Navigation – Plan du site

AccueilNuméros102ÉtudesGeorges Friedmann et les voyages ...

Études

Georges Friedmann et les voyages en Amérique latine dans la construction de la sociologie du travail

Georges Friedmann e as viagens na América Latina na construção da sociologia do trabalho
Ricardo Festi

Résumés

Cet article analyse le rôle politique et intellectuel du sociologue Georges Friedmann dans la construction de la sociologie du travail en Amérique latine, en particulier au Brésil, entre 1954 et 1961. Nous nous sommes appuyés sur une série d’échanges avec des sociologues latino-américains, en qualité de délégué de diverses organisations internationales chargés de promouvoir le développement de cette discipline dans la région – Unesco, Flacso, ISA – pour reconstruire quelques-uns des principaux projets d’ordre institutionnel et intellectuel qui en résulteront, notamment la création du Centre de Sociologie Industrielle et du Travail (Cesit) au sein de l’université de Sao Paulo et les recherches sur l’impact de l’industrialisation. Pour rédiger cet article, nous avons également exploité des archives à la fois en France et au Brésil et sur les analyses des deux livres de Friedmann intitulés Problèmes d’Amérique latine (1959, 1961).

Haut de page

Notes de la rédaction

Article reçu le 21 octobre 2022, accepté le 20 avril 2023.

Texte intégral

  • 1 Cet article a reçu le soutien financier de la Fundação de Apoio à Pesquisa do Distrito Federal (FA (...)

1Tout au long des années 1950 et 19601, le sociologue français Georges Friedmann a entretenu des rapports fructueux avec l’Amérique latine qui ont donné lieu à des échanges, à des visites de travail, à des aides à la mise en place de programmes d’études et de centres de recherche ainsi qu’à la publication de livres et de revues. Lors de ses déplacements dans la région, il remplit des carnets de notes qui aboutissent à deux publications chez Gallimard : Problèmes d’Amérique latine [1959] et Problèmes d’Amérique latine : signal d’une troisième voie ? [1961].

2Les premières pages des carnets sont écrites lors d’une escale de Friedmann à Dakar (Sénégal), sur le chemin de Rio de Janeiro. Il y a consigné ses attentes sur le « Nouveau Monde » qu’il s’apprêtait à connaître. Ses questionnements incluaient la relation de l’Amérique latine au nouveau milieu technologique engendré par le progrès des sciences appliquées, par la prolifération toujours plus dense des technologies dans l’univers du travail et au-dehors, et par le développement des « communications de masse » dans lesquelles l’individu est plongé jour et nuit. Il était curieux de voir comment la population de la région, si diversifiée du point de vue des origines ethniques, des structures sociales, des genres et des niveaux de vie, serait capable de vivre l’expérience de la « civilisation technique ».

3S’il débarque en Amérique latine en novembre 1957 imprégné d’une vision eurocentriste, Friedmann commencera, au fil de ses voyages, à se demander si le progrès technique pourrait y être assimilé de façon originale et différente des modèles européen, nord-américain et soviétique. À l’aube des années 1960, sa conviction résidait dans l’idée qu’en dépit des profondes différences entre les pays, l’Amérique latine pouvait apporter une précieuse contribution à la civilisation mondiale.

4Cet article se penche sur cette étape de la trajectoire du sociologue français, qui cultive des relations politiques et académiques avec des Latino-Américains, notamment des Brésiliens, dans le cadre d’une internationalisation et d’une institutionnalisation des sciences sociales. Pour ce faire, nous analysons ses ouvrages sur l’Amérique latine et mobilisons des documents d’archives inédits en France et au Brésil, ainsi que des témoignages d’acteurs de l’époque.

L’essor de la sociologie du travail

  • 2 Pierre Naville, Alain Touraine, Edgar Morin et Jean-Daniel Reynaud ont également fait partie du CE (...)

5En France, Georges Friedmann (1902-1977) a été l’un des premiers à mener des recherches académiques sur l’industrie et le travail organisés selon la logique tayloriste-fordiste, des années 1930 jusqu’à sa mort. Ses ouvrages sont devenus des références pour plusieurs générations [Friedmann, 1936, 1946, 1950, 1956 ; Friedmann & Naville, 1961]. Son œuvre doit sa portée à ses compétences de chercheur et d’homme de lettres, à un long dialogue intellectuel avec des auteurs de divers pays et surtout, à des recherches empiriques sur le monde industriel. Ces dernières ont été menées avec la participation de jeunes étudiants – sous sa direction – qui deviendront des figures de proue de l’université et du Centre d’études sociologiques (CES)2. Par ailleurs, le sociologue français a joué, aux côtés de Georges Gurvitch, un rôle important dans la réorganisation et l’institutionnalisation de la sociologie universitaire.

6Après avoir passé l’occupation nazie dans la clandestinité à Toulouse, Friedmann dirige dès 1945 la chaire d’histoire du travail du prestigieux Conservatoire national des arts et métiers (CNAM). En 1959, il quitte le CNAM et devient directeur d’études de la VIe Section de l’École pratique des hautes études récemment créée (qui deviendra par la suite l’EHESS). En 1959, il aide à fonder le Laboratoire de sociologie du travail (LSI) que dirigera Alain Touraine.

7Outre son rôle académique en France, il s’engage dans la réorganisation de la sociologie au niveau international et noue des contacts avec des chercheurs à l’étranger. Entre 1956 et 1959, il préside l’Association internationale de sociologie (ISA), au sein de laquelle il organise des rencontres et des débats sur le monde industriel et coordonne des dossiers sur ce thème pour la Revue internationale des sciences sociales, financés par l’Unesco. Il figure parmi les membres du comité exécutif de l’ISA de 1959 à 1962. En Amérique latine, il est nommé en 1958 président d’honneur de la Faculté latino-américaine de sciences sociales (Flacso), titre qu’il conservera jusqu’en 1964.

  • 3 La Campanha Nacional de Aperfeiçoamento de Pessoal de Nível Superior (l’actuel Capes) a été lancée (...)

8Ses premiers contacts avec les sociologues brésiliens ont probablement eu lieu dans le cadre de l’ISA, fondée en 1949. Les premières traces écrites datent de 1954, dont la correspondance avec Anísio Teixeira, alors président de la Campanha Nacional de Aperfeiçoamento do Pessoal do Ensino Superior (Capes)3 récemment créée, et avec Fernando de Azevedo, professeur de la chaire de sociologie II de l’université de Sao Paulo. Tous deux préparaient alors la venue du Français au Brésil qui avait pour objectif de promouvoir le champ de la sociologie industrielle [Festi, 2022].

  • 4 Trois chercheurs du CES se sont ainsi successivement rendus à Santiago entre août 1956 et début 19 (...)

9Friedmann se rendra trois fois dans la région : en 1957, en 1958 et en 1960. Sa première visite, en novembre et décembre 1957, se fait sur invitation de l’université de Buenos Aires et de l’institut de sociologie de l’université du Chili. Sa mission consistait à superviser la première recherche de sociologie industrielle réalisée dans le pays, dans les villes de Lota et de Huachipato, avec l’aide de son équipe du CES4.

  • 5 Cf. « Problemas humanos da empresa contemporânea ». Diário de Notícias (RJ), vendredi 13 décembre  (...)

10Un journal de l’époque relate son premier passage au Brésil : « Arrivant d’Argentine, se trouve à Rio [de Janeiro], le prof. Georges Friedmann, autorité mondiale sur les problèmes de sociologie industrielle et d’organisation rationnelle du travail5 ». Dans la capitale brésilienne d’alors, il donne une conférence sur les « Problèmes humains de la société contemporaine », dans l’amphithéâtre de l’Instituto Superior de Estudos Brasileiros (ISEB), le 16 décembre 1957.

  • 6 Cf. Folha da Manhã. Sábado, 20 septembre 1958, p. 7 ; O Estado de S. Paulo, 21 septembre 1958, p.  (...)
  • 7 Les conférences ont eu lieu le 23 septembre à 20h30, dans le salon noble de la Faculdade de Filoso (...)

11Son second voyage en Amérique du Sud se déroule d’août à novembre 1958, et le mène de Lima à Santiago du Chili, puis à Buenos Aires, à Sao Paulo et enfin à Rio de Janeiro. Le motif de cette nouvelle visite est sa participation à l’inauguration des activités de la Faculté latino-américaine de sciences sociales (Flacso), à Santiago du Chili. Les quotidiens de Sao Paulo6 notent son passage dans cette ville, suite à l’invitation du département de sociologie et d’anthropologie de l’université de Sao Paulo (USP). Il y atterrit le 22 septembre et durant une semaine donne trois conférences ouvertes au public et un séminaire réservé aux professeurs et aux étudiants de la Faculdade de Filosofia, Ciências e Letras de l’USP7.

12Dans un entretien depuis l’hôtel où il a séjourné, Friedmann déclare :

  • 8 Cf. Folha da manhã, mercredi 24 septembre 1958, p. 6.

 Je fais un voyage très particulier en tant que président de la Faculté latino-américaine de sciences Sociales, fondée par l’Unesco et par divers pays d’Amérique latine. Après près d’une semaine à Lima, au Pérou, quatre à Santiago du Chili, où se trouve le siège de l’université que je préside, et une à Buenos Aires, j’arrive à Sao Paulo [...] à l’invitation de la Faculdade de Filosofia, Ciências e Letras [...] Le séminaire programmé pour demain [...] portera sur les recherches en sociologie industrielle qui sont menées en France...8 

  • 9 On soulignera que les liens académiques entre Français et Brésiliens existent depuis longtemps. Po (...)

13De ces échanges naîtra, entre autres, le Centro de Sociologia Industrial e do Trabalho (Cesit) de l’USP, rattaché à la chaire de sociologie I dirigée par Florestan Fernandes. C’est là que commenceront à se tisser des liens durables entre universitaires français et brésiliens, et en particulier l’amitié qui liera Alain Touraine et Fernando Henrique Cardoso9.

La genèse de la sociologie du travail en France et la perspective de Friedmann

14C’est à partir de la critique de la sociologie industrielle nord-américaine qu’émerge la sociologie du travail française, principalement autour des réflexions de Friedmann [1946, 1950, 1956], de Touraine [1952, 1955, 1961] et de Naville [1961, 1963]. Leurs critiques interviennent après une longue période de rapprochement entre intelligentsias française et nord-américaine durant les années 1930 et 1950. Ces critiques ne consacrent pas seulement un simple éloignement au niveau théorique. Les recherches empiriques dirigées par Friedmann tout au long de la seconde moitié des années 1940 confrontent le modèle théorique de la sociologie industrielle nord-américaine à la réalité du monde industriel français. Il était difficile pour les chercheurs français d’expliquer les rapports de travail dans leur pays à l’aune du fonctionnalisme structurel des human relations, inspiré du système social de Vilfredo Pareto. C’est pourquoi ils inaugurent un nouveau champ d’investigation pour les sciences sociales qui a pour but de comprendre le dynamisme de la société contemporaine : la sociologie du travail.

15Ils proposent dans cette optique une étude multidisciplinaire du monde du travail, conjuguant la psychologie sociale, l’économie, la démographie, l’ethnologie et l’histoire du mouvement ouvrier. Pour eux, les frontières de la sociologie du travail ne sont pas rigoureusement tracées, parce que le travail est une des questions centrales qui permettent de comprendre la société dans son ensemble. À la différence de la sociologie industrielle, la sociologie du travail française cherchait des explications englobant la totalité et introduisant une historicité. Elle devrait être « considérée dans sa dimension la plus vaste, comme l’étude, sous leurs divers aspects, de toutes les collectivités humaines qui se constituent à l’occasion du travail » [Friedmann & Naville, 1961, p. 89]. Cela a donné lieu dans les années 1950 et 1960, à une hétérogénéité des interprétations et des recherches sur un large éventail de questions : les attitudes ouvrières et la conscience ouvrière, la mobilité sociale et professionnelle des travailleurs, les impacts sociaux des transformations technologiques, les formes d’organisation des entreprises et le syndicalisme. Ce nouveau champ des sciences sociales s’institutionnalise définitivement avec la parution de la fameuse revue Sociologie du travail en 1959 et des deux volumes du Traité de sociologie du travail, écrits par Friedmann et Naville, en 1961 et 1962.

16Dans ses études théoriques et empiriques, Friedmann cherche donc une compréhension de la totalité capable de procurer une perspective historique aux demandes de « modernisation » de la société. Il s’éloigne en cela de la sociologie nord-américaine qui valorisait une analyse du microsocial et voyait l’usine comme un système fermé sur lui-même. Comme le rappelle Tanguy [2011, p. 87-88], « la modernisation est alors envisagée comme la construction d’un avenir marqué par l’accélération du temps qui amène le progrès et où l’homme devient maître de son histoire ». Dans ce cadre, les sciences sociales auraient pour fonction de produire un savoir rigoureux et scientifique sur la réalité qui servirait de base aux solutions des problèmes sociaux. Parmi les divers domaines de ce champ privilégié, la sociologie du travail occupe une place fondamentale. C’est pour cette raison qu’au cours des années 1940 et 1950 prévaut une conception empiriste aux accents positivistes, des méthodes statistiques et un modèle de quantification des résultats.

17Cette approche porte avec elle une union entre progrès économique et progrès social et établit une autre forme de régulation sociale. La clé de la réussite de la démarche résidait, croyait-on, dans l’augmentation de la productivité du travail, thèse alors hégémonique dans le monde capitaliste occidental [Fourastié, 1952]. La formule semble simple : en augmentant la productivité du travail, qui engendre la croissance de l’économie, on génère également une augmentation des profits capitalistes et de la valeur du salaire réel. Selon cette formule magique qui forme le socle du discours des Trente Glorieuses, l’amélioration de la qualité de vie de la population, surtout des prolétaires, va de pair avec l’augmentation du consumérisme [Fourastié, 1979 ; Boulat, 2008].

18Dans Problèmes humains du machinisme industriel [1946], Friedmann soutient que le développement du machinisme entraine par nature une division du travail, en créant des fonctions de plus en plus spécialisées. Pour lui, cette dialectique interne de la division du travail s’est chargée de mener le machinisme vers l’automatisation. En effet, l’automatisme ne serait pas possible sans la fragmentation des fonctions au travail, fruit de la « seconde révolution industrielle ». Cette nouvelle étape pose les conditions matérielles – disparition du travail qualifié, dissociation radicale entre le travail d’exécution et les fonctions d’organisation, augmentation de la déqualification – de cette innovation dans les moyens de production. Malgré cela, la grande industrie « tend à reconstituer, dans les machines automatiques polyvalentes, une nouvelle forme d’unité de travail, sur un nouveau plan » [Friedmann, 1946, p. 171], car elle concentre une partie des hommes sur des tâches de réglage des machines, créant un « nouveau métier » que Friedmann qualifie de « nouvel artisan ». Ainsi, l’ouvrier superviserait et contrôlerait désormais les nouvelles machines de la future phase de l’automatisme.

  • 10 Friedmann [1956] souligne l’expansion de l’industrialisation vers les pays périphériques avec l’ut (...)

19Friedmann qui avait pourtant alimenté l’espoir de retrouvailles entre l’homme, son autonomie et sa satisfaction au travail grâce à la technologie, révise ses positions dans les préfaces de la première [1956] et de la seconde [1963] édition de son ouvrage Le travail en miettes. Lui qui était allé jusqu’à annoncer que l’automatisme représentait la « troisième révolution industrielle » affirme désormais qu’en fait, il ne s’agit que d’une nouvelle étape de l’industrialisation. Il en perçoit les aspects négatifs dans le processus de mise en place de l’automation et dans la réorganisation de la division internationale du travail, avec l’expansion des parcs industriels aux pays périphériques, comme c’est le cas pour l’Amérique latine10. Plutôt que le « nouvel artisan », il constate l’augmentation relative des « anciennes » formes de travail. Ainsi, « l’automation n’a pas, comme l’espéraient beaucoup de théoriciens, élevé (upgraded) la qualification des opérateurs moyens » [Friedmann, 2012, p. 26].

20Ce changement de point de vue de Friedmann nous amène à formuler l’hypothèse d’une participation à l’internationalisation et à l’institutionnalisation de la sociologie – du travail en particulier – dans le cadre d’organismes et d’institutions internationales, qui a eu pour effet de le mettre en contact avec des réalités et des interprétations différentes de celles élaborées en France dans les années 1950 et 1960. Dans l’avant-propos de 1963 de Travail en miettes, l’auteur conclut que « les effets de l’automation sont si complexes qu’il est impossible aujourd’hui de discerner dans l’avenir leur signification ultime pour l’espèce » [Friedmann, 2012, p. 27]. Au fil des décennies, il passe d’une position contemplative à l’égard du progrès technique et de l’automation industrielle à une remise en question de ces évolutions au travail et dans la société. Ce glissement de perspective est aussi présent dans Problèmes d’Amérique latine, comme nous le montrons ci-après.

L’internationalisation des sciences sociales et l’Amérique latine

21L’apparition de la sociologie du travail au Brésil est intrinsèquement liée à l’essor en Amérique latine des cours de sciences sociales dans les universités et, par conséquent, leur croissante professionnalisation. En France, la sociologie du travail a représenté une spécialisation des sciences sociales, conséquence de la demande sociale d’analyses et de solutions aux « rapports industriels » [Chapoulie, 1991 ; Tanguy, 2011 ; Tréanton, 1986]. En revanche, la sociologie du travail brésilienne a constitué un des divers champs d’exploration pour une génération d’intellectuels marquée par la transdisciplinarité qui :

 […] osait prendre le risque de formuler une théorie de la société brésilienne. Dans cette démarche avant-gardiste, les études sur le travail industriel ont joué un rôle décisif […]. Dans ces conditions, la moderne sociologie du travail industriel est née, au Brésil, fortement tributaire de l’héritage de quelques pionniers qui avaient relevé le défi d’expliquer les conditions d’émergence, les attitudes politiques et l’action syndicale des contingents ouvriers qui se formaient dans le processus de l’industrialisation de remplacement [Castro & Leite, 1994, p. 40].

  • 11 À propos des échanges scientifiques, notamment à travers les boursiers étrangers, voir Garcia [200 (...)

22L’arrivée à la fin des années 1950 en Amérique latine d’un groupe de Français spécialistes de la sociologie du travail est le fruit de la constitution d’une communauté académique internationale. Celle-ci a pu s’appuyer sur le puissant portage politique et financier d’organismes internationaux tels que l’Unesco et l’OEA, de fondations philanthropiques et de gouvernements progressistes qui souhaitaient encourager le développement économique de cette région [Miceli & Massi, 1989 ; Miceli, 1993]. Cette dynamique a démarré avec la création de l’ISA en 1949, qui assurait un contact permanent entre Européens et Latino-Américains et une intensification des échanges de personnes et d’idées. Le processus s’accélère avec les innombrables initiatives parrainées par l’Unesco en Amérique latine, comme la création du Centre brésilien de recherches en éducation (CBPE) en 1955, et la fondation, en 1958, de la Faculté latino-américaine de sciences Sociales (Flacso), à Santiago du Chili et du Centre latino-américain de sciences Sociales (Clapcs) à Rio de Janeiro. C’est d’ailleurs en tant que président d’honneur de la Flacso que Friedmann sillonne l’Amérique latine à la fin des années 1950 et au début des années 196011.

23L’Unesco et les autres organismes internationaux voyaient d’un bon œil que les sciences sociales s’intéressent à la modernisation en cours en Amérique latine, en particulier aux aspects de l’urbanisation et de l’industrialisation menées tambour battant dans la région [Maurel, 2006]. C’est pour cette raison qu’en 1956, lors de la rencontre organisée à Rio de Janeiro pour débattre de la situation des sciences sociales en Amérique latine, la motion suivante a été votée :

  • 12 Cf. Résolution 24 des « Recommandations adoptées lors de la Conférence sur l’enseignement universi (...)

Considérant que dans les processus d’industrialisation actuellement en marche en Amérique du Sud, mais aussi dans le reste du monde, l’atteinte de la plus grande productivité possible est une finalité primordiale ; que pour cela sont fondamentales, une organisation dirigeante appropriée de la société industrielle à ses différents niveaux et une compréhension adéquate de l’automatisme de son fonctionnement ; que ces processus sont intimement liés à la question des rapports humains et du travail ; que le rythme accéléré des transformations économiques en Amérique du Sud et que leurs implications sociales et humaines exigent la coopération de professionnels des sciences sociales dument spécialisés. Nous recommandons : les universités d’Amérique du Sud doivent aider activement les disciplines désignées génériquement sous le nom de relations industrielles ou relations de travail12 (souligné par l’auteur).

24L’idée d’appliquer la connaissance scientifique au développement de certains secteurs de la société est au cœur du projet qui donne naissance au Centre brésilien de recherches en éducation (CBPE), en décembre 1955. À la même époque sont mis en place les centres régionaux, tous rattachés à l’Institut national d’études pédagogiques (Inep), financés par l’État brésilien et l’Unesco. Un des objectifs majeurs était de mener des recherches sur les conditions culturelles de la société brésilienne pour comprendre, dans ses diverses régions, les tendances de développement et de régression et les origines de ces conditions et de ces forces, afin d’obtenir une interprétation régionale du pays aussi exacte et dynamique que possible.

25À partir de 1955, d’innombrables enquêtes, sur tout le territoire brésilien, sont financées par le CBPE. Deux d’entre elles sont essentielles car Juarez Brandão Lopes y a participé. Il obtient son diplôme en sociologie et politique en 1949, à l’École libre de sociologie et de politique de Sao Paulo, où il entre en contact avec le Nord-Américain Donald Pierson qui a fait son master à l’université de Chicago (1953) et revient au Brésil pour y occuper un poste de professeur à l’Institut de gestion de la faculté d’économie de l’USP. Dans les années 1950, il prend part à la recherche sur la mobilité sociale à Sao Paulo, dirigée par Bertram Huitchinson, entre 1956 et 1959, ainsi qu’à celle réalisée dans deux villes-laboratoires sur les impacts de l’industrialisation et de l’urbanisation sur les populations traditionnelles, à partir de 1958.

26La problématique centrale de ces deux grandes études se rapporte à l’adaptation de la société traditionnelle, représentée par les ouvriers agricoles, à la nouvelle société industrielle, représentée notamment par les usines. Dans l’une d’entre elles, il exame le processus de transformation du milieu traditionnel (les communes de Leopoldina et des Cataguases) avec l’arrivée de l’industrie, alors que dans l’autre, il se penche sur la subsistance du traditionnel dans les rapports de travail. Brandão Lopes en conclut la perpétuation de relations personnelles et de comportements traditionnels, malgré l’introduction de rapports impersonnels et d’une plus grande rationalité avec l’arrivée de l’industrie. La raison en serait l’ordre patrimonialiste et les rapports paternalistes qui survivent dans la société urbano-industrielle [Brandão Lopes, 1964, 1967].

27Cet auteur est important dans la mesure où il formule des idées sur le monde du travail qui apparaîtront dans de futures thèses de l’USP [Cardoso, 1961, 1963 ; Rodrigues, 1970]. Par ailleurs, quand les sociologues du travail français arrivent à l’université, ils trouvent en lui et en d’autres jeunes professeurs des interlocuteurs aux aspirations intellectuelles communes, ce qui permettra l’élaboration conjointe de programmes de recherche.

Georges Friedmann découvre l’université de Sao Paulo

28La rencontre entre les sociologues de l’USP et les Français, à la fin des années 1950, accroît la portée du développement de la sociologie de Sao Paulo et de son rayonnement national et international, et influence la production intellectuelle et les carrières des premiers, dont les membres de la chaire de sociologie I. Plusieurs témoignages en soulignent l’ampleur.

29D’après Fernando Henrique Cardoso,

  • 13 Cardoso Fernando Henrique, 2012, « Fernando Henrique Cardoso (depoimento, 2011) », Rio de Janeiro, (...)

 Fernando de Azevedo amena au Brésil un autre Français qui était le patron de Touraine, professeur au Conservatoire des Arts et Métiers, en France. Friedmann, Georges Friedmann. Il travaillait à développer la sociologie du travail, qui était une nouveauté. [...] Friedmann et moi avons beaucoup parlé et il avait lancé avec Fernando Azevedo l’idée de monter un centre de sociologie du travail, et il disait que je devais en être le directeur. Bon, ça a créé quelques problèmes, un peu de jalousie, mais j’ai fini par diriger le Centre de sociologie industrielle et du travail (Cesit). Et après Friedmann déclara : “Ici, moi je ne peux pas, ce n’est pas pour moi, je suis trop vieux. Il faut que j’envoie des jeunes.” Et il envoya Touraine, qui était allé au Chili, où il avait fait une recherche avec mon ami Enzo Faletto. [...] Et Touraine a eu une influence encore plus grande sur nous, parce qu’il était plus jeune, brillant et il avait lu nos travaux. Nous avions préparé une série d’articles qui ont été publiés dans la revue de Sartre, Les temps modernes. Il y avait des articles, de Juarez Brandão Lopes qui était très lié à nous, de Ianni et de moi  [Cardoso, 2012]13.

  • 14 Il s’agit de l’intervention de Juarez B. Lopes lors du séminaire international « Quand la sociolog (...)

30Juarez Brandão était également présent au séminaire de Friedmann à l’USP. Dans l’un de ses témoignages14, il se souvient que quelqu’un (peut-être Florestan Fernandes) lui a téléphoné pour lui dire que le sociologue français voulait le rencontrer : « Nous avons parlé toute une après-midi, raconte-t-il, en nous promenant dans Sao Paulo […] J’ai dû lui parler des recherches que je menais alors [...] nous avons flâné et bu un thé sur l’avenue Angélica. » Le sociologue brésilien voit cette rencontre comme un moment charnière dans sa recherche et pour le groupe de l’université de Sao Paulo concernant le thème du monde du travail et de l’industrie. Jusqu’en 1958, les travaux de l’USP sur ces questions sont influencés par la sociologie nord-américaine. Le séjour de Friedmann a donc marqué un tournant dans le référentiel théorique et, en même temps, a ouvert de nouveaux champs de recherche et de financement et permis à ces jeunes chercheurs de se rapprocher de l’un des centres de production sociologique les plus importants.

31On peut imaginer qu’au cours de son séminaire à l’USP en 1958, Friedmann évoque les expériences de recherche des Français sur le monde du travail ainsi que le renouvellement entrepris au sein des établissements d’enseignement et de recherche. Ce renouveau renforce les centres et les laboratoires où ils mènent leurs travaux grâce au soutien financier de l’État, des organismes nationaux et internationaux et de fondations philanthropiques. La sociologie française est alors en plein essor, avec une série de nouveaux projets et d’institutions qui voient le jour. Par exemple, la grande recherche sur les impacts des transformations techniques sur la subjectivité des ouvriers, financée par l’Agence européenne de productivité de l’Organisation européenne de coopération économique touchait à sa fin [Agence européenne de productivité, 1956]. À l’EPHE, où Friedmann était devenu directeur d’études, le Laboratoire de sociologie industrielle venait d’être fondé. Une nouvelle revue était en train de naître, la Sociologie du travail, et un traité sur cette discipline allait être organisé par Friedmann, Naville et Tréanton.

  • 15 Le Cesit est devenu la principale expérience de centre de recherche en sociologie à l’USP au début (...)

32Le Français aura sans doute parlé aux universitaires de l’USP de l’expérience vécue par son groupe à Santiago du Chili, dans le cadre des enquêtes à Lota et à Huachipato, et aura certainement livré ses impressions sur l’importance de la construction d’une sociologie basée sur des recherches empiriques et appliquées. En tant que président de l’ISA et de la Flacso, Friedmann occupe une position idéale pour dresser un panorama des sciences sociales dans le monde et enthousiasmer les Brésiliens avec la possibilité de bâtir à Sao Paulo ce qui deviendra le Centro de Sociologia Industrial et do Trabalho (Cesit)15.

  • 16 Cf Lettre de Friedmann à Azevedo, 8 juin 1961. Archives Fernando de Azevedo, Archives IEB-USP. Cod (...)

33Après ses activités à Sao Paulo, il part en compagnie de sa fille à Rio de Janeiro, où il participe à la sélection de nouveaux étudiants boursiers pour la Flacso, avant de retourner en France. Il est persuadé que l’USP, « de par la qualité de ses chercheurs et sa situation au cœur du centre industriel le plus puissant d’Amérique latine, doit jouer et jouera, dans le développement des études sur les aspects sociaux de l’industrialisation, un rôle éminent16 ». Le Français est donc impressionné par ce qu’il a vu à Sao Paulo et par le groupe de jeunes universitaires de l’USP, en particulier ceux liés à Florestan Fernandes, à la chaire de sociologie I.

  • 17 Bien qu’il ait manifesté le souhait de connaître Sao Paulo, Crozier n’a jamais réussi à réaliser c (...)
  • 18 Au moment du coup d’État militaire de 1964, Touraine organisait une énorme recherche entre la Fran (...)

34Friedmann ne retournera jamais à l’USP, mais ouvre la voie à Alain Touraine et Michel Crozier17 – la nouvelle génération de la sociologie française – pour aider à bâtir le futur Cesit et à préparer des recherches conjointes entre les deux pays18. Sur les deux, seul Touraine parviendra à concrétiser le projet et tissera des liens qui transcenderont la sociologie du travail et le milieu académique [Touraine, 1977].

  • 19 Cf. Correio da Manhã, samedi 6 août 1960, p. 2. Hémérothèque numérique de la Biblioteca Nacional d (...)

35Le dernier séjour de Friedmann en Amérique latine dont on ait connaissance date de 1960, quand il visite le Brésil et l’Argentine, avant de se rendre à Santiago du Chili où se réunit le Comité directeur de la Flacso. Il part ensuite au Mexique, où il passe deux semaines, puis aux USA [Friedmann, 1961]. On sait très peu de choses de son séjour au Brésil cette année-là. Nous n’avons trouvé qu’une brève note dans un journal de Rio de Janeiro qui informe qu’il donnera une conférence le 11 août à l’Alliance française locale sur le thème « Problèmes humains de la civilisation technique19 ».

Les problèmes de l’Amérique latine selon Friedmann

  • 20 Les deux ouvrages n’ont jamais été traduits ni publiés que ce soit au Brésil ou en Amérique hispan (...)

36Au-delà des lettres de Friedmann à ses collègues d’Amérique latine, c’est dans les ouvrages publiés sous le titre de « Problèmes de l’Amérique latine », en 1959 et 1961, que l’on trouve les réflexions que lui ont inspirées ses trois voyages dans la région, entre 1957 et 1960. Elles prennent la forme de notes sur la vie sociale et politique, de réflexions aléatoires, accompagnées d’une « ethnologie » du monde intellectuel. Elles ne sauraient être envisagées comme le fruit de réflexions approfondies et méthodiques de l’auteur sur le sous-continent. Ceci étant, Friedmann les a publiées, ce qui laisse supposer qu’il les considérait comme suffisamment pertinentes même si elles ne résultaient pas de recherches scientifiques. On peut postuler l’existence d’un marché pour ce type de littérature en France et d’un public intéressé par les progrès sociaux, économiques et politiques en cours en Amérique latine20. La lecture de ces deux petits ouvrages nous permet d’élucider la façon dont le principal animateur de la sociologie du travail en France – parti la fonder en Amérique latine – voit cette région. En dernière instance, la vision du monde présente dans ces livres est alors partagée par nombre des experts et des responsables d’organismes internationaux ou philanthropiques qui ont investi dans le développement des sciences sociales latino-américaines.

37D’après Friedmann, ces voyages lui ont permis de découvrir un « monde immense, complexe, fascinant par ses beautés naturelles, ses richesses, ses contradictions brutales » [Friedmann, 1959, p. 17]. Il s’émerveille non seulement de la nature, mais aussi par des particularités de sociétés en cours de « modernisation », qui s’industrialisent et dont les villes grandissent à une allure vertigineuse, cohabitant avec des rapports sociaux « archaïques » et « traditionnels ». Il est impressionné par les parcs industriels du Chili, d’Argentine et de Sao Paulo, mais aussi par les mines au nord du Chili et par l’agriculture des pampas argentines. Il souligne dans ses lettres et dans son livre à quel point il est ébloui par la Cité universitaire de l’USP et par la grandiosité de la construction de Brasilia.

38Il trouve un continent en proie à des tensions économiques, sociales et politiques, au bord de l’explosion. Il saisit le sens de la domination exercée par les États-Unis, et perçoit que les maux de la région pourraient être surmontés si ses propres potentiels naturels et sociaux étaient orientés vers un projet commun. À la fois enchanté par la région et conscient des problèmes existants, il reste optimiste à l’égard de la possibilité pour le sous-continent de trouver une « voie alternative » pour la modernisation capitaliste.

39Entre la publication du premier (1959) et du second livre (1961), le débat politique sur le continent prend un virage avec l’éclatement de la révolution cubaine. Elle contraint Friedmann à un changement de perspective. Lors de ses deux premiers voyages (1957 et 1958), il était convaincu que l’espoir de la région résidait dans la politique panaméricaine prônée par le président de la République du Brésil de l’époque, Juscelino Kubitschek, qui plaidait pour une planification économique et sociale en Amérique latine, avec le soutien (financier) des États-Unis. Dans son second ouvrage, face à l’augmentation des tensions provoquées par la guerre froide, après que Cuba se soit déclarée « la première République démocratique socialiste d’Amérique latine », Friedmann se montre plus inquiet de voir la crise économique de la région déboucher sur une crise politique sans précédent. Il termine ce second livre toujours convaincu de la nécessité d’une union de tous les pays latino-américains, car d’après lui, c’est cela ou « le chaos et la tyrannie » [Friedmann, 1961].

40Dans la seconde moitié des années 1950, l’économie sud-américaine se fragilise et les problèmes se présentent de façon structurelle sous leurs formes les plus diverses : la question agraire, la question indienne (surtout dans l’Amérique espagnole), l’inflation, la baisse des prix des matières premières, la mauvaise qualité des produits manufacturés, la mauvaise gestion des industries, etc. D’après Friedmann, deux grandes théories ont cours chez les intellectuels pour expliquer la situation. La première, formulée à l’université du Chili par l’économiste Flavian Levine Brawden attribue au fort taux de croissance démographique la principale cause des problèmes sociaux, économiques et politiques. Elle préconise un investissement  –bien au-delà des capacités réelles – nécessaire au maintien du niveau de vie de la population au cours des années. La seconde explication défendue par des économistes « nationalistes » brésiliens (probablement de l’Iseb), envisage la croissance démographique comme un atout, car elle représente une énorme source de force de travail et un marché pour l’industrie en série.

41Selon la même logique que celle appliquée en France, Friedmann tente de formuler sa propre interprétation, soit l’importance attribuée à l’augmentation de la productivité du travail :

 Pour accroître le pouvoir d’achat des masses rurales de l’Amérique latine (qui forment plus de la moitié de la population active), il faut augmenter leur productivité en modernisant et mécanisant, partout où la nature le permet, les méthodes de production et promouvoir l’intégration régionale, c’est-à-dire le marché commun latino-américain. Bien entendu, un développement équilibré des économies nationales est indispensable, portant sur l’industrie en même temps que sur l’agriculture afin d’absorber les ruraux “libérés” par le progrès technique des campagnes. C’est la densité du capital investi par habitant et non la densité démographique qui parait actuellement l’objectif no 1 [Friedmann, 1959, p. 26-27].

42Friedmann est également convaincu que la spécificité de l’industrie de l’Amérique latine et le phénomène politique du populisme sont deux caractéristiques marquantes du « sous-développement ». Ici, une telle formulation n’est pas originale, car elle ne fait qu’absorber des théories de Latino-Américains qu’il a rencontrés au cours de ses voyages. Pour lui, par exemple, l’industrialisation accélérée et désordonnée, qui a créé une masse urbaine toujours attachée à une mentalité rurale dans ses façons de sentir et de penser, soumise aux brutalités de la vie citadine et aux terribles conditions de logement (favelas au Brésil, villas misérables en Argentine et callampas au Chili), alimente le populisme latino-américain, comme le gétulisme ou le travaillisme au Brésil et le péronisme en Argentine. Une étude de l’Institut de sociologie de l’université de Buenos Aires, dirigée par Gino Germani, indique que dans l’agglomération de la capitale argentine, 60 % de la force de travail industrielle est d’origine rurale, ce qui formerait le socle du populisme. « Quand on parcourt les quartiers industriels de l’ouest de la capitale, on lit sur les maisons ouvrières, parfois sur les murs mêmes des usines : Perón eterno, Peron volverá » [Friedmann, 1959, p. 33].

43Friedmann constate un débat semblable à Sao Paulo, comme il le raconte dans ce passage :

[…] de jeunes sociologues brésiliens commencent à observer, à l’aide des techniques modernes d’investigation, l’immigration intérieure, ses modalités, le comportement politique, syndical et plus généralement psychologique des nouvelles couches d’ouvriers. L’une des enquêtes les plus suggestives, à ma connaissance, celle de M. Juarez Brandão Lopes, porte sur une usine de São Paulo dont le personnel ouvrier comprend deux types d’immigrants » [Friedmann, 1959, p. 35].

  • 21 Sa communication avait pour titre « Aspects de l’adaptation des migrants ruraux aux conditions urb (...)

44Lors de son séjour au Brésil en 1958, Friedmann se promène avec Juarez Brandão Lopes, qui est au sommet de ses recherches sur la mobilité sociale à Sao Paulo et sur les impacts de l’industrialisation dans deux communes rurales de Minas Gerais. Brandão Lopes confie à Friedmann un texte qu’il compte présenter au séminaire sur l’urbanisation en Amérique latine, organisé par l’Unesco et qui doit se tenir en juillet de l’année suivante21. Dans son livre, le Français semble convaincu par la thèse de l’auteur brésilien pour qui ces migrants ont pour projet personnel de devenir des travailleurs indépendants ou de retourner dans leurs territoires d’origine, ce qui expliquerait leur inadaptation à l’univers rationnel des usines. Cela expliquerait aussi la faiblesse des syndicats : les ouvriers, ne se concevant pas comme une classe sociale unitaire, n’ont pas de conscience de classe et ne peuvent agir politiquement de façon autonome.

45Il est intéressant de noter que les conclusions de Brandão Lopes sont très proches des conclusions que tirait au Chili le groupe de Français désignés par Friedmann pour diriger la recherche auprès des ouvriers de Lota et de Huachipato. Là-bas, le système d’explication théorique est aussi dualiste et conclut que d’une ville à l’autre, de Lota à Huachipato, de l’archaïsme à la modernité, on observe le passage d’une situation de conflit qui entraine la rupture entre les classes sociales, à une nouvelle situation de négociation. On passe donc, d’après Touraine, d’une société fermée à une société ouverte au sein de laquelle une bataille oppose divers sujets historiques autour de projets économiques et donc du destin même de la société [Di Tella et al., 1966].

46Le point de vue exprimé par Friedmann dans ses deux ouvrages sur l’Amérique latine, ainsi que les conclusions de Touraine, Reynaud et Brandão Lopes sur les particularités de la classe ouvrière latino-américaine, sont à la base de la démarche qui donne naissance au Centro de Sociologia Industrial e do Trabalho (Cesit), dans lequel autant Friedmann que Touraine jouent un rôle décisif. L’objectif majeur du nouveau centre est d’étudier la conscience de la classe ouvrière et la mentalité des industriels et, à partir des connaissances acquises, d’alimenter des politiques susceptibles d’agir de façon plus rationnelle sur le processus de modernisation de la société brésilienne et de surmonter les maux de son passé colonial (archaïsme, traditionalisme, clientélisme, etc.) [Festi, 2022, 2023 ; Romão, 2006].

47Dans un passage du livre, Friedmann rappelle les contrastes qu’il a observés durant sa visite. Entre la belle architecture de l’aéroport de Sao Paulo, aux « techniques » harmonieuses et l’un des plus mouvementés du monde (avec des décollages et des atterrissages toutes les 10 minutes en journée) et, non loin, dans un quartier ouvrier, un petit bâtiment consacré au culte de Xangô : « J’y ai assisté, tout un après-midi de dimanche, à une cérémonie de candomblé desservie, si l’on peut dire, par un jeune pai de santo originaire de Bahia » [Friedmann, 1959, p. 42]. Il poursuit, affichant une vision duelle et ethnocentrique de la réalité brésilienne : « [L]e contraste entre le très moderne aéroport de Sao Paulo et, sur son pourtour, les rites extatiques du candomblé est frappant, certes, mais on en trouve de tous côtés, en Amérique latine, qui ne le sont pas moins » [Friedmann, 1959, p. 47]. Plus loin, il évoque le Nord-Est rural et la capitale de l’État de Sao Paulo, les hauts fourneaux de Huachipato et les mineurs de Lota, le contraste entre les modernes instituts de recherches et la réalité misérable des pays.

48Dans le premier livre, Friedmann mise sur la nécessité de mettre sur pied un marché commun entre les pays de l’Amérique latine pour affronter les maux qui les affligent à un rythme accéléré. Cette intégration permettrait également à la région de faire face à la variation des prix des produits sur le marché mondial (principalement des matières premières).

49Ce premier livre de Friedmann sur l’Amérique latine montre une préoccupation latente vis-à-vis de l’éclatement d’une crise politique résultant de sa crise sociale et économique. Les tensions dans les pays latino-américains sont perceptibles dès la seconde moitié des années 1950. Sa vision politique et son point de vue sur l’avenir des peuples latino-américains restent néanmoins conservateurs. Reproduisant le discours d’un ami qui identifie une faiblesse des institutions démocratiques dans la région, Friedmann ne voit qu’une alternative : l’unité – procurée par le marché commun – ou le chaos.

50Ce point de vue connaît un glissement dans son second livre publié en 1961. Comme le suggère son sous-titre, Friedmann se demande si l’Amérique latine peut offrir au monde une « seconde vie », distincte du « capitalisme yankee » et du communisme soviétique ou chinois. Son troisième séjour se déroule après la révolution cubaine de 1959 qui soulève un intérêt et un optimisme énormes. Malgré une crise chronique alimentée par une croissance démographique galopante et une tendance à la paupérisation, le Français reste confiant quant à la possibilité d’une amélioration de son économie. Cette conviction se renforce après l’élection de John F. Kennedy à la présidence des États-Unis et avec la naissance de « l’alliance par le progrès et pour le progrès », qui annonce la mise en œuvre de politiques keynésiennes sur l’ensemble du continent, à la manière du Plan Marshall en Europe.

51Le tableau change après l’adhésion de la révolution cubaine au « socialisme ». Quand Friedmann écrit son second ouvrage, Cuba se présente à lui comme une troisième voie, plus humaniste et démocratique, qui fait de la réforme agraire le socle fondamental de ses transformations sociales. Pour lui, Cuba est une véritable volution authentique de l’Amérique latine. Cet optimisme finit par s’estomper, comme il l’écrit dans un court addendum à sa préface, rédigé deux mois après la conclusion du livre et daté du 1er mai 1961, jour où Cuba s’autodéclare « première République démocratique socialiste d’Amérique latine ». Pour lui, la guerre froide perdure à l’initiative des États-Unis qui adoptent contre les gouvernements progressistes une politique plus interventionniste et conspirationniste ou, pour le dire clairement, appuieront les coups d’État.

Considérations finales

52Friedmann a été l’un des acteurs majeurs de la création et de l’essor de la sociologie du travail dans divers pays. En tant que président de l’ISA et, plus tard, président d’honneur de la Flacso, il met en place d’importants liens académiques et personnels entre universitaires d’Amérique latine – du Chili, d’Argentine et du Brésil – et son groupe en France – notamment, Alain Touraine. Sa vision contemplative du progrès technique de la société, au milieu des années 1950, exprime une pensée partagée par de nombreux intellectuels européens ou experts des organismes internationaux qui travaillent sur ou pour le continent latino-américain. Cette position évolue toutefois à l’aube des années 1960, de façon subtile, vers une vision plus réaliste des dilemmes de l’industrialisation et des difficultés à consolider une démocratie libérale dans la région, s’éloignant d’une explication adossée au modèle le développement de l’Europe occidentale.

53La période où Friedmann visite l’Amérique latine et écrit les deux ouvrages cités dans cet article coïncide avec l’évolution de son point de vue sur l’automation, comme il le souligne dans la préface de 1963 du Travail en miettes. Ainsi, les difficultés que rencontre « l’évolution technique » au moment de s’étendre aux régions non européennes et l’apparition de statistiques indiquant un certain niveau de précarisation du travail provoquée par l’automation ont rendu le sociologue français plus réticent face à l’approche d’un monde émancipé du travail manuel qu’il discernait dans les années 1950.

Haut de page

Bibliographie

Agence EuropÉenne De ProductivitÉ, 1956, Travailleurs de l’acier et progrès technique : Version Industrielle, Paris, Agence Européenne de Productivité de l’Organisation Européenne de Coopération Économique.

Boulat Régis, 2008, Jean Fourastié, un expert en productivité. La modernisation de la France (années trente-années cinquante), Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté.

Brandão Lopes Juarez Rubens, 1964, Sociedade Industrial no Brasil, Sao Paulo, Difel.

Brandão Lopes Juarez Rubens, 1967, Crise do Brasil arcaico, Sao Paulo, Difusão Europeia do Livro.

Canêdo Letícia & Garcia Afrânio, 2004, « Les boursiers brésiliens et l’accès aux formations d’excellence internationales », Cahiers du Brésil Contemporain, vol. 57/58-59/60, p. 21-48.

Cardoso Fernando Henrique, 1961, « Le prolétariat brésilien. Situation et comportement social », Sociologie du Travail, vol. 3, no 4, p. 50-65.

Cardoso Fernando Henrique, 1963, « Tradition et innovation : la mentalité des entrepreneurs de São Paulo », Sociologie du Travail, vol. 5, no 3, p. 209-224.

Castro Nadya Araujo & Leite Marcia De Paula, 1994, « A sociologia do trabalho industrial no Brasil: Desafios e interpretações », Boletim informativo e Bibliográfico de Ciências Sociais, vol. 37, p. 39-59.

Chapoulie Jean-Michel, 1991, « La seconde fondation de la sociologie française, les Etats-Unis et la classe ouvrière », Revue française de sociologie, vol. 32, no 3, p. 321-364.

Di Tella Torcuato, Brams Lucien, Reynaud Jean-Daniel & Touraine Alain, 1966, Huachipato et Lota. Étude sur la conscience ouvrière dans deux entreprises chiliennes, Paris, Éditions du Centre national de la recherche scientifique.

Festi Ricardo Colturato, 2022, « As articulações franco-brasileiras na formação da sociologia do trabalho no Brasil (1950-1960) », Revista Brasileira de Ciências Sociais, vol. 37, no 109. DOI : 10.1590/3710901/2022

Festi Ricardo Colturato, 2023, As origens da sociologia do trabalho: percursos cruzados entre Brasil e França, Sao Paulo, Boitempo.

FourastiÉ Jean, 1952, La productivité, Paris, Presses universitaires de France.

FourastiÉ Jean, 1979, Les Trente glorieuses ou la Révolution invisible de 1946 à 1975, Paris, Fayard.

Friedmann Georges, 1936, La Crise du progrès, esquisse d’histoire des idées. 1895-1935, 6e édition, Paris, Gallimard.

Friedmann Georges, 1946, Problèmes humains du machinisme industriel, Paris, Gallimard.

Friedmann Georges, 1963[1950], Où va le travail humain ?, Paris, Gallimard.

Friedmann Georges, 1956, Le travail en miettes. Spécialisation et loisirs, Bruxelles, Éditions de l’université de Bruxelles.

Friedmann Georges, 1959, Problèmes d’Amérique latine, Paris, Gallimard.

Friedmann Georges, 1961, Problèmes d’Amérique latine II. Signal d’une troisième voie ?, Paris, Gallimard.

Friedmann Georges, 2012 [1956], Le travail en miettes. Spécialisation et loisirs, Bruxelles, Éditions de l’université de Bruxelles.

Friedmann Georges & Naville Pierre, 1961, Traité de sociologie du travail, vol. 1, Paris, Armand Colin.

Garcia Afrânio, 2006, « Circulación internacional y formación de una “escuela de pensamiento” latinoamericana (1945-2000) », Prismas, vol. 10, no 1, p. 11-35.

Garcia Afrânio & Muñoz Marie-Claude (dir.), 2009, Mobilité universitaire et circulation internationale des idées. Le Brésil et la mondialisation des savoirs, Bondy, ARES.

Maurel Chloé, 2006, « L’Unesco de 1945 à 1974 », Thèse de Doctorat, Paris, Université Panthéon-Sorbonne Paris I.

Mendes Flávio da Silva, 2019, « Alain Touraine e o Brasil: atores sociais e dependência em diálogos dos anos 1970 », Lua Nova: Revista de Cultura e Política, no 106, p. 97-129. DOI : 10.1590/0102-097129/106

Miceli Sergio (dir.), 1989, História das ciências sociais no Brasil, Sao Paulo, IDESP/ Vértice/ FINEP.

Miceli Sergio (dir.), 1993, A Fundação Ford no Brasil, Sao Paulo, Sumaré/FAPESP.

Naville Pierre, 1961, L’automation et le travail humain. Rapport d’enquête (France, 1957-1959), Paris, Centre national de la recherche scientifique.

Naville Pierre, 1963, Vers l’automatisme social ? Problèmes du travail et de l’automation, Paris, Gallimard.

Rodrigues Leôncio Martins, 1970, Industrialização e atitudes operárias: estudo de um grupo de trabalhadores, Sao Paulo, Editora Brasiliense.

Romão Wagner de Melo, 2006, Sociologia e política acadêmica nos anos 1960: a experiência do CESIT, Sao Paulo, Humanitas.

Tanguy Lucie, 2011, La sociologie du travail en France : enquête sur le travail des sociologues, 1950-1990, Paris, La Découverte.

Touraine Alain, 1952, « Ambiguïtés de la sociologie industrielle américaine », Cahiers Internationaux de Sociologie, vol. 12, p. 131-146.

Touraine Alain, 1955, L’Évolution du travail ouvrier aux usines Renault, Paris, Centre national de la recherche scientifique.

Touraine Alain, 1977, Un désir d’histoire, Paris, Stock.

Touraine Alain & Ragazzi Orietta, 1961, Ouvriers d’origine agricole, Paris, Seuil.

TrÉanton Jean-René, 1986, « Sur les débuts de la sociologie du travail », Revue française de sociologie, vol. 27, no 4, p. 735-740. DOI : 10.2307/3321710

Archives de l’Unesco, Paris, France.

Archives générales de l’université de Sao Paulo, Sao Paulo, Brésil.

Hémérothèque Numérique de la Bibliothèque Nationale du Brésil, Rio de Janeiro, Brésil. URL : https ://bndigital.bn.gov.br/hemeroteca-digital/

Instituto de Estudos Brasileiros (IEB), USP, Sao Paulo, Brésil.

Haut de page

Notes

1 Cet article a reçu le soutien financier de la Fundação de Apoio à Pesquisa do Distrito Federal (FAPDF), Brésil.

2 Pierre Naville, Alain Touraine, Edgar Morin et Jean-Daniel Reynaud ont également fait partie du CES.

3 La Campanha Nacional de Aperfeiçoamento de Pessoal de Nível Superior (l’actuel Capes) a été lancée le 11 juillet 1951 et figurait parmi ses objectifs de « démarrer un double programme d’urgence, comprenant l’assistance technique aux universités par le recrutement de professeurs étrangers et le comblement des lacunes les plus persistantes de notre corps technico-scientifique, par le biais du perfectionnement à l’étranger » (Cf. A campanha de aperfeiçoamento de pessoal de nível superior, Arquivo Anísio Teixeira, Arquivo FGV-CPDOC. Código: AnT p/ Capes 1952/1964.00.00).

4 Trois chercheurs du CES se sont ainsi successivement rendus à Santiago entre août 1956 et début 1958. Alain Touraine, le premier envoyé, a sélectionné le thème et le champ de recherche. Jean-Daniel Reynaud s’est occupé de l’organisation et de la réalisation des enquêtes ainsi que de la préparation de l’exploitation des résultats. Lucien Brams s’est chargé d’analyser les données. Enfin, l’Argentin Torcuato Di Tella a rédigé le texte dans sa quasi-totalité (sauf la première partie de l’introduction et la conclusion, écrites par Touraine), publié en 1966. L’équipe chilienne était coordonnée par Herman Godoy et comptait parmi ses membres le jeune Enzo Faletto, entre autres [Di Tella et al., 1966].

5 Cf. « Problemas humanos da empresa contemporânea ». Diário de Notícias (RJ), vendredi 13 décembre 1957, p. 9.

6 Cf. Folha da Manhã. Sábado, 20 septembre 1958, p. 7 ; O Estado de S. Paulo, 21 septembre 1958, p. 25 ; O Estado de S. Paulo, 23  septembre 1958, p. 17 ; e Folha da manhã, mercredi 24 septembre 1958, p. 6.

7 Les conférences ont eu lieu le 23 septembre à 20h30, dans le salon noble de la Faculdade de Filosofia, Ciências e Letras de l’USP, sur le thème « Histoire du travail-sociologie industrielle » ; le 24, à 14h30, au Centre Régional de Recherches en Éducation, à la cité universitaire Armando de Salles Oliveira, sur le thème de « La division du travail : spécialisation et loisirs » ; le même jour, à 20h30, dans le salon noble de la Faculdade de Filosofia de l’USP, sur « Le progrès technique : liberté ou servitude ? ». Enfin, le 25, à 16h, un séminaire au Departamento de Sociologia e de Antropologia de l’USP.

8 Cf. Folha da manhã, mercredi 24 septembre 1958, p. 6.

9 On soulignera que les liens académiques entre Français et Brésiliens existent depuis longtemps. Pour l’USP en particulier, ils remontent à sa fondation, en 1934, quand des professeurs français intégraient son corps enseignant, parmi eux Roger Bastide et Claude Lévi-Strauss. Cet article se penche sur le début des relations d’une nouvelle génération d’intellectuels des deux pays, à partir de 1950.

10 Friedmann [1956] souligne l’expansion de l’industrialisation vers les pays périphériques avec l’utilisation des machines fordistes et la création de tiers non qualifiés (ou spécialisés).

11 À propos des échanges scientifiques, notamment à travers les boursiers étrangers, voir Garcia [2006], Canêdo & Garcia [2004], Garcia & Muñoz [2009] et Mendes [2019].

12 Cf. Résolution 24 des « Recommandations adoptées lors de la Conférence sur l’enseignement universitaire des sciences sociales en Amérique du Sud, Rio de Janeiro, 5-14 mars 1956 », Archives de l’Unesco, Paris.

13 Cardoso Fernando Henrique, 2012, « Fernando Henrique Cardoso (depoimento, 2011) », Rio de Janeiro, CPDOC/FGV; LAU/IFCS/UFRJ; ISCTE/IUL.

14 Il s’agit de l’intervention de Juarez B. Lopes lors du séminaire international « Quand la sociologie se soumet à l’analyse sociologique », en août 2009, à la Faculté d’éducation de l’Unicamp. Cette rencontre a été financée par le CNRS et la Fapesp et a eu la participation de la sociologue française Lucie Tanguy. Nos remerciements à la professeure Liliana Segnini qui nous a transmis la transcription de cette intervention.

15 Le Cesit est devenu la principale expérience de centre de recherche en sociologie à l’USP au début des années soixante. Il a réuni des personnalités qui marqueront la sociologie brésilienne, comme Florestan Fernandes, Fernando Henrique Cardoso, Otavio Ianni, Luiz Pereira, Paul Singer entre autres. Pour une étude plus approfondie sur le Cesit, voir Festi [2018] et Romão [2006].

16 Cf Lettre de Friedmann à Azevedo, 8 juin 1961. Archives Fernando de Azevedo, Archives IEB-USP. Code : Cp-cx13, 24.

17 Bien qu’il ait manifesté le souhait de connaître Sao Paulo, Crozier n’a jamais réussi à réaliser cette mission. Il a toutefois accueilli plusieurs sociologues de l’USP dans son laboratoire à Paris, dont Fernando Henrique Cardoso, en 1963.

18 Au moment du coup d’État militaire de 1964, Touraine organisait une énorme recherche entre la France, le Brésil, le Chili, l’Argentine et d’autres pays d’Amérique latine pour mesurer et comparer la conscience de classe des travailleurs. Au Brésil, le Cesit devait se charger des enquêtes, mais la recherche n’a jamais été réalisée.

19 Cf. Correio da Manhã, samedi 6 août 1960, p. 2. Hémérothèque numérique de la Biblioteca Nacional du Brésil.

20 Les deux ouvrages n’ont jamais été traduits ni publiés que ce soit au Brésil ou en Amérique hispanique. Il semble qu’ils n’aient été traduits qu’une fois, en italien, dans les années 1970.

21 Sa communication avait pour titre « Aspects de l’adaptation des migrants ruraux aux conditions urbaines et industrielles à Sao Paulo », pour l’ONU-Unesco. Seminar on Urbanization in Latin America, juin 1959, Santiago du Chili.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ricardo Festi, « Georges Friedmann et les voyages en Amérique latine dans la construction de la sociologie du travail »Cahiers des Amériques latines [En ligne], 102 | 2023, mis en ligne le 07 décembre 2023, consulté le 20 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/cal/17398 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cal.17398

Haut de page

Auteur

Ricardo Festi

université de Brasilia (UnB), Brésil

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search