Navigation – Plan du site

AccueilNuméros7DossierLes évolutions de l’usage savant ...

Dossier

Les évolutions de l’usage savant du patrimoine documentaire en ligne

Developments in the Scholarly Use of Digital Archive Material
Los desarrollos del uso erudito del patrimonio documental en línea
Philippe Chevallier
Traduction(s) :
Developments in the Scholarly Use of Digital Archive Material [en]

Résumés

L’analyse des pratiques savantes ordinaires à l’heure du numérique impose un détour par les bibliothèques numériques dont l’audience, la masse et la diversité de l’offre ont considérablement augmenté depuis une décennie. Deux enquêtes menées auprès des usager·ère·s de la bibliothèque numérique Gallica à cinq ans de distance, mises en regard d’autres analyses (entretiens semi-directifs, observations vidéo-ethnographiques, analyse des logs de connexion), permettent de formuler des constats sur les mutations ces dernières années du rapport au patrimoine documentaire numérisé et à ses interfaces de consultation : la place croissante des recherches personnelles et l’augmentation de la lecture attentive en ligne.

Haut de page

Texte intégral

Fig. 1. Page d’accueil de Gallica

Fig. 1. Page d’accueil de Gallica

Source : Gallica, Bnf, 2019

  • 1 Au 31 mai 2018, Gallica offrait l’accès à 4,3 millions de documents patrimoniaux numérisés de la Bi (...)
  • 2 Ce principe du croisement des approches guide depuis 2013 les travaux du Bibli-Lab, partenariat de (...)

1L’audience, mais aussi la masse et la diversité de l’offre de Gallica1, la bibliothèque numérique de la Bibliothèque nationale de France et de ses partenaires, en font un lieu d’observation privilégié des types d’appropriation que suscite l’accès au patrimoine documentaire en ligne. La confrontation de deux grandes enquêtes par questionnaire auto-administré (2011 et 2016) permet de dégager des évolutions dans les profils et pratiques déclarés des usager·ère·s attaché·e·s à Gallica et, à travers cet exemple singulier, dans le rapport plus large à l’offre documentaire en ligne en contexte de recherche savante (dédiée à l’acquisition de connaissances). Malgré la richesse des informations collectées, ces enquêtes ont aussitôt une limite pour le/la chercheur·se en sciences sociales : elles obéissent à un souhait premier de connaître les publics et les usages d’objets numériques considérés comme tout constitués, sans interroger les dispositifs techniques, ce qu’ils impliquent et les pratiques plus larges dans lesquelles ils s’inscrivent. Une telle approche s’explique par le besoin premier d’une institution publique comme la Bibliothèque nationale de France d’évaluer régulièrement la qualité de son offre, mais aussi la quantité et la diversité de ses bénéficiaires. Nous espérons que ce cadre étroit puisse cependant, au-delà de Gallica et du rapport au patrimoine en ligne, apporter un éclairage sur les « pratiques savantes ordinaires » (Le Marec & Mairesse 2017) à l’heure du numérique, même s’il nécessiterait compléments et comparaisons que l’article n’a pas l’ambition de réaliser. Nous nous attarderons sur deux évolutions notables des usages de Gallica en l’espace de cinq ans : la place croissante des recherches personnelles – dans un contexte où les motifs d’usage sont de plus en plus variés et entremêlés  – et l’augmentation de la lecture attentive en ligne. Ces constats resteront prudents pour des questions de méthode que nous exposerons en ouverture : face à l’éclatement des pratiques numériques, construire une vision globale des usages d’une offre en ligne, gratuitement consultable et exportable, est devenu des plus difficile. Pour cette raison, les résultats des questionnaires seront mis en regard d’autres analyses : entretiens, observations vidéo-ethnographiques et analyse des logs de connexion2.

1. La connaissance des usages en ligne de Gallica : précautions méthodologiques

  • 3 La visibilité de l’annonce a été étendue à toutes les pages du site, au-delà de la seule page d’acc (...)

2Malgré l’ambiguïté du terme (Papy 2016), nous désignons ici par « bibliothèque numérique » à la fois, puisqu’ils sont inséparables, un ensemble organisé de documents numériques et un dispositif d’accès à ceux-ci. Faisant suite à celle de 2011, une enquête quantitative auprès des usager·ère·s de Gallica a été menée en octobre 2016 par la société TMO Régions (TMO 2017), dans le cadre d’un projet de recherche porté par la BnF, le labex Obvil et Télécom ParisTech : « Mettre en ligne le patrimoine : évolution des usages, transformation des savoirs ? » De 2011 à 2016, le protocole était sensiblement proche : durant un mois, une invitation à répondre à une enquête était visible sur le site de Gallica avec un lien permettant d’accéder à un questionnaire en ligne. Afin de ne pas déformer les résultats au travers de sollicitations de certains groupes d’usager·ère·s, les fichiers de contacts et les réseaux sociaux n’ont été utilisés qu’après deux semaines d’enquête afin de contrôler leur impact sur ces résultats par comparaison de sous-échantillons (avant et après campagne). Au total, l’enquête de 2016 a recueilli sept mille six cent vingt-cinq réponses contre trois mille huit cent vingt-huit en 2011. Cette augmentation est supérieure à celle de l’audience de Gallica entre les deux enquêtes et peut s’expliquer en partie par la plus large visibilité de l’annonce sur le site3. Elle vérifie en même temps le très fort attachement des usager·ère·s à la bibliothèque numérique, alors même qu’est a contrario observée une chute des taux de réponse à ce type de questionnaires en ligne qui ne semble pas prête de s’enrayer.

  • 4 Chiffre donné par Xiti, cf. note 3.
  • 5 Un projet de recherche sur les logs de connexion aux serveurs de Gallica a ainsi montré que la médi (...)

3Cet excellent taux de réponse – évalué à 1,2 % à partir du nombre de visiteurs uniques estimés sur la période d’enquête4 – ne prémunit cependant pas contre les biais, bien au contraire (Loosveldt, Carton, Billiet 2004). Le problème se redouble quand on prétend, comme nous le faisons dans cet article, comparer à cinq ans de distance deux échantillons obtenus à partir d’un protocole qui a lui-même évolué, même à la marge dans notre cas. Contrairement aux enquêtes dans les espaces physiques de la Bibliothèque, il n’est en effet pas possible avec le protocole qui est le nôtre de contrôler l’échantillon en ligne, soit par comparaison avec des données réelles, soit en s’assurant d’un tirage aléatoire au sein de la population visée. Une solution à ce problème est de considérer que ce type d’enquête permet de collecter les réponses des usager·ère·s les plus engagé·e·s, qui ont à la fois un certain degré de connaissance du site et un intérêt personnel à son existence, comme nous y invite l’étude de Ganassali & Moscarola (2004). Parler de représentativité hors de cette restriction n’aurait pas de sens. Aussi faisons-nous le choix de nommer les répondant·e·s aux deux enquêtes des « gallicanautes » pour les distinguer de l’ensemble des usager·ère·s, dont une part importante ne fait que de très brefs passages sur le site, parfois même en ignorant ce qu’il est exactement5.

4Au-delà du problème de la représentativité, qui se résout en évitant d’inférer l’usage global à partir de la parole des plus engagé·e·s, se pose la question de l’adéquation des réponses – majoritairement « fermées » dans le cadre d’un questionnaire quantitatif – aux usages réels, dans un environnement numérique en évolution permanente. Il est difficile de ne pas projeter, à travers la manière dont les réponses sont à l’avance « codées » par l’enquêteur, des usages présumés, liés en particulier aux représentations que des bibliothécaires peuvent avoir des pratiques savantes légitimes, en particulier celles de lecture. Mettre à jour les représentations que nous avions des « gallicanautes » et écouter la manière dont ils/elles parlent de leur activité en ligne furent les principaux enjeux de la phase d’entretiens qualitatifs qui a précédé la rédaction du questionnaire de 2016 : quinze entretiens semi-directifs ont ainsi été réalisés avec des gallicanautes de profils variés ayant un usage régulier de la bibliothèque numérique (Beaudouin, Garron, Rollet 2016). Les entretiens, d’une durée comprise entre trente minutes et une heure et quart, se déroulaient de préférence dans l’environnement d’usage de Gallica qui leur était le plus familier (bureau, domicile, etc.). Entre autres adaptations dictées par les entretiens, les finalités possibles de l’usage de Gallica ont été reformulées et enrichies dans le questionnaire en ligne, permettant de dépasser le paradigme de la lecture telle qu’elle était pensée avant les médias informatisés : sur Gallica, on vient « consulter attentivement un document », mais on vient aussi « explorer un domaine ou un thème », « collecter des documents », « composer une bibliographie », « par curiosité, pour flâner ». Le questionnaire 2016 s’est également efforcé de faire droits aux motifs épisodiques d’utiliser Gallica, distinguant à côté de ce que l’on vient y faire « à chaque fois ou presque », ce que l’on fait « souvent » et même « occasionnellement ».

5Malgré ces efforts, le recours au déclaratif suppose que l’usager·ère a une activité en ligne qui présente des régularités (on lui demandera ce qu’il fait « principalement », « habituellement », etc.) et une juste conscience de celle-ci – deux présupposés de moins en moins vérifiés à l’heure de la multi-activité et de ses micro-temporalités. L’usager·ère a de plus en plus de mal à « déconstruire l’ensemble de [ses] activités et [à] avoir une appréhension du temps passé sur [chacune d’elles] » (Beaudouin & Denis 2014). La confrontation avec des résultats issus d’autres méthodes d’observation et d’analyse des usages de Gallica s’avère donc nécessaire pour étayer nos deux principales hypothèses : des entretiens semi-directifs avec des usager·ère·s, qui permettent de comprendre les logiques de choix et les motivations ; des observations vidéo-ethnographiques, qui réinscrivent les parcours de recherche en ligne dans la matérialité de leur environnement ; et enfin une analyse des logs de connexion, qui a l’intérêt de prendre en compte la totalité des connexions, y compris les plus brèves. Ce croisement est une nécessité car il permet de faire varier « l’unité de l’action observée et donc la position de l’observateur » (Denis 2009). Il atteint en même temps très vite ses limites car il agrège ce qui n’est jamais exactement comparable, faute de pouvoir observer sur la durée et à travers une multiplicité de canaux (logs, entretiens, vidéos, etc.) le même panel d’usager·ère·s – situation idéale mais coûteuse, et dans les faits, rarement réalisée. Il faut plutôt considérer que les deux constats formulés sont pris dans un faisceau de présomptions qui nous a semblé suffisant pour être partagé.

2. Porosité des usages et accroissement des « seniors amateurs »

  • 6 26 ans en bibliothèque tout public du Haut-de-jardin, 40 ans en bibliothèque de recherche accessibl (...)
  • 7 Afin de mieux quantifier les réponses relatives au motif de la visite, le déclaratif a été converti (...)

6Premier constat fort d’une enquête à l’autre : l’âge moyen des gallicanautes, traditionnellement plus élevé que celui des salles de lecture de la BnF6, a très nettement augmenté depuis l’enquête de 2011, passant de 48 à 54 ans. Cette captation d’un public plus âgé – le vieillissement des gallicanautes usagers en 2011 et l’augmentation de l’audience ne suffisant pas à expliquer un tel écart – s’éclaire si on la met en relation avec la place prise par la consultation pour effectuer des recherches personnelles. À côté des traditionnelles réponses « études » et « métier », les motifs d’usages proposés par le questionnaire avaient tenu à distinguer le simple « loisir » de la « recherche personnelle ». Cette notion de « recherche personnelle », inspirée par des enquêtes qualitatives plus anciennes (par exemple : Amar & Chevallier 2014), devait permettre d’identifier, hors de tout contexte académique ou professionnel, des engagements personnels forts dans une activité de recherche requérant un objectif précis, une temporalité longue et une forme d’autodiscipline (régularité, respect d’une méthode, etc.), à distance du sens qu’a pris désormais le mot « loisir » dans la société industrielle (farniente et non otium). Une projection sur l’ensemble des consultations de Gallica7 montre que la recherche personnelle motive désormais 45 % des visites, largement devant le métier (20 %), les loisirs (20 %) et les études (15 %) ; 64 % des gallicanautes par ailleurs déclarent utiliser Gallica pour ce motif de recherche personnelle « à chaque fois ou presque » et 15 % « souvent ». En 2011, même si la question était rédigée légèrement différemment, seul·e·s 52 % des gallicanautes déclaraient se rendre sur Gallica « principalement » pour « des recherches en relation avec un travail personnel » (GMV 2012).

7Cette augmentation des formes d’engagement personnel dans le rapport à Gallica peut bien entendu renvoyer tout d’abord à une redistribution, voire un éclatement de l’activité des usager·ère·s en ligne, y compris chez les usager·ère·s « historiques » que sont les étudiant·e·s et les chercheurs et chercheuses professionnel·le·s. Comme l’ensemble des gallicanautes, étudiant·e·s, chercheurs et chercheuses professionnel·le·s sont de moins en moins « monomotifs » (celles et ceux qui le restent ne représentant que 28 % des répondant·e·s) et peuvent ainsi alterner un projet studieux avec du loisir ou de la recherche personnelle. Cette variété des motifs d’usage, qui progresse par rapport à 2011, ne se joue d’ailleurs pas seulement entre les sessions, mais aussi à l’intérieur même des sessions, tramées de fréquentes bifurcations, comme l’a montré une vidéo-ethnographie de dix gallicanautes réalisée par deux chercheuses et un chercheur de Télécom ParisTech dans le cadre du labex Obvil (Rollet, Beaudouin, Garron 2016). L’objectif était de réinscrire les résultats du questionnaire dans l’épaisseur de l’activité humaine, en observant au plus près les parcours d’utilisateurs et utilisatrices habitué·e·s de Gallica. La captation audiovisuelle de l’activité à l’écran était complétée par des entretiens d’auto-confrontation qui permettaient de donner sens aux observations. Celles-ci révèlent en particulier, au sein d’une même séquence de recherche, « d’une part, la capacité des utilisateurs à basculer d’un objectif à un autre et, d’autre part, à manier plusieurs objectifs en même temps, et donc à adopter des postures différentes simultanément » (Rollet et al. 2016). Plutôt que de variété, il nous faut donc plutôt parler d’une « porosité » des usages.

8Cet entrelacement des motifs, s’il a pu jouer dans l’augmentation des recherches personnelles, en particulier via celles désormais déclarées par les étudiant·e·s et les chercheur·se·s professionnel·le·s, n’est cependant pas le seul facteur explicatif. Le croisement de motifs le plus fréquent est en effet, désormais, celui du loisir et de la recherche personnelle (19 % des répondant·e·s), loin devant tous les autres multi-motifs. Ce chiffre dessine bien les contours d’un public singulier en forte croissance, que l’on peut caractériser, à titre de premier repérage, par a) un usage exclusivement de recherche ou alternant « recherche » et « loisir » hors du cercle professionnel ou académique ; b) un âge plus élevé que la moyenne des « gallicanautes » ; c) une plus forte représentation masculine. Parce qu’il peut être rapproché de la figure traditionnelle de l’amateur, laquelle a accompagné le développement des sciences naturelles (ornithologie, zoologie, botanique) et patrimoniales (histoire), nous qualifierons ce public de « senior amateur ». Rappelons qu’historiquement le terme d’« amateur » ne renvoie pas à une moindre compétence ou une moindre rigueur par rapport au chercheur professionnel, mais à un rapport affectif à l’objet de connaissance, appuyé sur une pratique personnelle experte et un certain degré d’engagement dans cette pratique (Guichard 2008). Sa présence désormais bien visible dans les publics de Gallica peut être mise en regard de la perception accrue du caractère « pour tout le monde » de Gallica – opinion qui passe de 71 à 85 % d’accord en 2016 (croissance encore plus nette sur les « tout à fait d’accord »). Un exemple singulier mais mesurable des usages du patrimoine numérisé va nous permettre d’éclairer cette figure : celui de la Grande Guerre.

  • 8 Est nommé site affluent un site qui pointe par un hyperlien vers un élément de Gallica et devient a (...)
  • 9 Consulté le 29 août 2019.

9L’apparition depuis 2011, dans la liste des quinze premiers sites affluents de Gallica8, d’un forum de discussions entre chercheurs et chercheuses amateur·trice·s autour de la Grande Guerre, Pages 14-189, a révélé l’ampleur du phénomène et semble être en mesure d’illustrer, comme nous allons le voir, les résultats de l’enquête. Créé en 2001, ce forum représente aujourd’hui vingt-trois mille membres inscrits et cinq cent mille messages échangés. Ce n’est pas un hasard : cette apparition en 2011 dans le radar des sites affluents est contemporaine de la fin du premier marché de numérisation de masse des imprimés de la BnF (2007-2011, à raison de cent mille volumes par an) où la période 1914-1918 ne fut pas en reste. Furent ainsi mises à disposition d’un large public, via Gallica, c’est-à-dire gratuitement et à distance, des sources essentielles pour l’étude de cette période. La présence du thème de la Grande Guerre dans les sites affluents, derrière celui plus large de la généalogie – qui peut, dans bien des cas, l’inclure –, a alors convaincu la BnF de lancer une recherche sur le « devenir en ligne du patrimoine numérisé » autour de cette période, afin de mieux comprendre ses appropriations par des communautés d’amateurs sur le web. Ce projet, conduit en 2013-2016 en partenariat avec La Contemporaine (ex-BDIC) et Télécom ParisTech, dans le cadre du labex Les passés dans le présent, a permis de vérifier, à travers des entretiens et une cartographie de cinq cents sites internet français dédiés à la Grande Guerre, non seulement la vitalité sur le web des échanges entre amateurs autour de ce thème, mais aussi la place qu’y occupent les documents numérisés issus de bibliothèques numériques patrimoniales ou portails documentaires (Gallica, Mémoire des hommes, L’Argonnaute, etc.). Après analyse (tous les résultats qui suivent sont extraits de Beaudouin, Chevallier, Maurel 2018, en particulier les chapitres de Valérie Beaudouin : « La carte du web consacré à la Grande Guerre » et « Le forum Pages 14-18 et sa communauté de pratique »), il s’est avéré en effet que plus de la moitié (54 %) des sites consacrés à la Grande Guerre sur le web français collecté par la BnF au titre du dépôt légal étaient des sites créés et animés par des internautes à titre personnel ou par des associations. L’observation de leurs contenus a montré par ailleurs que les documents patrimoniaux numérisés y étaient fréquemment publiés, commentés, légendés, voire transformés à des fins de connaissance. Sur un forum comme Pages 14-18, dont les données furent analysées de manière automatique, plus d’un message sur deux contient une image ou un lien hypertexte vers un document, et Mémoire des hommes, site du ministère des Armées qui donne accès à 1,3 million de fiches de Morts pour la France, y est le site internet le plus cité, suivi par Gallica. Les citations de liens vers des documents et surtout des images ont d’ailleurs connu une croissance remarquable dans les fils de discussion du forum de 2005 à 2012, cohérente avec l’augmentation sur cette période du nombre de documents accessibles en ligne.

Fig. 2. Carte du web français de la Grande Guerre

Fig. 2. Carte du web français de la Grande Guerre

Collecte de novembre 2014, sites avec au moins trente liens entrants et sortants (avec la typologie des sites en légende)

Source : Valérie Beaudouin, Zeynep Pehlivan, Télécom ParisTech, Labex Les passés dans le présent

10La mise à disposition gratuite d’une masse critique de documents sur le web par les institutions qui les conservent accompagne, voire suscite, le développement en ligne de communautés d’intérêt où l’échange documentaire raisonné est source de forte valorisation individuelle. Comme le fait remarquer Valérie Beaudouin, ces forums « produisent dans un même mouvement de la connaissance et du lien social » (2016), dans un contexte du web qui facilite la participation des individus indépendamment de leur statut social. La possibilité de partager facilement sa recherche et ses découvertes en ligne démultiplie l’envie de chercher et augmente les ressources personnelles du chercheur amateur via l’échange de bonnes pratiques. À ce titre, le forum de discussions Pages 14-18 témoigne à la fois du haut niveau de spécialisation et de compétence et du fort degré d’engagement personnel que ces études historiques, en lien avec la problématique de la mémoire collective ou individuelle, suscitent sur le web. Il joue désormais un rôle de médiateur entre les fonds numérisés par les institutions patrimoniales et leurs publics en ligne.

11Si nous regardons maintenant leur identité déclarée, à partir des champs qu’ils/elles sont invité·e·s à remplir lors de leur inscription, les usager·ère·s inscrits sur le forum s’écartent de la moyenne de la population française par deux caractéristiques qui les rapprochent en revanche des gallicanautes effectuant des recherches personnelles : la surreprésentation des hommes (80 % sur le forum) et surtout l’âge plus élevé (43 % sur le forum ont 60 ans et plus). L’analyse du forum et le questionnaire auprès des gallicanautes nous mettent donc devant des résultats cohérents qui amènent à s’interroger sur ce qu’il est courant d’appeler la « démocratisation » de l’accès au savoir par le détour d’internet, en particulier en direction des plus jeunes. Si les efforts de diversification des publics ont bien fonctionné en direction des seniors amateurs, on ne peut qu’être frappé en revanche par la faible part d’étudiant·e·s utilisant Gallica (qui chute de 21 à 10 %), se traduisant même par un recul en nombre estimé. La consultation des bibliothèques numériques dites spécialisées ou patrimoniales, et sans doute la compréhension même de leur offre, requièrent en effet une familiarité avec la notion de document patrimonial et une connaissance minimale des enjeux de sa numérisation, que certain·e·s enseignant·e·s se plaignent de ne pas trouver chez leurs étudiant·e·s (Amar & Chevallier 2014). Une étude qualitative européenne vérifie cette difficulté de convaincre les 15-24 ans de l’intérêt d’une bibliothèque numérique spécialisée comme Europeana, jugée à l’aune de Google et Wikipédia (Dobreva, McCulloch, Birrell, Ünal, Feliciati 2010).

12Au-delà de la faible représentation des plus jeunes, les principaux écarts entre les connaisseurs de Gallica et la population française portent sur les études longues, les professions et catégories socioprofessionnelles supérieures et la consommation de livres et d’activités culturelles, toutes mieux représentées que dans la moyenne française, comme l’a montré une récente étude de l’Ifop (Ifop 2018). La frontière invisible que trace la connaissance de la BnF et de ses missions au sein de la société française se retrouve presque à l’identique en ligne : la connaissance de Gallica (un Français sur quatre) ne concerne pas un public beaucoup plus diversifié socialement. Ce n’est donc pas une surprise que 38 % des gallicanautes en 2016 déclarent avoir déjà fréquenté les espaces physiques de la BnF : ce chiffre, élevé par rapport à la perception que l’on a souvent d’usager·ère·s trop vite qualifié·e·s de « distant·e·s », nous rappelle que les offres physiques et numériques se nourrissent l’une de l’autre. La surreprésentation des parisien·ne·s parmi les gallicanautes (un·e sur quatre réside à Paris et première couronne) vérifie que la proximité avec les établissements de la BnF a un impact sur l’usage en ligne.

3. Augmentation de la consultation en ligne : l’interface comme nouveau « partenaire » de recherche

13Deuxième évolution notable par rapport à 2011 : la progression, dans l’usage des documents, de la consultation attentive en ligne : 66 % disent le faire « souvent » ou « à chaque fois », contre 31 % en 2011. Cette consultation est désormais aussi importante que le téléchargement, pratique dominante en 2011 dans l’usage des documents trouvés sur Gallica et pratique plus largement constitutive du « collectionnisme numérique » observé aujourd’hui chez les chercheurs et chercheuses (Roustan 2016 ; Le Marec & Mairesse 2017). Derrière l’effet probable de l’amélioration des interfaces de consultation et des modes de connexion à internet (haut débit généralisé), mais aussi des limites du « collectionnisme » qui amène le chercheur ou la chercheuse à affronter à nouveau la matérialité et le temps dans un univers numérique qui semblait au départ d’accès immédiat et sans épaisseur (problèmes de classement, d’espace de stockage et de sauvegarde à partir d’une masse critique de documents numériques possédés), c’est un autre rapport à l’interface que révèle ce résultat.

14En 2011, les publics motivés par des recherches personnelles ou professionnelles préféraient transporter le contenu de Gallica dans leur propre univers – bibliothèque numérique sur son ordinateur, archive papier, etc. – avec un faible usage des fonctionnalités avancées de recherche et de manipulation des documents proposées. Parmi les nouveaux services et fonctionnalités attendus, le téléchargement complet de corpus arrivait en tête (61 %), soulignant ce rapport « consumériste » à Gallica, réservoir documentaire avant d’être un dispositif d’accès qui aurait son intérêt propre et serait partie prenante de l’activité de recherche, de lecture et d’interprétation des documents. Ce « déni d’interface » se manifestait en priorité dans les pratiques et les représentations du public motivé par des recherches précises – isolé par classification ascendante hiérarchique en deux groupes : les « loisirs spécialisés » (28 %) et les « pros » (30 %). À l’opposé, la consultation en ligne était en 2011 le propre des usager·ère·s venant par simple curiosité, pour flâner ou se distraire. Comme des entretiens auprès d’usager·ère·s intensifs de Gallica l’avaient préalablement montré (Amar & Touitou 2013 ; Amar & Chevallier 2014), le fait de conserver hors ligne le document numérisé, principalement par impression ou téléchargement sous format PDF, était d’abord motivé par l’inquiétude de ne pas être en mesure de le retrouver rapidement à travers une interface complexe, mal maîtrisée, dont le moteur de recherche semblait produire des résultats fluctuants ; mais aussi par le souhait de garder la maîtrise de « sa » bibliothèque et d’y adjoindre le cas échéant – dans le cas des bibliothèques numériques personnelles – d’autres sources numériques, y compris celles produites par le chercheur ou la chercheuse lui/elle-même (photographie numérique). Quant à l’impression papier, pratiquée encore « parfois » ou « souvent » par un gallicanaute sur deux en 2011, elle semblait s’imposer en cas de lecture approfondie, suivant l’opinion alors largement partagée que lire en ligne n’est pas vraiment lire (Amar & Touitou 2013 ; Amar & Chevallier 2014).

15A contrario, en 2016, le téléchargement complet de corpus chute de 61 à 41 % dans les attentes des gallicanautes ; de même que les outils d’annotation des documents (de 52 à 32 %) et un espace de travail collaboratif (de 28 à 13 %). Cette dernière baisse est à mettre en regard de l’augmentation du partage de documents de Gallica sur le web : 40 % le font désormais au moins occasionnellement, d’abord sur Facebook, alors qu’ils/elles n’étaient que 13 % en 2011. Les pistes d’améliorations potentielles présentées dans le questionnaire ont également été bien accueillies : elles concernaient les outils de transformation des documents (découpage, extraction, etc.) (attendus par 49 %) et les rebonds par hyperlien vers d’autres ressources, de la BnF (47 %) ou de ses partenaires (44 %). Ce bon accueil des améliorations éventuelles prenait place sur fond d’un bon niveau de connaissance et d’usage des fonctionnalités de base : consulter la table des matières (58 % l’utilisent « souvent »), modifier le mode d’affichage des documents (43 %), et, surtout, zoomer (81 %). On objectera à cette bonne appropriation de l’interface que les fonctionnalités avancées (recherche avancée, copie du code du document, récupération via une API, etc.) restent encore largement sous-utilisées, confirmant un phénomène régulièrement observé sur les interfaces de recherche sur le web. Mais cette sous-utilisation ne doit pas être trop vite interprétée comme un déficit de formation des usager·ère·s aux techniques de recherche informatisée (Papy 2016) et donc comme une inadaptation des compétences aux interfaces. Comme le montre l’enquête de 2016, « l’expertise » du gallicanaute – mesurée à partir de sa fréquence d’usage des fonctionnalités dans toute leur diversité – n’est aucunement corrélée au plan statistique à son âge, sa catégorie socioprofessionnelle ou son niveau d’étude, mais uniquement à sa fréquence de consultation. L’expertise ne relève donc pas tant de compétences générales que d’un certain cadre d’activité.

16Cette appréhension plus positive de l’interface et de ses fonctionnalités, que l’enquête de 2016 permet de mesurer, a certainement été portée par l’amélioration de l’ergonomie du site : l’appréciation de la navigation et de l’accessibilité des fonctions de manipulation des documents a ainsi connu une progression de sept points (27 % et 35 % de réponses « tout à fait d’accord »), tandis que la satisfaction générale connaissait une progression remarquable, le score des « tout à fait satisfait(s) » passant de 36 à 48 %. Mais cette vision, centrée sur l’objet technique et ses développements, qui passeraient par des stades auxquels l’usager·ère s’adapterait plus ou moins bien du dehors, gagne à être enrichie par un autre regard qui part de l’activité humaine et ses interactions, où l’objet technique est vu comme un partenaire et non un point de butée (Denis 2009). La vidéo-ethnographie de gallicanautes régulier·ère·s (Rollet et al. 2017), qui a permis d’observer des recherches en situation naturelle et le plus souvent ouvertes (qui ne se limitent pas à rechercher un document ou une information précise, mais se déploient par exemple autour d’un thème ou d’une période), éclaire cette appréhension positive d’un jour nouveau en attirant notre attention sur deux dimensions de l’usage de Gallica qui ne peuvent apparaître dans le questionnaire, et très rarement dans les entretiens. La première dimension est la place de l’interface dans la structuration d’une recherche et la construction d’un raisonnement, en particulier à travers la manière de consulter et d’évaluer les résultats du moteur de recherche : ces derniers, au gré des surprises ou des déceptions, peuvent amener l’usager·ère à modifier sa stratégie initiale, en se dotant par exemple de buts intermédiaires ou en produisant des « catégorisations fluctuantes », et même, dans certains cas, à « complètement bifurquer dans son argumentation ». « Dans cette idée, les requêtes dans la barre de recherche peuvent se lire comme des étapes de cheminement, d’une réflexion en train de se faire » (Rollet et al. 2017). La seconde dimension est l’écologie de l’utilisation de Gallica, c’est-à-dire son inscription dans un cadre d’activité plus large incluant le corps, d’autres artéfacts numériques ou matériels, mais aussi d’autres personnes (présentes physiquement ou dans la mémoire de l’usager·ère) : il n’y a pas seulement activité sur Gallica, mais également avec Gallica, où l’interface et le dispositif de consultation (ordinateur, téléphone) ne sont pas effacés mais s’insèrent « dans un univers matériel et numérique ouvert (du carnet de notes près du clavier, à Evernote ou Youtube) » au sein d’activités qui s’articulent et se structurent mutuellement (Rollet et al. 2017).

  • 10 Il serait intéressant d’étudier comment cet usage « daté » est aujourd’hui profondément renouvelé p (...)

17Bien entendu, se servir de Gallica comme d’un réservoir de documents – si l’on entend par-là le recours massif au téléchargement, via l’interface, très prégnant dans les enquêtes menées en 2010-201210 – n’exclut ni les bifurcations dans la recherche, ni l’entrelacement des outils et des activités ; mais le rapport à l’objet technique y est vécu de manière d’abord négative : l’interface est ce dont on cherche à se libérer au plus vite pour effectuer en dehors la véritable activité de lecture, de réflexion ou même de simple organisation du savoir. Ce que l’interface finalement montre d’elle-même à l’usager·ère « collecteur·rice » ou « collectionneur·se », c’est sa capacité de résistance (la lenteur à répondre, le « bruit » du moteur de recherche, etc.). Elle n’existe qu’en tant que frein à la collecte, comme elle n’existe qu’en tant que frein à la consultation quand, par exemple, aux dires d’un usager de la bibliothèque numérique NumDam en 2011, on se « [tue] les yeux sur un écran à mettre deux heures pour tourner chaque page » (Amar & Touitou 2013).

18Dans les séquences de la vidéo-ethnographie, même si elles se limitent à un certain type d’usages et d’usager·ère·s (recherches ouvertes, usages réguliers), le site web devient au contraire un partenaire de l’activité de recherche au sein d’un environnement riche en interactions et en présences diverses (parfois sous la « présence obstinée » des messages électroniques). Cette reconnaissance de l’apport propre de l’interface, occasion d’une activité complexe où action et cognition ne cessent de se croiser et de se relancer mutuellement, favorise l’installation durable, en ligne, du chercheur ou de la chercheuse. Il est par exemple remarquable que l’impression apparente de désordre des résultats du moteur de recherche, motif de grief couramment qualifié de « bruit », peut être dans certains cas recherché par l’usager·ère, soucieux·se au contraire de ne pas trop « fermer » à l’avance sa recherche (ainsi de Didier dans la vidéo-ethnographie qui veille à ne surtout pas mettre de guillemets dans sa requête) ; quant au défilement d’une longue liste de résultats, également potentiellement anxiogène, il n’est pas forcément perçue comme une perte de temps, une activité fastidieuse et inutile, mais plutôt comme une activité parfaitement maîtrisée qui permet une évaluation « à gros grain » d’un domaine ou d’un type de documents (Rollet et al. 2017).

19La bibliothèque numérique Gallica est l’occasion d’observer, à travers le regard croisé de différentes enquêtes et différentes méthodologies, l’évolution du rapport au patrimoine documentaire numérisé, à la fois du côté des motivations des usager·ère·s (développement des recherches personnelles à fort engagement de type amateur) et de leur activité concrète (l’interface comme partenaire de recherche et non plus comme obstacle à contourner). L’aisance nouvelle devant l’interface, où les défauts bien connus des portails documentaires ou bibliothèques numériques s’inversent en opportunité, où l’usager·ère établit ses propres stratégies pour maîtriser la masse et le bruit, et où le document numérique, consulté dans son dispositif technique initial de publication, semble perdre de son hors-champ, pourrait être le signe d’une extension de ce que le discours académique a institué comme le « numérique ». Plus rien ne lui ferait obstacle et, l’aisance appelant la vitesse et la productivité, il se substituerait aux autres supports et médiations du savoir. Il n’en est rien, et ce rapport pacifié avec des interfaces qui ne sont plus des objets mystérieux ou perturbateurs – sans même mentionner ici les peurs de superficialité, d’« aplatissement » du savoir, de perte du contexte ou de la matérialité, si souvent entendues dans les enquêtes – est peut-être le signe paradoxal qu’elles peuvent trouver leur juste place dans des pratiques intellectuelles qui ne sont jamais simplement « numériques » comme le rappellent Joëlle Le Marec et François Mairesse. C’est même le phénomène opposé que leur ethnographie récente des pratiques savantes ordinaires révèle, même et surtout chez les utilisateurs·trices les plus investi·e·s dans les nouveaux outils : « Les dispositifs informatiques semblent (encore) accentuer des tendances divergentes plus qu’elles ne les homogénéisent » (Le Marec & Mairesse 2017). C’est bien plutôt la grande hétérogénéité des pratiques qu’observe l’anthropologie des savoirs, que ce soit dans la forme de moments distincts de la recherche documentaire, où l’on a tantôt besoin de l’objet et tantôt on se suffit de son image (Roustan 2016), ou celle d’un espace de travail ouvert et peuplé de choses (Rollet et al. 2017).

Haut de page

Bibliographie

Amar Muriel & Chevallier Philippe (2014). « Les usages des corpus numérisés de Gallica sur la Grande Guerre », rapport d’étude. BnF. [Consulté le 15 juin 2018.]

Amar Muriel & Touitou Cécile (2013). « Usages des corpus patrimoniaux numérisés à l’heure de Google Books ». In Papy Fabrice (dir.). Recherches ouvertes sur le numérique. Paris, Lavoisier : 117-148.

Beaudouin Valérie (2016). « Forums en ligne : des espaces de co-production de la connaissance et du lien social ». In Martin Olivier & Dagiral Éric (dir.). L’Ordinaire d’internet. Paris, Armand Colin : 203-226.

Beaudouin Valérie & Denis Jérôme (2014). « Observer et évaluer les usages de Gallica. Réflexion épistémologique et stratégique », rapport de recherche. BnF/Telecom ParisTech. [Consulté le 15 juin 2018.]

Beaudouin Valérie, Garron Isabelle, Rollet Nicolas (2016). « Je pars d’un sujet, je rebondis sur un autre : pratiques et usages des publics de Gallica », étude qualitative exploratoire, rapport final de la phase 1 du projet « Mettre en ligne le patrimoine : transformation des usages, évolutions des savoirs ? ». BnF/labex Obvil/Télécom ParisTech. [Consulté le 15 juin 2018.]

Beaudouin Valérie, Chevallier Philippe, Maurel Lionel (2018). Le Web français de la Grande Guerre. Réseaux amateurs et institutionnels. Nanterre, Presses universitaires de Paris Nanterre (« Les passés dans le présent »).

Denis Jérôme (2009). « Une autre sociologie des usages ? Pistes et postures pour l’étude des chaînes sociotechniques », article de synthèse pour le programme TIC & Migrations. Paris, MSH. [Consulté le 15 juin 2018.]

Dobreva Milena, McCulloch Emma, Birrell Duncan, Ünal Yurdagül, Feliciati Pierluigi (2010). « Digital Natives and Specialised Digital Libraries : A Study of Europeana Users ». Communications in Computer and Information Science, 96 : 45‑60.

Donnat Olivier (2011). « Pratiques culturelles, 1973-2008. Dynamiques générationnelles et pesanteurs sociales ». Culture études, 7 : 1-36.

Ganassali Stéphane & Moscarola Jean (2004). « Protocoles d’enquête et efficacité des sondages par Internet ». Décisions Marketing, 33 : 63-75.

GMV (2012). « Évaluation de l’usage et de la satisfaction de la bibliothèque numérique Gallica et perspectives d’évolution », rapport détaillé. BnF. [Consulté le 15 juin 2018.]

Guichard Charlotte (2008). Les Amateurs d’art à Paris au xviiie siècle. Seyssel, Champ Vallon.

Ifop (à paraître). « Notoriété et image de la BnF auprès de la population française en âge de la fréquenter, Enquête Ifop pour la BnF », rapport d’étude.

Le Marec Joëlle & Mairesse François (2017). Enquête sur les pratiques savantes ordinaires : collectionnisme numérique et environnements matériels. Bordeaux, Le Bord de l’Eau.

Loosveldt Geert, Carton Ann, Billiet Jaak (2004). « Assessment of Survey Data Quality : A Pragmatic Approach ». International Journal of Market Research, 46(1) : 65-82.

Muñoz-Leiva Francisco, Sanchez-Fernandez Juan, Montoro-Rios Francisco, Ibanez-Zapata José (2010). « Improving the Response Rate and Quality in Web-Based Surveys through the Personalization and Frequency of Reminder Mailings ». Quality & Quantity : International Journal of Methodology, 44(5) : 1037-1052.

Nouvellet Adrien, Beaudouin Valérie, Alché-Buc Florence (d’), Prieur Christophe, Roueff François (2017). « Analyse des traces d’usage de Gallica : Une étude à partir des logs de connexions au site Gallica », rapport de recherche. Télécom ParisTech/BnF. [Consulté le 15 juin 2018.]

Papy Fabrice (2016). « Bibliothèques numériques et recherche sur le web ». In Roustan Mélanie (dir.). La Recherche dans les institutions patrimoniales. Sources matérielles et ressources numériques. Villeurbanne, Presses de l’Enssib : 58-72.

Rollet Nicolas, Beaudouin Valérie, Garron Isabelle (2017). « Vidéo-ethnographie des usages de Gallica », rapport final de la phase 2 du projet « Mettre en ligne le patrimoine : transformation des usages, évolutions des savoirs ? », BnF/labex Obvil/Télécom ParisTech. [Consulté le 15 juin 2018.]

Roustan Mélanie (2016). « La vague numérique et le ressac du réel. Du rapport aux sources des chercheurs en sciences humaines et sociales ». In Roustan Mélanie (dir.). La Recherche dans les institutions patrimoniales. Sources matérielles et ressources numériques. Villeurbanne, Presses de l’Enssib : 170-192.

TMO régions (2017). « Enquête auprès des usagers de la bibliothèque numérique Gallica », rapport d’enquête. BnF. [Consulté le 15 juin 2018.]

Haut de page

Notes

1 Au 31 mai 2018, Gallica offrait l’accès à 4,3 millions de documents patrimoniaux numérisés de la Bibliothèque nationale de France et de ses partenaires : 2,1 millions de numéros de presse et revues, 1,2 million d’images, 600 000 imprimés, 400 000 objets, 100 000 manuscrits, mais aussi des cartes, des partitions, des enregistrements sonores et des vidéos.

2 Ce principe du croisement des approches guide depuis 2013 les travaux du Bibli-Lab, partenariat de recherche entre la BnF et Télécom ParisTech autour des usages du patrimoine numérique des bibliothèques. Tous les travaux qui suivent ont été conduits dans ce cadre partenarial.

3 La visibilité de l’annonce a été étendue à toutes les pages du site, au-delà de la seule page d’accueil qui ne reçoit que 21 % des visites (chiffre donné pour l’année 2016 par l’outil de mesure d’audience et d’analyse du web Xiti, auquel la BnF a recours).

4 Chiffre donné par Xiti, cf. note 3.

5 Un projet de recherche sur les logs de connexion aux serveurs de Gallica a ainsi montré que la médiane des temps de session sur Gallica était de douze secondes (Nouvellet, Alché-Buc [d’], Beaudouin, Prieur, Roueff 2017), alors que 69 % des « gallicanautes » ayant répondu à l’enquête déclarent passer habituellement plus de trente minutes sur l’interface et 18 % plus d’une heure.

6 26 ans en bibliothèque tout public du Haut-de-jardin, 40 ans en bibliothèque de recherche accessible sur accréditation.

7 Afin de mieux quantifier les réponses relatives au motif de la visite, le déclaratif a été converti en nombre de visites, en attribuant une valeur conventionnelle à la fréquence déclarée pour chaque motif et en la combinant avec la fréquence de visite déclarée par les répondant·e·s.

8 Est nommé site affluent un site qui pointe par un hyperlien vers un élément de Gallica et devient ainsi une source de trafic. Les sites affluents, hors sites du domaine bnf.fr, représentaient en 2011 16 % du trafic total de Gallica.

9 Consulté le 29 août 2019.

10 Il serait intéressant d’étudier comment cet usage « daté » est aujourd’hui profondément renouvelé par les possibilités nouvelles offertes par la fouille de données et les accès de type « API » (application programming interface).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Page d’accueil de Gallica
Crédits Source : Gallica, Bnf, 2019
URL http://journals.openedition.org/bssg/docannexe/image/488/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1015k
Titre Fig. 2. Carte du web français de la Grande Guerre
Légende Collecte de novembre 2014, sites avec au moins trente liens entrants et sortants (avec la typologie des sites en légende)
Crédits Source : Valérie Beaudouin, Zeynep Pehlivan, Télécom ParisTech, Labex Les passés dans le présent
URL http://journals.openedition.org/bssg/docannexe/image/488/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Chevallier, « Les évolutions de l’usage savant du patrimoine documentaire en ligne »Biens Symboliques / Symbolic Goods [En ligne], 7 | 2020, mis en ligne le 20 novembre 2020, consulté le 24 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/bssg/488 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bssg.488

Haut de page

Auteur

Philippe Chevallier

Délégation à la stratégie et à la recherche – Bibliothèque nationale de France (BnF)

Haut de page

Droits d’auteur

Biens Symboliques / Symbolic Goods

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search