Navigation – Plan du site

AccueilNuméros98LecturesHéctor Alejandro Costilla Martíne...

Lectures

Héctor Alejandro Costilla Martínez, Francisco Ramírez Santacruz, Historia adoptada, Historia adaptada: la crónica mestiza del México colonial

Madrid, Iberoamericana/Frankfurt, Vervuert, 2019
Élise Haddad
p. 247-250
Référence(s) :
Héctor Alejandro Costilla Martínez, Francisco Ramírez Santacruz, Historia adoptada, Historia adaptada: la crónica mestiza del México colonial, Madrid, Iberoamericana/Frankfurt, Vervuert, 2019, 127 p.

Texte intégral

1Héctor Alejandro Costilla Martínez et Francisco Ramírez Santacruz enseignent la littérature à l’université autonome Benemérita de Puebla. L’ouvrage qui nous occupe ici dépasse néanmoins les limites de cette discipline et s’inscrit dans une histoire intellectuelle composée à partir de textes historiques, avec l’ambition de documenter une problématique politique : la question sous-jacente est en effet, nous a-t-il semblé, celle de la formation du Mexique comme nation, et de sa narration identitaire en tant que métisse.

2Les deux auteurs choisissent pour ce faire de remettre à l’honneur quatre personnages, tous Mexicains issus de lignages au moins partiellement indigènes. Leurs textes sont moins connus que des références de premier plan, comme López de Gómara ou Oviedo, mais édités et accessibles de longue date. Leur tentative vise à remettre en ordre un passé à la fois mésoaméricain et européen, dans le Nouveau Monde qui advient après la Conquête. Ils génèrent ainsi un nouvel imaginaire « national » qui sera récupéré par les nationalistes ultérieurs. Chacun d’eux se voit consacrer un chapitre séparé des autres, ce qui ne permet pas d’analyse transversale, et que l’on peut d’ores et déjà regretter.

3Diego Muñoz Camargo est Ttlaxcaltèque, mais aussi fils d’un conquistador. Il écrit très tôt : en 1585 une Descripción de la ciudad y provincia de Tlaxcala, puis en 1592 une Historia de Tlaxcala, dont le but semble être d’inclure Tlaxcaltèques et Espagnols dans un même « nous ». Bien intégré dans les réseaux de la Nouvelle Espagne, il rédige son texte à l’occasion d’une enquête menée par la couronne espagnole. La version de 1592, qui nous intéresse ici, est une réécriture destinée à un public plus large et toujours espagnol. Muñoz Camargo se sert de son érudition concernant le monde indigène pour légitimer sa figure auctoriale, notamment par une description géographique soignée et hyperbolique de la région ainsi que ses connaissances spécialisées (sur le bétail par exemple, 27/69 du chap. 1, ou sur la cochenille, 31/69). Ensuite, il use de cette figure d’autorité pour infléchir l’histoire et se défausser de la barbarie attribuée aux indigènes par les conquistadors sur les seuls Chichimèques, protégeant ainsi l’identité tlaxcaltèque. Cette dernière ambition se manifeste aussi en ce qu’il attribue aux Tlaxcaltèques une préfiguration de monothéisme (p. 21/69 du chap. 1, citant Muñoz Camargo [2000, p. 135]). Malgré tout cela, jouant sur une frontière temporelle entre un « eux » et un « nous » – respectivement les Tlaxcaltèques anciens et les Espagnols actuels – il trouve naturellement sa place dans le second de ces groupes.

  • 1 Conservé à la Biblioteca Nacional de Antropología e Historia, Mexique.

4Hernando Alvarado Tezozómoc, né vers 1525, descend par sa mère du second Moctezuma. Au contraire de Muñoz Camargo, il s’inclut explicitement dans un « nous » désignant les élites indigènes. Ainsi, il se conçoit comme un membre d’un groupe nouveau, synthétisant l’héritage historique ancien et d’importants éléments culturels espagnols. Pour la rédaction de son histoire, il se fonde sur des sources en langues indigènes, notamment le codex Ramírez1. Il fait des Mexicas des personnages positifs, et il met en valeur une lignée de grands personnages : les souverains et leur conseiller Tlacaélel. Seules les traditions religieuses des anciens Mexicas sont condamnées ; à cet égard, toutes les vertus sont attribuées aux Espagnols (p. 27/59). Les péripéties royales sont même l’occasion de narrations que les auteurs de notre ouvrage qualifient d’exempla (chap. 2, p. 22-23/59), faisant référence à la tradition médiévale des récits moralisés destinés à s’insérer dans la prédication chrétienne. Néanmoins, en l’absence d’une insertion explicite dans une argumentation doctrinale ou morale, et comme l’intention principale reste de mettre en valeur ces personnages plutôt que de venir à l’appui d’un prêche, cette qualification me semble excessive.

  • 2 Manuscrit BNF 342.

5Quelques décennies plus tard, vers 1621, Domingo Chimalpáhin est l’auteur d’une brève Crónica mexicana escrita en español2. Auteur prolifique, il écrit le nahuatl et l’espagnol. Issu de deux lignages prestigieux, il est doté d’une grande culture indigène, mais il se présente aussi comme très chrétien (chap. 3 ; p. 3-4/47). Par le même jeu sur l’espace-temps pratiqué par Muñoz Camargo, il transforme le « nous » du temps présent en un « nous » des sujets de la couronne d’Espagne par opposition aux anciens Mexicas.

6Enfin, Fernando de Alva Ixtlilxóchitl, compose une Historia de la nación chichímeca. Membre de la famille héritière de la charge de cacique de San Juan Teotíhuacan, c’est sans surprise qu’il exalte la transmission héréditaire en ligne directe du pouvoir indigène et proteste du peu de cas qui est fait des maisons régnantes au moment de la Conquête. Par ailleurs, il entreprend de mettre en évidence une sorte de syncrétisme a posteriori, selon lequel les divinités précoloniales étaient des préfigurations de la cosmologie chrétienne, et il cherche dans les créations successives de la tradition nahua des éléments de la Genèse : le déluge, par exemple, ou encore le temple de Cholula comme tour de Babel. Il fournit enfin la date d’événements préhispaniques recalculée dans le système européen (p. 22/97), alors que l’habitude était à l’inverse de dater les événements postérieurs à la Conquête dans les deux systèmes, à la fois indigène et européen. Enfin, Ixtlilxóchitl légitime même la figure d’Hernan Cortés comme grand conquérant, dans la lignée d’Alexandre le Grand ou de Jules César, et comme élu par Dieu. En tant qu’allié à Texcoco, Cortés se comporterait aussi comme un souverain indigène tout à fait honorable. Il s’agit donc là encore de rapprocher Cortés des valeurs des souverains indigènes, et les souverains de Texcoco des valeurs coloniales avant même la Conquête. En cela, le choix d’Ixtlilxochitl est original, et procède d’une stratégie continuiste, visant à articuler l’histoire indigène sans rupture avec le présent colonial.

  • 3 Dans la note 7, p. 13/69, cette tradition est peut-être mentionnée, mais allusivement, sans explici (...)

7Si l’ouvrage a l’intérêt de convoquer et de remettre à l’ordre du jour des documents peu connus, il y manque parfois une étude sérieuse des références sous-jacentes aux différents textes. Ainsi, l’argumentation selon laquelle l’origine rapportée par Muñoz Camargo, mettant en jeu un dieu originel et la migration à travers une géographie, serait spécifiquement ciselée par l’auteur pour son destinataire ibérique semble forcée. Le procédé s’inscrit en effet tout naturellement dans une double tradition : à la fois indigène d’Amérique – puisque la majorité des codex mésoaméricains conservés (mexicas, acolhuas, tépanèques, etc.) respectent cette trame, mais aussi3. En cela, le procédé ne constitue pas un écart spécifique.

  • 4 Que dans la tradition d’étude des stemmae, on suppose parfois pour cette raison issue d’une même Ch (...)
  • 5 Là encore, c’est seulement la note 15 qui laisse entendre que ce n’est pas le cas.

8Le caractère monolingue de l’étude porte également des limites intrinsèques – soulignées par les coquilles sur quelques mots nahuatl rapportés, comme « tecuthli (sic) », p. 15/69 du chap. 1. Au chap. 2, les auteurs ne mentionnent pas que Tlacaélel est déjà un personnage mythifié dans le codex Ramirez, notamment pour ce qui concerne sa durée de vie (présentée comme information historique au chap. 2, p. 21/59), et qu’à ce titre on ne peut pas poser la chronologie qu’il fournit comme documentée objectivement. En particulier la mise en valeur de Tlacaelél est une caractéristique connue de toute une famille de manuscrits4, dans laquelle il serait intéressant d’inscrire celui de Tezozómoc, malgré l’enjambement linguistique vers l’espagnol. Il semble aussi qu’en p. 24/59, chap. 2, soit prise au pied de la lettre l’idée que Moctezuma et les autres souverains qui lui sont contemporains aient interprété l’arrivée des conquistadors comme le retour de Quetzalcoatl5 – sur ce point, le texte mériterait au contraire d’être comparé aux documents précédents, afin de mettre en évidence le rôle de Tezozómoc dans la mise en place d’une telle narration en train de se constituer.

9Héctor Alejandro Costilla Martínez et Francisco Ramírez Santacruz concluent que par l’écriture de leurs chroniques, ces auteurs cherchent à justifier leur identité, chacun présentant sa sélection particulière de personnages et de hauts faits, toujours adressée à un lecteur espagnol. Néanmoins, il nous semble que cette conclusion est le produit attendu d’un biais de sélection : en choisissant des auteurs indigènes ou métisses qui écrivent en espagnol, on observe la valorisation de la culture à laquelle l’auteur tente de s’assimiler. Pour faire apparaître plus de dialogisme au moment de la constitution de ce récit, il eût fallu confronter cette parole à celle d’autres acteurs : par exemple, des criollos, différents par leur appartenance à un groupe social au sein d’une société coloniale très segmentée en catégories protoraciales, ou encore à des écrivains de lignée indigène, mais écrivant en nahuatl. On peut souhaiter que cela fasse l’objet d’ouvrages ultérieurs.

  • 6 Pour une définition sociologique du passing, voir Sánchez et Schlossberg [2001].

10Néanmoins, les modalités particulières dans lesquelles s’incarne cette stratégie sont intéressantes, et effectivement diverses selon les choix d’individus qui diffèrent par leurs ancrages géographiques, leurs statuts et la date de l’écriture. La valorisation du christianisme est une grande constante, mais certains lisent les sociétés indigènes comme préfiguration, d’autres les rejettent. Le plus souvent, les cheminements sont mixtes : exaltation de certaines valeurs compatibles avec celles des Espagnols, mais rejet notamment des pratiques rituelles. Il faut aussi noter la diversité des intérêts pour tel ou tel personnage de l’indigénité, qui ne sont pas du tout réductibles les uns aux autres, ni géographiquement ni socialement. Il n’existe donc pas une figure prédéterminée du mestizo, ni une seule manière de composer son double héritage culturel, mais plutôt une situation instable de négociation de l’identité, au sein de laquelle chacun tente de recomposer par le discours la forme de métissage qui le servira. En somme, ce livre donne à voir l’émergence de l’une des prémices fondatrices de l’histoire populaire mexicaine, et l’on découvre alors qu’il est en partie le fruit de stratégies instables de passing, selon la définition sociologique proposée par Sanchez et Schlossberg [2001]6 par des auteurs issus de l’élite indigène durant le premier siècle de la société coloniale.

Haut de page

Bibliographie

Muñoz Camargo Diego, Descripción de la ciudad y provincia de Tlaxcala, 2ª edición, Tlaxcala/San Luis Potosí, Gobierno del Estado de Tlaxcala/El Colegio de San Luis, 2000.

Peperstraete Sylvie, « La “Chronique X”. Reconstitution et analyse d’une source perdue fondamentale sur la civilisation aztèque », British Archaeological Reports - International Series, 1630, Oxford, Archaeopress, 2007.

Sánchez María Carla & Schlossberg Linda, Passing: identity and interpretation in sexuality, race, and religion, New York, New York University Press, 2001.

Haut de page

Notes

1 Conservé à la Biblioteca Nacional de Antropología e Historia, Mexique.

2 Manuscrit BNF 342.

3 Dans la note 7, p. 13/69, cette tradition est peut-être mentionnée, mais allusivement, sans explicitation, et elle peut être confondue avec une simple tournure de phrase associée aux expéditions de la Conquête.

4 Que dans la tradition d’étude des stemmae, on suppose parfois pour cette raison issue d’une même Chronique X. Cf., à ce sujet, Peperstraete [2007].

5 Là encore, c’est seulement la note 15 qui laisse entendre que ce n’est pas le cas.

6 Pour une définition sociologique du passing, voir Sánchez et Schlossberg [2001].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Élise Haddad, « Héctor Alejandro Costilla Martínez, Francisco Ramírez Santacruz, Historia adoptada, Historia adaptada: la crónica mestiza del México colonial »Cahiers des Amériques latines, 98 | 2021, 247-250.

Référence électronique

Élise Haddad, « Héctor Alejandro Costilla Martínez, Francisco Ramírez Santacruz, Historia adoptada, Historia adaptada: la crónica mestiza del México colonial »Cahiers des Amériques latines [En ligne], 98 | 2021, mis en ligne le 10 octobre 2022, consulté le 27 novembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/cal/14388 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cal.14388

Haut de page

Auteur

Élise Haddad

Centre de recherches historiques (CRH), École des hautes études en sciences sociales, Paris

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Université Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation des Amériques
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Latindex - Sistema Regional de Información en Línea para Revistas Científicas de América Latina, el Caribe, España y Portugal
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search