Navigation – Plan du site
Lectures

Michel Raspaud, Le Sport au Brésil

Paris, Chandeigne, 2016
Igor Martinache
p. 199-201
Référence(s) :
Michel Raspaud, Le Sport au Brésil, Paris, Chandeigne, 2016, 210 p.

Texte intégral

1Le Brésil a accueilli coup sur coup les deux principales manifestations sportives du monde au cours des dernières années : la Coupe du monde de football en 2014 et les Jeux olympiques d’été à Rio deux ans plus tard ; conjonction suffisamment rare pour être notée. Le tout dans un contexte socio-économique et politique particulièrement heurté, marqué par un arrêt brutal de la croissance économique et l’opération Lava Jato (le scandale Petrobras) qui n’en finit pas d’entraîner son lot de révélations et de coups politiques dignes des meilleurs (ou pires) scénarios hollywoodiens. Alors que la connaissance du sport au pays du drapeau auriverde se résume souvent en dehors de ses frontières au cliché de la patrie du football, la synthèse qu’en propose pour le lectorat francophone Michel Raspaud, professeur émérite de sociologie à l’université Grenoble-Alpes, fait incontestablement œuvre utile pour corriger une telle méconnaissance, mais aussi offrir un précieux point de comparaison avec d’autres exemples nationaux d’institutionnalisation du sport, en dépit du fait qu’elle s’appuie essentiellement sur des données de seconde main (ouvrages et articles scientifiques et de presse brésiliens en majorité, auxquels s’ajoutent des données glanées sur les sites Internet des institutions concernées).

  • 1 Michel Raspaud, Une histoire du football au Brésil, Paris, Chandeigne, 2010.

2Après avoir proposé au début de la décennie une synthèse socio-historique du football brésilien1, Michel Raspaud s’efforce ici d’éviter « autant que faire se peut de parler du football, pour se consacrer au reste du sport brésilien » (p. 149), comme il l’explique incidemment. Il organise sa présentation en huit chapitres, tantôt chronologiques, tantôt thématiques, agrémentés de copieuses annexes (dont une galerie de vingt portraits de champion.ne.s majeur.e.s brésilien.ne.s). Après un bref rappel de l’histoire de l’indépendance de cette jeune nation, il commence par revenir sur l’implantation du sport moderne en son sein, apporté comme ailleurs par des immigrés européens, avec un primat initial de l’hippisme et des sports nautiques, avant une première diffusion auprès des couches populaires dans les années 1920. Marquée par l’instauration du régime de l’Estado Novo de Getúlio Vargas, la décennie suivante l’est aussi sur le plan sportif par la professionnalisation du football – pratiquement au même moment que dans l’Hexagone – et la croissance manifeste des effectifs de la délégation représentant le pays aux Jeux olympiques, même si les résultats ne sont pas pour autant au rendez-vous. Ceux-ci arriveront dans les décennies suivantes, sans que la période de dictature militaire (1964-1985) n’interrompe la dynamique, au contraire, le football jouant même un rôle de diversion quant aux agissements du régime, suggère l’auteur.

3En dépit des titres accumulés par les sportifs.ves brésilien.ne.s sur la scène mondiale, sur lesquels Michel Raspaud s’arrête largement, la pratique sportive est loin d’être massive au sein de la population brésilienne, qui affiche un taux de sédentarité (part de la population n’ayant pas d’activité physique) particulièrement élevé (près de 46 %, contre 27 % en France par exemple). L’un des facteurs pourrait en être une organisation du sport très libérale, où prospèrent de grandes sociétés sportives possédant la majeure partie des installations, l’utilisation de celles-ci étant réservée à leurs membres moyennant des cotisations inaccessibles au commun des travailleurs. Ce modèle de clubs élitistes favorisant un entre-soi allant d’ailleurs bien au-delà de la pratique sportive constitue une survivance tenace du siècle dernier et se maintient grâce à un niveau d’inégalités très élevé conjugué à un désinvestissement marqué de la puissance publique dans ce domaine. C’est ce que montre bien l’historique des lois sur le sport que dresse Michel Raspaud à partir de la fin des années 1930, date où le mot fait son apparition dans la législation, avec en point d’orgue les lois Zico et Pelé de 1993 et 1998 qui viennent restructurer en profondeur le droit du sport en renforçant et en encourageant l’initiative privée et l’autonomie des fédérations – même si la seconde libère les joueurs du pouvoir exorbitant de leurs clubs en matière de transferts. Sans oublier les lois de 2012 et 2013, qui instaurent un véritable régime d’exception en faveur de la Fifa et du CIO pour, respectivement, l’organisation de la Coupe du monde de football et celle des Jeux olympiques, avec notamment de généreuses exemptions fiscales et même une remise en cause de l’interdiction de la vente d’alcool dans les stades préalablement instaurée pour endiguer la violence particulièrement dure des affrontements entre supporters de football. Bref, en dépit d’une priorité affichée en faveur du « sport pour tous », force est de constater que c’est bien l’objectif de conquête de résultats sur la scène internationale afin de promouvoir l’image d’une « puissance sportive » à l’étranger qui semble primer.

4Si, comme le souligne l’auteur, les politiques sportives locales restent encore largement à étudier, ce sont les associations qui semblent jouer le rôle moteur pour développer la pratique sportive des populations les plus défavorisées ; à l’instar de la Cufa (Central única das Favelas), qui organise un grand tournoi de football réunissant plus de 2 700 jeunes des favelas de Rio, tournoi sponsorisé par d’importants mécènes publics et privés.

5La part de la dépense sportive dans le PIB brésilien est néanmoins notablement importante, dépassant même un pays comme la France, avec un marché des équipements sportifs et des salles de fitness privées (les academias) particulièrement dynamique, comme en témoigne le développement accéléré de Decathlon dans le pays. Inversement, le sport professionnel, football inclus, est relativement mal doté, ce qui se traduit par l’exode des pratiquant.e.s de plus haut niveau, notamment concernant le basket-ball ou le volley-ball. Les ventes de joueurs à l’étranger n’empêchent cependant pas la dette des clubs de football de s’accroître de manière accélérée ces dernières années, à l’instar de ce qu’il advint de la facture pour les installations de la Coupe du monde et des Jeux, sur lesquels l’auteur revient dans le dernier chapitre, chiffres détaillés à l’appui, soulignant certes les retombées attendues en matière de tourisme, mais relevant aussi les arrière-pensées en matière d’urbanisation et de « pacification » des villes, Rio en tête. Le moins que l’on puisse dire en la matière est que les déplacements de populations entraînés par les grands travaux d’infrastructure, outre un traumatisme certain pour les populations concernées, n’ont pas eu l’effet escompté.

6Au final, cet ouvrage parvient à décentrer utilement le regard sur le football et l’image de carte postale accolée encore trop souvent au Brésil, pays où le développement du sport constitue un révélateur puissant des dynamiques inégalitaires et d’un libéralisme décentralisateur faisant la part belle aux initiatives privées sur fond de corruption endémique. Au-delà de cet axe de lecture, le livre de Michel Raspaud offre également une quantité d’informations inestimable pour quiconque souhaite se lancer dans une recherche sur l’organisation et la pratique du sport au Brésil – terrain dont de larges pans restent encore à explorer –, tout en constituant une invitation implicite à reproduire la démarche sur d’autres cas nationaux, en Amérique du Sud comme ailleurs.

Haut de page

Notes

1 Michel Raspaud, Une histoire du football au Brésil, Paris, Chandeigne, 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Igor Martinache, « Michel Raspaud, Le Sport au Brésil », Cahiers des Amériques latines, 92 | 2019, 199-201.

Référence électronique

Igor Martinache, « Michel Raspaud, Le Sport au Brésil », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 92 | 2019, mis en ligne le 01 avril 2020, consulté le 28 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/cal/10167

Haut de page

Auteur

Igor Martinache

Université de Lille, Clersé/Ceraps

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • OpenEdition Journals