Navigation – Plan du site
Chronique

Le Chili renait-il ?

Alain Touraine
p. 6-9

Texte intégral

Photographie n° 1 : Le Palacio De La Moneda à Santiago, Symbole De L’état chilien

Photographie n° 1 : Le Palacio De La Moneda à Santiago, Symbole De L’état chilien

Cliché : Alain Musset

1Nous n’avons plus d’images claires du Chili qui n’en finit pas de sortir de l’ère pinochétiste et qui a failli élire comme président un populiste assez intelligent pour ne pas en appeler au général Pinochet, mais sûr de l’appui de ses partisans. Et cela même au moment où l’ancien président rentrait d’Angleterre et où l’armée lui faisait une réception inquiétante. L’image de l’enfant prodige de l’Amérique latine qui a maintenu une croissance très élevée pendant quinze ans et dont les investissements en Argentine mais aussi au Brésil, en Bolivie et au Pérou sont impressionnants, est détruite par le recul récent de l’économie qui rend plus choquante encore la forte inégalité des revenus.

2Qu’est-ce que ce pays, dont le gouvernement dirigé par Allende s’est terminé en l973 à la fois dans le chaos économique et dans le sang de la répression militaire, qui a dans le monde l’image d’une démocratie, pays qui reste plus financier qu’industriel, devient dix ans après le retour de la démocratie ? Faut-il penser qu’il ne sortira jamais de sa transition sans fin, lui qui n’a pas su rétablir des institutions normales et a perdu le rôle d’innovation politique et culturel qui a été si longtemps le sien ? Ce pays enfin où le syndicalisme eut une si grande influence positive et n’a pas réussi à se redresser après la fin de la dictature. Recourons d’abord aux explications habituelles qui sont justes. Le propre du Chili est d’avoir été un pays possédant dès le début un État fort et même parfois une politique sociale avancée, tout en restant un pays exportateur de matières premières, puis de capitaux, de fruits, etc. C’est à Santiago que la Cepal, dirigée par Raúl Prebisch, a élaboré et diffusé l’idée de développement vers l’intérieur qui supposait une forte intervention de l’État ; mais au Chili l’intervention de l’État a peu été mise au service d’une industrialisation forte. L’esprit de Valparaiso, celui du commerce international et de la banque l’a toujours emporté sur celui de Concepción, principale zone industrielle en dehors de Santiago.

3Exprimons ces premières constatations en d’autres termes. L’image la plus centrale du Chili est celle d’un État militaire, mais aussi administrateur et autrefois au moins éducateur. Par conséquent, la société civile économique y a été faible et l’action syndicale, comme en France, y a été plus politique que revendicative, puisque l’État était à la fois l’adversaire principal et le protecteur possible. Comme en France aussi, les communistes ont été plus forts au Chili que les socio-démocrates puisqu’une partie importante du parti socialiste a été nettement à gauche du PC et que Allende a trouvé moins de soutien au PS qu’au PC.

4Le gouvernement de Pinochet a brisé avec une violence brutale une opposition qui lui paraissait prête à reprendre le pouvoir par la force, ce qui ne correspondait à aucune réalité mais a permis de créer une économie libérale appuyée sur le libre-échange et les fonds de pension. Les présidents de la Concertation – qui unit les partis de centre-droit et de centre-gauche- n’ont pas vraiment modifié les deux forces qui dominent le Chili : un État fort et une économie exportatrice, d’ailleurs très bien gérée dans la période démocratique par le ministre des Finances, Alejandro Foxley. Ce qui conduit à présenter une hypothèse : parce qu’il est entré plus vite et plus vigoureusement que d’autres pays dans la « transition libérale », le Chili devrait logiquement être un des premiers à en sortir. Cette formulation ne correspond certainement pas à l’état de l’opinion publique, mais elle vise à définir les choix réels devant lesquels se trouve le Chili. L’affaire Pinochet est d’une manière ou d’une autre en voie de liquidation. Une condamnation serait la meilleure des solutions, mais déjà la figure du héros a été recouverte par celle du criminel. Le retour à Pinochet est un mot d’ordre qui n’est plus crédible. Pour la première fois depuis très longtemps, le Chili peut choisir d’être un pays d’esprit social-démocrate, c’est-à-dire d’associer la distribution des revenus avec la croissance économique à travers des institutions libres. La société civile, au Chili comme presque partout en Allemagne, a été une force de refus et de rupture et non pas de réforme. Maintenant une politique de réformes est possible et Ricardo Lagos apparaît comme le président qui peut l’inventer et la construire.

5L’Amérique latine a connu presque partout une forte mobilisation politique et idéologique contre la dépendance extérieure. Mais certains de ses pays et surtout le Chili ont connu aussi une croissance intérieure forte. Le moment n’est-il pas venu où, au Chili d’abord, la croissance permet de passer de l’idéologie politique aux réformes sociales ? Le Chili y arrivera-t-il ? Ses chances sont aussi grandes que celles de la France et les obstacles à franchir sont aussi considérables dans les deux pays. Le principal de ces obstacles est l’archaïsme de la pensée et de l’action de la gauche traditionnelle. La chance la plus grande du Chili – comme celle du Brésil-est que des présidents, que beaucoup critiquent comme trop réformistes, voire même conservateurs, ont en fait déjà commencé à « reciviliser » la société, ce qui est plus facile au Chili qu’au Brésil, car celui-ci est toujours paralysé par l’absence d’un système politique stable.

6Au moment où une grande partie du continent s’écroule dans le chaos et la violence, où la gauche castriste disparaît et où la droite parlementaire est aussi faible dans ces pays que presque partout, la meilleure issue est le développement d’un État décidé à renforcer la société : le développement des nouvelles technologies, comme la redistribution des revenus ; une forte politique d’éducation autant que le renforcement de la représentation politique. Alors que le débat public est dominé encore par l’idée de globalisation, Dieu ou diable, mais surtout bonne manière de fuir ses propres responsabilités et sa propre capacité d’agir, l’impératif le plus fort pour tout le continent est de croire à nouveau en soi-même comme acteur, non pas hors de tout système international de pouvoir, mais capable de choix importants. En décidant dès son arrivée au pouvoir de créer une indemnité de chômage et en même temps de donner à la culture une place centrale dans sa politique, Ricardo Lagos me semble avoir donné des signes clairs de la priorité qu’il veut donner à la société « civile ». La situation brésilienne est plus difficile, mais c’est dans la même direction que F.H. Cardoso essaie de progresser.

7Le choix d’une politique libérale extrême ne mène qu’au chaos intérieur ; parallèlement, la gauche politique radicale est écrasée par ses erreurs pro-soviétiques et pro-castristes. La voie que le Chili, le Brésil et même l’Argentine-et peut-être aussi demain le Mexique-essaient d’ouvrir pourrait rapidement apparaître comme la seule possible pour sortir des ruines des dictatures militaires et des charges sociales insupportables exigées par le néo-libéralisme.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photographie n° 1 : Le Palacio De La Moneda à Santiago, Symbole De L’état chilien
Crédits Cliché : Alain Musset
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/6438/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 3,3M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Touraine, « Le Chili renait-il ? », Cahiers des Amériques latines, 33 | 2000, 6-9.

Référence électronique

Alain Touraine, « Le Chili renait-il ? », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 33 | 2000, mis en ligne le 31 juillet 2017, consulté le 17 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/cal/6438 ; DOI : 10.4000/cal.6438

Haut de page

Auteur

Alain Touraine

Directeur d’études, EHESS, Paris

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • OpenEdition Journals