Navigation – Plan du site

AccueilNuméros95LecturesVirginia García-Acosta (éd.), The...

Lectures

Virginia García-Acosta (éd.), The Anthropology of Disasters in Latin America. State of the Art

Londres, Routledge, 2019
Sandrine Revet
p. 265-268
Référence(s) :
Virginia García-Acosta (éd.), The Anthropology of Disasters in Latin America. State of the Art, Londres, Routledge, 2019, 233 p.

Texte intégral

1Publié chez Routledge dans la série « Routledge Studies in Hazards, Disaster Risk and Climate Change », dirigée depuis 2015 par le chercheur britannique Ilan Kelman qui est un spécialiste de la réduction des risques de catastrophe, ce volume est dédié à un état de l’art de l’anthropologie des catastrophes en Amérique latine. Virginia García-Acosta, anthropologue et historienne mexicaine qui fait partie des pionnières dans l’étude anthropologique et historique des désastres dans la région et dont les trois volumes qu’elle a coordonnés sous le titre Historia y desastres en América Latina sont désormais des classiques, a réalisé ici un important travail en réunissant des chercheurs de plusieurs pays et en les faisant travailler sur ce qui se produit en anthropologie sur la thématique des catastrophes dans chacun de leur pays. L’ouvrage constitue en ce sens une référence pour toute recherche dans ce domaine. Il présente, en plus d’une précieuse introduction rédigée par la coordinatrice du volume, des perspectives sur les travaux menés en Argentine, au Brésil, en Amérique centrale, en Colombie, en Équateur, au Mexique, au Pérou, en Uruguay et au Venezuela. Il met en lumière les points de convergence et les spécificités nationales de l’étude anthropologique des catastrophes. Les auteurs reviennent, en outre, sur l’histoire plus large de la discipline dans chacun des pays étudiés, ce qui ajoute un intérêt supplémentaire au travail. Cette recension n’a pas pour vocation de résumer l’ouvrage ni ses différents chapitres, mais de revenir sur la place des chercheurs latino-américains dans la production de ce sous champ disciplinaire.

2L’anthropologie des catastrophes est un sous-champ qui a considérablement évolué depuis les premiers travaux menés au Pérou, à la fin des années 1970, par l’anthropologue nord-américain Anthony Oliver-Smith qui est considéré comme l’un des fondateurs de la sous-discipline [Oliver-Smith 1977, 1979] et qui préface d’ailleurs l’ouvrage dont il est ici question. Comme celui-ci le rappelle, la contribution des chercheurs latino-américains à ce champ a été très soutenue, notamment au cours de la décennie 1990, avec la formation du réseau La Red (Red de estudios en prevención de desastres en América Latina) qui rassemblait des chercheurs de toutes les disciplines des sciences sociales, mais aussi des ingénieurs et des urbanistes travaillant dans une perspective inspirée de l’écologie politique et souhaitant mettre en lumière les facteurs historiques, économiques, sociaux ou politiques qui contribuent à accroître la vulnérabilité des sociétés confrontées à des événements destructeurs tels que les catastrophes dites « naturelles » [Revet, 2018]. Pourtant, comme le montre l’ouvrage, cette contribution diffère considérablement selon les pays qui n’ont pas tous participé aux travaux de La Red.

3L’anthropologie porte un regard particulier sur les catastrophes et les risques. Par sa méthode, l’ethnographie, qui s’appuie sur une immersion longue sur le terrain, l’observation et une importante réflexivité sur les conditions de production des données, elle permet à la fois de s’approcher au plus près des groupes et des sociétés confrontés à des événements destructeurs, de rendre compte de la façon dont ils sont affrontés, compris, mis en mémoire, expliqués et de restituer l’épaisseur du tissu social et historique ayant contribué à produire ou à aggraver la vulnérabilité aux phénomènes perturbateurs de tous types. Cette perspective permet de rendre compte non pas uniquement de la crise en tant qu’événement, mais aussi des dynamiques de long terme, des capacités locales, des interactions entre échelle locale, nationale et internationale qui se jouent sur les territoires affectés.

4L’ouvrage dirigé par Virginia García Acosta expose de façon intéressante les dynamiques de recherche – et, dans de rares cas (Brésil, Venezuela), d’enseignement – dans les différents pays, sans privilégier les études de cas ou les approches ethnographiques même si, en fonction des contributions, certains auteurs entrent dans la présentation plus détaillée des travaux les plus marquants dans le pays qu’ils présentent. En outre, les pays représentés dans l’ouvrage (huit pays en plus d’un chapitre sur l’Amérique centrale qui est principalement consacré au Guatemala et au Honduras) couvrent à la fois une grande diversité géographique et une variété de situations. Dans certains pays, l’anthropologie des catastrophes est assez fortement structurée, même si ce n’est qu’autour d’une école ou d’un département comme au Mexique (article de Virginia García Acosta) ou au Venezuela (article de Rogelio Altez) tandis que, dans d’autres, elle demeure peu visible – complètement voire absente – dans les recherches, tout du moins sous l’appellation spécifique d’anthropologie des catastrophes. C’est le cas en Amérique centrale (Roberto Barrios et Carlos Batres), en Colombie (Alejandro Camargo) ou au Brésil où Renzo Taddei montre avec talent l’invisibilité des catastrophes dans les travaux de sciences humaines et sociales. Les types d’événements étudiés par les chercheurs regroupés dans ce volume sont différents, allant des phénomènes hydro-climatiques et géologiques aux catastrophes provoquées par des accidents technologiques, des pollutions aux développements de grands projets comme les barrages. On notera ce qui semble une constante, à savoir que c’est souvent à la suite d’un événement majeur (les cyclones Mitch et Stan en Amérique centrale, les coulées de boues de Vargas au Venezuela, une rupture de barrage dans le Minas Gerais au Brésil, l’éruption volcanique d’Armero en Colombie, l’éruption du Tungurahua en Équateur, etc.) que les recherches en anthropologie se développent. Souvent, une catastrophe de grande ampleur est l’occasion pour la société dans son ensemble – et pour les sciences humaines et sociales en particulier – de s’inquiéter des raisons de sa survenue ou de chercher à comprendre les dynamiques sociales qu’elle met en lumière. Les catastrophes sont en ce sens considérées à la fois comme des ruptures et comme des événements révélateurs.

  • 1 Pour une présentation du Réseau européen « Disaster and Crisis Anthropology Network » (Dican) de l’ (...)

5Un tel ouvrage est un outil de travail très utile pour tous les chercheurs qui entament une recherche sur une thématique proche dans la région latino-américaine puisqu’il leur permettra de se situer et de comprendre les traditions nationales et régionales de la discipline, tout en mettant à leur disposition la liste des travaux les plus importants qui ont été produits. L’introduction repart des principaux états de l’art rédigés sur ce sujet [notamment Oliver-Smith, 1996 ; Faas & Barrios, 2015 ; Baez Ullberg, 2017], ce qui lui permet de faire référence à des travaux réalisés dans des contextes que l’ouvrage n’aborde pas. Virginia García Acosta souligne ce qui caractérise selon elle les apports de l’anthropologie au champ de l’étude des catastrophes et des risques : une perspective holiste, sa dimension de recherche appliquée, la reconnaissance de la culture comme une totalité et l’approche par la construction historique des risques et des catastrophes (p. 1). Ces dimensions sont en effet très présentes dans les travaux latino-américains, contrairement à d’autres contextes comme en Europe par exemple où la dimension appliquée est moins présente.1 Elle souligne également les points de convergence entre les différentes traditions, qui toutes considèrent que les catastrophes « ne sont pas naturelles » (p. 14), qu’elles ne constituent pas uniquement pas des événements mais aussi des « processus », qu’elles mettent en lumière l’importance du « contexte » de même que la nécessité de travailler de manière interdisciplinaire ou multidisciplinaire. Au chapitre de ces convergences, García Acosta souligne finalement les importantes contributions des géographes, qui apparaissent dans tous les chapitres.

6À la lecture de cet important volume, de nouvelles questions se posent. L’ouvrage aurait peut-être pu aborder de façon plus systématique les questions de méthode ou les difficultés liées à l’accès au terrain dans de tels contextes, tout comme les questions éthiques soulevées par l’enquête auprès de personnes affectées par des événements de ce type, comme le fait le texte de Camargo sur la Colombie. Par ailleurs, pour bien comprendre ce qui fait ou non la spécificité d’une école latino-américaine en anthropologie des catastrophes, l’introduction aurait sans doute gagné à présenter rapidement les travaux qui se développent dans d’autres régions du monde (l’Asie notamment, mais aussi l’Europe et l’Amérique du Nord). Le lecteur aurait pu ainsi mieux saisir si l’Amérique latine constitue un contexte particulier pour l’étude des catastrophes en anthropologie ou si les similarités avec ce que Virginia García Acosta appelle le « Global South » sont plus importantes que les disparités. Autre question qui reste en suspens : le rapport que les anthropologues des catastrophes établissent avec leur discipline, l’anthropologie, et inversement, la façon dont l’anthropologie accueille ou reconnaît les travaux sur les catastrophes. Il est mentionné dans l’ensemble des contributions l’importance de l’interdisciplinarité et des collaborations avec la géographie, mais également avec les sciences naturelles. En outre, des traditions disciplinaires nationales très diverses, comme celles de la Colombie ou du Brésil où l’anthropologie est solidement constituée ou, à l’inverse, comme celles du Pérou, du Honduras ou du Salvador, impliquent des processus d’institutionnalisation, de financement et de structuration très différents. Finalement, on voit poindre au fil des chapitres des tendances qui auraient pu être systématisées ou synthétisées dans une conclusion permettant au lecteur d’avoir une vision plus claire des dynamiques communes et différenciées dans la région.

7L’ultime question qui surgit une fois l’ouvrage refermé est celle de l’élaboration des frontières sur ce que recouvre l’anthropologie des catastrophes. En effet, les auteurs ont opéré une revue de la littérature dans un pays donné, à partir de ce qu’ils considèrent appartenir à ce champ, mais sans toujours que les auteurs cités ne se reconnaissent dans ce domaine d’étude – quand ils ne résistent pas à l’usage du terme de catastrophe comme l’évoque Taddei dans l’article sur le Brésil. Dès lors, et c’est une question qu’il reviendra sans doute aux Sciences Studies d’aborder un jour, c’est la dynamique même de production d’un domaine qui devrait être abordée. Une question que Virginia Gracia Acosta ne pose que partiellement à la fin de son introduction en s’interrogeant sur la « fragmentation » (p. 16) des savoirs sur les questions environnementales. Cela n’enlève rien aux immenses qualités de cet ouvrage, qui donne à voir la richesse des travaux d’anthropologie relatifs aux événements qualifiés de catastrophiques dans différents pays de la région, qui replacent ces recherches dans le paysage plus large de la discipline et qui reflètent la diversité des perspectives et des traditions nationales, tout en offrant une base bibliographique plurilingue impressionnante – fruit d’un travail de longue haleine menée avec brio par les auteurs et par la coordinatrice de l’ouvrage.

Haut de page

Bibliographie

Baez Ullberg Susann, 2017, « La contribución de la antropología al estudio de crisis y desastres en América Latina », Iberoamericana-Nordic Journal of Latin American and Caribbean Studies, vol. 46, n1, p. 1-5.

Faas A. J. & Barrios Roberto E., 2015, « Applied anthropology of risk, hazards, and disasters », Human Organization, vol. 74, n4, p. 287-295.

Oliver‐Smith Anthony, 1977, « Traditional agriculture, central places, and postdisaster urban relocation in Peru », American Ethnologist, vol. 4, n1, p. 102-116.

Oliver‐Smith Anthony, 1979, « The Yungay avalanche of 1970: Anthropological perspectives on disaster and social change », Disasters, vol. 3, n1, p. 95-101.

Oliver-Smith Anthony, 1996, « Anthropological research on hazards and disasters », Annual review of anthropology, vol. 25, n1, p. 303-328.

Revet Sandrine, Les Coulisses du monde des catastrophes « naturelles », Paris, Éditions de la Fondation MSH, 2018.

Haut de page

Notes

1 Pour une présentation du Réseau européen « Disaster and Crisis Anthropology Network » (Dican) de l’Association européenne d’anthropologie sociale (Easa), voir https://www.easaonline.org/networks/dican/

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sandrine Revet, « Virginia García-Acosta (éd.), The Anthropology of Disasters in Latin America. State of the Art »Cahiers des Amériques latines, 95 | 2020, 265-268.

Référence électronique

Sandrine Revet, « Virginia García-Acosta (éd.), The Anthropology of Disasters in Latin America. State of the Art »Cahiers des Amériques latines [En ligne], 95 | 2020, mis en ligne le 14 septembre 2021, consulté le 05 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/cal/12370 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cal.12370

Haut de page

Auteur

Sandrine Revet

Centre de Recherches internationales (CERI), Sciences Po/CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation des Amériques
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Latindex - Sistema Regional de Información en Línea para Revistas Científicas de América Latina, el Caribe, España y Portugal
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search