Navigation – Plan du site

AccueilNuméros95LecturesÉmilie Dupuits, Naviguer à contre...

Lectures

Émilie Dupuits, Naviguer à contre-courant ? Les mobilisations transnationales pour une gouvernance communautaire de l’eau et des forêts en Amérique latine

Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2020
Chloé Nicolas-Artero
p. 261-264
Référence(s) :
Émilie Dupuits, Naviguer à contre-courant ? Les mobilisations transnationales pour une gouvernance communautaire de l’eau et des forêts en Amérique latine, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2020, 280 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage porte sur l’engagement transnational des réseaux d’organisations communautaires de gestion de l’eau et des forêts en Amérique latine. Il est issu d’une thèse de doctorat soutenue au Global Studies Institute de l’université de Genève en 2017. L’auteure révèle les mécanismes de construction transnationale des modèles de gouvernances communautaires à partir de l’étude de deux réseaux d’organisations : la Confédération latino-américaine des organisations communautaires de services d’eau potable et assainissement (Clocsas) et l’Alliance mésoaméricaine des peuples et forêts (AMPB). Elle dépeint les dilemmes que traversent ces réseaux dans leur engagement transnational. Ce dernier ne va pas sans créer l’exclusion de certaines organisations nationales par la dévalorisation de leurs pratiques, et l’adhésion aux principes du néolibéralisme vert. L’auteure construit un cadre conceptuel pour décrire les rapports de pouvoir qui se jouent lors de l’insertion de ces réseaux dans les arènes internationales et qui redéfinissent les modèles de gestion communautaire. En ce sens, la proposition théorique de l’ouvrage repose sur l’analyse des « configurations inter-espace » qui se forment entre trois espaces : l’« espace de régionalisation », l’« espace de professionnalisation » et l’« espace de transnationalisation ».

2L’ouvrage comprend cinq chapitres. Après avoir présenté, dans le premier, le contexte d’émergence des réseaux étudiés, dans les chapitres suivants l’auteure décrit successivement le fonctionnement de chacun de ces espaces, avant de proposer, dans un dernier chapitre, une analyse des « configurations inter-espaces ». Dans le premier chapitre, l’auteure identifie les facteurs qui expliquent la formation des réseaux transnationaux des organisations communautaires. L’engagement transnational ne s’explique pas seulement par les menaces des États néo-extractivistes, notamment à travers la création de politiques de marchandisation des ressources naturelles. Les trajectoires des leaders des deux réseaux, ainsi que leurs expériences dans la coopération internationale, jouent un rôle fondamental. Les acteurs du développement ont également un intérêt à rendre visibles ces organisations communautaires jusqu’à présent très marginalisées des arènes internationales.

3Le deuxième chapitre décrit les dynamiques à l’œuvre au sein de l’« espace de régionalisation » (comprendre à l’échelle latino-américaine) où les réseaux d’organisations communautaires se forment en intégrant – et en excluant – certaines organisations nationales. La formation d’un réseau transnational suppose de définir des critères d’adhésion reposant sur une définition partagée de la gestion communautaire. Faute de consensus en raison de l’existence d’une pluralité de représentation et de pratique de gestion communautaire, l’auteure montre comment l’AMPB et la Clocsas harmonisent ou uniformisent les pratiques pour mettre en avant un modèle de gouvernance unique. Alors qu’au cours de ce processus l’AMPB respecte la pluralité des organisations locales en mettant en avant l’idée d’une gestion forestière autonome et son « modèle de la territorialité », la Clocsas impose le « modèle de l’associativité » ce qui crée des résistances et exacerbe les tensions entre les organisations nationales.

4Dans le troisième chapitre, l’auteure montre comment l’intégration des réseaux d’organisations communautaires dans l’« espace d’internationalisation » influence la construction des modèles communautaires par le recadrage des normes globales. La Clocsas et l’AMPB déploient des stratégies opportunistes pour capter les ressources politiques et financières offertes par les acteurs du développement. La reconnaissance du droit humain à l’eau représente pour la Clocsas une opportunité de promouvoir le « modèle de l’associativité ». Néanmoins, le rapprochement des experts internationaux la distancie des mouvements plus contestataires. L’AMPB, quant à elle, inscrit le « modèle de la territorialité » en opposition au programme Redd+, ce qui contribue à politiser son modèle de gouvernance par la mise en avant la sécurisation des droits territoriaux.

5Le quatrième chapitre propose une analyse des modalités de professionnalisation adoptées par la Clocsas et l’AMPB. La mobilisation internationale des réseaux transnationaux d’organisations communautaires repose sur le soutien technique, politique et financier des acteurs du développement, ce qui induit une professionnalisation des organisations et, à moyen terme, une transformation de leurs représentations des modèles de gouvernance communautaire. L’intégration des réseaux dans cet « espace de professionnalisation » implique une appropriation des pratiques proposées par les partenaires externes, impliquant souvent l’adoption d’une approche gestionnaire de la gouvernance communautaire compatible avec le néolibéralisme vert. Pour sa part, la Clocsas soutient la formalisation des organisations locales, ce qui suscite de vives critiques par certains de ses membres. Elle défend une logique entrepreneuriale et gestionnaire du « modèle de l’associativité », au détriment de la valorisation de l’expertise communautaire. Les leaders de l’AMPB, quant à eux, détournent l’injonction de la formalisation des organisations, renforcent stratégiquement les compétences techniques de ses membres dans le but de répondre aux demandes des bailleurs, et valorisent l’expertise communautaire par la production d’étude.

6Le dernier chapitre de l’ouvrage interroge les effets de la transnationalisation des réseaux d’organisations communautaires sur leur durabilité. L’auteure analyse les « configurations inter-espaces » en saisissant les articulations et les blocages entre les « espaces de régionalisation », « d’internationalisation » et « de professionnalisation ». Ils donnent à voir la production par ces réseaux d’« exclusions culturelles » de certaines organisations nationales ainsi qu’une adaptation aux pratiques de gestion néolibérale. Ces deux processus menacent la durabilité des acteurs étudiés, le développement local et la reconnaissance des organisations communautaires par les gouvernements nationaux, raison pour laquelle plusieurs acteurs locaux les contestent, venant ainsi fragiliser les réseaux transnationaux d’organisations communautaires.

7Cet ouvrage vient combler un véritable vide dans la littérature afférente à la gestion des eaux et des forêts, puisque les réseaux transnationaux d’organisation communautaires n’avaient pas fait l’objet d’études préalables. Il montre avec minutie le fonctionnement interne des réseaux transnationaux d’organisations communautaires, ainsi que les relations qu’ils nouent avec les acteurs du développement et de la coopération internationale. On comprend alors les difficultés qu’affrontent ces deux réseaux et les choix politiques qui se posent à eux. Toutefois, en termes méthodologiques, la recherche ne va pas sans soulever un certain nombre de questions. En premier lieu, les typologies des différents modèles de gestion communautaire des eaux et des forêts présentées en introduction ne sont pas justifiées empiriquement, ce qui fragilise nécessairement l’argumentaire déployé tout au long de l’ouvrage. Par ailleurs, l’enquête repose principalement sur les discours des leaders et, dans une moindre mesure, des partenaires externes (acteurs du développement). La faible présence des représentants étatiques ou des organisations nationales et locales, ainsi que l’absence d’observation des pratiques quotidiennes de gestion communautaire des ressources naturelles – autrement dit une absence de terrain –, peuvent ainsi surprendre le lecteur. Par ailleurs, les études de cas locaux reposent uniquement sur des entretiens réalisés auprès du Réseau d’organisations sociales et communautaires de gestion de l’eau (Roscgae) de l’Équateur et l’Association des communautés forestières du Petén (Acofop). De ce fait, plusieurs idées avancées dans l’ouvrage n’ont pas d’ancrage empirique comme la marginalisation de certaines organisations et pratiques, la néo-libéralisation de ces dernières ou la faible durabilité des réseaux. On se demande alors si ces conclusions ne reposent pas, partiellement au moins, sur une réappropriation par l’auteure des discours des acteurs. En outre, une mise en perspective historique de l’objet d’étude aurait été utile afin de nuancer la qualification parfois hâtive de certains processus comme étant néolibéraux. Ainsi, lorsqu’est évoquée l’adaptation au néolibéralisme vert de la gestion communautaire sous l’influence internationale, on se demande en quoi, dans le cadre du Programme régional de renforcement des capacités, la proposition d’insérer le secteur privé pour renforcer l’efficacité des services, traduit-elle nécessairement un processus de néo-libéralisation ? De la même façon, en quoi l’intégration des organisations communautaires dans des structures formelles étatiques et la volonté de promouvoir des bonnes pratiques se traduit-elle par une véritable néo-libéralisation des pratiques si celles-ci ne sont pas observées empiriquement ?

8En outre, l’ouvrage n’offre pas toutes les conditions d’une lecture fluide. L’auteure utilise plusieurs notions et concepts sans les définir pleinement (associativité, politisation, gestion interculturelle), ce qui a parfois pour effet de donner l’impression d’une démonstration hors-sol. L’usage de la notion d’espace est maladroit et souvent inadapté, certainement en raison de l’étroitesse de la définition proposée (quelques lignes en introduction) ce qui contraste avec la fréquence de son emploi dans l’analyse. Par ailleurs, l’auteure utilise plusieurs notions géographiques sans en proposer de définitions solides (territoire, territorialité, territorialisation, régionalisation, etc.). Ainsi le territoire est-il tantôt une catégorie d’analyse, tantôt un critère de distinction dans une typologie et tantôt un sous-élément d’elle-même – quand il n’est pas défini comme un principe ou personnifié sous la forme d’organisation communautaire. Ces derniers éléments rendent donc le suivi de la démonstration ardu et fragilisent la portée des analyses proposées, ce qui est d’autant plus dommage que le sujet de cet ouvrage n’a jusque-là été que peu défriché.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Chloé Nicolas-Artero, « Émilie Dupuits, Naviguer à contre-courant ? Les mobilisations transnationales pour une gouvernance communautaire de l’eau et des forêts en Amérique latine »Cahiers des Amériques latines, 95 | 2020, 261-264.

Référence électronique

Chloé Nicolas-Artero, « Émilie Dupuits, Naviguer à contre-courant ? Les mobilisations transnationales pour une gouvernance communautaire de l’eau et des forêts en Amérique latine »Cahiers des Amériques latines [En ligne], 95 | 2020, mis en ligne le 14 septembre 2021, consulté le 05 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/cal/12355 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cal.12355

Haut de page

Auteur

Chloé Nicolas-Artero

Université Sorbonne Nouvelle (IHEAL)
Creda UMR 7227

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation des Amériques
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Latindex - Sistema Regional de Información en Línea para Revistas Científicas de América Latina, el Caribe, España y Portugal
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search