Navigation – Plan du site

AccueilNuméros102ÉtudesLes trottoirs comme ordre local h...

Études

Les trottoirs comme ordre local hybride. Les pratiques et les interactions sociales des femmes de deux quartiers de Mexico1

Las aceras como orden local híbrido. Prácticas e interacciones sociales de mujeres en dos colonias de la Ciudad de México
Guénola Capron et Silvia Carbone

Résumés

En vue de participer au débat qui interroge la dichotomie entre espace public et espace privé héritée du xixe siècle, cet article propose le concept d’ordre urbain hybride. La façon dont les femmes habitent les trottoirs des quartiers, espace public local, et hybrident les différentes sphères de la vie sociale urbaine, privée, communautaire et publique, mises en avant par Lofland, sert à interroger cette dichotomie. À Mexico, les pratiques sociales des femmes qui se déroulent sur les trottoirs des quartiers où elles vivent sont de fait inscrites dans la division sexuelle du travail. Mais les femmes jouent un rôle de vecteur de l’hybridation des différents ordres et de la création d’un ordre local. Cependant, la légitimité de leur présence sur l’espace des trottoirs n’est pas la même qu’il s’agisse d’un quartier populaire ou d’un quartier de classe moyenne gentrifié.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article reçu le 20 juin 2022, accepté le 25 février 2023

Texte intégral

  • 1 Cet article a été élaboré avec le concours du Conacyt qui a financé le projet « La production maté (...)

1Depuis le xixe siècle, l’espace public est conçu traditionnellement, dans l’Occident, comme opposé à l’espace privé. Du côté de l’espace privé, la représentation sociale prédominante promue par l’État bourgeois à ce moment-là est celle de « l’idéologie de la domesticité » et, de manière sous-jacente, la théorie des « sphères » défendue par Ruskin. Ces dernières ont été régies par la division sexuelle du monde construite comme naturelle [Perrot, 1993]. La vision de l’espace public comme espace de la circulation véhiculaire est dominée par la masculinité dans une ville conçue essentiellement par les hommes et pour les hommes, tandis que les femmes sont en théorie renvoyées à la maison, à la vie familiale et domestique, surtout celles des intérieurs bourgeois. Or, la dichotomie entre espace privé et public a eu tendance à s’estomper, voire à être remise en question.

2Loin de l’espace public idéal que promeuvent les gouvernements locaux, les trottoirs, surtout dans les villes latino-américaines, sont des espaces de la vie quotidienne qui interrogent justement la division entre espace privé et espace public. Regarder les trottoirs c’est interroger la conception générique de la rue, qui est en réalité constituée de la chaussée et du trottoir et qui oppose les véhicules aux piétons et la circulation à la sociabilité. Dans la lignée des débats sur les limites entre espace public et privé, l’observation de la vie sociale sur les trottoirs des villes latino-américaines montre que la division entre les deux n’est pas opérante. L’observation des pratiques routinières des femmes dans l’espace public local constitué par les trottoirs interroge d’une part cette dichotomie et d’autre part les hiérarchies de l’espace en matière de genre.

3À Mexico, la vie sociale, surtout dans les quartiers populaires, se déroule souvent dans la rue, rendant caduque la division occidentale entre espace public et privé, pourtant très prégnante dans les politiques urbaines, tandis que le trottoir est accaparé par une multitude d’usages loin d’être seulement piétonniers. Les trottoirs sont un artefact qui, au-delà de leur statut juridiquement public, constitue, en tant que seuil entre la sphère privée et l’extérieur, un lieu privilégié pour analyser les interactions et les sociabilités en ville [Jacobs, 2012 (1961) ; Capron, Monnet & Pérez, 2022]. Or, tandis qu’ils sont un élément oublié des villes latino-américaines souvent en état d’abandon – malgré le regain d’intérêt pour la piétonnisation des rues des centres historiques –, ils constituent également l’une des scènes urbaines où les femmes sont le plus visibles, du moins dans les quartiers résidentiels et d’usage mixtes.

  • 2 Il s’agit d’une traduction fréquente de parochial, le terme qu’utilise Lofland en anglais.

4Notre hypothèse est que lorsque les femmes occupent les trottoirs, elles participent à la production d’un ordre sociospatial local qui hybride les domaines du privé, du communautaire et du public, et elles en sont l’un des principaux opérateurs. Pour saisir la complexité des interactions urbaines dans l’espace du quartier, Lofland [1998] propose en effet d’observer la relation entre trois domaines : le privé, le parochial ou communautaire2 et la sphère publique. À Mexico, les femmes contribuent à produire l’ordre local hybride, car elles ont un rôle dans la transition entre la sphère intime et la sphère communautaire ; et dans une moindre mesure, entre l’intime et l’anonymat des interactions publiques. Nous nous concentrons sur l’étude des pratiques sociales et des interactions qui se déroulent sur les trottoirs et sur le rôle que jouent les femmes dans la construction du trottoir comme support d’un ordre local hybride.

5Nous nous concentrons sur deux quartiers de Mexico qui correspondent à deux ordres sociospatiaux différents : celui de Santo Domingo dans l’arrondissement de Coyoacán et celui de Roma Sur dans l’arrondissement de Cuauhtémoc. Ils permettent de décliner les catégories d’analyse « classe populaire/classe moyenne » et « quartier populaire consolidé/quartier gentrifié ».

6Santo Domingo est un quartier populaire emblématique, désormais consolidé, issu d’une invasion organisée au début des années 1970 et dans laquelle les femmes ont été très actives. En effet, celles-ci ont revendiqué tant personnellement que de manière collective leurs droits sur l’espace et les infrastructures qui jouent un rôle dans l’organisation de la vie quotidienne et dans la reproduction de la vie familiale [Pérez Rincón Fernández, 2016]. Dans ce quartier, les logiques communautaires sont encore fortement ancrées, et la division sexuelle du travail est nette. Cependant, depuis une dizaine d’années, il est possible d’observer les indices d’un changement social lié à l’installation des étudiants de l’université nationale autonome du Mexique voisine, la plus grande université du pays, et de jeunes employés qualifiés. Les trottoirs y ont surtout été construits par les habitants, du moins dans un premier temps, après l’invasion. Ils sont fortement discontinus et irréguliers, peu propices à la promenade, généralement sans rampes et souvent occupés par du commerce informel, notamment aux abords de la station de métro Université.

7Le quartier de Roma Sur est situé au sud de l’aire centrale de la ville. Il s’agit d’une extension de la première colonia (quartier) Roma, plus au nord, qui a été construite en 1903 sous le Porfiriato comme un élégant lotissement résidentiel doté de tous les services. Une population plus modeste que les familles aisées de Roma Norte s’est installée dans les années 1930-1940 dans la section qui correspond aujourd’hui à Roma Sur : des employés, des commerçants, des artisans et des fonctionnaires [Perló, 1988]. C’est aujourd’hui un quartier d’usages mixtes, de classe moyenne, moyenne-supérieure, qui connaît un processus de gentrification comme sa voisine du nord, fortement touchée par le tremblement de terre de 1985. Il dispose de nombreux services et équipements (marché, centres commerciaux, parc, hôpitaux, écoles, crèches, transports, etc.) qui facilitent la vie des femmes. Le quartier de la Roma est connu pour ses qualités urbaines et environnementales, il a une vocation touristique, dispose d’une importante couverture végétale et de trottoirs dotés de rampes où il fait bon marcher. Toutefois, les trottoirs sont irréguliers en raison de la présence d’entrées de garage concaves et même parfois surélevées qui rendent la circulation difficile et aussi parce que des voitures y sont souvent garées en silo. Les rues des quartiers étudiés se caractérisent par un environnement très local, malgré les nombreux passages typiques d’un quartier situé dans le centre élargi, et le flux de personnes qui traversent le quartier de Santo Domingo.

8Dans la première partie de cet article, nous analyserons de quelle manière les trottoirs constituent un ordre local hybride et un champ d’interaction sociale à la croisée des trois domaines mis en valeur par Lofland [1989a, 1989b, 1998] en expliquant ce que nous entendons par ordre hybride et comment les femmes, par leurs modes d’habiter, questionnent la division entre le public et le privé. Nous soulignerons ensuite le rôle des femmes dans l’articulation entre ces trois sphères et les modalités de transition entre les domaines intime, communautaire et public, dans les deux quartiers, à travers l’observation de leurs pratiques et des interactions qui se donnent à voir sur les trottoirs. Nous conclurons par quelques comparaisons entre les deux quartiers. Nous avons utilisé les résultats d’observations directes réalisées dans l’espace public et d’entretiens approfondis qui ont été appliqués dans les deux quartiers, tant auprès d’hommes que de femmes, habitants, employés et commerçants (27 personnes dans le quartier Roma Sur, 11 hommes et 16 femmes ; et 9 personnes à Santo Domingo, 2 hommes et 7 femmes). Les entretiens ne portaient pas uniquement sur les usages que font les femmes des trottoirs, mais nous avons appliqué cette grille de lecture. Nous avons ainsi souhaité mettre les pratiques des trottoirs qu’ont les femmes au regard de celles des hommes et leurs interactions sociales avec eux, et c’est dans cette ligne d’études que nous nous situons, non dans une optique à proprement parler féministe, même si certaines lectures féministes nous ont servi pour comprendre les pratiques des femmes dans l’espace public urbain et leurs interactions avec les hommes [Jirón, 2007 ; Jirón & Gómez, 2018].

L’ordre hybride local et les femmes

L’ordre hybride

9Selon Banerjee [2001], la conception de l’espace public renvoie à une double matrice : celle d’une sphère où l’on débat de la « chose publique » et celle d’un espace d’interactions [Goffman, 1973] et de contact social avec des inconnus, de pratiques et de vie en public, de coprésence [Joseph, 1998] et de convivialité [Shaftoe, 2008]. C’est cette deuxième lecture qui oriente notre travail. Par opposition, dans ce sens, l’espace privé correspond à la sphère de la vie familiale et intime. Dessouroux [2003] définit l’espace public en fonction de trois dimensions : la propriété, l’accès, la régulation. L’espace public idéal qui est souvent au cœur des représentations sociales qu’en ont les pouvoirs publics [Paquette, 2007] est ainsi un espace de propriété publique, d’accès ouvert, régi par des règles principalement formelles. Cette représentation repose sur une dichotomie entre espace public et privé au cœur de la pensée occidentale de l’espace public. Pour la questionner, nous avons proposé, dans Capron et al. [2022], la catégorie d’ordre urbain hybride. Si Duhau et Giglia [2008] entendent l’ordre urbain comme l’ensemble des règles formelles et informelles qui organisent les usages de l’espace, et Giglia [2016] qualifie de régime hybride entre le formel et l’informel les règles d’un espace comme le parc de l’Alameda centrale à Mexico, nous l’abordons ici comme un synonyme proche du realm défini par Lyn Lofland [1998]. Cette auteure le définit comme un « espace socio-psychologique » [1989b], et, sur la base des travaux de Hunter [1985, cité dans Lofland, 1989a], elle l’emploie comme synonyme d’ordre. Elle y associe d’ailleurs les règles qui encadrent la vie sociale, dans la suite des travaux de Goffman [1973] ; Lofland, [1989a] et les modes de vie des habitants [Lofland, 1989b].

10Selon nous, d’une part, l’ordre est le résultat d’une mise en ordre, c’est-à-dire de l’action de mettre les choses à leur place, de les organiser [Ameur et al., 2009] ; d’autre part, ce qui ordonne l’espace et les pratiques, ce ne sont pas seulement les règles institutionnelles et les normes sociales, mais aussi les formes d’interaction et d’appropriation de l’espace qui donnent un sens à celui-ci, détournent souvent les règles officielles et, selon Giglia [2012], contribuent à sa domestication. Une approche en termes d’ordre permet de sortir de la dichotomie entre espace public et espace privé en ce qu’un même ordre, privé ou public, formel ou informel, résidentiel ou marchand, peut caractériser différents types d’espaces. Les « domaines », les ordres, ne sont en effet pas territorialement définis, ce sont des espaces sociaux [Lofland, 1998]. Il se peut en effet qu’un espace de droit public (un parc) soit approprié par des groupes privés (des junkies) éloignant d’autres publics (des enfants) et générant des « bulles » d’ordre plutôt privé dans l’espace public, d’après l’expression de Lofland, tandis qu’un espace de droit privé peut être quant à lui investi par des usages publics comme dans le cas des centres commerciaux [Dessouroux, 2003]. On parlera alors de privatisation de l’espace public [Dessouroux, 2003 ; Leclercq et al., 2020] ou de publicisation de l’espace privé [Sabatier, 2006 ; Wang & Chen, 2018 ; Carmona, 2021]. L’ordre hybride est complexe et flou [Monnet, 2009].

11Dans les rues de Mexico, de multiples indices montrent que la division entre espace privé et espace public – qui n’a peut-être jamais vraiment existé – n’existe généralement pas. L’omniprésence du commerce ambulant dans les rues en est un signe [Monnet et al., 2007], mais aussi le fait que les enfants des rues y aménagent leur « maison » [Pérez, 2012] ou que les habitants des quartiers populaires – où il n’y a souvent pas d’autres espaces publics que la rue – l’utilisent comme une extension du domicile, par exemple, dans le cas des fêtes privées qui s’y déroulent, celle-ci étant alors barrée par les habitants [Giglia, 2012]. C’est une scène urbaine très fréquente dans le quartier de Santo Domingo. Enfin, dans les quartiers de classes moyenne et supérieure de Mexico, les fermetures de rues, qui visent à protéger les riverains contre l’insécurité et à garantir leur tranquillité sociale, est une tendance claire de la privatisation rampante de la ville qui tend à brouiller les frontières entre espace privé et espace public [Giglia, 2002 ; Capron, 2017].

  • 3 García Canclini [1997], au sujet de la culture mexicaine entre tradition et modernité ; Bonerandi (...)

12Le concept d’hybridation a été justement utilisé en sciences sociales pour sortir des dichotomies.3 En ce qui concerne notre étude, nous avançons que les trottoirs sont le support d’un ordre hybride, surtout dans les quartiers résidentiels et d’usages mixtes, où la frontière entre ce qui relève de la vie intime et ce qui a trait à la vie publique est souvent ténue, et pour cette raison nous parlerons d’ordre local hybride.

Les domaines de la vie sociale dans les villes

13Les propositions de Lofland [1998] concernant les trois sphères d’interaction de la vie urbaine nous permettent d’analyser la production de l’ordre sociospatial caractéristique de la ville. Cette auteure soutient qu’en ville coexistent trois domaines : privé, communautaire (parochial) et public. Lofland définit le domaine du privé comme concentré sur l’intime et les liens forts, qui se déroulent dans le cercle restreint des connaissances, qu’elles fassent partie du ménage ou soient des connaissances proches. La sphère parochial, celle de la proximité et de la familiarité, se caractérise en revanche par des relations entre connaissances ou personnes reconnues, mais qui ne font pas partie du monde intime (notamment dans le monde professionnel ou dans les relations entre voisins), où dominent donc des liens faibles [Granovetter, 1973] et où se manifeste un ordre communautaire. Ces interactions se déroulent dans un environnement proche, avec des liens plus faibles que dans la sphère intime. Jacobs [2012 (1961), p. 90] parle d’ailleurs à ce sujet de relations « familières-publiques ». Enfin, le domaine du public, dominé par l’ordre de la circulation, est exclusif de la ville : c’est la sphère des relations caractérisées par la coprésence avec des inconnus de deux manières : parce qu’ils sont personnellement inconnus et qu’ils sont étrangers d’un point de vue socioculturel, ou parce qu’ils ne sont connus que d’un point de vue catégorique comme dans le cas du chauffeur de taxi et de son client [Lofland, 1989b]. Lofland définit ce domaine comme étant celui de la rue. Toutefois, il y a toutes sortes de rues (avenues, boulevards, rues de quartier, etc.) et toutes ne relèvent pas forcément de l’ordre public, et ce n’est pas non plus toujours l’ordre de la circulation qui prévaut. Enfin, Lofland [1998] souligne qu’il existe un continuum entre les sphères publique, communautaire et privée ainsi que des formes hybrides entre sphères. Loukaitou-Sideris & Ehrenfeucht [2009, p. 266], au sujet des trottoirs des villes états-uniennes notent, quant à elles, que les activités ordinaires qui se déploient sur les trottoirs, ne sont pas seulement publiques, ancrées dans la contestation et la négociation, elles relèvent également des domaines communautaire et privé. À notre avis, dans le contexte de Mexico, les trottoirs des rues résidentielles ou d’usages mixtes (commerce/habitat) sont le support d’un ordre où ces formes s’hybrident.

14À la fin des années 1950, Jacobs [2012 (1961)], au sujet de la ville de New York, analysait le rôle des trottoirs dans la construction d’environnements urbains conviviaux, inclusifs et sûrs, caractérisés par des usages sociaux plutôt statiques. Certes, les grandes métropoles d’aujourd’hui ont nettement changé, l’anonymat y étant souvent la règle, la circulation y est importante. Toutefois, à Mexico, hormis certains quartiers centraux et les principales voiries caractérisées par des flux automobiles importants, l’habitat individuel prédomine (67 % du total [INEGI, 2020]), ce qui favorise l’interconnaissance à l’échelle de la rue ou du bloc de maisons. Les réflexions de Jacobs sur la sécurité par la surveillance « naturelle » de rues, qui gagnent à être animées, et sur le rôle des riverains et des commerçants comme « yeux dans la rue » (par exemple, concernant le jeu des enfants) font écho dans les quartiers que nous avons étudiés et dont nous rappelons qu’ils constituent un environnement plutôt familier, avec une certaine vie « communautaire ». Les riverains se reconnaissent entre eux et identifient les personnes étrangères, du moins à l’échelle du pâté de maisons et même un peu plus loin. Cette vigilance exercée par des habitants ou des commerçants (et non par la police) contribue à la porosité du public et du privé dans l’espace public local. Mais Jacobs ne se centre pas sur la place des femmes dans cette production collective qu’est le trottoir, elle mentionne surtout le rôle des commerçants, hommes ou femmes. Lofland non plus n’observe pas particulièrement les femmes et leur participation aux différentes sphères et aux espaces de la vie métropolitaine. Dans cet article, nous chercherons donc à comprendre le rôle que jouent les femmes dans la production d’ordres locaux hybrides.

Les femmes et la distinction entre public et privé : le trottoir comme espace de l’habiter

  • 4 Paula Soto Villagrán [2014] propose plusieurs logiques de la construction de géographies dichotomi (...)

15Si la présence des femmes et leur visibilité ont varié au cours de l’histoire de la ville, comme l’a montré la recherche féministe, le type idéal d’espace public de la ville moderne est toujours structuré par le genre et est caractérisé par des logiques patriarcales4 qui l’articulent avec d’autres variables telles que l’âge, la race, la religion et la classe[Walby, 1990]. La sphère privée, lieu naturalisé des femmes, est intimement liée aux relations domestiques, familiales, aux affects et aux émotions, cachées aux yeux du public, ainsi qu’au travail non rémunéré visant la reproduction sociale de la famille [Soto Villagrán, 2014 ; Mc Dowell, 1999 ; Fernández Ruiz, 2008], alors que l’espace public est associé, du moins dans les représentations, aux hommes, à la circulation et au travail rémunéré.

16Cette dichotomie entre espace public et privé est remise en question par la critique féministe : l’opposition entre le public et le privé est une construction sociale qui justifie en fait les inégalités entre hommes et femmes et la domination des premiers sur les secondes [Pateman, 1996]. Elle complique ainsi l’accès des femmes à l’espace public et sert de support à leur identification à la vie domestique [Rosaldo, 1979, p. 160]. C’est dans ce sens que, malgré la progressive intégration des femmes dans le monde du travail, leur rôle dans la reproduction de la vie familiale continue à être significatif dans les villes latino-américaines.

17En effet, l’analyse des pratiques quotidiennes des femmes permet d’observer les liens entre les activités de soin et de reproduction qu’elles assurent chez elles, de sociabilité qui se déroulent dans les espaces proches de la maison, mais aussi la création d’ordres hybrides au sein de l’espace public qu’est la rue locale. Depuis la perspective féministe, la sphère domestique permet d’attirer l’attention sur d’autres activités de soin qui ne se déroulent pas forcément à l’intérieur du logement et qui sont également liées à la gestion, hors de la maison, de la vie sociale, du bien-être et de la santé des personnes appartenant au ménage, et donc à la production et reproduction d’un ordre qui a aussi trait à la ville [Comas D’Argemir, 2017]. Les catégories analytiques utilisées pour étudier les activités et la mobilité quotidiennes des femmes sont les mêmes que celles qui servent à étudier celles des hommes. Elles reposent donc sur le point de vue masculin, masquant ainsi le poids des tâches de soins dans la mobilité des femmes. L’analyse des enquêtes d’origine-destination ne permet ainsi pas une mesure adéquate des déplacements des femmes, que celles-ci le fassent en voiture, en transport en commun ou à pied [Sánchez de Madriaga & Zucchini, 2020 ; Soto Villagrán, 2022]. Sanchez de Madriaga & Zucchini [2020] corroborent qu’en Espagne, les mobilités de moins d’un kilomètre ou de moins de quinze minutes, souvent associées aux soins, ne sont pas prises en compte dans les enquêtes de déplacements ou qu’elles disparaissent derrière les catégories de loisir comme la promenade, les visites ou derrière l’accompagnement.

18Comme on le verra, la sphère domestique se superpose à la sphère privée et à la sphère communautaire qui s’épanouit hors des intérieurs. Giglia [2012, p. 16] propose de lire la domesticité en ville comme l’une des dimensions des pratiques féminines orientées vers la reproduction ; pratiques qui, à travers la relation réitérée à l’espace, transforment celui-ci en quelque chose de familier et utilisable et lui confèrent un sens. L’approche que fait Giglia de la domestication (liée à l’habiter), ainsi que celle des féministes [Murillo, 1996 ; Suri Salvatierra, 2017], propose que celle-ci surpasse le logement, l’espace domestique par excellence, où s’effectue l’essentiel des fonctions de reproduction associées aux routines familiales et au quotidien. Mais, dans les villes du Sud, en particulier latino-américaines, la rue en est aussi souvent une extension où s’exercent des formes de domestication. La géographie de la domesticité reflète les rapports inégaux entre hommes et femmes, le pouvoir sociospatial des uns sur les autres, mais également la capacité des femmes à domestiquer l’espace et à produire de l’ordre.

19Le concept d’habiter renvoie à l’établissement d’un rapport entre l’être et le monde, au fait que les sujets se situent, individuellement ou collectivement, dans un ordre sociospatial, à la nécessité d’ordonner le monde et de contribuer à la production et à la reproduction de l’ordre [Giglia, 2012]. On peut considérer l’habiter sous plusieurs angles d’approche : d’une part, le lien entre le sujet et l’image de la maison, l’habiter étant une métaphore de l’abri [Bachelard, 2020 (1957) ; Giglia, 2012] ; d’autre part, un processus par lequel le sujet est localisé dans un espace et un temps spécifiques [Radokowsky, d’après Giglia, 2012]. Ici, le concept d’habiter enrichit la compréhension du rôle des femmes dans la production du chez-soi [Radokowsky, d’après Giglia, 2012], il s’étend aussi aux trottoirs, principalement parce qu’il est lié à la production d’un ordre sociospatial qui prolonge dans la rue les activités de reproduction sociale dévolues aux femmes et met l’accent sur le séjour et les formes de sociabilité de voisinage.

20La domestication de l’espace par les hommes et surtout les femmes est particulièrement flagrante dans le cas de Santo Domingo, comme dans tous les quartiers populaires d’autoconstruction de la ville, plus que dans le quartier de la Roma Sur, lotissement de classe moyenne livré en 1930 pratiquement fini aux occupants avec ses espaces publics. Le processus d’autoconstruction, qui a permis aux habitants ayant envahi en 1971 le Pedregal de Santo Domingo de faire de ce lieu qui était inhospitalier – car constitué de pierre volcanique et perçu comme vide – un espace habitable, a impliqué la fondation d’un ordre. Ses habitants y sont parvenus grâce à un ensemble de pratiques quotidiennes et routinières (par exemple, les faenas, des travaux collectifs organisés par une communauté). Elles ont permis de faire du Pedregal, avec sa faune et sa flore sauvages, un paysage hospitalier. Les femmes ont participé à l’organisation communautaire : elles se sont non seulement occupées des enfants et ont organisé l’espace intime, mais ont également assumé la défense de la parcelle sur laquelle allait être érigée la maison, ont transporté l’eau qu’elles allaient chercher dans les quartiers voisins, ont géré les services de l’eau et de l’électricité, etc. Leurs pratiques étaient ancrées dans l’espace privé aussi bien que dans l’espace public [Massolo, 1994]. Ainsi, elles ont participé à la production d’un ordre sociospatial où habiter impliquait préalablement de domestiquer l’environnement. En revanche, dans d’autres espaces métropolitains où les acteurs avec des revenus plus élevés arrivent dans un lieu en grande partie déjà construit, l’effort pour établir un rapport avec l’environnement et la domestication se rapprochent plutôt de l’appropriation [Giglia, 2012, p. 19].

21Nous considérons qu’il est important d’analyser les pratiques des femmes et les interactions sociales entre elles et avec les hommes, car elles renvoient à un ensemble de pratiques routinières visant à reproduire au quotidien un ordre qui est lié au séjour, à la sociabilité, à la famille et à l’intime – sans toutefois s'y limiter – versus la circulation qui caractérise l’espace public. Pour cette raison, les quartiers résidentiels et d’usage mixtes sont un lieu idéal pour analyser l’imbrication des trois domaines qui s’entremêlent dans la vie sociale des femmes en ville et en particulier sur les trottoirs.

Les femmes sur les trottoirs, vecteurs de l’hybridation entre l’ordre intime et l’ordre communautaire

22Les trois ordres, intime, communautaire et public, s’imposent différemment, coexistent ou s’hybrident, comme nous le verrons à travers la manière dont les femmes habitent les trottoirs et produisent l’ordre local à Mexico.

23La forte insécurité qui règne dans l’espace public à Mexico – notamment pour les femmes victimes de harcèlement et de violences sexuelles, qui sont des expressions claires d’un patriarcat tenace – ne signifie pas que les femmes ne sont pas présentes sur les trottoirs, du moins pendant la journée et dans les quartiers étudiés. Le trottoir, de nuit, surtout lorsqu’il est mal éclairé, est représenté ou imaginé par les femmes comme une sphère publique, comme un lieu de l’inconnu et de l’imprévisible, même près de leur domicile [Hernández-González et Carbone, 2019]. Ainsi, à Santo Domingo, les rues étroites et les trottoirs, généralement mal éclairés, génèrent de la peur et de l'anxiété la nuit : les trottoirs irréguliers obligent souvent les femmes à marcher entre celui-ci et la chaussée, de sorte que, alors qu’elles cherchent à garder un œil sur la rue, elles peuvent en même temps être plus exposées aux agressions ; c’est particulièrement vrai dans les rues moins fréquentées où le faible éclairage du commerce informel, rare, ne parvient pas à atténuer la peur des femmes [Gilow et Lannoy, 2017].

24Dans la journée, l’ordre communautaire qui contribue à la relative sécurité des femmes prend le dessus sur l’ordre public : les tâches d’entretien des trottoirs et la sociabilité de quartier qui relèvent d’activités de séjour rendent les femmes visibles dans la sphère locale.

L’entretien des trottoirs

  • 5 Les viene viene, le nom donné au Mexique aux valet parking informels qui s’occupent de garer les v (...)

25À Mexico, la loi établit que le gouvernement et les habitants sont responsables de la propreté des trottoirs. Dans les espaces résidentiels, ce sont principalement les femmes qui s’occupent de nettoyer quotidiennement le trottoir le matin, de le balayer et d’y verser de l’eau ou de les frotter au savon. Les hommes ne sont pas totalement dispensés de cette tâche, mais seulement lorsqu’ils occupent le trottoir pour une activité rémunérée, qu’ils soient artisans, commerçants, employés, gérants d’un immeuble, propriétaires d’une entreprise, balayeurs de rues ou hommes à tout faire5. Dans le quartier de Santo Domingo, cette tâche revient aux membres de la famille qui ne travaillent pas, que ce soient les femmes ou un grand-père, sous les ordres de celles-ci, en particulier devant les maisons habitées par les « fondateurs », c’est-à-dire, les habitants originels du quartier, où le nettoyage est plus intense que devant les maisons et les immeubles en location.

26La tâche de prendre soin du trottoir et de le garder propre est une activité plutôt perçue comme féminine qui reproduit la division sexuelle du travail et fait des femmes les gardiennes du trottoir, de la même manière qu’elles prennent soin de leur maison. Le fait que le nettoyage soit assuré principalement par des femmes explique pourquoi, aux yeux des habitants, la mairie emploie des équipes féminines pour nettoyer la chaussée et les trottoirs : elles le font peut-être mieux, pensent certains riverains.

27Mme Emma, une personne âgée, veuve, qui vit dans le quartier de Roma Sur depuis des années et a vu le quartier changer, affirme que « c’est bien que la rue soit propre pour les enfants. Quand mes enfants étaient petits, ils allaient jouer dans la rue. Comment les mamans allaient-elles y laisser des ordures quand les enfants y jouaient ? Nettoyer la rue était forcément le travail d’une mère, un devoir pour nos enfants. Cela nous motivait pour maintenir la rue en état de propreté » [Castillón, 2018]. Prendre soin du trottoir est une pratique très associée aux soins apportés aux enfants. Martha, mère de deux enfants de moins de 10 ans, qui habite le même quartier, se réfère à son idéal de trottoir comme un endroit où les enfants peuvent jouer, ce qui n’est souvent pas le cas dans les beaux quartiers centraux, où les femmes ne laissent souvent pas sortir leurs enfants dans la rue :

Mon trottoir idéal est celui qu’ils ont construit dans la rue Xalapa. Il est large, il est sûr, il est lisse, il est top ; c’est-à-dire qu’il a l’air propre, vous pouvez marcher, les enfants peuvent faire du vélo et du patin, c’est très bien. Il n’y a pas de nids-de-poule, il y a des rampes, je trouve qu’il est très beau, homogène, très bien organisé. Il y a une école, et il y a des sortes de petits îlots pour que les gens montent et descendent du trottoir sans entraver la circulation automobile. J’adore ce trottoir et cette rue.

28Elena, une femme qui vend des biscuits chez elle et est très souvent dans la rue au cours de la journée, considère que cette activité est du ressort de la femme. Mme Emma nettoie la moitié du trottoir de son pâté de maisons, jusqu’au croisement dont personne ne s’occupe, car il y a un mur aveugle et l’angle de rues est toujours sale. Selon Aldo, un voisin plus âgé de cette rue résidentielle, les femmes « sont plus propres, elles nettoient mieux que les hommes, elles le font à l’eau claire et utilisent des balais » [Castillón, 2018].

29Le fils de Bertha, une habitante de longue date du quartier, dit la même chose, insistant sur la représentation selon laquelle les hommes salissent et les femmes nettoient : « Je crois que les femmes ont tendance à être plus propres, en général pas seulement ici. L’homme fume une cigarette et jette le mégot dans la rue, je l’ai vu. Ce n’est pas : je fume, je jette le mégot dans un cendrier. Ils le jettent dans la rue. Bon, c’est vrai, la femme fume aussi dans la rue, mais je vois plus d’hommes qui jettent leur mégot n’importe où ». Il précise cependant que son père et sa mère balaient le trottoir tous les jours et débouchent les canalisations d’égouts, mais sa mère le corrige en précisant que c’est elle qui lave le trottoir lorsqu’il y a des vomissures et des excréments. C’est à elle de faire le sale boulot.

30Dans les rues résidentielles, cette vision d’un trottoir féminin, pris en charge par les femmes, fortement ancrée dans les divisions traditionnelles de genre, en particulier chez les personnes âgées, prédomine. L’entretien et la propreté des trottoirs peuvent prendre des significations quelque peu différentes selon l’âge des femmes, leurs caractéristiques socio-économiques et l’ancienneté de leur présence dans le quartier, également selon les aspirations, les préoccupations ou les craintes de la personne. Par exemple, Mme Emma, tout en valorisant son rôle d’hier en tant que mère de famille, prend aujourd’hui surtout soin des plantes devant chez elle. Martha, jeune mère de famille, valorise quant à elle la qualité de l’espace du trottoir pour que ses enfants puissent patiner.

31Ce sont aussi principalement les femmes qui se chargent de prendre soin des arbustes et des fleurs à l’extérieur de chez elles. Elles les ont souvent plantés pour embellir leurs maisons et la rue, comme à Santo Domingo. Abril, la jeune gérante d’une pizzeria située dans une rue résidentielle du quartier Roma Sur, a commencé à décorer le trottoir qu’occupe partiellement son local (en respectant toujours le passage des piétons) avec des plantes que les voisins eux-mêmes lui ont parfois données. Mme Emma est fière de ses fleurs qu’elle arrose tous les jours. Rocío, qui a un magasin de vêtements dans son garage dans une autre rue du quartier de Roma Sur, d’usages mixtes, a négocié avec la mairie de l’arrondissement pour pouvoir mettre un bout de jardin avec des plantes et un banc sur le trottoir afin d’« avoir de l’oxygène, de la sensibilité », d’offrir un service aux passants et de générer une vie sociale (photo 1). De même, à Santo Domingo, l’entretien des autels religieux (notamment de la vierge de Guadalupe, sainte patronne du Mexique), souvent construits sur la chaussée et aussi sur les trottoirs, est une tâche domestique féminine qui s’inscrit dans le cadre des activités de reproduction des familles élargies caractéristiques du contexte populaire. Les autels articulent les sphères personnelle, familiale et publique. Par exemple, Doña Fili, leader historique de Santo Domingo, dédie à la Vierge des prières et des requêtes pour le quartier – par exemple pour que l’eau ne manque pas –, liant ainsi son activité militante au soin des trottoirs au bien-être des habitants du quartier.

Photo 1 : arbustes plantés et entretenus par la propriétaire d’un commerce dans une rue du quartier de Roma Sur

Photo 1 : arbustes plantés et entretenus par la propriétaire d’un commerce dans une rue du quartier de Roma Sur

Crédits : Miguel Ángel Aguilar, 07/07/2017

32Cela ne veut pas dire que les hommes n’embellissent pas le quartier : Aldo s’est également consacré à améliorer son morceau de trottoir en installant un banc et une jardinière en céramique [Castillón, 2018]. Mais les femmes sont celles qui, principalement, ordonnent l’espace proche et maintiennent l’ordre : d'une part, elles assurent la propreté du trottoir et l’embellissent, d'autre part, elles en assurent la sécurité. Dans le quartier Roma Sur, plusieurs d’entre elles sont aussi garantes de l’ordre moral communautaire au sens de Douglas [2007] – se garer là où il faut, veiller à ce qu’il n’y ait pas de gens de la rue sur le trottoir, car, de jour, elles sont les « yeux de la rue ».

33Dans tous les cas, ce sont les femmes qui font le lien entre l’ordre domestique, le milieu intime qu’elles sont traditionnellement chargées d’entretenir (s’occuper de la maison, des enfants, des relations familiales, des amis) et l’ordre de la proximité, la sphère communautaire qu’elles contribuent à construire, reproduisant la division sexuelle du travail. Elles s’occupent des trottoirs comme elles le font pour l’intérieur de leur maison et contribuent ainsi à le domestiquer. Si les hommes peuvent aussi s’occuper de la reproduction sociale de la famille, ils n’apportent pas la sphère domestique dans la rue comme les femmes. Ce sont principalement elles qui colportent les nouvelles (les décès, les cambriolages, etc.) et entretiennent la vie collective de la rue. Les femmes s’assurent que les choses soient bien à leur place, elles mettent en ordre et participent dans leur rue à la production d’un ordre privé-communautaire.

34La présence d’une grande majorité des femmes dans le quartier populaire de Santo Domingo s’inscrit par ailleurs dans l’ordre coutumier promu par les fondateurs. L’ordre communautaire est très prégnant. Historiquement, les femmes y ont occupé une place importante en rendant habitable ce qui n’était au départ qu’un pierrier. Dans l’espace proche, l’ordre communautaire parvient à s’affirmer face à l’ordre institutionnel. On voit que, bien que l’ordre de proximité soit toujours à la charge des femmes (généralement la plus âgée), les tâches sont réparties entre les membres de la famille qui ne travaillent pas dans un contexte où il existe de nombreuses familles élargies. Il y a des particularités liées à la division sociale des tâches : par exemple, il est courant que les hommes soient ceux qui positionnent les lourds seaux coulés de béton qui servent à réserver une place de stationnement sur la chaussée ; mais ce sont les femmes qui ont en charge la communication avec les voisins.

35Dans le quartier de la Roma Sur, où les familles nucléaires prédominent, la répartition des tâches se fait parfois entre le mari et la femme. Par ailleurs, les femmes actives qui en ont les moyens, surtout lorsqu’elles travaillent, délèguent la tâche de s’occuper du trottoir (le nettoyer, sortir le chien) au personnel domestique (photo 2). Les femmes ayant un niveau socio-économique plus élevé et/ou qui travaillent hors de chez elles sont beaucoup moins présentes sur les trottoirs et préfèrent éviter d’interférer avec les histoires des autres, ce qui montre une évolution vers une approche moderne de la sociabilité urbaine, plus marquée par une « ignorance cordiale »[Charmes, 2005], dans un quartier comme Roma Sur.

Photo 2 : employée de maison promenant le chien de ses patrons dans le quartier de Roma Sur

Photo 2 : employée de maison promenant le chien de ses patrons dans le quartier de Roma Sur

Crédit : Miguel Ángel Aguilar, 07/07/2017

36Comme on le voit, l’assignation des femmes aux tâches domestiques, tant dans l’espace privé que sur les trottoirs du voisinage de l’endroit où elles résident, reproduit les relations de pouvoir inégales entre hommes et femmes. Il faut également reconnaître que les femmes, à partir de leurs pratiques sociales, participent activement à la vie quotidienne du quartier [Salazar, 1999] et à la production de l’ordre local, à la fois dans la sphère privée et dans la sphère communautaire. Les deux s’entremêlent alors, produisant un ordre sui generis.

Sociabilité, présence des femmes sur les trottoirs et rapport aux autres

37La perception dominante d’insécurité n’empêche pas les femmes d’occuper les trottoirs de leur rue, du moins dans les contextes étudiés. Dans la rue résidentielle étudiée dans le quartier Roma Sur, où les passants inconnus sont facilement reconnaissables et sont source de peur et de suspicion pour certains riverains [Aguilar & Capron, 2022], certaines d’entre elles parlent avec leurs voisines. Les échanges se font sous le signe d’une certaine cordialité, même si les voisins plus âgés disent qu’avant tout était plus calme, que les enfants jouaient dans la rue, qu’il y avait des fêtes de voisinage, un discours nostalgique typique quand on se remémore le passé. Si l’on voit moins les femmes qui ont un emploi et ne font que traverser la rue, d’autres résidentes de cette rue, surtout celles de classe moyenne qui sont au foyer ou travaillent chez elles, diffusent les ragots, échangent les nouvelles du jour, mettant à mal l’ordre de la circulation cher aux fonctionnaires de la ville. Elles promènent aussi leur chien. Elles sont visibles dans la rue où elles résident, ce qui contribue à la « communautarisation » (au sens de Lofland, 1998) de l’environnement urbain proche.

38Dans ce cas-là, il ne s’agit pas à proprement parler d’une sphère publique – peu de piétons passent –, et ce n’est pas non plus un domaine purement communautaire, en raison de la méfiance qui imprègne les relations entre voisins. L’ordre local renvoie aux conflits tacites de stationnement des voitures des riverains qui réservent leur place devant leur maison pour pouvoir garer leur véhicule. L’ordre intime domine alors l’ordre communautaire et est en tension avec l’ordre public. Dans certains cas, les femmes qui restent à la maison veillent à ce que les voitures des autres ne se garent pas devant leur maison, en négociant avec les personnes qui osent le faire, ce qui, parfois, génère des conflits.

39Dans le quartier de Santo Domingo, la légitimité des femmes sur le trottoir, et donc leur contribution à l’ordre local, est plus clairement conditionnée par l’activité qu’elles y exercent. Bien que, dans les rues et les trottoirs de Santo Domingo, on observe une présence intense des femmes, cela est dû au fait qu’elles travaillent dans l’espace public, surtout de manière informelle (photo 3), et aussi qu’elles prennent en charge les tâches domestiques et celles de soin (accompagnement des enfants, courses, etc.) dans l’espace de proximité. En effet, elles s’occupent en même temps de leurs enfants. Les mères de famille, qui combinent la tâche de reproduction sociale et leur travail dans l’espace public, sont souvent préoccupées par le fait que leurs enfants passent beaucoup de temps dans la rue. Les commerçantes les gardent près d’elles, surtout les filles qu’elles laissent moins s’éloigner que les garçons, introduisant des « bulles » de relations intimes et familiales dans l’espace du trottoir, surtout quand la circulation automobile est peu intense. Ces femmes s’occupent de rendre le trottoir sûr, propre, comme on l’a vu, pour faciliter leur travail et attirer des clients, et aussi pour permettre le séjour des enfants qui les accompagnent.

Photo 3 : femmes tissant, réunies autour d’un étal de marchandises à Santo Domingo

Photo 3 : femmes tissant, réunies autour d’un étal de marchandises à Santo Domingo

Crédit : Silvia Carbone, 28/05/2021

40Le commerce qui relève soit des pratiques d’achat qui sont principalement assurées par les femmes (quand elles vont faire les courses), soit de l’emploi occupé par celles qui vendent sur la voie publique et sur les trottoirs – comme dans le cas de Santo Domingo près de la station de métro du quartier – légitime la présence des femmes sur place et leur donne de la visibilité. Dans les deux quartiers, on voit des femmes avec leur caddie ou leur sac de courses. Le marché, lieu qui génère des interactions sociales publiques, permet à l’ordre communautaire et à l’ordre public de s’entremêler.

  • 6 Au Mexique, les commères (ou compères) sont des personnes qui entretiennent un lien fort, qu’il so (...)

41Dans les rues de Santo Domingo, les espaces internes aux parcelles de terrain, qui relèvent en principe de la sphère privée, peuvent également être utilisés pour le commerce à certaines heures ou, à l’inverse, le trottoir pour des activités de travail, celui-ci étant l’interface entre les sphères privée, communautaire et publique. Là où il y a plus de commerce et de flux de personnes, et où le domaine du public domine les autres, les femmes apportent des éléments des sphères communautaire et intime, qui s’entremêlent alors avec la sphère publique : elles intègrent des activités domestiques et de socialisation – comme converser avec les commères6 ou s’occuper des enfants – qui relèvent des interactions intimes avec des activités commerciales et publiques, et occupent le trottoir en pratiquant une activité admise par l’assignation de genre.

42Dans ces contextes apparemment publics, l’on observe des interactions d’un ordre communautaire lorsque, par exemple, une commerçante qui vend de la nourriture sert à la fois des clients inconnus dans le cadre d’interactions anonymes et des riverains avec lesquels elle engage une conversation personnelle. Dans ces situations, nous pouvons apprécier comment les femmes sur le trottoir d’un quartier populaire participent à la production d’un environnement hybride, dans lequel nous reconnaissons des éléments des trois domaines identifiés par Lofland [1998].

  • 7 Ces pratiques sont en train de changer, en raison de l’arrivée d’une population universitaire qui (...)

43D’après la littérature sur le sujet [Fraser, 1990], un autre facteur qui conditionne la présence des femmes sur les trottoirs des quartiers populaires est l’appropriation de l’espace par les hommes et leur surreprésentation dans l’espace public, évident surtout dans le domaine des loisirs. C’est le cas par exemple à Santo Domingo, quand après la fin de la journée de travail, les ouvriers d’un atelier se réunissent pour prendre une bière sur le trottoir. Cet espace est donc physiquement et symboliquement approprié par les hommes pour des usages qui relèvent d’une sociabilité privée-publique, mais qui, au lieu de s’épanouir dans des lieux publics comme les bars, se déroulent sur l’espace public du trottoir. Concernant les activités de loisir, la présence et la légitimité des femmes dans l’espace public sont limitées : quand les hommes se réunissent dans la rue pour boire, les femmes, adultes et jeunes, ne participent presque jamais, sauf lorsqu’elles accompagnent leur partenaire [Carbone, 2016]7. On observe toutefois de nettes différences, à Santo Domingo, entre les femmes des milieux populaires, dont les usages des trottoirs sont subordonnés à leur tâche de vendeuses ou de pourvoyeuses de soins et les étudiantes – et plus généralement les jeunes qui occupent le trottoir en tant que consommatrices, mais soit en accompagnement des hommes soit en groupe de femmes. La nuit, surtout le week-end, quand elles sortent pour leurs loisirs, les femmes les plus jeunes ne participent à la vie publique du trottoir que dans ces deux cas-là. En raison de leur âge, elles sont aussi plus exposées au regard des hommes.

44Pour les femmes, ce type de pratique de loisir des hommes (boire des bières dans la rue) tend à diminuer le caractère public du trottoir alors envahi et approprié par l’ordre masculin. Pour une femme qui se promène dans ce quartier populaire, où les lieux de sport et de loisir sont quasi inexistants et où les hommes profitent du trottoir pour socialiser, les femmes sont alors le plus souvent soumises à une domination physique et symbolique. En principe, dès l’enfance, on leur apprend à être prudentes et invisibles dans l’espace public (par exemple à travers leur façon de s’habiller), à éviter certains endroits, de sorte que la familiarité avec laquelle les hommes occupent le trottoir exprime un confort que les femmes ne ressentent pas. Ces dispositions sont incorporées par les femmes (comme dans l’habitus de Bourdieu [1980]). Paola explique que lorsqu’elle sort son chien, une pratique circulatoire propre de l’ordre masculin, elle marche généralement sur le trottoir ; mais si elle y va seule et se heurte à un groupe d’hommes rassemblés, elle préfère descendre sur la chaussée pour ne pas les interrompre. En général, le chien constitue toutefois une sorte de béquille pour ces femmes, qui leur donne la légitimité de négocier leur présence sur le trottoir. Mais le fait d’interrompre la conversation des hommes quand elles traversent un trottoir momentanément approprié par les hommes, suscite chez elles de l’inconfort, provoque des situations d’évitement et augmente alors leur vulnérabilité : cela les expose au regard intrusif des hommes, à la possibilité d’être l’objet de commentaires inopportuns, ainsi qu’à la réduction de leur espace personnel [Hall, 2014 (1966)]. Dans ce cas de figure, ce sont plutôt les hommes qui hybrident l’ordre privé et l’ordre communautaire, tandis que la présence des femmes sur le trottoir les assigne à leur rôle de travailleuses ou de pourvoyeuses de soins.

  • 8 Le piropo en Amérique latine est à l’origine un commentaire galant lancé par un homme à une inconn (...)

45Ce type de situation se retrouve peu dans le quartier de la Roma Sur où l’on observe de nombreuses femmes se promener avec ou sans chien et où il n’y a pas d’attroupements d’hommes buvant de la bière sur les trottoirs, un usage très populaire de la rue, tandis que dans les quartiers aisés et de classes moyennes, cette activité est dévolue aux bars. Dans ces quartiers-ci, les femmes peuvent toutefois être l’objet de piropos8, expressions qui, même quand elles sont élogieuses, réaffirment l’ordre masculin, car la femme est perçue comme un objet et sa légitimité à être présente et à se sentir bien dans l’espace public est alors remise en question [Benalcázar Luna, Cabrera Martínez & Ureña López, 2014].

46Concernant la présence des femmes sur les trottoirs et leur rôle dans la sociabilité et la production de l’ordre local, les différences entre le quartier Roma Sur et le quartier Santo Domingo sont claires : la place des femmes à Santo Domingo est subordonnée à leur rôle d’aidantes ou à leur travail dans la rue, ce qui n’est pas le cas dans le quartier de classe moyenne de la Roma Sur où elles sont plus libres de se déplacer comme elles le veulent, sans que le regard des hommes ne pèse toujours sur elles. Dans les deux quartiers, l’ordre privé se combine à l’ordre communautaire, surtout dans le cas de Roma Sur, l’ordre des riverain·e·s dont les conversations collectives tournent principalement autour des questions de sécurité, particulièrement importantes aux yeux des femmes, et, à Santo Domingo, l’ordre d’une communauté au sens plus traditionnel renvoyant aux habitants pionniers, tandis que s’installent dans le quartier de nouveaux groupes de population dont les dynamiques commencent à modifier l’ordre du quartier. L’ordre privé résidentiel et l’ordre communautaire s’articulent aussi, mais dans une moindre mesure, avec l’ordre public – en particulier l’ordre marchand dans le quartier de Santo Domingo, où le commerce ambulant, avec une forte présence de vendeuses, occupe les trottoirs, beaucoup moins à la Roma. Dans tous les cas, les femmes sont en grande partie les responsables de cette hybridation. Les logiques individualistes sont plus prégnantes dans le quartier de classes moyennes de la Roma Sur que dans le quartier populaire de Santo Domingo où la vie communautaire se traduit, entre autres, par l’organisation de fêtes religieuses, le soin apporté aux autels situés sur le trottoir, etc., comme autant d’activités relevant d’un ordre coutumier inexistant à la Roma Sur.

Conclusion

47Les trottoirs des rues des quartiers résidentiels et d’usages mixtes constituent un espace local où se mélangent les ordres intime et communautaire, les ordres de la circulation et du séjour et, dans certains contextes où l’usage commercial de la rue prédomine, l’ordre public dominé par la mobilité. Pendant la journée, les trottoirs de l’espace proche du domicile abritent les pratiques des femmes qui, à la Roma Sur, quartier en transition sociodémographique, se promènent, sortent leur chien, vont prendre un transport, font leurs courses, s’occupent de leurs enfants, discutent avec les voisins, etc. Dans les quartiers populaires, la présence des femmes sur le trottoir est due à leur rôle d’aidantes, d’acheteuses et de commerçantes. Dans les deux quartiers, le matin, certaines femmes, principalement celles qui ne travaillent pas hors de chez elles ou, dans le quartier de Roma Sur, les employées de maison, contribuent au nettoyage des trottoirs, s’inscrivant ainsi dans la reproduction sexuelle du travail.

48De jour, ce sont les femmes qui portent à la rue la sphère intime et familiale de l’ordre privé, de la maison, le trottoir constituant une sorte d’extension, néanmoins toujours en contact avec la vie communautaire, surtout dans le quartier de Santo Domingo. Étant peut-être plus présentes et visibles que les hommes dans les espaces publics locaux, en tant que maîtresses de maison, tant dans les quartiers de classes moyennes que dans les quartiers populaires, elles font en sorte que l’intimité imprègne la vie des trottoirs, brisant la dichotomie entre le privé et le public. La surveillance induite par l’insécurité croissante et le harcèlement sexuel dont sont surtout victimes les jeunes filles conduit à un renforcement de l’ordre communautaire promu par les femmes, notamment tout au long de la journée. Même si les usages qu’elles font généralement du trottoir reproduisent les rapports de pouvoir inégaux entre hommes et femmes, celles-ci participent à la construction d’un ordre local hybride. Dans le quartier Roma Sur, elles sont les protagonistes, tandis qu’à Santo Domingo, elles le font dans le cadre de la famille élargie. En revanche, de nuit, dans les deux quartiers, en raison des dangers qui surgissent quand les rues sont plongées dans l’obscurité, malgré l’éclairage public quand il existe, les femmes s’effacent presque complètement de la scène urbaine des trottoirs. Les temporalités (jour/nuit, matinée/après-midi/soirée) occupent donc une place importante dans le rôle d’ordonnatrices que jouent les femmes.

49Sur les trottoirs où se déroulent les interactions commerciales et s’épanouit la sphère publique liée à la circulation, les femmes contribuent aussi aux interactions relevant des ordres intime et communautaire, ordres qui s’hybrident entre eux, même si, notamment dans les quartiers populaires, l’on observe que la légitimité des femmes dans l’espace public est conditionnée à des pratiques et des activités spécifiques, liées au séjour, au travail et à la reproduction de la vie sociale, mais peu aux loisirs publics. Les femmes présentes sur les trottoirs des rues résidentielles, comme dans le quartier Roma Sur, non seulement participent à la configuration matérielle et aux usages autorisés de ces trottoirs, mais sont également reconnues comme gardiennes de l’ordre moral de la rue.

50Finalement, la réflexion sur l’ordre local hybride des trottoirs dans les quartiers d’habitat ou d’usages mixtes nous amène à réfléchir à l’opportunité d’associer les habitants, en particulier ici les femmes, à leur aménagement. Dans le cas de la ville d’Ho Chi Minh, au Vietnam, Kim [2015, p. 182] propose la création de laboratoires gouvernementaux locaux qui intègrent la communauté locale (commerçants, riverains, police, etc.) dans cette initiative. Dans l’une des municipalités étudiées dans notre projet de recherche sur les trottoirs, Tepotzotlán, au nord de la zone métropolitaine de Mexico, en 2018, le service des travaux publics formait un comité citoyen avant de mener des travaux sur les trottoirs d’un quartier et organisait des réunions avec les riverains pour mieux connaître la problématique locale, ainsi que les besoins des gens à leur sujet. Les femmes, en tant qu’actrices centrales de la vie des quartiers et de l’hybridation des ordres dans les rues de quartier, devraient pouvoir participer à l’aménagement de l’espace public de proximité. Dans une optique éloignée des trottoirs, mais proche du care, qui est au cœur de l’activité des femmes surtout dans les secteurs populaires, Sweet et Ortiz Escalante [2015] proposent la mise en œuvre de pratiques d’aménagement participatif qui intègrent des narrations concernant le corps des femmes dans l’espace du quartier ou de la ville et des récits sur l’expérience spatiale sensorielle des femmes.

Haut de page

Bibliographie

Aguilar Miguel Ángel & Capron Guénola, 2022, « La banqueta insegura en una colonia en vía de gentrificación: la construcción de los otros desde las relaciones vecinales », Estudios demográficos y urbanos, vol. 3, n° 111, p. 977-1005.

Ameur Ismail, Arslan Leyla, Berriane Yasmine, Chouari Walid, Didierjean Romaine, Le Renard Amélie & Ouadah Saliha, 2009, « La production de l’ordre social urbain. Éléments pour une réflexion » dans P.-R. Baduel (dir.), La ville et l’urbain dans le monde arabe et en Europe. Acteurs, organisations, et territoires, Tunis, Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, p. 189-198.

Bachelard Georges, 2020 [1957], La poétique de l’espace, Paris, Presses universitaires de France.

Banerjee Tribid, 2001, « The Future of Public Space: Beyond Invented Streets and Reinvented Places », Journal of the American Planning Association, vol. 67, n° 1, p. 9-24.

benalcázar Luna Magaly, cabrera Martínez Yessenia & ureña lópez Ricardo, 2014, “La violencia escondida en el piropo callejero”, Revista UTCiencia, vol. 1, n° 2, p. 85-92.

Bonerandi Emmanuelle, Landel Pierre Antoine, & Roux Emmanuel, 2003, « Les espaces intermédiaires, forme hybride : ville en campagne, campagne en ville ?», Revue de géographie alpine, vol. 91, n°4, p. 65-77.

Bourdieu Pierre, 1980, Le sens pratique, Paris, Éditions de Minuit.

Capron Guénola, 2017, « Cierres de calles: un desafío para la habitabilidad de la ciudad », Espacialidades, vol. 7, n°1, p. 126-145.

Capron Guénola, Monnet Jérôme & Pérez Ruth (dir.), 2022, Banquetas: el orden híbrido de las aceras en la Ciudad de México y su área metropolitana, Mexico, UAM Azcapotzalco.

Carbone Silvia, 2016, « El espacio público de una colonia popular: re-significaciones desde los contextos urbanos. El caso de Santo Domingo de los Reyes, Coyoacán », thèse de doctorat en Sociologie, Mexico, Universidad Autónoma Metropolitana Azcapotzalco.

Carmona Matthew, 2021, « The “public-isation” of private space – towards a charter of public space rights and responsibilities », Journal of Urbanism: International Research on Placemaking and Urban Sustainability, vol. 14, n°3, p. 1-32.

Castillón Valeria, 2018, « Género y ciudad: habitar, uso y apropiación del espacio por parte de las mujeres en una calle residencial de clase media alta, la colonia Roma Sur de la CDMX », mémoire de licence en sociologie, Mexico, Universidad Autónoma Metropolitana Azcapotzalco.

Charmes Eric, 2005, « Entre ouverture et fermeture : les rapports à autrui dans les tissus périurbains », dans B. Haumont & A. Morel (dir.), La société des voisins. Partager un habitat collectif, Paris, Maison des Sciences de l’Homme, p. 109-121.

Comas D’Argemir Dolors, 2017, « Cuidados, género y ciudad en la gestión de la vida cotidiana » dans P. Ramírez Kuri (dir.), La erosión del espacio público en la ciudad neoliberal, Mexico, UNAM, p. 59-90.

Dessouroux Christian, 2003, « La diversité des processus de privatisation de l’espace public dans les villes européennes », Belgeo, n°1, p. 21-46.

Douglas Mary, 2007 [1966], Pureza y peligro: un análisis de los conceptos de contaminación y tabú, Buenos Aires, Nueva Visión.

Duhau Emilio & Giglia Angela, 2008, Las reglas del desorden. Habitar la metrópoli, Mexico, Siglo XXI Editores, UAM Azcapotzalco.

Fernández Ruiz Lourdes, 2008, “Género y ciencia ¿Paridad es equidad?”, ARBOR Ciencia, Pensamiento y Cultura, vol. CLXXXIV, n°733, p. 817-826.

Fraser Nancy, 1990, « Rethinking the Public Sphere: A Contribution to the Critique of Actually Existing Democracy », Social Text, n°25/26, p. 56-80.

García Canclini Néstor, 1997, « Culturas híbridas y estrategias comunicacionales », Estudios sobre las culturas comunicacionales, n°5, p. 109-128.

Giglia Angela, 2002, « Privatización del espacio, autosegregación y participación ciudadana en la Ciudad de México. El caso de las calles cerradas en la zona de Coapa (Tlalpan, Distrito Federal », Trace, n°42, p. 71-78.

Giglia Angela, 2012, El habitar y la cultura. Perspectivas teóricas y de investigación, Mexico, Siglo XXI- Anthropos, UAM-Iztapalapa.

Giglia Angela, 2016, « Reglamentos y reglas de usos de la Aladema Central de la Ciudad de México: un régimen híbrido » dans A. Azuela (dir.), La ciudad y sus reglas. Sobre la huella del derecho en el orden urbano, Mexico, UNAM/PAOT, p. 381-422.

Gilow Marie & Lannoy Pierre, 2017, « L’anxiété urbaine et ses espaces. Expériences de femmes bruxelloises », Les Annales de la recherche urbaine, n°112, p. 36-47. https://doi.org/10.3406/aru.2017.3238

Goffman Erving, 1973, La mise en scène de la vie quotidienne. Les relations en public, Paris, Les éditions de Minuit.

Granovetter Mark S., 1973, « The strength of weak ties », The American Journal of Sociology, n°78, p.  360-380.

Hall Edward T., 2014 [1966], La dimension cachée, Paris, Seuil.

Hernández-González Edna & Carbone Silvia, 2019, « Peut-on parler de droit à la ville pendant la nuit ? L’exemple de deux villes mexicaines », Cahiers de géographie du Québec, vol. 63, n°179, p. 7-21.

Instituto Nacional de Estadística y Geografía, 2020, Censo de Población y Vivienda, Mexico, INEGI.

Jacobs Jane, 2012 [1961], Déclin et survie des grandes villes américaines, Marseille, Éditions Parenthèses.

Jirón Paola, 2007, « Implicancias de género en las experiencias de movilidad cotidiana urbana en Santiago de Chile », Revista Venezolana de Estudios de la Mujer, vol. 29, n°12, p. 173-197.

Jirón Paola & Gómez Javiera, 2018, « Interdependencia, cuidado y género desde las estrategias de movilidad en la ciudad de Santiago », Tempo social, vol. 30, n°2, p. 55-72.

Joseph Isaac, 1998, La ville sans qualités, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube.

Kim Annette M., 2015, Sidewalk City. Remapping Public Space in Ho Chi Minh City, Chicago, The University of Chicago Press.

Leclercq Els, Pojani Dorina & van Bueren Ellen, 2020, “Is Public Space Privatization Always Bad for the Public? Mixed Evidence from the United Kingdom”, Cities, n°100, p. 1-11.

Lofland Lyn, 1989a, « Social life in the public realm », Journal of Contemporary Ethnography, vol. 17, n°4, p. 453-482.

Lofland Lyn, 1989b, « Private lifestyles, changing neighborhoods, and public life: a problem in organized complexity », Tijdschrift voor Econ. en Soc. Geografie, vol. 80, n°2, p. 89-96.

Lofland Lyn, 1998, The Public Realm: Exploring the City’s Quintessential Social Territory, New York, Routledge.

Loukaitou-Sideris Anastasia & Ehrenfeucht Renia, 2009, Sidewalks: Conflict and Negotiation over Public Space, Boston, MIT Press.

Massolo Alejandra, 1994, Los medios y los modos. Participación política y acción colectiva de las mujeres, Mexico, El Colegio de México.

McDowell Linda, 1999, Género, identidad y lugar. Un estudio de las geografías feministas, Madrid, Ediciones Cátedra Grupo Anaya.

Monnet Jérôme, 2009, « La urbanización contemporánea, los desafíos de un mundo fluido y difuso », Papeles de relaciones ecosociales y cambio global, n°106, p. 21-31.

Monnet Jérôme, Giglia Angela & Capron Guénola, 2007, « Ambulantage et services à la mobilité : les carrefours commerciaux à Mexico », Cybergeo : European Journal of Geography, article 371,  06 avril 2007.

Murillo Soledad, 1996, El mito de la vida privada. De la entrega al tiempo propio, Mexico, Siglo Veintiuno Editores.

Pateman Carole, 1996, « Críticas feministas a la dicotomía público-privado », dans C. Castells (dir.), Perspectivas feministas en teoría política, Barcelona, Paidós, p. 31-52.

Paquette Catherine, 2007, « Comercio y planificación urbana. Las nuevas grandes centralidades comerciales en los planes de desarrollo urbano de la Ciudad de México », Trace, n°51, p. 44-55.

Perló Manuel, 1988, « Historias de la Roma. Microhistoria de la Ciudad de México », Revista Historias, n°19, p. 159-172 http://www.estudioshistoricoas.inah.gob.mx/revistaHistorias/wp-content/uploads/historias_19_159-172

pérez rincón fernández Ma. del Soccorro, 2016, « De la mística femenina a la génesis de una utopía realizable: una mirada de género a la colonia Pedregal de Santo Domingo en México D.F. », XIV Coloquio Internacional de Geocrítica, « Las utopías y la construcción de la sociedad del futuro Barcelona », 2-7 de mayo de 2016. https://www.ub.edu/geocrit/xiv_socorroperez.pdf)

Rosaldo Michelle Z., 1979, « Mujer, cultura y sociedad: una visión teórica » dans O. Harris et K. Young (dir.), Antropología y feminismo, Barcelona, Anagrama, p. 153-180.

Pérez Ruth, 2012, Vivir y sobrevivir en la ciudad de México, Mexico, Plaza y Valdés.

Perrot Michelle, 1993, « Salir » dans G. Fraysse et M. Perrot (dir.), Historia de las mujeres, tomo IV, El siglo XIX, Buenos Aires, Taurus. p. 461-496.

Sabatier Bruno, 2006, « La publicisation des espaces de consommation privés : les complexes commerciaux récréatifs en France et au Mexique », thèse de doctorat en géographie et aménagement du territoire, Toulouse, université de Toulouse-2 le Mirail.

Salazar Clara, 1999, Espacio y vida cotidiana en la Ciudad de México, Mexico, El Colegio de México.

Sánchez de Madariaga Inés & Zucchini Elena, 2020, « “Movilidad del cuidado” en Madrid: nuevos criterios para las políticas de transporte », Ciudad y Territorio estudios territoriales vol. LII, n°203, p. 89-102.

Shaftoe Henry, 2008, Convivial Urban Spaces. Creating effective Public Spaces, Londres, Routledge.

Soto Villagrán Paula, 2014, « Patriarcado y orden urbano. Nuevas y viejas formas de dominación de género en la ciudad », Revista Venezolana de Estudios de la Mujer, vol. 19, n°42, p. 199-214.

Soto Villagrán Paula, 2022, « Paisajes del cuidado en la Ciudad de México. Experiencias, movilidad e infraestructuras », ÍCONOS Revista de Ciencias Sociales, vol. XXVI, n° 73, p. 57-75. https://doi.org/10.17141/iconos.73.2022.5212

Suri Salvatierra Karine, 2017, « Género y espacio público. Claves conceptuales para el estudio de los derechos urbanos de las mujeres » dans P. Ramírez (dir.), La erosión del espacio público en la ciudad neoliberal, Mexico, UNAM, p. 149-175.

Sweet Elizabeth & Ortiz Escalante Sara, 2015, « Bringing bodies into planning: Visceral methods, fear and gender violence », Urban Studies, vol. 52, n° 10, p. 1826-1845.

Walby Sylvia, 1990, Theorizing Patriarchy, Cambridge, Massachusetts, Basil Blackwell.

Wang Yiming & Chen Jie, 2018, « Does the Rise of Pseudo-Public Spaces Lead to the End of Public Space », Urban Design International, n°23, p. 215-235.

Haut de page

Notes

1 Cet article a été élaboré avec le concours du Conacyt qui a financé le projet « La production matérielle et sociale des trottoirs dans la zone métropolitaine de Mexico », programme « Ciencia Básica », 2015.

2 Il s’agit d’une traduction fréquente de parochial, le terme qu’utilise Lofland en anglais.

3 García Canclini [1997], au sujet de la culture mexicaine entre tradition et modernité ; Bonerandi et al. [2003], à propos des espaces périurbains, entre la ville et la campagne.

4 Paula Soto Villagrán [2014] propose plusieurs logiques de la construction de géographies dichotomiques : public/privé, ville-banlieue, travail-domicile, reproductif-productif, esprit-corps.

5 Les viene viene, le nom donné au Mexique aux valet parking informels qui s’occupent de garer les voitures et de les surveiller en échange d’une pièce de monnaie, sont aussi souvent chargés de menus travaux surtout dans les rues résidentielles.

6 Au Mexique, les commères (ou compères) sont des personnes qui entretiennent un lien fort, qu’il soit de nature familiale (par exemple, les beaux-parents par alliance), soit liée au voisinage, à une relation d’amitié.

7 Ces pratiques sont en train de changer, en raison de l’arrivée d’une population universitaire qui trouve des logements bon marché dans ce quartier populaire. Ce sont les jeunes étudiantes universitaires de l’UNAM qui parviennent aujourd’hui à renverser cette forme de domination.

8 Le piropo en Amérique latine est à l’origine un commentaire galant lancé par un homme à une inconnue dans la rue. Mais il peut aller jusqu’au commentaire désobligeant et sexiste sur le corps des femmes.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photo 1 : arbustes plantés et entretenus par la propriétaire d’un commerce dans une rue du quartier de Roma Sur
Crédits Crédits : Miguel Ángel Aguilar, 07/07/2017
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/16683/img-1.png
Fichier image/png, 107k
Titre Photo 2 : employée de maison promenant le chien de ses patrons dans le quartier de Roma Sur
Crédits Crédit : Miguel Ángel Aguilar, 07/07/2017
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/16683/img-2.png
Fichier image/png, 127k
Titre Photo 3 : femmes tissant, réunies autour d’un étal de marchandises à Santo Domingo
Crédits Crédit : Silvia Carbone, 28/05/2021
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/16683/img-3.png
Fichier image/png, 104k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guénola Capron et Silvia Carbone, « Les trottoirs comme ordre local hybride. Les pratiques et les interactions sociales des femmes de deux quartiers de Mexico »Cahiers des Amériques latines [En ligne], 102 | 2023, mis en ligne le 21 novembre 2023, consulté le 20 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/cal/16683 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cal.16683

Haut de page

Auteurs

Guénola Capron

Universidad Autónoma Metropolitana, Azcapotzalco

Articles du même auteur

Silvia Carbone

Universidad Autónoma Metropolitana, Azcapotzalco

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search