Navigation – Plan du site

AccueilNuméros95LecturesMercedes Prieto (dir.), El Progra...

Lectures

Mercedes Prieto (dir.), El Programa Indigenista Andino, 1951-1973. Las mujeres en los ensambles estatales del desarrollo

Quito, Flacso Ecuador/Instituto de Estudios Peruanos, 2017
Salomé Cárdenas Muñoz
p. 273-277
Référence(s) :
Mercedes Prieto (dir.), El Programa Indigenista Andino, 1951-1973. Las mujeres en los ensambles estatales del desarrollo, Quito, Flacso Ecuador/Instituto de Estudios Peruanos, 2017, 336 p.

Notes de l’auteur

Une première version de ce compte rendu a été publiée dans Procesos. Revista Ecuatoriana de Historia, n° 47, janvier-juin 2018, p. 156-160. DOI : http://dx.doi.org/10.29078/rp.v0i47.681

Texte intégral

  • 1 Toutes les traductions ont été faites par l’auteure qui remercie E. Sinardet pour ses retours, ains (...)
  • 2 María Zavala étudie le cas à Pillapi (Bolivie), Mercedes Prieto et Carolina Páez analysent les cas (...)

1L’ouvrage, dirigé par Mercedes Prieto, est le résultat d’un travail interdisciplinaire, « collaboratif et régional », visant à rendre compte de la spécificité des « rapports du Programme avec les femmes indiennes et [la] formation des États andins » (p. 1), sans perdre de vue les dimensions régionale et globale1. Le premier chapitre problématise l’émergence et les formes d’intervention du Programme, tandis que le dernier fait la synthèse de l’ouvrage tout en introduisant des notions issues du travail de terrain et d’archives, comme le couple « intégration-développement » et le concept de « double délégation féminine ». Les chapitres restants présentent des études de cas dans des régions rurales d’altitude de la Bolivie, de l’Équateur, du Pérou et du Chili2.

2Le Programme indien andin (PIA) est un programme d’aide au développement des populations autochtones des Andes, dirigé par l’OIT en coordination avec d’autres organismes de l’ONU. María Mannarelli (chap. 4), en s’appuyant sur les travaux de E. Ross [2005] et de J. Priblisky [2010], explique qu’après la Seconde Guerre mondiale, la question rurale a pris une place prééminente dans un contexte de restructuration géopolitique globale. Selon Mercedes Prieto et Carolina Páez (chap. 1), le PIA trouve son origine dans la période de l’entre-deux-guerres lorsque les grandes puissances de l’époque – les États-Unis et quelques pays européens – se penchent sur les limites du « rôle » et des apports du travail fourni par les populations autochtones à l’échelle mondiale (p. 47). Elles pointent les conditions de vie misérables de ces populations et cherchent à redéfinir leur place dans leurs sociétés respectives. Pour cela, elles proposent des programmes de scolarisation, de santé et d’hygiène, ainsi que des programmes visant à améliorer la productivité, l’organisation et la participation sociale (p. 8, 40, 48). Le PIA, qualifié par Prieto et Páez d’« initiative globalisée » (p. 8), s’inscrit dans ce vaste projet. Il est d’abord mis en place en Équateur, Pérou et Bolivie, puis en Colombie (1960), en Argentine et au Chili (1961) et, enfin, Venezuela (1964), perdurant jusque dans les années 1970.

3Prieto et Páez (chap. 1) analysent les parcours professionnels des membres du PIA, constatant qu’ils relèvent davantage des sciences humaines que d’une « technobureaucratie enracinée dans les sciences dures » (p. 6). Nombre d’entre eux ont participé à des expériences de « développement communautaire » dans des villages autochtones à travers le monde. Les résultats de ces expériences ont été présentés comme le modèle à suivre en termes de développement culturel et économique (p. 27) lors du IIIe Congrès indigéniste interaméricain à La Paz en 1954. Pour élaborer le programme, la délégation du PIA a rencontré des acteurs du projet d’« éducation fondamentale » du Centre de coopération régionale pour l’éducation d’adultes en Amérique latine et la Caraïbe (Crefal), de l’Institut indigéniste interaméricain (III), ainsi que de l’Institut national indigéniste (INI) du Mexique. Elle s’est également rendue au Département des affaires indiennes et à l’INI, au Guatemala (p. 10).

4D’une façon générale, le PIA pose un regard homogénéisant sur les habitants des Andes, s’appuyant sur la « triade que forment “l’indien typique”, la terre et la communauté ». Il n’évoque que très rarement les différentes ethnies et l’usage de leurs langues respectives (p. 19). Cependant, Prieto et Páez distinguent quatre approches à l’intérieur du PIA pour expliquer la ségrégation et l’isolement (apartness) social des cinq millions d’Indiens recensés en Équateur, au Pérou et en Bolivie (p. 16-18). La première est défendue par des intellectuels indigénistes et se caractérise par le regard critique qu’elle porte sur la période coloniale, insistant sur l’exploitation de la force de travail indienne, sur l’hacienda et sur la période républicaine qui aurait été incapable d’intégrer l’indien et d’en faire un réel agent économique (p. 17-18). La seconde approche est portée par les « missionnaires » du PIA et revient sur les causes structurelles ayant un impact sur le quotidien des indiens (p. 23). La troisième approche est celle de « fonctionnaires » du programme, depuis une perspective culturaliste : l’isolement des indiens s’explique par leur caractère « apathique et conservateur » (p. 25). Enfin, les auteures identifient une quatrième approche qui insiste sur l’isolement des indiens et voit un héritage de la période précolombienne dans les valeurs de la « communauté », de « la solidarité, l’aide mutuelle et le travail collectif » qui auraient été des traits de l’empire Inca. Cette dernière approche est portée par J. Rens [1961], syndicaliste belge et fonctionnaire de l’OIT, et par l’anthropologue et américaniste A. Métraux [1969] (p. 24). En suivant A. Guerrero [2010], Prieto, dans le cadre de l’administration des indiens dans les Andes, qualifie les différentes approches de ces porte-parole comme « ventriloques » (p. 25). Les auteurs montrent aussi que la rencontre au sein du PIA des anthropologues soucieux de changement social et d’indigénistes préoccupés par la construction des États-nations provoque des désaccords autour des effets acculturants du programme sur les populations autochtones (p. 19).

5Elles soulignent (chap. 1) que l’intervention du PIA transforme l’État dans le milieu rural des Andes. Ainsi, le Programme s’inscrit au Pérou dans les institutions existantes alors que, en Équateur et en Bolivie, il donne lieu à la création de nouvelles instances administratives (p. 12-13). Le PIA veut intégrer l’indien paysan comme acteur productif de l’État-nation tout en incorporant des « sujets d’État » [Prieto, 2015] et des « modalités de délégation » (p. 19, 23, 111), différents de celles que l’« ordre tutélaire » [Nugent, 2010] – curé, hacendado et lieutenant politique – avait mis en place au début du xxe siècle. Il s’agit de les remplacer par des promoteurs locaux chargés de devenir les « maillons entre les bureaucraties et la population indienne », les « délégués du programme » dans la communauté, et d’organiser le travail communautaire. Ce faisant, le PIA tente d’approfondir les « liens d’intimité » avec les habitants pour faciliter l’acceptation du Programme (p. 31-32).

6D’après Prieto et Páez (chap. 1), l’immixtion du PIA dans le fonctionnement des États-nations andins implique un travail de négociation avec les différents gouvernements. Sa principale difficulté est d’introduire l’idée de « développement ». Elle reste en effet prisonnière des notions anachroniques d’« intégration » et de « réhabilitation » de l’indien. Pour les gouvernants andins, le « développement » est toujours considéré comme un instrument de « sujétion des populations, à travers le développement communautaire » et la « croissance économique ». Les auteures voient dans cette conception qu’elles nomment « intégration-développement » (p. 48) le résultat de la négociation entre niveau supranational et niveau national. L’ouvrage rend très nettement compte de l’impact de la globalisation sur la région andine, mais aussi de ses limites, s’agissant de pays dont le processus de consolidation en tant qu’États-nations est toujours en cours.

7Au-delà des spécificités des quatre cas d’études présentés, le PIA intervient systématiquement au sein du foyer. Il est identifié comme un espace social clé pour faire évoluer mentalités et pratiques concernant la santé, la nutrition, l’hygiène et le monolinguisme. Selon María Zavala (chap. 2), le PIA le conçoit aussi comme un espace inhérent aux femmes, leur attribuant une importance particulière dans le projet, comme le montrent les clubs de mères mis en place à Pillapi (Bolivie), coordonnés par des assistantes sociales. Ces clubs construisent une identité féminine paradoxale, à la fois de « domestication et d’autonomisation ». Ils entendent doter l’indienne paysanne des compétences indispensables à l’« amélioration du foyer » – cuisine respectueuse des règles nutritionnelles, couture, soins adéquats aux enfants – pour qu’elle devienne cette figure moderne et urbaine de la « mère-femme au foyer », détachée des activités agricoles et productives traditionnelles. Cependant, parce qu’ils sont également des espaces de socialisation et de rencontre, les clubs leur ont permis d’acquérir une série de « petits pouvoirs » féminins dans la communauté (p. 89, 101). Cette évolution ne signifie pas pour autant la fin de la « tutelle domestique masculine », comme le soutient Mannarelli (chap. 4) en se basant sur le cas de Puno au Pérou (p. 230). De leur côté, Prieto et Páez (chap. 3) repèrent, dans les phénomènes d’interface entre les femmes indiennes et les entités administratives, une « double délégation féminine » dans les cas de l’Imbabura et du Chimborazo (Équateur). Cette « double délégation féminine » puise dans la catégorie d’« État par délégation » [Krupa, 2010] pour expliquer la gestion des État andins au xxe siècle. L’État intervient dans l’intimité des foyers par l’intermédiaire d’assistantes sociales qui agissent sur les individualités et les corps des femmes, afin d’en faire les relais du projet modernisateur des élites au pouvoir (p. 112). Néanmoins, face à la tentative de domestication de leurs corps, les femmes ne restent pas passives. Dans le cas d’Arica (Chili), la plupart d’entre elles refusent d’abandonner leurs « travaux extra-domestiques » tout en défiant ce que Prieto (chap. 5) appelle « la frontière de genre » imaginée par le PIA : les femmes dans l’espace domestique et les hommes dans l’espace du travail communautaire (p. 43, 257).

8Pour Prieto (chap. 6), l’objectif du PIA de civiliser, domestiquer et materniser les femmes indiennes diffère d’un cas à l’autre. Au Pérou et au Chili, le PIA tente d’encloîtrer les femmes dans les foyers. Ainsi, les familles et les communautés, sous la logique du « gouvernement des pères » [Elias, 1998], privent les femmes de participation politique. Tandis qu’en Bolivie et en Équateur, les femmes sont rapidement identifiées comme de possibles intermédiaires communautaires. L’État bolivien ignore la potentialité de ce rôle, contrairement à l’Équateur (p. 285, 290). Prieto nous apprend que le discours d’« intégration-développement » du PIA essaye, en instaurant le « gouvernement des pères », de créer des chaînes d’individuation des sujets nécessaires pour les États et les marchés. Cette démarche répond à la logique de la modernité au-delà de répondre à une question de préjugés masculins des gestionnaires du programme (p. 286).

9Les quatre auteures font un usage rigoureux de plusieurs dispositifs méthodologiques complémentaires – analyse d’archives, entretiens approfondis, usage de sources secondaires – et confrontent à la réalité de leur terrain les catégories occidentales d’« État » ou de « bureaucratie rationnelle » de Weber [1977], la « gouvernementalité » de Foucault [1991], le « gouvernement des pères » de Elias [1998] ou la « féminisation de l’État providence » de Brown [2006] et de Pateman [2006]. Si les auteures s’appuient sur ces travaux critiques pour étayer certaines des catégories qu’elles emploient, elles en introduisent simultanément de nouvelles, à l’instar de la « double délégation féminine » (chap. 6). C’est une invitation à appréhender l’État dans les Andes selon une perspective bottom-up montrant, à la lumière de l’implantation d’un programme international, combien cet État reste fragmenté en plusieurs agents, tout au long du xxe siècle. Les études de cas mettent en évidence la place centrale du genre dans la problématique générale.

  • 3 En référence à « Réinterroger l’indigénisme aujourd’hui. Acte I, Genèse », journée d’étude organisé (...)

10Les auteures cernent avec une grande pertinence les facettes du métier d’anthropologue tel qu’il a pu être exercé dans le cadre du PIA, ainsi que ses interactions avec l’indigénisme. Néanmoins, elles ne portent pas de regard critique sur l’idéalisation et l’essentialisation de l’empire Inca de certains anthropologues et américanistes membres du programme. Ce manque de « réflexivité » des auteures à l’égard de leurs objets de recherche est regrettable. En ce sens, une analyse de leurs propres « acte[s] d’objectivation », comme les conçoit Bourdieu [2003], et de leurs positionnements face à leurs différentes études de cas, en tant que sociologues, anthropologues et historiennes contemporaines, aurait été pertinente. Les implications épistémologiques de leur auto-analyse auraient éclairé ce que signifie « réinterroger l’indigénisme aujourd’hui »3.

Haut de page

Bibliographie

Bourdieu Pierre, 2003, « L’objectivation participante », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 5, n150, p. 43-58.

Brown Wendy, 2006 [1995], « Finding the Man in the State », dans Adhana Sharma & Akhil Gupta, The anthropology of the State: A reader, Oxford, Blackwell Publishing, p. 187-210.

Elias Norbert, 1998, « Les transformations de la balance des pouvoirs entre les sexes. Étude sociologique d’un processus à travers l’exemple de l’État romain antique », Politix, vol. 51, p. 15-53.

Foucault Michel, 1991, « Governmentality », dans Graham Burchell, Colin Gordon & Peter Miller, The Foucault effect. Studies in Governmentality, Chicago, University of Chicago Press, p. 87-104.

Guerrero Andrés, 2010, Administración de poblaciones, ventriloquía y transescritura: análisis históricos, estudios teóricos, Lima, Instituto de Estudios Peruanos/Flacso Ecuador.

Krupa Cristopher, 2010, « State by Proxy: Privatized Government in the Andes », Comparative Studies in Society and History, vol. 52, no 2 p. 319-350.

Métraux Alfred, 1969, The history of the Incas, New York, Pantheon Books/A division of Random House.

Nugent Guillermo, 2010, El orden tutelar. Sobre las formas de autoridad en América Latina, Lima, Centro de Estudios y Promoción del Desarrollo.

Pateman Carol, 2006 [1998], « The Patriarchal Welfare State », dans Christopher Pierson & Francis G. Castels, The Welfare State Reader, Cambridge, Polity Pres, p. 134-151.

Pribilsky Jason, 2010, « El desarrollo y el “problema indígena” en los Andes durante la Guerra Fría: indigenismo, ciencia y modernización en el Proyecto Perú – Cornell en Vicos », dans Ralph Bolton, Tom Greaves & Florencia Zapata, 50 años de antropología aplicada en el Perú: Vicos y otras experiencias, Lima, Instituto de Estudios Peruanos, p. 153-192.

Prieto Mercedes, 2015, Estado y colonialidad. Mujeres y familias quichuas de la Sierra del Ecuador, 1925-1975, Quito, Flacso Ecuador.

Rens Jef, 1961, « El Programa Andino », Revista Internacional del Trabajo, vol. 64, no 6, p. 1-49.

Ross Eric, 2005, « Anthropology, the Cold War and the Myth of Peasant Conservatism », ISS Working Paper Series-General Series, vol. 404, p. 1-44.

Weber Max, 1977 (1922), Economía y sociedad, México D.F, Fondo de cultura económica.

Haut de page

Notes

1 Toutes les traductions ont été faites par l’auteure qui remercie E. Sinardet pour ses retours, ainsi que G. François et A. Joyeux pour leurs corrections.

2 María Zavala étudie le cas à Pillapi (Bolivie), Mercedes Prieto et Carolina Páez analysent les cas d’Imbabura et de Chimborazo (Équateur), María Mannarelli le cas de Puno (Pérou) et Mercedes Prieto le cas d’Arica (Chili).

3 En référence à « Réinterroger l’indigénisme aujourd’hui. Acte I, Genèse », journée d’étude organisée par C. Boidin (IHEAL-Creda) et E. Cunin (IRD-Urmis).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Salomé Cárdenas Muñoz, « Mercedes Prieto (dir.), El Programa Indigenista Andino, 1951-1973. Las mujeres en los ensambles estatales del desarrollo »Cahiers des Amériques latines, 95 | 2020, 273-277.

Référence électronique

Salomé Cárdenas Muñoz, « Mercedes Prieto (dir.), El Programa Indigenista Andino, 1951-1973. Las mujeres en los ensambles estatales del desarrollo »Cahiers des Amériques latines [En ligne], 95 | 2020, mis en ligne le 14 septembre 2021, consulté le 05 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/cal/12393 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cal.12393

Haut de page

Auteur

Salomé Cárdenas Muñoz

EHESS, Centre d’études sociologiques et politiques Raymond-Aron (Cespra)

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation des Amériques
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Latindex - Sistema Regional de Información en Línea para Revistas Científicas de América Latina, el Caribe, España y Portugal
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search