Navigation – Plan du site

AccueilNuméros7Dossier« Moi, il me faut du papier »

Dossier

« Moi, il me faut du papier »

Analyse d’une difficile et inégale conversion des lecteurs et lectrices de romans au numérique
“Me—I Need Paper.” Analysis of Novel Readers’ Difficult and Unequal Adoption of the Digital Format
«A mí me hace falta el papel.» Análisis de una conversión difícil y desigual de lectores y lectoras de novelas a formato digital
Emmanuelle Guittet
Traduction(s) :
“Me—I Need Paper” [en]

Résumés

L’article interroge conjointement, chez les lecteur·rice·s de romans, les pratiques effectives de lecture numérique et les représentations qui y sont associées, en les mettant en lien avec leur « carrière » de lecteur·rice·s. Il s’appuie sur une enquête qualitative par entretiens (trente-six) menés avec des lecteurs et lectrices de romans. Il présente d’abord les représentations positives associées à la lecture sur liseuse, dont la praticité potentielle est appréciée. Il analyse ensuite les freins au développement de la lecture numérique que peuvent constituer l’attachement à la lecture sur papier, le besoin de posséder et le désir d’exposer les livres. Enfin, l’article étudie les pratiques effectives de lecture sur liseuse et met au jour les déterminismes sociaux expliquant que la structure des pratiques de lecture ne soit pas renouvelée par le recours au numérique, et donc que l’ensemble du lectorat ne soit pas concerné par ces nouvelles pratiques de lecture.

Haut de page

Texte intégral

Fig. 1. Jeune fille au livre, Maurice Estève (1904-2001)

Fig. 1. Jeune fille au livre, Maurice Estève (1904-2001)

© Ville de Bourges, Adagp

1Qualifiée de troisième révolution du livre, la lecture numérique a attiré l’attention des chercheur·e·s sur la matérialité du livre (Chartier & Cavallo 2001). Auparavant, le « règne du papier » rendait difficile de se représenter le livre comme un objet matériel (Melot 2014), et ce malgré une histoire du livre marquée par les évolutions techniques (Barbier 2013). Dernière en date de ces innovations, le livre numérique implique une rupture avec les modalités traditionnelles de l’expérience de lecture au format papier, puisqu’il vient d’une part renouveler les éléments de paratexte avec lesquels les lecteur·rice·s sont familiarisé·e·s (Genette 2002) et, d’autre part, créer un nouveau type d’interaction entre les lecteur·rice·s et les œuvres, par le biais de l’écran (Van Cuyck & Belisle 2004).

2Le livre numérique apparait dans un contexte particulier, marqué par trois phénomènes : une perte d’appétence généralisée pour la lecture – Olivier Donnat explique comment le degré d’engagement pour la lecture diminue au sein d’une génération par rapport à la précédente au même âge –, la dévaluation des formes littéraires et artistiques par laquelle la valeur symbolique du livre diminue (Lahire 2011), au profit (et il s’agit de notre troisième point) de nouvelles pratiques audiovisuelles et numériques (Donnat 2009). L’essor de ces nouvelles pratiques dans les loisirs des Français peut expliquer les espoirs ayant accompagné le développement de la lecture numérique, située au carrefour entre cette pratique culturelle distinctive qu’est la lecture de romans et les pratiques numériques. Le livre numérique serait l’outil à même de ramener les lecteur·rice·s, et notamment les jeunes – a priori plus technophiles que leurs aîné·e·s –, vers la lecture.

3Les données à notre disposition à cet égard font notamment état d’une prévalence du livre papier sur le format numérique puisqu’en moyenne 68 % des lecteur·rice·s lisent exclusivement au format papier contre 1 % exclusivement au format numérique (Vincent Gérard et Poncet pour Ipsos et le CNL 2019). Malgré les espoirs et inquiétudes qu’elles peuvent susciter (Bélisle 2004), ces mutations technologiques ne semblent donc pas s’être accompagnées d’un engouement de la part du lectorat.

4Les situations vis-à-vis de la lecture numérique sont très contrastées selon les secteurs éditoriaux : celui de l’information technique et scientifique notamment est le plus développé en termes de production, de commercialisation et d’usages (Robin 2016). La lecture de romans, sur laquelle cet article se concentre, est un angle particulièrement intéressant pour analyser la réception du livre numérique. En effet, selon la même étude, 74 % des livres lus sont des romans, qui sont par ailleurs les livres les plus généralement lus dans leur intégralité, en opposition aux livres pratiques par exemple (Ipsos/CNL 2019). La littérature représente donc une grande part du marché éditorial : 24 % des exemplaires de livres vendus en 2016-2017 selon les données produites par le service du livre et de la lecture de l’Observatoire du livre (2018). La littérature est par ailleurs une catégorie dont le passage du papier au numérique altère peu le contenu, contrairement aux manuels scolaires par exemple (Gossin 2004) ; on pourrait donc imaginer que la lecture numérique serait moins déstabilisante pour des lecteur·rice·s réticent·e·s au numérique, lorsqu’il s’agit de littérature. Enfin, il nous semble que la lecture de littérature – en raison de son caractère fortement légitime au sein des pratiques culturelles – rend particulièrement probable un rapport à la matérialité du livre différent de celui qui pourrait être observé pour la lecture d’autres types d’ouvrages.

5La réception des œuvres littéraires ne peut se soustraire de leur support. Ainsi il nous semble primordial, afin de produire une connaissance plus fine des pratiques de lecture, de nous attacher à comprendre les mécanismes qui régissent l’adoption ou le rejet de la lecture numérique. En revanche, et comme le rappellent Roger Chartier et Guglielmo Cavallo, les livres sont « maniés diversement par des lecteurs de chair et d’os dont les façons de lire varient selon les temps, les lieux et les milieux  » (2001). Il s’agit donc pour nous de proposer une approche de la lecture numérique sous l’angle des usages qui en découlent, en accordant une grande importance aux trajectoires des lecteur·rice·s, à la place que trouve la lecture numérique dans leurs représentations du livre ainsi qu’à la manière dont celle-ci s’intègre à l’ensemble de leurs pratiques de lecture, dans la lignée des travaux de Mauger, Poliak et Pudal (2010).

  • 1 Lorsque la lecture numérique sera évoquée dans cet article, il s’agira de lecture s’effectuant sur (...)

6Cet article a donc pour objectif d’interroger et de mettre en relation les représentations associées à la lecture numérique1 par les lecteur·rice·s et les pratiques effectives qui en découlent, de façon à comprendre notamment pourquoi, alors que la lecture numérique semble avoir connu un plus grand essor dans d’autres pays et dans d’autres secteurs éditoriaux, elle peine à se développer chez les lecteur·rice·s de romans.

Les données sur lesquelles repose cet article ont été produites dans le cadre d’une recherche doctorale portant sur la lecture de romans et les usages de la prescription littéraire. Bien que non spécifiquement structurée autour de la question de la lecture numérique, elle a néanmoins permis, puisqu’il s’agissait d’étudier les pratiques de lecture de romans dans leur ensemble, de mettre au jour les représentations associées à cette dernière ainsi que les pratiques effectives qui en découlent.
Les lecteur·rice·s interrogé·e·s sont âgé·e·s de dix-huit à soixante-cinq ans, résident à Paris ou en banlieue proche, ont lu au moins un roman au cours des douze derniers mois et sont actif·ve·s (les lecteur·rice·s inactif·ve·s n’ayant pas été interrogé·e·s en raison du plus grand temps libre dont ils/elles disposent et qui peut avoir une incidence sur leurs stratégies d’élection des livres). Pour les atteindre, quatre cent cinquante-sept questionnaires ont été administrés dans un premier temps via des canaux diversifiés : devant des librairies et des bibliothèques (13e et 5e arrondissement de Paris), au sein de réseaux personnels où ils ont été diffusés par effet boule de neige en version papier et en ligne (et avec une population touchée particulièrement hétérogène), au Salon du Livre de Paris, ainsi que sur des blogs de lecteur·rice·s et des forums en ligne. Un regard à la composition sociale de l’échantillon indique une nette prédominance des lecteur·rice·s appartenant à la catégorie des cadres et professions intellectuelles supérieures (42 %) par rapport aux autres catégories (12 % de professions intermédiaires, 24 % d’employé·e·s, 19 % d’étudiant·e·s et moins de 2 % pour les ouvrier·ère·s et les artisan·ne·s, commerçant·e·s et chef·fe·s d’entreprise), ce qui s’explique d’une part par leur nombre à Paris (27,1 % selon les données produites par l’Insee en 2008, ce qui en fait le groupe des PCS le plus représenté à Paris) et d’autre part par une répartition sociale des pratiques de lecture très favorable à la catégorie des cadres et qui peut expliquer leur prévalence dans l’échantillon. Suivant la même logique, 44 % des lecteur·rice·s de l’échantillon sont titulaires d’un bac+5 ou plus, 37 % d’une licence et 14 % d’un baccalauréat. Plus de femmes (68 %) ont également été interrogées, en cohérence avec les données existantes sur la féminisation de la lecture, et de la lecture de fiction (Donnat 2009). Enfin, l’enquête s’est intéressée à l’ensemble du lectorat de romans, et ce quelle que soit la fréquence de lecture des enquêté·e·s : autant de grand·e·s lecteur·rice·s (lisant plus de vingt romans par an) ont été interrogé·e·s que de lecteur·rice·s moyen·ne·s (entre dix et dix-neuf) et de faibles lecteur·rice·s (entre un et neuf), selon les catégories mobilisées dans les enquêtes sur les « pratiques culturelles des Français » du Département des études, de la prospective et des statistiques (Deps) du ministère de la Culture.
Trente-six entretiens semi-directifs ont été conduits dans un second temps, en recrutant les enquêté·e·s parmi les répondant·e·s au questionnaire, et en se rapprochant de la même répartition par sexe, PCS et fréquence de lecture que pour les questionnaires. Ce sont les entretiens qui seront principalement mobilisés dans cet article.

1. Un attrait initial pour la praticité du numérique relativement répandu

7Il s’agit dans un premier temps de se pencher sur les attraits du numérique tels qu’ils sont perçus par les lecteur·rice·s de romans de notre échantillon, car il s’agit de représentations qui en conditionnent l’accès. La grande majorité des lecteur·rice·s interrogé·e·s au sujet de la lecture de romans sur liseuse – qu’ils/elles aient ou non une pratique effective ou envisagée de lecture numérique – partagent une certaine croyance en les qualités, notamment d’ordre pratique, du numérique. En effet, même des lecteurs et lectrices opposé·e·s à la lecture numérique reconnaissent les avantages potentiels d’une pratique qu’ils/elles décrient pourtant par ailleurs.

« Moi, il me faut du papier, parce qu’on est déjà toute la journée sur écran, parce que le livre, tu l’emportes partout, ça a pas besoin de piles, ça n’use rien. T’uses pas tes yeux, moi là-dessus, heu… ça m’attire pas du tout. Après c’est vrai que si tu prends un livre, celui que t’as, ben il te plaît pas, ben tant pis. Alors que le système de liseuses, ben j’imagine que tu peux en télécharger un autre et le prendre quoi. C’est le pratique en fait qui fait que ça peut être bien et puis même les bouquins, c’est très lourd, ça a un poids incommensurable, mais c’est beau quoi  ! » (Pascale, F, 58, employée, secrétaire, BEP, père maçon, mère femme au foyer, faible lectrice.)

8Un certain nombre de caractéristiques jugées utiles et pratiques reviennent régulièrement dans les discours des enquêté·e·s au sujet des liseuses, et ce qu’ils/elles en utilisent ou non. Tout d’abord, la question du poids et de la place prise par les livres au sein du foyer ou pendant le temps de transport revient très fréquemment, particulièrement chez les grand·e·s lecteur·rice·s qui semblent plus concerné·e·s que les autres par ce problème matériel. On voit notamment dans les propos de Pascale comment, bien qu’insuffisante pour engager une pratique effective, la question du poids fait partie intégrante de l’image positive véhiculée par la liseuse, tout comme la possibilité d’avoir plusieurs livres sur soi et donc de passer facilement d’un livre à un autre. Ici, la liseuse apparaît comme à même de déjouer les risques de l’incertitude liée à la qualité des biens symboliques (Karpik 2007), puisqu’une lecture jugée mauvaise pourra être facilement mise de côté au profit d’une autre.

9On observe également une saisonnalité dans l’usage de la liseuse, puisque les périodes de vacances sont associées au transport d’un plus grand nombre de livres. Bien que le risque d’endommager l’appareil (par le sable ou l’eau par exemple), d’une perte ou d’un vol soient des facteurs fréquemment évoqués par les lecteur·rice·s, l’attrait que représente la possibilité de porter un grand nombre de livres avec soi reste prépondérant dans les discours.

  • 2 41 % des acheteur·se·s ayant entre 18 à 29 ans, 34,3 % entre 30 et 49 ans.

10D’autre part, la révolution numérique a provoqué, y compris pour le livre papier, des mutations dans les modes d’approvisionnement en livres. L’apparition de nouveaux acteurs – les librairies en ligne, dont la plupart sont en réalité des plateformes de vente en ligne – est venue concurrencer le marché traditionnel du livre. Selon Vincent Chabault, la population achetant en ligne est composée à 60,3 % de femmes, d’une majorité de jeunes2, à plus de 27 % de Parisien·ne·s (ce qui peut sembler paradoxal en raison de la forte concentration parisienne en équipements culturels, mais s’explique par le profil plus fortement doté en capital scolaire et plus consommateur de biens culturels que le reste de la population), et trois PCS sont surreprésentées : les cadres et professions intellectuelles supérieures, les professions intermédiaires, et les étudiant·e·s (c’est-à-dire les trois PCS dont les membres sont les plus dotés en capital scolaire) (Chabault 2013). Il s’agit donc principalement de diplômé·e·s urbain·e·s et actif·ve·s, vivant en région parisienne ou d’autres grandes villes de France. Il revient également sur les motivations poussant les lecteur·rice·s à se procurer des livres en ligne : la (re)connexion au marché du livre (en cas d’éloignement), l’accès à une offre exhaustive et étrangère, le confort d’achat (ne pas se déplacer, gagner du temps), la possibilité pour les lecteur·rice·s d’adopter un comportement fondé sur la rationalité économique (chercher les meilleurs prix), et enfin l’accès à des services personnalisés (comme les emballages cadeaux). Ce qu’on constate dans l’ensemble des cas, c’est que ce qui distingue l’achat de livres en ligne des autres modes d’approvisionnement, est la promesse de libérer les lecteur·rice·s de l’ensemble des contraintes pesant sur l’achat de livres : horaires, déplacement, difficulté à trouver les livres souhaités, etc. Que ces promesses soient remplies ou non, cela nous permet de comprendre que pour les lecteur·rice·s de notre échantillon, bien que disposant à Paris d’une multitude de lieux où effectuer leurs achats, couplés à une multitude d’outils en librairies indépendantes ou chez les grands distributeurs de produits culturels pour parvenir à trouver le livre de leurs choix, l’achat en ligne se présente comme le mode d’approvisionnement le plus libéré de toutes contraintes — 41 % des répondant·e·s affirment qu’il leur arrive d’acheter des livres (tous formats) en ligne. Bien que le constat ne concerne pas spécifiquement le livre numérique, ce dernier est particulièrement touché par ces mutations du marché du livre puisqu’il est tributaire du téléchargement en ligne.

11Ce mode d’approvisionnement vient par ailleurs libérer les lecteur·rice·s du regard du libraire, ou de celui d’autres client·e·s – tels que ces regards, véritablement méprisants ou non, sont ressentis. Cet aspect est principalement évoqué par les lecteur·rice·s d’une littérature de « genre » comme une contrainte les poussant à éviter les librairies et autres grands distributeurs de produits culturels :

  • 3 Collection de romans appartenant au genre de la romance historique, publiée par J’ai lu.

« Sur Amazon, c’est vrai que c’est simple quoi, t’as accès à un catalogue qui est juste immense, heu… T’as des frais de port à 1 centime à cause de la loi débile qui est passée, parce que le problème, quand tu vas dans une librairie, c’est que, surtout à l’époque où je lisais de la fantasy urbaine, déjà les gens ils te regardaient, genre qu’est-ce que c’est que ça  ? , alors pour peu que tu tombes sur un libraire un peu élitiste : “ah ben ça, ce n’est pas des vrais romans, ou je me souviens d’une fois où j’avais demandé des Aventure et passions3, donc ça en effet on ne les trouve que dans ce qui est les [hypermarchés] Carrefour, les Leclerc et tout ça, et moi au début je savais pas et j’ai demandé à un vendeur de la Fnac et il m’a répondu : “non, ici on vend des vrais livres.”
Et moi ce genre d’élitisme à la con… Parce qu’en effet y’a beaucoup de gens, quand tu leur montres ce genre de bouquins, pour eux tu lis pas, quoi. Et ça m’énerve, je suis désolée, il n’y a pas une lecture mieux qu’une autre, et sur Amazon tu ne te confrontes pas à ce jugement vu que t’es sur un site Internet. Tu achètes dès que tu veux, même à 23 h si tu veux acheter un livre, ben Amazon c’est ouvert, et y’a personne qui te regarde en caisse : “ah vous avez acheté ça, hum.” »
(Émilie, F, 31 ans, employée, agent d’exploitation informatique, licence d’archéologie, père cadre commercial, mère enseignante spécialisée, grande lectrice.)

  • 4 Le même argument étant mobilisé pour les livres au format papier et pour les livres numériques.

12Bien que cette posture ne soit pas la plus répandue parmi les lecteur·rice·s interrogé·e·s – la plupart faisant preuve de bonne volonté culturelle, y compris lorsque leurs lectures ne sont pas les plus légitimes (Bourdieu 1979a) –, cet extrait d’entretien apporte un éclairage sur un certain type de violence symbolique pouvant être subi au moment de l’achat par les lecteur·rice·s de «  genre » et nous renseigne sur d’autres types de motivations pouvant favoriser le numérique quant à l’accès aux livres4. L’achat en ligne permet une anonymisation ressentie (bien que paradoxale au vu des données dont disposent les sites marchands au sujet des consommateur·rice·s), l’absence d’interaction avec des professionnel·le·s du livre permettant aux lecteur·rice·s d’éviter de s’exposer à des jugements portés sur leurs lectures. Si l’exemple d’Émilie est rare dans l’échantillon, au titre de l’intensité de la violence symbolique relatée, d’autres attitudes d’opposition sont fréquentes vis-à-vis des professionnel·le·s de la prescription et du livre, et de nombreux·ses lecteur·rice·s évoquent un refus de se rendre en librairie. À ce sujet, il est possible d’émettre l’hypothèse que ce cas de figure concerne un grand nombre de lecteur·rice·s, et sans doute ceux/celles qui sont les plus difficiles à intégrer à une enquête de ce type, justement parce qu’ils/elles naviguent hors des réseaux du livre traditionnels. La possibilité de ne pas être confronté au regard de l’autre au moment de l’achat trouve d’ailleurs son prolongement dans celle de pouvoir lire dans les lieux publics sans que quiconque puisse savoir ce qui est lu, ce qui n’est pas sans rappeler la pratique plus ancienne de l’apposition de jaquettes sur les livres papier.

13La gratuité de certaines œuvres tombées dans le domaine public est un autre attrait revenant dans la plupart des discours recueillis. En effet, la possibilité de télécharger gratuitement un très grand nombre d’œuvres littéraires classiques francophones ou traduites vient bouleverser un marché ordinairement régulé par le prix unique du livre. Qu’ils y aient recours ou non, il s’agit, pour l’ensemble des lecteur·rice·s interrogé·e·s, d’un argument incontestable en faveur de la lecture numérique.

14Pour des lecteur·rice·s en langue étrangère ou d’œuvres peu ou mal diffusées en librairies, la liseuse est également perçue comme avantageuse en raison du téléchargement rendu possible d’œuvres difficiles à se procurer autrement, qui plus est sans délais de livraison. De nombreux·ses enquêté·e·s évoquent l’immédiateté de l’accès au livre permis par la liseuse, ce qui, dans la plupart des discours, apparaît comme un des avantages principaux de ce support.

15Enfin, si de nombreux·ses enquêté·e·s mentionnent leur embarras devant l’impossibilité de prêter des livres numériques, d’autres (plus technophiles certainement) évoquent à l’inverse les multiples possibilités de s’échanger les fichiers numériques (qu’il s’agisse de se les envoyer ou d’exploiter les possibilités de connexion entre les appareils, comme c’est le cas de la Kindle d’Amazon).

16Avec le numérique, la lecture s’enrichit de nouvelles possibilités, dont les lecteur·rice·s interrogé·e·s se saisissent plus ou moins, bien que leurs représentations vis-à-vis de la praticité de la liseuse soient majoritairement positives. À l’instar de Paul Gaudric, Gérard Mauger et Xavier Zunigo, qui relèvent chez les lecteurs et lectrices des représentations positives associées à « l’immédiateté de l’accès aux biens culturels », à l’économie d’espace permise par la dématérialisation culturelle, ou encore à la capacité de stockage des liseuses associée à un faible poids (2016), j’ai donc pu relever au sein de mon échantillon un ensemble de discours très positifs portés sur la lecture numérique.

2. Des formes d’attachement à l’objet-livre

17Néanmoins, et malgré cette unanimité des discours vis-à-vis de la praticité des liseuses, la lecture numérique rencontre un certain nombre de freins qui limitent son développement chez les lecteur·rice·s de romans.

2.1. Un attachement sensoriel à la lecture papier

18Les publics du livre présentent, en comparaison avec les publics d’autres médias, un attachement particulier à l’objet, qui ressort constamment des propos recueillis. Ceci tient à la sacralisation d’une pratique rejaillissant sur son support (et vice versa), et l’on peut observer ces rapports très enthousiastes à la lecture sur papier chez un grand nombre de lecteur·rice·s présentant pourtant des caractéristiques distinctes. Les enquêté·e·s évoquent en effet spontanément et fréquemment le livre en tant qu’objet tout d’abord, puis en tant qu’objet donnant lieu à une expérience spécifique. Ce sont alors les sens qui sont invoqués : la vue évidemment, celle d’un bel objet, mais également l’odorat – combien de lecteur·rice·s mettent en avant l’odeur des livres comme preuve de la supériorité de l’expérience de lecture papier sur le numérique  ? – l’ouïe avec le bruit des pages qui tournent et enfin le toucher des pages et les distinctions opérées à ce titre entre différentes qualités de papier. Les sens sont ainsi particulièrement mis en avant lorsqu’il s’agit de défendre le livre papier, bien souvent avec passion et véhémence. Si la vue et le toucher permettent déjà d’opérer des distinctions au sein de l’offre éditoriale (entre les maisons d’éditions, les couvertures, les formats, etc.), l’odorat et l’ouïe semblent être associés à des sensations propres à l’expérience de lecture en général, ainsi qu’à des lieux du livre (bibliothèques et librairies), et s’accompagnent, dans les propos recueillis, de soupirs d’extase à l’évocation de toutes ces odeurs, de tous ces bruits, ce qui achève d’ancrer résolument la lecture de livres papier dans une approche sensuelle de la pratique.

« Je veux garder le papier  ! Je suis absolument contre, je vois bien l’intérêt, mais si tu veux, l’objet… j’ai plein de gens autour de moi qui en ont, mais tu… je pense que tu perds un truc qui fait partie de toute l’expérience de lire un bouquin, qui est le rapport à la page, au bruit, au froissement, une espèce de geste également ou une attention que tu dois avoir vis-à-vis du bouquin. C’est rigolo parce que moi, quand je lis mes bouquins, j’y fais attention, ils restent généralement… J’essaie de les garder presque aussi immaculés que je les ai eus, quoi. Les bouquins de ma copine, ils sont froissés, elle défonce les bouquins. Moi, tu vois, j’essaie d’y faire attention et je pense que préserver l’état du bouquin, ça fait partie de ma manière de lire et de mon expérience de lecture.  » (Alexandre, H, 28 ans, cadre, consultant en stratégie, bac+5, père directeur d’établissements scolaires, mère institutrice spécialisée, grand lecteur.)

19Alexandre évoque ici l’ensemble de cette expérience sensorielle et la met en lien avec le statut particulier qu’il accorde au livre et à la lecture. Le soin apporté à ses livres, l’importance de les conserver «  immaculés », montrent également le rapport au sacré entretenu avec ces livres qui, si leur matérialité est mise en avant, sont loin d’être de simples objets.

« L’expérience de lire… C’est pour ça que je peux pas lire sur des liseuses électroniques. J’ai beaucoup de mal, c’est qu’il y a… C’est vraiment une expérience entre le livre et le lecteur, un vécu physique, c’est pas seulement des mots sur du papier et… C’est vraiment difficile à expliquer. C’est vrai que, quand on met des mots là-dessus, on a l’impression que c’est très bizarre. Je passe pour un fétichiste du livre, mais c’est vrai que c’est pas pareil. Du coup je comprends aussi les gens qui n’aiment pas prêter les livres, parce qu’ils n’aiment pas qu’ils soient lus par d’autres gens, qu’ils soient dans les mains d’autres personnes, même si les autres personnes vont en prendre soin. C’est à la fois quelque chose qu’on veut faire partager, le texte, mais l’exemplaire, lui, est plutôt intime.  » (Stéphane, H, 32 ans, cadre, chercheur, doctorat, père militaire, mère femme au foyer, grand lecteur.)

20Ces propos recueillis auprès de Stéphane montrent comment l’expérience physique de la lecture papier induit un rapport intime entre le livre et son lecteur. Cette intimité de l’expérience de lecture sur livre papier se complète fréquemment du besoin de posséder, de prêter et d’exposer les livres chez soi.

2.2. Le besoin de posséder les livres

21La possession des livres est l’un des signes les plus forts de l’attachement à l’objet-livre. Lorsqu’ils parlent de livres, les lecteurs et lectrices interrogé·e·s se réfèrent d’abord en effet à la définition matérielle de l’objet, en tant que forme de « capital culturel objectivé » (Bourdieu 1979b). Cette volonté de posséder les livres est centrale chez la grande majorité des enquêté·e·s, tous profils confondus, et elle se manifeste notamment – outre le fait de freiner les pratiques de lecture numérique – par la non fréquentation des bibliothèques ou le refus d’emprunter à des tiers. Dans son enquête portant sur les livres de chevet, Clara Lévy évoque ce transfert s’opérant entre les «  qualités internes à l’œuvre littéraire » et ses «  qualités matérielles », et justifiant chez les lecteur·rice·s de livres de chevet la possession et la proximité avec l’ouvrage (Lévy 2015).

22Ce « besoin » de possession — évoqué en ces termes par les enquêté·e·s — a donc des effets sur les canaux d’approvisionnement en livres. Les lecteur·rice·s interrogé·e·s ne se réfèrent pas à l’existence d’un fichier numérique dans leur ordinateur ou leur liseuse comme à un livre possédé, et les discours portant sur les réticences à emprunter des livres trouvent leur fondement dans les mêmes difficultés que ceux visant à disqualifier la lecture numérique.

23Joëlle Bahloul évoquait déjà cette question dans son enquête sur les faibles lecteur·rice·s, lorsqu’elle écrivait que certaines lectrices rachetaient les livres lus après les avoir empruntés à des tiers, le livre aimé devant « figurer dans le stock personnel et personnalisé d’imprimés disposés en témoignages de portions de vie » (Bahloul 1988). Certain·e·s lecteur·rice·s, en effet, relatent dans leurs expériences de lecture des emprunts se transformant par la suite en achats du même titre :

« Quand j’aime beaucoup, j’ai besoin de posséder. Donc il m’arrive qu’on me prête un livre et qu’après je l’achète, parce que je le trouve tellement bien que j’ai besoin de le garder. Heu…, ensuite, … on peut me prêter des livres, et je vais les rendre…  » (Sabine, F, 36 ans, cadre, directrice marketing et commercial, bac+5, grande lectrice, père mécanicien, mère ouvrière en usine.)

24C’est toute l’ambivalence pesant sur les biens d’incertitude (Karpik 2007) : pour s’assurer de leur qualité, il faut les «  consommer », ici les lire. Bien qu’il soit possible de se procurer un livre déjà lu, toute expérience de lecture en découlant n’est plus qu’une relecture. Or, les relectures de romans sont marginales dans les pratiques évoquées par les enquêté·e·s. Il s’agit donc bien souvent d’acheter un livre déjà lu avec pour unique finalité de le posséder ou alors, pour les lecteur·rice·s dont la lecture est très ancrée dans les sociabilités, de les faire circuler dans leur réseau amical et familial. Il est donc possible de concilier emprunt et possession des livres, en suivant cette logique de découverte par emprunt, puis de constitution d’une bibliothèque, par l’achat des livres lus antérieurement. Néanmoins, de nombreux·ses lecteur·rice·s – les plus attaché·e·s à l’objet-livre –, considèrent l’emprunt ou le téléchargement de livres numériques comme des pratiques d’approvisionnement inenvisageables.

25L’attachement non seulement au livre papier en général, mais également à l’unicité d’un exemplaire — attachement paradoxal dans le contexte d’une production de masse (Benjamin 1935) — peut donc amener certain·e·s lecteur·rice·s, comme la lectrice citée ci-dessus, à racheter un livre neuf à rendre en lieu et place de l’exemplaire emprunté, de façon à garder l’exemplaire lu. Ces comportements relatés par les lecteur·rice·s, parfois avec humour et autodérision, révèlent un attachement très fort à l’objet sur lequel une expérience de lecture a pu s’appuyer.

26On observe néanmoins des disparités entre lecteur·rice·s quant au besoin de posséder les romans lus. Si le livre a de manière générale un statut qui le distingue d’autres objets de loisirs, et si la plupart des lecteur·rice·s font référence plus ou moins directement à sa sacralité, il n’en est pas moins flagrant que les rapports à l’objet-livre varient, notamment selon la position sociale occupée par les lecteur·rice·s : toutes et tous ne vont pas jusqu’à racheter des livres déjà lus, ou même jusqu’à trouver des parades à l’obligation de rendre un livre. Il est donc nécessaire d’interroger les conditions d’un tel rapport à l’objet-livre.

27Si l’ensemble du lectorat semble attaché à la possession des livres – et l’enquête récente d’Ipsos pour le Centre national du livre en atteste, lorsqu’elle nous apprend que 72 % des lecteur·rice·s interrogé·e·s « préfèrent lire des livres qui leur appartiennent » (Ipsos/CNL 2019) –, des disparités existent entre les lecteur·rice·s selon leur position et origine sociales.

28En effet, selon des facteurs tels que la position occupée ou la mobilité sociale, l’attachement à l’objet-livre et à sa possession semble varier. Il ne s’agit pas d’affirmer que les lecteur·rice·s appartenant ou issu·e·s des classes supérieures ne sont pas attaché·e·s à l’objet-livre, puisque la majorité du lectorat semble attachée à sa matérialité et accorde au livre un statut propre : les autres objets aux fonctions concurrentes (télévision, magazines, équipement numérique, etc.) sont fréquemment jugés moins beaux, moins importants, moins dignes d’être possédés, et sont moins mis en avant, voire ne sont pas évoqués.

29En revanche, on observe que, dans les pratiques relatées, les seul·e·s enquêté·e·s indiquant un relâchement vis-à-vis du livre en tant qu’objet sont issu·e·s des classes supérieures ou en font partie et sont fortement doté·e·s en capital culturel (notamment scolaire – toutes et tous étant titulaires d’un bac+5).

« Souvent j’ai tendance à, quand j’apprécie un livre, donner la référence, parce que je sais aussi les goûts des gens, dont je connais les lectures, voire à prêter ou même à donner. Je donne beaucoup de mes livres en fait.  » (Thibaut, H, 34 ans, employé [mais était cadre], agent de surveillance [mais travaillait dans la finance], bac+5, lecteur moyen, père chef d’entreprise, mère femme au foyer.)

30Se lit dans les propos tenus ici par Thibaut une désinvolture vis-à-vis de la possession des livres, qui n’implique pour autant pas l’absence d’appétence pour les beaux livres. En revanche, il ne semble pas particulièrement important pour lui de posséder les romans qu’il a lus ou de les exposer chez lui. Que les livres passent de mains en mains quitte à ne jamais lui revenir n’est pas problématique, et s’intègre au contraire à sa manière d’envisager les livres et leur circulation. Chez ce type de lecteur, ayant bénéficié d’une socialisation primaire très favorable au développement de la lecture de romans, la distinction entre le moment de la lecture et l’exemplaire lui ayant servi de support est souvent marquée : le support n’est pas sacralisé et ne revêt finalement pas une grande importance.

31À l’inverse, c’est chez les lecteurs et lectrices issu·e·s des classes populaires (qu’il y ait eu mobilité sociale ou non) – et souvent de familles non familières avec le livre et la lecture –, que l’on observe les rapports les plus étroits aux livres comme objets, et que ces derniers sont évoqués ou montrés avec fierté par les enquêté·e·s. Une explication résiderait dans la volonté de garder la trace d’une expérience le plus souvent unique (la lecture d’un livre ne s’opérant généralement qu’une fois), au même titre qu’assister à un spectacle vivant. Posséder le livre, c’est-à-dire le support matériel de l’œuvre littéraire, permet de garder une trace tangible de l’expérience mais aussi de conserver la possibilité, un jour, si l’envie s’en fait sentir, de le reprendre, de le feuilleter, ou même de le relire (et ce malgré la rareté des relectures déclarées). Olivier Vanhée et Christine Détrez nous permettent d’aller plus loin dans cette analyse lorsqu’ils évoquent l’usage du scan et de l’animé comme techniques de défrichage précédant l’achat d’un manga : « acheter le manga permet ainsi de le sélectionner, de l’élire, afin notamment de le relire. C’est ainsi toute l’importance de la possession, de la collection, qui est engagée » (Vanhée & Détrez 2013). Si le manga, par son aspect visuel et la plus grande rapidité de lecture qu’il autorise, se prête peut-être plus à la relecture, la fonction de défrichage de l’offre préalable à l’achat peut valoir pour le roman. Acheter un livre imprimé après l’avoir lu, suite à un emprunt ou en format numérique, reviendrait à le sélectionner parmi la masse des autres livres, et ce faisant, à se constituer en tant que lecteur·rice à même de séparer le bon grain de l’ivraie et de se constituer une bibliothèque de valeur.

« Là j’ai une collection que j’ai, depuis que je l’ai achetée – j’avais 15 ans –, de Zola. Ça ils m’ont suivie. Zola, ça a été mon premier romancier, y’a toute l’œuvre en papier biblique en plus, et ça, je ne m’en séparerai pas. C’est-à-dire que j’ai commencé en poche, donc j’ai lu un peu n’importe comment, mais ça m’a vraiment plu, et quand j’ai eu l’occasion d’acheter cette collection, je l’ai achetée. J’ai fait un crédit et je l’ai achetée. Ils ne sont pas abîmés, je les ai à peine lus. J’avais des fois les poches et c’est vrai que des fois je les ai pas lus comme ça, histoire de pas abîmer tu vois et c’est bête, mais je voulais les avoir quand même.
– Pourquoi c’était important de les avoir quand même ?
Ben, parce que Zola, pour moi, ça ne mérite pas le poche, il fallait une belle collection. D’abord je n’aime pas les livres de poche, ils ont un côté financier. Et le rêve de tout le monde qui aime la lecture, c’est d’avoir une super bibliothèque, quoi. » (Pascale, F, 58 ans, employée, secrétaire, BEP, père maçon, mère femme au foyer, faible lectrice.)

32Au besoin de posséder un roman déjà lu, Pascale ajoute ici – dans une optique patrimoniale – celui de le posséder dans une belle édition, quitte à le relire en poche pour ne pas l’abimer. Relire un roman, garder la trace d’une expérience de lecture, sélectionner parmi l’offre ce qui est digne d’être possédé – et donc s’affirmer en tant que lecteur·rice compétent·e – seraient autant d’arguments en faveur de la possession des livres. Néanmoins, chez les lecteur·rice·s de notre échantillon issu·e·s des classes populaires ou en faisant partie, l’achat manifeste également le souci d’appropriation physique du livre, l’exigence du livre à soi. La possession et l’exposition des livres chez soi sont également la preuve de l’existence de la pratique dans le quotidien et du temps qui leur a été consacré ; elles sont le signe du chemin parcouru, notamment lorsque la pratique de lecture n’a pas été transmise par la famille. En effet, quel objet mieux que le livre, doté du « plus haut pouvoir distinctif », témoignerait aussi bien de la qualité de son/sa propriétaire, notamment lorsque ce·tte dernier·ère a vécu une mobilité sociale ascendante, et présente « le culte de l’effort autodidacte » (Bourdieu 1979a : 320 et 367). On peut avancer l’hypothèse que la volonté de possession des livres s’inscrit dans la recherche – consciente ou inconsciente – de la preuve d’une pratique effective résultant d’un effort. On retrouve ce besoin de rendre visible la pratique chez les élèves de classe préparatoire littéraire désireux·ses de manifester leur conversion à un répertoire et/ou à un mode de lecture (Maridet 2016). En somme, les enquêté·e·s pour qui le développement de la lecture s’est accompagné d’une lutte et qui n’ont été socialisé·e·s que tardivement à la pratique (qu’elle soit professionnelle ou de loisir), ont plus de probabilités de considérer le livre comme un objet au statut particulier, nécessitant donc un soin spécifique, et qui s’expose, d’autant plus que le rendement symbolique des dépenses en matière de livres est plus difficile à trouver dans les conversations qu’ils/elles pourront avoir à leur sujet, contrairement aux publics intellectuels et bourgeois (Bourdieu 1979a, chap. 5) et réside donc davantage dans l’ostentation d’une belle édition ou d’une belle bibliothèque.

2.3. Une bibliothèque qui s’expose

33Les lecteur·rice·s attaché·e·s à la matérialité du livre – et de fait les plus réticent·e·s à l’idée de lire en numérique – prennent en entretien un certain temps et un certain plaisir à décrire leurs bibliothèques : les livres qui s’y trouvent et la manière dont ils/elles les rangent (ou l’évolution du classement adopté). Ces lecteur·rice·s semblent tirer un grand plaisir du fait d’avoir une bibliothèque à soi et d’y faire des choix d’organisation. Il s’agit majoritairement, à nouveau, des lecteur·rice·s de l’échantillon n’ayant pas hérité du goût ou de la pratique de leur famille et qui, le plus souvent, ne partagent pas leur bibliothèque (qu’ils/elles vivent seul·e·s ou non, et dans ce dernier cas, le/la conjoint·e ne lit le plus souvent pas ou présente un très faible investissement dans l’univers des livres). Ici, le livre incarne, par sa matérialité propre, son rangement et sa mise en valeur, une pratique vécue comme distincte et supérieure aux autres loisirs, et qui exige ou a exigé des efforts pour naître comme pour persister. L’effort et le plaisir consacrés à élaborer leur bibliothèque participent, pour les lecteur·rice·s dont le goût est le moins ancien, du plaisir de découverte de la lecture. Pour celles et ceux qui sont plus avancé·e·s dans leur pratique et ont développé des logiques cultivées à d’autres égards, la bibliothèque incarne une trace de cet effort passé et du chemin parcouru.

34Élodie (F, 24 ans, profession intermédiaire, infirmière, bac+3, père chef d’une petite entreprise d’événementiel, mère assistante familiale, faible lectrice), lectrice depuis moins de deux ans, évoque sa rencontre progressive avec les livres et le plaisir qu’elle prend à les voir chez elle : ceux qu’elle va lire (elle en a toujours deux ou trois d’avance), mais surtout ceux qu’elle a lus. Aux personnes de son entourage qui lui demandent pourquoi elle ne les vend pas pour acheter les prochains (elle est majoritairement entourée de non-lecteur·rice·s), elle répond que « c’est peut-être un peu étrange », mais qu’elle préfère les garder. Se lit dans ses propos la volonté d’inscrire le livre dans un temps long, malgré le caractère fugace et non réitéré (a priori) de l’expérience de lecture. Ce qui ressort de ce type de discours sur la possession et l’exposition des livres, c’est le statut de l’objet, que les lecteur·rice·s ne savent pas nécessairement qualifier, mais auquel ils/elles s’accordent à attribuer un statut différent des supports de leurs autres loisirs et pratiques. Élodie est le parfait exemple de la faible lectrice évoquée par Joëlle Bahloul, qui, en situation de lecture croissante, possède une « bibliothèque personnelle, placée en position ostentatoire dans la salle de séjour » (Bahloul 1988). Elle possède moins de vingt livres, sa pratique étant trop récente pour qu’elle ait eu le temps d’en accumuler plus (ou de les lire)  ; néanmoins elle déclare y prêter un grand soin et y semble très attachée. Dans la possession des livres semble se jouer la construction de son identité de lectrice, et l’importance qu’elle y accorde se lit notamment lorsqu’elle affirme, en parlant des livres exposés au centre de son salon : «  Ce sont les livres que j’ai lus, alors j’ai envie qu’ils soient là, c’est comme ça. »

35Stéphane (H, 32, cadre, chercheur, doctorat, père militaire, mère femme au foyer, grand lecteur) est, à l’inverse d’Élodie, un lecteur expérimenté. Âgé de 32 ans, il a pendant dix ans fait du « rattrapage ». Enfant, il n’avait pas développé le goût de la lecture et évoluait dans un environnement non lecteur à l’exception de sa mère dont les lectures n’étaient pas des lectures légitimes, mais il a été marqué au lycée par différentes rencontres, notamment avec une petite amie et la famille de celle-ci, qui ont fortement influencé sa « carrière » de lecteur (Darmon 2008 ; Mauger, Poliak, Pudal 2010). Il a par la suite développé un goût pour la lecture de « bons livres » (selon ses termes), accompagné d’un certain mépris pour ce qu’il appelle « les romans de gare ». Il s’intéresse désormais particulièrement aux classiques et aux prix littéraires, déclare lire différents genres – mais de fait situés dans une littérature très légitime (classiques, littérature contemporaine primée ou appréciée de la critique). Si la pratique de lecture de Stéphane semble au premier regard relever d’une culture lettrée et légitime, on peut néanmoins relever des traces d’une mobilité sociale ascendante (chercheur, il est titulaire d’un doctorat et sa compagne est cadre dans le domaine culturel), et ce jusqu’à sa bibliothèque :

« J’ai une superbe bibliothèque, dont je suis très fier parce que je l’ai construite moi-même, c’est la première chose que j’ai faite quand j’ai emménagé ici. Des livres, on en accumule beaucoup quand on déménage, c’est toujours une plaie de ranger tous ces cartons de livres et les ranger c’est souvent un problème. Moi j’en ai beaucoup donné, beaucoup laissé, et j’avais envie d’une grande bibliothèque, dans laquelle il y ait de la place. Ben il se trouve que j’en ai construit une immense, sur tout un pan de mur, le problème c’est qu’elle s’est remplie entièrement dès le premier jour. » (Stéphane, H, 32 ans, cadre, chercheur, doctorat, père militaire, mère femme au foyer, grand lecteur.)

36L’importance de la bibliothèque pour Stéphane se manifeste ici de deux manières : par le soin de réunir tous ses livres dans un espace dédié puis, dans un second temps, par celui de les mettre en valeur dans une belle bibliothèque. Objets à part, les livres nécessitent ici, pour les présenter et les ranger, un autre objet – la bibliothèque – à la hauteur de ce statut particulier.

Fig. 2. La mise en scène de son attachement au livre papier comme distinction de soi

Fig. 2. La mise en scène de son attachement au livre papier comme distinction de soi

L’exemple d’un montage abondamment relayé par les lecteur·rice·s sur les réseaux socionumériques.

Source : capture d’écran d’un post Twitter.

37Ces deux exemples de bibliothèques trouvées chez un lecteur et une lectrice soit en mobilité sociale, soit ayant développé une pratique rare, voire inexistante, dans leur famille d’origine, illustrent la place primordiale accordée aux livres en tant qu’objets, notamment au sein de l’espace domestique, à plus forte raison quand la pratique de la lecture ne s’intégrait pas de façon évidente dans le destin social hypothétique de ces individus.

38L’importance accordée au rangement et à l’exposition des livres rend encore une fois difficile le développement d’une pratique de lecture numérique, qui, en plus de modifier le rapport au texte, rend impossible l’exposition de livres chez soi :

« Je comprends l’intérêt d’une liseuse, mais j’ai du mal. Y’a un vrai plaisir tactile à tenir le livre, tourner les pages, et puis à avoir des livres chez soi. C’est d’un triste d’avoir tous ses livres dans une liseuse plutôt que dans une bibliothèque !  » (Émilie, F, 31 ans, employée, agent d’exploitation informatique, licence d’archéologie, grande lectrice, père cadre commercial, mère enseignante spécialisée.)

39On voit bien que, pour cette catégorie de lecteur·rice·s, l’exposition de livres dans son intérieur et à plus forte raison dans une pièce où l’on reçoit, est constitutive de la pratique de la lecture au point qu’elle ne peut en être soustraite.

40Ceci est particulièrement intéressant dans la mesure où pour les grand·e·s lecteur·rice·s n’entretenant pas ce rapport matériel au livre, la lecture numérique permet justement une économie d’espace (Gaudric, Mauger, Zunigo 2016). Différents rapports au livre, trouvant notamment leur fondement dans l’origine et la mobilité sociale des enquêté·e·s, viennent expliquer les inégales représentations adossées au livre, et par extension au livre numérique. Dans ce contexte d’une lecture fortement associée au papier dans l’expérience sensorielle qui en découle, et d’un lectorat très attaché à la possession et à l’exposition des livres – en particulier les lecteur·rice·s issu·e·s des classes les plus populaires de l’échantillon –, la lecture numérique peine, malgré sa praticité, à s’intégrer aux pratiques de lecture existantes.

3. L’inégale répartition des pratiques de lecture numérique

41D’un côté se lisent donc des représentations positives associées à la lecture numérique, et de l’autre, de profondes réticences. La lecture numérique présentant en effet aux yeux des lecteur·rice·s interrogé·e·s un certain nombre d’avantages et d’inconvénients, il convient d’interroger les conditions requises pour qu’un·e lecteur·rice puisse développer une pratique de lecture numérique, puis de resituer cette dernière dans l’ensemble des pratiques de lecture de romans.

42Tout d’abord, il apparaît dans l’enquête que seul·e·s de grand·e·s lecteur·rice·s sont doté·e·s de liseuses, qu’ils/elles aient été à l’initiative de son achat ou que leur entourage, du fait de l’intensité de leur pratique, les en ait équipé·e·s. Ces grand·e·s lecteur·rice·s de romans équipé·e·s de liseuses (qui sont aussi les plus grand·e·s utilisateur·ice·s des systèmes de recommandation littéraire en ligne) correspondent à deux profils.

43Le premier type est constitué par des lecteur·rice·s très familier·ère·s du livre mais ne présentant pas les formes d’attachement à l’objet-livre précédemment évoquées. Ce sont plus généralement des lecteur·rice·s héritier·ère·s (Bourdieu & Passeron 1964 ; Bourdieu 1979b) : ils/elles n’ont pas vécu de mobilité sociale, n’ont pas eu à conquérir de vive lutte leur pratique de la lecture ni à acquérir par un travail de « rattrapage » leur capital culturel littéraire. Or, pour reprendre les termes de Pierre Bourdieu et Jean-Claude Passeron, « l’essentiel de l’héritage culturel se transmet de façon plus discrète et plus indirecte et même en l’absence de tout effort méthodique et de toute action manifeste. C’est peut-être dans les milieux les plus “cultivés” qu’il est le moins besoin de prêcher la dévotion à la culture ou de prendre en main, délibérément, l’initiation à la pratique culturelle » (Bourdieu & Passeron 1964). Cette « persuasion clandestine » est la plus à même de faire naître, chez les enfants des classes supérieures, un goût pour la lecture et une disposition à entretenir cette pratique pendant l’adolescence ou à la reprendre à l’âge adulte. La posture de ces lecteur·rice·s vis-à-vis de la lecture leur permet ainsi de développer, comme nous l’avons évoqué précédemment, une certaine désinvolture à l’égard de l’objet-livre.

44On observe ce rapport au livre chez Aurélie, dont les deux parents sont lecteurs, et qui lit depuis l’enfance sans apparente discontinuité. Son rapport à la lecture s’ancre dans une pratique familiale, sous la forme de moments de lecture solitaires et de temps de discussion avec les autres femmes de la famille. Il ne s’agit pas d’un rapport savant ou légitime à une littérature « d’auteur », mais d’une pratique quotidienne, vécue comme une évidence et intégrée à la sphère familiale et à l’environnement ordinaire :

« Ils sont pas vraiment rangés en fait : c’est un peu fouillis. Y’en a qui me servent de table. Mais j’en prends soin, je veux pas les abîmer ou quoi, mais ils traînent un peu partout. J’ai pas de bibliothèque. » (Aurélie, F, 21 ans, employée, accueil relation clients, baccalauréat, lectrice moyenne, parents informaticiens.)

45Ces propos d’Aurélie illustrent bien le rapport entretenu par des lecteur·rice·s de romans ayant grandi dans des environnements fortement livresques, pour reprendre la formule de François de Singly (Singly 1989). Aurélie ne dédie pas nécessairement à ses livres un endroit précis et peut même être amenée à les utiliser comme meubles d’appoint (donc à leur donner temporairement une autre fonction que la leur et à les défaire de leur dimension symbolique). Tout indique en effet, chez les lecteur·rice·s ayant bénéficié d’une socialisation familiale favorable au développement de ce rapport au livre et pour lesquels la lecture est un loisir solidement ancré depuis l’enfance, que la pratique de la lecture se joue plus symboliquement que matériellement : de l’ordre de l’immatériel, cette culture du livre ne nécessite pas d’être exposée via une bibliothèque dans un salon (ce qui n’empêche pas qu’elle puisse l’être). Selon Bourdieu, « ceux que l’on tient pour distingués ont le privilège de n’avoir pas à s’inquiéter de leur distinction » (Bourdieu 1979a chap. 4), et la possession des livres ne nécessite pas pour eux une exposition rendant visible un soi lecteur.

46Ce rapport au stockage et à l’exposition des livres n’est pas sans rappeler certains profils présentés dans l’enquête de Gérard Mauger, Claude Poliak et Bernard Pudal, notamment celui d’un couple de professeurs de lettres :

Dans un pavillon où l’on dénombre environ trois mille volumes, un inventaire exhaustif était exclu. […] Le salon est plutôt consacré aux « beaux-livres » (i.e. livres de grand format et livres reliés) : livres d’art et d’histoire de l’art  ; livres sur le cinéma et sur l’opéra  ; œuvres complètes de certains auteurs (Jules Verne)  ; une collection de romanciers russes achetés à l’époque de l’école normale, etc. La chambre d’amis accueille des romans (principalement des livres de poche), des romans policiers, par exemple, mais aussi une littérature « inactive », liée à des périodes aujourd’hui révolues de leurs itinéraires (en particulier la littérature politique des années soixante-dix). La chambre-bureau recèle l’ensemble des ouvrages qu’ils utilisent, soit dans leur métier d’enseignant, soit en vue de préparer les concours internes de l’Éducation nationale, soit, pour Paul, pour ses recherches. Les meubles bibliothèques sont hétérogènes : achetés au fur et à mesure des besoins, ils sont généralement en bois blanc, peu coûteux, et n’ont fait l’objet d’aucun investissement particulier.  (Mauger, Poliak, Pudal, 2010 : 242.)

47Ce couple d’enseignant·e·s présente, dans ses modalités de rangement des livres, un rapport très relâché à l’objet-livre : la pratique quotidienne et intensive donne lieu à la possession de livres nombreux, relevant de genres très divers, qui occupent l’ensemble de la maison. Mais on ne trouve pas d’ostentation dans la manière dont les livres sont présentés, avec un mobilier peu coûteux, et auquel leurs propriétaires ne semblent pas attaché·e·s. Ce sont ces types de rapports au livre que l’on retrouve majoritairement chez les lecteur·rice·s de l’échantillon ayant une pratique de lecture numérique, bien qu’un faible attachement à la matérialité ne suffise pas à faire naître une telle pratique.

48Ces lecteur·rice·s sont tous fortement doté·e·s en capital scolaire (la majorité d’entre elles et eux, au sein de l’échantillon, sont au moins titulaires d’un bac+5). Ce sont plus souvent des femmes (de toute façon majoritaires chez les grands lecteurs et lectrices de romans) et des lecteur·rice·s omnivores (Peterson 2004 ; Coulangeon 2011), qui multiplient non seulement les registres mais également les canaux d’information sur les livres. En résumé il s’agit des lecteur·rice·s lisant le plus – tant en fréquence qu’en nombre et en diversité –, consommant le plus la prescription littéraire – et ce, sous des formes diversifiées –, lisant sur papier comme au format numérique, et s’approvisionnant de différentes manières (achat en librairie, achat en ligne, téléchargement, achat d’occasion, emprunt à des tiers, emprunt en bibliothèques, etc.). Ces lecteur·rice·s omnivores ne le sont donc pas qu’au titre de leurs préférences littéraires mais également à celui des modalités de leurs pratiques de lecture. La lecture numérique, en ce sens, n’est qu’une variation supplémentaire d’une pratique déjà très diversifiée.

49Le second profil d’utilisateur·ice·s d’une liseuse (quoique moins nombreux que le précédent dans l’échantillon) est constitué par des lecteur·rice·s de littératures de « genre » (policier, historique, science-fiction, fantasy, sentimental) – et particulièrement de littératures de l’imaginaire. Bien que les contours des littératures « de genre » soient relativement flous (Collovald & Neveu 2013 ; Hommel 2017), et que le recours à cette catégorie pose de nombreux problèmes d’ordre méthodologique (Parmentier 1986), elle permet néanmoins une bonne compréhension des pratiques en fonction des goûts déclarés par les enquêté·e·s.

50L’enquête Ipsos pour le CNL révèle à cet égard que 54 % des lecteur·rice·s de romans de science-fiction interrogé·e·s déclarent lire en numérique, contre 24 % de l’ensemble des lecteur·rice·s (Ipsos/CNL 2019). Ces données accompagnent les résultats de l’enquête qualitative qui témoignent de pratiques de lecture numérique chez certain·e·s des lecteur·rice·s « de genre » (littératures de l’imaginaire et policier principalement). Nous pouvons avancer deux explications au développement d’une pratique de lecture numérique chez ces lecteur·rice·s. D’abord, les enquêtes portant sur les publics des littératures de l’imaginaire indiquent qu’ils/elles sont plus jeunes et plus technophiles que d’autres profils de lecteur·rice·s (Hommel 2017).

51D’autre part, ils/elles liraient plus fréquemment les romans au fur et à mesure de leur parution dans leurs pays de publication originale (anglo-saxons le plus souvent). La lecture numérique apparaît avec l’achat en ligne de livres imprimés comme un moyen d’accès immédiat à ces productions.

« Le dernier Robin Hobb qui est sorti… Quand y’a vraiment des livres comme ça que je lis, je les télécharge en anglais quand ils sortent et puis, comme ça, ça me fait travailler mon anglais. Et puis ça faisait longtemps que je l’attendais, donc au moins comme ça, j’ai pas… Je l’ai tout de suite quoi ! » (Aurélie, F, 21 ans, employée, accueil relation clients, baccalauréat, lectrice moyenne, parents informaticiens.)

52Cette stratégie d’achat s’inscrit dans une pratique de lecture décrite comme addictive, la publication des romans en plusieurs tomes (dans une logique sérielle) favorisant attente et sentiment d’urgence chez les lecteur·rice·s (Paquienséguy 2015).

53Les possibilités offertes par le numérique évoquées précédemment – accéder à une offre plus abondante, et ce immédiatement, éviter les interactions avec des professionnels du livre ou des regards extérieurs portés sur ses lectures – trouvent particulièrement leur sens pour les lecteur·rice·s de « genre » dont les modalités de la pratique rendent ces qualités plus appréciables.

54Enfin, il convient de préciser que lorsque les représentations positives associées à la praticité du numérique ont rencontré chez les lecteur·rice·s des dispositions permettant le développement d’une telle pratique, la lecture numérique ne se substitue pas pour autant à la lecture papier. Selon l’enquête pour le CNL évoquée précédemment, 23 % des lecteur·rice·s cumulent lecture papier et lecture numérique (alors que seulement 1 % des lecteur·rice·s ne lisent qu’au format numérique), et ces dernier·ère·s déclarent lire en moyenne dans l’année dix-sept livres papier contre quatre livres numériques (Ipsos/CNL 2019). Non seulement les lecteur·rice·s disposant d’une liseuse continuent à lire sur papier mais ils/elles associent souvent au format numérique des lectures auxquelles ils/elles accordent une moindre importance.

55Cette faible valeur symbolique attribuée aux livres lus au format numérique – et qui se retrouve dans l’enquête de Gaudric, Mauger, Zunigo (2016) – achève de marquer, même chez les lecteur·rice·s moins attaché·e·s au livre comme objet et passé·e·s à la lecture numérique, la domination, pratique et symbolique, du papier. Le genre littéraire des livres influencerait à la fois leur support de lecture et leur circulation. Moins le genre est légitime, comme c’est le cas pour le roman sentimental (Péquignot 1991), plus il serait facile de lire les livres en numérique, tout comme de s’en séparer (en les donnant ou en les prêtant), puisqu’ils ne « mériteraient » pas – même aux yeux de lecteur·rice·s ayant une appétence pour ce genre –, le statut de livres à conserver. On trouve déjà cette idée chez Joëlle Bahloul, pour qui « la liquidation des ouvrages opère une sélection des livres par le genre, par l’auteur ou par la forme éditoriale : les Harlequin et autres romans sentimentaux et policiers, édités en collection de poche et qui disposent d’une valeur matérielle et culturelle très faible – genre et auteur “illégitimes”, esthétique minorée – ne sont pas conservés dans les stocks privés des lecteurs » (1988). La littérature de « genre » serait alors celle qui circulerait le plus facilement, sans réelle crainte de perte ou de détérioration de l’objet-livre. Puisqu’elle suscite moins l’attachement au livre comme objet, elle est également celle qui se donne le plus facilement à lire en numérique.

56Ainsi, bien que fortement associée à des qualités pratiques par les lecteur·rice·s de romans (facilité d’accès aux œuvres, faible poids, possibilité de transporter un grand nombre de romans, téléchargement immédiat, etc.), la lecture numérique peine à se développer chez ces dernier·ère·s. Nous avons dans cet article identifié comme facteur explicatif à ce décalage un attachement matériel au livre, se jouant dans l’expérience sensorielle de lecture sur papier ainsi que dans le besoin déclaré de posséder et d’exposer les livres au sein de l’espace domestique.

57Lorsque les représentations positives associées au numérique se transforment en pratiques effectives, elles ne concernent pas également tou·te·s les lecteur·rice·s. Bien que l’attachement au livre comme objet soit présent dans l’ensemble de l’échantillon, les lecteur·rice·s issu·e·s des classes supérieures, ayant bénéficié d’une socialisation familiale favorable au développement de la lecture et fortement doté·e·s en capital culturel, sont plus susceptibles d’avoir développé un moindre attachement à l’objet-livre permettant l’usage de supports numériques. Nous avons également observé des formes de pratiques de lecture numérique chez les lecteur·rice·s d’une littérature dite de « genre », dont les qualités du livre numérique rencontrent les besoins de façon plus marquée.

58La lecture numérique, en matière de romans, ne concerne donc pas l’ensemble du lectorat. Même chez les lecteur·rice·s concerné·e·s, elle ne se substitue pas à la lecture au format papier, qui reste le support privilégié, et notamment pour les romans les plus légitimes.

Haut de page

Bibliographie

Bahloul Joëlle (1988). Lectures précaires : étude sociologique sur les faibles lecteurs. Paris, France, Bibliothèque publique d’information.

Barbier Frédéric (2013) [2000]. Histoire du livre en Occident. Paris, Armand Colin.

Bélisle Claire (dir.) (2004). La Lecture numérique : réalités, enjeux et perspectives. Villeurbanne, Presses de l’Enssib.

Benjamin Walter (2011) [1935]. L’Œuvre d’art à l’époque de sa reproductibilité technique. Paris, Allia.

Bourdieu Pierre (1979a). La Distinction : critique sociale du jugement. Paris, Minuit.

Bourdieu Pierre (1979b). « Les trois états du capital culturel ». Actes de la recherche en sciences sociales, 30 : 3-6.

Bourdieu Pierre & Passeron Jean-Claude (1964). Les Héritiers : les étudiants et la culture. Paris, Minuit.

Chabault Vincent (2013). Librairies en ligne : sociologie d’une consommation culturelle. Paris, Presses de Sciences Po.

Chartier Roger & Cavallo Guglielmo (dir.) (2001). Histoire de la lecture dans le monde occidental. Paris, Seuil.

Collovald Annie & Neveu Erik (2013). Lire le noir : enquête sur les lecteurs de récits policiers. Réed. Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

Coulangeon Philippe (2011). Les Métamorphoses de la distinction. Paris, Grasset.

Darmon Muriel (2008). « La notion de carrière  : un instrument interactionniste d’objectivation ». Politix, 82 : 149‑167.

Détrez Christine & Vanhée Olivier (2013). Les Mangados : lire des mangas à l’adolescence. Paris, Bibliothèque publique d’information.

Donnat Olivier (2009). Les Pratiques culturelles des Français à l’ère numérique. Paris, La Découverte.

Gaudric Paul, Mauger Gérard, Zunigo Xavier (2016). Lectures numériques : une enquête sur les grands lecteurs. Villeurbanne, Presses de l’Enssib.

Genette Gérard (2002) [1987]. Seuils, Paris, Seuil.

Gossin Pascale (2004). « Le manuel numérique ». In Bélisle Claire (dir.), La Lecture numérique : réalités, enjeux et perspectives. Villeurbanne, Presses de l’Enssib.

Hommel Élodie (2017). Lectures de science-fiction et fantasy : enquête sociologique sur les réceptions et appropriations des littératures de l’imaginaire. Thèse de doctorat en sociologie. Lyon, École normale supérieure.

Karpik Lucien (2007). L’Économie des singularités. Paris, Gallimard.

Lahire Bernard (2011). « La lente dévaluation des formes culturelles littéraires et artistiques ». In Evans Christophe (dir.), Lectures et lecteurs à l’heure d’Internet : livre, presse, bibliothèques. Paris, Cercle de la librairie : 15-26.

Lévy Clara (2015). Le Roman d’une vie : les livres de chevet et leurs lecteurs. Paris, Hermann.

Maridet Morgane (2016). La Khâgne, un nouveau chapitre : élaborations et reconstructions du rapport à la lecture des étudiants en classe préparatoire littéraire. Thèse de doctorat en sociologie. Paris, Sorbonne Paris Cité.

Mauger Gérard, Poliak Claude, Pudal Bernard (2010) [1999]. Histoires de lecteurs. Broissieux, Éditions du Croquant.

Melot Michel (2004). « Le livre comme forme symbolique. Conférence dans le cadre de l’Institut d’histoire du livre ». [Consulté le 31 octobre 2017.]

Observatoire de l’économie du livre (2018). Économie du livre. Le secteur du livre : chiffres-clés 2016-2017. Paris, Ministère de la Culture.

Paquienseguy Françoise (2015). « Usages et consommation d’ebooks en France. Comment aborder le sujet ». In Pirolli Fabrice (dir.). Le Livre numérique au présent : pratiques de lecture, de prescription et de médiations. Dijon, Éditions Universitaires de Dijon :13-33.

Parmentier Patrick (1986). «  Les genres et leurs lecteurs ». Revue française de sociologie, 27(3) : 397-430.

Péquignot Bruno (1991). La Relation amoureuse : analyse sociologique du roman sentimental moderne. Paris, L’Harmattan.

Peterson Richard (2004). « Le passage à des goûts omnivores  : notions, faits et perspectives »/« The Shift toward Omnivorous Tastes : Ideas, Evidence, and Prospects ». Sociologie et sociétés, 36 : 145‑164.

Robin Christian (2016). Les Livres dans l’univers numérique. Paris, La Documentation française.

Singly François (de) (1989). Lire à 12 ans : une enquête sur les lectures des adolescents. Paris, Nathan.

Van Cuyck Alain & Bélisle Claire (2004). « Pratiques de lecture et livres électroniques ». In Bélisle Claire (dir.). La Lecture numérique. Réalités, enjeux et perspectives. Villeurbanne, Presses de l’Enssib, « Référence » :75-101.

Vincent Gérard Armelle & Poncet Julie (2019). Synthèse – Les Français et la lecture. Paris, Ipsos pour le CNL.

Haut de page

Notes

1 Lorsque la lecture numérique sera évoquée dans cet article, il s’agira de lecture s’effectuant sur liseuse, puisque c’est cette pratique qui ressort du terrain d’enquête, la lecture sur ordinateur ou tablette étant anecdotique dans les propos recueillis.

2 41 % des acheteur·se·s ayant entre 18 à 29 ans, 34,3 % entre 30 et 49 ans.

3 Collection de romans appartenant au genre de la romance historique, publiée par J’ai lu.

4 Le même argument étant mobilisé pour les livres au format papier et pour les livres numériques.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Jeune fille au livre, Maurice Estève (1904-2001)
Crédits © Ville de Bourges, Adagp
URL http://journals.openedition.org/bssg/docannexe/image/485/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Fig. 2. La mise en scène de son attachement au livre papier comme distinction de soi
Légende L’exemple d’un montage abondamment relayé par les lecteur·rice·s sur les réseaux socionumériques.
Crédits Source : capture d’écran d’un post Twitter.
URL http://journals.openedition.org/bssg/docannexe/image/485/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuelle Guittet, « « Moi, il me faut du papier » »Biens Symboliques / Symbolic Goods [En ligne], 7 | 2020, mis en ligne le 20 novembre 2020, consulté le 18 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/bssg/485 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bssg.485

Haut de page

Auteur

Emmanuelle Guittet

Centre de recherche sur les liens sociaux (Cerlis)/LabEx Industries culturelles et création artistique (Icca)

Haut de page

Droits d’auteur

Biens Symboliques / Symbolic Goods

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search