Navigation – Plan du site

AccueilNuméros33information scientifiqueLecturesJean-François Labourdette, Histoi...

information scientifique
Lectures

Jean-François Labourdette, Histoire du Portugal / Déjanirah Couto, Histoire de Lisbonne

Fayard, Paris, 2000
Bruno Leal
p. 203-205
Référence(s) :
Jean-François Labourdette, Histoire du Portugal, Fayard, Paris, 2000 / Déjanirah Couto, Histoire de Lisbonne, Fayard, Paris, 2000

Texte intégral

1Alors que l’histoire de l’Espagne est depuis longtemps un terrain d’investigation largement fréquenté par de nombreux universitaires français, celle de son petit voisin portugais n’a, quant à elle, suscité jusqu’à présent que fort peu de vocations de recherche et de publication. Depuis quelques années, les choses changent cependant et le public français s’intéresse désormais davantage à ce petit pays, à sa littérature et à ses poètes, ainsi qu’à son histoire qui est intimement liée à celle du continent européen tout entier. Deux ouvrages récents, publiés tous deux par les éditions Fayard, participent de cet engouement nouveau pour le Portugal. Chacun d’eux apporte ainsi, à sa façon, sa pierre à une meilleure connaissance, pour les lecteurs français, de l’aventure historique de cet État et de sa capitale à travers les siècles.

2Avec Jacques Marcadé, Frédéric Mauro, Guy Martinière, et quelques rares autres, Jean-François Labourdette est incontestablement l’un des meilleurs spécialistes français de l’histoire portugaise, en particulier pour la période d’Ancien Régime. Auteur déjà de plusieurs ouvrages et articles consacrés à ce pays, ce professeur émérite de l’université de Lille publie aujourd’hui une histoire générale du Portugal. Son livre, riche de plus de 700 pages, enrichi d’une chronologie, de cartes nombreuses et d’arbres généalogiques qui donnent une grande lisibilité à l’ensemble de la construction, est une belle synthèse couvrant la totalité de l’histoire portugaise des origines à nos jours. Assurément, le Portugal n’est pas l’œuvre de la géographie mais bien celle de l’histoire, d’une histoire qui, très tôt, dans la dynamique de la reconquête sur l’islam a forgé dès le XIIIe siècle, à partir du Condado Portucalense, sur cette bande occidentale de la péninsule ibérique, un État indépendant où s’est enraciné de façon précoce, dans les cœurs et les consciences, au-delà des différences régionales, du Minho à l’Algarve, un sentiment national fort.

3Dès lors, tout au long des siècles, le Portugal n’a cessé de proclamer son identité propre et sa volonté d’indépendance ; face à l’Espagne bien sûr, longtemps l’ennemi traditionnel, qui, de la bataille d’Aljubarrota à l’époque de l’union dynastique, a constamment voulu intégrer son petit voisin dans une construction politique ibérique unitaire à direction castillane, face à la France napoléonienne qui l’envahit au début du XIXe siècle, face au monde également, dans la seconde moitié du XXe siècle, lorsqu’à l’époque de Salazar le Portugal « orgueilleusement seul » refuse l’évolution des grands ensembles coloniaux vers l’indépendance et entend conserver sa présence en Afrique et en Extrême Orient explorés depuis le XVe siècle. Le Portugal veut alors ignorer le cours inéluctable de l’histoire. Durant une grande partie du XXe siècle, le pays et beaucoup de ses dirigeants ont en effet contemplé, presque religieusement, le passé national, en particulier sur le plan colonial. Ce regard était alors voilé par le sentiment typiquement portugais de la « Saudade » qui les persuadait qu’il était grand et glorieux, et cette certitude paralysait toute évolution. Avec la « Révolution des œillets » en 1974 et, par la suite, l’œuvre politique et diplomatique de Mario Soares, le Portugal s’est enfin résolument tourné vers l’avenir en donnant la liberté à ses vieilles colonies et en intégrant en 1986 la communauté européenne dont il est aujourd’hui l’un des bons élèves, en particulier sur le plan économique. À l’aube du 3e millénaire, le Portugal accueille en 1998 l’Exposition universelle, la dernière de ce siècle. Cette manifestation culturelle ainsi que le pont Vasco da Gama qui est à cette occasion inauguré, le plus long d’Europe, se veulent alors la vitrine et les symboles d’un pays moderne regardant avec confiance vers le futur, mais se souvenant aussi de la grandeur de son histoire. En reliant les deux berges du Tage, le pont Vasco da Gama relie aussi, symboliquement, les deux berges du temps, celle du passé et celle de l’avenir.

4L’ouvrage de Jean-François Labourdette est une histoire essentiellement politique, de facture classique, suivant le déroulement du temps et des événements. Certains pourront peut-être regretter qu’il n’ait pas davantage intégré différents apports de l’historiographie portugaise récente, en particulier sur le plan de l’histoire sociale, culturelle et religieuse, car, après une longue période de somnolence, celle-ci a fait depuis quelques années un grand bond en avant. On leur rétorquera tout simplement que ce n’était sans doute pas ici le lieu d’une telle approche car la collection qui accueille cet ouvrage est surtout orientée vers des histoires nationales à dominante politique et événementielle reposant sur l’exposé et l’analyse des faits historiques. L’initiative de Jean-François Labourdette est heureuse. Son livre, bien écrit et bien documenté, vient combler une lacune et il propose désormais au public français une histoire du Portugal digne de ce nom, complète, érudite, et synthétique à la fois. En saluant l’ouvrage de Jean-François Labourdette, nous pouvons néanmoins émettre le souhait de voir paraître dans un proche avenir, à l’image de ce qu’à fait Bartolomé Bennassar pour l’Espagne voilà une quinzaine d’années, une belle « histoire des Portugais ».

5En abandonnant les sillons traditionnels de l’histoire strictement politique, le très beau livre de Déjanirah Couto apporte dès à présent une première pierre à une construction différente du savoir historique portant sur le Portugal et ouvre ainsi une voie nouvelle pour les écrits à venir d’histoire portugaise publiés en France. Au fil des quelques 380 pages de cet ouvrage, c’est en effet la ville de Lisbonne qui est érigée en objet d’histoire et c’est sur elle que se porte le regard de cette historienne née au Portugal mais habitant désormais Paris où elle enseigne à l’École pratique des hautes études.

6Ce livre embrasse de façon chronologique toute la trajectoire historique de la cité lisboète depuis ses origines les plus lointaines jusqu’à la ville de l’extrême fin de notre siècle, celle qui accueille « l’Expo 98 » et inaugure le pont Vasco da Gama. Chacune des étapes de cette histoire est présentée avec clarté et sens de la synthèse. L’auteur évoque ainsi tour à tour Olisippo la romaine, la ville des Avis devenue capitale d’un immense empire des océans, la ville de Pombal détruite puis reconstruite après 1755, ou encore celle du régime de Salazar puis du 25 avril 1974… Avec élégance, finesse et sensibilité, et avec un choix judicieux de gravures et de photos, Déjanirah Couto propose à son lecteur une promenade sur les rives du Tage, à travers les rues et les places de Lisbonne, et l’entraîne à cette occasion dans les méandres de son histoire, une histoire mouvementée et riche en événements qui marque de son empreinte, dans la pierre et dans la toponymie, l’espace et les quartiers de la ville ; une histoire aussi qui imprègne le cœur et l’esprit de ses habitants et qui forge ainsi, finalement, au fil des siècles, l’âme et l’identité de la cité.

7Ce livre est plus qu’un simple livre d’histoire car, sous la plume de Déjanirah Couto, le récit historique communie à de nombreuses reprises avec la poésie et decette rencontre naît, pour celui qui la suit dans ce voyage dans le temps et l’espace, l’émotion et la nostalgie d’un passé fuyant. C’est peut-être cela que les Portugais nomment la « saudade ». Un seul regret néanmoins : il manque à cet ouvrage une carte de la ville actuelle qui aurait permis au lecteur de mieux s’orienter dans l’espace lisboète contemporain auquel il est fait sans cesse référence et qui n’est pas forcément familier à tous. Mais cet oubli est peut-être volontaire tant il est vrai que Lisbonne est une ville où il fait bon flâner et se perdre avec délice.

8Puisse ce diptyque être l’avant-garde d’une longue liste de livres qui, dans les prochaines années, combleront en France ceux qui aiment le Portugal et veulent en savoir plus sur son histoire et sa culture.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bruno Leal, « Jean-François Labourdette, Histoire du Portugal / Déjanirah Couto, Histoire de Lisbonne », Cahiers des Amériques latines, 33 | 2000, 203-205.

Référence électronique

Bruno Leal, « Jean-François Labourdette, Histoire du Portugal / Déjanirah Couto, Histoire de Lisbonne », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 33 | 2000, mis en ligne le 31 juillet 2017, consulté le 03 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/cal/6457 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cal.6457

Haut de page

Auteur

Bruno Leal

Université de La Rochelle

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search