Navigation – Plan du site

AccueilNuméros94LecturesBernard Lavallé, Los Virreinatos ...

Lectures

Bernard Lavallé, Los Virreinatos de Nueva España y del Perú (1680-1740). Un balance historiográfico

Madrid, Casa de Velázquez, 2019
Barthélémy Billette de Villemeur
p. 263-267
Référence(s) :
Bernard Lavallé, Los Virreinatos de Nueva España y del Perú (1680-1740). Un balance historiográfico, Madrid, Casa de Velázquez, 2019, viii-208 p.

Texte intégral

1Le déclin de l’Espagne : c’est ainsi qu’a longtemps été perçue la période du règne de Charles II, roi considéré comme faible et malade et qui, par ses handicaps, aurait été le symbole suprême de l’incapacité de la maison d’Autriche à rénover le système impérial espagnol. L’arrivée de la dynastie française des Bourbons – et particulièrement le règne de Charles III – aurait, quant à elle, permis le renouveau si nécessaire à l’Espagne que les Habsbourg n’arrivaient pas à insuffler. De fait, l’histoire de l’Amérique espagnole a longtemps été étudiée de manière inégale : au xvie siècle, celui des découvertes et de la mise en place des nouveaux royaumes américains, semble succéder un second xviiie siècle, celui des réformes de Charles III, la nouvelle dynastie des Bourbons réussissant enfin à réformer un système sclérosé vieux de plus de deux cents ans.

2Or les recherches récentes ont montré que les décennies s’étalant de 1680 à 1740, loin d’être une parenthèse entre ces deux périodes, étaient en réalité une ère de changements riche d’enseignements pour les historiens. Les travaux sur ces temps de transition s’étant multipliés, Bernard Lavallé, professeur émérite de civilisation hispano-américaine à l’université Sorbonne Nouvelle, dirige ici un ouvrage formant une synthèse des historiographies récentes les plus dynamiques et visant trois objectifs principaux. Il s’agit, tout d’abord, de comparer les évolutions des différents espaces en prenant en compte les identités régionales qui s’affirment alors. Déplaçant la focale à une échelle plus large, cet ouvrage est également un plaidoyer pour le compa­ra­tisme entre les deux vice-royautés, comparatisme ici pratiqué dans des sujets aussi divers que les réseaux de pouvoir ou le rôle des élites lettrées. Enfin, ce livre propose une bibliographie ayant vocation à devenir une référence utile et incontournable. L’ouvrage comporte dix articles répartis en trois parties, chacune reflétant les grandes tendances de l’historiographie actuelle. La première porte sur les transitions dans le monde indigène ; la deuxième sur la question des élites et des réseaux qu’elles tissent ; enfin, deux contributions portant sur l’évolution et la diversification des économies de l’Amérique espagnole ferment l’ensemble.

3La première partie, sur les transitions du monde indigène, est composée des articles de Felipe Castro Gutiérrez et de Margarita Menegus Bornemann. Le premier invite à dépasser les historiographies nationales ayant tendance à se centrer sur les territoires des États actuels, sous-estimant ainsi les similitudes entre les différents territoires (et surtout entre la Nouvelle-Espagne et le Pérou). Il aborde la notion de pactismo et les débats qu’elle soulève : pertinente pour l’Europe, l’idée d’un pacte est contestable pour l’Amérique dans la mesure où la domination y a été imposée et où il n’y a pas de réciprocité entre les deux parties. Les exemptions d’impôts sont par exemple le fruit de négociations avec des particuliers ou des groupes, ressemblant davantage à des grâces particulières qu’à une forme légale de type fueros que l’on trouve dans la partie européenne de la monarchie. Si le pactismo n’est donc pas le terme le plus approprié pour décrire le fonctionnement de l’Amérique espagnole, il est encore plus contestable lorsque l’on parle des Indiens : le lien avec la couronne se fait à travers le paiement d’un tribut qui ne concerne pas les Espagnols, celui-ci étant la contrepartie de l’enseignement et de la christianisation des populations indigènes. Il s’agirait donc plus d’une logique de don et de contre-don que d’un pacte à proprement parler. Margarita Menegus Bornemann entend, quant à elle, démontrer que la période étudiée, n’ayant en apparence connu que peu de changements, est en réalité un temps de transformations. L’auteure évoque les deux modèles de propriété indigène, la République d’Indiens et le caciquat, répartis différemment dans le territoire de la Nouvelle-Espagne. Beaucoup de Républiques d’Indiens veulent former des cabildos indépendants, et demandent une reconnaissance légale. S’ensuivent la création de nouveaux villages et une recomposition politico-territoriale des communautés indigènes. Dans les caciquats, des changements interviennent également comme dans les territoires mixtèques, où certains Indiens usufruitiers obtiennent la propriété de leurs terres, dépossédant alors leurs caciques. Enfin, l’auteure s’attache à décrire les bouleversements qu’introduit la cédule de 1697, qui permet aux Indiens ayant été à l’université d’accéder aux emplois du gouvernement colonial. Néanmoins, le titre de cette contribution (« El mundo indígena en México y el Perú. Un estado de la cuestión ») est un peu trompeur puisque l’auteure n’aborde guère que le cas de la Nouvelle-Espagne.

4La partie centrale de l’ouvrage est consacrée au rôle des élites, à leurs réseaux et à leurs pouvoirs. Un grand nombre de sujets sont évoqués : le rôle des mobilités, le contrôle des territoires malgré la distance et, bien sûr, l’épineuse question de la corruption. Les différents auteurs mettent en avant le renouveau de l’historiographie récente, qui a permis de réévaluer certains concepts. Par exemple, la notion d’élite, longtemps étudiée à travers le pouvoir économique, tend à se diversifier. On parle maintenant d’élites au pluriel et leur étude prend également en compte l’aspect social et politique de leurs membres, la prosopographie et la microhistoire ayant largement contribué à ce renouveau. Le rôle et l’action des letrados, qui servent le pouvoir tout en détenant eux-mêmes une forme de pouvoir, sont par exemple mis en exergue. Par leur capacité à créer des discours et à les mettre en scène, les lettrés soutiennent le pouvoir colonial même si les sermons écrits par des hommes de lettres peuvent aussi le mettre en difficulté. Il est ainsi question d’un sermon de Matías Lisperguer, prononcé le 5 mars 1687, attaquant diverses actions du vice-roi du Pérou qui s’en montra choqué. En revanche, le rôle des universités dans la formation de ces letrados n’est encore que peu étudié et offre des pistes de recherche prometteuses. La question de la corruption est abordée à de nombreuses reprises, preuve s’il en était besoin de son importance dans le questionnement actuel des historiens. Si le jugement de valeur sur la vénalité des offices n’est plus à la mode, la vente des charges est aujourd’hui appréhendée au travers du prisme de la négociation entre la Couronne et les élites locales – ainsi que de la nécessaire délégation de pouvoirs que doit accepter Madrid pour contrôler les Indes occidentales. On peut alors parler de la vénalité comme d’une récompense pour services financiers à la Couronne. La délégation de pouvoirs s’explique aussi par la distance entre la péninsule Ibérique et l’Amérique, ainsi que par le fait que le roi ne se rend jamais ni même n’envisage d’aller dans ses vice-royautés des Indes. Depuis Madrid, on se représente la Nouvelle-Espagne et le Pérou de manière assez imprécise, les territoires étant décrits sous forme de listes bien plus que de cartes – listes d’ailleurs non exemptes d’erreurs et d’imprécisions. Dans ce contexte, la vente de charges est un moyen de trouver des alliés sur place.

5Une autre question majeure est celle de l’échelle pertinente de la réflexion. Les sources parlent de royaumes, de provinces ou de districts, ce qui brouille les pistes. Peut-on par exemple inclure toute l’Amérique du Sud – à l’exception du Brésil – dans le Pérou alors même que le vice-roi de Lima n’a un pouvoir effectif que dans les territoires des audiences de Lima, Quito et Charcas ? Le fait que les pays devenus indépendants au début du xixe siècle correspondent aux anciennes audiences, et non pas aux territoires des vice-royautés, tend à prouver que l’audience est une échelle d’analyse adéquate. Elle a néanmoins le défaut de favoriser les diverses histoires nationales des différents pays nés de ces audiences, au détriment d’une histoire plus comparative. La question de la publicité de la politique, au travers par exemple de cérémonies, est également abordée dans cette deuxième partie puisque les historiens ont tenté de comprendre la grammaire et la mise en scène du pouvoir. La création et le fonctionnement de cours à Lima et à Mexico, avec leur étiquette reprenant celle de Madrid, elle-même héritière des cours de Castille, d’Aragon, du Portugal et de Bourgogne, sont des éléments importants pour comprendre le spectacle du pouvoir, ainsi que sa dimension culturelle. L’art baroque joue alors un rôle majeur de légitimation du pouvoir, avec une frontière diffuse entre le politique et le religieux, mais cette question reste toutefois peu étudiée par les historiens qui laissent souvent la part belle aux historiens de l’art.

6Les deux derniers textes abordent la question de l’économie et de ses évolutions. Alors que la période 1680-1740 a longtemps été perçue comme celle du déclin minier, Guillermina del Valle Pavón montre qu’il s’agit en fait d’un temps où les oligarchies locales de Nouvelle-Espagne­ gagnent en autonomie. Le marché interne à l’Amérique prend une ampleur de plus en plus forte tandis que les liens avec la péninsule Ibérique sont moins vitaux pour l’économie de la vice-royauté. Sont analysés ainsi les mécanismes régissant la circulation de l’argent, ainsi que les réseaux familiaux. Mais l’une des plus grandes rénovations historiographiques est la réévaluation de la place du commerce pacifique. De manière légale ou clandestine, la vice-royauté de Mexico est au cœur d’un commerce mondial, formant un nœud entre les Philippines, le Pérou et l’Espagne, au grand dam de Madrid qui tend à vouloir contrôler le commerce et rester au centre du système économique complexe de la monarchie.

7Au Pérou, la période est celle d’une transition. Si les deux premières décennies du xviiie siècle représentent l’étiage de toute la période coloniale du fait d’une raréfaction de l’argent des mines, cette baisse entraîne une série de réformes qui permettent en retour une hausse des revenus miniers au milieu du xviiie siècle. C’est ce qu’analyse l’article de Carlos Contreras Carranza qui propose plusieurs pistes interprétatives pour expliquer la crise parmi lesquelles la baisse de la population indigène, la capacité des Indiens à éviter la mita ou encore et la difficulté pour Lima de contrôler le bon fonctionnement du travail minier et de ses rentrées fiscales. Les raisons de la reprise sont admises par la plupart des historiens : la baisse des impôts en 1736, l’usage de la poudre pour ouvrir de nouveaux souterrains ou la réactivation de la mita sont des facteurs explicatifs majeurs. La géographie ne doit pas non plus être sous-estimée : l’essor des mines mexicaines s’explique par leur intégration dans la vice-royauté de Nouvelle-Espagne et dans le commerce mondial alors que Potosí, du haut de ses 4 000 mètres d’altitude, est très éloignée de Lima. De manière significative, l’auteur fait d’ailleurs remarquer que la hausse des revenus miniers péruvien à partir des années 1730 est le résultat d’une recomposition : Potosí perd son quasi-monopole tandis que de nouvelles mines comme Huarochirí ou Pasco prennent de l’ampleur, s’appuyant sur un système qui ne passe pas par la mita.

8Réussissant son pari, ce livre permet donc de nuancer fortement la vision qui a longtemps été associée à l’Amérique des années 1680-1740. Cette période de transition est traversée par des dynamiques sociales, économiques ou culturelles qui permettent de mieux comprendre les changements de la seconde moitié du xviiie siècle. Les élites ont gagné en autonomie, les identités locales sont plus fortes et les cadres hérités du xvie siècle ne semblent plus adaptés. Avec ces différents articles sur la Nouvelle-Espagne et le Pérou, l’ouvrage permet une approche comparative bien que la plupart des articles traitent de l’une ou l’autre des vice-royautés, sans toujours faire de liens entre les deux. Quant à la bibliographie située en fin de volume, elle a pour but avoué de devenir une référence incontournable. Avec plus de 500 entrées s’étendant sur 35 pages, on peut raisonnablement considérer que ce but est très honorablement atteint.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Barthélémy Billette de Villemeur, « Bernard Lavallé, Los Virreinatos de Nueva España y del Perú (1680-1740). Un balance historiográfico »Cahiers des Amériques latines, 94 | 2020, 263-267.

Référence électronique

Barthélémy Billette de Villemeur, « Bernard Lavallé, Los Virreinatos de Nueva España y del Perú (1680-1740). Un balance historiográfico »Cahiers des Amériques latines [En ligne], 94 | 2020, mis en ligne le 30 avril 2021, consulté le 13 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/cal/11754 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cal.11754

Haut de page

Auteur

Barthélémy Billette de Villemeur

Université de Paris Nanterre, Mondes Américains – UMR 8168

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Université Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation des Amériques
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search