Navigation – Plan du site

AccueilNuméros95ÉtudeDe la ville usine à la ville glob...

Étude

De la ville usine à la ville globale. Quand les chefs d’entreprise deviennent investisseurs (Monterrey, Mexique)

De cidade industrial à cidade global: quando os empresários se convertem em investidores (Monterrey, México)
From factory city to global city: when entrepreneurs become investors. A case study in Monterrey (Mexico)
Leily Hassaine-Bau
p. 229-250

Résumés

À San Pedro Garza Garcia, l’une des municipalités les plus riches du Mexique, située dans l’Aire métropolitaine de Monterrey, les acteurs du marché mobilisent de nouveaux outils et de nouvelles sources de capitaux dans des projets urbains. Aux mains d’une grande famille, ces espaces sont urbanisés ou rénovés sous forme de nouveaux objets urbains : des complexes urbains multifonctionnels privés et partiellement fermés. Cet article révèle les stratégies des élites locales, depuis la décision d’intervenir dans un secteur à forte valeur immobilière jusqu’à la conduite de négociations avec les acteurs politiques locaux, en passant par la mobilisation d’outils financiers. Il s’agit d’analyser la transition du capitalisme industriel au capitalisme financier, en mettant en évidence que les changements de gouvernance urbaine apportent alors des réponses aux besoins des élites traditionnelles locales, faisant écho aux demandes des élites financières mondiales.

Haut de page

Notes de la rédaction

Texte reçu le 18 novembre 2019, accepté le 22 juin 2020

Texte intégral

1Depuis la fin des années 1980, l’influence croissante des marchés sur la production urbaine témoigne des mutations dans les rapports entre les marchés et la ville, et de l’intégration de la fabrique urbaine dans le capitalisme global. Les acteurs de marché sont des individus et organisations, de statut public ou privé, qui peuvent être publiques ou privées, cotées en Bourse ou non, familiales ou non, des associations, des collectivités et des sociétés d’économie mixte [Halpern & Pollard, 2013 ; Lorrain, 2013]. Lorsqu’ils interviennent dans la fabrique matérielle ou dans la gestion des villes, leur mode d’action est emprunté à la sphère marchande, par opposition aux sphères politiques et à la société civile. Ils participent à la conception, au financement et à la gestion des projets urbains et interviennent dans la gouvernance des villes.

2Les travaux publiés sur la question portent notamment sur les relations entre les acteurs économiques de la production urbaine, mettant en évidence, d’une part, qu’ils sont de plus en plus interdépendants [Linossier, 2009 ; Maurice, 2017], et d’autre part que, dans certains contextes, l’influence des acteurs financiers prend l’avantage, conduisant à une financiarisation de la production urbaine, où les portefeuilles immobiliers sont acquis par des fonds d’investissement [Fields, 2014] ou par des gestionnaires d’actifs internationaux [Attuyer, Guironnet & Halbert, 2012 ; Cattaneo Pineda, 2011 ; Citron, 2017 ; David & Halbert, 2013 ; Guironnet & Halbert, 2016 ; Rouanet, 2016 ; Theurillat, 2011]. Toutefois, la littérature existante, à quelques exceptions près [Beauregard & Haila, 2000 ; Haila, 1988, 2007, 2016 ; Moulaert et al., 2003 ; Kaika & Ruggiero, 2016 ; Wood, 2004], n’offre pas encore une analyse des stratégies adoptées, des conflits et alliances entre les différents acteurs locaux, parmi lesquels les élites industrielles, grâce auxquelles la financiarisation du foncier et du bâti et son insertion dans la circulation mondiale des capitaux financiers peuvent s’opérer.

  • 1 Le capital switching est un argument exposé par Harvey à la suite d’Henri Lefebvre, qui l’avait for (...)

3Cet article se concentre précisément sur cette dimension encore peu débattue de l’économie politique urbaine, en proposant d’explorer comment la mobilisation sociale du foncier en tant qu’actif financier a servi de catalyseur au processus de « capital switching »1, entraînant une transition de l’économie urbaine « réelle » de la production du bâti, de biens et de services, vers une forme d’accumulation entièrement financiarisée de l’aménagement urbain. À ce titre, cette analyse se fonde sur un ensemble d’acteurs économiques de la production urbaine peu étudiés : les élites industrielles locales, qui contribuent de manière significative au processus de financiarisation de la production urbaine et, plus largement, à la production de la ville globale [Sassen, 2005]. Ce travail décrit les processus locaux de financiarisation urbaine et d’investissement dans des objets urbains, les complexes multifonctionnels, qui modifient le territoire et verticalisent le paysage. Il met en avant l’importance des alliances stratégiques entre l’élite industrielle et le pouvoir local et décrit la porosité des frontières entre les pouvoirs économique et politique.

  • 2 Pour des raisons de préservation de la confidentialité des informations collectées dans l’enquête e (...)

4Notre étude de cas détaille l’influence de l’un des membres de cette élite (Conrado)2 sur le développement urbain, envisageant les différentes échelles de l’aménagement privé à San Pedro Garza Garcia, l’une des plus riches municipalités d’Amérique latine, dans l’Aire métropolitaine de Monterrey (AMM), la troisième plus grande agglomération urbaine du Mexique. Il s’agit d’un lieu de concentration du capital, caractérisé par la présence de grandes entreprises familiales anciennes, héritées de la première phase d’industrialisation de la fin du xixe siècle et consolidées tout au long du xxe siècle. Depuis les années 1950, la commune de San Pedro Garza Garcia est devenue le berceau de cette élite économique, qui occupe aussi des fonctions politiques.

  • 3 Terme également utilisé par les groupes immobiliers.

5La démonstration prend appui sur l’analyse de deux projets urbains d’échelles différentes, construits dans la municipalité de San Pedro Garza Garcia (SPGG) par F. Conrado. D’abord, Naturalia, un complexe urbain multifonctionnel dont la construction a débuté en 2014. Plus qu’un quartier résidentiel fermé, avec de logements stricto sensu, il s’agit d’une entité spatiale multifonctionnelle à part entière, qui regroupe, dans un périmètre compact (11 hectares) et hautement sécurisé, des logements, des bureaux, des zones commerciales, des infrastructures de loisirs et espaces « publics » réservés à une clientèle « exclusive »3. Les clients fortunés bénéficient à la fois d’une excellente connexion au reste de la ville et d’un système de fermeture et de surveillance drastique. C’est au cœur de l’espace de vie « historique » des élites industrielles, dans la zone d’El Bosquet, que F. Conrado a imaginé ce projet, créé par et pour ces héritiers industriels en quête de nouvelles activités économiques.

6En 2015, cette innovation urbaine a donné lieu à un projet de rénovation urbaine de plus grande ampleur, le District El Bosquet, visant à sécuriser l’investissement aux alentours : cette échelle constitue notre second objet d’étude. Son périmètre d’action s’étend sur une aire urbaine de 500 hectares incluant des quartiers résidentiels, cinq écoles privées ainsi que des tours de bureaux accueillant les sièges sociaux des plus grandes entreprises internationales créées à San Pedro Garza Garcia (Cemex, Grupo Alfa, Femsa, Vitro, etc.). Ces projets sont portés par Capitalia, l’entreprise de gestion de fonds immobiliers de F. Conrado, entièrement dédiée à la production urbaine.

7Pour cette étude, nous avons collecté et analysé les documents spécifiques aux projets (cadre légal à plusieurs échelles, permis de construire, analyses de marché, conventions, etc.) et réalisé une trentaine d’entretiens approfondis, entre 2015 et 2017, auprès des acteurs impliqués (dirigeants de ces entreprises, directeurs financiers, responsables de projets, architectes et employés municipaux, notamment).

8Nous mettrons d’abord en lumière le contexte spécifique de la ville afin d’observer les liens étroits qui lient les élites économiques et politiques à la privatisation de plusieurs secteurs d’activité depuis les années 1990. Ensuite nous exposerons les stratégies et les pratiques de ces acteurs qui conduisent à la flexibilité des normes et des instruments de planification locale de la municipalité. Pour terminer, nous analyserons les stratégies économiques et organisationnelles de Capitalia, l’entreprise de gestion de fonds immobiliers de F. Conrado, entièrement dédiée à la production urbaine, à différentes échelles de l’urbain, afin de saisir l’importance du capital et des terrains industriels dans le processus de financiarisation de la production urbaine.

La privatisation de la production urbaine par les élites

9Le fait d’identifier les acteurs de la gouvernance urbaine pour ensuite saisir leurs logiques productives permet de concevoir les systèmes d’action à l’œuvre dans la production urbaine. À l’évidence, tous les acteurs n’ont pas le même poids dans les négociations et c’est précisément en pondérant l’influence de tout un chacun que l’on peut analyser leur impact sur la morphologie des villes. Or, très peu de recherches ont concentré leur attention sur les processus de prise de décision qui, par le déploiement de certaines techniques et stratégies, façonnent le territoire (certains travaux vont toutefois dans ce sens : Heinrichs, Nuissl, Rodríguez & Seeger, 2009 ; Orellana, 2009). Dans ce cadre, nous ciblons ici les élites industrielles en tant qu’acteurs du marché orchestrant la production urbaine de la municipalité.

10À partir de la fin des années 1980, dans un contexte de restructuration étatique au Mexique (et, plus généralement, en Amérique latine), pensé comme une réponse rationnelle pour restaurer l’équilibre économique, l’État promulgue une série de réformes décentralisant une partie de ses prérogatives vers les municipalités. Ces dernières deviennent autonomes pour l’élaboration de plans de développement urbain, la réglementation de la production urbaine, la délivrance de permis de construire, etc. Toutefois, cette autonomie est limitée par l’insuffisance de leurs ressources financières comme par leurs moyens humains (notamment manque de main-d’œuvre qualifiée pour répondre aux nouveaux enjeux de gestion). Par conséquent, cela ouvre la voie aux capitaux privés, favorisant l’instauration d’un modèle de gouvernance caractérisé par une forte participation des acteurs privés.

  • 4 L’histoire industrielle locale s’articule depuis ses origines à la proximité avec les États-Unis [C (...)
  • 5 Il convient ici de préciser que des liens étroits entre les élites politique, économique, sociale e (...)
  • 6 Le « Grupo Monterrey » se compose, entre autres, des entreprises Alfa, Cemex et Femsa, respectiveme (...)
  • 7 Toutes les citations (de bibliographie ou d’entretiens) sont personnellement traduites.

11Berceau du capitalisme industriel mexicain depuis les années 1890-19004, la métropole de Monterrey s’est construite sur une structure sociale marquée par les figures de l’entrepreneur et de l’ouvrier. Autour d’un petit nombre de familles, une bourgeoisie industrielle très influente dans la vie politique locale a fondé les principales entreprises motrices de la croissance économique5, réunies sous le nom de « Grupo Monterrey »6. La présence des entrepreneurs locaux dans la vie politique constitue « un dysfonctionnement profond, où les circuits institutionnels clés de l’État sont dominés (par l’entreprise privée) et n’obéissent pas aux critères minimums d’intérêt public, mais à des objectifs privés » [Flores, 2017, p. 1]7. Depuis plus d’un siècle, ces entrepreneurs créent des équipements et des services privés portant leurs noms, à des fins de reproduction sociale : hôpitaux (Hospital Muguerza, Hospital Zambrano-Léon), universités (Instituto Tecnologico y de Estudios Superiores de Monterrey, Universidad de Monterrey), musées (Planétario Alfa, Museo de Monterrey). Ils investissent aussi dans l’urbain (urbanisation de Valle Oriente, à San Pedro Garza Garcia, réseaux d’eau, de gaz, d’électricité, infrastructures routières). Ils jouent ainsi un rôle moteur dans la modernisation et le développement de la ville, asseyant la reproduction des élites dominantes sur des institutions et des territoires. Assimilables à une oligarchie « de fait », ces grandes familles forment un groupe relativement homogène et très influent sur tout le continent [Palacios, 2007].

  • 8 Cette stratégie de rapprochement illustre les premiers indices d’une volonté de l’élite de faire te (...)

12À partir des années 1980, ces derniers décident de rapprocher les sièges sociaux de leurs entreprises de leur municipalité de résidence8, faisant de San Pedro Garza Garcia le centre d’affaires de l’AMM. Des 12 municipalités qui constituent l’AMM, SPGG devient progressivement l’une des municipalités les plus riches et sécurisées d’Amérique latine et joue un rôle central dans la production de la richesse économique, en regroupant, avec Monterrey, 65 % du PIB métropolitain. En 2012, la municipalité qui concentrait seulement 3 % de la population de l’agglomération a produit 16 % du PIB métropolitain dans 4 % des entreprises [Inegi, 2014]. En revanche, les municipalités périphériques d’Apodaca, Guadalupe, Escobedo, Santa Catarina, Juarez y Garcia ont un profil socio-économique ouvrier avec une production (industries, maquiladoras, secteur tertiaire banal) peu génératrice de richesses pour la population qui y vit. Ces disparités économiques rythment les dynamiques spatiales métropolitaines puisque dans les municipalités de Monterrey et San Pedro Garza Garcia, plus de 60 % des résidents travaillent dans leur commune, tandis que Juarez, Guadalupe Escobedo affichent un profil de ville-dortoir [Inegi, 2014]. La municipalité de San Pedro Garza Garcia est devenue un espace de concentration des entreprises inscrites dans les flux hégémoniques globaux qui se singularise du reste de l’AMM par la rapidité de sa croissance.

Carte 1. Les municipalités de l’aire métropolitaine de Monterrey

Carte 1. Les municipalités de l’aire métropolitaine de Monterrey

Réalisation : Patrick Pentsch, Leïly Hassaine-Bau, 2019.

  • 9 Le PAN (Partido Acción Nacional) est l’un des principaux partis politiques du Mexique. Créé en 1939 (...)
  • 10 Un fidéicommis est un contrat en vertu duquel une ou plusieurs personnes mettent en commun des bien (...)

13Les politiques de décentralisation conduites au niveau national dans les années 1980 ont constitué une opportunité pour contrôler le développement urbain municipal pour les élites locales. En 1989, le maire, M. Fernandez Conrado, a demandé, pour la première fois dans l’AMM, la décentralisation de la gestion urbaine. Petit-fils de l’un des fondateurs du Grupo Monterrey, homme d’affaires (il est directeur des finances du groupe Constructores Monterrey), fils de l’un des fondateurs du Parti action nationale (PAN)9 de l’État de Nuevo León, il joue de son capital économique et de son pouvoir politique pour privatiser l’urbanisation d’un pan de ville, le Valle Oriente. En 1991, un accord a été signé entre douze grandes familles via le contrat de Fidéicommis Valle Oriente10 : 168 hectares de terrains leur ont été cédés par la municipalité, en contrepartie du développement de 2 000 maisons réparties en trois quartiers, de la construction des réseaux d’eau, de drainage, d’électricité, des infrastructures routières, d’un tunnel reliant San Pedro à Monterrey, ainsi que d’un parc récréatif. La privatisation de plusieurs sphères de l’administration publique a conduit progressivement à l’épuisement du modèle traditionnel de gestion et de planification urbaine dominé jusqu’ici par l’État. L’action conjuguée des acteurs privés et publics, qui appartiennent parfois aux mêmes familles – ou qui maintiennent des rapports avec elles depuis plusieurs générations –, crée des acteurs de la production urbaine très localisés et puissants.

  • 11 Entretien réalisé le 30 mars 2015.

14En 1989, Longoria, architecte et responsable du développement urbain de la municipalité de San Pedro, a sollicité auprès de l’État mexicain l’autonomie municipale dans son aire d’action, en s’appuyant sur la loi de décentralisation de 1982, et a obtenu, entre autres, la possibilité de délivrer des permis, quel que soit le nombre de logements ou de lots concernés, ainsi que d’élaborer les plans de développement urbain. Dans un entretien, l’ancien employé municipal et promoteur immobilier a expliqué que cette mutation institutionnelle de la gestion urbaine profite aux acteurs privés : « les promoteurs immobiliers profitent alors des terrains vierges achetés à petits prix pour construire et revendre ensuite très cher, provoquant le désordre dans la ville et sur les réseaux routiers » ; « lorsque San Pedro obtient la gestion de l’usage du sol, les plans d’urbanisme se font avec les développeurs immobiliers11 ». De toute évidence, les investisseurs endossent aussi le rôle d’aménageurs urbains. Si la nature de leur intérêt est « la construction et l’exploitation de la liquidité », ils y aboutissent en contournant les règlements. En effet, leurs gains économiques et financiers se réalisent grâce aux modifications des normes de planification : la suppression de certaines restrictions réglementaires quant au développement urbain (nombre d’étages, superficie des constructions) permet d’augmenter les retours sur investissement.

15En mai 2014, cette privatisation s’est institutionnalisée dans le nouveau plan de développement urbain SPGG 2030, avec l’annonce de la création de huit nouveaux districts de développement spécifiques (DDE). Les districts sont des zones qui ont pour vocation « le renforcement des sous-centres urbains avec un usage mixte et une densité plus importante, et la régénération des principaux axes routiers comme des immeubles résidentiels avec de petits nœuds commerciaux » [Plan de développement urbain de San Pedro Garza Garcia 2030, p. 124]. Ces « périmètres d’action stratégique » (nommés en gras sur la carte no 2) fonctionnent déjà comme des nœuds d’activités qui génèrent des ressources économiques importantes : ce sont des quartiers d’affaires (Valle Oriente, Ricardo Margáin) ou des parcs industriels (district industriel) qui attirent des populations locales et étrangères à la municipalité (flux de travailleurs, de chalands dans les centres commerciaux, etc.).

Carte 2. Localisation des districts de développement spécifiques (DDE) à San Pedro Garza Garcia

Carte 2. Localisation des districts de développement spécifiques (DDE) à San Pedro Garza Garcia

Source : Données issues du Plan de développement urbain de San Pedro Garza Garcia, 2012.
Réalisation : Patrick Pentsch, Leïly Hassaine-Bau, 2019.

  • 12 Le renouvellement urbain, comme forme d’évolution de la ville par le biais du recyclage de ses ress (...)
  • 13 Ces terrains sont dans la majorité non urbanisés ; dans le cas de Naturalia, il s’agit de l’ancien (...)
  • 14 Plan de développement urbain de San Pedro Garza Garcia 2030, p. 124.
  • 15 Entretien avec l’architecte J. I. Barragan, réalisé le 25 janvier 2015.

16L’objectif des districts est le renouvellement des espaces12 compris dans ces lieux ainsi que la densification du bâti produit. Dans un contexte de hausse des prix du foncier, il se produit dans les quartiers les plus attractifs où la hausse des prix du logement permet de rentabiliser l’opération immobilière [Piron, 2002]. À ce titre, le plan de développement urbain de San Pedro Garza Garcia précise la participation des acteurs du marché : « pour renforcer ces districts, il est nécessaire de les doter de l’infrastructure nécessaire à leur développement […] Comme ces districts sont divisés en lots de propriété privée13, nous considérons que c’est une excellente opportunité pour un investissement public/privé14 ». Les districts permettent aux promoteurs immobiliers de proposer à la municipalité des projets urbains dont les caractéristiques ne correspondent pas au cadre réglementaire : « le fait de pouvoir changer les coefficients d’urbanisation permet d’accroître considérablement le nombre de locaux dans le complexe urbain multifonctionnel »15. Cette liberté normative permet un renforcement du pouvoir des acteurs de marché dans le développement urbain.

  • 16 Plan de développement urbain San Pedro Garza Garcia 2030, p. 70.
  • 17 Responsables : Implan San Pedro, Initiative privée des voisins, p. 191.
  • 18 Entretien avec la responsable du développement urbain et architecte de Naturalia, le 27 mai 2016.

17Grâce à l’assouplissement des normes urbaines observé à l’échelle du district, la liberté de planification et d’aménagement des acteurs de marché gagne du terrain : ces « zones stratégiques de développement permettront de développer des schémas directeurs ou plans partiels, résultat d’une réglementation adaptée et spécifique pour la zone, en remplaçant les orientations générales du plan de développement urbain municipal en vigueur16 ». Le document place la responsabilité de la création des schémas directeurs dans les mains des propriétaires des terrains, en collaboration avec l’Implan, l’organisme municipal de planification et de gestion du développement urbain17. Or, en janvier 2016, la première directive du maire de San Pedro (M. Fernandez), qui commençait alors son troisième mandat non consécutif, a été de supprimer l’Implan, sous prétexte « d’une pratique trop intense de corruption18 », laissant ainsi une marge de manœuvre considérable aux acteurs de marché dans la planification urbaine des DDE. Leur carte dessine d’ailleurs celle des propriétés des élites de San Pedro.

18L’approbation de ce projet de renouvellement urbain (le 25 novembre 2015 pour le District El Bosquet), dont la finalité est l’accroissement de l’attractivité de la zone, témoigne de la flexibilité normative et des arrangements officieux entre les acteurs de marché issus de l’élite de Monterrey. Néanmoins, quels sont les mécanismes concrets qui expliquent et montrent comment ces derniers organisent une financiarisation de la production urbaine ?

19La présence des élites industrielles locales implique des transformations institutionnelles aussi bien formelles qu’informelles [Theurillat, 2011]. L’étude de la chronologie de la gestion, de la régulation et de l’application du permis du premier complexe urbain Naturalia illustre la multiplication des conflits d’intérêts entre les acteurs municipaux et les investisseurs, tous acteurs du marché. Le complexe urbain multifonctionnel Naturalia constitue une innovation urbaine de par la combinaison de la verticalité, de l’hyper-sécurisation, de l’entre-soi et de la mixité des fonctions qui le caractérisent (voir schéma ci-dessous).

Photographie 1. Le complexe urbain multifonctionnel fermé Naturalia

Photographie 1. Le complexe urbain multifonctionnel fermé Naturalia

Cette photographie représente le complexe urbain multifonctionnel Naturalia. Au premier plan, les deux tours de bureau (dont l’une est en construction à gauche) encadrent la zone de restaurants et de magasins de luxe de Naturalia. Au second, la partie résidentielle est fermée. La densité urbaine conférée par la multiplication des tours ainsi que l’utilisation du verre comme matériel de construction sont autant d’esthétiques architecturaux promue par des modèles urbanistiques transnationaux [Peynichou, 2017 ; Monnet, 1999].

Source : Photographie du projet Naturalia, L. Hassaine-Bau, 2019.

20Pour construire un tel projet urbain, les promoteurs immobiliers eurent néanmoins recours à diverses stratégies afin d’obtenir le permis de construire. Ainsi, le 25 mars 2014, lors du conseil municipal, la responsable du développement durable de la municipalité s’est opposée à la délivrance du permis de construire à Naturalia, sollicité par Edge Group, pour non-respect de la superficie minimum d’espaces verts dans le projet, qui devait être de 30 % de la surface totale (soit 4 744,66 m2) selon la loi municipale, alors qu’il n’en était prévu que 4 299,18 m2. Deux jours après, le conseil municipal a approuvé, dans les mêmes termes, le projet. Que s’est-il donc passé ? L’un des acteurs-clés de cette autorisation a été sans doute l’adjoint au maire siégeant lors des conseils municipaux. Le jour de l’autorisation, il a présidé le conseil en tant que directeur de la commission de développement durable, alors que la responsable, s’étant opposée à l’octroi du permis, ne figurait pas dans la liste des personnes signataires du document. L’étonnante agilité avec laquelle l’adjoint au maire a cherché à autoriser cette transaction coïncide avec le changement d’avocats contractés par l’entreprise de développement de Naturalia. En effet, les deux avocats du développement immobilier ont été remerciés au profit d’un autre cabinet, fondé par un membre du Partido de Acción Nacional (PAN) de l’État de Nuevo Léon et par l’ex-gouverneur du Partido Revolucionario Institucional (PRI), qui est l’un des partenaires de l’adjoint au maire. Or, ce cabinet d’avocats est connu chez les entrepreneurs locaux sous le surnom de « cabinet divin », ce qui ne laisse pas de doute quant à son influence. De fait, cet adjoint alterne entre son activité municipale et celle d’avocat dans ce cabinet. Par conséquent, dans un souci de transparence et pour éviter le conflit d’intérêts, il n’aurait pas dû siéger à la commission d’autorisation du projet. La procédure qui a conduit à l’autorisation de Naturalia révèle ainsi le rôle-clé des intermédiaires stratégiques, qui négocient les conditions légales et réglementaires de la production urbaine, en permettant la réalisation de projets dans lesquels se sont engagés certains acteurs financiers.

Vers la financiarisation de la production urbaine

21La privatisation de l’aménagement urbain par les élites industrielles de Monterrey prend une forme particulière, celle de la suprématie des acteurs de marché locaux quant aux décisions relevant des politiques urbaines. Intéressons-nous maintenant à la manière dont le capital et les terrains industriels mobilisés par la famille Conrado deviennent des actifs financiers, la famille jouant un rôle non seulement de coordination mais aussi de transformation du capital industriel en capital financier.

22Héritier de la quatrième génération, Federico Conrado, le dirigeant de Capitalia, est un membre central de l’élite économique, mais aussi politique et sociale de San Pedro Garza Garcia. Son aïeul, Isaac Conrado, fut le principal créateur de nombreuses entreprises qui deviendraient le Grupo Monterrey. En parallèle, les alliances matrimoniales réalisées avec l’élite politique et économique locale ont totalement faussé les rapports de force entre les deux secteurs, renforçant le poids des membres de cette famille.

Schéma 1. Généalogie de la famille Conrado : du capitalisme urbain au capitalisme financier, l’enjeu des relations politiques

Schéma 1. Généalogie de la famille Conrado : du capitalisme urbain au capitalisme financier, l’enjeu des relations politiques

Source : Enquête personnelle. Réalisation : Leïly Hassaine-Bau, 2018.

  • 19 Le coût de l’action pour devenir membre s’élevait en 2017 à 1 million de dollars auquel s’ajoutaien (...)
  • 20 Pour G. Becattini, le district représente une « entité socio-territoriale caractérisée par l’associ (...)

23Comme l’indique le schéma de son entourage le plus direct, F. Conrado a accès au capital industriel ainsi qu’au pouvoir politique. Ce privilège, répété pour toutes les familles composant l’élite de Monterrey, conduit à une situation d’hégémonie de classe, rendant dérisoire et imperceptible la frontière entre acteurs économiques et politiques. Ce petit monde vit à San Pedro Garza García, notamment dans la zone d’El Bosquet, construite autour du très sélect19 club de golf El Bosquet, financé en 1940 par le grand-père de F. Conrado et par d’autres entrepreneurs de SPGG, qui en ont urbanisé les abords dès les années 1970. À partir des années 1980, ils y ont installé les sièges sociaux de leurs entreprises, ainsi que des écoles, faisant de cet espace le lieu de vie (résidences, bureaux, écoles et commerces) de cette élite. La zone d’El Bosquet se construit comme territoire, où l’osmose entre le système des entreprises et la communauté locale privilégiée devient le cœur du fonctionnement et de la dynamique du district [Becattini, 2000 ; Daumas, 2007]20. La dérégulation des hauteurs permises dans les seuls terrains encore non urbanisés de la zone d’El Bosquet du District Margáin provoque depuis 2011 une dynamique de construction frénétique.

Carte 3. District El Bosquet : un espace de vie construit par et pour l’élite de Monterrey

Carte 3. District El Bosquet : un espace de vie construit par et pour l’élite de Monterrey

Source : Document interne du district complété par des enquêtes de terrain.
Réalisation : Patrick Pentsch ; Leïly Hassaine-Bau, 2018.

24C’est donc dans cet espace, où le taux d’augmentation de la plus-value foncière demeure le plus important de l’AMM depuis près de trente ans, que F. Conrado a décidé de diversifier les secteurs d’activité de la famille, en se dédiant à la promotion immobilière puis à la gestion de fonds immobiliers.

25L’entreprise de gestion de fonds immobiliers Capitalia, dont F. Conrado est le PDG, fonctionne avec sa filiale de promotion immobilière, Edge Group. Respectivement 25 et 85 employés travaillent à Capitalia et Edge Group, qui comptabilisent ensemble deux projets immobiliers terminés et deux en cours de réalisation (dont Naturalia et le District d’El Bosquet). Tous les projets se situent dans le District Ricardo Margáin. En achetant en 2011 les terrains qui constituaient les jardins de l’entreprise Vitro, F. Conrado a réalisé la première réserve foncière de l’entreprise pour les dix années suivantes. L’entreprise de promotion immobilière Edge Group a vu le jour en 2011, fondée par F. Conrado et six associés, tous issus des familles fortunées locales. Néanmoins, le projet de Naturalia n’était pas seulement une opération immobilière, mais aussi un projet d’aménagement. Si à SPGG, les membres de l’élite avaient déjà mis en œuvre des projets d’urbanisation de quartiers, Naturalia représentait une nouvelle échelle d’intervention : le passage d’une production uniquement résidentielle à une production urbaine mixte, en termes de produits résidentiels et de fonctions urbaines. Comme le montre le schéma ci-dessous, l’entreprise assume alors le rôle « d’ensemblier urbain », selon la terminologie de D. Lorrain [1980], afin de désigner l’aménagement privé par de grands opérateurs immobiliers. Grâce à la possession de ressources économiques, humaines et techniques, l’entreprise peut agir à de plus grandes échelles que celle du quartier, produire de la mixité et réaliser de tels investissements.

Schéma 2. Le fonctionnement de Capitalia : l’intégration des activités à la chaîne de production urbaine

Schéma 2. Le fonctionnement de Capitalia : l’intégration des activités à la chaîne de production urbaine

Source : Entretiens, données personnelles. Réalisation : Leïly Hassaine, 2018.

  • 21 Entretien réalisé le 18 avril 2015.

26Le modèle d’une production de la ville, orchestrée à l’échelle du projet urbain par les entreprises, demande un élargissement de leurs compétences traditionnelles dans l’objectif de capter de nouveaux marchés. Des mutations s’opèrent d’une part du côté des clients : il ne s’agit plus uniquement de personnes physiques en quête d’un logement à acheter, mais dorénavant des entreprises qui peuvent louer des bureaux et des locaux commerciaux. Ces deux produits, qui constituent le patrimoine de l’entreprise, sont en location. D’autre part, l’entreprise doit trouver des investisseurs pour faire fonctionner l’activité de Capitalia. Ainsi, de nouveaux métiers, sans lien direct avec l’urbanisme, sont représentés dans cette entreprise de gestion de fonds immobiliers, contribuant à former un nouveau secteur d’activité, celui de l’investissement de capitaux financiers dans la production urbaine. En parallèle, à l’échelle des investisseurs, ce groupe de millionnaires « partage une vision claire, la majorité a étudié à l’étranger et possède un master »21 (Augustin Durand, investisseur et directeur général d’Edge Group). Augustin Durand, Federico Conrado, mais aussi d’autres collaborateurs, sont le reflet d’une génération d’entrepreneurs qui a réalisé des MBA (Masters en administration des affaires) à l’étranger, au début des années 2000, une pratique répandue chez les actuels chefs d’entreprise mexicains [Chardavoine, 2019]. Ces recompositions, depuis la conception du projet urbain jusqu’à sa mise sur le marché, témoignent que le nerf de la guerre n’est donc plus seulement une logique urbaine, mais bien financière.

  • 22 Terme en espagnol désignant les habitants de Monterrey.
  • 23 Entretien avec F. Conrado, 8 mars 2015.
  • 24 Entretien avec F. Conrado, op. cit.

27Néanmoins, l’intervention de Capitalia ne s’arrête pas à l’échelle du complexe urbain multifonctionnel, puisque l’entreprise a initié le projet de régénération de toute la zone du Bosquet – sous le nom de District El Bosquet – dépassant les limites du District formellement établi, le district Margáin. L’initiative illustre bien la volonté de la part du dirigeant de Capitalia de continuer à œuvrer pour l’amélioration de l’environnement bâti du microcosme de l’élite regiomontana22, inscrit dans un territoire dont les frontières sont aussi celles du projet District El Bosquet. L’objectif de cette nouvelle entreprise est alors « d’attirer des capitaux pour améliorer El Bosquet et de favoriser les investissements dans cette zone23 », sous forme de projets immobiliers. En effet, les échanges professionnels réguliers (évènements sociaux clés à San Pedro, dîners, groupes de travail, etc.), la mobilisation des réseaux sociaux, le tout relayé par la presse spécialisée qui en fait la publicité, favorisent les investissements entre amis et famille. La volonté de rapprocher géographiquement les entreprises de gestion de fonds immobiliers dédiées à la production urbaine et les investisseurs est soigneusement entretenue par le choix de la localisation de Naturalia dans la zone El Bosquet. Ce choix est loin d’être « arbitraire », contrairement à ce qu’affirme le bras droit de Federico Conrado, puisque lui-même reconnaît avoir négocié pendant six ans pour que l’entreprise Vitro accepte de vendre le terrain où se construit Naturalia, que la crise de 2008 en a facilité la vente et que cette persévérance dans la négociation est liée « à sa localisation avant tout »24. Cette proximité géographique entre les sièges sociaux des entreprises renforce par conséquent la circulation de l’expertise. Ainsi, le bras droit de Federico Conrado, Lucia García, a travaillé pendant six ans en tant que directrice des ressources humaines chez Cemex, avant de rejoindre l’équipe de Capitalia. La mobilité professionnelle des salariés favorise la porosité entre les sociétés d’investissements, les entreprises et les professionnels de l’immobilier, comme l’illustre Federico Conrado, qui endosse une triple casquette (investisseur, aménageur et développeur). La concentration spatiale des sièges sociaux facilite également des rencontres formelles et informelles, essentielles dans les dynamiques des « villes globales » [Sassen, 2005]. Les fonds et les objectifs de Naturalia, ses relations avec les pouvoirs publics – notamment grâce à des lobbies puissants ainsi qu’à des relations sociales et familiales (cf. infra) – encouragent à analyser cette entreprise comme intégrée. C’est grâce à la valeur foncière d’une zone et aux dynamiques sociales, qui en font un milieu économique au sens géographique du terme, que des capitaux sont collectés auprès d’investisseurs locaux et ensuite placés dans la construction de plusieurs objets urbains.

28La financiarisation des entreprises de promotion immobilière est également visible au travers du capital financier mobilisé dans la production urbaine, à deux moments des projets : lors de la planification de l’objet urbain, ensuite lors de l’achat des locaux par des entreprises. D’abord, lors de la planification, en plus des fonds institutionnels (fonds de pension) et privés, nous pouvons observer l’utilisation d’outils financiers tel que les fonds d’investissement immobilier ou fidéicommis portant le nom de Fibra (Fideicomiso de Inversión en Bien Raices – Fonds d’investissement immobiliers). Entité juridique créée par la loi en 2004 au Mexique, un Fibra est une société foncière cotée en Bourse qui se charge de louer et d’administrer un portefeuille de biens immobiliers (résidences, bureaux, centres commerciaux, hôtels, hôpitaux, etc.). La société crée un fidéicommis, c’est-à-dire un fonds d’investissement coté en Bourse, constitué de biens immobiliers. Les propriétaires confient l’administration et la location de leurs biens à cette société en échange de titres boursiers (émis par la Banque de valeurs mexicaine, chaque certificat étant associé à une action). En parallèle, des investisseurs ayant d’autres formes de capitaux peuvent acheter des parts de ces portefeuilles et reçoivent à ce titre des rentes trimestrielles. Un Fibra peut également acheter des biens immobiliers ou en développer. Il s’agit d’une nouvelle entité juridique qui permet de soutenir l’activité immobilière par le recours aux capitaux boursiers, tout en facilitant l’accès aux particuliers à une épargne qui repose sur des titres de propriété (cf. schéma ci-après). Le mécanisme du Fibra s’est inspiré tant du système français des Sociétés immobilières d’investissement cotées (Siic), opérationnel depuis 2003, que du système des real estate investment trusts (Reits), créé par le Congrès américain au début des années 1960. Ces deux dispositifs ont en commun le fait de concrétiser le principe de titrisation, en transformant l’immeuble en titres de créances négociables en Bourse [Boisnier, 2012].

Schéma 3. Fonctionnement d’un Fibra

Schéma 3. Fonctionnement d’un Fibra

Source : https://www.bmv.com.mx. Réalisation : Leïly Hassaine, 2019.

  • 25 Soit 39 808 144,32 € (taux de change septembre 2018, xe.com) dont 14 761 726,41 € du terrain invest (...)
  • 26 Entretien avec F. Conrado, 8 mars 2015.
  • 27 Entretien avec J. Azurar, 28 février 2017.

29Dans le cas de Naturalia, nous assistons à la première constitution d’un Fibra « privé » (Fondo Patrimonial Privado Naturalia), au mode d’opération similaire à un Fibra, mais dont le fonds d’investissement n’est pas coté en Bourse. Selon J. Azurar, vice-président et directeur financier de Capitalia, « le contrat est calqué sur celui que propose la loi » : 95 % des ressources sont redistribuées aux investisseurs, un associé ne pouvant détenir plus de 20 % du total des fonds. La banque vérifie en principe l’identité et la provenance des fonds, et les actifs ne peuvent être que des biens en location. L’outil est utilisé très localement, puisque 90 % des investisseurs sont de Monterrey, les 10 % restants de Mexico, n’ayant que d’investisseurs institutionnels dans le fonds d’investissement Naturalia. Comme l’indique l’adjectif « patrimonial », son portefeuille est initialement constitué d’un patrimoine (s’élevant à 890 millions de pesos25, dont 330 millions représentent le terrain investi) appartenant à quelques familles particulièrement aisées de San Pedro Garza Garcia26. Sans s’associer à des investisseurs institutionnels, ni au système boursier, ce système constitue un exemple de stratégie de gestion dite « active » du patrimoine, par son investissement dans le développement et la gestion de propriétés immobilières. Enfin, les investisseurs, dans le cas de Naturalia mais aussi d’autres projets (des grandes familles industrielles, des écoles privées, des promoteurs immobiliers), n’influencent pas l’identité des projets urbains (usage, forme, design, etc.). Ils sont « invités » à investir dans un projet, ensuite « ce sont nous, les professionnels ; ils nous confient leur argent car ils se fient à notre savoir-faire »27. Par ailleurs, Fibra Inn, une autre société foncière cotée en Bourse et dirigée par une autre grande famille locale, a signé en Suisse un accord de franchise avec Marriott Licensing Compagny Sarl pour l’utilisation de la marque J. W. Marriott afin d’implanter un luxueux hôtel d’affaires à Naturalia, et d’attirer ainsi les femmes et les hommes d’affaires.

30L’étude des rouages de Capitalia aboutit à la mise en lumière d’une innovation en matière d’usage du sol : l’émergence d’une entreprise spécialisée dans le financement d’objets urbains. Si la stratégie adoptée par ces acteurs privés vise à maximiser les profits sur un territoire très attractif, grâce à des outils et pratiques financières, il apparaît que les fonds d’investissement immobiliers étrangers n’ont pas les commandes sur le marché de San Pedro Garza Garcia. À l’inverse, ces acteurs s’insèrent dans des flux financiers mondiaux [Ffrench-David, 2009].

Conclusion

31La planification du complexe urbain multifonctionnel Naturalia, ainsi que la régénération urbaine du District El Bosquet par une entreprise de gestion de fonds immobiliers témoignent d’une forme de financiarisation de la production urbaine caractérisée par l’usage combiné d’outils internationaux et de capitaux locaux. L’ancrage d’une élite à la fois politique, économique et sociale dans le territoire de San Pedro Garza Garcia permet ici une reconversion du capital industriel qui, comme dans de nombreuses métropoles, s’effectue dans le secteur immobilier [David, 2013]. Les familles qui ont planifié et construit la ville industrielle produisent aujourd’hui la ville globale, déterritorialisée de l’ancien espace industriel pour se rapprocher de la finance, des holdings, pour créer une ville témoin, insérée dans des espaces patrimoniaux de luxe. Cette mutation s’opère grâce au cumul des fonctions politiques et économiques qui favorise une plus grande flexibilité normative et autorise une maximisation des rendements.

32L’étude des convergences entre ces acteurs de marché a permis de penser la ville comme une construction sociale basée sur les relations de pouvoir qui s’élaborent entre des acteurs stratégiques. En termes de gouvernance urbaine, la domination des acteurs privés dans sa planification favorise la production de nouveaux objets urbains. La collusion des acteurs privés et publics est forte, dans un contexte où ils émanent du même microcosme social et familial. Par conséquent, à l’instar des promoteurs, les instances publiques se comportent comme des acteurs de marché, en valorisant les atouts les plus sûrs du territoire. L’analyse de la financiarisation de la production urbaine – illustrée ici par l’aménagement privé d’un pan de ville par l’élite de Monterrey – et ses relations avec les institutions gouvernementales locales, offrent une nouvelle dimension à la compréhension des pratiques locales de régénération urbaine et de leur rôle dans les mutations de l’organisation des économies mondiales.

33Le fait que l’aménagement urbain et la création de grands projets pensés grâce à des logiques financières créent de la valeur afin d’être générateurs de profit, engendre un développement urbain localisé dans des zones à forte plus-value foncière, concentrant les sièges d’entreprises mondiales, de luxueuses résidences ainsi que des services privatisés. La reconversion du capital et du foncier industriel témoigne du passage du capitalisme industriel à une nouvelle phase, celle du capitalisme financier, dans une dynamique localisée.

34À San Pedro Garza Garcia, l’adoption de stratégies capitalistes par les acteurs de la gouvernance urbaine aboutit à la légitimation d’opérations urbaines au nom de la compétitivité, à la consolidation de territoires exclusifs comme unique environnement possible pour le capital et à un accroissement des tendances historiques de polarisation des revenus dans une société déjà inégalitaire et fragmentée.

Haut de page

Bibliographie

Attuyer K., Guironnet A. & Halbert L., 2012, « La ville à 7 % », Urbanisme, vol. 384, p. 72-74.

Beauregard R. & Haila A., 2000, “The unavoidable continuities of the city”, dans P. Marcuse & R. van Kempen (dir.), Globalizing Cities. A new spatial order, Oxford, Blackwell, p. 22-36.

Becattini, 2000, Dal distretto industriale allo sviluppo locale, Bollati Boringhieri, Turin, 251 p.

Boisnier C., 2012, « Le dispositif Siic, de la transparence fiscale à la financiarisation de l’immobilier », Urbanisme, no 384, p. 46-47.

Cattaneo Pineda R., 2011, “La financiarización de la ciudad: los fondos de inversión inmobiliaria y la emergencia de una nueva metrópolis”, Revista EURE-Revista de Estudios Urbanos, vol. 37, no 112, p. 5-22.

Chardavoine J., 2019, « Les dirigeants de grandes entreprises au Mexique au xxie siècle. La résistance du capitalisme familial face à la mondialisation », thèse de doctorat en sciences sociales, Paris, université Paris-Dauphine, 605 p.

Cerutti M., 1987, Monterrey, Nuevo León, el noreste, siete estudios históricos, Monterrey, UANL.

Cerutti M., 1988, Monterrey, siete estudios contemporáneos, Monterrey, UANL.

Christophers B., 2011, “Revisiting the urbanization of capital”, Annals of the Association of American Geographers, vol. 6, no 101, p. 1347‑1364.

Citron P., 2017, « Produire la ville grâce aux opérateurs immobiliers : quel modèle pour l’aménagement privé en zone dense ? », Métropoles, no 20, p. 1-18.

Daumas J.-C., 2007, « Districts industriels : du concept à l’histoire », Revue économique, vol. 58, p. 131‑152.

David L., 2013, « La production urbaine de Mexico : entre financiarisation et construction territoriale. Une analyse de l’insertion du réseau financier transnational dans les marchés d’immobilier d’entreprise », thèse de doctorat en science politique, université de Paris-Est, 406 p.

David L. & Halbert L., 2013, “Entering by the window when the door is locked. Finance capital, actor-network theory and the struggle over calculative agencies in the business property markets of mexico city metropolitan region”, Regional Studies, vol. 48, no 3, p. 516-529

Fields D., 2014, “The Rise of the corporate Landlord. The institutionalization of the single-family rental market and ootential impacts on renters”, rapport publié par Homes For All Campaign of Right To The City Alliance, 28 p.

Flores C., 2017, “Correlacion historica entre actores licitos e ilicitos en el noreste”, dans Violentar la vida en el norte de México. Estado, traficos y migraciones en la frontera con Texas, Mexico, Centro de investigaciones y estudios superiores en antropología social.

Ffrench-David R., 2009, “Crisis global, flujos especulativos y financiación innovadora para el desarrollo”, Cepal, no 97, p. 57-76.

Guironnet A. & Halbert L., 2016, “The Financialization of Urban Development Projects: Concepts, Processes, and Implications”, Urban Studies, vol. 53, n7, p. 1442-1464.

Haila A., 1988, “Land as a financial asset: the theory of urban rent as a mirror of economic transformation”, Antipode, vol. 20, no 2, p. 79-101.

Haila A., 2007, “The market as the new emperor”, International Journal of Urban and Regional Research, no 31, p. 3-20.

Harvey D., 1982, The limits to capital, Oxford, Blackwell, 512 p.

Haila A., 2016, “Urban land rent. Singapore as a property state”, Métropoles, no 19, version électronique non paginée.

Halpern C. & Pollard J., 2013, « Les acteurs de marché font-ils la ville ? », EspacesTemps.net, version électronique non paginée.

Harvey D., 1982, The limits to capital, Oxford, Blackwell.

Heinrichs D., Nuissl H. & Rodriguez Seeger C., 2009, “Dispersión urbana y nuevos desafíos para la gobernanza (metropolitana) en América Latina: el caso de Santiago de Chile”, Eure, no 35, p. 29-46.

Inegi, 2014, Censo económico nacional.

Kaika M. & Ruggiero L., 2016, “Land Financialization as a ‘lived’ process: The transformation of Milan’s Bicocca by Pirelli”, European Urban and Regional Studies, vol. 23, no 1, p. 3-22.

Le Garrec S., 2006, « Le renouvellement urbain, la genèse d’une notion fourre-tout », Plan Urbanisme Construction Architecture, Puca, Paris, 91 p.

Lefebvre H., 1970, La Révolution urbaine, Paris, Gallimard, 256 p.

Linossier R., 2009, « Le projet urbain au service du développement économique et international : la Cité internationale de Lyon », dans B. Jouve. et al. (dir.), Lyon, la production de la ville, Lyon, Éditions Parenthèses, p. 172‑193.

Lorrain D., 2013, « La ville et les marchés : ce qui change au début du xxie siècle », EspacesTemps.net., version électronique non paginée.

Maurice R., 2017, « L’inversion des rôles ? Aménageurs, promoteurs immobiliers et pouvoirs publics dans la régulation des ZAC du Grand Lyon », Métropoles, no 20, version électronique non paginée.

Marshall A. & Marshall P., 1879, The Economics of Industry, Londres, Macmillan, 256 p.

Melé P., 1998, « Monterrey : construire un centre pour la métropole moderne », dans Patrimoine et action publique au centre des villes mexicaines, Paris, Éditions de l’IHEAL, p. 167‑183.

Monnet J., 1999, Ville et pouvoir en Amérique. Les formes de l’autorité, Paris, L’Harmattan, 190 p.

Moulaert F., Rodriguez A. & Swyngedouw E., 2003, The globalized city. Economic restructing and social polarization in European cities, Oxford, Oxford University Press, 302 p.

Orellana A., 2009, “La gobernabilidad metropolitana de Santiago: la dispar relación de poder de los municipios”, Eure, vol. 35, no 104, p. 101-120.

Palacios L., 2007, “Consolidación corporativa y crisis económica en Monterrey 1970-1982”, dans Nuevo León en el siglo XX: Industrialización, del segundo auge industrial a la crisis de 1982, Monterrey, Fondo Editorial Nuevo León, p. 206-244.

Palacios L. (dir.), 2010, Cuando México enfrenta la globalización. Permanencias y cambios en el Área Metropolitana de Monterrey, primera edición, Monterrey, Universidad Autónoma de Nuevo León en coedición con El Colegio de la Frontera Norte, el Instituto Tecnológico y de Estudios Superiores de Monterrey, la Universidad de Monterrey, la Normal Miguel F. Martínez y el Centro de Estudios Mexicanos y Centroamérica, Primera Edición, Monterrey, 482 p.

Peynichou L., 2017, « La verticalisation de Mexico : une nouvelle forme d’urbanité ? Le cas de Plaza Carso à Nuevo Polanco », Géocarrefour, vol. 91, no 2, version électronique non paginée.

Piron O., 2002, Renouvellement urbain, Paris, Puca, 66 p.

Rouanet H., 2016, « Quand les grands promoteurs immobiliers fabriquent la ville en Inde. Regards croisés sur Bangalore et Chennai », thèse de doctorat d’aménagement urbain, université Paris-Est, Paris, 307 p.

Sassen S., 2005, The Global City, New Jersey, Princeton University Press, 397 p.

Theurillat T., 2011, « La ville négociée : entre financiarisation et durabilité », Géographie, économie et société, vol. 13, no 3, p. 225-254.

Villarreal Ana, 2015, “Fear and spectacular drug violence in Monterrey, in violence at the urban margins”, dans P. Bourgois et al., Violence at the Urban Margins, Oxford, Oxford University Press, p. 135‑161.

Wood A., 2004, “The scalar transformation of The U.S. commercialproperty-development industry: A cautionary note on the limits of globalization”, Economic Geography, vol. 80, no 2, p. 119-140.

Haut de page

Notes

1 Le capital switching est un argument exposé par Harvey à la suite d’Henri Lefebvre, qui l’avait formulé initialement dans les années 1970 et 1980 [Harvey, 1982 ; Lefebvre, 1970]. L’essentiel de cet argument était que, alors que la production capitaliste avançait vers des crises périodiques de suraccumulation, le capital « passait » de la production en soi à la production de l’environnement bâti urbain comme moyen d’absorber le capital excédentaire et donc d’éviter – ne serait-ce que temporairement – la crise [Christophers, 2011].

2 Pour des raisons de préservation de la confidentialité des informations collectées dans l’enquête encore en cours, les noms des acteurs, ainsi que les noms des districts et des opérations immobilières ciblées (Naturalia, Capitalia, El Bosquet) ont été changés.

3 Terme également utilisé par les groupes immobiliers.

4 L’histoire industrielle locale s’articule depuis ses origines à la proximité avec les États-Unis [Cerutti, 1987, 1988].

5 Il convient ici de préciser que des liens étroits entre les élites politique, économique, sociale et religieuse (chrétienne) [Palacios, 2010] s’observent aussi dans les activités illicites, de contrebande et plus récemment de blanchiment d’argent [Flores, 2017], qui ont également permis cette importante croissance économique.

6 Le « Grupo Monterrey » se compose, entre autres, des entreprises Alfa, Cemex et Femsa, respectivement 390e, 908e et 1 061 € au classement Forbes (2014) des 2 000 plus grandes entreprises mondiales.

7 Toutes les citations (de bibliographie ou d’entretiens) sont personnellement traduites.

8 Cette stratégie de rapprochement illustre les premiers indices d’une volonté de l’élite de faire territoire en dehors de la place centrale (la Macroplaza), dans la municipalité de Monterrey, qui avait été planifiée par le gouvernement pour accueillir les sièges sociaux des entreprises [Melé, 1998]. Lors du mandat de Felipe Calderón (2006-2012), la croissance sans précédent de l’insécurité, de la violence, et du poids des cartels – qui touche particulièrement le nord-est du pays et la région de Monterrey, à partir de 2009 – se traduit par de nombreuses recompositions socio-territoriales dans l’AMM. Toutefois, prisée des chefs d’entreprise, la municipalité « blindée » [Villarreal, 2015] le devient aussi pour certains chefs de cartel qui y élisent domicile. De fait, face à ce boom de la production immobilière, dans un pays gangrené par l’économie de la drogue, l’investissement de fonds provenant d’activités illicites à des fins de blanchiment dans l’immobilier ne peut pas être ignoré. Néanmoins, pour des raisons de sécurité et de manque d’informations fiables, cet élément ne sera pas étudié dans cet article. Au contraire, ce travail montre une origine de capitaux industriels et financiers.

9 Le PAN (Partido Acción Nacional) est l’un des principaux partis politiques du Mexique. Créé en 1939, il est resté dans l’opposition pendant environ soixante ans, en raison de l’hégémonie du Parti révolutionnaire institutionnel (PRI), avant de gouverner le Mexique de 2000 à 2012, pour ensuite retourner à l’opposition. En 2020, le parti contrôlait neuf des trente-deux États fédérés du Mexique.

10 Un fidéicommis est un contrat en vertu duquel une ou plusieurs personnes mettent en commun des biens, de l’argent ou des droits, présents ou futurs, de propriété, en définissant les fonctions et les bénéfices de chaque personne (physique ou morale).

11 Entretien réalisé le 30 mars 2015.

12 Le renouvellement urbain, comme forme d’évolution de la ville par le biais du recyclage de ses ressources bâties et foncières [Le Garrec, 2006], a pour objectif de limiter l’étalement urbain et la périurbanisation en valorisant l’habitat dense et concentré. Il se traduit en général par une densification du tissu urbain existant.

13 Ces terrains sont dans la majorité non urbanisés ; dans le cas de Naturalia, il s’agit de l’ancien parc de l’entreprise multinationale Vitro, du groupe Monterrey, qui produit et commercialise du verre dans 34 pays (en Amérique, Europe et Asie).

14 Plan de développement urbain de San Pedro Garza Garcia 2030, p. 124.

15 Entretien avec l’architecte J. I. Barragan, réalisé le 25 janvier 2015.

16 Plan de développement urbain San Pedro Garza Garcia 2030, p. 70.

17 Responsables : Implan San Pedro, Initiative privée des voisins, p. 191.

18 Entretien avec la responsable du développement urbain et architecte de Naturalia, le 27 mai 2016.

19 Le coût de l’action pour devenir membre s’élevait en 2017 à 1 million de dollars auquel s’ajoutaient les mensualités.

20 Pour G. Becattini, le district représente une « entité socio-territoriale caractérisée par l’association active, dans une aire territoriale circonscrite et historiquement déterminée, d’une communauté de personnes et d’une population d’entreprises industrielles. Dans le district, à la différence de ce qui se produit dans d’autres milieux, par exemple la ville manufacturière, la communauté et les entreprises tendent, pour ainsi dire, à s’interpénétrer » [Becattini, 2000, p. 111]. L’auteur rajoute alors une dimension sociale au district purement économique analysé par Marshall [Marshall & Marshall, 1879].

21 Entretien réalisé le 18 avril 2015.

22 Terme en espagnol désignant les habitants de Monterrey.

23 Entretien avec F. Conrado, 8 mars 2015.

24 Entretien avec F. Conrado, op. cit.

25 Soit 39 808 144,32 € (taux de change septembre 2018, xe.com) dont 14 761 726,41 € du terrain investi.

26 Entretien avec F. Conrado, 8 mars 2015.

27 Entretien avec J. Azurar, 28 février 2017.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1. Les municipalités de l’aire métropolitaine de Monterrey
Crédits Réalisation : Patrick Pentsch, Leïly Hassaine-Bau, 2019.
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/12285/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 556k
Titre Carte 2. Localisation des districts de développement spécifiques (DDE) à San Pedro Garza Garcia
Crédits Source : Données issues du Plan de développement urbain de San Pedro Garza Garcia, 2012. Réalisation : Patrick Pentsch, Leïly Hassaine-Bau, 2019.
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/12285/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Photographie 1. Le complexe urbain multifonctionnel fermé Naturalia
Légende Cette photographie représente le complexe urbain multifonctionnel Naturalia. Au premier plan, les deux tours de bureau (dont l’une est en construction à gauche) encadrent la zone de restaurants et de magasins de luxe de Naturalia. Au second, la partie résidentielle est fermée. La densité urbaine conférée par la multiplication des tours ainsi que l’utilisation du verre comme matériel de construction sont autant d’esthétiques architecturaux promue par des modèles urbanistiques transnationaux [Peynichou, 2017 ; Monnet, 1999].
Crédits Source : Photographie du projet Naturalia, L. Hassaine-Bau, 2019.
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/12285/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre Schéma 1. Généalogie de la famille Conrado : du capitalisme urbain au capitalisme financier, l’enjeu des relations politiques
Crédits Source : Enquête personnelle. Réalisation : Leïly Hassaine-Bau, 2018.
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/12285/img-4.png
Fichier image/png, 60k
Titre Carte 3. District El Bosquet : un espace de vie construit par et pour l’élite de Monterrey
Crédits Source : Document interne du district complété par des enquêtes de terrain. Réalisation : Patrick Pentsch ; Leïly Hassaine-Bau, 2018.
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/12285/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Schéma 2. Le fonctionnement de Capitalia : l’intégration des activités à la chaîne de production urbaine
Crédits Source : Entretiens, données personnelles. Réalisation : Leïly Hassaine, 2018.
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/12285/img-6.png
Fichier image/png, 82k
Titre Schéma 3. Fonctionnement d’un Fibra
Crédits Source : https://www.bmv.com.mx. Réalisation : Leïly Hassaine, 2019.
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/12285/img-7.png
Fichier image/png, 24k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Leily Hassaine-Bau, « De la ville usine à la ville globale. Quand les chefs d’entreprise deviennent investisseurs (Monterrey, Mexique) »Cahiers des Amériques latines, 95 | 2020, 229-250.

Référence électronique

Leily Hassaine-Bau, « De la ville usine à la ville globale. Quand les chefs d’entreprise deviennent investisseurs (Monterrey, Mexique) »Cahiers des Amériques latines [En ligne], 95 | 2020, mis en ligne le 14 septembre 2021, consulté le 29 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/cal/12285 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cal.12285

Haut de page

Auteur

Leily Hassaine-Bau

Chercheure associée à Aix-Marseille Université, CNRS, Telemme, Aix-en-Provence, France.

Leïly Hassaine-Bau est docteure en géographie de l’université d’Aix-Marseille. Elle se spécialise dans l’étude de la production des villes fermées, le financement des grands projets urbains et les modes de vie des élites dans les pays du Sud. Dans ce cadre, elle a réalisé plusieurs séjours de recherches au Centre d’études mexicaines et centraméricaines (Cemca) ainsi qu’au Centre d’investigations et d’études supérieures en anthropologie sociale (Ciesas), au Mexique. Elle a publié l’article “De los fraccionamientos cerrados a los conjuntos urbanos: ¿Una nueva forma urbana para una nueva forma de habitar? El caso de San Pedro Garza García (México)”, dans l’ouvrage Transformación del Estado y privatización de la seguridad pública: policías privadas, cárceles privadas y gated communities en México (C. Jasso [dir.] et M. Pierre Magniat), paru en 2020.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation des Amériques
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Latindex - Sistema Regional de Información en Línea para Revistas Científicas de América Latina, el Caribe, España y Portugal
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search