Navigation – Plan du site

AccueilNuméros93LecturesBlandine Destremeau et Isabel Geo...

Lectures

Blandine Destremeau et Isabel Georges, Le « Care », face morale du capitalisme. Assistance et police des familles en Amérique latine

Peter Lang, coll. « Action publique », vol. 15, 2017
Julien Dufrier
p. 202-205
Référence(s) :
Blandine Destremeau et Isabel Georges, Le « Care », face morale du capitalisme. Assistance et police des familles en Amérique latine, Peter Lang, coll. « Action publique », vol. 15, 2017, 422 p.

Texte intégral

1L’ouvrage dirigé par Blandine Destremau et Isabel Georges réunit une vingtaine de contributions et compile les résultats d’un projet de recherche ANR (Latinassist – ANR Les Suds II) conduit dans six pays : Argentine, Brésil, Chili, Colombie, Cuba et Mexique. La focale est portée sur les politiques sociales ou programmes dits de care mis en œuvre sur la période 2000-2014 et destinés principalement aux individus des secteurs populaires urbains.

2Couvrant un large périmètre d’intervention, le care (les soins) est d’abord défini comme « un ensemble d’activités extrêmement hétérogènes, dans leur majeure partie liées à la reproduction et accomplies par des femmes, allant du travail de care aux personnes […] jusqu’au travail domestique, mais pouvant s’étendre à d’autres activités de service » (p. 16).

3L’économie générale du livre repose sur la combinaison de deux types de contributions. D’une part, celles, empiriques, produites à partir d’enquêtes de type ethnographique, qui examinent les politiques ou programmes sociaux depuis les acteurs engagés dans les relations de care. Celles-ci s’articulent, d’autre part, avec des chapitres plus théoriques posant ou reprécisant les cadres analytiques généraux de compréhension de ces relations. Les politiques du care y sont alors appréhendées par leurs enjeux et leurs fonctions (en termes de légitimation du pouvoir politique et de reproduction de l’ordre social et économique), leurs acteurs, leurs territoires d’intervention, comme par l’idéologie qui les porte et qui s’effectue dans leur mise en application. S’en dégagent alors les logiques (et leurs mécanismes) et les déterminants communs à l’échelle régionale. Division à la fois méthodologique et thématique qui permet de concevoir dans leur globalité ces politiques d’assistance, leur couplage et leur intrication singulière avec celles de lutte contre la pauvreté.

4Parmi les multiples apports du livre, il faut donc souligner d’abord celui, cardinal, qui consiste à proposer une analyse consolidée des politiques publiques d’assistance en Amérique latine. Par ailleurs, les travaux sur les politiques sociales à Cuba (p. 27-28 et p. 31 ; Destremeau, p. 379-401) prennent le contrechamp des différentes configurations assistancialistes étudiées. Ils restituent les spécificités du care sur l’île, notamment le registre des économies morales dans lequel s’inscrit le traitement institutionnel des pauvres mais aussi le glissement vers des formes d’assistance différentialiste assises sur les principes de sélection et de compensation, au détriment de politiques sociales universalistes.

5L’ouvrage est construit en trois parties. Une structuration dont l’apport consiste à proposer différentes entrées thématiques sur les politiques du care. In fine et par renversement, c’est au prisme de ces politiques d’intervention dans le social, disséquées dans chacune des enquêtes, que s’objective et se rend intelligible « l’esprit » du capitalisme version néolibérale et la singularité de sa « face morale » en Amérique latine.

6Les contributions de la première partie, intitulée « Au cœur des familles : la (re)familiarisation des rôles féminins et les enjeux de care » (p. 57-157), portent sur la catégorie sociale et l’espace cibles d’intervention des politiques d’assistance : les femmes et la famille. Elles restituent l’un des déterminants fondamentaux de ces politiques sociales : la mise au travail des femmes « pauvres » dans des fonctions de care, soit pour la reproduction de l’unité familiale (maternité, domesticité), soit, pour les femmes employables et « professionnalisables », dans l’aide aux personnes ou le travail social. Au prisme de la réassignation des « rôles de genre, de générations et de classe » (p. 39) qu’accompagne la prescription de normes comportementales et relationnelles adressées aux femmes pour intégrer ou bénéficier de ces programmes, sont mis au jour les ressorts d’un care défini comme la « main gauche féminisée du néolibéralisme » (p. 33).

7Dans la partie suivante, « Médiations, intermédiations, professionnalisation : pratiques des acteurs » (p. 151-295), il est possible de distinguer schématiquement deux ordres de contributions. Le premier est axé autour de la production institutionnelle des catégories d’assistées et des discours publics justifiant et soutenant ces catégorisations. Le second s’attache à décrire l’hétérogénéité des acteurs engagés dans les politiques ou programmes d’assistance. En analysant la formation, la marchandisation et la professionnalisation d’un secteur du care, les différents chapitres pointent l’hybridité des configurations relationnelles mettant aux prises l’État (qui, loin de s’effacer, ré-agence ses fonctions), le secteur privé, les professionnels et les allocataires des prestations.

8La troisième partie, intitulée « Territoires de l’assistance et formes de légitimité » (p. 299-401), réunit sept textes abordant les frontières des territoires de l’assistance, entendus comme « ceux de l’étendue d’un marché moral, pourvu de son propre référentiel, sur lesquels sont échangées des formes de légitimité sociale et de légitimation, des biens symboliques, monétaires, culturels ou clientélistes ». Au regard des multiples et concurrentes formes de gouvernance des pauvres qui travaillent l’expérience quotidienne des « sujets de l’assistance » (p. 44), cette dernière section de l’ouvrage questionne non seulement les fonctions des politiques sociales en termes de légitimation et de préservation de l’ordre social, mais aussi la citoyenneté subjectivée des catégories sociales « assistancialisées ».

9Parce que les directrices de l’ouvrage y synthétisent les principaux résultats du projet, c’est l’introduction qui fournit au lecteur/à la lectrice la grille générale d’analyse et d’interprétation de l’assistance, l’invitant alors à entrer davantage dans les différentes contributions. Il y est rappelé que, au tournant du xxe siècle, l’une des priorités des gouvernements latino-américains (indépendamment de leur positionnement idéologique) fut de pallier la paupérisation et les critiques des catégories impactées par les effets du néolibéralisme à l’œuvre depuis la décennie 1980. Néanmoins, si peu qu’ils soient démontrables, l’ouvrage ne traite pas des effets qualitatifs (compensatoires ou de rééquilibrage) de ces politiques ou programmes assistancialistes et, par là même, d’une forme de capitalisme moralisé qu’il aurait pu exemplifier. Au contraire, critique, son apport central consiste à mettre en exergue une tout autre dimension morale de ces actions publiques, constitutive et consubstantielle au néolibéralisme. Une « face morale » qui a trait à l’injonction de moralité faite aux récipiendaires de l’assistance, objectivable dans les « transactions d’assistance » (p. 28) fondées sur l’individualisation, la responsabilisation et le consentement à entrer dans des rapports d’assistance conditionnée, d’une part pour accéder à ces programmes (critères moraux d’éligibilité ou de sélection), d’autre part pour s’y maintenir.

10À la lecture de cet ouvrage, on entre dans la mécanique et la technicité du gouvernement des pauvres, caractérisées par une violence symbolique dont la performativité repose sur la subjectivation de l’imposition de normes comportementales. Ainsi, non seulement les politiques sociales de lutte contre la pauvreté, au sein desquelles s’insère le care, apparaissent paradigmatiques de l’idéologie néolibérale, mais le gouvernement des « pauvres » se révèle alors un instrument fondamental en termes de reproduction sociale et économique, de contrôle social, de dépolitisation et d’évitement des conflits.

11Il en résulte que l’ouvrage est un outil précieux pour tout.e chercheur. et dont les travaux se centrent ou recoupent l’objet de l’assistancialisme latino-américain à l’ère néolibérale et, plus largement, pour celle ou celui qui souhaiterait approcher le traitement de la question sociale et sa dimension morale par une sociologie de la domination.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julien Dufrier, « Blandine Destremeau et Isabel Georges, Le « Care », face morale du capitalisme. Assistance et police des familles en Amérique latine », Cahiers des Amériques latines, 93 | 2020, 202-205.

Référence électronique

Julien Dufrier, « Blandine Destremeau et Isabel Georges, Le « Care », face morale du capitalisme. Assistance et police des familles en Amérique latine », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 93 | 2020, mis en ligne le 10 mars 2021, consulté le 14 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/cal/11073 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cal.11073

Haut de page

Auteur

Julien Dufrier

Doctorant en sociologie, université Sorbonne nouvelle – Creda

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Université Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation des Amériques
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search