Navigation – Plan du site
VARIÉTÉS

L’espagnol, naissance d’une langue morte : quelques considérations sur l’hispanité des Séphardim d’Aquitaine

El español, nacimiento de un idioma muerto: algunas consideraciones sobre la identidad hispana de los Sefardíes de Aquitania
The Spanish language, birth of a dead language: some considerations upon the Spanish identity of Sephardim in Aquitania
Peter Nahon
p. 643-662

Résumés

Ravivant un sujet oublié depuis les deux études de Georges Cirot (BHi 8-2, 1906 ; 24-3, 1922), cet article se propose d’éclairer le destin de l’espagnol chez les Juifs hispano-portugais du Sud-Ouest de la France. De langue de culture, il est devenu langue rituelle ; ses échos sont désormais un référent central et unique de l’identité religieuse des Séphardim de France.

Haut de page

Dédicace

« Les langues ni le soleil ne s’arrêtent plus. Le jour où elles se fixent, c’est qu’elles meurent ».
V. Hugo, préface de Cromwell.

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2021.

Plan

D’une langue à l’autre … mais quelles langues ?
Quand l’espagnol cessa-t-il d’être parlé ? (Mais a-t-il jamais été parlé ?)
Du caractère “juif” de l’espagnol employé en Aquitaine
Variétés “juives” de gascon et de français
Ritualisation et désémantisation ou émergence d’une langue morte

Aperçu du texte

La question de la persistance d’une identité ibérique linguistique et culturelle chez les exilés juifs de 1492 a été maintes fois posée, quant aux formes qu’elle revêt dans les mondes ottoman ou nord-africain. En comparaison, la bibliographie relative à cet aspect au regard de l’histoire des communautés israélites dites hispano-portugaises du Sud-Ouest de la France est quant à elle quasi inexistante. Le présent article se propose de remédier à cette lacune en proposant, après un bref état de la question et une reconsidération de la place de l’espagnol dans les pratiques linguistiques de ces communautés, la mise en lumière du cas unique que constitue la naissance d’un espagnol liturgique, ritualisé et désémantisé.

Les exilés d’Espagne et du Portugal, juifs, puis les fugitifs, dits “nouveaux chrétiens” puis parfois “marranes”, des Inquisitions ibériques, ont entretenu un flot continu d’immigration vers le Sud-Ouest de la France entre le début du XVIe siècle et la fin du XVIIIe siècle. ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Peter Nahon, « L’espagnol, naissance d’une langue morte : quelques considérations sur l’hispanité des Séphardim d’Aquitaine », Bulletin hispanique, 120-2 | 2018, 643-662.

Référence électronique

Peter Nahon, « L’espagnol, naissance d’une langue morte : quelques considérations sur l’hispanité des Séphardim d’Aquitaine », Bulletin hispanique [En ligne], 120-2 | 2018, mis en ligne le 10 décembre 2021, consulté le 22 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/bulletinhispanique/7229 ; DOI : 10.4000/bulletinhispanique.7229

Haut de page

Auteur

Peter Nahon

Université de Paris-Sorbonne

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page