Navigation – Plan du site

AccueilNuméros102ChroniqueLes « oubliés » des vitrines comm...

Chronique

Les « oubliés » des vitrines commémoratives

Los "olvidados" de las vitrinas conmemorativas
Françoise Martinez

Texte intégral

  • 1 Cette chronique reprend des réflexions engagées dans Fêter la nation. Mexique et Bolivie pendant l (...)

1Après les commémorations desdits premiers centenaires des indépendances – nous reviendrons sur la dénomination – qui prirent la forme, dans toute l’Amérique latine et surtout dans les capitales, de célébrations, défilés, inaugurations, pendant des semaines, nous assistons, depuis 2009, aux célébrations desdits bicentenaires de ces mêmes indépendances, qui se poursuivront jusqu’en 2030 en Amérique du Sud (Bolivie, 2025 ; Uruguay, 2025 et 2030 ; Venezuela, 2029 ; Équateur, 2030). Aujourd’hui, comme au début du xxe siècle, ces célébrations révèlent des modalités inédites de communication étatique sur la nation1. Ce sont ces mises en scène de l’histoire et les modalités d’exaltation de la nation ou de ce qui est montré comme la nation, qu’il est éclairant de comparer, de façon synchronique et diachronique, pour comprendre à quelles urgences politiques ou à quelles ambitions identitaires elles répondaient et peuvent répondre encore aujourd’hui.

Le temps des vitrines

2Depuis 2009-2010, les célébrations des bicentenaires, mises en sourdine entre 2020 et 2022 pendant les deux années de pandémie et de confinements successifs, s’inscrivent en écho, dans leurs préparatifs et dans leurs réalisations, avec celles des bien ou mal nommés premiers centenaires des indépendances. Les dates et années commémorées aujourd’hui, comme au siècle dernier, ne correspondent pas à celles des véritables proclamations d’indépendance [Pérez Vejo, 2010] ni même à de réels sursauts d’indépendance. Elles renvoient plus souvent à la formation d’une première junte ou à un premier soulèvement dont la date fut a posteriori choisie, souvent, pour la signature d’un acte ou d’une première constitution. Il est donc fréquent, en fonction de ces histoires particulières, que les pays possèdent deux, voire trois années de référence (comme l’Uruguay : 1811, 1825, 1830). Ce sont bien ces dates et ces années qui se sont imposées dans les récits nationaux pour incarner le passage à une ère nouvelle. Consacrées par le temps et l’usage, elles sont devenues les actes de naissance de constructions étatiques puis nationales. La surenchère pour revendiquer le premier soulèvement indépendantiste et le commémorer vite et bien interdisait d’attendre des dates plus tardives d’indépendance effective ou de constitution. Il était préférable de fédérer, en développant l’orgueil national autour d’un mouvement supposé précoce et devenu dès lors dans la mémoire collective, fête nationale de l’indépendance, dans une espèce de confusion volontaire [Martinez, 2017].

3Quoi qu’il en soit, ces commémorations sont des moments propices à l’affichage, à la mise en scène, à la présentation de vitrines nationales dont le but est moins de faire un bilan de la situation des pays, après cent ans d’indépendance, que d’afficher leur « réussite ». Ces élans commémoratifs s’efforcèrent d’exhiber la grandeur et la solennité des célébrations de l’indépendance, avec une triple visée pédagogique : synchronique interne (pour développer un sentiment d’unité et de fierté nationales), synchronique externe (pour projeter la vitrine de modernité attendue par les nations étrangères et resserrer les liens diplomatiques et commerciaux sur un pied d’égalité) et diachronique (pour s’inventer un « arrêt sur image » honorable, digne d’être transmis à la postérité).

4De ce point de vue, les célébrations dignifiaient ceux-là mêmes qui les organisaient. Pour des élites politiques et intellectuelles chargées de leur organisation et en quête de reconnaissance nationale et internationale, il s’agissait alors et avant tout de transformer les stéréotypes ou les représentations traditionnelles dont elles se pensaient victimes : montrer le changement et corriger une image « faible », selon le vocabulaire du marketing territorial [Philip Kotler et al., 2007], afin de diffuser une image de soi positive et attractive. Presque un siècle avant les efforts menés pour développer des « marques pays », c’est bien ce marketing d’image nationale qui fut à l’œuvre dans les différents processus commémoratifs. Cette image remaniée devait d’ailleurs assurer une place, une reconnaissance des peuples et des nations latino-américaines et favoriser les investissements venant du nord du continent ou d’Europe.

5À l’intérieur et par ricochet, ces images positives projetées consolideraient une fierté, assortie d’une conscience nationale ou patriotique encore à construire et pourtant gage de stabilité politique. Cette image positive serait transmise – souvent grâce à l’école – à la postérité. Elle serait ainsi entérinée et consacrerait la modernisation mise en scène, dans une sorte de prophétie auto-réalisatrice.

  • 2 Il y a eu la réédition fac-similaire au Mexique de Crónica del primer Centenario, largement diffus (...)

6Comme toute vitrine, néanmoins, sélectionner ce qui allait et devait être montré supposait également, afin d’éviter tout brouillage ou image contradictoire, de cacher tout ce qui aurait pu contredire le modèle proposé [Illouz & Martinez, 2018]. Dans d’autres travaux, nous avons pu montrer que les élites du Mexique de 1910, de la Bolivie de 1925, ou de l’Équateur de 1930, s’efforçaient alors de montrer à quel point leurs nations étaient devenues des nations civilisées et modernes. Cela peut s’étendre au reste de l’Amérique latine, et nous renverrons aussi ici à l’Argentine de 1910. Les pays du sud du Río Grande affichent une modernité qui les place dans la cour des puissants que sont à leurs yeux les États-Unis ou les nations européennes, et déplorent que cela ne soit pas suffisamment visible et reconnu. Dans ces quatre pays mentionnés, notamment, la publication d’ouvrages imposants et luxueux, présents jusqu’à aujourd’hui dans quelques bibliothèques et centres d’archives, et parfois reproduits dans le contexte récent et encore en cours des bicentenaires, était objet d’une attention particulière2. Ils constituèrent tout à la fois des récits des célébrations et des tableaux-portraits de la nation ainsi exposée aux regards, les premières vitrines des nations du début xxe siècle. Ces ouvrages se constituent ainsi en véritables « monuments de papier » pour offrir aux habitants et au reste du monde une image officielle de ces pays. Les vitrines élaborées avaient une visée performative, celle de convertir en réalité la nation rêvée mise en scène.

7Ainsi la Crónica Oficial de las Fiestas del Primer Centenario de la Independencia de México se présente comme le récit de faits historiques et le récit des célébrations elles-mêmes, rédigé selon un ordre chronologique, dont les protagonistes sont le peuple mexicain et leur noble représentant, Porfirio Díaz.

8L’ouvrage Bolivia en el primer 100ario de su independencia, souvent désigné comme El Álbum du fait de la quantité d’illustrations qui accompagnent les textes, sans doute pour la première fois, se présente comme une compilation d’informations sur les différentes régions, en montrant ce patchwork de provinces comme intégré à une unité nationale dont les Boliviens peuvent se sentir fiers.

9Ecuador en cien años de independencia, 1830-1930, édité par Gonzalo J. Orellana et publié en 2 tomes, décrit le projet éditorial et évoque une édition de luxe devant être publiée en Europe en se plaignant de ne pas compter suffisamment sur un appui officiel.

10Argentina y sus grandezas, publié par Vicente Blasco Ibáñez en 1910, occupe une place à part, car il émane d’une initiative privée. Mais les objectifs affichés sont identiques dès le prologue : profiter des célébrations centenaires pour donner à voir « au grand peuple argentin » et aux Européens, les progrès atteints par la jeune République, et la montrer à la tête des « peuples jeunes et en progrès de l’Amérique du Sud ».

Afficher la modernité à travers le « genre commémoratif »

11Dans le Mexique de 1910, afficher sa modernité n’était pas un enjeu réel. Celle-ci semblait acquise après trente ans de Porfiriat. Porfirio Díaz, à l’instar de son slogan « ordre et progrès », pouvait se prévaloir d’un programme politique tourné vers la modernité telle que la concevaient les libéraux : une modernité tournée vers l’industrialisation et l’afflux de capitaux étrangers. Mais ce pouvoir s’épuisait, avec une opposition croissante à son régime. En 1910, sa nouvelle présentation aux élections est un détonateur de la Révolution mexicaine. Plus controversé que jamais, il était toujours au pouvoir en septembre 1910, pour présider les célébrations du premier centenaire et fêter son 80e anniversaire, tout en suivant l’édition du monument de papier mentionné.

12L’Argentine du xixe siècle voit ses immenses territoires non cultivés par manque de main-d’œuvre et ses populations indiennes décimées. Or, le pays avait besoin de travailleurs, répétait Alberdi. Quand arrive 1910, la solution semble avoir été trouvée. Des vagues d’immigration massive venues d’Europe, et principalement d’Italie depuis les années 1880, ont fait peu à peu disparaître le spectre du désert aride et inexploité. Les célébrations du premier centenaire sont l’occasion de mettre en avant ces changements profonds et le niveau de développement du pays dont est si fier le président J. Figueroa Alcorta.

13En Bolivie, en 1925, le pays vient de connaître la plus longue phase de stabilité politique de son histoire, avec un pouvoir libéral qui a gouverné entre 1898 et 1920, imprégné des courants positivistes et évolutionnistes darwinistes en vogue. Un coup d’État met fin en 1920 à l’ère libérale et porte le Parti républicain au pouvoir en la personne de Bautista Saavedra de 1921 à 1925. C’est donc lui qui préside les célébrations, et son gouvernement a suivi la confection de l’ouvrage monumental signalé, même s’il est lui-même en cours de passation du pouvoir à un autre candidat de son camp, Felipe Segundo Guzmán. Le dernier recensement de 1900 avait montré un pays précaire, instable, avec une population très limitée et très indigène. L’ouvrage publié au moment centenaire déplore le fait que « beaucoup croient que la Bolivie n’a de typique que ses lamas et ses Indiens ». L’objectif est aussi de parvenir à montrer à tous « le niveau de progrès culturel et matériel que le pays a atteint ».

14En Équateur, le modèle libéral agro-exportateur qui avait prévalu depuis la fin du xixe est remis en cause dans les années 1920. En 1925, une révolution renverse le pouvoir libéral. Les efforts de réactivation économique se heurtent à la « Grande dépression » et à une phase d’instabilité politique, coïncidant avec les célébrations du centenaire. L’image du pays est celle d’un pays pauvre, frappé par les effets de la crise de 1929. Ce n’est pas exactement le gouvernement du moment qui appuie la publication, mais une partie de l’élite politique, intellectuelle et économique, qui signe et finance, en renvoyant à la figure tutélaire de Bolívar dont elle revendique l’héritage.

15On voit ainsi surgir une sorte de « genre commémoratif » propre à une succession de mises en vitrine nationales dont un des buts principaux est de toiletter des visions stéréotypées ou des images négatives pour afficher des vitrines nationales résolument modernes. Fini les nations observées par les voyageurs du xixe qui en faisaient ressortir l’exotisme et l’indigénéité. Fini l’instabilité politique, les coups d’État incessants et les régimes autoritaires. Fini la nature hostile et les déserts inexploités. Fini les guerres ethniques et la violence politique. Fini la misère économique et culturelle. Fini, enfin, le retard !

16Ainsi Bolivia en el primer centenario de su Independencia, qui se présente comme un hommage offert à la nation bolivienne à l’occasion de son premier centenaire, tâche de réunir en un seul volume « l’information la plus complète relative à toutes les activités boliviennes, à ses richesses et ses progrès, à sa culture et ses valeurs de toute sorte » (préface, p. vii). La seconde partie de l’ouvrage de 1 400 pages décrit de façon détaillée les différents départements du pays, en les illustrant des preuves évidentes de modernité : architecture urbaine, musées, trains, etc.

17Au Mexique, la Crónica oficial de las fiestas del primer centenario de la independencia de México, menée sous la direction de Genaro García et rédigée à la demande du gouvernement mexicain, paraît en septembre 1911, avec 307 pages de textes et d’illustrations relatives aux célébrations de 1910, suivies de 168 discours prononcés par diverses personnalités autour de l’événement. C’est le souvenir des célébrations elles-mêmes et celui des hommes qui les ont célébrées qui semblent ici être la chose à transmettre.

18Dans Argentina y sus grandezas l’image qui lance l’ouvrage est celle d’un bateau arrivant d’Europe pour peupler le sol argentin. Le titre « En route vers l’espérance » (Rumbo a la esperanza) déplace la focale vers ces nouveaux arrivants, et termine sur le potentiel de terres encore à cultiver, pour les populations européennes désireuses de se lancer dans l’aventure au « pays de l’espoir » (p. 763). Il est de toute évidence, aussi, un outil de propagande pour afficher et maintenir cette dynamique migratoire salvatrice.

19En Équateur, les deux volumes publiés comme Ecuador en cien años de independencia, 1830-1930 en imposent aussi par leur format et par les illustrations qui complètent le texte, donnant à voir de façon encyclopédique l’Équateur de 1930. Les dix-huit contributeurs sont des intellectuels et hommes politiques, représentants d’une élite économique capable de mobiliser également les fonds nécessaires à un tel projet et de faire sponsoriser la publication, comme le montrent les publicités présentes en fin d’ouvrage.

20Le dénominateur commun de cet échantillon de vitrines commémoratives est bien la volonté de remodeler une histoire pour mettre en scène des pays ayant intégré le concert des nations civilisées. Ces vitrines fonctionnent dès lors comme des maîtres à penser : les pays latino-américains célébrant leur centenaire sont des nations modernes dignes d’être respectées et aimées par les étrangers comme par les nationaux.

Les processus d’invisibilisation à l’œuvre

21Chaque « récit de soi » adopta pourtant une stratégie discursive pour proposer l’image qu’il souhaitait mettre en avant et taire ou occulter ce qui pouvait le contredire.

22Au Mexique, en insistant sur ce que furent les célébrations mexicaines de 1910, la Crónica oficial de las fiestas del primer centenario s’attache avant tout à exhiber des preuves de l’état de reconnaissance et de cohésion nationale censé prévaloir dans le pays.

23À parcourir les pages d’Argentina y sus grandezas, le lecteur se dit que l’ouvrage veut absolument chasser son démon du désert inexploité pour montrer que l’économie est au beau fixe parce que le pays sait et peut désormais tirer profit de ses terres fertiles. Il affiche également une bonne santé sociale, loin des révoltes ouvrières et des mouvements anarchistes.

24Ce que Bolivia en el primer centenario de su Independencia tâche de mettre en scène, en 1925, c’est un récit particulier qui tient à cœur aux tenants du darwinisme social : celui d’une Bolivie développée et blanchie, que les élites nationales souhaitaient exporter aux États-Unis et en Europe.

25Quant à Ecuador en cien años de independencia, il tâche d’afficher, en 1930, un pays occidentalisé et industrialisé qui a dépassé la crise économique dans lequel il était pourtant plongé, de sorte que la nation au bord de l’implosion raconte le centenaire d’une nation qui incarne la paix et la réussite. La nation qui compte d’une immense pampa encore peu exploitée et affronte de vraies turbulences urbaines met en scène une nation enfin harmonieuse, fertile et accueillante. La nation considérée la plus indienne du continent raconte le centenaire d’une nation blanche. Et la nation plongée dans la crise économique affiche sa modernité et son dynamisme. Quatre récits pour autant de projets qui prennent soin d’exclure tous les indésirables de ces vitrines nationales « for export ».

  • 3 Parmi les 30 pays présents, on comptait 15 pays latino-américains : Argentine-Bolivie-Brésil-Chili (...)

26Ainsi au Mexique, les photographies des 307 pages du volume transmirent une vision exaltée de la façon dont fut célébré le premier centenaire dans les rues de Mexico. Il n’y avait pas ce besoin impérieux, existant ailleurs, de donner à voir une nation méconnue. Sur les trente-trois pays invités à participer aux célébrations, trente étaient présents3. L’intérêt stratégique de l’espace mexicain n’était plus à démontrer. Mais précisément, il avait fait l’objet de convoitises qui laissaient des blessures (annexionnisme des États-Unis, intervention française de Maximilien 1864, fusillé en 1867). Il convenait donc, pour le gouvernement de Díaz, de profiter de l’événement pour mener à bien une politique de rapprochements diplomatiques [Bertrand, 2010]. Cette mise en scène d’une nation dont les habitants doivent se sentir fiers revêt, en revanche, une dimension d’urgence. Porfirio Díaz est contesté et nombreux sont ceux qui considèrent que les célébrations sont à sa seule gloire. La Crónica réécrit l’histoire d’un régime sur sa fin, pour montrer Porfirio Díaz comme le digne héritier des héros du passé, continuateur de leur épopée héroïque, maillon entre un passé glorieux et un futur prometteur. C’est la dimension despotique du Porfiriat qui est complètement évacuée, au profit de l’image d’une démocratie semblable aux démocraties européennes. Les pauvres, les opposants et les insatisfaits sont ici les oubliés des fêtes commémoratives.

27En Bolivie, les élites considéraient que la nation bolivienne souffrait d’un manque de visibilité, d’un manque de reconnaissance aux yeux de l’étranger et d’un manque d’immigration. Les promoteurs d’El Album du centenaire firent en sorte qu’il soit le reflet d’un pays attractif, touristique, exotique, intéressant à découvrir, et plein d’avenir. De nombreuses pages consacrées aux galerías sociales des différents départements montrent de jeunes femmes de la bonne société, à la mode européenne, richement apprêtées. L’album compte environ 500 photos, et pas un seul « indigène » ou métis n’y apparaît au premier plan. Ou plutôt, quand apparaît un habit traditionnel au premier plan d’une galerie de photos, il ne s’agit que d’un déguisement vêtu par amusement et coquetterie par de jeunes femmes de bonne famille qui posent, souriantes et costumées. Les Indiens, qui représentaient la majorité de la population dans le recensement de 1900, sont à peine mentionnés dans le texte et restent les grands absents des images, invisibilisés, volontairement oubliés.

28Idem pour l’Équateur. L’ouvrage recense de façon méthodique les éléments physiques et culturels qui constituent des héritages nationaux et présentent les Équatoriens comme de dynamiques agents économiques. Le dernier chapitre du premier volume est consacré à l’économie nationale. Les Équatoriens sont, de ce point de vue, semblables à leurs homologues européens : comme eux, ils s’adonnent au sport (tennis, athlétisme, football, polo, cyclisme) ; comme eux, ils jouissent de structures et d’institutions comparables aux institutions étrangères européennes ou latino-américaines remarquables [Orellana, 1930, vol. 1, p. 451]. Mais la population indienne et afro-descendante est là aussi absente, purgée des images et des discours, comme si elle ne pouvait être visible dans des ouvrages qui vantent le progrès en marche. Ces indésirables n’existent pas ou apparaissent seulement quand ils sont sous contrôle, comme dans ces rares photos où on les voit travaillant dans un atelier ou posant auprès d’un prêtre missionnaire.

29En Argentine, l’effort mené par Blasco Ibáñez fut également de montrer le pays qui avait été longtemps un désert humain – et qui subissait désormais de plein fouet la misère et les révoltes sociales – comme un pays débarrassé de ses problèmes. La nuance importante par rapport aux cas précédents c’est qu’il y eut peut-être dans cette réalisation plus personnelle, au-delà de la volonté de dissimuler, un optimisme réel, la conviction de lendemains qui chanteraient. Le mythe de la nation blanchie par l’arrivée massive d’Européens trouva à s’y consolider. La peur de mouvements anarchistes qui viendraient troubler la fête fut évacuée. Les célébrations de la Révolution de mai se préparèrent au plus fort de la crise sociale et des revendications des travailleurs, avec la censure et plus de 2 000 prisonniers politiques et sociaux. Les oubliés des commémorations ne furent pas ici seulement les indigènes ou les pauvres, mais aussi toute une classe ouvrière politisée, dans un pays en état de siège.

Conclusions et invitation à penser les bicentenaires en cours

30Ces monuments de papier marquèrent, au début du xxe siècle, les représentations postérieures de ce que furent les célébrations des premiers centenaires et, de façon plus problématique, ce qu’on a pu croire qu’étaient ces nations. Ils témoignent ainsi, à quelques années de distance, de la volonté d’utiliser textes et images pour raconter une nation et la mettre en scène en révisant les clichés dont on les pense victimes, mais surtout en affichant une modernité et une harmonie qui semblent les conditions préalables au succès de la fête et de la mise en scène. Cela supposait de passer sous silence, ou d’occulter tout ce qui pourrait interférer dans ces efforts et ces stratégies de marketing territorial.

31Ainsi la Bolivie à forte composante ethnique se raconta comme une nation développée et blanchie, ayant réglé son « problème indien ». Le Mexique, à la veille de la Révolution, s’autocélébra comme une nation reconnue, unifiée et en paix. L’Équateur, en pleine crise économique, s’afficha comme une nation occidentalisée, industrialisée et économiquement dynamique. L’Argentine, en état de siège, s’afficha comme le pays de l’immigration heureuse et de l’harmonie sociale. En affichant ce qu’ils pensaient être leurs atouts et en cachant ce qu’ils percevaient comme des tares, ces quatre monuments de papier ne cherchèrent pas tant à assumer un devoir de mémoire, qu’à asseoir, comme dans une série de prophéties autoréalisatrices, les représentations de la nation rêvée. L’oubli et peut-être même l’erreur historique furent ainsi des facteurs essentiels des consolidations nationales visées. « L’essence d’une nation, rappelait Renan, est que tous les individus aient beaucoup de choses en commun, et aussi que tous aient oublié bien des choses » [Renan, 1882]. En ce xxie siècle, il nous appartient de scruter, aussi, l’histoire du temps présent, afin de pouvoir observer les jeux de visibilisation-invisibilisation auxquels se prêtent sans doute depuis 2009-2010, quoique suivant d’autres injonctions, les célébrations des bicentenaires des indépendances.

Haut de page

Bibliographie

Bertrand Michel, 2010, « Commémoration et histoire à Mexico », Caravelle. Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien, n°94, p. 13-31.

Illouz Charles, Martinez Françoise, 2018, Enquêtes et documents, numéro thématique « Peuples en vitrine. Une approche comparée du montrer-cacher », vol. 62, n° 3.

Kotler Philip et al., 2007, Marketing internacional de lugares y destinos. Estrategias para la atracción de clientes y negocios en Latinoamérica, Mexico, Pearson Educación.

Martinez Françoise, 2017, Fêter la nation. Mexique et Bolivie pendant leur premier siècle de vie indépendante (1810-1925), Nanterre, Presses Universitaires de Nanterre.

Pérez Vejo Tomás, 2010, « Los centenarios en Hispanoamérica : la historia como representación », Historia Mexicana, vol. XL, n. 1, p. 7-29.

Renan Ernest, 1992 [1882]. Qu’est-ce qu’une nation ? Et autres essais politiques, Paris, Pocket.

Sources ou « monuments de papier » cités

Alarcón A. J. Ricardo (dir.), 1925, Bolivia en el primer Centenario de su Independencia, New York, University Society.

Blasco Ibáñez, Vicente, 1910, Argentina y sus grandezas, Valencia, Prometeo.

García Genaro, 1911, Crónica oficial de las fiestas del primer centenario de la Independencia de México, Mexico, Talleres del Museo Nacional.

Orellana Gonzalo J. (dir.), 1930, El Ecuador en cien años de independencia, 1830-1930, Quito, Escuela Tipográfica Salesiana, deux volumes.

Haut de page

Notes

1 Cette chronique reprend des réflexions engagées dans Fêter la nation. Mexique et Bolivie pendant leur premier siècle de vie indépendante [2017] et s’inscrit dans la continuité des comparaisons pensées et menées au sein du projet ECOS-Sud A17C02 « Vitrines nationales et stratégies étatiques de communication lors des centenaires et des bicentenaires des indépendances en Amérique du Sud » (2018-2022), co-dirigé avec Pablo Ortemberg.

2 Il y a eu la réédition fac-similaire au Mexique de Crónica del primer Centenario, largement diffusée à l’occasion du bicentenaire de 2010. Un projet similaire en Bolivie est mené par la Biblioteca Boliviana del Bicentenario pour 2025. Il y a eu en Argentine et ailleurs la mise en ligne de Argentina y sus grandezas. La mise en ligne a également été faite pour l’exemplaire Ecuador en cien años de independencia, 1830-1930 de la Biblioteca Nacional de Quito.

3 Parmi les 30 pays présents, on comptait 15 pays latino-américains : Argentine-Bolivie-Brésil-Chili-Colombie-Costa Rica-Cuba-Guatemala-Honduras-El Salvador-Equateur-Panama-Pérou-Uruguay-Venezuela ; auxquels s’ajoutèrent les Etats-Unis ; le Japon et la Chine pour l’Asie ; et la plupart des grandes puissances européennes du moment (Allemagne, Autriche, Hongrie, Belgique, Espagne, France, Grèce, Hollande, Italie, Norvège, Portugal, Russie, Suisse) [García, 1911, chapitre 1]. Notons que les trois pays invités absents furent l’Angleterre, dont la non participation s’explique par le décès d’Edouard VII quelques semaines avant les festivités, ainsi que Saint Domingue et le Nicaragua, alors en proie à de graves crises politiques internes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Françoise Martinez, « Les « oubliés » des vitrines commémoratives »Cahiers des Amériques latines [En ligne], 102 | 2023, mis en ligne le 11 janvier 2024, consulté le 20 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/cal/18103 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cal.18103

Haut de page

Auteur

Françoise Martinez

CRIMIC (Axe IberHis)/Sorbonne Université

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search