Navigation – Plan du site

AccueilNuméros93LecturesDorothée Delacroix, De pierre et ...

Lectures

Dorothée Delacroix, De pierre et de larmes. Mémorialisation et discours victimaires dans le Pérou d’après-guerre

Paris, Institut universitaire Varenne, collection des thèses, 2016
Maïté Boullosa
p. 195-196
Référence(s) :
Dorothée Delacroix, De pierre et de larmes. Mémorialisation et discours victimaires dans le Pérou d’après-guerre, Paris, Institut universitaire Varenne, collection des thèses, 2016, 369 p.

Texte intégral

1Partant d’une ethnographie des commémorations du conflit armé intérieur péruvien (1980-2000) autour du monument El Ojo que llora (L’Œil qui pleure), à Lima, Dorothée Delacroix nous emmène ensuite à Llinque, un village des Andes où elle a mené une ethnographie de quatorze mois. Elle a ainsi réalisé une enquête très approfondie qui met au jour la complexité de ce conflit, la tentative de pacification de la société péruvienne et les différents enjeux politiques sous-tendant dès lors les commémorations.

2Dorothée Delacroix questionne tout au long du livre les évidences et notamment la façon dont la mémoire officielle construit une victime andine présentable. Elle analyse, non sans humour, les représentations et les intérêts des différents acteurs : les autorités liméniennes, les défenseurs des droits de l’homme membres des ONG et les paysans, qui tentent eux aussi de tirer leur épingle de ce processus de « patrimonialisation de la mémoire ». Mais elle montre surtout la façon dont la guerre a déchiré et déchire encore la société péruvienne, tant au niveau national qu’au niveau local, dans l’intimité des foyers et du voisinage, où les statuts de bourreau et de victime n’ont finalement rien d’une évidence. On entre ainsi dans la complexité de ce conflit fratricide qui n’a jamais terminé de s’achever.

3L’auteure développe avec finesse les paradoxes de l’exaltation urbaine de l’indianité dans le contexte liménien, notamment dans les représentations qui sont faites des victimes de la guerre. Elle décrit les processus d’ethnicisation et de folklorisation des martyrs à travers les cérémonies autour du mémorial de Lima. Loin de ces représentations stéréotypées de la guerre et de l’Indien, elle montre la façon dont les paysans des Andes portent un double stigmate : celui que l’on retrouve sur l’ensemble du continent, lié à l’époque coloniale, pour avoir été les « vaincus de l’histoire » et associés au plus bas de l’échelle sociale ; auquel s’ajoute la représentation de « l’Indien terroriste » associé à la guerre. C’est ce double stigmate que les paysans n’ont pas envie d’endosser, et Dorothée Delacroix décrit très bien leur stratégie de « nettoyage symbolique de la mémoire ». Les habitants des régions andines reculées veulent en effet être considérés comme des citoyens péruviens à part entière, des « citoyens acceptables », et reprendre plutôt le drapeau national que la Wiphala. Le choix de leurs propres héros peut également s’avérer cocasse, loin des figures consensuelles érigées par les militants des droits de l’homme. Pour les paysans andins, il s’agit ainsi de sortir de l’invisibilité, de recouvrir leur statut de citoyens péruviens, mais aussi de participer au développement économique de leur village.

4Cette ethnographie comparative décrit donc en filigrane les décalages, mais aussi les divers enjeux de la mémoire, à différents niveaux. Au sein de la communauté indienne, en apparence « tout va bien », et les habitants terminent souvent leurs propos par « heureusement, aujourd’hui nous sommes en paix ». Mais Dorothée Delacroix a su creuser et entrer dans les sphères intimes que la mémoire emprunte dans ce contexte de violences, de douleurs et de deuils jamais achevés. Il lui a fallu assurément beaucoup de courage, de ténacité et d’empathie pour collecter tous ces témoignages et nous livrer avec finesse les représentations enfouies de la mort, des disparus qui ressurgissent quand on ne les attend pas. Son récit ethnographique est exemplaire quant aux difficultés du terrain lorsque l’on interroge des sujets tabous et qu’il est impossible de poser les questions frontalement. Il laisse entrevoir la ténacité, la diplomatie et la patience qu’il faut souvent au chercheur pour pénétrer des niveaux plus profonds des représentations que ceux qui nous sont donnés à voir ou à entendre au premier abord. Son analyse des façons détournées, multiples, qu’ont les paysans pour parler de la guerre et de leurs victimes – à travers les rêves, les maladies, les animaux, etc. – nous permet d’entrer en profondeur dans la cosmologie des habitants de cette région et de comprendre que les « maux de la guerre » sont autrement plus subtils et inattendus.

5En ce sens, le livre de Dorothée Delacroix conjugue une anthropologie politique et une anthropologie de la personne et de la mort. Il est exemplaire quant aux subtilités du travail ethnographique et aux différents niveaux d’analyse qui peuvent être pris en compte pour aborder un sujet donné. Le travail patient de recueil de données ethnographiques, conjugué aux analyses fines et à une écriture limpide font la grande qualité de cet ouvrage qui, bien qu’il soit très dense, se lit comme un roman. Et l’on pénètre ainsi dans l’intimité des paysans des Andes péruviennes et dans le feuilleté complexe de la mémoire de la guerre sur la scène politique contemporaine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maïté Boullosa, « Dorothée Delacroix, De pierre et de larmes. Mémorialisation et discours victimaires dans le Pérou d’après-guerre »Cahiers des Amériques latines, 93 | 2020, 195-196.

Référence électronique

Maïté Boullosa, « Dorothée Delacroix, De pierre et de larmes. Mémorialisation et discours victimaires dans le Pérou d’après-guerre »Cahiers des Amériques latines [En ligne], 93 | 2020, mis en ligne le 10 mars 2021, consulté le 17 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/cal/11038 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cal.11038

Haut de page

Auteur

Maïté Boullosa

Université d’Amiens

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation des Amériques
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Latindex - Sistema Regional de Información en Línea para Revistas Científicas de América Latina, el Caribe, España y Portugal
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search