Navigation – Plan du site

AccueilNuméros98LecturesÉric Taladoire, Sale Guerre. L’in...

Lectures

Éric Taladoire, Sale Guerre. L’invasion du Mexique par les États-Unis. 1846-1848

Paris, Les Éditions du CERF, 2021
Maria Eugenia Cosio Zavala
p. 254-256
Référence(s) :
Éric Taladoire, Sale Guerre. L’invasion du Mexique par les États-Unis. 1846-1848, Paris, Les Éditions du CERF, 2021, 207 p.

Texte intégral

1Le livre d’Éric Taladoire diffère de son abondante et remarquable liste de publications en tant qu’archéologue spécialiste des civilisations préhispaniques et notamment du monde maya. Cependant, en tant qu’historien du monde contemporain, il a déjà publié des ouvrages sur le xixe siècle, centrés sur des conflits armés. Il est l’auteur, en 2016, du livre Les Contre Guérillas françaises dans les Terres chaudes du Mexique (1862-1867). Des forces spéciales au xixe siècle (Paris, L’Harmattan) ; et, en 2020, de Mercenaires, anarchistes et bandits en révolution. Des étrangers sur la terre du Mexique. 1910-1917 (Paris, CNRS éditions). Avec Rosario Acosta Nieva, il s’est aussi intéressé aux premières décennies du xxe siècle en publiant en 2022 Adelitas : les combattantes dans la révolution mexicaine (Paris, Les Éditions du Cerf).

2L’ouvrage Sale guerre. L’invasion du Mexique par les États-Unis. 1846-1848 s’intéresse à « l’invasion massive par l’armée américaine de l’ensemble du territoire national mexicain » (p. 5) placée en perspective comme le moment culminant de la période de conflits incessants entre le Mexique et le Texas, puis avec les États-Unis. L’investigation repose sur une abondante bibliographie nord-américaine, mexicaine et française, qui, par ses origines diverses, permet de démystifier les interprétations patriotiques et d’élargir le temps et l’espace de la recherche. Des tableaux avec les dates principales illustrent et servent de repères chronologiques aux cinq chapitres de l’ouvrage.

3Le prologue de l’ouvrage (p. 5-11) en présente clairement l’orientation générale. La guerre déclarée publiquement par le Mexique, le 13 mai 1846, est le fruit des incessantes provocations nord-américaines des lustres précédents. L’auteur adopte une vision globale des évènements dans le temps et dans l’espace, car d’après lui les nombreux travaux nord-américains et mexicains qui figurent dans la bibliographie, même très intéressants, sont incomplets. L’origine du conflit serait à trouver dans le cadre plus large « d’une véritable politique impérialiste dont le Mexique fera les frais en 1846-1848 » (p. 11), ce qu’il entreprend de mettre en exergue dans cet ouvrage.

4Le premier chapitre « Les frémissements d’un expansionnisme » aborde les années d’occupations territoriales entre 1803 et 1819. L’achat de la Louisiane en 1803 marque la conquête nord-américaine vers l’ouest et les guerres avec les tribus amérindiennes. La guerre avec l’Angleterre (1812-1815) puis les incursions en Floride entre 1812 et 1819 signent le début de la politique expansionniste américaine. Or la Floride était un territoire espagnol, et il n’y avait pas eu de déclaration de guerre. L’auteur tient à souligner que c’est la « première intervention extérieure américaine » (p. 27), le prélude à celle du Mexique quelques années plus tard.

5Le chap. 2, intitulé « Le Texas, El Alamo et les fondements d’un impérialisme », aborde la période de très grande instabilité qui suit l’indépendance du Mexique, en septembre 1821. Le fragile nouvel État mexicain est confronté dans le nord du pays, très éloigné de la capitale, à des tendances fédéralistes et à des conflits incessants entre Tejanos, Anglos, immigrés récents et tribus indiennes comme les Comanches. L’armée mexicaine y prend part lors de la mythique bataille d’El Alamo, suivie en cette même année par la naissance de la république du Texas. Mais les conflits ne cessent pas, bien au contraire.

6Le chap. 3 « Les campagnes dans le nord du Mexique » montre la volonté délibérée des États-Unis, dès 1844, d’annexer les territoires mexicains du nord, le Texas et la Californie, ambitions territoriales liées à la croissance démographique du pays par l’immigration. Entre 1845 et 1847 le conflit s’étend, outre la Californie, au Chihuahua, au Sonora et jusqu’à Saltillo. La guerre est déclarée en 1846 et « le racisme, préjugés et bonne conscience protestante […] justifient la déclaration de guerre » (p. 87).

7Le chap. 4 « L’invasion du Mexique central » retrace avec précision les mouvements de troupes et les batailles ; les opérations majeures étant le débarquement à Veracruz et l’occupation de Mexico. La signature en 1848 du traité de Guadalupe Hidalgo met fin à la guerre, bien que les violences continuent « en particulier, le long de la frontière » (p. 148). Éric Taladoire souligne les faits de résistance et la naissance d’un sentiment national parmi les Mexicains, face aux évènements désastreux de cette guerre.

8Le chap. 5 s’intitule « Réalités et propagande ». Alors que l’application du traité de 1848 est « boiteuse », que les États-Unis en retirent des opinions divisées et l’occultent rapidement, au Mexique cette « sale guerre », selon le titre de l’ouvrage, a une conséquence importante : « se forger une identité à partir de sa défaite prouve sa résilience et l’existence d’un réel sentiment d’appartenance national, consécutif à l’invasion étrangère » (p. 166). Or, ce sentiment a une grande importance dans l’histoire contemporaine du pays.

9Les dernières pages de l’ouvrage sont sous-titrées « La revanche de Moctezuma ». Éric Taladoire tire des conclusions, en termes politiques et militaires, de l’impact indirect du conflit sur « la future guerre civile américaine » (p. 169). Il souligne aussi « la formation aux États-Unis d’une forte communauté hispanique et catholique dans les régions annexées » (p. 171). Or, la frontière nord du Mexique reste une zone de conflits dont les raisons ont changé mais où la violence est permanente. Ce que disait Carlos Fuentes en 1996 est encore vrai au xxie siècle : « la frontière nord, cicatrice qui saigne ».

10En conclusion de la lecture de cet ouvrage, il faut souligner sa rigueur historique et l’abondance des sources, anciennes et récentes. Il marque sa distance avec les interprétations orientées d’auteurs nord-américains et une certaine sympathie pour la résistance courageuse des Mexicains. Les questions militaires et politiques sont abondamment exposées, il manque toutefois une analyse plus approfondie des questions économiques, comme celle du problème de la dette extérieure lors de l’indépendance du Mexique, laquelle a marqué les relations avec le Texas. Cependant cet ouvrage est très vivant et agréable à lire, il donne une vision renouvelée d’une époque compliquée et accablante. Un livre dont la lecture est très recommandée.

Haut de page

Bibliographie

Fuentes Carlos, « La frontera norte, cicatriz que sangra », Ponencia publicada en La Jornada, 26 octobre 1997, consulté en ligne le 7 août 2022, https://jornada.com.mx/1997/10/26/fuentes.html

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maria Eugenia Cosio Zavala, « Éric Taladoire, Sale Guerre. L’invasion du Mexique par les États-Unis. 1846-1848 »Cahiers des Amériques latines, 98 | 2021, 254-256.

Référence électronique

Maria Eugenia Cosio Zavala, « Éric Taladoire, Sale Guerre. L’invasion du Mexique par les États-Unis. 1846-1848 »Cahiers des Amériques latines [En ligne], 98 | 2021, mis en ligne le 10 octobre 2022, consulté le 27 novembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/cal/14418 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cal.14418

Haut de page

Auteur

Maria Eugenia Cosio Zavala

Université de Paris-Nanterre,
El Colegio de México

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Université Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation des Amériques
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Latindex - Sistema Regional de Información en Línea para Revistas Científicas de América Latina, el Caribe, España y Portugal
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search