Navigation – Plan du site
Lectures

Marie-Christine Doran, Le Réveil démocratique du Chili. Une histoire politique de l’exigence de justice (1990-2016)

Paris, Karthala, coll. « Hommes et Sociétés », 2016
Damien Larrouqué
p. 210-212
Référence(s) :
Marie-Christine Doran, Le Réveil démocratique du Chili. Une histoire politique de l’exigence de justice (1990-2016), Paris, Karthala, coll. « Hommes et Sociétés », 2016, 380 p.

Texte intégral

1La politiste canadienne Marie-Christine Doran analyse dans cet ouvrage la remise en question politique et sociale de la démocratie dite « de consensus » telle qu’elle s’est développée au Chili à partir de 1989. Fondée sur les principes de stabilité institutionnelle, de paix civile et de croissance économique, cette conception de la démocratie entrerait en contradiction, selon ses détracteurs, avec d’autres principes plus fondamentaux encore : la reconnaissance de la responsabilité de l’État dans les exactions commises durant la dictature et la demande de justice et de réparation en faveur des victimes. Adoptant une démarche chronologique qui fait débuter son investigation à la chute de Pinochet, l’auteure retrace de manière exhaustive ce qu’elle appelle le lent « réveil démocratique chilien » (p. 17) et identifie notamment plusieurs moments de bascule de l’opinion : l’arrestation de Pinochet à Londres en 1998, l’effervescence sociale entretenue par le débat sur l’Assemblée constituante et renforcée par l’élection de Bachelet en 2005, ou encore la fronde étudiante de 2011-2012. Pour ce qui est de la méthode scientifique, l’auteure privilégie l’analyse de discours, se centrant plus précisément sur les discours présidentiels dont elle s’emploie à déterminer les valeurs sous-jacentes et autres éléments cognitifs qui structurent et témoignent des visions du monde véhiculées par leurs auteurs. L’ambition de l’ouvrage est de montrer comment cette remise en question d’une démocratie faussement consensuelle est née de la « périphérie du social » jusqu’à conquérir « le cœur du politique » (p. 23). En d’autres termes, l’auteure analyse le processus de réappropriation politique par la société et de juridification par le bas, qui se veut porteur d’une nouvelle conception de la démocratie, dite « de justice » (loc. cit.).

2En sus de l’introduction, la réflexion générale s’articule autour de deux chapitres théoriques et de sept chapitres chronologiques, dont les ruptures temporelles ne correspondent pas rigoureusement aux changements de gouvernement et tendent souvent à se chevaucher d’un chapitre à l’autre.

3Dans le premier, l’auteure replace le cas chilien dans les théories classiques de la transitologie, revenant notamment sur les célèbres « enclaves autoritaires » (système électoral propice aux forces conservatrices, constitutionnalisation de l’amnistie, subsistance d’un organe de contrôle militaire de la démocratie, désignation de sénateurs non élus, etc.) qui ont dominé la vie politique et institutionnelle chilienne durant toute la décennie 1990, une bonne moitié des années 2000 et même jusqu’en 2015 pour certains d’entre elles : ce n’est qu’à cette date que le système binominal à un tour a été réformé.

4Le second chapitre porte principalement sur l’analyse du discours, mais vient également étayer des considérations exposées supra – le fonctionnement électoral de la transition est-il par exemple décrit dans le cadre de la présentation générale des concepts structurant l’ensemble de la réflexion (dialogue constitutif, articulations hégémoniques, effets d’objectivité, interdiscours, etc.).

5Les chapitres 3 à 8 sillonnent l’histoire politique chilienne depuis la montée en puissance de l’opposition pro-démocratique à la fin de la dictature jusqu’au second mandat de Bachelet. L’auteure insiste sur le fait que les premiers gouvernements de la transition assimilent la protestation sociale à de la violence politique en vue de la délégitimer (chapitre 4) et amalgament, dans le même temps, action subversive et terrorisme d’État afin de rendre ses revendications inaudibles (chapitre 5). Durant toutes les années 1990, l’idéal de justice est ainsi sacrifié sur l’autel de la stabilité politique et de la croissance économique. En 1998, l’élection de Ricardo Lagos, premier président socialiste à être porté au pouvoir depuis Salvador Allende, marque une inflexion dans le discours politique, qui entend désormais substituer à la conception d’une « démocratie protégée » contre ses excès celle d’une « démocratie réconciliée » autour de la reconnaissance d’une souffrance collective (chapitre 6). Dans ce contexte, l’arrestation de Pinochet à Londres marque une étape significative dans la lutte contre l’impunité. Six ans plus tard, la publication du rapport de la Commission nationale sur l’emprisonnement et la torture, présidée par Mgr Valech, fait grand bruit, malgré les caviardages occultant les noms des militaires inculpés. Ces derniers sont aussi protégés par la loi de 2003 dite du « secret professionnel », qui leur permet de communiquer aux autorités les lieux et méthodes d’exaction sans crainte d’en être tenus pour responsables et traduits devant les tribunaux. Le vrai réveil de la société chilienne contre l’impunité des tortionnaires intervient au milieu des années 2000, attisé par le projet de septembre 2005 du président Lagos d’accorder des remises de peine à des militaires déjà condamnés (chapitre 7). Ces protestations prennent de l’ampleur à partir du premier mandat de Bachelet, se cristallisent durant le printemps chilien des années 2011-2012 et s’exacerbent au cours de la seconde administration Bachelet qui, dépassée par les revendications, opère un raidissement répressif (chapitre 8). Dans la conclusion, l’auteure revient, entre autres, sur le concept de « post-dictature » qui se serait imposé dans le débat politique national pour désigner trois décennies de renouveau démocratique sur lesquelles l’héritage autoritaire aurait continué de peser.

6En dépit des solides connaissances dont son auteure fait la preuve, l’ouvrage n’est pas exempt de critiques. En premier lieu, le style est souvent lourd et la compréhension parfois difficile. Même après plusieurs relectures, certaines tournures restent absconses. Par ailleurs, le découpage par sous-titres non numérotés à l’intérieur des chapitres est assez déconcertant. En l’absence d’annonce de plan et de conclusion systématique au niveau des différents chapitres, la réflexion se donne à lire comme si elle avait été écrite « au fil de la plume ». Ce sentiment est renforcé par le fait que les sous-parties sont très déséquilibrées. Bref, on tend à se perdre dans une argumentation parfois redondante. Enfin, plus fondamentalement, on peut s’interroger sur la pertinence de l’approche théorique revendiquée qui consiste, à travers l’analyse du discours, à « expliciter l’implicite » (p. 67). Or cette démarche aboutit parfois et de manière caricaturale à réécrire avec des mots compliqués ce que les protagonistes ont laissé entendre par des mots simples. Car, même en dépit de l’invitation, pour le lecteur « qui ne souhaiterait pas prendre connaissance de cette analyse plus théorique », à passer outre (p. 45), les fondements conceptuels sur lesquels s’appuie la réflexion relèvent effectivement d’un jargon très technique voire d’un sabir académique. En clair, pour le néophyte, l’assimilation du propos s’avère complexe. Destiné à un public scientifique averti, l’ouvrage n’a rien d’un texte de vulgarisation sur l’histoire contemporaine du Chili, ainsi que son titre le suggérerait.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Damien Larrouqué, « Marie-Christine Doran, Le Réveil démocratique du Chili. Une histoire politique de l’exigence de justice (1990-2016) », Cahiers des Amériques latines, 92 | 2019, 210-212.

Référence électronique

Damien Larrouqué, « Marie-Christine Doran, Le Réveil démocratique du Chili. Une histoire politique de l’exigence de justice (1990-2016) », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 92 | 2019, mis en ligne le 01 avril 2020, consulté le 27 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/cal/10224

Haut de page

Auteur

Damien Larrouqué

Chercheur post-doctoral (Inap-université du Chili)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • OpenEdition Journals