Navigation – Plan du site

AccueilNuméros99Dossier. Ce que la Covid-19 a fai...Continuité des crises et des lutt...

Dossier. Ce que la Covid-19 a fait (ou pas) au politique en Amérique latine

Continuité des crises et des luttes latino-américaines en temps de pandémie de Covid-19

Continuidade das crises e das lutas latino-americanas em tempos de pandemia
Continuity of Latin American crises and struggles in times of pandemic
Camille Denicourt-Fauvel, Thomas Posado et Garance Robert
p. 177-199

Résumés

Après une année 2019 riche en mobilisations, la crise sanitaire au début de l’année 2020 a provoqué dans plusieurs pays latino-américains la mise en place de multiples mesures restrictives, limitant ou interdisant les déplacements et les rassemblements dans l’espace public. La sévérité de ces mesures et le choix de désigner les acteurs armés afin de les faire respecter laissaient envisager un important coup d’arrêt aux luttes sociales et politiques. À partir des cas chilien, guatémaltèque et vénézuélien, sélectionnés pour leurs grandes disparités, nous essayons de montrer que la situation sanitaire n’a joué finalement qu’un rôle marginal dans l’évolution des dynamiques de mobilisation. Plus largement, la pandémie ne semble pas avoir impliqué de bouleversements fondamentaux en ce qui concerne les évolutions des mouvements sociaux.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article reçu le 23 juin 2021, accepté le 17 juin 2022

Texte intégral

1La crise sanitaire mondiale est survenue en Amérique latine après un automne 2019 riche en mobilisations sociales. Ces mouvements citoyens de portée variée ont souvent impressionné analystes et gouvernants par leur ampleur et leur durée. Au premier abord, l’entrée en scène de la Covid-19 semble être venue atténuer ces dynamiques. En effet, à part quelques exceptions notables, la majorité des pays d’Amérique latine ont mis en place des mesures de confinement et de distanciation physique empêchant toute sorte de regroupement massif, forme de transmission privilégiée du virus. Dans beaucoup de pays, ces décisions ont également été accompagnées de la mise en place de mesures autoritaires et dissuasives quant aux rassemblements dans l’espace public, telles que l’imposition d’un couvre-feu et le déploiement des forces armées.

  • 1 Le dictionnaire d’épidémiologie de l’université d’Oxford définit la pandémie comme une épidémie qui (...)

2Ce constat nous a amenés à nous interroger sur les effets induits par la crise sanitaire sur les mobilisations et plus généralement sur la dynamique des mouvements sociaux en Amérique latine. Au-delà de la définition médicale du phénomène1, nous utiliserons le terme générique de « pandémie » ou de « crise sanitaire » en référence à ses dimensions politiques et sociales. Le propos sera donc centré sur l’évaluation des impacts directs et indirects sur les mobilisations (à savoir, les revendications des acteurs mobilisés et leurs répertoires d’action) de 1) l’émergence d’une thématique de santé publique qui devient centrale – au moins pour un certain temps – dans l’espace médiatique, mais aussi 2) de l’ensemble des mesures de gestion adoptées par les gouvernements pour limiter la propagation du virus, et enfin 3) des dispositions « citoyennes » notamment mises en place du fait de la perception du danger sanitaire par les acteurs des mobilisations.

3Nous avons entrepris d’explorer ce thème en nous inspirant du cadre théorique des « conjonctures critiques » [Collier & Collier, 1991]. Développée à partir de l’étude des ruptures et continuités des trajectoires institutionnelles, son application stricte implique que l’on examine les évolutions (les changements de trajectoires ou, au contraire, le franchissement de « seuils ») suscitées par des épisodes critiques de l’histoire [Collier et al., 2017]. Idéalement, si une telle approche nécessite un certain recul temporel, elle peut tout de même s’avérer fort éclairante à plus courte distance d’un événement donné [Tarrow, 2017]. Ne traitant pas d’un sujet strictement institutionnel, nous avons ainsi davantage cherché à déterminer si la pandémie de Covid-19 était en voie de s’inscrire comme une crise susceptible de transformer radicalement les caractéristiques des mobilisations sociales en Amérique latine – que ce soit du point de vue des modes d’action comme des revendications.

4Avec le déclenchement de la crise sanitaire, les facteurs susceptibles d’entraver les mobilisations étaient nombreux. En effet, la perception du risque de contamination et de propagation pour et par les militants les encourageait à éviter de s’assembler pour minimiser les risques de transmission. En outre, l’interdiction de se réunir dans l’espace public contraignait également « mécaniquement » certaines actions collectives traditionnelles telles que les rassemblements et manifestations. Enfin, l’état d’urgence sanitaire était accompagné de diverses mesures restreignant les libertés individuelles et collectives, qui accentuaient les risques encourus par les acteurs des mobilisations, et pouvait donc être un facteur de découragement de la mobilisation. Si ces aspects ont effectivement eu un impact à court terme, un autre constat s’impose : la pandémie n’a pas porté de coup d’arrêt aux dynamiques qui prévalaient immédiatement avant la crise. Au contraire, elle semble même avoir confirmé les tendances observées à propos des mouvements sociaux et des mobilisations constituées ces dix dernières années, indépendamment de leur orientation politique. Si certaines restrictions ont parfois forcé les acteurs à se réorganiser, les réalités révélées et renforcées par la crise les ont aussi et surtout confortés dans leur position et ont légitimé à bien des égards leurs démarches aux yeux de la société.

5Afin de mener cette réflexion, nous nous sommes appuyés principalement sur des sources journalistiques, des rapports d’organisations internationales, les publications des groupes étudiés sur les réseaux sociaux, ainsi que sur des données publiques produites par diverses organisations non gouvernementales (ONG). Les données varient selon leur disponibilité et sont adaptées à la configuration nationale correspondante.

Présentation des cas

6Nous avons choisi trois cas fondamentalement différents, en nous inspirant de la méthode comparative des « most different systems leading to similar results » [Przeworski & Teune, 1970]. Étudiés sur la même période contemporaine et localisés dans la même aire géographique, le Chili, le Guatemala et le Venezuela se distinguent par des contextes institutionnels, économiques, sociaux et politiques très différents. Nous les avons situés sur un continuum relatif aux degrés d’unification de l’espace des mouvements sociaux (entre eux et à l’égard du champ politique) [Mathieu, 2012], le Chili représentant le cas où la convergence et l’interdépendance entre les mouvements sont les plus fortes, et le Venezuela le plus fragmenté.

7Au Chili se sont en effet déroulées récemment des mobilisations inédites tant par leur ampleur que par leur portée. Si le Chili constitue aux yeux de nombreux auteurs un modèle de transition démocratique « réussi » [Navia, 2010] – en termes de qualité des institutions [Diamond, 1997] et de socialisation aux normes de droits humains [Risse et al., 1999, 2013] et ce, malgré la persistance d’enclaves autoritaires [Garretón, 1999 ; Dabène, 2008] –, les inégalités criantes s’inscrivent comme source structurelle de mobilisation. Du point de vue de la dynamique des mobilisations, le Chili représente le pays où le degré de convergence des luttes est le plus important, symbolisé par les demandes communes et couronnées du succès référendaire annonçant la réécriture de la Constitution.

  • 2 Pour la démission du président de l’époque, Otto Peréz Molina, faisant suite à des accusations de c (...)

8Le Guatemala doit, pour sa part, composer à la fois avec une sortie de conflit et une transition démocratique souvent qualifiées d’inachevées ou « fragiles » [Isaacs, 2010 ; Díaz Arias, 2020]. Sa longue histoire d’autoritarisme militaire, ainsi que la collusion des élites économiques et politiques semblent en effet y miner les efforts de réduction des inégalités et la construction d’un État de droit [Vanthuyne, 2015], et en font une démocratie essentiellement procédurale [Garibay, 2004]. Les mouvements sociaux y sont caractérisés par un manque important d’articulation au niveau national. Les manifestations massives de 20152 avaient cependant démontré que ces acteurs étaient en mesure de s’allier, de mobiliser des individus qui n’étaient pas traditionnellement impliqués et d’obtenir certaines concessions de la part d’un État dont la capacité de réponse est pourtant historiquement faible.

9Enfin, le Venezuela connaît depuis plusieurs années une crise multiforme. La polarisation politique et le tournant autoritaire de l’exécutif y atteignent une intensité inédite [Posado, 2018]. La crise économique a pris des proportions inégalées, hors pays en guerre [Sutherland, 2018], la contraction du PIB étant évaluée à 78 % entre 2014 et 2021. Cet effondrement économique comprend deux corollaires. D’abord, une crise sociale, avec un écrasement du pouvoir d’achat qui a rendu le salaire minimum mensuel nettement inférieur à cinq dollars et des taux de pauvreté et d’extrême pauvreté qui atteignaient respectivement 76,6 % et 94,5 % [ENCOVI, 2021], condamnant une partie des Vénézuéliens à lutter contre la faim. Ensuite, une crise migratoire, avec 6 millions de Vénézuéliens vivant à l’extérieur des frontières de leur pays en novembre 2021 [Plateforme de coordination pour les réfugiés et migrants du Venezuela, 2021]. Enfin, le Venezuela est devenu un des théâtres d’affrontement entre les puissances occidentales d’une part et la Russie et la Chine d’autre part, le transformant en point majeur de tensions géopolitiques [Posado, 2020]. Comme dans les deux cas précédents, les mobilisations y sont nombreuses, mais demeurent très fragmentées à l’exception des cycles de protestations de 2014 et 2017, dont aucun n’est réellement parvenu à rompre le statu quo.

10La démonstration s’organise en quatre temps. Le cadre temporel de l’analyse se limite aux deux décennies antérieures à la pandémie et aux mois qui ont suivi l’annonce des premiers cas jusqu’à l’été 2021. Dans un premier temps, nous décrivons à grands traits les trajectoires pré-Covid des mobilisations et des mouvements sociaux. Nous nous intéressons ensuite aux effets visibles à court et à moyen termes de la gestion de la crise sanitaire en procédant à l’exposition des effets de la pandémie dans les trois pays, pour enfin revenir de manière plus approfondie sur les caractéristiques des mobilisations, c’est-à-dire, sur les modalités d’action et le contenu des revendications. Pour finir, nous tentons de dégager des pistes exploratoires d’explication pour éclairer les causes de la forte continuité observée.

Mise en contexte : dynamiques de mobilisations et mouvements sociaux pré-Covid 19

11Bien que les trois pays sélectionnés aient été marqués par des mobilisations d’ampleur au cours des dix dernières années, la dynamique de ces dernières et plus généralement les caractéristiques des mouvements sociaux présentent d’importantes différences.

  • 3 Prévu à l’art. 42 de la constitution, l’État d’urgence inscrit dans la Constitution héritée de Pino (...)

12Le Chili a longtemps été perçu comme l’État jouissant de la stabilité économique, politique et sociale la plus consolidée de la région. Or, le 18 octobre 2019, l’augmentation du prix du ticket de métro a servi de bougie d’allumage à une révolte explosive, métamorphosant le ras-le-bol collectif en soulèvement social sans précédent. En réponse, le gouvernement a déployé les carabineros pour faire régner l’ordre. L’état d’urgence3 a alors été décrété, permettant au gouvernement de restreindre la liberté de mouvement des citoyens et leur droit de se rassembler. Un couvre-feu a été imposé – une première depuis 1987 [Freire Castello, 2020, p. 155]. Le 20 octobre, le président a déclaré le pays « en guerre contre un ennemi puissant », discours qui a visé à légitimer la posture militaire contre les acteurs mobilisés, principalement des jeunes d’âge scolaire. À ce moment précis, 83,6 % des Chiliens soutenaient les manifestations [Activa Research, 2019].

  • 4 Bien qu’entre 2000 et 2017, la pauvreté ait chuté, faisant passer le pourcentage de la population p (...)

13Malgré son caractère précipité et une absence de corps dirigeant, cet événement a été marqué par une étonnante convergence des revendications. L’exaspération collective apparaît comme le principal facteur expliquant la descente des Chiliens dans les rues : la population rejette le contrat social qui ne permet pas à l’ensemble de la population de bénéficier du soi-disant « miracle économique » chilien4. Adoptée sous la dictature de Pinochet, la Constitution continue, trente ans après la transition, à régir la société chilienne. Consacrant l’ultralibéralisme et reléguant l’État à une position subsidiaire, elle protège un modèle économique fondé sur la privatisation et qui remet entre les mains de quelques familles privilégiées les bénéfices du système. À travers la mobilisation sociale, les manifestants dénonçaient tout un système précarisant la vie humaine, notamment à travers la croissance des inégalités, la violence de genre, l’impunité dont jouissent les élites et la dégradation environnementale. L’objectif était de faire cesser – à travers l’adoption d’une nouvelle constitution qui serait rédigée par une assemblée constituante plurinationale, féministe et souveraine – les excès de cette démocratie ultralibérale qui a mené de nombreux Chiliens à une situation d’extrême précarité.

14Si l’idée d’une nouvelle constitution circule depuis longtemps au sein de la population [Doran, 2016], le ralliement des différents mouvements sociaux autour de cet enjeu permet de faire converger des demandes multiples. Avant octobre 2019, d’importantes mobilisations s’étaient succédé, se butant toujours à une fin de non-recevoir de l’État. Depuis 2001 et à tour de rôle, lycéens, étudiants, retraités, femmes et autochtones se sont mobilisés pour exiger des réformes du système en profondeur [Barozet, 2020]. Le soulèvement social correspond donc au parachèvement d’un cycle de mobilisations entamé près de vingt ans auparavant et vient cimenter l’œuvre des mouvements antérieurs. Cette convergence des mouvements sociaux a forcé un déblocage de certains canaux de communication liant l’État à la population, et a contraint le gouvernement en place – pourtant violemment réactionnaire face au soulèvement social – à consentir à l’Accord pour la paix sociale et la nouvelle Constitution, conclu le 15 novembre 2019 entre la majorité des représentants politiques et prévoyant la tenue d’un référendum que vise à satisfaire la revendication populaire concernant la rédaction d’une nouvelle constitution.

  • 5 Les peuples autochtones représentent officiellement 43,75 % de la population guatémaltèque selon le (...)

15Au Guatemala, les inégalités structurelles demeurent extrêmement marquées, et se matérialisent notamment par une mise à l’écart des peuples autochtones comme acteurs politiques, alors même qu’ils représentent plus de la moitié de la population5. Bien qu’officiellement démocratique depuis 1985 et pacifié depuis 1996, le pays est marqué par la faiblesse de ses institutions [Brinks et al., 2019], le manque de réactivité de l’État vis-à-vis des demandes sociales et enfin par la forte collusion entre élites politiques, économiques et investisseurs étrangers peu soucieux du respect de droits humains et de l’environnement qui alimente une corruption quasi généralisée. Ces différents aspects font l’objet de multiples revendications de la part de mouvements sociaux actifs et organisés, surtout au niveau local [Argueta & Kurtenbach, 2017], qui demeurent toutefois assez fragmentés au niveau national, ayant du mal à articuler leurs demandes afin de formuler et obtenir des exigences communes par le biais d’actions coordonnées.

  • 6 Contre la fermeture de la Commission internationale contre l’impunité au Guatemala (CICIG) décidée (...)

16Les actions collectives émanent de divers secteurs et se déroulent selon différentes modalités. Depuis les années 2010 l’on observe particulièrement des luttes très fortes contre les projets dits « extractivistes » et en faveur de la protection du territoire [Svampa, 2019]. En tête de pont, divers mouvements paysans et/ou autochtones se mobilisent en employant essentiellement des modes d’action physiques pacifiques (manifestations et occupations de terre). L’attitude des forces de l’ordre et plus généralement de l’État à leur égard rend néanmoins les actes de violence et les phénomènes de criminalisation très fréquents [FES, 2015 ; Sieder, 2017]. À cela s’ajoute une grande diversité de mouvements et d’acteurs : pour la réparation des crimes de la guerre civile, féministes, syndicaux ou encore étudiants, particulièrement mobilisés lors des manifestations de grande ampleur notamment en 2015 et 20186.

17L’épisode des mobilisations de 2015 avait justement constitué un exemple saillant de convergence entre luttes et demandes. Il avait abouti à l’obtention d’avancées symboliquement significatives, c’est-à-dire la démission du président de la République et de sa vice-présidente, puis leur jugement devant des tribunaux nationaux et enfin leur condamnation et leur emprisonnement. Néanmoins, cette effervescence n’a pas donné lieu à la mise en place de changements radicaux, tant du point de vue législatif que des pratiques. Cela indique que si les acteurs des mobilisations sociales au Guatemala sont divers et dynamiques et tendent vers une convergence et une interdépendance accrue, leur impact sur les orientations politiques demeure néanmoins limité.

18Concernant les mobilisations au Venezuela, nous pouvons nous appuyer sur les rapports de deux organisations non gouvernementales [le Programme vénézuélien d’Éducation – Action en droits humains (PROVEA) et l’Observatoire vénézuélien de conflictualité sociale (OVCS)] pour analyser sur un temps long la dimension quantitative de ces protestations. En effet, celles-ci consignent le nombre de manifestations respectivement entre 1989 et 2012 pour la première vague et depuis 2012 pour la seconde, à partir de la recension des différents journaux de couverture nationale et régionale. Alors que le nombre annuel de mobilisations ne dépassait pas les deux milliers entre 1989 et 2008, une tendance à la hausse peut être observée depuis cette année-là avec quelques fluctuations perceptibles. Un pic est constaté en 2014 avec le mouvement d’une partie de l’opposition vénézuélienne réclamant « la sortie » de Nicolás Maduro (année où l’on parvient à 9 286 mobilisations, dont 68 % liées à ce cycle de mobilisation qui a coûté la vie à 42 personnes et entraîné plus de trois mille détentions et près de mille blessés). Entre 2015 et 2019, ce chiffre annuel augmente crescendo (5 851 en 2015 ; 6 917 en 2016 ; 9 787 en 2017 ; 12 715 en 2018 ; 16 739 en 2019).

19Cette augmentation ne doit pas masquer des cycles de mobilisations plus politiques, tel celui de mars à juillet 2017 à l’appel de l’opposition vénézuélienne d’abord contre un décret retirant les prérogatives de l’Assemblée nationale, ensuite contre la convocation d’une Assemblée nationale constituante (82 % des protestations de l’année, qui ont coûté la vie à 160 personnes et où plus de 5 000 personnes ont été arrêtées) [Corrales, 2020, p. 42] et celui de janvier à mars 2019, autour de l’autoproclamation de Juan Guaidó. En dehors de ces cycles, les mobilisations n’ont pas été articulées au niveau national dans un objectif politique commun et ont été restreintes à des mobilisations locales fragmentées ayant souvent des revendications en lien avec l’accès aux services de base, tels que l’électricité et l’eau courante.

20Les organisations qui soutiennent ces mobilisations sont elles aussi extrêmement diverses entre d’une part, les forces politiques – elles-mêmes hétérogènes – qui ont appuyé Juan Guaidó et d’autre part, une opposition de gauche divisée et faiblement représentée dans le champ politique qui peut agir sur des causes très diverses, dont notamment celles de la défense des travailleurs, de l’égalité femmes-hommes et des droits des peuples autochtones. Comme mentionné au début de cet article, l’entrée en scène de la Covid-19, avec ses risques épidémiologiques de contamination et de contagion, ainsi que les mesures autoritaires qui en ont découlé, avait tout pour ébranler profondément les mouvements sociaux et altérer les mobilisations, d’autant plus que l’Amérique latine est devenue, dès le printemps 2020 et jusqu’à l’automne de la même année, l’épicentre de la pandémie. Or, comme nous le verrons dans les pages qui suivent, si des impacts s’inscrivent certainement dans le court terme, la pandémie ne se traduit pas pour autant comme un élément profondément transformateur que son arrivée pouvait laisser présager.

Effets à court et à moyen termes de la pandémie : mesures restrictives à portée limitée et confirmation de dynamiques antérieures

21Le 3 mars 2020, le premier cas de Covid-19 est annoncé au Chili. Quinze jours plus tard, Piñera décrète l’« état d’exception constitutionnel pour catastrophe », qui lui donnait le pouvoir de déployer l’armée dans les rues pour maintenir l’ordre et restreindre les déplacements et libertés des individus. À ce moment-là, les mouvements sociaux avaient déjà – suivant leur perception du risque épidémiologique et pour assurer la sécurité de la population – déserté les rues de leur propre chef [Cuffe, 2020]. La quasi-disparition des manifestations de rue ne s’est pas pour autant traduite par une mise à l’arrêt des mobilisations. Plutôt que de condamner les mouvements sociaux à l’intempestif, la Covid-19, avec les risques qu’elle suppose et les réponses gouvernementales autoritaires qu’elle a suscitées, a entraîné la perpétuation, voire le retour de certains modes d’action et a même engendré l’apparition de nouvelles stratégies, le tout dans l’optique de faire perdurer les mobilisations malgré les circonstances exceptionnelles. En bref, devant le refus d’abdication des acteurs mobilisés et la volonté autrement renouvelée de solidarité sociale, le contexte pandémique a fait naître – mais de manière ponctuelle – de nouvelles formes de mobilisation, tout en forçant une réorganisation partielle des mouvements sociaux pour leur permettre de mener à bien leurs luttes.

22Le confinement et le manque d’aide gouvernementale face à la crise ont fait réapparaître la faim au sein de la population. Certaines manifestations, dites émeutes de la faim, ont eu lieu pour dénoncer l’inaction gouvernementale. Dans certains quartiers populaires, les ollas comunes (soupes populaires) se sont multipliées, rappelant l’époque de la dictature. Il faut souligner d’ailleurs la continuation des cacerolazos et l’apparition de nouvelles fresques murales de rue qui visent à informer la population et discréditer le gouvernement. Certains acteurs mobilisés se sont organisés également sous la bannière du Mouvement santé en résistance (Movimiento Salud en Resistencia), afin de sensibiliser la population aux dangers de la pandémie et aux gestes barrières qui permettent d’en ralentir la progression.

23D’autres en ont profité pour approfondir virtuellement leurs liens et organiser des campagnes militantes sur les médias sociaux accompagnés de mots-clics tels que #CuarentenaConDignidadParaTodos, #LosMilicosNoSonLaCura et #SoloElPuebloAyudaElPueblo. Ces campagnes numériques ont débordé les frontières nationales et engendré des impacts concrets, comme la levée de fonds étrangers pour aider à financer les soupes populaires ou l’obtention de matériel de protection contre la Covid-19 destiné aux populations vulnérables.

24Les acteurs mobilisés se sont donc, pendant un certain temps, partiellement retranchés dans l’espace numérique et ont rapidement réorganisé leurs activités. Ce nouveau cadre a engendré une voie de continuation sécuritaire pour la mobilisation autrement mise à l’arrêt. D’autant que les forces répressives se retrouvaient davantage légitimées dans leur rôle en raison de l’état d’exception découlant de la pandémie. Or, l’apparition de nouveaux enjeux et des nouvelles stratégies, ainsi que le retranchement dans l’espace numérique, n’allaient pas, à terme, supplanter les modes d’action traditionnels.

25Dès la levée du confinement, au mois de septembre 2020, les manifestations ont en effet regagné les rues et ont été sévèrement réprimées. Les bilans de différentes organisations ont condamné l’usage excessif de la force par les autorités [AI, 2021 ; HRW, 2021], et cette réalité était loin de se cantonner à l’espace urbain. Dans le sud du pays, les Mapuche n’ont pas été épargnés par une militarisation légitimée au nom de la pandémie. Alors que les ressources mapuches étaient mobilisées pour l’affronter, l’État a poursuivi la même logique de criminalisation déployée contre les communautés du Wallmapu et de multiples violations de droits humains ont été commises par les forces militarisées du pays [CEPAL, 2021 ; HRW, 2021 ; AI, 2021].

26Tenu le 25 octobre 2020, le référendum sur la rédaction d’une nouvelle constitution s’est soldé par les victoires retentissantes des options apruebo (78,28 %) et convención constitucional (79 %). Si la pandémie était censée réunir un ensemble d’éléments pour asphyxier la mobilisation sociale, elle n’a finalement pas mené au résultat escompté. Le processus constitutionnel ayant été enclenché grâce aux manifestations d’octobre 2019 n’a finalement écopé que du report du référendum de six mois, d’avril à octobre 2020. Le résultat de cet exercice a confirmé la continuité des dynamiques de mobilisation d’une part et de leur impact sur la volonté populaire de se doter d’une nouvelle constitution à genèse démocratique d’autre part. Tel qu’anticipé avant l’entrée en scène de la Covid-19, le plebiscito a confirmé que le soulèvement est en voie de mener à des changements institutionnels d’envergure.

27Au Guatemala le président nouvellement intronisé, Alejandro Giammattei, a imposé des mesures strictes dès le mois de mars 2020 : confinement, couvre-feu à partir de 16 heures, interdiction de se déplacer, fermeture des commerces non essentiels et isolement à l’arrivée aux frontières, puis fermeture totale de ces dernières. Ces décisions ont ravivé les craintes de militarisation chez les mouvements sociaux comme chez les observateurs internationaux, l’armée ayant été déployée pour les faire respecter, à l’instar de nombreux autres pays latino-américains [Acácio & Medeiros-Passos, 2021]. Leur sévérité aurait pu laisser imaginer un coup d’arrêt aux mobilisations dans l’espace public. Celles-ci ont toutefois perduré, tout en recouvrant initialement un caractère sporadique et cantonné à des demandes circonscrites. Dans les premières semaines, toutes ces actions avaient un lien direct ou indirect avec le contexte sanitaire.

  • 7 Certains programmes (i.e. le Bono familia), mis en place rapidement, ont été critiqués pour leur ma (...)
  • 8 Initiative de distribution de repas répliquée dans plusieurs villes. Dans la seule capitale, elle a (...)

28Très dépendants de l’économie informelle, de nombreux Guatémaltèques ont en effet été confrontés à des défis liés à la satisfaction de leurs besoins vitaux, ne pouvant pas compter sur une aide substantielle de l’État7. Des drapeaux blancs sont apparus, d’abord accrochés aux fenêtres dans les zones rurales, puis sur le bord des routes afin de gagner en visibilité, pour signifier le besoin d’aide alimentaire [Rentería & Menchú, 2020]. Ces phénomènes sont comparables aux émeutes de la faim évoquées à propos du Chili et, comme nous le verrons, également du Venezuela. Si l’État a révélé son incurie, le dynamisme des initiatives citoyennes d’aide d’urgence, telle que la olla comunitaria8, a, à son tour, démontré la capacité d’organisation de la société civile [Cahier & Robert, 2021]. Là encore, ces actions ne sont pas sans rappeler les ollas comunes chiliennes et vénézuéliennes. D’autres mobilisations ont également eu lieu en lien direct avec la crise sanitaire, notamment celles du personnel hospitalier qui dénonçait des conditions de travail inhumaines. Les fortes critiques de la part des mouvements sociaux, de plusieurs groupes parlementaires et d’acteurs du domaine de la santé envers la gestion gouvernementale de la crise ont ainsi poussé à la destitution du ministre de la Santé, fin juin 2020 [Arreaga, 2020].

29Du point de vue des modes d’actions, le mécontentement et l’urgence des besoins ont donc rapidement dépassé la peur de la répression et de la contamination, mais en ce qui concerne les revendications, les demandes demeuraient alors ponctuelles et peu articulées à des enjeux plus larges de participation et d’inclusion. Ces dimensions sont néanmoins vite réapparues au sein des demandes lors des mobilisations d’ampleur de 2020.

  • 9 Le budget prévoyait en effet d’augmenter les sommes mises à la disposition du pouvoir législatif, e (...)

30À la suite du vote par le Congrès du budget 2021 le 18 novembre, les manifestants, présents sur la place de la Constitution, dès le 21 novembre et tous les samedis jusqu’à la mi-décembre, ont dénoncé une répartition des dépenses nationales jugée injuste et inadaptée aux besoins de la population9. En réponse à ces mobilisations, les policiers ont fait usage de la force de manière disproportionnée, ce qui a été rapidement dénoncé par des institutions nationales (Bureau du procureur des droits humains) et internationales (OEA, ONU) [PDH, 2020 ; OEA, 2021 ; ONU, 2020].

31Comme lors des manifestations de 2015, l’effervescence témoignait d’un malaise nourri par la « cooptation de l’État » au travers d’une structure criminelle de type clientéliste, longtemps dénoncée par la CICIG. La forte continuité observée entre les revendications et les modes d’action des manifestations de 2015 et de 2020 vient confirmer le constat selon lequel la crise sanitaire a joué tout au plus un rôle de confirmation ou d’accélération des dynamiques de mobilisations au Guatemala. En effet, au-delà des exigences particulières, des orientations communes se dessinaient (réclamant notamment la démission du Président et des députés à l’origine du vote), qui dépassaient la question de l’abrogation du budget. Ces demandes conjoncturelles s’articulaient à des revendications institutionnelles plus profondes, pro-démocratiques, contre la corruption, l’impunité et les inégalités, de la part des acteurs mobilisés. L’idée de l’élection d’une nouvelle Assemblée constituante a réapparu, faisant écho aux demandes de 2015 et de 2018.

  • 10 C’est notamment vrai pour le mouvement des peuples autochtones, comme en témoigne l’initiative du F (...)

32Si les mouvements sociaux guatémaltèques se caractérisaient donc toujours par une certaine fragmentation, on a assisté dès novembre à un effort semblable à celui de 2015 de s’associer et faire un front commun10. On a également constaté la présence lors des manifestations d’un très grand nombre de personnes issues notamment de la classe moyenne, non traditionnellement engagées. Enfin, à l’instar de la révolte chilienne, aucun leadership n’a apparu clairement.

  • 11 Selon la dernière enquête universitaire ENCOVI [2021] qui fournit les données quantitatives les plu (...)

33Au Venezuela, la pandémie de Covid-19 est survenue dans un contexte marqué par un système de santé extrêmement fragilisé où les coupures d’eau et d’électricité étaient courantes et les pénuries de médicaments nombreuses. The Economist plaçait en 2019 le Venezuela à la 176e place sur 195 de son Indice de santé globale, le reléguant ainsi parmi les vingt pays les moins préparés à un risque sanitaire [The Economist, 2019]. Pourtant, Nicolás Maduro a pris la décision de gérer précocement la crise sanitaire, et a été le premier président en Amérique latine à prendre des mesures drastiques pour y faire face. Cette paralysie rendait alors les Vénézuéliens davantage dépendants de l’aide alimentaire baptisée CLAP (Comité local d’approvisionnement et de production) que le gouvernement distribuait de manière irrégulière et clientéliste à une large partie de la population11. Une telle configuration aurait pu laisser augurer un reflux des mobilisations.

34Les faits contredisent en partie ce postulat. Selon les rapports de l’OVCS, si le nombre de protestations a diminué significativement durant l’année 2020 (9 633, le plus faible total depuis 2017), cela ne marque pas pour autant un effondrement. 81 % de ces actions ont eu lieu à partir du 13 mars 2020, durant l’état d’alarme, ce qui atteste que celui-ci n’a pas eu l’effet paralysant supposé. Les données concernant le premier semestre de 2021 confirment ce diagnostic : une dynamique de mobilisations importante (3 393 protestations), davantage pour défendre les droits économiques, sociaux, culturels et environnementaux que pour défendre les droits civils et politiques.

35Les manifestations survenues dans la région du Bolívar, une région industrielle non-pétrolière dans le sud-est du pays, début février 2021, attestent cette dynamique. Les travailleurs de l’entreprise sidérurgique SIDOR ont arrêté les rares secteurs actifs de la firme en mauvais état pour réclamer de meilleurs salaires le 1er février. Plusieurs travailleurs ont vu leurs maigres revenus suspendus pour cette raison. Ils ont organisé des manifestations importantes dans la principale ville de la région les lundi 8 et jeudi 11 février 2021. Ce cas semble confirmer l’existence de mobilisations pour des motifs économiques qui perdurent en dépit de la pandémie.

36Les données nous indiquent que la dynamique de mobilisations, qui existe depuis plusieurs années au Venezuela, ne s’est donc en aucun cas arrêtée. Un ralentissement, une adaptation des répertoires d’actions ont pu être constatés, mais les motifs de mécontentement demeurant, l’action collective des Vénézuéliens s’est poursuivie. Certes, aucun mouvement national structuré, susceptible de menacer l’exécutif n’a émergé durant la crise sanitaire. Néanmoins, la pléthore de mobilisations localisées atteste que la lutte ne s’est en aucun cas éteinte.

37Si les mesures sanitaires n’ont été adoptées ni avec la même rapidité ni la même intensité dans les trois pays, nous avons montré que le coup d’arrêt aux mobilisations qu’elles laissaient présager ne s’est pas concrétisé. Nous revenons à présent plus en profondeur sur les continuités des modes d’action, le contenu des revendications et le caractère fragmenté ou non de ces demandes et des groupes desquels elles émanent.

Continuité des modes d’action : permanence des modes d’action traditionnels et glissement progressif vers le numérique

38Pour identifier les premiers effets de la pandémie sur les mobilisations, nous nous sommes penchés sur les méthodes choisies par les acteurs mobilisés pour permettre à leurs luttes de se poursuivre malgré l’obstacle pandémique. Si plusieurs données viennent confirmer l’hypothèse d’un « saut numérique » (à des degrés très divers selon le pays), cette dernière se doit d’être nuancée eu égard à la permanence des modes d’action traditionnels.

39Au Chili, après s’être livré à plusieurs mois d’affrontement contre les forces de l’ordre dans le contexte du soulèvement social, c’est la perception du risque épidémique lié à la crise sanitaire qui a finalement convaincu les manifestants à rentrer chez eux. Entre l’état de catastrophe, l’illégalité des rassemblements dans l’espace public et la volonté de protéger la société d’une contagion accrue, les acteurs mobilisés se sont résolus à trouver une alternative – temporaire – à la poursuite des luttes. Si certains ont concentré leur énergie dans un travail de terrain ayant comme objectif de sensibiliser les populations à la situation sanitaire, la majorité a plutôt délaissé les rues au profit du numérique. Cette réorganisation ne s’est pourtant pas imposée pour supplanter les répertoires d’action traditionnels. En effet, dès l’annonce du déconfinement, les manifestants ont regagné l’espace public, et les outils numériques sont redevenus des outils permettant davantage d’assister plutôt que de supplanter les modes opératoires de lutte traditionnelle.

40Au Guatemala, plus que des campagnes numériques à proprement parler, les réseaux sociaux ont avant tout servi à relayer les mobilisations qui avaient lieu dans l’espace public, appelant notamment à la démission du président Giammattei. Certes, l’on a vu de nombreux groupes publier davantage de contenus sur les réseaux sociaux et les événements en ligne se multiplier (souvent des discussions/débats). Néanmoins, le taux de pénétration d’internet de 65 %, selon une répartition territoriale très inégale [Datareportal, 2021 ; INE, 2018], nous amène à relativiser l’importance d’un potentiel saut numérique. De nombreux acteurs pourtant très mobilisés ne font en outre qu’un usage marginal de ces outils. Par exemple, certains groupes de représentants des peuples autochtones, très actifs par ailleurs, n’ont peu ou pas de représentation dans cet espace. Si ces instruments constituent donc sans aucun doute des éléments décisifs dans les transformations des modes de mobilisation et de revendication, le changement reste progressif au Guatemala, et la crise ne semble pas induire ni de rupture ni de franchissement d’un seuil.

41Dans ces deux pays, on peut également souligner la confirmation de la tendance antérieure à la pandémie, celle des mobilisations « autoconvoquées » c’est-à-dire sans qu’aucun groupe ou personne en particulier n’assume la direction du soulèvement.

42Au Venezuela, l’examen des réseaux sociaux nous amène au constat d’un phénomène d’accroissement de l’occupation de l’espace numérique, face au caractère illégal des mobilisations dans l’espace public. Plusieurs campagnes hashtags sont ainsi parvenues à émerger, certaines apparaissant, un temps, en première position des classements des tendances Twitter – pour la plupart en lien avec des conflits liés au travail ou à des enjeux de genre. Ces sujets se sont ainsi imposés dans le débat politique malgré le contrôle médiatique direct ou indirect du gouvernement. Cette numérisation doit toutefois être elle aussi nuancée au vu de la connexion internet également déficiente que l’on observe au Venezuela. Ainsi, le pays est classé à la 175e place des 176 étudiés par l’enquête Speedtest Global Index qui compare la vitesse de connexion dans la plupart des États de la planète. En outre, les répertoires d’action privilégiés sont demeurés des modalités « physiques ». En tête, le blocage de rues ou avenues (3 703 mobilisations), ou celui du rassemblement (3 561), loin devant le lâcher de banderoles (1 635), le cacerolazo (901), la manifestation (396) ou la grève (390). Logiquement au vu des règles sanitaires, ce sont les rassemblements (2 932) et les manifestations (1 059) qui diminuent le plus par rapport à 2019. Globalement, la dynamique constatée est donc davantage une adaptation du répertoire d’action qu’un arrêt des mobilisations.

43Dans les trois pays, l’observation des modes de protestation depuis le début de la pandémie amène donc à confirmer l’importance de la domination des répertoires d’action traditionnels.

Continuité des revendications et de la configuration des mouvements sociaux : approfondissement du mécontentement et intégration de l’enjeu de la santé aux demandes antérieures

44Le panorama des revendications et leur agenda demeurent certes contrastés dans les trois pays. Néanmoins, la crise sanitaire paraît avoir davantage joué un rôle de confirmation de la validité de leurs demandes, sans que l’enjeu de l’accès à la santé ou de la qualité des services publics en la matière ne devienne central. C’est notamment le cas en ce qui concerne les revendications de services publics de base, la pandémie ayant souligné la vulnérabilité de certaines populations, d’autant plus fragiles qu’elles ne disposent d’aucune protection sociale au moment de la crise.

45Au Venezuela, ce sont les données relatives aux motifs de mécontentement qui nous fournissent les enseignements les plus significatifs. En effet, on constate une baisse drastique du nombre de manifestations pour les droits civiques et politiques (seulement 1 442 contre 7 041 en 2019, retour peu ou prou au total de 2018, 1 396). Cela poursuit ce qui semble être une coutume au Venezuela où les mobilisations pour des droits civiques et politiques se développent lors de cycles de mobilisation politique (La Salida en 2014, les manifestations d’avril à juillet 2017, l’offensive Guaidó en 2019). Aucun cycle de mobilisation ne semble pour l’heure à l’ordre du jour pour ce type de motifs.

46Par ailleurs, le nombre de protestations pour les droits économiques, sociaux, culturels et environnementaux se maintient à un niveau élevé (8 193 en 2020 contre 9 698 en 2019). Les principales revendications mises en avant sont notamment pour l’accès aux services de base (pour le gaz [dans 2 109 mobilisations], l’électricité [1 963], l’eau [1 833], l’essence [1 902]) dont les pénuries sont récurrentes, mais aussi dans le cadre des relations de travail (2 427). La distribution géographique de ces protestations indique qu’elles ont lieu y compris dans des zones rurales, où les pénuries existent également. La présence de femmes dans l’instigation de ces mécontentements est également un fait remarqué par le rapport de l’OVCS. Les revendications concernant la crise sanitaire (investissement dans les hôpitaux, demande de vaccins) existent mais sont loin de constituer le motif principal de mécontentement, dans une société marquée par les privations matérielles. Le nombre de mobilisations recensées par l’OVCS concernant le droit à la santé a faiblement augmenté (806 en 2020 contre 700 en 2019 et 761 en 2018). En ce qui concerne la fragmentation, le mécontentement n’a donc nullement été un motif suffisamment fédérateur au point d’inciter les citoyens à s’unir pour critiquer le gouvernement actuel.

47En outre, au Guatemala et au Chili, en plus de rendre ces demandes plus saillantes, la pandémie n’a en rien évacué les questions plus générales ayant trait aux enjeux relatifs à la citoyenneté et à la démocratie, notamment en lien avec la nécessité d’élargir la participation et l’inclusion, d’assurer l’imputabilité des élites dirigeantes et de permettre la réalisation d’une certaine justice sociale.

48Au Chili, elle a plutôt confirmé chacun de ces aspects déjà bien présents dans le discours articulé et porté par les acteurs du soulèvement social. Si la Covid-19 est ainsi, au départ, venue entraver le parcours révolutionnaire des mouvements sociaux, elle a aussi paradoxalement prouvé leurs dires et s’est donc aussi inscrite comme confirmation de leurs prétentions. La pandémie a en effet agi comme une loupe, en révélant avec plus d’acuité les iniquités et inégalités décriées par les mouvements sociaux, en particulier le manque de ressources allouées aux services publics. Si se laver les mains a été vite reconnu comme l’un des principaux moyens pour combattre la transmission de la maladie, force est de constater que la privatisation de l’eau et le manque criant d’accès à cette ressource – 137 communes du Chili n’y ayant pas accès [DGA, 2020] – empêchent bon nombre de Chiliens indépendamment de leur volonté de respecter cette consigne sanitaire. Les résultats référendaires ont par ailleurs confirmé la persistance de la convergence et de l’interdépendance des mouvements sociaux, sous-tendue par un fort appui populaire qui s’est maintenu malgré l’obstacle pandémique et la légitimation de mesures autoritaires qui aurait pu en découler.

49Au Guatemala, la Covid-19 s’est résolument inscrite dans une crise générale latente notamment liée aux promesses non tenues des Accords de paix de 1996, en particulier concernant l’identité et les droits des peuples autochtones (no 5), la question socio-économique et la situation agraire (no 6), tout cela aggravé par les multiples scandales de corruption et la mauvaise gestion des catastrophes naturelles. Compte tenu de ces éléments, il y avait fort à parier que le mécontentement se serait également matérialisé tôt ou tard par des manifestations massives rappelant les épisodes antérieurs, les mobilisations ayant déjà démontré leur capacité de convergence sur des enjeux de portée nationale. Les nouvelles mobilisations de l’été 2021 sont venues confirmer cette hypothèse. Comme pour les critiques relatives au budget 2021, celles-ci ont démarré à partir d’un motif directement en lien avec la crise sanitaire (la très faible quantité de vaccins disponibles au Guatemala), mais ont rapidement porté plus globalement sur la mauvaise gestion du Président, et sur des accusations plus générales de corruption et d’incompétence au sein du gouvernement.

50En somme, dans l’ensemble de nos cas, la pandémie n’a eu pour le moment qu’un effet limité sur le réagencement des priorités et sur la convergence et l’interdépendance des mouvements, tendant plutôt à confirmer l’importance des orientations antérieures. Revenant à l’idée initiale de la conjoncture critique, la crise sanitaire ne semble pas en voie de s’inscrire comme un « choc exogène » [Roberts, 2017] susceptible de transformer radicalement les mobilisations sociales en Amérique latine, dans des contextes où, avant même ces bouleversements, des crises – politiques, économiques, sociales, environnementales – étaient déjà installées. La pandémie s’inscrit donc dans la continuité de ces crises, suscitant ainsi une continuité des mobilisations, des demandes des acteurs mobilisés et de leurs répertoires d’action (malgré certaines évolutions liées aux outils technologiques). La Covid-19 et plus généralement les thématiques liées à la santé ne sont pas venues éclipser les autres enjeux, les rendant au contraire, plus visibles encore. Les grandes thématiques d’inclusion, de citoyenneté et de transparence restent ainsi au cœur des principales revendications pendant la période analysée.

Penser les causes de la continuité des mobilisations

51Si la continuité demeure la caractéristique essentielle des dynamiques de mobilisation dans les trois pays étudiés, le peu de recul que nous possédons par rapport à la crise nous incite à rester prudent.e.s sur les évolutions futures de ces trajectoires. Ce manque de recul est un obstacle d’autant plus conséquent à une éventuelle tentative d’identification des causes sous-jacentes expliquant cette forte continuité.

52Des pistes de réponses peuvent néanmoins être formulées. D’abord, du point de vue des acteurs, les mesures sanitaires restreignant les possibilités de circulation dans l’espace public ne semblent pas avoir suffisamment duré pour modifier drastiquement les répertoires d’action. Les acteurs mobilisés avaient très certainement conscience que les gouvernants allaient finir – notamment pour satisfaire aux impératifs de l’économie de marché – par lever les interdictions de déplacements et de réunion dans l’espace public. Sachant qu’ils seraient vite en mesure de revenir à leurs modes d’action principaux, ils étaient nécessairement peu incités à réfléchir à des solutions qui auraient supposé des changements drastiques dans les modes de mobilisation, malgré une certaine créativité au moment des confinements [MacGowan, 2020]. Ces hypothèses appellent néanmoins à être vérifiées à partir d’une systématisation théorique et des études de terrain prenant en compte d’autres cas, ce qui pourrait faire l’objet de recherches futures.

53En outre, du point de vue structurel, la crise sanitaire s’inscrit dans un contexte général où l’action collective faisait déjà face à d’énormes contraintes, parmi lesquelles : une situation de concentration extrême du marché des médias traditionnels (donc la difficulté de faire entendre leur voix), une forte violence répressive de la part de la police ou de l’armée lors des manifestations ou encore des phénomènes de criminalisation de la mobilisation sociale [Doran, 2015]. Dans un contexte sociopolitique déjà fortement réfractaire au changement social, les restrictions liées à la pandémie ne représentent guère plus qu’un élément supplémentaire s’ajoutant à un système caractérisé par une situation de crise latente voire permanente [Cano, 2021] qui rend toute contestation sociale fort périlleuse. Cela expliquerait pourquoi elle n’a qu’une importance secondaire pour des personnes qui doivent déjà composer dans un environnement général peu ouvert au changement.

54Les défaillances étatiques, dans un certain nombre de ces missions fondamentales, révélées par la crise sanitaire ont donc renforcé la légitimité des demandes sociales, mais également montré l’importance du développement de réseaux de solidarité en marge de l’État et de l’auto-organisation. Au Guatemala, elles ont confirmé la méfiance et renforcé la radicalité des demandes de la part de groupes déjà marginalisés, de plus en plus visibles et de mieux en mieux organisés. Au Chili, comme nous l’avons mentionné plus haut, le manque d’aide gouvernementale face à la crise a suscité nombre d’initiatives populaires, dont celles des ollas comunes – absentes depuis la fin de la dictature militaire – et des émeutes de la faim. Au Venezuela, enfin, les pénuries de gaz, d’électricité, d’eau, d’essence, que le gouvernement semble dans l’incapacité de juguler, sont à l’origine de la plupart des mobilisations.

Conclusion

55En définitive, nous avons pu constater que, quels que soient le contexte sociopolitique et les caractéristiques propres à chacun de trois cas analysés, la pandémie n’a pas eu d’impact majeur sur les dynamiques des mobilisations sociales et ne semble pas être amenée à modifier leurs trajectoires. La comparaison nous a en outre permis de mettre en avant un certain nombre d’évolutions communes. D’abord, l’impossibilité d’occuper l’espace public a poussé les acteurs mobilisés à se retrancher dans la sphère virtuelle, mais ce retranchement s’est avéré souvent marginal et de courte durée, et les répertoires d’action traditionnels sont demeurés largement dominants. En outre, les mobilisations s’inscrivent surtout dans le cadre de revendications pour dénoncer les manques de services, ressources et reconnaissance de l’État, et ne s’articulent pas toujours à des demandes plus générales relatives à la citoyenneté. Néanmoins, quand cela était le cas avant la crise, les revendications ont rapidement refait surface, intégrant les enjeux de santé mis en avant par la conjecture à ces anciennes demandes. Enfin, ces protestations ont fait preuve d’une résilience évidente face à la situation sanitaire et, dans la plupart des États, face à un autoritarisme accru.

56Pour l’heure, nous ne constatons donc pas de transformations majeures, ni dans les répertoires d’actions – à l’exception d’une tendance relative à l’accélération de l’occupation de l’espace numérique – ni dans les revendications mises en avant malgré le bouleversement supposé que représente la crise sanitaire. Il semble donc qu’il faille souligner avant tout la continuité dans laquelle s’est inscrite la crise de la Covid-19 en Amérique latine : continuité des luttes, qui s’inscrivent elles-mêmes dans une continuité (voire une permanence) des crises, logiquement approfondies par la situation sanitaire. Il convient néanmoins de préciser que la nature des réalités étudiées et la persistance de la pandémie au moment d’écrire ces lignes nous incitent à la prudence vis-à-vis de notre constat, encore préliminaire. Seul le passage du temps nous permettra d’acquérir le recul nécessaire à l’évaluation de la profondeur d’éventuelles évolutions.

Haut de page

Bibliographie

Acácio Ignacio & Medeiros Passos Anaís, 2021, « The militarization of responses to Covid-19 in Democratic Latin America », Brazilian Journal of Public Administration, no 55, vol. 1, p. 261-271.

Activa Research, 2019, « Especial octubre 2019 - Pulso ciudadano: Crisis en Chile - Evaluación de las manifestaciones, medidas del Gobierno, desempeño de las instituciones y percepción de la militarización » [consulté le 22 mai 2021], https://chile.activasite.com/wp-content/uploads/2019/10/Pulso-Ciudadano-Crisis-en-Chile.pdf

Amnesty International, 2020, « Les yeux rivés sur le Chili : violence policière et responsabilité de commandement pendant la vague de contestation sociale », AMR 22/3182/2020 [consulté le 3 mai 2021]. https://www.amnesty.org/download/Documents/AMR2231822020FRENCH.PDF

Amnesty International, 2021, « Rapport 2020/21 : Chili 2020 » [consulté le 23 mai 2021]. https://www.amnesty.org/fr/countries/americas/chile/report-chile/

Argueta Otto & Kurtenbach Sabine, 2017, « Guatemala: National fragmentation, local cohesion », dans F. Cox & T. Sisk (dir.), Peacebuilding in Deeply Divided Societies. Rethinking Political Violence, Cham, Palgrave Macmillan.

Arreaga Stef, 2020, « En medio de señalamientos y una crisis sanitaria Hugo Monroy fue destituido como ministro de salud », Prensa Comunitaria [consulté le 30 mai 2021]. https://www.prensacomunitaria.org/2020/06/en-medio-de-senalamientos-y-una-crisis-sanitaria-hugo-monroy-fue-destituido-como-ministro-de-salud/

Banque du Guatemala [Banguat], 2020, Informe del Presidente del Banco de Guatemala ante el honorable Congreso de la República [consulté le 21 mai 2021]. https://www.banguat.gob.gt/sites/default/files/banguat/Publica/Doctos/Informe_Congreso_Enero2020.pdf

Banque mondiale, 2021, « Ratio de la population pauvre en fonction du seuil de pauvreté national (% de la population) - Chili », Groupe de travail sur la pauvreté dans le monde [consulté le 3 mai 2021]. https://data.worldbank.org/indicator/SI.POV.NAHC?end=2017&locations=CL&start=2000

Barozet Emmanuelle, 2020, « De la transition à l’explosion du 18-O : malaise et rébellion populaire aux portes de la terre promise », IdeAs [en ligne], vol. 15. https://doi.org/10.4000/ideas.8354

Brinks Daniel, Levitsky Steven & Murillo Maria Victoria, 2019, Understanding Institutional Weakness, Cambridge Elements in Politics and Society in Latin America, Cambridge, Cambridge University Press.

Cahier Laura & Robert Garance, 2022, « La pandémie de la Covid-19, un catalyseur des mobilisations sociales au Guatemala ? Une enquête “à distance” entre ruptures et continuités », dans Capucine Boidin et al. (dir.), La Pandémie de Covid-19. Expériences américaines, col. « Colectivo no 1 », Paris, Éditions de l’IHEAL, p. 72-91.

Cano Carlos Ernesto, 2021, « Guatemala y la eterna crisis política… » [consulté le 7 décembre 2021]. https://www.prensacomunitaria.org/2021/07/guatemala-y-la-eterna-crisis-politica/

cepal, 2020, The Impact of Covid-19 on Indigenous Peoples in Latin America (Abya Yala): Between Invisibility and Collective Resistance, Project Document [consulté le 23 mai 2021]. https://www.cepal.org/sites/default/files/publication/files/46698/S2000893_en.pdf

Commission interaméricaine des droits de l’homme (CIDH), 2020, « IACHR expresses concern over the state of health of Mapuche prisoners on hunger strike in Chile, calls for greater, more timely dialogue to zddress their demands, and condemns all forms of violence in Araucania », Press Release [consulté le 23 mai 2021]. http://www.oas.org/en/iachr/media_center/PReleases/2020/197.asp

Collier David et al., 2017, « Symposium on critical junctures and historical legacies », Qualitative and Multi-Method Research, vol. 15, no 1, p. 1-47.

Collier David & Collier Ruth Berins, 1991, Shaping the Political Arena: critical junctures, the labor movement, and regime dynamics in Latin America, Princeton, Princeton University Press.

Connelly Mélanie, 2006, « Les mouvements sociaux transnationaux des peuples autochtones au Guatemala et l’exercice de leur influence », mémoire de maîtrise, département de sciences politiques, université de Montréal.

Corrales Javier, 2020, « Authoritarian survival: Why Maduro hasn’t fallen », Journal of Democracy, vol. 31, no 3, p. 39-53.

Cuffe Sandra, 2020, « Chile protesters move off streets amid coronavirus outbreak » [consulté le 12 novembre 2021]. https://www.aljazeera.com/news/2020/3/18/chile-protesters-move-off-streets-amid-coronavirus-outbreak

DataReportal, 2021, « Digital 2021: Guatemala », disponible sur : https://datareportal.com/reports/digital-2021-guatemala

Dabène Olivier, 2008, « Enclaves autoritaires en démocratie : perspectives latino-américaines », dans Olivier Dabène et al. (dir.), Autoritarismes démocratiques. Démocraties autoritaires au xxie siècle, Paris, La Découverte, p. 89-112.

Data Influye, 2019, « Estallido social, Proceso constituyente y actores políticos en Chile - Estudio cuantitativo » [consulté le 22 mai 2021]. https://www.tuinfluyes.com/assets/estudios/estudio_cuantitativo_estallido_social_proceso_constituyente_y_actores_politicos_en_chile_dic_2019.pdf

Data Influye, 2021, « Retiro 10%, Constituyentes, Pandemia, Gobierno y Presidenciales - Estudio cuantitativo » [consulté le 22 mai 2021]. https://media.elmostrador.cl/2021/04/ESTUDIO-TUINFLUYES-27_04_2021VF_compressed_compressed.pdf

Diamond Larry, 1997, « Consolidating democracy in the Americas », The Annals of the American Academy of Political and Social Science, vol. 550, p. 12-41.

Díaz Arias David, 2020, « State-Making and Nation-Building », dans Robert H. Holden (ed.), The Oxford Handbook of Central American History, Oxford, Oxford University Press.

Dirección General de Aguas (DGA) del Ministerio Obras Públicas (MOP), 2020, « Declaran escasez hídrica en comunas de la primera sección del Mapocho », Gobierno de Chile, Santiago de Chile [consulté le 10 juin 2021]. https://dga.mop.gob.cl/noticias/Paginas/DetalledeNoticias.aspx?item=642

Doran Marie-Christine, 2016, Le Réveil démocratique du Chili. Une histoire politique de l’exigence de justice 1990-2016, Paris, Karthala.

Doran Marie-Christine, 2015, « La criminalisation de l’action collective dans la crise actuelle des droits humains en Amérique latine », Revue québécoise de droit international, hors-série, p. 221-246.

Encovi, s.d., « Condiciones de vida de los venezolanos: entre emergencia humanitaria y pandemia » [consulté le 23 octobre 2021]. https://assets.website-files.com/5d14c6a5c4ad42a4e794d0f7/6153ad6fb92e4428cada4fb7_Presentacion%20ENCOVI%202021%20V1.pdf

Falquet Jules, 2015, « Corps-territoire et territoire-Terre : le féminisme communautaire au Guatemala. Entretien avec Lorena Cabnal », Cahiers du genre, vol. 59, no 2, p. 73-89.

FES América Central, 2015, « El extractivismo en América Central: un balance del desarrollo de las industrias extractivas » [consulté le 3 mai 2021]. https://library.fes.de/pdf-files/bueros/fesamcentral/11626.pdf

Freire Castello Nicolás, 2020, « Social upheaval in Chile: No one saw it coming? », Latin American Policy, vol. 11, no 1, p. 154-164.

Garibay David, 2004, « La démocratie prescrite par les autres : l’Amérique centrale ou les élections à tout prix », Critique internationale, vol. 24, no 3, p. 125-137.

Garretón Manuel Antonio, 1999, « Chile 1997-1998: the revenge of incomplete democratization », International Affairs, vol. 75, no 2, p. 259-267.

Groupe International de travail sur les affaires autochtones (IWGIA), 2018, El mundo indígena 2018, dans Pamela Jacquelin-Andersen (dir.) [consulté le 18 mai 2021]. https://www.iwgia.org/images/documentos/indigenous-world-esp/mundo-indigena-iwgia-2018.pdf

Gutiérrez Martha, 2019, « Negar el pasado: reparaciones en Guatemala y El Salvador », Colombia Internacional, no 97, p. 175-209.

Human Rights Watch, 2019, « Chile: Police Reforms Needed in the Wake of Protests » [consulté le 5 mai 2021]. https://www.hrw.org/news/2019/11/26/chile-police-reforms-needed-wake-protests

Human Rights Watch, 2021, « Chile: Events of 2020 » [consulté le 23 mai 2021]. https://www.hrw.org/world-report/2021/country-chapters/chile.

Institut National des Statistiques du Guatemala (INE), 2018, « Cuadro A5.1 - Población total por pueblos, según departamento » [consulté le 26 avril 2021]. https://www.censopoblacion.gt/explorador.

Isaacs Anita, 2010, « Trouble in Central America: Guatemala on the brink », Journal of Democracy, vol. 21, no 2, p. 108-122.

MacGowan Charis, 2020, « How quarantined Chileans are keeping their protest movement alive » [consulté le 7 décembre 2021]. https://www.aljazeera.com/features/2020/4/14/how-quarantined-chileans-are-keeping-their-protest-movement-alive

Mathieu Lilian, 2012, L’Espace des mouvements sociaux, Bellecombe-en-Bauges, Éditions du Croquant.

Monzón Ana Silvia, 2015, Las mujeres, los feminismos y los movimientos sociales en Guatemala: relaciones, articulaciones y desencuentros, Guatemala, Publicación de la FLACSO.

Morán Reyes Sandra, 2021, « Guatemala: The protests were a reflection of both social organisation and citizen autonomy », Civicus [consulté le 28 avril 2021]. https://www.civicus.org/index.php/media-resources/news/interviews/4819-guatemala-the-protests-were-a-reflection-of-both-social-organisation-and-citizen-autonomy.

Navia Patricio, 2010, « Living in actually existing democracies: Democracy to the extent possible in Chile », Latin American Research Review, Special issue, p. 298-328.

Organisation des États américains (OEA) Rapport, 2021, « Misión especial en Guatemala del 27 de Noviembre al 2 de Diciembre de 2020 » [consulté le 12 mai 2021]. https://docplayer.es/202100930-Mision-especial-en-guatemala-del-27-de-noviembre-al-2-de-diciembre-de-i-peticion-del-gobierno-de-guatemala-al-secretario-general-de-la-oea.html https://www.minex.gob.gt/userfiles/Informe_Mision_Especial_OEA_en_Guatemala_12_2021.pdf

Organisation des Nations unies (ONU), 2020, « La ONU insta a Guatemala a buscar soluciones concertadas con los ciudadanos » [consulté le 25 mai 2021]. https://news.un.org/es/story/2020/11/1484492

Plateforme de coordination pour les réfugiés et migrants du Venezuela, données juin 2021, disponible sur : https://www.r4v.info

Porta Miquel, 2000, Dictionary of Epidemiology, Oxford, Oxford University Press, 5th ed.

Posado Thomas, 2018, « Le Venezuela peut-il sortir de l’impasse ? », Politique étrangère, vol. 83, no 1, p. 77-87.

Posado Thomas, 2020, « Venezuela : un objet de politique internationale. Une double polarization : interne et internationale », Ramses, 2020, p. 180-185.

Bureau du procureur de droits humains du Guatemala (PDH), 2020, « El Procurador de los Derechos Humanos, Jordán Rodas Andrade, condena el uso desproporcionado de la fuerza […] », 22 novembre [consulté le 23 mai 2021] urlr.me/nbhsY

Bureau du procureur de droits humains du Guatemala (PDH), « Informes Covid-19 », Rapports 2020-2021 [consultés le 13 mai 2021]. https://www.pdh.org.gt/documentos/seccion-de-investigacion/investigacion/informes-covid-19.html

Przeworski Adam & Teune Henry, 1970, The Logic of Comparative Social Inquiry, New York, John Wiley and Sons Inc.

Rentería Nelson & Menchú Sofia, 2020, « Con banderas blancas, salvadoreños y guatemaltecos piden comida durante crisis por coronavirus », Reuters [consulté le 12 mai 2021]. https://www.reuters.com/article/salud-coronavirus-centroamerica-banderas-idLTAKBN22X1L6

Risse Thomas, Ropp Stephen C. & Sikkink Kathryn (dir.), 1999, The Power of Human Rights: International Norms and Domestic Change (Cambridge Studies in International Relations), Cambridge, Cambridge University Press.

Risse Thomas, Ropp Stephen C. & Sikkink Kathryn (dir.), 2013, The Persistent Power of Human Rights: From Commitment to Compliance (Cambridge Studies in International Relations), Cambridge, Cambridge University Press.

Roberts Kenneth M., 2017, « Pitfalls and opportunities: Lessons from the study of critical junctures in Latin America » dans David Collier et al. (dir.), « Symposium on critical junctures and historical legacies », Qualitative and Multi-Method Research, vol. 15, no 1, p. 12-15.

Sieder Rachel, 2017, « Indigenous sovereignties in Guatemala: Between criminalization and revitalization », NACLA Report on the Americas, vol. 49, no 3, p. 370-372.

Solano Francelia, 2020, « ¿Por qué el Bono Familia llega menos a quienes más lo necesitan? », Nomada [consulté le 12 mai 2021]. https://nomada.gt/pais/actualidad/por-que-el-bono-familia-llega-menos-a-quienes-mas-lo-necesitan/

Sutherland Manuel, 2018, « La ruina de Venezuela no se debe al “socialismo” ni a la “revolución” », Nueva Sociedad, no 274, p. 142-151.

Svampa Maristella, 2019, Development in Latin America: Toward a New Future, Critical development studies 3, Winnipeg, Fernwood Publishing.

Tarrow Sidney, 2017, « The world changed today! Can we recognize critical junctures when we see them? », dans David Collier et al. (dir.), « Symposium on critical junctures and historical legacies », Qualitative and Multi-Method Research, vol. 15, no 1, p. 9-12.

The Economist, 2019, « Global health security index » [consulté le 16 juin 2021]. https://www.ghsindex.org

Vanthuyne Karine, 2015, « La justice transitionnelle à l’épreuve d’inégalités structurelles historiques au Guatemala », Revue québécoise de droit international, hors-série, mars 2015, p. 289-305.

Haut de page

Notes

1 Le dictionnaire d’épidémiologie de l’université d’Oxford définit la pandémie comme une épidémie qui se propage à travers le monde ou sur une très grande surface de la planète, franchissant frontières internationales et affectant généralement un grand nombre de personnes [Porta, 2000] [traduction des auteurs].

2 Pour la démission du président de l’époque, Otto Peréz Molina, faisant suite à des accusations de corruption.

3 Prévu à l’art. 42 de la constitution, l’État d’urgence inscrit dans la Constitution héritée de Pinochet avait jusque-là été surtout utilisé à l’encontre des populations mapuche.

4 Bien qu’entre 2000 et 2017, la pauvreté ait chuté, faisant passer le pourcentage de la population pauvre de 36 % à 8,6 % [Banque Mondiale, 2021], les disparités ont explosé et la vie quotidienne de la majorité des citoyens repose sur un endettement certain.

5 Les peuples autochtones représentent officiellement 43,75 % de la population guatémaltèque selon le dernier recensement officiel de 2018 [INE, 2018], mais ce chiffre est considéré sous-estimé par plusieurs chercheurs et organisations [Connelly, 2006 ; Groupe International de travail sur les affaires autochtones, 2018].

6 Contre la fermeture de la Commission internationale contre l’impunité au Guatemala (CICIG) décidée par le président Jimmy Morales. La CICIG était une organisation internationale indépendante, créée sur la base d’un traité entre l’ONU et le Guatemala, et dont le but était d’assister diverses institutions de l’État dans la lutte contre le crime organisé et la corruption, notamment à travers le renforcement de l’indépendance du pouvoir judiciaire.

7 Certains programmes (i.e. le Bono familia), mis en place rapidement, ont été critiqués pour leur manque d’accessibilité pour les personnes les plus vulnérables, du fait de la fracture numérique, et parce qu’ils étaient peu adaptés aux besoins des populations ciblées [Solano, 2020].

8 Initiative de distribution de repas répliquée dans plusieurs villes. Dans la seule capitale, elle a distribué plus de 100 000 repas, et son hashtag #GuatemalaTieneHambre a été repris par de nombreux mouvements de protestation.

9 Le budget prévoyait en effet d’augmenter les sommes mises à la disposition du pouvoir législatif, et de favoriser des projets d’infrastructure par des entreprises proches du gouvernement, et parallèlement de réduire, voire de supprimer, certains fonds alloués à des programmes sociaux ou à des projets de protection des droits humains.

10 C’est notamment vrai pour le mouvement des peuples autochtones, comme en témoigne l’initiative du Front commun maya-xinka-garifuna-ladino [Morán Reyes, 2021].

11 Selon la dernière enquête universitaire ENCOVI [2021] qui fournit les données quantitatives les plus complètes aujourd’hui au Venezuela, 86 % des Vénézuéliens bénéficient de cette aide, qui est devenue pratiquement le seul programme social encore en activité au pays. Cette étude fait état de grandes disparités dans la fréquence de distribution : 17 % en reçoivent seulement une à deux par an ; 31 % trois à cinq ; 11,4 % six à huit ; 20,7 % neuf à douze et 0,2 % treize ou plus. L’ensemble des témoignages confirme qu’il s’agit pour le gouvernement d’un instrument de contrôle politique, avec des suspensions ou des aides moins importantes en cas de contestations.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Camille Denicourt-Fauvel, Thomas Posado et Garance Robert, « Continuité des crises et des luttes latino-américaines en temps de pandémie de Covid-19 »Cahiers des Amériques latines, 99 | 2022, 177-199.

Référence électronique

Camille Denicourt-Fauvel, Thomas Posado et Garance Robert, « Continuité des crises et des luttes latino-américaines en temps de pandémie de Covid-19 »Cahiers des Amériques latines [En ligne], 99 | 2022, mis en ligne le 01 mars 2023, consulté le 21 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/cal/14840 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cal.14840

Haut de page

Auteurs

Camille Denicourt-Fauvel

Doctorante, Centre de recherches internationales (CERI), Sciences Po Paris, CNRS.

Camille Denicourt-Fauvel est chercheure-doctorante à Sciences Po Paris, sous la co-direction des professeurs Olivier Dabène et Marie-Christine Doran. Ses intérêts de recherche portent sur l’impact des mécanismes de justice transitionnelle adoptés au cours des processus de transition démocratique, notamment au Chili, au Brésil et au Guatemala. Elle s’intéresse particulièrement au rapport entre la mémoire, l’institutionnalisation de l’impunité et les droits humains à l’époque contemporaine. Pendant sa maîtrise, en 2018, Camille a figuré parmi les dix Canadiens lauréats de la prestigieuse bourse d’études supérieures du Canada en l’honneur de Nelson Mandela.

Thomas Posado

Docteur en sciences politiques de l’université Paris-8 (CRESPPA-CSU). Post-doctorant au Madrid Institute for Advanced Study.

Thomas Posado est docteur en sciences politiques de l’université Paris-8 et chercheur associé au CRESPPA-CSU. Il est co-auteur (avec Jean-Baptiste Thomas) de Révolutions à Cuba, de 1868 à nos jours. Émancipation, transformation, restauration (Syllepse, 2020) et a co-dirigé (avec Franck Gaudichaud) Gouvernements progressistes en Amérique latine (1998-2018). La fin d’un âge d’or (Presses universitaires de Rennes, 2021). Il est l’auteur d’articles sur des thématiques diverses : le mouvement ouvrier vénézuélien (Mouvements, n76, 2013), la conjoncture politique du Venezuela (Les Études du CERI, no 187-188, 2012 ; no 252-253, 2021, Politique étrangère, vol. 83, no 1, 2018) entre autres.

Articles du même auteur

Garance Robert

Doctorante en sciences politiques à l’université de Montréal.

Garance Robert est doctorante en sciences politiques à l’université de Montréal, coordinatrice de la chaire CERI-CERIUM en affaires internationales (Sciences Po-UdeM) et de l’Équipe de recherche interdisciplinaire sur la gouvernance en Amérique latine (ÉRIGAL). Diplômée d’un master en études politiques de l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS, Paris), dans le cadre de sa thèse de doctorat, elle s’intéresse aux interprétations et aux usages des droits humains par les organisations de la société civile en Amérique centrale. Elle est également membre active de la Chaire de recherche du Canada participation et citoyenneté(s) et associée au Centre d’études mexicaines et centre-américaines (CEMCA) à Mexico.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search