Navigation – Plan du site

AccueilNuméros98LecturesFlávia Biroli, Maria das Dores Ca...

Lectures

Flávia Biroli, Maria das Dores Campos Machado, Juan Marco Vaggione, Gênero, neoconservadorismo e democracia: disputas e retrocessos na América Latina

São Paulo, Boitempo, 2020
Morgane Reina
p. 240-242
Référence(s) :
Flávia Biroli, Maria das Dores Campos Machado, Juan Marco Vaggione, Gênero, neoconservadorismo e democracia: disputas e retrocessos na América Latina, São Paulo, Boitempo, 2020, 224 p.

Texte intégral

1L’ouvrage est le fruit d’une collaboration entre le Brésil et l’Argentine, organisé et écrit par Flávia Biroli, Maria das Dores Campos Machado et Juan Marco Vaggione. Il a été publié en septembre 2020 chez Boitempo, pour les 25 ans de la IVe Conférence mondiale sur les femmes : luttes pour l’égalité, le développement et la paix, tenue sous l’égide de l’Organisation des Nations unies à Pékin entre le 4 et le 15 septembre 1995.

2À l’échelle latino-américaine, les auteur·ices pensent la consolidation et l’ascension des mouvements conservateurs dans le contexte de leur affrontement dans l’espace public avec les mouvements de revendication pour plus de droits sociaux. L’objectif de l’ouvrage est donc d’identifier et de comprendre, à partir d’une analyse interdisciplinaire et comparative de l’État, des relations entre la religion, les droits humains et la démocratie, les avancées conservatrices en matière de genre dans la région latino-américaine. Pour encadrer ce phénomène, les auteur·ices mobilisent la notion de néoconservatisme qui, bien qu’il « ne se limite pas aux acteurs, aux programmes et au langage à caractère religieux », représente une « perspective morale qui servirait de base à la régulation de la vie sociale et reproductive » (p. 13), au cœur des revendications politiques catholiques et évangéliques et qui serait également à même d’informer et de participer à la construction de formes contemporaines de subjectivation et des identités.

3L’introduction théorique de l’ouvrage s’attache à proposer les bases conceptuelles et thématiques de la notion, laquelle repose sur cinq grandes dimensions, afin d’identifier les caractéristiques contemporaines des nouvelles configurations du conservatisme. Premièrement, « le concept de néoconservatisme permet de mettre en lumière les alliances et affinités entre différents secteurs » (p. 28) qui se consolident autour du rejet et de la lutte contre l’avortement et l’homosexualité. La deuxième dimension aborde la notion de juridification de la moralité qui constitue un moyen d’institutionnaliser et d’inscrire dans la légalité les principes chrétiens qui régissent le néoconservatisme. La troisième dimension du néoconservatisme indique que non seulement il opère en contexte démocratique (p. 32), mais qu’il en est aussi un produit. Le caractère transnational d’un néoconservatisme régional, voire global constitue la quatrième dimension et enfin, la « cinquième dimension consiste en la relation entre le néoconservatisme et le néolibéralisme, qui convergent pour placer la famille au centre de leur conception plus large de la société » (p. 39).

4Le premier chapitre, « A restauração legal: o neoconservadorismo e o direito na América Latina », écrit par Juan Marco Vaggione et traduit en portugais par Flávia Biroli, s’inscrit notamment dans la deuxième et la cinquième dimension et permet de réfléchir à l’origine néolibérale du néoconservatisme, les relations qu’il entretient avec la sphère économique ainsi qu’avec le droit. L’auteur adopte le point de vue de l’observation de la politisation réactive des conservateurs moraux et religieux en donnant de nombreux exemples dans la région. L’objectif est d’analyser la manière dont cette réactivité chrétienne est juridifiée pour défendre un ordre moral spécifique. Le concept de juridification réactive fait référence à « l’utilisation du droit par des acteurs religieux et laïcs pour défendre des principes moraux qu’ils considèrent comme violés par les demandes des mouvements féministes et LGBTQI » (p. 42). L’auteur signale une certaine instrumentalisation du droit dans l’objectif de défendre les préceptes néoconservateurs des revendications progressistes des mouvements en quête de reconnaissance de leurs droits, tels que les mouvements féministes, mouvements LGBTQIA+, etc.

5Dans le deuxième chapitre, intitulé « O neoconservadorismo cristão no Brasil e na Colômbia », Maria das Dores Campos Machado tend à explorer la première et la troisième dimension de la définition du néoconservatisme chrétien en Colombie et principalement au Brésil. L’autrice propose un panorama général des champs marqués par les conflits entre les groupes néoconservateurs et les mouvements sociaux liés au genre, tels que l’éducation scolaire et l’enfance, les projets de loi, le rôle des ONG religieuses dans l’espace public. Le chapitre retrace les avancées conservatrices de 2014 à 2018 et démontre l’ascension des figures publiques et politiques défendant l’agenda anti-genre, et notamment la participation des femmes opposées aux revendications en matière de droits sexuels et reproductifs dans la défense de la moralité chrétienne.

6Le troisième et dernier chapitre, « Gênero, “valores familiares” e democracia », écrit par Flávia Biroli se concentre plus particulièrement sur les relations entre le genre et la démocratie, et notamment sur les reconfigurations de la démocratie et l’émergence de nouveaux modèles causées par les conflits autour du genre. En d’autres termes, le chapitre place l’ordre du genre et de la sexualité, traités au prisme de la moralité chrétienne, au cœur des processus de dé-démocratisation ou d’érosion démocratique dans la région latino-américaine, et plus particulièrement au Brésil. L’autrice procède à une reconstitution de l’arsenal argumentaire des groupes néoconservateurs selon lesquels les mouvements féministes et LBGTQIA+ menaceraient ce qui est considéré comme le noyau fondateur de la société, la famille traditionnelle. Pour cette raison même, la signification octroyée à la démocratie est débattue et un objet de dispute.

7Bien que le recours au concept de néoconservatisme soit justifié, que la notion soit bien définie dans le contexte contemporain en introduction et illustrée tout au long des trois chapitres, un processus d’historicisation consolidé aurait été décisif pour permettre une plus grande profondeur et pertinence théorique à l’ouvrage et mieux comprendre la place constitutive occupée par la religion et la formation du conservatisme politique au sein des sociétés latino-américaines. De plus, malgré l’effort visible de diversification des cas d’étude et des exemples, l’ouvrage propose une montée en généralité qu’il n’est cependant pas tout à fait en mesure d’offrir, le Brésil occupant une place prépondérante dans les développements − pour les deuxième et troisième chapitres tout du moins. Pour que les conclusions puissent s’appliquer à toute une zone géographique et proposer une synthèse régionale, il aurait été important de balayer la littérature et les exemples des différents scenarii politiques et religieux d’une manière plus systématique et approfondie. Il aurait également été possible d’aligner les différentes approches quant à la méthodologie adoptée par les auteur·ices ou de proposer une circonscription plus stricte de la zone d’étude en prenant le parti de se concentrer sur le Brésil, car il constitue, selon Vaggione, un « cas paradigmatique » (p. 62).

8L’ouvrage demeure néanmoins un travail de recherche plus que nécessaire. En défendant la thèse selon laquelle « l’Amérique latine connaît une actualisation du conservatisme religieux, un phénomène qui se développe dans une temporalité marquée par l’avancée des droits reproductifs et sexuels, mais aussi par des changements dans la corrélation des forces dans le domaine religieux, avec le déclin du catholicisme et l’expansion du pentecôtisme dans l’ensemble de la région » (p. 189), les auteur·ices proposent une analyse pertinente des affrontements politiques en jeu dans l’Amérique latine contemporaine et montrent la centralité des questions de genre, lesquelles traversent et marquent les arènes politiques, du droit et de la santé publique, de l’éducation, de la culture, etc. La mise en perspective de l’histoire récente proposée par Biroli, Machado et Vaggione est pertinente pour comprendre de quelle manière le néoconservatisme s’est érigé en une force complexe et influente au cours des deux dernières décennies et l’ouvrage a donc toute sa place au sein de la littérature latino-américaine en sciences sociales.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Morgane Reina, « Flávia Biroli, Maria das Dores Campos Machado, Juan Marco Vaggione, Gênero, neoconservadorismo e democracia: disputas e retrocessos na América Latina »Cahiers des Amériques latines, 98 | 2021, 240-242.

Référence électronique

Morgane Reina, « Flávia Biroli, Maria das Dores Campos Machado, Juan Marco Vaggione, Gênero, neoconservadorismo e democracia: disputas e retrocessos na América Latina »Cahiers des Amériques latines [En ligne], 98 | 2021, mis en ligne le 10 octobre 2022, consulté le 27 novembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/cal/14363 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cal.14363

Haut de page

Auteur

Morgane Reina

Université de Brasília

Morgane Reina est docteure en sociologie de l’Universidade de Brasília. Ses recherches, à l’intersection de la sociologie des religions, de la sociologie politique et de la sociologie du genre et des inégalités raciales, portent sur la formation des imaginaires et des subjectivités politiques des croyants évangéliques au Brésil. Ses publications s’intéressent aux processus de modernisation et de sécularisation au Brésil et en Amérique latine, au racisme au sein des églises évangéliques, à la moralité évangélique face au mariage égalitaire et à l’avortement. Actuellement, elle travaille sur l’intégration des migrants au Brésil, au Pérou et en République dominicaine pour l’OIM, l’Organisation internationale pour les migrations des Nations unies.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Université Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation des Amériques
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Latindex - Sistema Regional de Información en Línea para Revistas Científicas de América Latina, el Caribe, España y Portugal
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search