Navigation – Plan du site

AccueilNuméros33information scientifiqueLecturesEmmanuel Lézy, Guyane, Guyanes, u...

information scientifique
Lectures

Emmanuel Lézy, Guyane, Guyanes, une géographie « sauvage » de l’Orénoque à l’Amazone

Paris, Belin, collection Mappemonde, 347 p., cartes, photos, 6 illustrations originales de François Place
Alain Musset
p. 207-209
Référence(s) :
Emmanuel Lézy, Guyane, Guyanes, une géographie « sauvage » de l’Orénoque à l’Amazone, Paris, Belin, collection Mappemonde, 347 p., cartes, photos, 6 illustrations originales de François Place.

Texte intégral

1Puisque le flamboyant ouvrage d’Emmanuel Lézy ne respecte que de manière épisodique les normes du livre universitaire, je me sens tout à fait libre de ne pas suivre à la lettre celles qui régissent le petit monde des comptes-rendus de lecture. Je prendrai donc tout de suite parti en disant que ce livre sur les Guyanes, nourri de nombreuses lectures, d’une grande expérience de terrain et surtout d’une pensée originale, est peut-être le signe d’un renouvellement des problématiques et des pratiques de la géographie - et qu’il devrait donc logiquement faire l’objet d’une véritable polémique. En effet, si l’auteur applique toujours avec rigueur les méthodes de sa discipline d’origine, il n’hésite jamais à faire exploser les règles de la géographie universitaire et à torpiller (ou à détourner) le discours académique convenu. Cependant, pour mieux accomplir son travail de sape et de reconstruction, il ne se contente pas de multiplier les clins d’œil stylistique, de jongler avec les mots et avec les images, ou de mélanger les études de terrain et la réflexion théorique : il propose surtout une nouvelle manière de penser, ou pour mieux dire, de vivre la géographie.

2À l’origine de la publication, on trouve un énorme travail de recherche qui se plaçait déjà à part dans la catégorie « thèse », genre littéraire que l’on croit trop souvent arrivé au terme de son évolution. Emmanuel Lézy a prouvé qu’il n’en était rien et que le genre pouvait subir de nouvelles mutations, en permettant au « thésard » d’exister par lui-même et de donner la vie à son travail de recherche. Même réduit à 347 pages pour des raisons éditoriales, son livre reste véritablement hors normes, tant sur la forme que sur le fond. De prime abord, le lecteur peut être désarçonné par un ouvrage qui ne respecte pas le cadre habituel des figures imposées par les lois du genre. Il est ensuite captivé (ou définitivement rebuté) par l’audace de la forme choisie, la variété des approches, l’étendue de l’érudition et la justesse des analyses spatiales, historiques, culturelles et politiques qui concernent non seulement la perception et la définition des Guyanes, mais aussi le rôle et la fonction des études géographiques comme outil d’interprétation et d’aménagement des territoires.

3L’ensemble se lit d’ailleurs comme un roman où l’on sent la patte d’un véritable auteur. Celui-ci, véritable géographe de terrain, n’hésite jamais à se frotter à d’autres disciplines que la sienne (histoire, ethnologie, sociologie…) pour montrer que les barrières institutionnelles sont faites pour être franchies : ce n’est pas pour rien que sa géographie est proclamée « sauvage », comme l’était la pensée de Claude Lévi-Strauss. Mais c’est aussi dans la forêt, dans les bars, parmi les chercheurs d’or, en compagnie des trafiquants et des contrebandiers, sur les frontières floues de la science et de l’aventure, qu’il va puiser son inspiration. Cette expérience de la vie quotidienne complète et vivifie une culture livresque et une érudition (notamment dans le domaine de la cartographie historique) qui, malgré l’ampleur de la documentation étudiée, n’est jamais pesante.

  • 1 Place, François, Atlas des géographes d’Orbæ. Paris, Casterman-Gallimard, 1996.

4L’intérêt de l’œuvre ne se limite pourtant pas aux qualités d’écriture de l’auteur, ni à la force de l’iconographie, enrichie par des illustrations originales de François Place, auteur du magnifique Atlas des géographes d’Orbæ1, qui permettent de prolonger le mythe originel des terres guyanaises. Le principal apport du texte d’Emmanuel Lézy est de donner un sens de lecture non seulement aux Guyanes, considérées comme un territoire à reconstruire, mais aussi à la réflexion géographique dans son ensemble. Les trois parties qui structurent l’ouvrage sont conçues pour suivre un schéma théorique exposé dans une introduction qu’il est nécessaire de lire avec attention si l’on veut pouvoir apprécier, ou critiquer, les prises de position méthodologiques de l’auteur. Selon Emmanuel Lézy, en effet, la démarche géographique opère en « deux temps, trois mouvements », selon lesquels le territoire représenté (le signe) n’est que l’expression, parmi d’autres, de l’espace perçu (le percept) mais aussi, et surtout, de l’espace interprété (le concept).

5Dans un premier temps, l’auteur brosse donc un tableau géographique des Guyanes contemporaines (« Topographie du Pays des mille eaux »), qui lui permet de proposer une définition « objective », la plus exhaustive possible, d’une île continentale coincée entre l’Océan, l’Orénoque et l’Amazone, et dont l’unité tient principalement du fantasme ou de l’imaginaire. La deuxième partie (Cosmographie de la « Planète Guyane ») offre au lecteur une analyse historique de la perception et de la représentation des territoires guyanais, depuis les premiers récits de Sir Walter Raleigh jusqu’aux explorations hallucinées d’Henri Coudreau qui, à la fin du XIXe siècle, n’hésite pas à dresser la carte détaillée d’une chaîne de montagne imaginaire, les monts Tumuc-Humac, destinée à jouer le rôle des Pyrénées entre la France et le Brésil. En s’élançant sur les traces d’une Guyane mythique, qui est à la fois l’objet et le sujet d’une abondante littérature, Emmanuel Lézy referme enfin le cercle d’un mouvement géographique où l’on voit des territoires inconnus nourrir les rêves inachevés des explorateurs, des romanciers et des géographes - rêves dont les images bien connues, trop connues peut-être, filtrent le regard de ceux qui veulent comprendre un « Pays sans nom » situé « sur la ligne de partage des mots » (troisième partie).

6Même si l’on refuse d’entrer dans le jeu proposé par l’auteur, l’organisation d’ensemble de l’ouvrage correspond à une véritable construction de la pensée géographique où chaque étage se nourrit des acquis de l’étape précédente, dans un processus de perpétuelle reconstruction des perceptions et des représentations du territoire. C’est pourquoi l’étude des univers imaginaires, qu’ils soient extraits de Raleigh ou de Bob Morane, n’est pas seulement anecdotique : elle permet de mieux comprendre le cheminement topographique du géographe qui, dans la première partie du livre, arpente les sous-bois de la forêt guyanaise. En ce sens, même si elle s’inscrit dans des traditions ou dans des courants solidement balisés (la géographie culturelle de Claval ou la chorématique de Brunet et Théry), la démarche intellectuelle d’Emmanuel Lézy est novatrice et remet en cause à la fois nos certitudes scientifiques et nos approches méthodologiques.

7Pour mener à bien son projet, l’auteur privilégie une approche iconographique fondée sur une cartographie dynamique et l’utilisation de différents modèles spatiaux - ce qui devrait, là encore, susciter de nombreux débats. En effet, tout comme les cartes de Sanson d’Abbeville étaient destinées à appuyer les prétentions géopolitiques de la France dans le Nouveau Monde, l’énorme effort de cartographie réalisé par Emmanuel Lézy est mis au service de sa vision du monde guyanais - mais aussi de la géographie comme discipline. Les adversaires de toute forme de modélisation jugeront sans aucun doute qu’une schématisation excessive fait parfois plier la réalité pour la rendre conforme au modèle. De la même manière, certaines interprétations cartographiques paraîtront discutables, comme celle qui représente la Guyane dans l’Amérique protestante (p. 167) : on découvre en effet que, au début du XVIIe siècle, l’ensemble de l’Amérique du Nord adhérait à cette religion - alors que la plus grande partie du sous-continent était encore inexplorée. Cependant, on ne peut que saluer la richesse iconographique de l’ouvrage et la qualité du travail effectué, tant sur le plan formel que sur celui de la conception des images.

  • 2 Gourou, Pierre, Terres de Bonne espérance, le monde tropical. Paris, Plon, 1982, p. 179.

8Cette géographie « sauvage » des Guyanes est donc une vraie réussite, qui permet d’explorer de nouvelles approches géographiques du monde. Mais plus important encore, Emmanuel Lézy, sans jamais renier le caractère scientifique d’une discipline trop souvent assimilée à un pensum par la majorité des étudiants, n’oublie jamais que la géographie est aussi une source de plaisirs (intellectuels autant que physiques) qu’il serait temps de faire partager au plus grand nombre possible de lecteurs. En ce sens, il se place sous la bannière de Pierre Gourou qui, en 1948, dans son carnet de voyage amazonien, exprimait sa « joie d’exercer mon métier de géographe »2. Comme Pierre Gourou, Emmanuel Lézy aime son métier, et c’est sans aucun doute ce qui rend son livre joyeux.

Haut de page

Notes

1 Place, François, Atlas des géographes d’Orbæ. Paris, Casterman-Gallimard, 1996.

2 Gourou, Pierre, Terres de Bonne espérance, le monde tropical. Paris, Plon, 1982, p. 179.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Musset, « Emmanuel Lézy, Guyane, Guyanes, une géographie « sauvage » de l’Orénoque à l’Amazone », Cahiers des Amériques latines, 33 | 2000, 207-209.

Référence électronique

Alain Musset, « Emmanuel Lézy, Guyane, Guyanes, une géographie « sauvage » de l’Orénoque à l’Amazone », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 33 | 2000, mis en ligne le 31 juillet 2017, consulté le 03 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/cal/6464 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cal.6464

Haut de page

Auteur

Alain Musset

EHESS-Paris

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search