Navigation – Plan du site

AccueilNuméros93ÉtudesGenèse et réappropriation du « dé...

Études

Genèse et réappropriation du « développement alternatif » (à la coca) en Bolivie et au Pérou. La fabrique « par le bas » d’un concept onusien

Genesis and re-appropriation of the “Alternative Development” (to the coca leaf) in Bolivia and Peru. The “bottom-up” design of an international concept
Génesis y reapropiación del “Desarrollo Alternativo” (a la coca) en Bolivia y en el Perú. La fabricación desde abajo de un concepto de la ONU
Marie-Esther Lacuisse
p. 173-192

Résumés

Cet article revient sur la genèse, en Bolivie et au Pérou, du « développement alternatif », concept promu par les Nations unies comme nouvelle stratégie pour lutter contre les drogues au moyen du renforcement de l’aide au développement dans les pays producteurs de plantes servant à la fabrication des drogues illicites. Il rend compte, dans ce cadre, de la fabrique d’un concept international « par le bas » et d’un processus de réappropriation « par le haut » qui renouvellent l’approche top-down de la production de la politique internationale de lutte contre les drogues et la théorie sur la circulation des normes. Ce texte montre que le développement alternatif a émergé dans les territoires de la coca en termes de politique sociale pour contrer les effets indésirables d’une politique de lutte prohibitive contre les drogues sous l’impulsion d’acteurs du Sud ; puis sa transformation controversée en instrument de réduction de l’offre, sous l’influence des États-Unis et de leur « guerre contre les drogues ».

Haut de page

Notes de la rédaction

Texte reçu le 17 mars 2020, accepté le 7 juillet 2020.

Texte intégral

  • 1 *United Nation General Assembly, Measures to enhance International Cooperation to counter the World (...)

1Cet article traite de la fabrique du développement alternatif, concept promu comme nouvelle stratégie de lutte contre les drogues, en 1998, lors de la 20e Session spéciale de l’Assemblée générale des Nations unies consacrée à la redéfinition d’un plan d’action global pour combattre le problème mondial de la drogue. Avec cette stratégie, le Bureau des Nations unies pour la lutte contre les drogues et le crime (ONUDC) soutient depuis lors un renforcement de l’aide au développement rural dans les pays producteurs de plantes servant à fabriquer les drogues illicites (coca/cocaïne, pavot à opium/héroïne) pour éliminer l’offre, en complément de mesures d’interdiction et de contrôle jusqu’alors privilégiées1. Il revient dans ce cadre sur la genèse du développement alternatif en Bolivie et au Pérou, et vise à contribuer au renouvellement du regard porté sur la production de la politique internationale de lutte contre les drogues et, plus largement, la théorie sur la circulation des normes.

  • 2 Il s’agit de deux références de synthèse sur un sujet traité par de nombreux travaux.

2En effet, alors que 1) les solutions internationales au problème du trafic de drogues sont le plus souvent considérées comme les stratégies des puissants ou de coalitions de cause globale dont on analyse les effets dans les pays producteurs – qu’il s’agisse des programmes de développement alternatif des Nations unies [Chouvy, 2009 ; Mansfield, 2004] ou de la politique de lutte contre les drogues des États-Unis en Amérique latine [Youngers & Rosin, 2005 ; Marcy, 2010], avec, au mieux, la prise en compte de leur « adoption » par les États producteurs [Grajales, 2016] – 2) et que la théorie sur la circulation des normes tend à mettre en avant le rôle d’acteurs transnationaux multi-positionnés dans une logique de transferts de haut en bas [Dumoulin et Saurugger, 2010 ; Vauchez, 20132], ce texte donne à voir la fabrique « par en bas » d’un concept porté par des acteurs du Sud sans capital international nécessairement dédié, ainsi qu’un processus de réappropriation « par le haut ».

3Dans cette perspective, l’article rend tout d’abord compte de l’émergence du terme de développement alternatif dans les territoires de la culture de la coca en Bolivie et au Pérou au cours de la seconde moitié des années 1980. Il montre que le concept fut porté par les cultivateurs de coca enrôlés dans le trafic, les cocaleros, pour contrer les « effets pervers » d’une politique prohibitive de lutte contre le trafic de drogue soutenue par la « guerre contre les drogues » des États-Unis. Par effet pervers, nous entendons ici des effets indésirables relatifs à l’isolement des producteurs dans l’illégalité et le crime et plus largement encore l’enclavement de territoires dans le (dés)ordre et la violence armée contre productifs à la lutte contre les drogues. Le texte souligne alors que le concept a initialement été formulé en termes de politique ciblée visant à soutenir la réintégration des cocaleros et une approche sociale de la lutte contre les drogues dans les pays producteurs ; puis rend compte de sa mise en œuvre en ce sens au Pérou, où autorités gouvernementales et agents locaux des Nations unies ont œuvré à l’élaboration d’une politique de réintégration des cocaleros en marge de l’administration de la lutte contre le trafic, pour faire face, comme il sera montré, à la montée de la violence armée dans le Haut Huallaga. Enfin, il donne à voir le réalignement de la politique du développement alternatif du Pérou et des Nations unies sur les principes d’action de la « guerre contre les drogues » des États-Unis et la réappropriation instrumentale du concept par ces derniers, en tant qu’aide au développement compensatoire puis conditionnée à des mesures d’arrachage des champs de coca, ciblant davantage la réduction des cultures que la réintégration des producteurs. L’article montre dans ce cadre la manière dont les États-Unis se sont réapproprié le développement alternatif en instrument de réduction de l’offre en Bolivie en opérant une traduction des propositions des cocaleros.

4En d’autres termes, l’enjeu de ce texte est de souligner la dynamique ascendante d’un concept international qui participe au renversement de l’approche séquentielle de l’analyse des politiques publiques et des politiques publiques internationales tout particulièrement, en montrant que les espaces habituellement assignés à l’analyse de la réception/appropriation ou de la mise en œuvre sont aussi des espaces de production. Cet article recouvre aussi un enjeu théorique plus pratique qu’est celui de la valorisation d’une proposition fabriquée en situation plus à même de soutenir la résolution d’un problème que les plans des puissants, tel que suggéré par la théorie renouvelée de la « transitologie » [Dobry, 2000]. Nous verrons d’ailleurs dans une quatrième partie conclusive que la dérive du développement alternatif en instrument de réduction de l’offre est sujette à controverse et résistances, et que la mise en œuvre de ce dernier dans sa forme originelle de politique ciblée se poursuit sous d’autres appellations dans les territoires de la lutte contre les drogues en Bolivie et au Pérou.

5Cet article s’appuie sur le matériel collecté dans le cadre d’une enquête doctorale en science politique sur la mise en œuvre des projets de développement alternatif en Bolivie et au Pérou. Durant cette enquête, effectuée entre 2007 et 2011, il est ressorti de la centaine d’entretiens réalisés avec des acteurs multi-niveaux (représentants des bailleurs à Bruxelles et à Washington DC, techniciens de l’exécution des projets, cultivateurs ainsi qu’agents gouvernementaux des pays producteurs) que le terme « développement alternatif » était sujet à controverse et qu’il avait circulé dans les territoires de la coca en Bolivie et au Pérou avant son institutionnalisation par les Nations unies. Dès lors, une partie de la recherche a consisté à reconstituer la trajectoire du développement alternatif depuis les territoires de sa genèse, le Tropique du Chaparé en Bolivie et le Haut Huallaga au Pérou, afin de saisir une dispute depuis « les débats du commencement » [Bourdieu, 2012, p. 107] et de pouvoir identifier des points de bifurcation du concept. Pour ce faire, un complément d’enquête a été réalisé sur les conditions d’émergence du concept en s’appuyant presque exclusivement sur des ressources primaires au Pérou (documents d’archive de l’ONUDC au Pérou et témoignages d’une dizaine de techniciens péruviens des Nations unies) et en bénéficiant de ressources secondaires en Bolivie, le sujet y étant assez bien documenté dans le pays où le premier usage du terme, en 1987, a pu être identifié.

Territoires de la culture de la coca dans les pays andins en 2007

Territoires de la culture de la coca dans les pays andins en 2007

Source : UNODC, Coca cultivation in the Andean region, juin 2008.
https://www.unodc.org/​unodc/​en/​crop-monitoring/​index.html?year=2008

Sortir des effets néfastes de la prohibition. La mobilisation des cocaleros pour un développement alternatif dans les années 1980

6L’enquête menée sur la mise en œuvre du développement alternatif en Bolivie et au Pérou a donné à voir que le terme de développement alternatif n’a pas été formulé dans les arènes du pouvoir international en tant que solution technique à un problème global, mais qu’il a émergé dans les territoires de la culture de la coca devenus plaques tournantes du narcotrafic et qu’il fut porté par les cocaleros pour contrer les effets pervers de la politique prohibitive et répressive de lutte contre les drogues des États-Unis. Le développement alternatif est donc en premier lieu un concept promu « par en bas » visant un changement de méthode, dont nous allons rendre compte du processus d’émergence dans cette première partie. Pour comprendre cette demande de changement de méthode, nous présenterons tout d’abord le cadre de l’action des États-Unis.

7Dans le cadre de la « guerre contre les drogues », initiée sous les présidences de Richard Nixon (1969-1974), les États-Unis ont ciblé la réduction de l’offre dans les pays producteurs de plantes servant à la fabrication des drogues illicites et ont fait pression sur les gouvernements de ces pays pour que ces derniers prennent des mesures prohibitives. Après avoir obligé les gouvernements des pays producteurs de pavot à opium à se convertir à leur politique, les États-Unis ciblèrent les pays producteurs de feuilles de coca ou/et fabricants de pâte basique de cocaïne et de sulfate de cocaïne, concentrant leur action sur les gouvernements bolivien et péruvien dans un premier temps. La Bolivie et le Pérou étaient alors les deux principaux pays producteurs de la feuille de coca, et le trafic de cocaïne s’y est développé parallèlement à un marché traditionnel de la petite feuille verte destinée aux usages traditionnels et médicinaux de la plante.

  • 3 Convoquée à New York par l’ONU et ratifiée le 30 mars 1961, puis entrée en vigueur en 1964, cette c (...)
  • 4 Loi-décret no 22095, loi sur la répression du trafic illicite de drogues, mars 1978.
  • 5 Cette information a été communiquée par une représentante syndicale des producteurs de coca de la p (...)
  • 6 Entretien, Lima, le 18 juillet 2008. Traduction libre de l’auteure, comme pour toutes les autres ci (...)
  • 7 Décret suprême no 22370, loi organique de l’Entreprise nationale de la coca – Enaco, 5 décembre 197 (...)

8Dans la seconde moitié des années 1970, les États-Unis ont tout d’abord sommé les gouvernements militaires de la Bolivie et du Pérou, qui entretenaient des liens plus ou moins forts avec des trafiquants de drogue, de prendre des mesures d’interdiction sur le trafic de cocaïne et la culture de la coca en s’appuyant sur les recommandations de la Convention unique sur les stupéfiants de 19613. Cette convention, qui a fixé le cadre de la prohibition autant que du marché légal des substances dites « stupéfiantes », définit d’une part une liste des substances illégales et des plantes dites dangereuses, et prévoit, d’autre part, la mise en place de marchés réglementés par l’État dans les pays où, la culture des plantes dites dangereuses est ancestrale et sert des usages traditionnels, comme c’est le cas de la culture de la coca au Pérou et en Bolivie. Dès 1976, Henry Kissinger, secrétaire d’État des États-Unis, a par exemple fait pression sur le colonel Hugo Banzer, en Bolivie, qui avait des liens connus avec les trafiquants de cocaïne dans l’orient du pays, des patrons de l’agro-industrie [Bascopé, 1982], pour qu’il signe enfin la Convention unique sur les stupéfiants. Face à la pression des États-Unis, le colonel Banzer a alors signé la convention et renforcé les mesures d’interdiction et de contrôle sur le trafic et la circulation de la coca. En 1978, le général Francisco Morales Bermúdez, à la tête du Pérou (1975-1979), s’est vu quant à lui exiger la publication d’un décret sur l’interdiction du trafic de drogue dans le pays4 et le rétablissement du fonctionnement du marché de la coca au Pérou. Cette même année 1978, un ancien caporal péruvien de l’aviation s’était fait inculper aux États-Unis pour trafic de drogue, après dix-neuf allers et retours à Miami en moins d’un an5, Miami étant alors la plaque tournante du trafic de cocaïne. Dès 1949, soit plus de dix ans avant les recommandations de la Convention unique [Lacuisse, 2011a], le général Odria (1948-1956) avait organisé le marché de la coca au Pérou sous forme de comptoir (Estanco de la coca). Mais, sous le gouvernement militaire du général Juan Velasco (1968-1975), qui mena une réforme sociale de l’État consistant entre autres à nationaliser les entreprises et à entreprendre une réforme agraire, le marché de la coca s’est retrouvé sans réglementation après la transformation, en 1970, du comptoir en entreprise d’État. L’Entreprise nationale de la coca (Enaco) fut ouverte sans qu’aucune loi sur la commercialisation de la coca ne fût édictée – ce qui rendit caduc le marché, selon un ancien employé de l’Estanco6. En 1978 donc, sous la pression des États-Unis, le général Bermúdez publia finalement la loi régissant le fonctionnement d’Enaco7 qui fixait à nouveau les règles du marché légal et établissait un registre de producteurs dits légaux ayant droit de vendre leur production à l’entreprise nationale.

9Sous couvert de ces lois, les États-Unis purent dès lors financer au Pérou comme en Bolivie des programmes visant à démanteler le trafic et à éliminer la production de coca. Sous la première présidence de Ronald Reagan (1981-1984), le Bureau international des stupéfiants et de l’application de la loi du Département d’État (INL) lança notamment un programme de financement pour la création d’unités de police spécialisée dans la lutte contre les drogues en Amérique latine, dont les Umopar, des unités mobiles de patrouille rurale dans les pays producteurs [Isacson, dans Youngers & Rosin, 2005]. L’INL a aussi développé avec l’Agence des États-Unis pour le développement international (United States Agency for International Development – Usaid), un régime d’actions pour éradiquer la coca consistant à financer aux États producteurs des programmes d’arrachage des champs de coca et la mise en œuvre par l’Usaid de projets de cultures de substitution à destination des cultivateurs, en conditionnant l’aide à un quota d’hectares de champs à éradiquer [Marcy, 2010].

  • 8 Entretien avec une productrice, Coroico, Bolivie, le 27 juillet 2010.

10Cependant, en plus de ne pas avoir contribué à réduire la production de coca et le trafic de cocaïne, qui n’ont fait qu’augmenter au cours des années 1980 [Thoumi, 1995 ; Marcy, 2010], ces mesures et programmes ont favorisé l’enclavement des cultivateurs et la chute des territoires de production dans la violence armée et la criminalité. Tout d’abord, les mesures d’interdiction prises sur la culture de la coca ont transformé les cultivateurs, de petits paysans dans leur majorité, en criminels, au même titre que les trafiquants. Les répressions et les exactions qu’ils subirent dès lors de la part des forces de police les rendirent plus vulnérables et dépendants des organisations illégales. En Bolivie par exemple, sous le régime militaire de Banzer et davantage encore sous celui du général Garcia Meza (1980-1981), avant même que le régime d’éradication ne soit mis en place, les mesures d’interdiction ont plus servi à usurper la production des cultivateurs qu’à contrôler le trafic. Comme a pu en témoigner une cultivatrice de Coroico situé dans les Yungas de La Paz, lieu historique de la culture de la coca en Bolivie, sous le régime de Meza, dont la dictature a donné naissance à l’expression « Narco-État », pour rendre compte de la capture des plus hautes sphères des administrations centrales par des acteurs du trafic de drogue [Iepala, 1982], la police bloquait les cultivateurs au poste de douane installé sur la route vers La Paz non pas pour contrôler le transport légal de la coca mais pour extorquer leur récolte8. C’est d’ailleurs à cette époque que les syndicats de producteurs de coca ont commencé à se former dans le Tropique du Chaparé, dont Evo Morales deviendra le président dans les années 1990, pour se protéger de la violence des forces de l’ordre dans la principale plaque tournante du trafic de la coca et de la cocaïne en Bolivie [Lacuisse, 2011b].

  • 9 Selon le Rapport de la Commission sur la vérité et la réconciliation.
  • 10 Entretien anonyme, Lima, mai et septembre 2008.

11Au Pérou, dans le Haut Huallaga, zone écologique allant de Tingo Maria, dans la région de Huánuco, à la province de Tocache, dans la région de San Martin, où les États-Unis ont rodé leur régime d’éradication-substitution dès 1981, les cultivateurs ont, quant à eux, subi les violences des agents du programme d’arrachage des champs de coca, le « Programme du contrôle de la feuille de coca dans le Haut Huallaga » (Corah), et des patrouilles de l’Umopar. Pour contrer cette répression et se protéger des forces de l’ordre, les cultivateurs du Haut Huallaga ne se sont pas organisés en syndicat mais ont fait appel aux forces du Sentier lumineux. La force révolutionnaire maoïste dissidente du Parti communiste, dont le conflit indirect avec l’État a fait plus de 80 000 morts au Pérou entre les années 1980 et 19909, était alors en formation dans le sud du pays, à Ayacucho [Degregori, 1990], et vint non seulement assurer la protection des cultivateurs, en réglementant le trafic et en les organisant [CVR, 2003ab], mais aussi prendre part au trafic et imposer son ordre insurrectionnel armé sur le territoire. Le Sentier lumineux attaqua tout d’abord les représentants des autorités publiques, en assassinant des agents municipaux et ceux du Corah [CVR, 2003ab ; McClintock et Vallas, 2005], puis les affrontements avec les forces de l’ordre et de la lutte contre les drogues firent plonger le territoire dans la violence armée. Selon un enseignant de l’Université agraire de Tingo Maria qui fut responsable technique des projets des Nations unies dans la province de Tocache, 1987 fut « l’année de la terreur10 ». Cette année-là, le Sentier lumineux multiplia ses attaques après que les forces de police péruviennes, avec l’appui de l’Administration de la répression des drogues des États-Unis (Drug Enforcement Administration, DEA) lui eurent repris la ville de Tocache Nuevo, chef-lieu administratif de la province de Tocache et principale plaque tournante du trafic [Caretas, 1987 ; CVR, 2003a].

  • 11 Entretien, Lima, le 9 février 2009.

12Le régime d’élimination de la coca imposé par les États-Unis a également participé à l’isolement institutionnel des territoires de la coca, en venant se substituer à l’administration des politiques publiques. Dans le Haut Huallaga par exemple, les projets de substitution de l’Usaid absorbèrent complètement les projets mis en place par le gouvernement élu de Fernando Belaúnde Terry (1980-1985) pour poursuivre l’aménagement du territoire débuté sous sa première présidence (1963-1966), dans le cadre d’un plan de colonisation des basses terres. Après sa réélection, qui a marqué le retour à la démocratie, Belaúnde lança trois projets spéciaux : le Projet spécial Alto Mayo, au nord de la région de San Martin, le Projet spécial Pichis Palcazú, dans la selva centrale, et le Projet spécial Haut Huallaga (PEAH). Or le PEAH fut investi par l’Usaid. Selon un haut responsable du ministère de l’Agriculture de l’époque, « le PEAH fut détourné vers un autre objectif que celui qui lui avait été assigné initialement, et tout a été ensuite coordonné par l’Usaid11 ». Le PEAH, qui visait la consolidation du développement agricole et territorial du Haut Huallaga, notamment autour de la production du cacao et de l’industrie de l’huile de palme, s’est en effet converti en administration des projets de cultures de substitution vivrières de l’Usaid, destinés exclusivement aux cultivateurs de coca.

13En Bolivie, le Tropique du Chaparé, où s’est concentré le trafic de coca et de cocaïne, a été laissé à la merci de trafiquants et des forces de l’ordre nationales jusqu’en 1983, les États-Unis ayant rompu leurs relations avec le pays au début des années 1980, lors de la dictature du général Meza [Marcy, 2010]. Puis, dans le cadre de la mise en œuvre du régime d’éradication-substitution à partir de 1983, les cocaleros ont presque exclusivement subi les interventions des forces armées, l’Usaid ayant concentré son aide à la culture de substitution sur le développement des hautes vallées [Painter, 1994]. L’action dans les basses terres du Tropique a été réduite aux opérations des « Léopards » (los Leopardos), surnom donné aux forces de patrouille rurales mobiles en Bolivie, de la DEA, ainsi qu’à celles des forces militaires des États-Unis [Marcy, 2010 ; Painter, 1994]. En 1986, le Tropique du Chaparé a en effet été le premier territoire d’Amérique latine où les États-Unis apportèrent une aide militaire directe à la lutte contre le narcotrafic, avant que le Pentagone ne devienne un acteur officiel de la « guerre contre les drogues », en 1989 [Isacson, dans Youngers & Rosin, 2005].

14Face à cet enclavement dans le trafic, la répression et la violence armée, des cocaleros du Tropique et du Haut Huallaga commencèrent à se mobiliser contre la politique d’éradication-substitution et à réclamer un « développement alternatif », c’est-à-dire un changement de méthode favorisant leur réintégration. Le terme apparaît en ce sens dès 1987, dans un document de travail des cultivateurs de coca de Bolivie consacré à la formulation d’un nouveau plan de développement pour les territoires de la coca. Ce « Plan intégral de développement et de substitution » (Pidys) contient en son sein une stratégie de « développement alternatif » exigeant le retour des politiques publiques et la mise en place d’une politique d’arrachage de la coca concertée avec la population [Cedib/Ildis, 1992]. Comme le mentionne dans un recueil de témoignages de cocaleros David Herrara, leader syndical du Tropique dans les années 1980 et 1990, : « à cette époque nous avons combattu pour aller chercher un développement alternatif, pendant que les Leopardos entraient dans nos maisons, pour nous piller » [UNDCP, 1994, p. 22].

  • 12 Entretien anonyme, Lima, le 19 octobre 2008.
  • 13 Selon les rapports d’archive du projet « Desarrollo rural de la región Tingo María » (AD/PER/86/459 (...)
  • 14 Entretien anonyme, Lima, le 27 octobre 2008.

15Au même moment, au Pérou, dans le Haut Huallaga, le terme n’était pas encore employé, mais selon un ingénieur agronome péruvien arrivé dans la province de Tocache en 1986 pour travailler à la mise en œuvre d’un projet de développement rural intégré du Fonds des Nations unies de lutte contre la drogue (ex-ONUDC)12, des pancartes étaient présentes le long des routes, déclarant : « Non à l’éradication, oui à la substitution ! » Le président péruvien Alan Garcia (1985-1990) avait demandé aux Nations unies – qui ne conditionnaient pas leur aide à l’arrachage des champs de coca – l’extension à l’ensemble du Haut Huallaga d’un programme de soutien à la culture du cacao à Tingo Maria13, afin de tenter de contenir l’enrôlement des producteurs dans le trafic et les colonnes armées du Sentier lumineux. Selon un agent de la banque agraire du Pérou alors en poste à Tocache Nuevo14, les cultivateurs dont la coca avait été arrachée commençaient en effet à ne plus recevoir d’aide à la substitution, les agents de l’Usaid n’osant plus sortir du bureau du PEAH.

16Bien que le terme de développement alternatif semble être apparu en Bolivie, nous allons voir désormais que c’est au Pérou que les autorités publiques ont fait du concept un projet de politique publique, avec l’appui des Nations unies.

Coproduction d’une politique de réintégration des « cocaleros » au Pérou avec les Nations unies

17En Bolivie, les revendications pour un développement alternatif n’ont pas abouti, en dépit de la création en 1987 d’un sous-secrétariat du développement alternatif et des cultures de substitution, rattaché au ministère des Affaires paysannes et agricoles. En 1988, le gouvernement bolivien adopta une nouvelle loi contre le trafic de drogue (loi no 1008). Cette loi, élaborée sous l’influence des États-Unis, définissait une surface de production légale dans les Yungas de La Paz (12 000 hectares) et instaurait l’éradication des champs de coca partout ailleurs [Painter, 1994 ; Lacuisse, 2011b].

18Les revendications des cocaleros trouvèrent en revanche plus d’écho auprès des autorités péruviennes qui, inquiètes de l’intensification de la violence armée dans la province de Tocache et capables de résister aux injonctions des États-Unis, s’investirent dans l’élaboration d’une politique de développement alternatif visant la réintégration des cocaleros. Le Pérou était en effet alors plus indépendant de l’autorité des États-Unis que la Bolivie. Son président, Alan Garcia, n’avait pas signé d’accord de coopération économique avec les États-Unis, ni d’accord de prêt avec le Fonds monétaire international (FMI) pour faire face à la crise de la dette qui a affecté de nombreux pays d’Amérique latine à partir de 1982 [Dabène, 2011], ce qui l’aurait contraint à poursuivre les programmes de la « guerre contre les drogues » des États-Unis. En effet, en 1986, lors de son second mandat présidentiel (1985-1988), le président Ronald Reagan fit adopter par le Congrès l’Anti-Drug Abuse Act, étendant alors le conditionnement de l’aide aux cultures de substitution à un quota de surface de champs de coca arrachés, à toute aide économique, inclus les prêts du FMI [McClintock & Vallas, 2005 ; Marcy, 2010]. Issu de l’Alianza popular revolucionaria americana (Apra), parti politique aligné sur l’Internationale socialiste, le président Garcia était opposé aux réformes structurelles néolibérales de Washington. D’autre part, la crise de la dette et l’inflation au Pérou étaient telles – en 1989, la décroissance atteignit 12 % et l’année suivante, l’hyperinflation atteignit 6 837 % –, que le pays n’était pas éligible à un accord de prêt [Marcy, 2010].

  • 15 Entretien paysan-ouvrier, Tocache Nuevo, avril 2008.

19Tout d’abord, Alan Garcia, qui avait déjà fait appel au renfort de l’aide des Nations unies non conditionnée à l’arrachage des champs de coca, mit un terme au Corah et refusa l’aide militaire des États-Unis en 1989. Ces mesures furent prises sur les conseils du général Alberto Arciniega, qui, proche des cocaleros, endossa un rôle d’« acteur intermédiaire » [Nay & Smith, 2002]. Responsable des opérations contre le Sentier lumineux dans le Haut Huallaga, le général Arciniega, qui vivait au plus près de la population, à Uchiza, percevait, tout comme les cultivateurs, l’urgence de l’abandon d’une méthode soutenant davantage la violence armée et le gonflement des rangs du Sentier lumineux que la réduction de la culture de la coca. Il préconisa dès lors au président Garcia la suspension des campagnes d’éradication et la décriminalisation de la production de coca, ainsi que la mise en place d’une politique sociale à l’égard des producteurs afin de libérer ces derniers de l’emprise des organisations illégales et de réduire ainsi également les forces du Sentier lumineux. Il formula donc une proposition de développement alternatif pour les producteurs, dont il fut amené à employer le terme [Soberon, 1992], en regard d’une situation qui n’allait qu’en s’empirant, la main-d’œuvre devenant tous les jours plus importante dans les champs de coca du fait de la crise économique que traversait le pays. En effet, pendant que les salaires ne dépassaient pas 35 dollars par mois au Pérou, on pouvait espérer gagner jusqu’à 350 dollars par mois en travaillant dans les champs de coca et le double en travaillant à la transformation des feuilles en pâte de cocaïne [Chamba et al., 2003]. Dans ce contexte de crise économique, même la population la plus intégrée se mit à cultiver la coca, à savoir les ouvriers de l’entreprise d’État d’huile de palme, Emdepalma, des paysans des montagnes des Andes arrivés dans le cadre du plan de colonisation, car selon l’un d’entre-deux, l’entreprise « ne les payait plus 15 » (la crise économique et la corruption conduisirent à la fermeture de l’entreprise en 1990).

  • 16 Les articles de presse sont : Miami Herald, « In Peru, coca plan succeeds », 10 octobre 1989, consu (...)
  • 17 Entretien agent local ONUDC, Lima, 19 octobre 2008.

20Alan Garcia ne fit toutefois qu’amorcer un changement de méthode. Dès 1990, alors qu’une partie de la presse étasunienne saluait les mesures progressistes du général Arciniega, plus efficaces à ses yeux que la méthode prohibitive et répressive de « la guerre contre les drogues » de leur gouvernement16, il démit le général Arciniega de ses fonctions de chef politico-militaire du Huallaga, les États-Unis le soupçonnant d’entretenir des liens avec les trafiquants de drogue. Son successeur, Alberto Fujimori, élu à la présidence du Pérou en 1990, sur un programme socialiste, reprit cependant les recommandations du général Arciniega. Il déclara la dépénalisation de la culture de la coca et travailla, avec les agents des Nations unies opérant dans le Haut Huallaga, à l’élaboration d’une politique de développement alternatif visant la réintégration des cocaleros et, plus largement, les paysans des basses terres vulnérables à l’enrôlement dans le trafic et la violence armée. Les agents techniques des Nations unies chargés de l’exécution d’un programme de relance de la production, venaient d’entreprendre un travail de réorganisation sociale et de la production avec les cocaleros et les paysans volontaires du Haut Huallaga, compte tenu du fait que la violence armée avait détruit toutes les structures existantes et que la présence des colonnes armées du Sentier Lumineux ne leur permettaient pas d’œuvrer dans les champs. Ils déléguèrent pour ce faire la création de comité de producteurs aux cultivateurs, et travaillèrent, quant à eux, au développement de nouvelles coopératives horizontales ayant vocation à être dirigées par les cultivateurs eux-mêmes, dans l’idée de libérer ces derniers des dysfonctionnements structurels d’un État en crise et du fonctionnement corrompu des coopératives d’État, hérité de la réforme de Velasco. Selon l’un des employés du programme : « Nous avons commencé avec des projets de développement alternatif sans savoir comment intervenir dans ce type de zone. Au fil du temps, une ligne directrice s’est cependant affirmée autour de la mise en place de structures adaptées à l’activité ne reproduisant pas les erreurs du passé17. »

21Fujimori recruta aussi dans son équipe à la présidence consacrée à l’élaboration d’une politique de développement alternatif l’économiste péruvien Hernando De Soto, qui avait publié quelques années auparavant L’Autre Sentier, ouvrage dans lequel il a mis en avant la sortie de l’informalité comme voie de développement et la titrisation des terres [De Soto, 1986]. Si ses idées ont par la suite été reprises par les organisations internationales du développement et ont soutenu la mise en œuvre de programmes néolibéraux défendant la propriété privée [Sgard, 2005], elles ont alors été mises à contribution pour soutenir l’émancipation des paysans du trafic de drogue et de la violence armée.

  • 18 Décret législatif n° 753, Aprueba la Ley de Bases de la Estrategia Integral de Desarrollo Alternati (...)

22Ce travail de coproduction donna naissance à un projet de création d’un Institut du développement alternatif rattaché à l’Institut national du développement et à un programme de politique publique incluant la reprise de la titrisation des terres dans les basses terres, le retour des investissements de l’État, ainsi que la promotion de nouvelles structures de production pour les paysans. Ces propositions qui mettent en avant la réintégration du producteur préalablement à l’arrachage des champs de coca firent l’objet de la publication d’une loi en 1991, qui stipule que « les paysans cocaleros constituent un groupe économique et social très différent des personnes qui se consacrent au narcotrafic. De fait, il est fondamental d’établir une relation solide et stable entre l’État et les paysans cocaleros, considérant que ces derniers sont prêts à participer comme interlocuteurs d’un dialogue pour le développement alternatif18. »

  • 19 À ce propos, voir également Bourliaud et Dolfus [1998].
  • 20 Entretiens réalisés entre avril 2008 et février 2009 avec d’anciens producteurs de coca aux environ (...)
  • 21 Source : documents de l’Association des producteurs de palmier à huile de Tocache (Acepat), qui reg (...)

23Cette politique sociale innovante, nommée « doctrine Fujimori », n’a cependant été appliquée que de manière partielle et inégale entre les territoires de la coca et du conflit armé au Pérou, laissant le plus souvent les agents des Nations unies œuvrer seuls à l’exécution de leur « programme de développement alternatif », ainsi que furent renommés les projets de développement rural intégré des Nations unies au Pérou à partir de 1993. Dans la province de Tocache, laboratoire du développement alternatif, les habitants ont somme toute été abandonnés par l’État péruvien19 après que les Nations unies ont quitté le territoire en 1991 pour aller travailler dans d’autres zones : le Huallaga plus au nord, dans la région de San Martin, et la Valle del Río Apurímac Ene (Vrae), au sud du pays. À l’aune des entretiens réalisés avec différents acteurs locaux de manière plus ou moins formelle20, seuls les anciens ouvriers d’Emdepalma auraient en effet bénéficié d’une attention gouvernementale. En 1993, ils reçurent une partie des terres de l’entreprise d’État placée en liquidation judiciaire en dédommagement de leurs années de non-paiement. Sur les 5 273 hectares que détenait Emdepalma, 2 880 hectares furent remis aux travailleurs21.

24Les agents des Nations unies ont témoigné, quant à eux, sur le fait que leur mission de création de nouvelles structures de production avait été mise en difficulté dans les autres territoires par l’absence d’investissement des autorités péruviennes, puis par la reprise de l’arrachage des champs de coca : tout d’abord dans le Huallaga, avec la relance du Corah au milieu des années 1990, puis dans la Vrae, en 2002, lorsque l’Usaid mit en œuvre un programme de développement alternatif, nommé Programme de développement alternatif (PDA), dont l’accès fut conditionné, pour les producteurs, à l’arrachage préalable de leurs champs de coca.

Réalignement sur la politique prohibitive des États-Unis et mise en œuvre instrumentale du développement alternatif en Bolivie

25Bien que les agents des Nations unies au Pérou aient continué la mise en œuvre du développement alternatif en tant que politique ciblée dans les années 1990, avec un appui indirect des autorités péruviennes dans la Vrae, où aucune campagne d’arrachage des champs de coca ne fut lancée, les autorités péruviennes mais aussi les Nations unies en tant qu’entité internationale ont néanmoins réaligné, au cours de la décennie, leur politique de lutte contre les drogues sur les principes d’action des États-Unis et leur mise en œuvre instrumentale du développement alternatif.

26Concernant tout d’abord la politique péruvienne, Alberto Fujimori, resté à la présidence du pays jusqu’en 2000, donna rapidement un tournant libéral et autoritaire à sa politique [Degregori, 2001] et rétablit, dans ce cadre, la coopération avec les États-Unis, militaire en 1991, puis économique, à partir de 1993 [McClintock et Vallas, 2005]. La politique péruvienne de lutte contre les drogues en revint donc à appliquer les principes d’action des États-Unis, ces derniers continuant de conditionner toute aide économique aux pays producteurs à des mesures d’interdiction et des quotas de plantes éradiquées. Le décret sur la dépénalisation de la culture de la coca fut annulé en 1994, puis le Corah relancé en 1996, année où fut créée la première Agence péruvienne de lutte contre les drogues illicites (Contradrogas). Dans ce contexte, l’Institut du développement alternatif ne vit pas le jour – un axe développement alternatif fut créé à Contradrogas, pour soutenir l’éradication des cultures.

27À partir de 1996, la politique du développement alternatif fut ainsi rattrapée au Pérou par « la guerre contre les drogues » des États-Unis et la capacité de ces derniers à imposer leurs méthodes aux États producteurs. Le développement alternatif fut dès lors mis à contribution de l’élimination de la production aux dépens de la réintégration des producteurs en tant que « compensation à la substitution » tel que le concept avait été promu et traduit, lors du Sommet de Carthagène, en février 1990. Lors de ce sommet multilatéral consacré à la lutte contre le trafic de drogues dans les Amériques, les présidents des pays andins (Bolivie, Colombie et Pérou, à l’époque de la présidence de d’Alan Garcia) avaient demandé aux États-Unis une aide au développement alternatif sous forme de programmes sociaux d’urgence et d’appui à la balance de paiement, afin de résister aux coûts sociaux et économiques dérivés de la substitution22. En d’autres termes, le développement alternatif ne fut alors pas négocié en tant que nouvelle méthode pour lutter contre les drogues, mais comme une aide au développement plus conséquente que des cultures de substitution, pour pallier non seulement l’éradication des champs de coca mais aussi les restrictions d’investissement des États producteurs dans les politiques publiques sectorielles imposées par les programmes d’ajustement structurel.

  • 23 Entretien, Lima, Pérou, le 25 juillet 2008.

28Au demeurant, les États-Unis ne se sont pas contentés de reproduire la logique perverse de leur régime d’éradication-substitution avec le « développement alternatif », ils l’ont maximisée en étendant le conditionnement de l’aide à l’arrachage des champs de coca des gouvernements aux cultivateurs. En effet, à partir de 2002, l’Usaid commença à conditionner l’accès des cocaleros péruviens à son aide au développement alternatif à l’arrachage préalable de leurs champs de coca, ce que l’Agence étasunienne mit en avant comme une « éradication volontaire » ou « concertée », pour marquer la différence avec les campagnes d’arrachage gouvernementales, dites « forcées ». Cette méthode que les agents des Nations unies ont identifiée comme une contrainte à leur action dans la Vrae, était moquée par les producteurs de la région San Martin, là où l’enquête sur la mise en œuvre du développement alternatif a été réalisée au Pérou. Dans cette région où il n’y avait déjà presque plus de champs de coca lorsque le PDA débuta, des producteurs vinrent à replanter des pieds de cocaïers pour avoir accès au programme de l’Usaid. Un employé de l’entreprise étasunienne chargée de l’exécution du PDA de l’Usaid au Pérou alla même jusqu’à dire : « L’éradication volontaire ou négociée ne sert à rien. Je ne suis pas d’accord. Cette méthode est perverse et ne marche pas23. » Cette méthode n’a pas été élaborée au Pérou comme le fut le régime d’éradication-substitution rodé dans le Haut Huallaga. Elle a vu le jour en Bolivie, où les États-Unis se sont réapproprié le développement alternatif en instrument de réduction de l’offre après la promulgation de la loi 1008, en 1988. Dans ce pays où les cultivateurs avaient demandé un développement alternatif valorisant la participation des populations au projet et un arrachage concerté des champs de coca, le Département d’État et l’Usaid ont détourné les demandes locales en conditionnant l’aide à la substitution à l’arrachage volontaire des champs de coca [Painter, 1994], ce que des producteurs de Tocache ont nommé durant l’enquête « la méthode bolivienne » du développement alternatif.

  • 24 La lecture de l’ouvrage a été complétée par un entretien à Londres en février 2008.
  • 25 « A process to prevent and eliminate the illicit cultivation of plants containing narcotic drugs an (...)

29Ce réalignement du développement alternatif sur les principes d’action des États-Unis eut également lieu aux Nations unies. À la fin des années 1980, la direction du Bureau des Nations unies à Vienne (Onuv), dont dépendait le Fonds des Nations unies pour la lutte contre l’abus des drogues, envisageait de placer les programmes de développement rural intégré sous l’autorité du Centre pour le développement social et les affaires humanitaires, afin de dissocier l’administration de l’aide aux producteurs des programmes de lutte contre les drogues per se. Une partie de la direction de l’organisation internationale soutenait alors une approche compréhensive du problème des drogues en regard des effets néfastes de la prohibition, comme le relate la présidente de l’Onuv de l’époque dans ses mémoires [Anstee, 2004]24. Or, en 1991, les affaires sociales furent renvoyées au Bureau de New York, le siège du Programme des Nations pour le développement, à l’exception des programmes de développement destinés aux territoires producteurs des plantes « illicites ». Ces derniers furent rattachés au nouveau Programme des Nations unies pour le contrôle international des drogues (Pnucid), qui devint, en 1997, le Bureau des Nations unies pour la lutte contre les drogues et le crime (ONUDC), et dès lors la politique des Nations unies en matière de développement alternatif s’aligna progressivement sur les principes d’action des États-Unis. Ainsi, en 1998, le développement alternatif fut promu comme « processus pour prévenir et éliminer les cultures illicites de plantes contenant des substances stupéfiantes et psychotiques grâce à des projets de développement rural dans un contexte de croissance économique nationale soutenue et d’efforts en termes de développement durable dans des pays prenant des mesures de lutte contre les drogues25. »

Conclusion. Résistances au détournement du développement alternatif en instrument de réduction de l’offre

30Avec le développement alternatif, les Nations unies n’ont donc pas promu un nouveau concept qui serait le produit de négociations internationales sur la résolution d’un problème, ni même une nouvelle stratégie pour lutter contre les drogues. L’organisation internationale a institutionnalisé la forme détournée d’un concept ayant émergé dix ans plus tôt dans les territoires de la production de coca en Bolivie et au Pérou. Comme il a été démontré, le développement alternatif est un concept qui a tout d’abord été formulé par des cocaleros pour exprimer une demande de politique ciblée et une approche plus sociale de la lutte contre les drogues dans les pays producteurs, compte tenu des effets néfastes de l’approche prohibitive. Puis, les Nations unies ont promu une version instrumentale du développement alternatif, en ce qu’il a été mis au service de « la performance » d’une politique prohibitive en tant qu’aide au développement rural visant l’éradication de l’offre. Certes, la définition du développement alternatif des Nations unies fait la part belle à l’enjeu du développement. Mais elle ne fait en réalité qu’élargir le champ d’action du développement de cultures de substitution à des mesures de développement rural, sans soutenir de changement de méthode. L’enjeu de la réintégration des producteurs avant l’arrachage des champs de coca a disparu, au profit de l’élimination de la production. En ce sens, on peut même ajouter que la définition du développement alternatif des Nations unies marque un pas en arrière ou conservateur pour l’organisation internationale qui s’était engagée dans des programmes de réintégration des cocaleros au début des années 1990, comme cela a pu être montré concernant le Pérou.

31Ainsi, tout l’intérêt de cet article est d’avoir montré la dynamique « par le bas » d’un concept international en pointant une genèse dans les zones de mise en œuvre de l’aide et un processus de réappropriation par le haut où à chaque échelle de l’action le sens du concept s’est vu modifié : la demande d’un changement de méthode par les producteurs devint une compensation à l’arrachage des champs de coca et aux programmes d’ajustement structurel pour les États producteurs, pour finir en instrument de réduction de l’offre à l’international, sous l’influence des États-Unis qui en avait fait préalablement un outil de leur « guerre contre les drogues ». À ce sujet, l’article a montré que les États-Unis se sont réapproprié le concept en Bolivie en détournant les propositions des cocaleros boliviens. Alors que ces derniers demandaient dans le cadre de leur stratégie de développement alternatif une approche plus concertée de l’arrachage des champs de coca, l’Usaid captura la demande pour maximiser sa politique d’éradication – substitution inefficace. Dans les années 1980, l’INL finançait des programmes d’arrachage des champs de coca dans les pays producteurs et l’Usaid administrait une aide aux États pour la mise en œuvre de projets de culture de substitution conditionnée à un quota d’hectares de champs arrachés. À partir des années 1990, l’Usaid a conditionné l’accès à ses programmes de développement alternatif pour les producteurs à un arrachage préalable de leur champ de coca, ce que l’Agence étasunienne nomma l’« éradication concertée ».

  • 26 Voir à ce sujet des travaux complémentaires en Asie [Mansfield, 2004 ; Chouvy, 2009].

32En dépit de cette dérive instrumentale du développement alternatif à l’international, l’enquête de terrain dans les territoires de la coca en Bolivie et au Pérou a également permis de constater que le développement alternatif dans sa forme originelle continuait d’être mis en œuvre sous d’autres appellations et en marge du fonds alloué de l’ONUDC au développement alternatif. Dans la province de Tocache, par exemple, la coopération allemande mettait en œuvre un programme qui, dans l’esprit originel du développement alternatif, ne ciblait pas seulement les producteurs de coca ni ne conditionnait l’aide à l’arrachage des champs de coca, et la direction exécutrice du programme justifiait son action au Pérou en termes de « développement rural en zone spéciale ». En Bolivie, l’Union européenne soutenait, quant à elle, à travers son agence de développement Europeaid, des programmes de « développement rural intégral » depuis 1998, qui, en plus de ne pas exiger l’arrachage des champs de coca, appuyaient des projets de développement locaux, tel le plan de développement territorial du Tropique, élaboré entre autres par les syndicats de cocaleros du Tropique au début des années 1990 [Lacuisse, 2011b]. Ce plan reprenait les propositions des cultivateurs boliviens pour un développement alternatif exposé dans leur plan de développement intégral des territoires de la coca de 1987, qui ne fut jamais mis en œuvre. Enfin, encore dans la province de Tocache, au Pérou, les agents de l’ONUDC qui travaillaient désormais à l’exécution du Programme de développement alternatif de l’Usaid durant l’enquête faisaient pression sur le directeur du programme au Pérou (un Américain) pour que celui-ci soit ouvert aux producteurs ne cultivant plus la coca. Ces agents tentaient de préserver l’approche sociale de leur action, qui avait fait la légitimité des programmes de développement alternatif des Nations unies au Pérou dans les années 1990, résistant ainsi à la mise en œuvre instrumentale du développement alternatif, critiquée pour ses effets néfastes26.

Haut de page

Bibliographie

Anstee Margaret, 2004, Never Learn to Type: A Woman at the United Nations, Chichester, Wiley, 2004.

Bascopé René, 1982, La Veta blanca : coca y cocaine en Bolivia, La Paz, Aqui.

Cedib/Ildis, 1992, Coca-Cronología 100 documento: Bolivia 1986-1992, Cochabamba.

Bourdieu Pierre, 2012, Sur l’État. Cours au Collège de France (1989-1992), Paris, Le Seuil.

Bourliaud Jean & Dolfus Olivier, 1998, « Le Haut Huallaga, de la coca à l’abandon », Problèmes d’Amérique latine, no 28, p. 109-123.

Caretas, 1987, Tocache rojo… y blanco, no 964, 20 juillet 1987.

Chamba Franco Valencia, Alvarado J. Ríos, Tourrand Jean-François et al., 2003, « Coca et violence : le témoignage du Alto Huallaga au Pérou », Autrepart, no 26, vol. 2, p. 157-171.

Chouvy Pierre-Arnaud, 2009, « Opium et développement alternatif en Asie : quel bilan ? », Revue Tiers Monde, vol. 3, no 199, p. 611-625.

Cvr (Commission de la vérité et de la réconciliation), 2003a, « EL PCP-SL durante el auge de la droga en el Alto Huallaga » [en ligne], http://www.cverdad.org.pe/ifinal/ Lima, t. V, 2.9, p. 277-308.

Cvr (Commission de la vérité et de la réconciliation), 2003b, « Narcotráfico, conflicto armado interno y corrupción » [en ligne], http://www.cverdad.org.pe/ifinal/ Lima, t. V, 2.23, p. 739-773.

Dabene Olivier, 2011, L’Amérique latine à l’époque contemporaine, Paris, Armand Colin.

Degregori Carlos Iván, 1990, Ayacucho 1969-1979: el surgimiento de Sendero luminoso: del movimiento por la gratuidad de la enseñanza al inicio de la lucha armada, Lima, Instituto de estudios peruanos.

Degregori Carlos Iván, 2001, La Década de la antipolítica: auge y huida de Alberto Fujimori y Vladimiro Montesinos, Lima, Instituto de estudios peruanos.

De Soto Hernando, 1986, El Otro Sendero. La revolución informal, Lima, Instituto Libertad y Democracia.

Dobry Michel, 2000, « Les voies incertaines de la transitologie : choix stratégiques, séquences historiques, bifurcations et processus de path dependence », Revue française de science politique, no 4-5, p. 585-614.

Dumoulin Laurence & Saurugger Sabine, 2010, « Les policy transfer studies : analyse critique et perspectives », Critique internationale, vol. 48, no 3, p. 9-24.

Grajales Jacobo, 2016, « Faire la “guerre contre la drogue”. Relations asymétriques et adoption d’un régime répressif », Cultures et Conflits, vol. 101, no 1, p. 181-198.

Iepala, 1982, Narcotráfico y política. Militarismo y mafia en Bolivia, Madrid.

Lacuisse Marie-Esther, 2011, « Les 50 ans de la Convention unique sur les stupéfiants : du contrôle d’un marché légal à la problématique du narcotrafic », Les études du Ceri, Political Outlook de l’Opalc, no 179-180, p. 79-91.

Lacuisse Marie-Esther, 2011, « La redéfinition de la politique de la coca en Bolivie sous les présidences d’Evo Morales : les enjeux de politique publique de la réforme », Revue d’Études en Agriculture et Environnement, vol. 92, no 4, p 441-468.

Mansfield David, 2004, « Le développement alternatif en Afghanistan : l’échec du donnant-donnant », Hérodote, vol. 1, no 112, p. 105-121.

Marcy William L., 2010, The Politics of Cocaine: How U.S Policy has created a Thriving Drug Industry in Central and South America, Chicago, Lawrence Hill Books.

McClintock Cynthia & Vallas Fabián, 2005, La Democracia negociada : las relaciones Perú-Estados unidos (1980-2000), Lima, Instituto de estudios peruanos.

Nay Olivier & Smith Andy, 2002, « Les intermédiaires en politique. Médiation et jeux d’institution », dans Olivier Nay & Andy Smith (dir.), Le Gouvernement du compromis. Courtiers et généralistes dans l’action publique, Paris, Economica, p. 1-21.

Painter James, 1994, Bolivia and Coca: a Study in Dependency, Boulder, Colo, Rienner.

Sgard Jérôme, 2005, « La propriété privée et les lois du capitalisme. Que nous dit Hernando de Soto ? », Économie politique, vol. 2, no 26, p. 80-94.

Soberon Ricardo, 1992, « Narcotráfico, violencia y campesinado en la selva alta », dans Carlos Iván Degregori (dir.), El Problema agrario en debate, Lima, Universidad nacional de la Amazonía peruana, p. 561-577.

Thoumi Francisco, 1995, « Pays andins : l’échec des politiques anti-drogue », Problèmes d’Amérique latine, n18, p. 3-20.

UNDCP, 1994, Desarrollo alternativo: testimonios de campesinos, La Paz, Cerid.

Vauchez Antoine, 2013, « Le prisme circulatoire. Retour sur un leitmotiv académique », Critique internationale, vol. 59, n2, p. 9-16.

Youngers Coletta & Rosin Eileen (dir), 2005, Drogas y democracia en América Latina: el impacto de la política de los Estados Unidos, Washington, Wola.

Haut de page

Notes

1 *United Nation General Assembly, Measures to enhance International Cooperation to counter the World Drug Problem, A/RES/S-20/4, 21 octobre 1998.

2 Il s’agit de deux références de synthèse sur un sujet traité par de nombreux travaux.

3 Convoquée à New York par l’ONU et ratifiée le 30 mars 1961, puis entrée en vigueur en 1964, cette convention est dite unique car remplaçant plusieurs conventions internationales préexistantes [NdR].

4 Loi-décret no 22095, loi sur la répression du trafic illicite de drogues, mars 1978.

5 Cette information a été communiquée par une représentante syndicale des producteurs de coca de la province de Tocache, au Pérou. Le fait est confirmé dans un rapport de la Commission sur la vérité et la réconciliation [CVR, 2003b].

6 Entretien, Lima, le 18 juillet 2008. Traduction libre de l’auteure, comme pour toutes les autres citations du texte.

7 Décret suprême no 22370, loi organique de l’Entreprise nationale de la coca – Enaco, 5 décembre 1978.

8 Entretien avec une productrice, Coroico, Bolivie, le 27 juillet 2010.

9 Selon le Rapport de la Commission sur la vérité et la réconciliation.

10 Entretien anonyme, Lima, mai et septembre 2008.

11 Entretien, Lima, le 9 février 2009.

12 Entretien anonyme, Lima, le 19 octobre 2008.

13 Selon les rapports d’archive du projet « Desarrollo rural de la región Tingo María » (AD/PER/86/459).

14 Entretien anonyme, Lima, le 27 octobre 2008.

15 Entretien paysan-ouvrier, Tocache Nuevo, avril 2008.

16 Les articles de presse sont : Miami Herald, « In Peru, coca plan succeeds », 10 octobre 1989, consulté dans les archives du bureau d’ONUDC de l’ONUDC à Lima ; New York Times, « In the Cocaine War… Jungle is Winning », 4 mars 1990, disponible dans les archives en ligne (payantes) du New York Times.

17 Entretien agent local ONUDC, Lima, 19 octobre 2008.

18 Décret législatif n° 753, Aprueba la Ley de Bases de la Estrategia Integral de Desarrollo Alternativo para Erradicar el Trafico Ilícito de Drogas con la Participación de la Población, approuvé le 8 novembre 1991.

19 À ce propos, voir également Bourliaud et Dolfus [1998].

20 Entretiens réalisés entre avril 2008 et février 2009 avec d’anciens producteurs de coca aux environs de Tocache Nuevo et d’Uchiza et d’anciens fonctionnaires et élus alors en poste dans la province, à Tocache et à Lima.

21 Source : documents de l’Association des producteurs de palmier à huile de Tocache (Acepat), qui regroupe les anciens travailleurs d’Emdepalma.

22 Voir la Déclaration de Carthagène du 15 février 1990. Disponible en ligne sur : https://revistas.uniandes.edu.co/doi/pdf/10.7440/colombiaint9.1990.04.

23 Entretien, Lima, Pérou, le 25 juillet 2008.

24 La lecture de l’ouvrage a été complétée par un entretien à Londres en février 2008.

25 « A process to prevent and eliminate the illicit cultivation of plants containing narcotic drugs and psychotropic substances through specifically designed rural development measures in the context of sustained national economic growth and sustainable development efforts in countries taking action against drugs », United Nation General Assembly, Measures to enhance international cooperation to counter the world drug problem, A/RES/S-20/4, 21 octobre 1998, p. 20.

26 Voir à ce sujet des travaux complémentaires en Asie [Mansfield, 2004 ; Chouvy, 2009].

Haut de page

Table des illustrations

Titre Territoires de la culture de la coca dans les pays andins en 2007
Crédits Source : UNODC, Coca cultivation in the Andean region, juin 2008. https://www.unodc.org/​unodc/​en/​crop-monitoring/​index.html?year=2008
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/10956/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Esther Lacuisse, « Genèse et réappropriation du « développement alternatif » (à la coca) en Bolivie et au Pérou. La fabrique « par le bas » d’un concept onusien », Cahiers des Amériques latines, 93 | 2020, 173-192.

Référence électronique

Marie-Esther Lacuisse, « Genèse et réappropriation du « développement alternatif » (à la coca) en Bolivie et au Pérou. La fabrique « par le bas » d’un concept onusien », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 93 | 2020, mis en ligne le 10 mars 2021, consulté le 14 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/cal/10956 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cal.10956

Haut de page

Auteur

Marie-Esther Lacuisse

Marie-Esther Lacuisse est chercheure associée en science politique au Creda et à l’UMI IGlobes (CNRS/université d’Arizona). Spécialiste des systèmes politiques dans les pays andins, elle travaille sur l’action publique dans les territoires ruraux. Elle s’intéresse dans ce cadre au rôle des politiques de développement et des normes transnationales dans la gouvernance de territoires périphériques autant qu’elle entreprend une sociologie par le bas de ces dispositifs à partir de l’analyse de leur effet et usages locaux. Ses travaux portent actuellement sur les normes du développement durable.

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Université Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation des Amériques
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search