n’a pas transporté la liseuse, mais considère que « dans des endroits un peu hétéroclites comme un camping ou un truc de ce goût-là où la liseuse, ça permet d’en emporter plusieurs, et c’est un tout petit volume, c’est là l’avantage ». Sans être naïf, l’enchantement pour la liseuse comme bibliothèque infinie s’accompagne d’une forme de dénégation temporaire que Winkin explique par une formule empruntée à Octave Mannoni : « Je sais bien, mais quand même » (Mannoni 1969).

27L’enchantement n’existe que grâce au travail des professionnel·le·s de la bibliothèque, qui, en « ingénieur·e·s de l’enchantement », mettent en œuvre, en coulisse, l’ingénierie nécessaire à la production de la croyance : valorisation des outils et contenus numériques via des dispositifs de médiation et un plan de communication – recensement dans l’agenda de la bibliothèque, affichages, organisation d’autres manifestations autour du « numérique » (conférences, expositions), injonction à communiquer sur ces dispositifs. Les bibliothécaires jouent le jeu avec plus ou moins de conviction selon leur représentation du métier. In fine, l’enchantement repose sur une rencontre d’affinités électives, entre un public que ses dispositions portent à jouer le jeu et des professionnel·le·s qui se retrouvent dans des valeurs de nouveauté, et « qui s’aident mutuellement dans les opérations de dénégation et de suspension » (Winkin 2015 : 118).

2.1.2. Des éléments techniques comme justification

  • 15 Le PNB est un dispositif interprofessionnel incluant bibliothécaires, éditeur·rice·s et libraires, (...)

28Outre l’émancipation des contraintes d’espace et de temps associée à la liseuse, ce sont les qualités techniques de celle-ci qui sont mises en avant par les emprunteur·se·s pour justifier l’intérêt qu’ils/elles lui portent. La liseuse est vue comme un « bon appareil » de lecture dont les performances, à savoir le confort de lecture, justifie l’utilisation. Marie Doga et Olivier Zerbib avaient déjà mis en évidence cette justification de la lecture numérique par des appréciations techniques à partir d’une enquête menée en 2014 sur une plateforme de livres numériques intégrée au dispositif PNB15 (Doga & Zerbib 2016) : le livre numérique apparaissait plus pratique pour la lecture car manipulable, transformable et dynamique. Pour les emprunteur·se·s de liseuses, ces éléments de justification technique se structurent autour de trois axes : l’empêchement physique, la mobilité géographique, et l’intégration de la lecture à d’autres tâches simultanées et liées. Ces intérêts se retrouvent plus ou moins à l’identique pour les livres audio. Un sondage réalisé pour le Syndicat national de l’édition (2017) estime à 18 % la part des Français·es déclarant avoir déjà lu un livre audio, les trois principaux éléments qui en motivent la lecture sont le fait de faire autre chose en même temps (45 %), lire en situation de mobilité (40 %) et se reposer les yeux des écrans (35 %).

  • 16 L’enquête par questionnaire ne comprenait pas cette variable qui s’est révélée lors des entretiens (...)

29L’empêchement physique majeur qui suscite un intérêt pour la liseuse est constitué par des troubles de la vue. L’absence de rétroéclairage de l’appareil proposé à l’expérimentation et le grossissement des caractères sont deux fonctionnalités très commentées par les lecteur·rice·s qui attendent de ce type d’appareil un gain en termes de confort de lecture par rapport au livre papier. La technologie e-ink est moins souvent mentionnée en ces termes précis, mais les usager·ère·s constatent une différence de confort entre l’écran d’une tablette numérique ou d’un ordinateur et celui de la liseuse électronique. Au confort de lecture s’ajoute la mobilité. Le/la lecteur·rice qui se déplace et a l’habitude de le faire avec un ou des livres justifie par cet aspect son intérêt pour la liseuse. Emmanuel Pedler et Olivier Zerbib avaient identifié cet aspect comme déterminant dans leur étude sur l’introduction des cédéroms en bibliothèque (Pedler & Zerbib 2001)16 et suggéraient d’ailleurs de considérer la mobilité géographique comme une variable pertinente en sociologie de la culture. Ils soulignaient à cet égard que les circulations n’ont pas la même signification selon le lieu d’implantation de la bibliothèque (Paris, centre urbain, zone rurale, ville périphérique) et selon la direction des déplacements (de ville à ville, de village à ville). Ils observaient un effet significatif de la variable sur trois des quatre sites étudiés, portant à penser que le philonéisme est directement lié à la mobilité – ce qui constitue une hypothèse sérieuse pour comprendre la durabilité de l’usage de la liseuse.

30L’appareil permet également de réaliser des activités périphériques à la lecture. Mme G., qui a aussi les trajets quotidiens les plus longs, s’approprie tout particulièrement les fonctions annexes de la liseuse en la chargeant de textes à traduire :

« J’ai donc téléchargé des textes, des contes, en polonais, et donc j’ai traduit, et en plus on peut faire des notes justement sur liseuse []. Après, j’ai même utilisé pour écrire des lettres et j’ai transféré sur ma boîte mail où j’ai corrigé les accents, voilà et j’ai pu envoyer donc voilà […]. J’ai gagné du temps. […] Mes courriers personnels, mes mails, j’ai tapé dans la liseuse voilà, et après j’ai transféré sur Gmail et je les ai envoyés. Donc ça m’a beaucoup aidée. »

31La liseuse présente des intérêts proches du livre audio (intégré dans les collections des bibliothèques municipales qui représentent un point d’accès pour 25 % de ses lecteur·rice·s) mais aussi des potentialités spécifiques. Elle s’intègre d’autant mieux dans les habitudes de consommation culturelle que les possibilités techniques de l’appareil correspondent davantage au style de vie du/de la lecteur·rice et à sa position sociale.

2.2. Offre littéraire classique, valeur symbolique du livre papier et compétences : des freins à la pratique de la lecture sur liseuse

32En dépit des aspects positifs soulignés par les emprunteur·se·s, ceux/celles-ci n’ont pas toujours lu sur la liseuse. Certain·e·s n’ont lu que des passages, incipit ou extraits. Rares sont ceux et celles qui ont lu un livre entier. D’autres enfin n’ont que « navigué » dans les menus. L’offre littéraire classique proposée sur la liseuse de la bibliothèque, la valeur symbolique restant attachée au livre papier et les compétences nécessaires à la maîtrise de l’appareil constituent autant de freins à la lecture sur liseuse. Au total, l’expérience se révèle rarement positive et, pour environ trois quart des interviewé·e·s, restera sans lendemain.

2.2.1. La littérature classique absente des profils culturels des lecteur·rice·s

33Un premier désajustement naît du décalage entre l’offre de contenus proposés sur la liseuse dans ce contexte d’expérimentation et les goûts littéraires des emprunteur·se·s. L’offre est en effet très restrictive au regard de ce que proposent les bibliothèques dans leurs collections. Comme le note Cécile Rabot, « si les classiques scolaires sont présents dans les fonds des bibliothèques de lecture publique », ils ne constituent pas les ouvrages les plus mis en avant, soit qu’ils soient considérés comme trop bien connus soit qu’ils soient perçus comme des « productions à public restreint réputées difficiles donc moins susceptibles de procurer au plus grand nombre le plaisir de lire » (Rabot 2011 : 89). Les bibliothèques ont donc largement diversifié leurs fonds de manière à se rendre accessibles au plus grand nombre.

  • 17 35 % des usager·ère·s déclarent avoir lu des œuvres de la littérature classique au cours des douze (...)
  • 18 Voir ici l’enquête menée par Ipsos pour le Centre national du livre « Les Français et la lecture en (...)

34En 1988, Patrick Parmentier notait par ailleurs un recul des classiques parmi les genres lus en bibliothèque, qu’il associait à une crise de la légitimité culturelle (Parmentier 1988). La littérature classique constitue pourtant le troisième « genre » le plus cité parmi les genres lus par le public de la bibliothèque enquêtée17 : elle y est donc autant plébiscitée qu’au niveau national et figure avant plusieurs autres genres plus sollicités par les Français18. Mais les emprunteur·se·s de la liseuse ne la comptent pas au nombre de leurs préférences : les textes littéraires classiques ne s’intègrent pas à leurs habitudes de lecture ni en bibliothèque ni en dehors. La bonne volonté culturelle des classes moyennes n’exclut pas la mise à distance de produits culturels légitimes parfois rejetés, comme le note Bernard Lahire avec l’exemple de Nadège, comme trop « intello », « snobs » (Lahire 2006). Surtout, les classiques demeurent associés à la prescription scolaire et à une littérature d’un autre temps : « peut-être plus de livres récents sur la liseuse » (homme, profession intermédiaire, 40-50 ans), « très bon choix de titres pour le 3e âge et les maisons de retraite » (femme, employée, 40-50 ans). À cet égard, les emprunteur·se·s de liseuses rejoignent la distance à l’égard des classiques que manifestent les bibliothécaires en les mettant peu en avant sur les présentoirs. Ils/elles témoignent ainsi des valeurs qu’ils/elles ont en commun avec eux/elles et qui les portent vers la nouveauté.

35Dans les cas où l’expérience de l’emprunt de liseuse a conduit à la lecture d’un ouvrage entier, les emprunteur·se·s étaient surtout les lecteur·ice·s de classes moyennes au profil culturel consonant à tendance plutôt légitime. C’est le cas de Mme E. que son ancienne profession d’enseignante rend plus réceptive à l’offre littéraire classique. Elle déclare avoir lu un livre « que je n’avais jamais lu dans ma jeunesse, Le Grand Meaulnes, et n’aurais sans doute pas lu si je ne l’avais pas pris dans la liseuse […] un livre que j’aurais dû lire quand j’avais 18 ans ou 16 ans […]. J’étais enseignante, j’aurais dû l’avoir lu, mais enfin bon (rire) ».

2.2.2. Le livre papier, une valeur symbolique supérieure

36La valeur symbolique du livre papier demeure très forte chez ces usager·ère·s tenté·e·s par la nouveauté. Elle est pour eux supérieure au numérique qui peine à se légitimer. Le livre papier constitue la référence à laquelle la liseuse est systématiquement rapportée. La lecture numérique sur liseuse mobilise les schémas durablement incorporés au cours des socialisations primaires et secondaires, associées au livre imprimé, qui ont précédé l’émergence du numérique et généré des manières de lire et de penser la lecture. De même que la pratique de la photographie dans les photo-clubs bourgeois gardait en ligne de mire la peinture et cherchait à s’en approprier la dignité (Castel & Schnapper 1965 : 144-172), les lecteurs et lectrices se réfèrent au livre papier pour se distancier d’un support numérique qu’ils perçoivent comme moins digne.

  • 19 L’expression « par corps » renvoie ici aux notions, employées par Pierre Bourdieu, d’ « apprentissa (...)
  • 20 Annette Béguin faisait une observation analogue sur les lectures à l’écran : « le corps virtuel se (...)

37C’est en faisant appel à des aspects sensoriels que beaucoup décrivent ce qu’ils ou elles considèrent comme un défaut du numérique par rapport au papier : la liseuse « ne remplace pas un livre : on aime toucher un livre, le caresser (s’il nous a plu), le plaisir de posséder un livre que l’on aime, envie de tourner les pages » (femme, autres données inconnues) ; « À une époque, mais c’est moins vrai aujourd’hui, j’aimais l’odeur du papier » (Mme M., 65 ans, psychologue retraitée). Le plaisir de la lecture apparaît intrinsèquement lié à l’engagement des sens et si le livre semble « parler au corps », la lecture sur papier s’apparente à une pratique « par corps »19, dont les gestes, incorporés, semblent plus naturels, quand la liseuse nécessite des essais, des recherches, et parfois une médiation. La déception de la lecture numérique pratiquée sur la liseuse mais pensée en référence à la lecture sur papier tient donc d’une lecture qui cherche à imiter la Lecture, à reproduire sur un support nouveau les gestes adaptés au papier20.

  • 21 Présentée précédemment dans la partie 1.2.1.

38De fait, les emprunteur·se·s traitent la liseuse comme un livre papier, de son emprunt à sa restitution. Au domicile, ils/elles la déposent le plus souvent avec la pile des livres empruntés : « sur le bord de la table de nuit par exemple ou l’accoudoir du fauteuil […] Et je l’ai considérée [la liseuse] tout à fait comme un livre » (Mme E.)21. S’ils/elles lui accordent une attention particulière liée au coût qu’engagerait une détérioration, les lieux et les moments dédiés à la lecture sont ceux du livre papier. Les rituels sont reproduits dès les premiers instants : utilisation du marque-page, grossissement à la loupe, surlignage, prise de notes, utilisation du dictionnaire…

2.2.3. De la bonne volonté, mais pas toujours les compétences

39La référence au livre papier se combine à un usage plus ou moins maîtrisé de la liseuse pour faire obstacle à son utilisation. Les manières de penser et de faire avec le livre papier persistent mais ne sont plus adaptées, engendrant un sentiment d’incompétence. Mme E., venue en entretien avec sa propre liseuse, décrit ses difficultés comme des caprices de l’appareil refusant d’afficher le clavier : « Alors ce que je comprends pas, c’est pour avoir le clavier. De temps en temps il apparaît, mais quand je veux qu’il apparaisse, il apparaît pas. Oui, mais voyez, c’est très doux. Moi je crois que je suis pas du tout faite pour le numérique, je tape là-dessus comme si… vous voyez, je la défonce ! (rire) » J’appuie à sa demande sur l’icône pour faire apparaître le clavier : « Alors, vous voyez, vous, vous avez la main magique, voilà, vous avez la main-écran (rire). » Ainsi l’absence de compétence doublée de la persistance de schémas inadéquats ne permet pas une utilisation sereine de l’appareil et conduit souvent, in fine, à l’abandon. Au moment des entretiens, Mme E. est d’ailleurs la seule des enquêtées à persister dans l’utilisation de l’outil : déterminée à parvenir à manipuler la liseuse, elle l’a empruntée deux fois et a fini par posséder la sienne.

Conclusion

40En conclusion, comprendre la lecture numérique sur liseuse en bibliothèque municipale telle qu’elle s’offre au moment de l’enquête, suppose de s’efforcer d’articuler différents niveaux d’analyse. Questionner les raisons pour lesquelles les agents empruntent une liseuse, leur(s) intérêt(s) ou désintérêt pour la forme de lecture qu’elle suppose, c’est-à-dire une lecture technique qui fait appel à des connaissances et des compétences nouvelles et en même temps expérimentale, c’est révéler des mécanismes invisibles qui participent de la construction de leur choix et qui dépendent de leur propre vision de la lecture. Fort·e·s lecteur·rice·s, caractérisé·e·s par leur bonne volonté culturelle, ils/elles ne correspondent pas forcément au public ciblé par les politiques publiques de la lecture qui cherchent avec le « numérique » à élargir la lecture, mais constituent pourtant bien celui que ce dispositif expérimental pouvait atteindre.

41L’articulation des différents niveaux d’analyse devient intéressante pour comprendre que, plus que des destins individuels, ce qui s’exprime à travers cet emprunt et ces usages de la liseuse, c’est finalement une manière d’être lecteur·rice, de penser et de pratiquer la lecture. En somme, c’est l’expression d’un habitus de lecteur·rice qui s’est construit tout au long d’une trajectoire ascendante, habitus fortement marqué par l’incorporation de normes et de valeurs et par une déférence envers la culture et l’institution culturelle. La bonne volonté culturelle ne suffit toutefois pas souvent à rendre la pratique heureuse et donc à permettre son maintien, faute de compétences, qui renvoient moins à des dispositions de classe qu’à un effet générationnel. D’un attrait pour la nouveauté et d’une adhésion confiante à un service proposé par une institution culturelle reconnue, à l’abandon d’une pratique qui semble ne pas pouvoir procurer tout le plaisir de la lecture sur papier, l’enquête montre toute l’ambivalence de classes moyennes à la fois dociles, curieuses, enchantées mais aussi déçues, convaincues que la liseuse n’est pas pour elles. Cherchant à conquérir une technicité qui semble annihiler l’investissement culturel et scolaire consenti pour leur ascension et l’accès à leur position sociale, elles peinent le plus souvent à s’approprier l’outil, faute d’en acquérir un maniement aisé, et se retranchent dans l’affirmation d’une valeur symbolique du livre papier que le livre numérique n’atteindrait jamais. À la seule exception d’une enquêtée (Mme E.), qui, motivée par un projet de mobilité (une croisière), acquiert une liseuse, l’expérience de la lecture numérique ne conquiert donc pas celles et ceux qui l’ont tentée, sans pour autant qu’ils/elles excluent toute possibilité future de réitérer l’essai.

Haut de page

Bibliographie

Béguin Annette (2001). « Le corps dans les lectures à l’écran ». Spirale. Revue de recherches en éducation, 28 : 145-162.

Bertrand Anne-Marie (2006). « L’éternel retard ». Bulletin des bibliothèques de France, numéro hors-série « Regards sur un demi-siècle. Cinquantenaire du Bulletin des bibliothèques de France » : 113-134.

Borges Jorge Luis (1952) [1941]. « La bibliothèque de Babel ». Fictions. Traduit de l’espagnol par Roger Caillois, Nestor Ibarra, Paul Verdevoye. Paris, Gallimard.

Bourdieu Pierre (1979). La Distinction : critique sociale du jugement. Paris, Minuit.

Bourdieu Pierre (1980). « La croyance et le corps ». In Le Sens pratique. Paris, Minuit : 111-134.

Bourdieu Pierre (1997). « La connaissance par corps ». In Méditations pascaliennes. Paris, Seuil : 187-234.

Castel Robert & Schnapper Dominique (1965). « Ambition esthétique et aspirations sociales ». In Bourdieu Pierre (dir.). Un art moyen. Essai sur les usages sociaux de la photographie. Paris, Minuit : 144-172.

Coulangeon Philippe (2011). Les Métamorphoses de la distinction. Inégalités culturelles dans la France d’aujourd’hui. Paris, Grasset.

Doga Marie & Zerbib Olivier (2016). « Le livre numérique en bibliothèques, entre absences et attentions. Études des formes de rematérialisation d’offres réputées immatérielles ». Revue de l’Enssib, 4.

Eco Umberto (1982) [1980]. Le Nom de la rose. Traduit de l’italien par Jean-Noël Schifano. Paris, Grasset.

Faure Sylvia (2000). Apprendre par corps. Socio-anthropologie des techniques de danse. Paris, La Dispute.

Goffman Erving (1973) [1959]. La Mise en scène de la vie quotidienne. Tome 1, La présentation de soi. Traduit de l’anglais par Alain Accardo. Paris, Minuit.

Kellner Stéphanie (2017a). « Le numérique en bibliothèque municipale. L’emprunt de la liseuse : de l’accès à la lecture au recours à la médiation ». In Fries-Paiola Cécile, Gothuey Julie, Kessler-Bilthauer Déborah, Panisset Thierry, Reinert Estelle (dir). Étudier la culture aujourd’hui. Enjeux identitaires, numériques, artistiques et spatiaux d’un objet de recherche pluriel. Nancy, Presses universitaires de Lorraine.

Kellner Stéphanie (2017b). « En attendant les digital natives. Les publics et pratiques du numérique en bibliothèque municipale saisis par des méthodes d’enquête traditionnelles ». In Barraband Mathilde, Bellemare Ariane, Grenier Mélanie (dir.). Publics de la culture : perspectives croisées sur la réception et la médiation : actes de colloque. Laboratoire de recherche sur les publics de la culture, Érudit.org. [Consulté le 17 juillet 2020.]

Lahire Bernard (2004). « Profils culturels dissonants dans les classes moyennes ». In Lahire Bernard (dir.). La Culture des individus. Dissonances culturelles et distinction de soi. Paris, La Découverte : 294-358.

Lallement Emmanuelle & Winkin Yves (2015). « Quand l’anthropologie des mondes contemporains remonte le moral de l’anthropologie de la communication ». Communiquer, 13 : 107-122.

Mannoni Octave (1969). « Je sais bien, mais quand même… ». In Mannoni Octave (dir.). Clefs pour l’imaginaire ou l’autre scène. Paris, Seuil : 9-33.

Parmentier Patrick (1988). « Lecteurs en tous genres ». In Poulain Martine (dir.). Pour une sociologie de la lecture, lectures et lecteurs dans la France contemporaine. Paris, Le Cercle de la librairie : 125-152.

Passeron Jean-Claude (1982). « Images en bibliothèque, images de bibliothèque ». Bulletin des bibliothèques de France, 27 : 69-83.

Passeron Jean-Claude & Grumbach Michel (1985). L’Œil à la page. Enquête sur les images et les bibliothèques. Paris, Bibliothèque publique d’information.

Pedler Emmanuel & Zerbib Olivier (2001). Les Nouvelles Technologies à l’épreuve des bibliothèques. Usages d’internet et des cédéroms. Paris, Bibliothèque publique d’information.

Rabot Cécile (2011). Le Choix des bibliothécaires ou la fabrication des valeurs littéraires en bibliothèque de lecture publique. Thèse de doctorat en littérature française et sociologie. Paris, Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle.

Roselli Mariangela & Perrenoud Marc (2010). Du lecteur à l’usager. Ethnographie d’une bibliothèque universitaire. Toulouse, Presses universitaires du Mirail.

Wacquant Loïc (2002). Corps et âme. Carnets ethnographiques d’un apprenti boxeur. Paris, Agone.

Zerbib Olivier (2014). « Le livre numérique, une offre documentaire en voie d’apparition. Interrogations, anticipations et innovations dans les bibliothèques publiques de l’Isère ». Études de communication, 43 : 92-93.

Haut de page

Notes

1 Par exemple, le programme incitatif « bibliothèque numérique de référence » créé en 2010 (dans lequel n’entre pas la bibliothèque étudiée) a en outre comme objectif d’atteindre de nouveaux publics.

2 La bibliothèque numérique se présente, en termes de types de documents, selon une structure quasi analogue à la bibliothèque « physique » avec livres, presse et magazines, musique, vidéo, autoformation et des contenus pour la jeunesse.

3 Une première expérience échoue en 2012 avec des liseuses Bookeen en raison d’offres à destination des bibliothèques non satisfaisantes.

4 Enquête du ministère de la Culture et de la Communication sur les « Publics et usages des bibliothèques en 2016 » : 47. [Consulté le 25 juillet 2019.]

5 Stéphanie Kellner, Le Numérique en médiathèque. Entre mythes et réalités. Thèse soutenue le 13 mars 2020.

6 La restriction de l’âge et la limitation à un seul emprunt de la liseuse n’ont pas été strictement appliquées. Toutefois, très peu d’usager·ère·s ont emprunté la liseuse deux fois, et très peu avaient moins de dix-huit ans.

7 Par exemple, le flou législatif autour du prêt numérique en bibliothèque et la contrainte de l’accès aux livres numériques due aux Droits de reproduction mécanique (DRM). À noter que le dispositif « Prêt umérique en bibliothèque » (PNB) est lancé plus tard, en 2014 (la bibliothèque étudiée n’y entre pas).

8 Cécile Rabot propose quatre modèles idéal-typiques du métier de bibliothécaire, auxquels peuvent être associés des types d’offres : A-conservateurs/collectionneurs (modèle plus disposé à porter une offre littéraire classique) ; B-pédagogues/militants ; C-découvreurs/passeurs (modèle qui porte le dispositif de la liseuse) ; D-suivistes/vendeurs.

9 Depuis La Distinction (Bourdieu 1979) de nombreuses enquêtes ont sur ce point contribué à démontrer le poids des hiérarchies culturelles. On pense ici par exemple aux travaux de Gérard Mauger, Bernard Lahire, Philippe Coulangeon et Wenceslas Lizé.

10 Douze BMVR ont été créées en France dans le cadre d’un dispositif particulier mis en place par l’État de 1992 à 1997. Celui-ci ouvrait droit à des financements pour équiper des communes dont les bibliothèques municipales pouvaient répondre à des critères spécifiques en termes de volume de collection, de taille et de formation professionnelle, dans le but de renforcer le maillage territorial à partir des capitales régionales.

11 Ces données sont recueillies par la bibliothèque au moment de la première inscription et ne sont pas mises à jour ni davantage précisées (Kellner 2017a). Un flou demeure donc sur les emplois exercés, la part que représentent les retraité·e·s et la profession qu’ils/elles ont exercée. Le questionnaire ne permet pas de compléter car les individus ayant emprunté une liseuse ne représentent qu’1,3 % des répondant·e·s (N = 1985).

12 Les auteurs proposent d’affiner le regard porté sur les pratiques culturelles en se penchant sur les lois qui en déterminent l’intensité. Ils font émerger de l’enquête une typologique de publics qui se distinguent par la variation et l’intensité de leurs usages, et dont les deux figures idéaltypiques extrêmes de cette typologie sont les passagers (qui passent seulement pour emprunter et restituer des documents) et les séjourneurs (qui restent et passent du temps sur place).

13 Les BIBAS sont des agents de catégorie B de la fonction publique, dont le statut est encadré par le décret n° 2011-1140 du 21 septembre 2011 qui précise que leur sont confiées des tâches dans le domaine du traitement et de la conservation des collections, d’accueil du public, et d’encadrement des personnels en charge du magasinage. Le poste est accessible par voie de concours de la fonction publique aux titulaires d’un diplôme de niveau IV, mais peut aussi être occupé par des contractuel·le·s.

14 L’autrice revient, dans une perspective sociohistorique, sur ce qu’elle appelle la « rhétorique du retard » dans les discours institutionnels et professionnels et précise : « Ainsi, la rhétorique du retard conserve une certaine vitalité, toujours dans l’optique de légitimer les efforts attendus. Quelle que soit la situation objective, factuelle, statistique, on est toujours le retardataire de quelqu’un ».

15 Le PNB est un dispositif interprofessionnel incluant bibliothécaires, éditeur·rice·s et libraires, et sociétés informatiques. Il a été lancé en 2014 sous l’égide du ministère de la Culture, afin de favoriser la diffusion d’une offre de lecture numérique par les bibliothèques publiques.

16 L’enquête par questionnaire ne comprenait pas cette variable qui s’est révélée lors des entretiens semi-directifs.

17 35 % des usager·ère·s déclarent avoir lu des œuvres de la littérature classique au cours des douze derniers mois, ce qui place ce genre derrière les romans autres que policiers (60 %) et les romans policiers (47 %).

18 Voir ici l’enquête menée par Ipsos pour le Centre national du livre « Les Français et la lecture en 2017 ». Le sondage fait apparaître que, pour un taux sensiblement identique (34 %), la littérature classique ne fait pas partie des trois genres les plus lus par les français (p. 13).

19 L’expression « par corps » renvoie ici aux notions, employées par Pierre Bourdieu, d’ « apprentissage par corps » (1980 : 123) et de « connaissance par corps » (1997 : 197), qu’il explorait déjà avec celle du « corps cultivé » des femmes bourgeoises (1979 : 443). Les pratiques « par corps » ne sont pas des actes intentionnels mais reflètent l’extériorisation de régularités incorporées devenues dispositions durables (1997 : 197). Le « corps lecteur » exprime alors tout autant des schèmes de pensée que d’action incorporés et lire « par corps » sur la liseuse, c’est reproduire des régularités connues de la lecture papier sur l’appareil électronique. Aussi, Loïc Wacquant et Sylvia Faure précisent, dans le cas de la boxe (Wacquant 2002) et de la danse (Faure 2000), que ces régularités résultent d’un apprentissage, en montrant les mécanismes du processus d’incorporation de la pratique.

20 Annette Béguin faisait une observation analogue sur les lectures à l’écran : « le corps virtuel se projette dans le dispositif à l’écran avec les schèmes moteurs de la lecture de livre qu’il a déjà intégrés… » (Béguin 2001 : 149)

21 Présentée précédemment dans la partie 1.2.1.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Kit de prêt de liseuse
Légende Kit de prêt de liseuse empruntable à la bibliothèque municipale Marguerite Renaudat de la commune de Saint-Germain-du-Puy
Crédits © Bibliothèque municipale Marguerite Renaudat
URL http://journals.openedition.org/bssg/docannexe/image/482/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 375k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphanie Kellner, « Lire des classiques sur liseuse en bibliothèque municipale »Biens Symboliques / Symbolic Goods [En ligne], 7 | 2020, mis en ligne le 20 novembre 2020, consulté le 18 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/bssg/482 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bssg.482

Haut de page

Auteur

Stéphanie Kellner

Université de Rouen Normandie/Dynamiques sociales contemporaines (Dysolab)

Haut de page

Droits d’auteur

Biens Symboliques / Symbolic Goods

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search