Navigation – Plan du site

AccueilNuméros33information scientifiqueLecturesDenise Y. Arnold et Juan de Dios ...

information scientifique
Lectures

Denise Y. Arnold et Juan de Dios Yapita, Río de Vellón, Río de Canto

Cantar a los animales, una poética andina de la creación, ILCA/Hisbol, La Paz, 1998, 575 p.
Sabah Rahmani
p. 210
Référence(s) :
Denise Y. Arnold et Juan de Dios Yapita, Río de Vellón, Río de Canto. Cantar a los animales, una poética andina de la creación, ILCA/Hisbol, La Paz, 1998, 575 p.

Texte intégral

1Une fois de plus D. Y. Arnold et J. de D. Yapita nous offrent un ouvrage riche en informations ethnographiques sur la communauté de Qaqachaka (Andes boliviennes) ; cette fois ils s’intéressent aux chants des femmes adressés aux animaux domestiques (camélidés surtout, mais aussi ovins et équidés). Inspirés par des esprits tutélaires, les chants visent à favoriser la création et la régénération des troupeaux. L’ouvrage se donne pour principal objectif d’étudier les croyances et les pratiques rituelles qui conditionnent l’organisation de ces chants.

2Les chants les plus élaborés sont adressés aux lamas, aux alpacas et aux moutons ; animaux qui constituent les troupeaux des femmes, troupeaux dont celles-ci héritent en lignée maternelle et dont elles tirent la laine pour le tissage. À Qaqachaka « chanter c’est tisser » – cantar es tejer – écrivent les auteurs. Même si elle fait davantage référence à l’étroite relation entre chant et tissage, capables de stimuler la reproduction des animaux, cette belle expression met en évidence un procédé artistique où l’entrelacement poétique des vers rappelle l’entrelacement esthétique des fils.

3Les chants sont analysés dans leur dimension musicale, poétique et rhétorique, historique et sociale, enfin et surtout dans leur dimension symbolique. Les auteurs insistent sur la symbolique du sang comme source de fertilité, sous différentes formes : sang sacrificiel versé durant les cérémonies de marquage et de copulation des animaux, sang maternel transmis par la descendance féminine, sang menstruel émis après l’accouchement. Êtres humains et animaux sont mis en relation par communications cosmologiques et par analogies obstétriques.

4Selon D. Y. Arnold et J. de D. Yapita le chant procure à la femme pouvoir et prestige, permettant ainsi d’exprimer son point de vue. La division du travail par genre à Qaqachaka (femmes comme gardiennes des troupeaux et hommes comme exploitants de l’agriculture) rend compte d’une différence de pouvoir. Celle-ci se traduit par une différence de langage selon les auteurs ; le pouvoir de l’homme s’exprime par la parole et par l’écrit alors que celui de la femme se manifeste par le chant et le tissage. Contrairement à la majorité des anthropologues andinistes qui se sont intéressés à ces relations de genre et de pouvoir, pour D. Y. Arnold et J. de D. Yapita ces sources différentes de pouvoirs ne sont ni compléméntaires ni subordonnées mais parallèles. Nous aurions pu partager leur point de vue si les démonstrations n’avaient pas tout au long de l’ouvrage laissé prise à divers partis pris idéologiques qui ont tendance à sur-valoriser la femme, la pensée et la création andines. On reste sceptique.

5L’attention particulière portée aux commentaires d’acteurs individuels (essentiellement deux « accoucheuses » – parteras – et un chamane) se manifeste par un plan qui suit en grande partie des ethnocatégories thématiques. Une méthode qui s’avère ici difficilement compatible avec l’organisation des interprétations anthropologiques des auteurs et la gestion articulée des nombreuses données ethnographiques. Elle disperse en effet l’analyse globale et entraîne certaines répétitions pas toujours nécessaires.

6On aurait également souhaité une plus ample exploitation des brèves mais intéressantes références philosophiques. On retiendra toutefois la richesse et la finesse des analyses linguistiques d’autant plus essentielles que l’on est face à une population à tradition orale.

7Modes d’expressions respectivement oral et visuel, le chant et le tissage sont pour les auteurs des alternatives textuelles ; les textes sont tissés et chantés. L’écriture peut ainsi se présenter sous la forme d’une textualisation de la voix cantique et de l’image esthétique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sabah Rahmani, « Denise Y. Arnold et Juan de Dios Yapita, Río de Vellón, Río de Canto », Cahiers des Amériques latines, 33 | 2000, 210.

Référence électronique

Sabah Rahmani, « Denise Y. Arnold et Juan de Dios Yapita, Río de Vellón, Río de Canto », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 33 | 2000, mis en ligne le 31 juillet 2017, consulté le 24 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/cal/6466 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cal.6466

Haut de page

Auteur

Sabah Rahmani

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search