Navigation – Plan du site

AccueilNuméros103PassagesCris, réprimandes, rumeurs et mur...

Passages

Cris, réprimandes, rumeurs et murmures : les réponses des mères aux acteurs armés et à la militarisation dans deux quartiers de Caracas

Shoutings, Scoldings, Gossip, and Whispers: Mothers’ Responses to Armed Actors and Militarization in Two Caracas Barrios
Verónica Zubillaga et Rebecca Hanson
Traduction de Sara Roumette

Résumés

Comment les mères font-elles face à la violence chronique et à la présence constante d’armes dans leurs quartiers ? Comment construisent-elles du sens situé et des pratiques discursives à partir de leurs expériences et relations avec des acteurs armés ? Nous comparons les expériences de femmes dans deux quartiers populaires de la classe ouvrière à Caracas. Dans ce projet ethnographique comparatif, nous voulons montrer comment, au milieu d’une déprédation étatique et de la présence envahissante des armes dans leur vie, les femmes utilisent leurs rôles culturels de mères pour accomplir des formes de résistance quotidienne vis-à-vis des différents acteurs armés imposant leur présence dans les barrios. Dans leurs épreuves de tous les jours, les mères font appel à des actions discursives dramatiques – de celles plus ouvertement frontales, comme les cris, les réprimandes et les discussions, à d’autres plus occultées, telles que les « rumeurs circulantes » et les « rumeurs captives », sans oublier les formes plus vulnérables, comme les chuchotements – qui sont des ressources principales dans la micropolitique de leurs quartiers. Notre recherche suggère que les stratégies dépendent du contexte et varient très probablement en fonction de nombreux facteurs, y compris l’histoire de l’organisation citoyenne, les pratiques policières et le type d’acteur armé avec lequel elles cohabitent dans leur quartier.

Haut de page

Notes de la rédaction

La version originale de cet article a été publiée en anglais dans Latin American Research Review, 2023, p.  1-18. DOI : 10.1017/lar.2023.58

Texte intégral

Remerciements

Cet article prend appui sur trois projets de recherche développés entre 2021 et 2023, 2016-2018, et 2009-2012, généreusement soutenus par le Programme latino-américain de la Fondation Open Society. Le papier a été rendu possible grâce au séjour de Verónica Zubillaga comme chercheuse invitée au Collégium de Lyon au cours de l’année universitaire 2022-2023, et au Kellogg Institute for International Studies, université de Notre-Dame (Indiana, États-Unis), au cours de l’année universitaire 2018-2019. Nous sommes très reconnaissantes aux collègues du Kellogg Institute qui ont lu les premières versions de ce document et nous ont fait part de leurs généreux commentaires : Abby Córdoba, Ann Mische et Guillermo Trejo. Nous avons reçu des commentaires importants dans le cadre de la série Kellogg Work in Progress, en particulier de la part des chercheurs invités Ben Phillips, Claudio Orrego, Diego Sánchez-Ancochea, Max Goedl et Victoria Paniagua, ainsi que des collègues et étudiants de l’atelier Kroc-Kellogg Peace, Conflict, Crime and Violence Workshop. Nous avons bénéficié de la lecture attentive et des questions de Sandra Ley, Angelica Ospina et Karine Tinat au séminaire « Género y Violencias », organisé par le Centro de Estudios de Género (CEG) du Colegio de México et par le Programa para el Estudio de la Violencia (PEV) du CIDE. Nous sommes également très reconnaissantes à Elizabeth Rankin, Alejandro Velasco et Leiv Marsteintredet pour leur lecture attentive et leurs suggestions. Nous remercions tout particulièrement Andrés Antillano, Desmond Arias, Manuel Llorens et John Souto, avec qui nous avons collaboré dans le cadre de nos recherches à Caracas. Durant l’enquête de terrain, nous avons bénéficié du soutien très apprécié de l’organisation Caracas Mi Convive. Nous sommes particulièrement reconnaissants à Roberto Patiño, Neorelis Muñoz, Giorgina Cumarín, Camila Oropeza, Juan Francisco Mejía et Santiago García.

  • 1 Les noms des barrios ont été modifiés. Les articles de la presse en ligne que nous mentionnons fon (...)

1Le 13 juillet 2015 à l’aube, « La Piedad »1, un quartier populaire densément peuplé de la banlieue sud de Caracas, s’est réveillé en état de siège. Au cours d’une action militarisée spectaculaire et inattendue, 14 personnes ont été tuées et plus de 200 arrêtées par la Garde nationale bolivarienne. Quelques heures plus tard, le président Nicolás Maduro a présenté publiquement cette nouvelle politique d’interventions militaires – la quatrième en cinq ans, de 2010 à 2015 – baptisée Operación de Liberación y Protección del Pueblo (Opération de libération et de protection du peuple, ou OLP).

2Nous avons commencé à nous rendre à La Piedad en août 2017, en compagnie de jeunes activistes d’une organisation non gouvernementale (ONG) qui y avait récemment ouvert une cuisine communautaire, où les femmes du quartier cuisinaient pour les enfants du barrio ; ces repas constituaient un complément important à leur régime alimentaire, compte tenu des pénuries dont souffrait une grande partie du pays. À cette époque, cela faisait deux ans (2015-2017) que La Piedad subissait de vastes interventions policières et militaires fréquemment accompagnées de décès causés par les forces de sécurité de l’État. Le quartier fait partie d’une chaîne de barrios connectés entre eux, où les gangs locaux se livraient à des affrontements armés récurrents. Les interventions militarisées ponctuelles afin de « lutter contre la criminalité » à Caracas ont commencé en 2009, et peuvent être interprétées comme la mise en œuvre des politiques de mano dura (main de fer) popularisées dans la région [Rodgers, 2007 ; Cruz, 2016]. [En réaction à cela, les gangs locaux ont décidé de s’allier pour affronter la police, comme l’avaient fait les gangs au Salvador [Cruz, 2011]. En outre, parallèlement à la détérioration de l’économie, les gangs de Caracas se sont transformés, devenant des groupes criminels plus organisés et se livrant à des enlèvements et à des vols massifs de voitures.

3Ce qui nous a le plus frappées lors de notre première visite à La Piedad ce furent les traces que laissaient les interventions militaires de la police. Lors de la première conversation que nous avons eue avec les femmes qui géraient la cuisine communale, celles-ci ont enchaîné les histoires à propos des deux années précédentes, durant lesquelles les interventions militaires s’étaient succédées, chaque semaine, les lundis, mardis et mercredis, ont-elles précisé. Pendant deux ans, des officiers armés, le visage masqué, sont entrés dans le barrio par groupes de trente. Ils avaient « un bélier pour défoncer les portes », nous ont raconté les femmes. Ce jour-là, quand nous avons quitté le barrio en redescendant la colline escarpée du quartier, les enfants qui nous accompagnaient nous ont montré les impacts de balles dans les murs, et les endroits où d’autres jeunes avaient été tués par la police. Le chemin était pavé d’histoires de meurtres.

4Les expériences des femmes de La Piedad contrastaient fortement avec celles des femmes de La Caracola, un barrio central près de Miraflores – le palais présidentiel – où la première autrice de cet article avait mené des recherches avec d’autres collègues, au cours des quatre années précédentes. Les organisations sociales ont une longue histoire à La Caracola. Des groupes religieux, des groupes d’étudiants et les autorités locales ont créé ce qui allait devenir un modèle de maillage social pour améliorer l’infrastructure du barrio. La Caracola avait aussi une longue histoire de trafic de drogue : au cours des années 1990 et jusqu’au milieu des années 2000, le barrio a connu des affrontements armés permanents entre les gangs de deux secteurs voisins, qui ont abouti à des massacres. Le quartier est devenu célèbre pour le pacte de cessez-le-feu passé entre les femmes et les trafiquants de drogue, conclu en 2007 et respecté jusqu’à aujourd’hui. Lorsque nous avons appris l’existence de ce pacte, nous avons décidé d’étudier le processus qui a conduit à sa mise en œuvre, ce qui a marqué le début d’une longue période de collaboration avec ces femmes.

5Dans cet article, nous mettons la focale sur les réponses que les mères apportent à la violence, un sujet par ailleurs bien documenté dans les études sur le rôle joué par ces dernières dans la protestation contre la violence d’État. Suivant ces recherches, nous examinons comment, au milieu des exactions commises au nom de l’État et de la présence écrasante d’armes à feu dans leur vie, les femmes mobilisent leur rôle culturel de mères pour exercer des formes de résistance quotidiennes vis-à-vis des différents acteurs armés qui imposent leur présence dans le barrio. Les pratiques que nous analysons ici ne relèvent pas de la mobilisation organisée ; nous cherchons plutôt à comprendre comment et pourquoi, à travers leur rôle de mères, les femmes s’engagent dans une résistance qui les expose à des niveaux de risque élevés [Zulver, 2022].

6Nous étudions la manière dont les femmes créent du sens et le communiquent, s’impliquent dans des réseaux sociaux avec d’autres femmes et déploient diverses stratégies discursives lorsqu’elles font face aux acteurs armés. Nous mettons l’accent sur leurs expériences dans deux barrios de Caracas, en nous demandant quelles sont les conditions matérielles et historiques qui ont rendu possibles ces pratiques très distinctes. Enfin, nous soulignons la nature conjoncturelle de ces négociations, en montrant que la capacité des femmes à utiliser la maternité comme un pouvoir légitime et une source de reconnaissance sociale varie en fonction du type et de la présence d’acteurs armés au sein de leurs communautés.

7L’objectif de cet article est également de contribuer au champ d’étude émergeant qui s’intéresse à la violence urbaine et armée en Amérique latine à partir d’une perspective de genre, ceci en prenant en compte l’expérience des mères des quartiers populaires et leurs pratiques culturelles de survie [Hume, 2009 ; Wilding, 2010 ; Zubillaga, Llorens & Souto, 2015 ; Auyeróet Kilanski, 2015 ; Zubillaga, Llorens & Soutó, 2019]. En produisant du savoir sur la base des expériences féminines, nous rejoignons Hume et Wilding [2019] dans l’objectif de contribuer à une meilleure compréhension de la complexité des réponses des femmes à la violence extrême, en nous concentrant sur le répertoire local vécu des possibilités d’actions associé aux contextes particuliers dans lesquels elles vivent. Nous posons la question suivante : comment les mères font-elles face à la violence chronique et à la présence constante d’armes à feu dans leurs quartiers ? Comment la présence de différents acteurs armés façonne-t-elle les stratégies que les femmes déploient pour survivre ? Et comment construisent-elles du sens et des pratiques discursives à partir de leurs expériences et de leurs relations avec les acteurs armés ?

8Notre analyse suggère que l’histoire et la densité des organisations communautaires à La Caracola ont permis aux femmes de se réunir dans des « commissions de paix » (comme on les appelait dans le quartier) et de développer des stratégies de résistance et des formes d’action à travers ce que Charles Tilly [1998] nomme des « contentious conversations » (conversations litigieuses) ; nous nous référons aux discussions, aux cris et aux réprimandes comme étant des conversations litigieuses – comme un répertoire d’actions que les mères mobilisent pour résister explicitement à la violence armée dans leur quartier. L’accent mis sur leur rôle de mères a permis aux femmes de modifier les termes de leurs relations avec les acteurs armés – trafiquants de drogue et gangs de jeunes armés – et de parvenir à des accords de coexistence garantissant la sécurité de leurs enfants. Les actions communicatives des femmes se déploient de différentes manières, depuis des formes de résistance plutôt directes et revendicatives – comme les cris et les réprimandes face aux hommes armés les plus jeunes quand ils ne respectent pas les termes de l’accord – jusqu’à des moyens plus discrets qui permettent de faire circuler la critique, tels que les rumeurs [Scott 1990 ; Martin 1990]. Ces « rumeurs qui circulent » jouent sur les identités des hommes armés et les manipulent, devenant ainsi un moyen efficace et subtil de contrôler la visibilité des armes à feu dans le quartier.

9Contrairement à La Caracola, les raids constants et militarisés de la police qui ont touché la communauté de La Piedad ont soumis les femmes à des formes extrêmes de harcèlement et de cruauté de la part de la police, et ont déclenché une « posture de guerre » parmi les membres des groupes criminels organisés qui ont, à leur tour, imposé ostensiblement leur domination armée sur la communauté, soumettant les femmes à une coexistence forcée. Bien que La Caracola ait connu des raids de police ponctuels – c’est une stratégie sécuritaire courante au Venezuela depuis les années 1970 –, l’ampleur et l’intensité de ces descentes sont tout à fait différentes à La Piedad. La vie quotidienne des femmes y est définie par une coexistence forcée avec des groupes criminels organisés locaux qui exhibent des armes de gros calibre dans les espaces de la vie communautaire. Contrairement à La Caracola, les femmes ne peuvent pas compter sur des mécanismes de négociation collective, car leurs possibilités d’action sont réduites à des stratégies de survie telles que le silence [Hume, 2009 ; Hume & Wilding, 2019]. L’intervention violente de l’État n’a fait qu’exacerber ces relations précaires, éliminant la négociation comme stratégie de survie quotidienne. Les conversations entre femmes sont extrêmement discrètes en raison des liens familiaux de certaines d’entre elles avec les criminels. Comme exemple révélateur de la situation dangereuse des femmes, on nous a raconté ce cas où des criminels ont tiré sur une femme et l’ont brûlée à mort parce qu’elle avait trop parlé à certaines institutions gouvernementales. Les femmes chuchotent lorsqu’elles parlent des hommes armés. Dans ce contexte, les rumeurs perdent de leur efficacité en se limitant à des conversations privées et entre personnes de totale confiance. Nous proposons de qualifier les rumeurs, dans ce contexte, de « captives ».

Approche théorique

10Nous prenons appui sur une perspective qui considère la violence et les pratiques culturelles qui y sont associées comme des réponses aux conditions matérielles d’adversité dans lesquelles vivent de larges secteurs de la population, en nous intéressant plus particulièrement à l’intersection entre la violence structurelle et interpersonnelle, et les subjectivités sociales [Moser & McIlwayne, 2004 ; Hume, 2009 ; Wilding, 2010 ; Auyeró & Kilanski, 2015 ; Smith 2016].

11Notre analyse s’inspire également de la littérature sur la criminalité, le conflit et les ordres urbains pluriels en Amérique latine [voir Wolff, 2015 ; Arjona, 2016 ; Arias, 2017 ; Arias & Barnes, 2017 ; Antillano, Arias & Zubillaga, 2020]. Ces études visent à révéler la diversité de la violence criminelle selon les contextes locaux d’une même ville ou d’un même pays, et mettent l’accent sur la variabilité des relations entre les acteurs armés et leurs communautés – pourtant, les expériences spécifiques des femmes n’y ont pas été traitées en tant que telles, alors même que ce sont elles qui passent le plus de temps dans leurs quartiers.

12Ce travail se positionne explicitement dans une approche ethnographique genrée. Notre compréhension du genre est basée sur la notion d’intersectionnalité [Crenshaw, 1989]. Cette dernière décrit le genre comme étant intimement lié à l’intersection d’autres attributs de la structure sociale, tels que la race, la classe et l’âge. Ces inégalités se croisent et se superposent pour placer les femmes dans des positions particulières qui produisent des expériences de vie différentes, notamment en ce qui concerne la violence et la discrimination, tel que le montre la singularité des expériences des mères noires [Crenshaw, 1989]. Christen Smith souligne clairement que les mères noires, dans les villes états-uniennes ou brésiliennes, portent un fardeau spécifique qui s’exprime dans de lentes séquelles mortelles résultant de la douleur et de la perte de leurs enfants à cause de la violence d’État [2016, p. 31]. Mo Hume, dans sa recherche ethnographique sur le genre au Salvador, souligne que des structures telles que l’âge, la classe et le genre sont des facteurs clés qui affectent l’exposition à différents types de violence et influencent les définitions de la peur [2009, p. 23]. En effet, comme nous le verrons plus loin, le fait d’habiter dans des quartiers populaires et d’être mères a entraîné ces femmes dans une « créativité de l’urgence », qui s’exprime dans le répertoire des pratiques discursives issues du désespoir, pour affronter les risques imminents de mort et la douleur insupportable de la perte d’un fils qui résultent des raids armés et des affrontements dans la vie quotidienne.

13Le fait d’être mères les a également placées dans une position symbolique d’ascendance singulière. Joann Martin [1990], dans son étude sur une communauté mexicaine, explique la façon dont les femmes font usage de leur image de mère et leur pouvoir dans la sphère domestique pour renforcer leur légitimité dans l’arène politique locale. « Le pouvoir des images autour du rôle des femmes dans l’accouchement et le maternage », qui pourrait être l’expression du contrôle idéologique masculin, a été utilisé par les femmes et leur a fourni un modèle pour leur entrée dans l’arène politique. « Paradoxalement, une image qui pourrait sembler victimiser les femmes devient une source de pouvoir et de fierté » lorsque les femmes de la communauté mexicaine étudiée commencent à revendiquer l’autorité politique [Martin, 1990, p. 486]. Alejandro Moreno [2000] caractérise la culture populaire vénézuélienne comme étant profondément centrée sur la mère, l’influence d’une mère sur son fils s’exerçant tout au long de leur vie. Comme nous le verrons, les scripts culturels de la maternité, qui positionnent ces dernières comme des figures sacrificielles et nourricières pour les enfants et les membres de la famille, fournissent des significations puissantes aux femmes pour manœuvrer des espaces d’agentivité vis-à-vis des hommes armés.

14Les deux quartiers que nous analysons ici peuvent être décrits comme des sociétés à dimension réduite, dans lesquelles les relations personnelles et les interactions en face-à-face – par opposition aux relations formelles, anonymes et impersonnelles avec les fonctionnaires et avec la loi – sont d’une importance vitale dans la vie quotidienne [Peristiany, 1966, p. 11]. La forte présence d’acteurs armés dans la vie de ces deux communautés et l’impact qu’elle a sur le quotidien des femmes et de leurs familles nous permettent de percevoir rapidement le poids de la micropolitique du quartier. La notion de micropolitique développée par Ruth Lister [2005] nous aide à clarifier les expériences des femmes. Visant à établir une théorie féministe de la citoyenneté, Lister propose ce terme pour décrire les actions politiques à petite échelle portées par les femmes au sein de leurs communautés. Au niveau local, les conversations en face-à-face deviennent un outil particulièrement important dans la micropolitique des barrios quand nous les comprenons comme des formes de communication en constante négociation qui sont capables de modifier les termes qui définissent la vie quotidienne [Tilly, 1998 ; McFarland, 2004]. Dans des contextes de domination plus défavorables, les conversations permettent à minima d’exprimer une critique sociale à cette prédominance [Scott, 1985, 1990 ; Besnier, 2009].

15Bien que les femmes subissent le poids de la présence dévastatrice des armes dans leur vie – et se retrouvent donc soumises à des régimes armés au niveau local [Arias, 2017] –, elles ont en même temps accès à divers espaces d’agentivité et de résistance pour se protéger elles-mêmes et leurs familles. Nous partageons l’accent mis par Mo Hume et Polly Wilding [2019, p. 5] sur l’agentivité vécue au niveau local afin d’« explorer à la fois les politiques situées de l’agentivité et les façons dont les femmes reconnaissent et négocient activement les contraintes qui leur sont imposées dans des contextes d’extrême violence ».

16Les combats de ces femmes pour protéger leur vie et celle de leur famille dans ces deux communautés s’expriment par des formes de résistance plus ou moins ouvertes, avec des ressources culturelles et des répertoires dramaturgiques différents vers lesquels elles peuvent se tourner [Scott, 1990 ; Swidler, 1995]. Dans le cas de La Caracola, les femmes cherchent à influencer les termes de la coexistence quotidienne et à négocier le recours aux armes afin d’offrir à leurs enfants des espaces libres de toute confrontation armée. Dans le cas de La Piedad, où règne un état de guerre, le silence est devenu une stratégie de survie là où les femmes ressentent une « impuissance écrasante face aux niveaux élevés de violence dans leur vie » [Hume, 2009, p. 95]. Comme nous le verrons dans les pages suivantes, les interventions militaires dévastatrices de l’État au sein des quartiers populaires ont considérablement réduit les espaces d’agentivité et de résistance dans ces communautés, soumettant les femmes à des situations de terreur et d’impuissance extrêmes [Smith, 2016].

17Nos notions de résistance s’inspirent incontestablement des travaux de James C. Scott, qui met l’accent sur la complexité des relations de pouvoir, sur l’éventail des possibilités de résistance et des stratégies d’opposition que les subordonnés déploient sans cesse contre les puissants, ainsi que sur les options et les calculs auxquels ont recours les personnes situées en position subordonnée pour gagner des espaces de pouvoir. De tels actes de résistance vont des « formes de résistance déclarées les plus ouvertes, qui attirent davantage l’attention » à « la résistance déguisée, discrète et non déclarée, qui constitue le domaine de l’infrapolitique » [Scott, 1990, p. 198]. Cependant, une approche critique de la notion de résistance de Scott est nécessaire afin de saisir les expressions de résistance auxquelles nous avons affaire. L’ethnographie féministe de Lila Abu-Lughod [1990], qui critique la tendance à romantiser la résistance, nous invite à être sensibles à ce que diverses expressions de résistance peuvent nous apprendre sur différentes formes de pouvoir entremêlées, et sur la manière dont les gens y sont pris. Elle appelle à une compréhension complexe du sens de l’agentivité et de la capacité de résistance des femmes. Se taire et être réduit au silence n’est pas nécessairement synonyme de passivité, une caractéristique longtemps associée aux femmes. Ce sont des pratiques qui permettent de survivre et parfois même de retrouver sa dignité dans des contextes de violence urbaine extrême, même si elles perpétuent cruellement le statu quo et l’impunité.

18Pour dire les choses clairement, il ne s’agit pas ici d’un mouvement de femmes en tant que tel, ni d’un mouvement national axé sur l’identité des femmes en tant que victimes, comme par exemple les mères de la Plaza de Maio, en Argentine. Bien que nous analysions des actions coordonnées par des femmes qui s’inscrivent dans le temps, nous ne comprenons pas ces actions comme un mouvement collectif unitaire auquel les femmes s’identifient. Nous les analysons plutôt comme des pratiques et des stratégies développées par les femmes pour modifier les termes de leurs relations avec les acteurs armés. Certaines de ces actions sont projetées sur le long terme, comme c’est le cas à La Caracola, où les femmes se sont regroupées en ce qu’elles ont appelé des « commissions de paix » et ont obtenu un pacte de cessez-le-feu ; d’autres peuvent n’influer que sur l’issue d’une situation en particulier et circonscrite dans le temps.

Contexte et méthodes

19Notre travail ethnographique à La Caracola a commencé en novembre 2009. Nous avons appris l’existence du pacte de cessez-le-feu, et l’idée de mener cette recherche nous a enthousiasmées, car le discours gouvernemental sur la criminalité commençait déjà à s’inspirer des politiques de mano dura. Nous voulions documenter de manière systématique l’expérience de cette communauté ayant débouché sur des formes de dialogue et un pacte de cessez-le-feu, afin de contredire les discours belliqueux alors en vogue. Comme nous avions tous des liens avec l’université catholique Andrés-Bello qui soutenait les centres religieux communautaires « Fe y Alegría » (« Foi et joie ») au sein du barrio, le premier contact s’est très bien passé. Nous avons expliqué que nous voulions recueillir et capitaliser l’information à la fois sur l’expérience des femmes et de la communauté toute entière concernant le pacte de paix.

20Entre 2010 et 2012, nous nous sommes rendus à La Caracola chaque semaine, parfois même deux fois par semaine. Comme d’autres barrios, La Caracola est composée principalement de logements précaires, autoconstruits et abritant une population à faible revenu que l’on appelle des ranchos. Ce barrio s’enorgueillit d’une longue tradition d’engagement communautaire qui, en coopération avec des organisations sociales telles que l’Église, le gouvernement local et les universités, a permis d’améliorer les infrastructures et les conditions de vie sur place en transformant certains de ces logements autoconstruits en immeubles d’habitation et en espaces publics communautaires. En effet, cette forme de coopération entre les organisations sociales et la communauté est devenu un modèle institutionnalisé avec la création, en 1993, de l’association locale d’amélioration du barrio « Consortium Social La Caracola ». En 1995, le consortium a été reconnu comme l’une des cent initiatives exemplaires d’amélioration de l’établissement humain au niveau mondial, lors de la seconde conférence « Habitat » des Nations unies [Baldo & Villanueva, 1996]. La situation géographique de La Caracola, proche du centre-ville, a permis d’établir des liens avec des centres de santé, des institutions d’enseignement, des églises, des marchés et des moyens de transport, entre autres services. Cette position géographique s’avère aussi idéale pour le trafic de drogue, qui a longtemps prospéré dans le quartier. Le barrio n’a pas connu d’augmentation des interventions militarisées de grande échelle, mais les jeunes hommes en général et les trafiquants de drogue en particulier continuent de subir des extorsions régulières de la part des agents de police, ce qui permet à l’institution policière de bénéficier de revenus illicites. En contrepartie, les policiers protègent et stabilisent le marché local de la drogue.

21Lors de notre enquête de terrain, c’était généralement le soir que nous nous rendions dans le quartier, à la fois parce que les femmes travaillaient pendant la journée, mais aussi parce que c’était le moment où nous nous y sentions le plus en sécurité. Nous avons eu de nombreuses rencontres avec des femmes qui avaient entre 25 et 50 ans dans les locaux de deux centres religieux communautaires. Au cours de nos recherches, nous avons enregistré plus d’une douzaine de conversations de groupe, avec les treize femmes qui avaient participé au pacte de cessez-le-feu ; la plupart d’entre elles étaient également mères de jeunes hommes armés. Nous avons aussi réalisé des entretiens approfondis individuels avec chacune de ces femmes, ainsi qu’avec quatre jeunes hommes armés ayant participé au pacte de cessez-le-feu – deux d’entre eux étaient des fils des femmes impliquées dans le cessez-le-feu. Nous avons mené des entretiens avec des habitants du quartier et nous avons eu des conversations quotidiennes avec une leader de la communauté, Doris, qui avait été l’une des principales médiatrices du pacte de cessez-le-feu. En 2014, puis en 2017, nous avons entamé une nouvelle phase d’entretiens systématiques. Au cours de la dernière période de recherche, nous voulions étudier le suivi des pactes de cessez-le-feu, comprendre comment la situation actuelle évoluait et comment le trafic de drogue fonctionnait dans ce contexte. En effet, le leader traditionnel de ce trafic avait été emprisonné et, grâce à son soutien depuis la prison, son ex-femme dirigeait le business.

22Quant à La Piedad, il s’agit d’un quartier situé dans la périphérie centre-sud de la ville. La colline sur laquelle il se trouve, sur les bords de la ville, relie plusieurs barrios entre eux. Les policiers et les journaux appellent cette zone « Los corredores de la muerte » (les couloirs de la mort) pour souligner le fait que cette chaîne de barrios escarpés est contrôlée par des bandes criminelles organisées. De fait, l’OLP a été lancée contre ces organisations pour récupérer la « souveraineté territoriale ».

23L’emplacement de La Piedad est une variable centrale pour l’activité criminelle qui s’y déploie. Le terrain escarpé et difficile d’accès sur lequel le barrio est construit fournit une relative tranquillité aux groupes criminels. La proximité d’un grand nombre de quartiers populaires sur le flanc de la colline offre de précieuses possibilités de collaboration : dissimulation de voitures volées et enlèvement de victimes, ainsi que le transport clandestin d’armes par les chemins qui relient ces quartiers à différentes parties de la ville. Le sommet de la montagne présente également un avantage stratégique : il fonctionne comme un poste d’observation à partir duquel les groupes criminels, qui disposent d’équipes de surveillance sur toute la colline, peuvent facilement détecter l’arrivée des policiers.

24C’est le matin que nous allions généralement à La Piedad. Nous devions toujours attendre que quelqu’un de la communauté vienne à notre rencontre dans la partie basse du barrio, puis nous gravissions la colline par une série d’escaliers raides jusqu’à la cuisine communautaire. Après plusieurs visites, nous avons commencé à expliquer que nous voulions recueillir l’expérience des femmes au cours des interventions militaires, afin de garder la trace des abus systématiques des forces de police, et faire en sorte que leurs histoires ne soient pas oubliées. Cette justification a permis d’éviter tout risque d’être perçus comme des informateurs.

25Dès le début, nous avons été impressionnées par la visibilité des armes à feu – et plus tard des grenades – dans les espaces publics du barrio. Cela fait plus de quinze ans que nous faisons des enquêtes de terrain dans les barrios de Caracas, et nous n’avions jamais vu un tel étalage d’armes. Au cours d’une de nos discussions de groupe, nous avons dû mettre un terme à la rencontre parce que certains des jeunes réunis pour l’occasion ont commencé à se disputer et à se menacer avec leurs armes. Un autre entretien a dû être interrompu à cause d’une descente de police. Tout le monde était terrifié quand c’est arrivé, et nous avons dû attendre et poursuivre les conversations plus tard. Il était également courant d’entendre des coups de feu tirés en l’air lorsque les membres des gangs essayaient leurs armes. Les murs présentaient de nombreux impacts de balles laissés par d’anciens affrontements armés entre gangs ou, plus tard, par les raids policiers.

26D’août 2017 à août 2018, nous nous sommes rendues une à deux fois par semaine dans ce barrio. Nous nous sommes livrées à des observations ethnographiques et avons tenu un journal de terrain de chacune des visites ; nous avons pu enregistrer certains entretiens, mais pas d’autres. Nous avons mené plus d’une trentaine d’entretiens individuels et de discussions de groupe avec des femmes de la communauté, des leaders, des jeunes hommes du barrio et des officiers de police. Comme à La Caracola, les femmes avec lesquelles nous avons travaillé à La Piedad avaient entre 25 et 50 ans. La cuisine communautaire constituait un point de rencontre pour les mères, un endroit où nous pouvions faire connaissance et parler avec de nombreuses femmes qui avaient des enfants. Nous avons également pu participer à différentes activités proposées par l’ONG qui soutenait la cuisine communautaire, avec une foule d’enfants qui jouaient à proximité. Leur présence donnait au barrio un air de normalité et de gaieté.

  • 2 Toutes les discussions de groupe ainsi que les entretiens individuels enregistrés ont été transcri (...)

27Comme le coin de rue où les hommes se réunissaient était proche de la cuisine, nous avons également mené un entretien de groupe avec les plus jeunes membres du gang, principalement au sujet de leurs expériences pendant les interventions militaires. Le chef du groupe criminel étant généralement présent, nous avons pu parler avec lui à quatre reprises de sa vie, de sa famille, d’un récent pacte avec des fonctionnaires de haut rang et des transformations de son business. Nous avons également pu parler avec des trafiquants de drogue locaux ainsi que d’autres jeunes hommes2.

Parler, réprimander et crier : les réponses directes des mères aux acteurs armés

28Les réponses des femmes aux acteurs armés abordées dans cette partie constituent une mise en scène ouverte de mères qui discutent et qui négocient l’usage des armes afin de créer des espaces libres de toute confrontation armée pour leurs enfants. Ce faisant, elles concluent un pacte qui profite à la fois aux femmes et aux acteurs armés impliqués dans le trafic de drogue. On y trouve aussi des mères réprimandant les jeunes hommes qui ne respectent pas ces accords. Parmi les réponses déployées par les femmes pour garantir des espaces de calme relatif à leur famille dans leur vie quotidienne, celles étudiées dans cette partie constituent les performances les plus publiques et les plus stratégiques de leur rôle de mères.

Parler : Parvenir à un pacte de cessez-le-feu

29Le pacte de cessez-le-feu de La Caracola a été élaboré et approuvé par les femmes et les jeunes membres de gangs des secteurs du barrio en conflit. Ce pacte a été soutenu par l’homme qui contrôlait le marché local de la drogue et qui était le fils de l’une des femmes. D’habitude, les affrontements armés les plus fréquents n’étaient pas liés au trafic de drogue depuis qu’un groupe a pris le contrôle du commerce. Cependant, des groupes de jeunes hommes ont continué à chercher à venger des proches tués par le passé, et des frontières internes ont été établies pour limiter la capacité de ces derniers à se déplacer d’un secteur à l’autre du quartier.

30Le pacte a été négocié après le meurtre d’un jeune homme au cours d’une nuit d’affrontements intenses. Des femmes nous ont raconté qu’une mère, dont le fils aîné avait déjà été assassiné, avait réclamé en pleurant un cessez-le-feu et la fin du cycle incessant de la vengeance. Cette réunion a été un tournant, un événement clé sur la voie d’un accord de non-agression. C’est là que plusieurs mères de quartiers historiquement rivaux ont entamé des conversations après des années d’hostilité.

31Selon leurs récits, après avoir discuté pendant des heures ce jour-là, les femmes se sont rendu compte qu’elles partageaient les mêmes histoires et les mêmes souffrances liées à la perte de leurs fils. Ce n’est qu’après la reconnaissance mutuelle de leur douleur et de leur désir d’y mettre un terme qu’il a été possible d’élaborer un pacte permettant de modifier le schéma historique des interactions entre les jeunes hommes. Mirta, l’une des femmes avec qui nous avons mené un entretien, a parlé du chagrin partagé en tant que mères : « Nous avons pleuré tous ces morts, et alors elles aussi ont pleuré la mort de nos enfants. Nous avons partagé la douleur. Quiconque a perdu un enfant connaît cette douleur ; ceux qui ne l’ont pas vécu ne le savent pas, et Dieu ne leur permettra jamais de le savoir. Parce qu’aujourd’hui, tout est à l’envers : maintenant, c’est nous les mères qui enterrons nos enfants et ça ne devrait pas être comme ça. Ce sont les enfants qui devraient enterrer leurs mères ». Le partage des expériences de deuil entre femmes leur a permis de prendre conscience des répercussions et de la souffrance qu’elles incarnaient en tant que mères.

32Le pacte de cessez-le-feu a mis en place un ensemble de règles de base et autonomes, acceptées à la fois par les femmes et les jeunes hommes et supervisées par les femmes. Les jeunes hommes ont été invités à discuter des conditions et ont signé l’accord. Ces règles prévoyaient, d’une part, qu’ils cessent de se provoquer systématiquement et, d’autre part, qu’en cas d’altercation, les femmes interviennent. Les femmes se sont regroupées dans ce qu’elles ont appelé des « commissions de paix ». Une commission a été créée dans chacun des deux secteurs du barrio (sept femmes dans un secteur, et six dans l’autre), et chacune se réunissait toutes les semaines, et une semaine sur deux avec la commission du secteur voisin. Ces commissions étaient en communication constante et intervenaient immédiatement si des menaces de confrontation ressurgissaient.

33Le succès du pacte s’explique aussi par la longue tradition d’organisation locale à La Caracola. Les femmes qui ont participé activement à ces commissions de paix s’étaient déjà impliquées dans le « Consortium Social La Caracola » et dans le processus de développement communautaire des années précédentes, ainsi que dans les grupos cristianos de base (groupes communautaires chrétiens de base) qui se réunissaient pour discuter de la Bible et des problèmes de la communauté. L’association de ces femmes avec des membres de l’Église, des organisations sociales et des habitants engagés ont sans aucun doute augmenté leurs possibilités d’agentivité, en leur fournissant des outils issus des diverses traditions d’action collective et de dialogue réflexif, ainsi qu’une capacité à imaginer des solutions possibles face aux défis [Emirbayer & Mische, 1998].

  • 3 Sampson, Raudenbush et Earls [1997] définissent la réalisation de l’efficacité collective comme la (...)

34Dans le cas de La Caracola, nous souhaitons souligner deux éléments : premièrement, la mobilisation par les femmes de leur rôle de mère en tant que source légitime de pouvoir et de reconnaissance sociale ; et deuxièmement, la façon dont elles tiennent tête aux hommes armés en coordonnant leurs actions et en se servant des conversations pour modifier les termes de la coexistence quotidienne, rendant ainsi possibles de nouveaux cadres d’interaction [Tilly, 1998 ; McFarland, 2004]. En ce sens, nous pourrions dire que par leur action coordonnée et collective, les femmes développent une sorte d’« efficacité collective clandestine » par la parole3. Nous verrons plus bas comment le fait de crier sur les acteurs armés a abouti à un pacte de cessez-le-feu qui a permis de créer des espaces plus sûrs pour leurs familles, tout en facilitant la résistance des femmes au régime armé hégémonique qui se déploie au sein de leur quartier [Arjona, 2016].

35Il convient également de souligner que de nombreux habitants de la communauté trouvaient que les accords et le pacte de cessez-le-feu favorisent la consolidation du commerce de la drogue par l’homme qui contrôlait le marché local. Tout en reconnaissant les avantages réels du pacte pour la communauté, certaines femmes avec lesquelles nous nous sommes entretenues le remettaient aussi en question, en raison du soutien qu’il a reçu de la part des principaux trafiquants. Ces femmes s’interrogeaient : « À qui cet accord profite-t-il vraiment ? Il n’y a plus de morts, mais le trafic a bondi ». D’autres soulignaient les bénéfices d’un accord fondé sur une alliance entre des mères du quartier, liées à des organisations religieuses et à un trafiquant de drogue dans le but de garantir une paix locale, et qui avait réduit le nombre de morts, permis aux habitants de se déplacer à nouveau dans le quartier et limité la présence de la police dans la zone – ce dernier point profitant au trafiquant de drogue.

Les cris et les réprimandes : la résistance expressive d’une mère lors d’une confrontation

36Dans le cadre d’une lutte asymétrique pour préserver leur vie et celle de leurs proches, les femmes ont mobilisé tout un ensemble de signifiants et de ressources sociales. La résistance expressive qui est celle de la confrontation des acteurs armés faite à partir du rôle de mère met en jeu des performances dramaturgiques qui ont des effets sur le réel. En effet, des femmes ont menacé les jeunes hommes de porter plainte auprès de la police, même si elles ne l’envisageaient pas réellement. Le respect qu’un fils doit à sa mère est intégré dans la dynamique quotidienne de la communauté. Laura a révélé le fonctionnement de cette logique en racontant l’histoire de son neveu, qui dirige le trafic de drogue dans la communauté :

Mon neveu, à l'âge qu’il a, et aussi méchant qu’on dit qu’il est, ma sœur crie et le frappe devant tout le monde. L’autre jour, il était avec un groupe d’amis et elle est descendue et l’a giflé ! Et l’un de ces voyous, l’un de ses amis, a dit : « Et cette vieille sorcière peut te frapper ! » Et mon neveu a répondu : « Ne l’embête pas, c’est ma mère ! » Le respect qu’il a pour elle, indépendamment de ce qu’il est, il a dit : « C’est ma mère, ne lui faites jamais quoi que ce soit. »

37Le fait d’être mère confère aux femmes l’autorité culturelle nécessaire pour contester et affronter les jeunes hommes armés. Comme le souligne la littérature en sciences sociales qui analyse la participation à la politique locale des femmes vivant dans des barrios latino-américains, les rôles traditionnels comme la maternité peuvent aussi bien soumettre les femmes que les idéaliser, mais ils peuvent aussi leur donner un outil stratégique à mobiliser pour résister aux structures patriarcales, telles que la violence dans le barrio [Martin, 1990 ; Rodríguez, 1994 ; Codur & King, 2015].

38La maternité offre aux femmes un vocabulaire approprié de motifs pour maîtriser les jeunes hommes et représente donc un référentiel extraordinaire pour le pacte de cessez-le-feu. À propos des confrontations avec les jeunes, Jennifer, membre de l’une des commissions de paix, a dit : « [Vous leur parlez] comme s’ils étaient vos propres enfants… Attirez leur attention : “Hé, vous venez ici, il y a des règles et des normes.” »

39L’une des principales stratégies dramaturgiques dont font usage les femmes consiste à crier et à parler fort pour transmettre leurs intentions avec puissance. Pour nous, l’action d’élever la voix souligne l’importance de la représentation des relations de pouvoir, traduites par des métaphores de verticalité qui établissent la hiérarchie et la supériorité sur la scène de l’altercation :

Celia : Il faut être clair sur ce que tu dis, même si ça fait mal, et que ce soit face à quelqu’un de ta propre famille ou non. C’est pourquoi nous discutons entre nous au préalable, puis nous les laissons parler. Nous n’allons pas changer notre position parce qu’ils font partie de notre famille. Non, il faut parler plus fort pour qu’ils voient, vous comprenez ?

Chercheuse : Qu’est-ce que ça veut dire, parler plus fort ?

Celia : Tu sais, pour rester sur notre ligne, tu ne peux pas baisser le ton ou essayer de dire les choses délicatement juste parce que tu parles à quelqu’un qui fait partie de ta famille.

40La performance d’une scène de fureur qui menace d’être dévastatrice se reflète dans l’intensité des émotions ressenties. La peur est toujours présente : el susto, los nervios, comme ils les appellent, sont évoqués en permanence et créent un lexique émotionnel dans la narration des rencontres avec les jeunes hommes. Une partie de cette performance consiste à cacher la peur inhérente à ces situations. Gérer la peur de perdre la vie lorsque l’on est confronté à cette possibilité devient un acte dramaturgique, tel que l’affirme Goffman [1959]. Comme le dit Darielis : « Chaque fois que je dois personnellement trouver une solution à une situation comme celle-là, une petite peur [sustico] apparaît. Mais je ne vais pas la montrer, je ne vais pas laisser voir que je suis nerveuse. »

41L’importance de cette stratégie est évidente pour les femmes lorsque, dans le feu de l’action, elles ressentent les effets de ces exercices de pouvoir : les jeunes hommes obéissent à leurs demandes. Par conséquent, les jeunes hommes « s’abstiennent de recommencer ». Comme l’explique Jennifer : « Je veux dire, je pense que si nous leur parlons avec délicatesse, ils pensent que nous ne faisons que les mettre en garde et rien d’autre. Mais si nous parlons comme Celia le dit, directement, ils savent qu’ils doivent être sur le qui-vive. Ils vont dire : “Ce n’est pas un jeu, là”, et ils vont s’abstenir de recommencer. »

Les chuchotements : des réponses murmurées face aux acteurs armés

42À La Piedad, même si les interventions militaires systématiques avaient été suspendues lorsque nous avons commencé notre travail sur le terrain, il y avait encore des interventions policières ponctuelles. Nous pouvions encore sentir la peur omniprésente. À l’instar d’autres quartiers pauvres de villes latino-américaines, comme Rio de Janeiro, où des mesures policières extrêmes et violentes ont éloigné les habitants des autorités et où des acteurs armés ont établi leur domination armée et territoriale [Wolff, 2015 ; Arias, 2017], ce sont à la fois les criminels et les policiers qui créent un état permanent de peur et d’insécurité parmi les habitants. Les interventions militaires perturbatrices de l’État ainsi que le pouvoir du groupe criminel de suspendre la normalité et de décréter « Tout le monde chez soi, parce que le quartier devient un peu hostile », comme l’a rapporté une jeune mère à propos des malandros (voyous) locaux, contribuent à créer un état d’urgence épisodique mais récurrent dans leur barrio [Penglase, 2009]. Dans ce contexte, les femmes, comme les autres membres de la communauté, n’osaient pas faire de commérages ni critiquer ouvertement les acteurs armés.

43Si les femmes de La Caracola peuvent s’appuyer sur leur rôle de mère pour s’organiser et même négocier avec les acteurs armés, à La Piedad, le rôle de mère rend les femmes vulnérables. Incapables de protéger leurs enfants de la violence (qu’elle soit le fait de la police ou d’acteurs criminels), elles vivent dans une peur constante pour leurs fils et leurs filles. Lorsque nous avons demandé à une jeune mère d’un quartier comment elle se sentait dans cette situation, elle nous a répondu : « C’est un chaos ! Tout est chaotique ! Je l’ai dit tant de fois à ma mère : “Maman, je veux acheter une maison, peu importe si c’est un ranchito [une petite maison autoconstruite]. Juste un petit bout de terrain. N’importe où, pour que mes enfants n’aient pas à grandir en voyant cela… Ils vivent dans ce chaos depuis qu’ils sont tout petits.” » Une autre mère nous a raconté : « Tout le monde évite de sortir dans la rue quand ils sont dehors. Je veux dire, et si la police arrive ? Une confrontation ! C’est ce que nous voyons tout le temps. Alors on ne sort plus, on ne laisse plus sortir les enfants. Il faut rentrer, les malandros sont dehors ! [Ils me disent] : « Mais maman, je veux sortir et jouer », et je leur réponds : « Quand les [malandros] seront partis. »

44Derrière le discours des femmes de La Piedad disant que « les malandros protègent la communauté » et « qu’ils ne s’en prennent pas à la communauté », la présence arbitraire des hommes armés dans la communauté était évidente. Les hommes étaient armés quelle que soit l’heure de la journée, et ils tiraient ou se menaçaient avec leurs armes lorsque des disputes éclataient, provoquant la panique parmi les femmes et les enfants. Cette « démonstration extérieure des armes » [Wolff, 2015] a facilité le monopole territorial du groupe criminel.

45Lors des entretiens de groupe, les femmes étaient très loquaces quand il s’agissait d’évoquer leurs expériences lors des interventions militaires. Leur attitude changeait radicalement lorsque nous leur posions des questions sur les acteurs armés de leur barrio. Dans ces moments-là, les femmes baissaient la voix et chuchotaient, comme si les hommes pouvaient les entendre. Certaines femmes restaient silencieuses ; d’autres, généralement des membres de la famille des hommes armés, monopolisaient la conversation en disant que leurs malandros n’étaient pas menaçants mais qu’ils protégeaient leur barrio. Dans les conversations individuelles, certaines ont osé parler négativement des acteurs armés, mais en baissant la voix et en ne prononçant jamais le nom du chef. Elles faisaient usage des expressions telles que « vous savez qui », « cette personne » et « celui dont je vous ai parlé ».

46Concernant les relations avec les hommes armés de la communauté, le contraste entre les femmes de La Piedad et celles de La Caracola était flagrant. Alors que les femmes de La Caracola réprimandaient ouvertement leurs hommes armés, même en public, les femmes de La Piedad faisaient le contraire. Elles ne parlaient négativement d’eux que lors de conversations en tête à tête avec nous, et lorsqu’elles le faisaient, c’était « doucement », à voix basse. Janis, la femme qui cuisinait pour les enfants, nous a expliqué : « Parfois, ils [les jeunes hommes armés] sont assis là, mais je ne me bats pas avec eux ! Ce n’est pas que je sois bête ou que j’aie peur de qui que ce soit ! Mais c’est mieux, c’est mieux de parler comme ça [et elle baisse la voix] que de donner des coups ! Elles [les autres femmes] me disent : “Tu es vraiment stupide !” Non, je ne suis pas stupide ! Il faut savoir comment faire les choses ! Si je crie ou si je dis : “Arrêtez ça !”… Boum ! Ils me tuent comme une idiote. »

47Ces scénarios si radicalement différents entre La Caracola et La Piedad ont une influence sur le recours aux rumeurs comme ressource de contrôle social. Les opérations militaires censées « affronter la criminalité » ôtent à ces communautés – et surtout aux femmes, dans leur rôle de mère – leur capacité à réorganiser les hiérarchies et à imposer des exigences aux hommes armés. En conséquence, les membres de la communauté sont projetés dans un environnement dominé par des groupes criminels armés, ce qui condamne les enfants de la communauté à une éducation profondément autoritaire et violente. En outre, les opérations militaires suppriment l’efficacité du pouvoir féminin collectif et soumettent les femmes et les enfants à l’escalade des armes mortelles, ainsi qu’au pouvoir arbitraire et brutal des officiers de police et des groupes armés locaux. En substance, les femmes et l’ensemble de leurs quartiers se retrouvent pris en étau entre ces deux acteurs armés despotiques.

Les rumeurs qui circulent et les rumeurs captives

48À La Caracola et à La Piedad, les femmes ont déclaré être systématiquement traitées de « vieilles commères » (viejas chismosas) à la fois par les hommes armés de la communauté et par les officiers de police. Il est particulièrement révélateur que les femmes de La Piedad déclarent que la police les traite de « commères », car derrière le sens péjoratif du mot, on peut lire l’animosité de cette dernière à l’égard des mères dans leur rôle de témoins et de figures clés dans la dénonciation des atrocités perpétrées par la police dans la communauté. En effet, la rumeur en tant que genre discursif et interactionnel est souvent considérée comme féminine [Coates, 1988], et cette qualification exprime sans aucun doute la tension au sein des relations de genre, ainsi qu’une façon du monde masculin de dénigrer les activités communicatives féminines [Besnier, 2009 ; Paz, 2009]. La rumeur est un objet d’étude classique en anthropologie, où elle a été identifiée comme une pratique conversationnelle d’une importance capitale dans la vie quotidienne des communautés [Haviland, 1977 ; Gluckman, 1963]. Le fait que les rumeurs soient définies comme des conversations concernant des tiers personnes absentes dans un cadre privé [Stross, 1978] implique qu’il existe toujours la possibilité qu’elles deviennent publiques. Comme le note J. Haviland [1977], les rumeurs reposent sur la séparation entre des informations publiques et privées ; elles célèbrent les fuites d’un domaine à l’autre, avec des répercussions dramatiques. Martin [1990] attire également l’attention sur le fait que la pratique de la rumeur par les femmes constitue une stratégie de pouvoir subtile. Selon cet auteur, en transmettant l’information et en créant des réseaux, les femmes exercent un pouvoir considérable : plus les frontières entre la sphère domestique et la sphère publique sont fluides, plus leur pouvoir sur la réputation des cibles et sur les définitions sociales de la réalité sont importants [Martin, 1990].

49À La Caracola, les femmes étaient conscientes de l’efficacité des rumeurs ; elles savaient qu’elles circulaient et discréditaient la réputation des hommes, ce qui pouvait avoir des conséquences réelles. Mais là encore, le contraste avec les femmes de La Piedad est significatif. Dans le contexte de l’« état de guerre » qui prévalait dans ce barrio, et qui impliquait un risque plus élevé pour les femmes, les conversations privées sur les hommes armés étaient exprimées à voix basse par crainte de représailles. Dans ce contexte, les rumeurs sont un poids et non une arme. Cela nous a amenées à faire une distinction analytique entre les rumeurs qui circulent et les rumeurs captives.

Les rumeurs qui circulent

50Selon le récit des femmes de La Caracola, lorsqu’elles sont allées parler de l’accord de cessez-le-feu avec le chef des trafiquants de drogue, celui-ci leur a dit : « Ce n’est pas à nous qu’il faut parler, mais aux viejas chismosas [aux vieilles commères]. »

51En effet, pour les femmes de La Caracola, les rumeurs et l’effet qu’elles avaient sur les réputations des hommes étaient l’une de leurs stratégies de contrôle pour que les plus jeunes restent fidèles au cessez-le-feu, illustrant ainsi en termes pratiques la façon dont les rumeurs peuvent être conceptualisées comme une forme de résistance. L’efficacité de cette stratégie dépend du sérieux de ses résultats et des conséquences réelles qu’elle entraîne – comme se retrouver incarcéré, ou être tué par d’autres jeunes ou par la police. L’une des femmes l’a bien expliqué : « Il a été mis en prison pendant plusieurs années parce qu’il était le voyou du barrio, et ceux qui sont accusés de cela le payent par de nombreuses années [de prison]. »

52Le micropouvoir des femmes repose à la fois sur leur capacité à discréditer les jeunes en leur donnant des surnoms dans leur dos et sur leur menace de se plaindre officiellement aux autorités, c’est-à-dire de transmettre les rumeurs aux autorités. En un sens, les femmes constituent une instance officieuse capable d’entacher la réputation des jeunes hommes par la circulation des rumeurs porteuses des descriptions négatives de ces derniers. Conscientes de ce pouvoir, les femmes menacent explicitement les hommes de cette action discursive dégradante qui peut avoir des conséquences désastreuses. L’une des femmes que nous avons interrogées a décrit la manière dont elle a mis en garde un jeune :

Virginia : « Parfois, je lui dis : “Tu es revenu, mais ne recommence pas à faire des conneries, tu entends ! Parce que sinon, on va raconter des trucs sur toi [te vamos a echar paja, ou « calomnier et dénoncer »].” »

53La rumeur apparaît encore et toujours comme un régulateur des actions des jeunes hommes. Elle constitue l’une des stratégies habituelles de sanction et de contrôle [Stross, 1978] dont font usage ceux qui sont en position de faiblesse [Scott, 1985] face au poids des hommes armés dans le barrio. La rumeur peut être comprise comme un mécanisme de dévalorisation, comme la capacité de diffuser des informations qui définissent et affectent l’identité sociale des jeunes hommes [Ramirez, 1999].

54La rumeur se révèle efficace dans les communautés où prévalent les relations en face-à-face, influençant de manière significative la réputation d’une personne ciblée [Peristiany, 1966]. Son efficacité est également liée au résultat attendu : l’hostilité explicite du reste des femmes et des habitants, voire l’arrivée de la police. Cette perte de réputation a des conséquences graves : se retrouver incarcéré, être soumis aux brutalités policières, voir son image publique dévalorisée. Mais ces exemples montrent aussi les limites de cette stratégie, car les rumeurs ne fonctionnent que parmi les personnes familières et identifiables, et donc sensibles à la dévalorisation. Ceux qui sont étrangers au quartier sont invulnérables aux rumeurs.

Les rumeurs captives

55À La Piedad, l’une des histoires que les femmes nous ont répétées à plusieurs reprises avec horreur est celle d’un événement qui les a beaucoup marquées : une femme du quartier a été abattue puis brûlée par le gang armé. La victime, qui appartenait à une organisation politique, avait été accusée d’être une délatrice qui avait fourni des informations sur le gang à la police. En parlant avec Cecilia de son profond agacement de voir ces jeunes gens ostensiblement armés traîner près de chez elle, je lui ai demandé si quelqu’un avait osé leur dire d’arrêter de traîner avec leurs armes. Elle a répondu : « Imaginez ça ! Par ici, il y a eu des histoires, une femme a été brûlée [à mort]. Là, près d’ici ! Ils l’ont sortie de sa maison, devant sa famille, ils lui ont tiré dessus, puis ils l’ont brûlée [vivante] ! Et ils ont mis la vidéo en ligne, sur les réseaux sociaux… Vous imaginez ! »

56Une autre femme a raconté :

Trois policiers nationaux sont entrés dans ma maison, puis dans les chambres. Ils ont demandé qui dormait là, combien de personnes vivaient ici ? Ils nous ont demandé si nous connaissions « tu sais qui » [elle se réfère au chef du groupe criminel], si je le connaissais ? J’avais tellement peur, et à cause de mes nerfs, j’ai dit que je ne le connaissais pas. Je le connais en réalité, parce qu’il a grandi ici. Mais je ne peux pas dire oui non, parce que s’ils [les officiers de police] me demandent si je sais où il se trouve… Ils vous demandent ce genre de choses. C’est terrifiant. Un autre jour, ils sont venus et m’ont donné un numéro de téléphone – si je le voyais, je devais les appeler. Mon mari a pris le numéro de téléphone et quand ils sont partis, il a déchiré le petit papier. Car qui oserait dire qui est qui ? Tu as tes enfants – je ne veux pas mourir brûlée, ni tuée non plus.

57Pour les femmes, cet événement brutal et dramatique a été un message angoissant sur ce qui pourrait leur arriver si elles osaient défier la règle des criminels dans le quartier, si elles savaient quelque chose et en disaient plus que ce qu’elles n’étaient autorisées à dire – en d’autres termes, si elles osaient diffuser des rumeurs sur les hommes armés, et que ces rumeurs circulaient dans la sphère publique. Une grand-mère nous a confié : « C’est comme si je me tenais dans un coin et que je disais : “Untel a fait ceci et cela ! Untel a fait ceci et cela ! Cette nuit, le gang a fait ça !”, et que quelqu’un passe à ce moment et t’entend – ils vont me brûler ! Apparemment, elle avait commencé à commenter quelque chose à leur sujet, et les garçons qui l’ont entendue l’ont attrapée à sa porte ! Elle faisait partie du PSUV [Parti socialiste unifié du Venezuela]. »

58L’état de guerre instauré dans le quartier par les interventions militaires a contribué à provoquer cet événement stupéfiant sur le plan symbolique, l’incendie du corps de cette femme. Pour imposer et renforcer le contrôle social sur les habitants, les hommes armés font usage de la violence de manière stratégique pour transmettre des messages : fixer des limites, communiquer ce qui est acceptable ou non dans la communauté [Wilding, 2014]. Les habitants, et notamment les femmes, ne souhaitant pas ou bien craignant de tester les limites de la tolérance des gangs, n’ont pas d’autre choix que de se soumettre et de museler leur propre comportement en s’imposant le silence. En bref, la présence policière a éliminé les rumeurs en tant que répertoire culturel sur lequel les femmes auraient pu s’appuyer pour exercer un contrôle sur leur communauté.

59À La Piedad, les femmes se retrouvent donc privées de l’un de leurs outils de contrôle quotidiens, à savoir, la rumeur. Les femmes sont extrêmement prudentes quant à ce qu’elles disent, dans quel contexte et à qui, afin d’éviter que les informations qu’elles manient ne deviennent publiques. Elles ont appris lors de cet événement spectaculaire et tragique que faire circuler des rumeurs pouvait leur coûter la vie. En ce sens, dans un tel état de siège discursif, les rumeurs deviennent captives parce que les femmes ont peur de parler.

60C’était très clair pour Cecilia : « Nous vivons ici comme les petits animaux de la jungle, comme le petit singe : Je ne vois pas, je n’entends pas, je ne parle pas. Ils tirent avec leurs fusils, et on ne peut pas dire : “Hey, ne tirez pas sur la porte de ma maison !” Nous vivons comme de petits animaux, camouflés ! Pour ne pas être vus, pour qu’ils ne nous mangent pas, pour qu’ils ne nous attaquent pas. On fait profil bas, tout le temps. » La façon dont Cecilia décrit son sentiment de déshumanisation par la perte de ses capacités humaines les plus fondamentales est très révélatrice : non seulement voir et entendre, mais aussi savoir (je ne vois pas, je n’entends pas) et parler (je ne parle pas).

61Subissant ces événements au quotidien, pris en étau entre le régime armé des hommes de leur quartier et les interventions massives, récurrentes bien que intermittentes de la police, les habitants (et notamment les femmes) éprouvent et expriment la brutalité d’être réduits à une vie biologique. En d’autres termes, ils vivent dans un « état d’exception » et font l’expérience de ce qu’Agamben [1998] appelle la « nuda vida » (la vie nue), autrement dit l’expérience d’être privés des droits et des pouvoirs humains les plus fondamentaux : la parole et l’action politique dans l’espace public.

62La capacité de résistance des femmes finit par se limiter au domaine de la conversation privée. Ainsi, lors de nos entretiens, les femmes ont pris toutes les mesures nécessaires pour s’assurer que ce qu’elles disaient resterait entre nous. C’est au cours de ces conversations privées qu’elles ont pu exprimer leurs réflexions sur la situation qu’elles vivaient. En fait, les précautions prises par les femmes de La Piedad pour faire comprendre que ces histoires « ne peuvent pas sortir d’ici », pour reprendre les mots d’une des femmes, les ont empêchées de se saisir du pouvoir menaçant de « faire circuler les rumeurs » que les femmes de La Caracola ont clairement.

63Ici, comme le souligne Abu-Lughod [1990], critiquant par là une approche romantisée et répandue de résistance parmi les subalternes, ces rumeurs captives nous en disent plus sur le type d’ordre armé oppressif auquel les habitants de La Piedad et les femmes en particulier sont soumis – assiégés par des opérations militarisées constantes et par la présence armée ostentatoire de jeunes hommes – que sur la résistance.

Remarques finales

64Dans le prolongement d’études antérieures sur les stratégies de survie des femmes dans des contextes violents en Amérique latine, nous avons analysé les ragots et les rumeurs en tant que répertoires de pratiques discursives associés aux contextes particuliers dans lesquels vivent les femmes. Bien qu’ils soient souvent négligés en tant qu’action communicative en raison de leur féminisation, les femmes déploient ces répertoires pour transmettre des informations, créer des réseaux et devenir les arbitres de la réputation des hommes. Nous avons également accordé une attention particulière à la manière dont l’accès à ces répertoires varie en fonction de l’histoire, du contexte local et des types d’acteurs armés présents au sein d’un quartier. Dans certaines circonstances, les rumeurs circulent, et dans d’autres, elles deviennent captives, laissant les femmes vulnérables, dans l’incapacité de mobiliser la rumeur comme ressource.

65Enfin, notre étude comparative suggère que des stratégies comme la dissimulation, l’isolement et le silence, si souvent documentées par les recherches antérieures, dépendent du contexte et varient très probablement en fonction de nombreux facteurs, dont certains ont été analysés ici.

66La Caracola est un exemple manifeste du pouvoir des réseaux locaux de femmes pour résister à la violence et pour la réduire. Dans ce quartier, les relations entre les acteurs armés et les communautés locales sont complexes en raison de l’histoire du quartier en matière d’organisation sociale. Les femmes de La Caracola disposent d’un certain nombre de ressources dans lesquelles elles peuvent puiser pour négocier avec les acteurs armés : les réprimandes, les rumeurs, et l’organisation des mères qui maintient le pacte de cessez-le-feu. Avec sa longue tradition de coopération sociale et de développement de réseaux de soutien externes, La Caracola offre l’exemple d’une agentivité collective et la possibilité d’une transformation sociale des termes qui encadrent les interactions au sein de la communauté. Cet exemple atteste le pouvoir que les conversations quotidiennes et la circulation des rumeurs peuvent exercer sur les hommes armés. Ce que l’on pourrait qualifier de « discours de bonnes femmes » rend possible la négociation d’accords et le développement de nouvelles routines, et permet de définir de nouvelles manières d’agir au fil du temps. La Caracola révèle également la complexité du contexte, l’importance des trajectoires locales des réseaux sociaux et l’importance des récits pour donner du sens et construire de nouvelles significations qui renforcent l’action [Swidler, 1995]. Enfin, comme dans d’autres expériences latino-américaines, l’ambiguïté associée à « l’image du pouvoir des femmes » fournit un « cadre symbolique dans lequel les femmes décrivent et interprètent leur participation à l’arène politique » [Martin, 1990, p. 472]. Comme dans l’expérience des mères de la Plaza de Mayo, les femmes peuvent négocier, ainsi qu’énoncer et poser le cadre de leurs revendications au nom de leur maternité et de l’amour de leur famille, même dans les contextes de régimes répressifs, comme les régimes armés dans lesquels les femmes des barrios vivent au quotidien.

67L’expérience de La Caracola s’inscrit dans le droit fil de la littérature récente sur les relations entre les acteurs armés et leurs communautés locales. Si « les civils ont un pouvoir de négociation parce qu’ils peuvent menacer les rebelles d’une résistance collective » [Arjona, 2016, p. 63], nous devons garder à l’esprit que la résistance est toujours genrée. Le poids des traditions des organisations locales à La Caracola a fourni aux femmes les récits, les expériences de coordination ainsi que la possibilité d’imaginer des solutions différentes à leurs réalités. Ces traditions ont aidé les femmes à résister collectivement aux acteurs armés et à négocier les conditions qui régissent leur vie quotidienne, leur permettant de se protéger et de protéger leurs enfants.

68Le cas de La Piedad renvoie aux représentations courantes des femmes dans les quartiers violents – ces femmes vivent dans un état de peur quasi permanent. Les habitants n’ont pas développé de capacité d’organisation au fil du temps, et les réseaux sociaux qui existent se sont délités à la suite des incursions fréquentes de la police. Dans ce contexte, les femmes ne peuvent pas crier, dénoncer en public ou colporter des rumeurs sur les acteurs armés sans craindre pour leur vie. En effet, la seule histoire qui circule à La Piedad, comme nous l’avons vu plus haut, est celle d’une femme brûlée vive pour avoir parlé. Cela montre combien le fait de militariser la sécurité des citoyens rend en réalité les mères encore plus impuissantes, soumises aux pouvoirs armés, et les prive des ressources que les femmes d’autres communautés mobilisent pour résister aux acteurs armés et même exercer un certain contrôle sur eux.

69La fréquence de ces interventions intenses et militarisées est, bien sûr, une des variables qui définit le contexte local. Si La Caracola avait connu la même intensité et la même fréquence de raids policiers militarisés que La Piedad, avant la conclusion des accords de paix qui constituent le pacte, nous pensons que ce dernier aurait été beaucoup moins efficace. Ce contraste illustre la façon dont la violence policière brise les relations communautaires et produit une désorganisation au sein des quartiers, affaiblissant ainsi tout pouvoir collectif. La présence d’acteurs armés à la fois étatiques et non étatiques façonne les stratégies de survie des femmes, comme nous l’avons souligné, et modifie probablement la tolérance face aux rumeurs et aux réprimandes publiques qui constituent des formes efficaces de contrôle social à La Caracola – bien que très probablement d’une manière différente de La Piedad, étant donné leurs traditions différentes d’organisation communautaire.

70Tout comme les acteurs armés sont façonnés par le contexte organisationnel et politique dans lequel ils sont intégrés, les stratégies des femmes pour survivre et peut-être même coexister avec les acteurs armés – en négociant les frontières autour de la violence armée – sont, elles aussi, le fruit de ce contexte. Des recherches supplémentaires doivent être menées sur les stratégies de survie des femmes dans des contextes d’acteurs armés multiples. Même si Caracas est souvent considérée comme un cas extrême dans les études sur la violence urbaine, nous pensons que des recherches futures menées sur d’autres terrains rejoindront nos conclusions.

71Bien que ce soient les hommes qui font l’expérience de la violence extrême des exécutions extrajudiciaires et de la violence armée, il est nécessaire de souligner la souffrance invisible des femmes, et en particulier des mères [Smith, 2016]. Les luttes des mères restent des luttes anonymes où les actions discursives et dramatiques, telles que les cris, les réprimandes, les rumeurs et le silence sont leurs principales ressources dans la micropolitique de leurs quartiers.

Haut de page

Bibliographie

Abu-Lughod Lila, 1990, « The Romance of Resistance: Tracing Transformations of Power through Bedouin Women », American Ethnologist, vol. 17, p. 41–55.

Agamben Giorgio, 1998, Homo Sacer: El poder soberano y la nuda vida, Valencia, Pretextos.

Antillano Andrés, Arias Desmond & Zubillaga Verónica, 2020, « Violence and Territorial Order in Caracas, Venezuela », Political Geography, vol. 82, DOI 10.1016/j.polgeo.2020.102221.

Arias Desmond, 2017, Criminal Enterprises and Governance in Latin America and the Caribbean, New York, Cambridge University Press.

Arias Desmond & Barnes Nicholas, 2017, « Crime and Plural Orders in Rio de Janeiro, Brazil », Current Sociology, vol. 65, n. 3, p. 448–465.

Arjona Ana, 2016, Rebelocracy: Social Order in the Colombian Civil War, New York, Cambridge University Press.

Auyero Javier & Kilanski Kristine, 2015, « From ’Making Toast’ to ’Splitting Apples’: Dissecting ’Care’ in the Midst of Chronic Violence », Theory and Society, vol.  44, n. 5, p. 393–414.

Baldó Josefina & Villanueva Federico, 1996, « La conferencia mundial de las NN.UU. (Habitat II) », Revista SIC, vol.  587, n. 59, p. 292–295.

Besnier Niko, 2009, Gossip and the Everyday Production of Politics, Honolulu, University of Hawai’i Press.

Charmaz Kathy, 2006, Constructing Grounded Theory: A Practical Guide through Qualitative Analysis, London, Sage Publications.

Coates Jennifer, 1988, « Gossip Revisited: Language in All-Female Groups », dans Jennifer Coates et Deborah Cameron (dir.), Women in Their Speech Communities, London, Longman, p. 94–122.

Codur Anne-Marie & King Mary, 2015, « Women in Civil Resistance » dans Mariam Kurtz et Lester Kurtz (dir.), Women, War and Violence: Topography, Resistance and Hope, Santa Barbara, Praeger Security International, p. 401–447.

Crenshaw Kimberlé, 1989, « Demarginalizing the Intersection of Race and Sex: A Black Feminist Critique of Antidiscrimination Doctrine, Feminist Theory and Antiracist Politics », dans University of Chicago Legal Forum 1, article 8.

Cruz José Miguel, 2011, « Government Responses and the Dark Side of Gang Suppression in Central America » dans Thomas C. Bruneau, Lucia Dammert et Elizabeth Skinner (dir.), Maras: Gang Violence and Security in Central America, Austin, University of Texas Press, p. 137–158.

Cruz José Miguel, 2016, « State and Criminal Violence in Latin America », Crime, Law and Social Change, vol. 66, n. 4, p. 375–396.

Emirbayer Mustafa & Mische Ann, 1998, « What Is Agency? », American Journal of Sociology, vol. 103, n. 4, p. 962–1023.

Gluckman Max, 1963, « Gossip and Scandal », Current Anthropology, vol. 4, p. 307–315.

Goffman Erving, 1959, The Presentation of Self in Everyday Life, New York, Doubleday.

Haviland John, 1977, « Gossip as Competition in Zinacantan », Journal of Communication, vol. 27, p. 186–191.

Hume Mo, 2009, The Politics of Violence: Gender, Conflict and Community in El Salvador, Malden, Wiley-Blackwell.

Hume Mo & Wilding Polly, 2019, « Beyond Agency and Passivity: Situating a Gendered Articulation of Urban Violence in Brazil and El Salvador », Urban Studies, vol. 57, n. 2, p. 249–266.

Lister Ruth, 2005, « Feminist Citizenship Theory: An Alternative Perspective on Understanding Women’s Social and Political Lives », Working Paper n. 12, Families and Social Capital ESRC Research Group, London.

Martin Joann, 1990, « Motherhood and Power: The Production of a Women’s Culture of Politics in a Mexican Community », American Ethnologist, vol. 17, n. 3, p. 470–490.

McFarland Daniel A., 2004, « Resistance as a Social Drama: A Study of Change-Oriented Encounters », American Journal of Sociology, vol. 109, n. 6, p. 1249–1318.

Moreno Alejandro, 2000, « La familia popular Venezolana y sus implicaciones culturales » dans Familia: Un arte difícil, Caracas, Fundación Venezuela Positiva, p. 358–390.

Moser Caroline & McIlwayne Cathy, 2004, Encounters with Violence in Latin America, London, Routledge.

Paz Alejandro, 2009, « The Circulation of Chisme and Rumor: Gossip, Evidentiality, and Authority in the Perspective of LatinóLabor Migrants in Israel », Journal of Linguistic Anthropology, vol.  19, n. 1, p. 117–143.

Penglase Ben, 2009, « States of Insecurity: Everyday Emergencies, Public Secrets, and Drug Trafficker Power in a Brazilian Favela », Political and Legal Anthropology Review, vol. 32, n. 1, p. 47–63.

Peristiany John George (dir), 1966, Honour and Shame: The Values of Mediterranean Society. Chicago, University of Chicago Press.

Ramirez Rafael, 1999, What It Means to Be a Man, New Brunswick, Rutgers University Press.

Rodgers Dennis, 2007, « Slum Wars of the 21st Century: The New Geography of Conflict in Central America », Development and Change, vol. 40, n. 5, p. 949–976.

RODRÍGUEZ Lilia, 1994, « Barrio Women: Between the Urban and the Feminist Movement », Latin American Perspectives, vol. 21, n. 3, p. 32–48.

Sampson Robert, Raudenbush Stephen & Earls Felton, 1997, « Neighborhoods and Violent Crime: A Multilevel Study of Collective Efficacy », Science, vol.  277, n. 5328, p. 918–924.

Scott James, 1990, Domination and the Arts of Resistance: Hidden Transcripts, New Haven, Yale University Press.

Scott James, 1985, Weapons of the Weak: Everyday Forms of Peasant Resistance, New Haven, Yale University Press.

Smith Christen, 2016, « Facing the Dragon: Black Mothering, Sequelae, and Gendered Necropolitics in the Americas », Transforming Anthropology, vol. 24, n. 1, p. 31–48.

Stross Brian, 1978, « Gossip in Ethnography », Reviews in Anthropology, vol. 5, n. 2, p. 181–188.

Swidler Ann, 1995, « Cultural Power and Social Movements » dans Hank Johnston and Bert Klandermans (dir.), Social Movements and Culture, Minneapolis, University of Minnesota Press, p. 25–40.

Tilly Charles, 1998, « Contentious Conversation », Social Research, vol. 65, n. 3, p. 491–510.

Wilding Polly, 2014, « Gendered Meanings and Everyday Experiences of Violence in Urban Brazil », Gender, Place and Culture, vol. 21, n. 2, p. 228–243.

Wilding Polly, 2010, « “New Violence”: Silencing Women’s Experiences in the Favelas of Brazil », Journal of Latin American Studies, vol. 42, n. 4, p. 719–747.

Wolff Michael Jerome, 2015, « Building Criminal Authority: A Comparative Analysis of Drug Gangs in Rióde Janeiro and Recife », Latin American Politics and Society, vol. 57, p. 21–40.

Zulver Julia, 2022, High Risk Feminism in Colombia: Women’s Mobilization in Violent Contexts, New Brunswick, Rutgers University Press.

Zubillaga Verónica, Llorens Manuel & Souto John, 2015, « Chismosas and Alcahuetas: Being the Mother of an Empistolado within the Everyday Armed Violence of a Caracas Barrio » dans Javier Auyero, Philippe Bourgois, and Nancy Scheper-Hughes (dir.), Violence at the Urban Margins, New York, Oxford University Press, p. 162–188.

Zubillaga Verónica, Llorens Manuel & Souto John, 2019, « Micropolitics in a Caracas Barrio: The Political Survival Strategies of Mothers in a Context of Armed Violence », Latin American Research Review, vol. 54, n. 2, p. 429–443.

Haut de page

Notes

1 Les noms des barrios ont été modifiés. Les articles de la presse en ligne que nous mentionnons font référence à cette vaste zone populaire sans donner aucune identification spécifique des communautés précises dont il s’agit.

2 Toutes les discussions de groupe ainsi que les entretiens individuels enregistrés ont été transcrits puis codés selon les grands principes de la théorie ancrée appliquée à l’analyse des données qualitatives [Charmaz, 2006].

3 Sampson, Raudenbush et Earls [1997] définissent la réalisation de l’efficacité collective comme la cohésion sociale entre voisins et la volonté d’intervenir au nom du bien commun. La longue tradition d’organisations sociales et religieuses de La Caracola a contribué à instaurer la confiance et la capacité de mener des actions coordonnées en faveur du bien commun, révélant les possibilités d’une efficacité collective clandestine entre les femmes habitant ce quartier et les hommes armés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Verónica Zubillaga et Rebecca Hanson, « Cris, réprimandes, rumeurs et murmures : les réponses des mères aux acteurs armés et à la militarisation dans deux quartiers de Caracas »Cahiers des Amériques latines [En ligne], 103 | 2023, mis en ligne le 10 avril 2024, consulté le 27 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/cal/18585 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cal.18585

Haut de page

Auteurs

Verónica Zubillaga

université Simón Bolívar, Caracas (Venezuela)

Rebecca Hanson

université de Floride, Gainesville, Floride (États-Unis)

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search