Navigation – Plan du site

AccueilNuméros97Dossier. Repenser la nature dans ...Partie III. Vivre les inégalités ...Perceptions populaires et urbaine...

Dossier. Repenser la nature dans les villes latino-américaines
Partie III. Vivre les inégalités environnementales au quotidien

Perceptions populaires et urbaines de la Nature chez les jeunes à El Alto (Bolivie)

Percepciones populares y urbanas de la naturaleza entre los jóvenes de El Alto (Bolivia)
Popular and urban perceptions of nature by young people in El Alto (Bolivia)
Jordie Blanc Ansari
p. 165-184

Résumés

Cet article analyse des courts-métrages réalisés dans le cadre d’ateliers audiovisuels participatifs auprès de jeunes boliviens, issus d’un quartier populaire d’El Alto. Cette démarche méthodologique à partir de l’image et du son permet d’accéder aux perceptions sociales de la nature. Dans un contexte où le discours politique emprunte les notions autochtones de Pachamama et de Suma Qamaña (vivir bien), comment les acteurs locaux s’approprient-ils la nature dans cet espace urbain ? L’enjeu est ainsi de confronter leurs réalisations audiovisuelles au discours du gouvernement d’Evo Morales (2005-2019).

Haut de page

Notes de la rédaction

Article reçu le 29 juillet 2020, accepté le 5 mai 2021

Texte intégral

Introduction

1Cet article retrace une expérience d’enquête de terrain participative menée au cœur du district 8 d’El Alto auprès des jeunes de 12 à 23 ans. Nous interrogeons le rapport de ces derniers à la ville et à leur environnement par l’intermédiaire de l’audiovisuel. Cette étude porte ainsi sur les différentes perceptions de la nature à partir d’une analyse des courts-métrages réalisés durant plusieurs ateliers menés auprès de ces jeunes. Nous chercherons à identifier les images et imaginaires transmis par ces réalisations filmiques. L’analyse de ces multiples modes d’appropriation quotidienne de la Nature est mise en perspective à partir des travaux de l’anthropologie de la nature, des sciences participatives et des études décoloniales. Ces études décoloniales émergent dans le débat afin de situer le contexte d’énonciation de certains participants/réalisateurs qui se sont réapproprié ces discours.

2L’urbanisme a profondément redessiné la place de la nature dans les villes. La croissance démographique, les inégalités et les ségrégations sociales s’articulent de nos jours aux défis environnementaux produits par le changement climatique et la génération de déchets. L’annexion des villes sur des espaces jusque-là ruraux interroge la frontière entre urbanité et nature. Pouvons-nous imaginer ces deux éléments ensemble ? La ville est-elle l’antinomie de la nature ? Dans le sens commun, la ville est représentée comme un métabolisme qui « absorbe la nature, la transforme puis la rejette en matières et polluants nuisibles pour la planète, la santé et la qualité de vie de ses habitants » [Lévy, 2010, p. 4]. Cette représentation négative de la ville est marquée par la dichotomie urbain/rural, spontané/maîtrisé, naturel/artificiel et finalement nature/culture, célèbre binarisme en débat depuis les travaux de Philippe Descola [2005] et Eduardo Viveiros de Castro [2014] et particulièrement remis en question par les études décoloniales sud-américaines [Escobar, 2018 ; Boidin & Hurtado Lopez, 2009]. Dans cet article, il ne s’agit pas de justifier ces discours, eux-mêmes en débat, mais plutôt de dresser un bilan sur les différentes visions et potentielles grilles d’analyses qu’ils proposent pour penser la nature urbaine.

3L’idée d’une nature authentique ou originelle est à déconstruire comme le souligne William Cronon [1996]. Ce dernier évoque la dimension humaine de la wilderness, qui pour lui « est un produit de la civilisation » [Cronon, 1996, p. 7]. En ce sens, la frontière entre le monde des humains et la nature semble davantage une séparation cognitive qu’une réelle dissociation dans l’espace. Mais qu’en est-il de la nature « sauvage » ou « spontanée » ? Cette dernière est souvent invisibilisée par les politiques urbaines qui cherchent à contrôler, domestiquer et aménager de façon esthétisante la nature en ville. La nature sauvage se situe par exemple « dans les franges routières, aux abords des autoroutes, des boulevards périphériques, des routes nationales ou des marges ferroviaires » [Lévy & Hajek, 2016, p. 69]. Ces lieux privilégiés sont tout à fait transposables à la nature spontanée présente à El Alto. En effet, la construction constante et l’expansion progressive de la ville ont laissé peu de place aux espaces verts. Comment penser alors l’objet « nature » en ce milieu urbain ?

  • 1 Concept proposé par Arturo Escobar [2018] pour désigner l’existence d’une multitude de mondes dans (...)

4Nous effectuons ici une distinction entre le terme « nature », entendu dans le sens de biodiversité, comme un objet dont l’homme serait extrait selon l’approche naturaliste [Descola, 2005] et « Nature » pour désigner la dimension pluriversel1 de cette entité [Escobar, 2018]. Enfin « environnement » sera utilisé pour pointer les notions de crise et de désordre. Cette dernière notion présente la nature et la Nature sous l’unique aspect de leur utilité pour l’humain, qu’il s’agisse de son exploitation ou de sa préservation. Dans cet article, nous n’appréhendons pas la nature à travers sa forme végétale, mais plutôt au prisme de sa forme abstraite, conceptuelle, voire idéelle [Godelier, 1984].

Photo 1. Route dans le quartier Los Angeles, District 8, El Alto

Photo 1. Route dans le quartier Los Angeles, District 8, El Alto

Source : © Jordie Blanc Ansari, 2019.

5Nous présenterons dans un premier temps le contexte social et politique de notre enquête située dans la ville d’El Alto. Dans un second temps, nous aborderons notre méthodologie d’enquête, pour enfin analyser plusieurs courts-métrages réalisés par des jeunes dans le cadre de nos ateliers audiovisuels, dans le but de saisir leurs modes d’appropriation quotidienne de la nature urbaine.

Contexte social, politique et institutionnel de l’enquête

6La ville d’El Alto se situe en périphérie de la capitale administrative bolivienne, La Paz. El Alto connaît une croissance démographique de 9 % par an en moyenne depuis un demi-siècle [Poupeau, 2011, p. 421], en partie alimentée par un exode rural et des phénomènes de migration intramétropolitaine. Le district 8 où nous avons mené notre enquête regroupe des individus issus de la migration, de première ou deuxième générations. Leurs parents ont pu acquérir un terrain dans ce district éloigné du centre afin de devenir propriétaires.

  • 2 Habitants de La Paz, capitale administrative de la Bolivie.

7El Alto se caractérise également par des mouvements contestataires qui ont émergé au début des années 2000, la « guerre du gaz » de 2003, ainsi que le départ forcé de l’entreprise privée de distribution de l’eau Aguas del Illimani [Ornelas, 2004]. Ces événements participent à la création d’un bloc social, politisé et contestataire face au modèle de développement instauré par l’oligarchie. El Alto devient ainsi le bassin électoral d’Evo Morales et de son soutien politique, majoritaire au début, puis partiel à la fin de son mandat. La ville incarne ainsi le symbole de la résistance indigène face à la globalisation néolibérale. Les paceños2 qualifient cette ville de « rebelle » en raison des mouvements sociaux, mais aussi de son organisation spatiale. En effet, l’étalement urbain n’a pas été géré par une administration, mais par le bon vouloir des habitants et des nouveaux propriétaires. Les autorités municipales valorisent l’absence de gestion et de plan d’urbanisme par le caractère populaire et identitaire de la production urbaine.

8Ce manque d’infrastructures entraîne des problèmes sanitaires et écologiques. Nous y observons des inégalités d’accès au service d’eau et d’assainissement. La nature, quant à elle, n’a aucune place, exception faite aux lots encore en vente où la végétation reprend ses droits, ainsi qu’aux quelques arbres plantés au bord des places poussiéreuses. La nature s’observe également au-delà des limites de la ville, bordant les dernières constructions. L’absence d’espaces verts aménagés, comme c’est le cas pour la plupart des villes boliviennes, nous conduit à porter notre regard sur la nature ordinaire.

  • 3 « Madre Tierra » est la traduction hispanique, utilisée dans la politique bolivienne pour désigner (...)

9Les représentations de la nature urbaine sont issues d’une triple construction, à l’échelle individuelle, collective et nationale. En effet, elles s’inscrivent dans un univers politique particulier depuis le mandat du président Evo Morales, de 2005 à 2019. En 2010, la loi pour le respect de la Madre Tierra3 a renversé les normes institutionnelles qui séparaient jusqu’alors la nature de la culture. L’emprunt des terminologies autochtones et des croyances andines, jusqu’alors marginalisées se retrouve légitimé par les discours politiques. Cette reconnaissance juridique transforme la nature en un véritable sujet de droit [Landivar & Ramillien, 2013, p. 7].

10La création de ce discours politique par les intellectuels boliviens puis par les partisans du Movimiento Al Socialismo (MAS) s’est inspirée des mouvements indigénistes et des études décoloniales. Ces dernières proviennent principalement d’universitaires latino-américain(e)s ou d’origine latino-américaine, comme E. Lander, W. Mignolo ou N. Maldonado-Torres. Ces auteurs proposent notamment d’autres façons d’appréhender le rapport aux non-humains. Cette approche décoloniale fait débat au sein de la sphère intellectuelle française. J.-L. Amselle critique précisément ce courant de pensée qu’il juge essentialiste et culturaliste [2008, p. 163]. Il s’oppose à l’instauration de catégories immuables qui stigmatisent l’Occident, et le conforte dans sa posture de domination coloniale. Cette idéalisation du monde non occidental reviendrait parfois à stigmatiser davantage à la fois l’Occident et la sphère autochtone.

Photo 2. Déchets sauvages dans les terrains vides, District 8, El Alto

Photo 2. Déchets sauvages dans les terrains vides, District 8, El Alto

Source : © Jordie Blanc Ansari, 2019.

  • 4 L’aymara et le quechua sont deux langues autochtones majoritaires de l’Altiplano bolivien.

11Néanmoins, en posant la notion de Pachamama dans le débat national, mais aussi international, lors des conférences onusiennes, le gouvernement d’Evo Morales a accordé une nouvelle dimension aux non-humains. La Pachamama est présentée comme une traduction autochtone de la Nature, intégrant la faune, la flore, les ressources naturelles, le cosmos, ainsi que le monde des esprits et des ancêtres. L’usage de cette notion aymara et quechua4 dans la sphère politique prend une tournure polysémique, devenant à la fois symbole de la mémoire, de la tradition et des luttes indigénistes [Martins, 2014, p. 83]. Or, malgré l’usage de la Pachamama dans les discours institutionnels, les politiques de développement restent massivement orientées vers des activités néo-extractivistes. Ces débats autour des définitions institutionnelles de la Nature nous amènent à mettre en question la perception que s’en fait la société bolivienne, et notamment urbaine.

Méthodologie participative par l’image animée

12La méthodologie de recherche repose sur une enquête participative par l’intermédiaire de l’audiovisuel menée au sein d’une petite association fondée par Federico Chipana. Un an auparavant, l’association avait réalisé une pièce de théâtre avec quelques jeunes d’El Alto au sujet de la pollution du lac Titicaca, un sujet que nous avions nous-mêmes traité lors d’un atelier participatif auprès des jeunes de Copacabana, au bord du même lac. Federico partage avec nous la même envie de sensibiliser les jeunes aux problématiques environnementales par l’expérimentation et d’ouvrir son association à la pratique cinématographique. Il nous permet ainsi d’animer des ateliers audiovisuels au sein de sa structure à raison de deux après-midi par semaine, de façon bénévole. L’association est située dans le district 8, à El Alto. Ce quartier périphérique comprend plusieurs établissements scolaires, quelques épiceries, une ligne de minibus, des terrains vagues et des chemins poussiéreux. De temps à autre, quelques troupeaux d’ovins slaloment au milieu des maisons et des tas de déchets. Une impression de vide et d’oubli repose sur ces chemins déserts, à la frontière entre la ville de plus d’un million d’habitants d’El Alto et les grands espaces de l’Altiplano. L’association Proyecto de vida, Casa de la Solidaridad y est installée depuis 2014 et développe des activités culturelles (théâtre, cinéma, danse, cuisine, etc.) auprès des jeunes. Il s’agit d’un espace unique d’éducation populaire.

  • 5 Ce terme est dénué d’une approche communautariste qui rassemblerait les individus en raison de leur (...)

13Lors de notre enquête, les participants de nos ateliers audiovisuels avaient entre 12 et 23 ans. Tous sont fils et filles de migrants, d’anciens paysans ou de mineurs de l’Altiplano. Ils partagent cette histoire commune de la migration. Certains sont locuteurs aymaras ou quechuas, d’autres ne parlent que le castillan. Leur rapport au lieu d’origine et à la culture indigène varie significativement. Néanmoins, parmi la dizaine de participants réguliers, tous présentaient fièrement leur origine indigène. Ces jeunes viennent à la « Maison de la solidarité » pour se retrouver en dehors du collège, du lycée ou de l’université. Ils ont envie d’apprendre, de participer à des activités artistiques, mais surtout de retrouver un espace collectif en milieu urbain que Federico nomme « la communauté5 », en insistant sur la relation de proximité et de solidarité entre les jeunes.

14Les premières séances de nos ateliers ont été destinées au visionnage d’extraits de documentaires, notamment des films de Robert Flaherty, Jean Rouch, Dziga Vertov, Chris Marker ou encore Johan Van Der Keuken, afin de sensibiliser les participants à l’écriture documentaire. Ces extraits ont été suivis par des échanges autour des émotions ressenties face à tel plan, tel son ou telle séquence. Ce préambule a permis d’aiguiser leur regard sur le lien entre émotion et une combinaison donnée d’images et de sons. Avant même d’entamer nos ateliers techniques de prise de vue, nous avons demandé aux jeunes de filmer leur ville, une caméra ou un téléphone portable à la main. Nous leur avons donné comme consigne de filmer sans interruption un plan séquence d’environ trois minutes. Ces images ont été par la suite présentées de façon brute, sans montage. Cet atelier en « tourné monté », intitulé « Observation flottante de ma ville », était individuel et reposait uniquement sur l’enregistrement d’images sans son. L’expérience de l’observation flottante est inspirée de l’approche de C. Pétonnet concernant son appréhension ethnologique du présent de la ville [1982]. Cette méthode consiste :

« à rester en toutes circonstances vacant et disponible, à ne pas mobiliser l’attention sur un objet précis, mais à laisser “flotter” afin que les informations pénètrent sans filtre, sans a priori, jusqu’à ce que des points de repère, des convergences, apparaissent et que l’on parvienne alors à découvrir des règles sous-jacentes » [Pétonnet, 1982, p. 39].

  • 6 Au coin des rues de l’Altiplano bolivien, des mannequins en chiffon à taille humaine sont fréquemme (...)

15L’objectif était de laisser libre cours à la créativité des jeunes en leur laissant un espace d’introspection. Sans penser au préalable aux images qu’ils allaient filmer, ils devaient sortir du local de l’association avec une caméra, puis revenir avec des images. Les participants devaient filmer ce qui attirait leur regard, ce qu’ils aimaient, ou tout simplement ce qu’ils rencontraient sur leur passage. Ils ont ainsi filmé leur déambulation dans la ville, leur cheminement dans les rues, sur les terrains vagues, le long des murs de briques rouges, d’une école ou au pied des pantins suspendus6.

16Les participants ont appréhendé le sujet de la ville très différemment. Toutefois sur les neuf productions réalisées, toutes abordent d’une façon ou d’une autre la nature urbaine. Tantôt la narration arbore une dimension moralisatrice face au changement climatique ou à la pollution, tantôt elle présente une version idéalisatrice de la Nature, en piochant dans la cosmogonie aymara, les références bibliques ou encore les discours anticapitalistes. Enfin, d’autres participants mettent en question simplement la place accordée à la Nature ou aux non-humains dans la ville.

17Au retour de ce premier tournage individuel et expérimental, nous procédons à l’enregistrement de la voix des jeunes narrant l’histoire de leur déambulation. Pour cela, nous projetons les images filmées sur un écran et nous enregistrons en direct les participants les commentant. Leur discours n’est pas rédigé à l’avance. Ils racontent spontanément le cheminement de leur pensée au gré des « flottements » et des images qu’ils ont prises. Cette performance orale les explicite d’un point de vue sensible, émotif, argumentatif, voire idéologique. Les objectifs sont multiples : observer le regard des acteurs locaux sur leur propre environnement, percevoir les éléments qui attirent leur attention, cibler les éléments qu’ils évitent, analyser les thématiques qu’ils choisissent et ce qu’ils en disent. Cet exercice place les participants dans une situation de réflexivité vis-à-vis de leur propre regard sur leur environnement [Plush, 2012].

Photo 3. Tournage avec les participants

Photo 3. Tournage avec les participants

Source : © Jordie Blanc Ansari, 2019.

18Le caractère participatif permet une coconstruction avec les participants des images/sons rendant compte de leurs imaginaires, de leurs catégories de perception et leurs façons d’appréhender la Nature [Petit & Colin, 2009 ; Ganne, 2012 ; Hémont & Patrascu, 2016]. Nous analysons dans cet article trois réalisations dont les narrations mettent en question différemment les modes d’appropriation et de perception de la nature urbaine.

La Nature urbaine : oscillation entre le soi et l’entre-soi

19Commençons par le court-métrage de Marisol, jeune fille de 14 ans. Elle dresse un portrait de la vie du quartier en toile de fond, tandis que le cœur du discours porte sur les couleurs de la vie et de la Nature. La caméra n’est pas fixe, et nous percevons très vite que la jeune fille ne maîtrise pas les techniques de prise de vue. Cet effet rend l’image d’autant plus attrayante qu’elle semble avoir été prise « sans faire exprès », suivant le cours des idées de la narratrice. Marisol dresse son premier plan sur une bâtisse en brique rouge où se trouvent une épicerie et une enseigne de médecin dont la grille est fermée. À l’extrémité, un jeune arbre se balance au gré du vent tandis qu’à l’avant de l’image se dessine un tas de gravats, traces de travaux de développement du réseau d’eau et de construction de la route. Voilà deux éléments essentiels pour les Alteños, représentant le confort, mais aussi la reconnaissance légale de leur installation.

20« Ce film s’intéresse aux couleurs de la vie », énonce la narratrice pour introduire ses images. La caméra se déplace à la recherche d’espaces de verdure et de fleurs colorées. Un arbre apparaît au loin, puis un terrain vague où l’herbe et quelques buissons émergent. La focale s’arrête sur cette verdure. S’ensuit une interprétation des couleurs observées, reliées aux états émotionnels : « sans couleur, notre vie est vide, dépourvue d’espérance et de rêve », ajoute-t-elle, en filmant une maison en brique sans fenêtre, barricadée par un mur. En arrière-plan, des véhicules circulent, un taxi, un camion, un minibus entraînant avec eux un nuage de poussière. Nous observons des bribes de la vie quotidienne : des enfants sur le chemin de retour de l’école avec leur sac à dos, un passant à vélo, des maçons construisant un mur de torchis, des chiens errants. La caméra fait des allers-retours entre la vie ordinaire des hommes et la Nature.

21« Le vert de la nature disparaît peu à peu pour laisser place au gris de nos déchets brûlés », reprend Marisol. Cet extrait nous rappelle les inégalités socio-environnementales auxquelles doivent faire face les habitants des quartiers périphériques d’El Alto. Les familles ne bénéficient pas d’un ramassage des ordures, qui font parfois l’objet de crémations lorsqu’elles ne sont pas accumulées dans des espaces vides [Poupeau, 2011]. Ce qui est intéressant dans ce court-métrage, ce n’est pas tant la symbolique des couleurs, mais les connexions établies entre celles-ci et les problématiques socio-environnementales : « Les couleurs de la Nature sont en train de disparaître », ajoute Marisol. Ou encore : « Nous allons vers la perte de notre planète. » La narratrice relie la perte des couleurs à la crise écologique. Cette dernière est présentée comme une donnée universelle et factuelle. Le contraste entre la poésie des teintes et la dénonciation explicite des enjeux environnementaux laisse néanmoins transparaître une vision cohérente. À travers son discours, Marisol véhicule une image de la Nature qui repose sur le mécanisme par lequel nos représentations du monde sensible sont projetées dans l’espace selon notre construction individuelle, mais aussi sociale [Durkheim & Mauss, 1903, p. 3]. En ce sens, nous pouvons intégrer sa narration aux discours écologistes, mais aussi décoloniaux et indigénistes.

22Marisol nous donne à voir la Nature en filmant le ciel, le seul espace où les humains se sont peu approprié la nature. Le ciel est une échappatoire, une immensité naturelle, une nature à la fois prisonnière du monde humain et libre dans le cosmos. Cette vision du haut depuis le bas interroge la direction de notre regard. Cette perception de la nature rappelle la cosmogonie andine, dans laquelle le soleil, taita inti, et la lune, phaxi mama, représentent la force duelle de l’être humain. Tout élément « dans le monde aymara […] constitue une globalité en relation permanente les unes par rapport aux autres » [Soza Soruco, 2012, p. 41]. Cette représentation de l’ordre du monde nous révèle la façon dont chaque élément de la Nature, de l’univers et de l’action humaine est envisagé à partir d’une relation de complémentarité et de réciprocité. En suivant les empreintes de ces mythologies, la vision de la Nature s’inverse puisque le regard émane du cosmos vers la Terre, « le haut » invitant à regarder « le bas ». Cette lecture de la Nature par le Cosmos redéfinit la perception de soi ainsi que la perception de la crise écologique. Alors que l’essentiel pour la logique capitaliste réside dans l’exploitation, la gestion et l’habitation de la Terre, le film de Marisol nous invite à penser à un modèle presque inversé. En effet, si nous déplaçons la focale, l’essentiel devient l’immensité de l’espace, le tout et les interactions entre ce tout.

23Dans cette réalisation, un va-et-vient permanent s’établit entre l’intime (les émotions individuelles) et la société (la vie de quartier, l’avenir commun, l’espace urbain partagé). Cependant, la nature ne s’intègre pas dans cette dichotomie. Elle est pensée à la fois comme un élément abstrait (synonyme de la vie) et concret (au vu des images d’arbre, de fleurs et d’oiseaux). Ainsi, la critique de la pollution ne demeure pas moins une prise de conscience vis-à-vis de la protection de la nature qu’une opportunité pour interroger le soi et l’entre-soi.

24Poursuivons notre observation ethnographique par la réalisation audiovisuelle d’Eddy, un jeune de 15 ans. Ses parents sont arrivés à El Alto durant leur jeunesse. Eddy a grandi dans cette ville et n’est jamais allé dans la communauté de ses parents. Son court-métrage s’intéresse à la place des chiens dans la ville. Il filme les chiens errants, les chiens de gardiennage placés aux devantures des portes, les chiens de compagnie livrés à eux-mêmes ou encore les chiens abandonnés, slalomant entre les ordures. Certains sont attachés à une chaîne, d’autres sont en liberté. Ces chiens mangent, aboient ou dorment. La capture du quotidien d’un être non humain si proche de l’homme par domestication nous amène à questionner la relation entre ces deux êtres, situés entre rapports de force et affection. « Ce qu’il y a de triste est de voir qu’il y a des animaux dans les rues, des animaux que nous avons aimés, appréciés et dont nous avons pris soin. Ces animaux font partie de notre monde. Ils protègent nos maisons, jouent avec nous comme l’un des nôtres […] Beaucoup ont perdu leur foyer, ils errent seuls. En réalité, c’est nous qui perdons un être cher, une personne qui nous aimait inconditionnellement. »

25Le plan séquence balaie l’angle d’une rue, les maisons aux briques rouges se succèdent et plusieurs chiens entrent dans le cadre. La narration porte deux discours : d’abord, elle personnifie l’animal, en lui accordant le statut de sujet sensible. Elle intègre le chien dans une unité. C’est avant tout une vision pluraliste qui s’ouvre, qualifiant cet animal d’être vivant au même rang que l’homme. Le narrateur lui attribue d’ailleurs des sentiments similaires. Cela rappelle brièvement la cosmovision aymara qui place tous les êtres vivants dans un système d’interconnexion. La Nature animée est perçue comme un entre-soi, une entité certes différente par son apparence physique, mais semblable au vu de ses droits, notamment son droit à la vie. Le court-métrage d’Eddy nous invite ainsi à imaginer une relation différente entre la nature et la culture. Le perspectivisme d’Eduardo Viveiros de Castro admet que les êtres humains voient les animaux et les autres subjectivités qui peuplent l’univers de manière profondément différente de la manière dont ces êtres voient les humains et se voient eux-mêmes [2014]. L’anthropocentrisme a imposé des valeurs à l’objet qui lui sont extérieures : « une plante, un animal, une cascade ne présentent pas de valeur en soi ou propre, c’est l’être humain qui lui en attribue pour lui-même » [Gudynas, 2014, p. 26]. La vision dualiste cartésienne a marqué à la fois notre façon d’agir sur le monde, mais aussi notre manière de le concevoir. Alors que nous considérons souvent le bien-être de l’homme comme une fin en soi, en serait-il de même pour chaque être vivant ? Eddy interroge justement le caractère émotionnel et le niveau de bien/mal-être des chiens. Le narrateur met en lumière des valeurs qui sont pour lui essentielles, telles que prendre soin de l’autre et posséder un foyer.

Photo 4. Scène du court-métrage d’Eddy (2019)

Photo 4. Scène du court-métrage d’Eddy (2019)

Source : Eddy, participant aux ateliers audiovisuels à Proyecto de Vida, 2019.

  • 7 Rappelons que l’identité alteña a pendant longtemps été stigmatisée, et l’est parfois aujourd’hui e (...)

26Le collectif et la famille ressortent par le biais des mailles malhabiles de la voix off. Ce qui est par ailleurs intéressant dans ce court-métrage est la remise en question du dedans et du dehors : du cadre privé familial et du cadre public-anonyme. La nature urbaine est-elle seulement à envisager sous les traits d’une extériorité déconnectée de soi ? Le court-métrage interroge ces frontières qui ne semblent pas si hermétiques. L’image peut ainsi être appréhendée comme une oscillation entre le soi et l’entre-soi, entre l’intime et le « dehors ». La rue et plus largement la ville deviennent un espace de solitude, d’abandon, de non-droit, voire de danger, si nous citons la scène où un cycliste apparaît poursuivi par trois chiens. Ainsi, à travers une observation du devenir des chiens, l’histoire renvoie au devenir des valeurs familiales, du collectif à l’instar des maisons individuelles barricadées et gardées et de l’entraide face à l’individualisme et à l’anonymat. Le court-métrage soulève ainsi la notion de rejet que nous pouvons étendre à l’abandon des origines, par l’intégration des valeurs de la modernité en ce contexte urbain7. Le dernier court-métrage que nous allons présenter s’inscrit dans cette même lignée. La question de l’identité émerge en filigrane sans devenir pour autant un élément central.

La Nature : miroir des inégalités et de la mémoire sociale

Photo 5. Scène du court-métrage de Quya (2019)

Photo 5. Scène du court-métrage de Quya (2019)

Source : Quya, participante aux ateliers audiovisuels à Proyecto de Vida, 2019.

27Il s’agit de la réalisation de Quya, une jeune fille de 23 ans, née à El Alto, dont les parents sont originaires de l’Altiplano. Cette jeune fille est conteuse et participe à de nombreux événements culturels. Elle raconte des histoires qu’elle écrit elle-même sur la vie des femmes indigènes en milieu urbain. Son court-métrage, telle une poésie improvisée, cherche à interroger la place de la Nature au milieu des déchets, de la ville, et du monde des hommes. L’image suit les pas de cette jeune femme dans les ruelles d’un quartier d’El Alto. Elle cherche dans la grisaille de la ville, des bribes de nature. Elle s’arrête sur les quelques fleurs des champs qui résistent à l’urbanisation. En levant la caméra, elle s’aperçoit que ce terrain de prairie est une parcelle en vente dont il ne restera bientôt que l’empreinte du béton et des briques rouges. La narratrice s’avance vers le chemin carrossable. Là-bas défilent des minibus, des jeunes errent sur une place déserte en chantier. La caméra présente le décor : nous apercevons une accumulation de déchets, des chiens errants et, au coin de la rue, flotte un pantin pendu pour dissuader les éventuels délinquants. Le ciel nuageux et gris se reflète dans les flaques de boue troubles. Face à cette réalité brumeuse, la narratrice propose une analogie entre cette nature piétinée, bétonnée et la société indigène urbaine qui a oublié les valeurs des ancêtres. Elle met en question le vivre-ensemble et le sens de la communauté dans la ville. Cela fait écho au discours de Federico, le fondateur de l’association où nous menons nos ateliers. Il définit le vivir bien autour du principe de communauté, distinguant ainsi le sens politique et sa façon de comprendre ce concept :

  • 8 Extrait d’entretien avec Federico, fondateur de l’association Proyecto de vida, 2019.

« Parler de la communauté, c’est parler aussi de l’environnement, de notre culture, de notre histoire et de l’éducation des nouvelles générations. C’est leur apprendre, en récupérant les savoirs de nos grands-parents […] Il s’agit de voir comment les jeunes sont capables de grandir avec d’une part ce que leur offre la globalisation et d’autre part quelque chose d’originaire, d’authentique. C’est ce tissage qui permet de récolter le bien-être de soi et de la communauté8. »

28La communauté prend ici le sens d’appartenance à la fois à un groupe social, mais aussi au territoire, comme le souligne Quya : « Tu peux sentir la terre dans tes chaussures […] c’est le symbole de ton appartenance à cette terre, symbole auquel tu as toujours été connecté. » Les images pourraient renvoyer à la « pauvreté » ou à la « précarité » de ce quartier d’El Alto, lorsque nous apercevons la route non goudronnée ou les nuages de poussière qui entourent les passants. Or, la narratrice insiste sur l’importance de cette terre visible à l’œil nu. Pour elle, c’est ce qui relie la société d’aujourd’hui aux ancêtres d’hier. C’est à travers la terre que se dessine la continuité des pratiques et des croyances. Ce qui peut paraître sale, impropre ou encore indigne selon un regard développementaliste est placé au rang d’héritage symbolique. La narratrice remet ainsi en cause l’idéologie dominante pour renverser les stigmates.

  • 9 Depuis la nouvelle Constitution de 2009, le système éducatif a tenté de décoloniser l’école afin de (...)

29La focale se tourne ensuite sur un pissenlit fané. Les pistils s’envolent avec le vent, symbolisant les souvenirs qui disparaissent, l’oubli, « ce qui peu à peu s’en va, ce qui au moindre souffle peut disparaître dans l’instant, mais si tu observes attentivement, que tu observes ta ville, tu verras que cela fait partie de toi ». La narratrice insiste sur le phénomène d’imprégnation de la mémoire sociale. Elle évoque des bribes de la nature comme s’il s’agissait de traces mémorielles. Quya les utilise comme une relecture de l’histoire sociale. Son film soulève ici la problématique de la relation de la société indigène urbaine avec son passé. Le court-métrage fait écho à l’histoire des rébellions indigènes. Les mouvements sociaux au cours du xxie siècle et la réforme éducative de l’histoire depuis 20099 sont autant d’éléments qui participent à la continuité de cette mémoire sociale. La voix off met ainsi en récit et l’image filmée permet d’ordonner la pensée, de la contextualiser et de transmettre en partie cette mémoire collective. L’enjeu qui parcourt la réalisation filmique est l’adaptation à un mode de vie moderne, un monde global qui remet en question le rôle de la tradition. Cette dernière est perçue comme un phénomène muable qui s’adapte aux besoins du présent [Hobsbawm, 1995].

  • 10 La philosophie du vivir bien est issue de la cosmovision andine et représente une vie en harmonie e (...)

30En poursuivant son chemin, la jeune femme montre les maisons et les murs qui cloisonnent la rue. Sur un ton nostalgique, elle dit : « Cela me coûte de voir que nous sommes comme en prison, que le meilleur, ce sont nos maisons en brique. » La narration renvoie aux discours anticapitalistes, remettant en question la modernité et les changements de mode de vie engendrés par l’idée de progrès. Autrement dit, la critique porte sur la forme productiviste de ce système et sur le consumérisme. Ce dernier s’articule davantage autour du capital économique qu’aux valeurs axiologiques du vivre-ensemble véhiculé par exemple par le concept du vivir bien10. La référence au passé, mobilisé durant tout le court-métrage, montre une dichotomie entre la vie communautaire – où les frontières entre soi, la Nature et l’autre n’étaient pas délimitées par des murs, des grillages et des barrières – et la vie individualiste. Dans cette dernière, ces entités sont séparées par les cloisonnements physiques ou idéels (en faisant référence par exemple au dualisme nature/culture).

31La caméra s’arrête quelques instants sur le ciel nuageux. La voix off dépeint le gris et la tristesse de la ville. Cette analogie cherche à montrer la perte des valeurs et de l’identité. « Ce que nous sommes en train de perdre n’est autre que nous-mêmes ». Cette phrase résonne à l’instant où la caméra montre un pantin suspendu. Cela renvoie à la délinquance et à la violence qui règne en ville. Cette image souligne le sentiment de perte des valeurs morales. « Les couleurs du ciel sont le reflet de notre ville, de nos émotions et ce que nous vivons. » Tel un prisme relié à la vie terrestre, le ciel a le rôle de miroir. La narratrice s’en sert pour établir une lecture introspective des enjeux sociaux de la ville. Elle énonce alors la pollution qui « salit » les couleurs du ciel, qui « étrangle l’air pur ». Les problématiques environnementales sont énoncées à partir d’un point de vue d’en haut, du ciel surplombant la ville d’El Alto, car ce serait ici que résiderait un des derniers espaces de Nature dans ce milieu urbain. Cette vision rappelle l’énoncé du court-métrage de Marisol présenté précédemment.

32Le court-métrage s’achève sur une dichotomie nette entre le passé et le présent. Le passé est empreint d’idéalisation. Il représente le respect et l’équilibre de la nature [Lévy & Hajek, 2016] :

« Et comment ne pas se rappeler qu’un jour cette ville était verte tel un immense pré, aux couleurs de paille, peuplée par les plus belles couleurs d’oiseaux et d’insectes ? Comment oublier que cette ville fut un jour la ville de nos ancêtres, la ville de nos parents, que nous avons convertie en une ville de plastique, de métal, d’emballage ? […] Une ville dont la pluie a creusé des flaques d’eau : les flaques des inégalités et des absences d’engagements. C’était ma ville avant et voici ma ville d’aujourd’hui. »

33Finalement le point de rupture entre cette « vie/ville » d’avant et celle d’aujourd’hui semble être celui de la migration. Lorsque les parents/grands-parents ont quitté la communauté pour s’installer à El Alto, ils auraient laissé derrière eux ce « vivre-ensemble », ce rapport privilégié et sacré avec la Nature. Cette Nature n’a pas disparu sous les traits de la ville, mais n’est plus regardée. La participante étant née à El Alto, cette histoire de la migration et cet imaginaire sur la vie d’avant font partie de la mémoire collective, mais ne relèvent pas d’une expérience tangible. Il est question de percevoir la nature urbaine comme un lien entre le passé rural, celui de ses parents, et son présent urbain. Quya se définit à travers son territoire d’origine tout en s’appropriant cette urbanité nouvelle [Barnèche, 2009]. Il s’opère ainsi une oscillation entre deux formes d’identification de soi qui sont perçues comme des continuités, des ponts entre le passé et le présent [Castilho da Silva, 2018].

Image de soi et stigmatisation sociale

34Le cinéma transpose le réel sur une autre réalité. Le réel est intangible, immatériel et n’est saisissable qu’à travers les perceptions subjectives : les nôtres, celles de notre entourage familial, éducatif, professionnel, celles des médias et celles des artistes. Durant ces ateliers, l’enjeu auquel se prêtent les jeunes est celui de créer par l’intermédiaire de l’image et de la voix off leur propre vision de la réalité. Leurs créations audiovisuelles sont socialement situées et proviennent d’une sphère périphérique en rupture avec la vision hégémonique. C’est précisément ce contexte d’énonciation qui apporte un éclairage et une compréhension de cette création audiovisuelle. Les multiples mises en récit qui tendent à appréhender le rapport à la nature apportent une mise en lumière à la fois épistémologique et sensitive. Les émotions et la sensorialité [Manola, 2013] sont autant d’éléments qui caractérisent l’approche des humains envers la Nature et c’est notamment par cette grille interprétative que nous abordons le sujet. C’est avant tout sous l’angle des imaginaires eux-mêmes imprégnés par les discours scientifiques, politiques et populaires que nous proposons d’interroger le concept de nature urbaine.

35Il est toutefois nécessaire de se distancier de ces créations. Dans quelles mesures renforcent-elles le trait entre la tradition et la Nature, en idéalisant de façon systématique le passé et la communauté et en dénigrant le présent ? Interrogeons-nous sur le sens de ce dernier dans notre monde contemporain. Quels sont les éléments mobilisés pour dépeindre une réalité au sein d’une société bolivienne valorisant les peuples autochtones, mais encore sous l’emprise des discriminations raciales ? Précisons que les jeunes n’ont pas utilisé le terme « identité » ou « indigène » dans leurs courts-métrages, mais plutôt « nos ancêtres », « nous », « nos parents » ou encore « notre terre ». Cette terminologie au-delà du caractère identitaire souligne la notion d’identité sociale [Althabe, 1984]. Cette dernière doit être comprise comme le produit du développement des rapports sociaux : celui d’un groupe, le groupe de participants à l’atelier d’El Alto, celui d’une génération, des jeunes de 12 à 23 ans, dans un moment donné, lors de la dernière année de présidence d’Evo Morales. Néanmoins, ces courts-métrages nous permettent de rendre compte des perceptions et des formes de classification des jeunes participants.

Conclusion

36Pour conclure, nous constatons que les différentes expériences cinématographiques décrites ont engendré une richesse de points de vue, en regroupant le regard des individus d’origine indigène en milieu urbain. La méthodologie employée a ainsi participé à la création d’un corpus de données audiovisuelles singulier concernant les représentations de la nature urbaine.

37La perception des participants reste cependant très hétérogène. Penser la Nature ouvre un espace pour certains à l’introspection afin d’interroger la place de soi dans le monde. Certains à leur tour l’idéalisent et l’envisagent comme un héritage de leurs ancêtres. La nature revêt ainsi une dimension mémorielle, notamment si nous pensons à la terre et à la permanence de sa présence malgré les changements. En effet, le temps modifie et module sa visibilité en ville, par le revêtement des routes, les constructions en briques ou les cours bétonnées par exemple.

38Cette dimension mémorielle s’appuie également sur des valeurs. Certains participants représentent en miroir leur relation à la nature urbaine et les relations sociales en ville, sous les termes de l’entraide, par exemple, ou de l’attention portée aux autres. En ce sens, laisser la place à la nature ordinaire en ville et avoir conscience de son lien avec elle rappelle quelques principes originaires des cultures aymara et quechua.

39Pour d’autres participants, la ville est un gouffre où la nature est domestiquée, rangée. Toutefois, dans ce semblant d’ordre émanent des bribes de désordre : des chiens errants et abandonnés ou des herbes folles, le long des routes rocailleuses en construction. Pour d’autres encore, il faut se tourner vers le ciel, fixer les nuages et les dégradés de couleurs, puisque c’est à travers les vents, les pluies et le soleil que la nature entoure les hommes. Ainsi percevoir la crise écologique depuis le ciel apporte une vision qui mêle les différentes communautés biotiques, se distinguant ainsi de l’anthropocentrisme. Cette vision se rattache implicitement aux cosmogonies andines. D’autres pensent que la ville a presque « tout grignoté », et seuls quelques terrains vagues laissent la place à une nature ordinaire et à quelques fleurs sauvages dont l’avenir semble précaire. Enfin, pour certains, la Nature n’est pas quelque chose d’extérieur à soi, mais une façon de porter le regard sur l’extérieur. Selon cette vision, ce qui est au-dehors des bâtis fait partie de la Nature, sans aucune distinction entre l’aménagement de l’homme et la nature sauvage. Ainsi, des bergères font paître leur troupeau dans les ruelles au détour des terrains vagues. Cette pratique a priori rurale semble relever de l’évidence.

Photo 6. Pâturage dans les rues poussiéreuses d’El Alto (Quya, 2019)

Photo 6. Pâturage dans les rues poussiéreuses d’El Alto (Quya, 2019)

Source : Quya, participante aux ateliers audiovisuels à Proyecto de Vida, 2019.

40Les contenus audiovisuels et les discours produits dans le cadre de ces ateliers témoignent de réalités subjectives que nous devons replacer dans un contexte d’énonciation. L’identité alteña mêle à la fois urbanité, modernité, histoire des luttes indigènes et sociales. Ces représentations de la nature urbaine restent un échantillon restreint et ne peuvent en aucun cas prétendre à devenir représentatives des cadres de pensées de la jeunesse bolivienne. D’autant plus que ces productions prennent sens dans un système dialectique. La vidéo devient ainsi un espace de dialogue multi-acteurs, proche de ce qu’É. Michaels définit comme « une dialectique, entre une perspective locale et une perspective exogène » lorsqu’il cherche à définir le « contenu aborigène » des productions audiovisuelles des communautés warlpiries en Australie [Michaels, 1994 dans Serpereau, 2012, p. 43]. Le caractère autochtone, ou du moins « traditionnel », « ancestral », si nous reprenons les termes utilisés par Quya, relève d’un discours de présentation de soi visant à rassembler les Alteños autour d’une identité et d’une histoire commune. Il n’en reste pas moins que ce discours est aussi destiné au monde occidental, qu’il s’agisse de nous, chercheurs européens ou du spectateur paceño ou d’outre-Atlantique. Il faut ainsi considérer l’audiovisuel comme un outil pour la transmission de pensées, de perceptions et d’émotions qui existe principalement par sa fonction dialectique.

Haut de page

Bibliographie

Althabe Gérard, 1984, « L’ethnologie urbaine : ses tendances actuelles » Terrain, no 3, p. 3-4.

Amselle Jean-Loup, 2008, L’Occident décroché. Enquête sur les postcolonialismes, Paris, Stock.

Barneche Sophie, 2009, « Le Quartier-Tribu : stratégies et processus de construction identitaires des jeunes Mélanésiens à Nouméa (Nouvelle-Calédonie) », dans Nathalie Gagné & Laurent Jérôme (dir.), Jeunesses autochtones. Affirmation, innovation et résistance dans les mondes contemporains, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Boidin Capucine & Hurtado Lopez Fatima, 2009, « La philosophie de la libération et le courant décolonial », Cahiers des Amériques latines, 62, p. 17-22.

Castilho Da Silva Marta, 2018, « Activisme autochtone et production audiovisuelle au Mato Grosso do Sul, Brésil », Recherches amérindiennes au Québec, vol. 48, no 1-2, p. 133-142.

Constitucion del Estado Plurinacional de Bolivia, 2009.

Collin Loïc & Petit Vincent, 2009, « La vidéo participative : essai de cadrage du concept », SociologieS [en ligne], URL : http://journals.openedition.org.ezproxy.univ-paris3.fr/sociologies/2924, consulté le 26 novembre 2021.

Cronon William, 1996, « The trouble with Wilderness: Or, getting back to the wrong nature », Environmental History, vol. 1, no 1, p. 7-28.

Descola Philippe, 2005, Par-delà nature et culture, Paris, Gallimard.

Durkheim Émile & Mauss Marcel, 1903, « De quelques formes de classification — contribution à l’étude des représentations collectives », Années sociologiques, 6.

Escobar Arturo, 2018 [2014], Sentir-Penser avec la terre. Une écologie au-delà de l’Occident, Paris, Seuil.

Ganne Bernard, 2012, « La sociologie au risque du film : une autre façon de chercher, une autre façon de documenter », Ethnographique, Ethnographique, Filmer le travail : chercher, montrer, démontrer, no 25 [en ligne], URL : https://www.ethnographiques.org/2012/Ganne, consulté le 26 novembre 2021.

Godelier Maurice, 1984, L’Idéel et le matériel, Paris, Fayard.

Gudynas Eduardo, 2014, Derechos de la naturaleza y politicas ambientales, La Paz, Plural.

Hemont Florian & Patrascu Marcela, 2016, « Panorama de méthodologies audiovisuelles en SHS », Revue française des sciences de l’information et de la communication, no 9 [en ligne], URL : http://journals.openedition.org/rfsic/2178, consulté le 26 novembre 2021.

Hobsbawm Eric, 1995, « Inventer des traditions », Enquêtes, vol. 2, p. 171-189, disponible en ligne : https://journals.openedition.org/enquete/319, consulté le 1er décembre 2021.

Landivar Diego & Ramillien Émilie, 2013, « L’économie politique des humains et non humains : nouvelles constitutions politiques en Amérique latine et reconfigurations ontologiques » [en ligne], URL : http://clementthomas.com/wp-content/uploads/2016/07/landivar_ramillien_afep_2013.pdf, consulté le 26 novembre 2021.

Levy Jean-Pierre & Hajek Isabelle, 2016, « La nature urbaine, une utopie paradoxale », Futuribles, Association Futuribles, Association Futuribles, no 414, p. 61-72.

Levy Jean-Pierre, 2010, « Ville et environnement : pour un changement de paradigme », dans Olivier Coutard & Jean-Pierre Lévy (dir.), Écologies urbaines, Paris, Anthropos.

Manola Théa, 2013, « La sensorialité, dimension cachée de la ville durable », Métropolitiques [en ligne], URL : https://metropolitiques.eu/La-sensorialite-dimension-cachee.html, consulté le 26 novembre 2021.

Martins Paulo Henrique, 2014, « La nature symbolique et les usages politiques du “Bien vivre” », Revue du MAUSS, no 43, p. 75-87.

Ornelas Raul, 2004, « La guerra del gas: cuarenta y cinco dias de resistencia y un triunfo popular », Chiapas, no 16, p. 185-201.

Petonnet Colette, 1982, « L’Observation flottante », L’Homme, vol. XXII, p. 37-47.

Plush Tamara, 2012, « Fostering social change through participatory cideo: a conceptual framework », dans E.J. Milne, C. Mitchell & N. Lange (dir.), Handbook of Participatory video, Plymouth, AltaMira Press, p. 67-84.

Poupeau Franck, 2011, « L’envers de la “ville aymara”. Migration rurale, mobilité intra-urbaine et mobilisations politiques à El Alto (Bolivie) », Revue d’études en agriculture et environnement, vol. 92, no 4, p. 417-440.

Soza Soruco Jorge Luis, 2012, El discurso de la “Cosmovision andina”. Una lectura marxista del “mundo andino”, La Paz, El Viejo topo.

Serpereau Antonin, 2012, « Formation à la vidéo et développement de médias audiovisuels pour les autochtones du Québec. Quel rôle pour le Wapikoni mobile ? », Recherches amérindiennes au Québec, vol. XLII, no 1, p. 41-48.

Viveiros De Castro Eduardo, 2014, « Perspectivisme et multinaturalisme en Amérique indigène », Journal des anthropologues, no 138-139, p. 161-181.

Haut de page

Notes

1 Concept proposé par Arturo Escobar [2018] pour désigner l’existence d’une multitude de mondes dans une perspective décoloniale et antilibérale.

2 Habitants de La Paz, capitale administrative de la Bolivie.

3 « Madre Tierra » est la traduction hispanique, utilisée dans la politique bolivienne pour désigner la Terre Mère.

4 L’aymara et le quechua sont deux langues autochtones majoritaires de l’Altiplano bolivien.

5 Ce terme est dénué d’une approche communautariste qui rassemblerait les individus en raison de leur appartenance culturelle. Il s’agit plutôt de la traduction littérale de comunidad au sens de communauté villageoise, faisant référence aux principes de réciprocité, d’entraide et de solidarité tels que pratiqués dans certaines zones rurales de l’Altiplano.

6 Au coin des rues de l’Altiplano bolivien, des mannequins en chiffon à taille humaine sont fréquemment suspendus aux réverbères ou aux poteaux électriques en signe d’avertissement et de dissuasion aux éventuels délinquants ou cambrioleurs.

7 Rappelons que l’identité alteña a pendant longtemps été stigmatisée, et l’est parfois aujourd’hui encore, par son caractère indigène, considéré comme « rebelle », voire « désordonné ». Il n’est pas sans rappeler les paroles discriminantes de l’oligarchie paceña en ce sens. Dans le cadre du recensement de 2001, l’identité indigène représentait 60 % des Boliviens. Ce chiffre est discutable étant donné les limites de ce recensement dans lequel l’identité se définissait par les cases : « métisse », « peuple originaire » ou « aucune identification ethnique ». L’identification indigène semble être mobilisée soit par des individus engagés politiquement dans les mouvements sociaux (guerre du gaz, guerre de l’eau), partisans du MAS, soit par des artistes et des intellectuels décoloniaux.

8 Extrait d’entretien avec Federico, fondateur de l’association Proyecto de vida, 2019.

9 Depuis la nouvelle Constitution de 2009, le système éducatif a tenté de décoloniser l’école afin de privilégier une éducation bilingue et biculturelle.

10 La philosophie du vivir bien est issue de la cosmovision andine et représente une vie en harmonie entre les humains et les non-humains à partir d’un principe d’interconnexion. Ce paradigme est rentré dans la sphère politique en 2009, lors de son inscription dans la Constitution.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photo 1. Route dans le quartier Los Angeles, District 8, El Alto
Crédits Source : © Jordie Blanc Ansari, 2019.
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/13484/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre Photo 2. Déchets sauvages dans les terrains vides, District 8, El Alto
Crédits Source : © Jordie Blanc Ansari, 2019.
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/13484/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Titre Photo 3. Tournage avec les participants
Crédits Source : © Jordie Blanc Ansari, 2019.
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/13484/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Titre Photo 4. Scène du court-métrage d’Eddy (2019)
Crédits Source : Eddy, participant aux ateliers audiovisuels à Proyecto de Vida, 2019.
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/13484/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Photo 5. Scène du court-métrage de Quya (2019)
Crédits Source : Quya, participante aux ateliers audiovisuels à Proyecto de Vida, 2019.
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/13484/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Photo 6. Pâturage dans les rues poussiéreuses d’El Alto (Quya, 2019)
Crédits Source : Quya, participante aux ateliers audiovisuels à Proyecto de Vida, 2019.
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/13484/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 262k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jordie Blanc Ansari, « Perceptions populaires et urbaines de la Nature chez les jeunes à El Alto (Bolivie) »Cahiers des Amériques latines, 97 | 2021, 165-184.

Référence électronique

Jordie Blanc Ansari, « Perceptions populaires et urbaines de la Nature chez les jeunes à El Alto (Bolivie) »Cahiers des Amériques latines [En ligne], 97 | 2021, mis en ligne le 01 mars 2022, consulté le 03 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/cal/13484 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cal.13484

Haut de page

Auteur

Jordie Blanc Ansari

Doctorante à l’IHEAL, université Sorbonne Nouvelle.

Jordie Blanc Ansari est doctorante en anthropologie à l’université Sorbonne Nouvelle et au Centre de recherche et de documentation sur les Amériques (CREDA UMR 7227). Elle consacre sa thèse à l’appropriation sociale et politique du concept du bien vivir en Bolivie, à partir d’une méthode participative par l’image, sous la direction de Franck Poupeau.

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation des Amériques
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Latindex - Sistema Regional de Información en Línea para Revistas Científicas de América Latina, el Caribe, España y Portugal
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search