Navigation – Plan du site

AccueilNuméros33information scientifiqueLecturesRubial García, La santidad contro...

information scientifique
Lectures

Rubial García, La santidad controvertida

Antonio, Mexico, Fondo de Cultura Económica, 1999
Pierre Ragon
p. 211-212
Référence(s) :
Rubial García, La santidad controvertida, Antonio, Mexico, Fondo de Cultura Económica, 1999.

Texte intégral

1Jusqu’à une date très récente les études menées sur la vie religieuse du Mexique colonial sont demeurées fort rares et généralement en marge des évolutions qui, depuis plusieurs années, renouvellent l’histoire du christianisme. Pourtant, un petit groupe de chercheurs mexicains (et quelques universitaires étrangers) se sont heureusement ouverts aux nouvelles problématiques. Parmi les travaux les plus contemporains, ceux d’Antonio Rubial, qui dépasse délibérément le cadre de la monographie, témoignent éloquemment de ce renouveau de l’historiographie du catholicisme mexicain.

2Afin de ressusciter la mentalité d’un âge oublié — mais particulièrement proche au Mexique —, Antonio Rubial choisit de mettre l’accent sur ce qu’il appelle les « héros » de la société coloniale : ceux de ces membres qui moururent en odeur de sainteté, sans avoir été canonisés ni même béatifiés. Il les oppose aux héros de l’indépendance et de la révolution, entre-temps devenus les figures ordinaires de l’imaginaire collectif des Mexicains. L’ouverture de la perspective transparaît de l’organisation même du livre dont le premier chapitre vise à replacer la perception créole de la sainteté dans l’histoire, plus générale, de la sanctification au sein de l’Église universelle qu’il revisite à la lumière de quelques travaux ayant fait autorité (ceux de Peter Brown, André Vauchez, Alain Boureau, Michel de Certeau, Jean-Michel Sallmann notamment).

3Le second chapitre constitue le véritable nœud de l’ouvrage. Antonio Rubial y propose un découpage chronologique du développement institutionnel et culturel de l’Église mexicaine entre le XVIe et le XVIIIe siècle. Son approche fait la meilleure part aux grands courants spirituels et aux programmes de réforme qui la traversent ou qui commandent son évolution depuis l’Europe (le millénarisme franciscain des premiers temps, la multiplication des dévotions baroques aux images et au saints, la revalorisation du rôle des clercs etc.) L’histoire des « saints » (presque jamais canonisés) du Mexique est alors analysée dans cette perspective. La première période (1524-1550), dominée par l’utopie évangélisatrice, est marquée par la prégnance du modèle de l’Église primitive : selon l’auteur, au sein de cette première Église mexicaine, des germes de réputations de sainteté sont alors semés mais ils ne peuvent éclore du fait de la volonté des clercs, rapidement gagnés par le pessimisme, de privilégier les modèles européens, lesquels s’imposent dans un second temps (1550-1620). Puis, dans une troisième phase (1620-1750), les créoles auraient tout à la fois repris le combat en faveur de ces premières réputations de sainteté et exalté de nouvelles figures de saints plus conformes à l’esprit qui animait l’Église de la réforme catholique. Après 1750, cette entreprise aurait définitivement échoué, en raison de l’hostilité des nouvelles élites administratives du royaume, gagnées aux Lumières et défiantes à l’égard du militantisme créole.

4Les cinq autres chapitres de l’ouvrage sont ensuite consacrés aux cinq vénérables non canonisés que compte le Mexique colonial : Gregorio López, le saint ermite du XVIe siècle tout d’abord, Bartolomé Gutierrez, martyrisé au Japon en 1632, une religieuse mystique du XVIIe siècle, María de Jesús Tomelín, un saint évêque de Puebla, Juan de Palafox y Mendoza (1639-1649) ; vient enfin un missionnaire de la Propaganda fide mort en 1726 en odeur de sainteté, Antonio Margil de Jesús. Ces cinq études de cas viennent préciser les étapes de la transformation de l’Église mexicaine rapidement présentées dès le deuxième chapitre du livre. Il est à noter que l’auteur élude délibérément les cas de saint Felipe de Jésus et du bienheureux Sebastián de Aparicio, reconnus par Rome. Ce choix malheureux — et non justifié — déroute quelque peu. Probablement découle-t-il moins d’options scientifiques que du découpage a priori d’un champ de recherche universitaire.

5Toutefois, cela n’empêche pas Antonio Rubial, page après page, d’approfondir et de nuancer le tableau initialement campé. Gregorio López lui donne l’opportunité de se placer au moment crucial où le mysticisme espagnol du XVIe siècle, qu’il qualifie de néoplatonocien, bascule vers la religiosité baroque des recluses, plus sensuelle et plus concrète. Les trois chapitres suivants explorent trois axes majeurs de la vénération des nouveaux saints de l’âge baroque : avec son étude des hagiographies de Bartolomé Gutierrez, son analyse des Vies de la mystique María de Jesús et de celles de Palafox y Mendoza, Antonio Rubial suit pas à pas les chemins tortueux qui conduisent à la construction de trois stéréotypes chers à l’Église du XVIIe siècle, le martyr, la mystique et l’évêque exemplaire. Il montre enfin comment la cause de Margil de Jesús, dont les projets missionnaires furent toujours étroitement liés à la consolidation politique des frontières de l’empire, souffrit des ambitions croissantes d’un État bourbonien soucieux de réduire les marges de manœuvre accordées à l’Église.

6Ces cinq causes ardemment défendues furent aussi cinq causes perdues. Antonio Rubial y insiste longuement : chacune constitue, d’une certaine manière, un cas d’espèce. Mais au-delà des avatars, la répétition des échecs n’est-elle pas révélatrice des difficultés qu’éprouvent les créoles à faire reconnaître l’excellence de leurs vertus personnelles et la noblesse de leur terre ? Force est d’avouer que l’accumulation de ces échecs demeure difficile à expliquer. Antonio Rubial ne convainc pas vraiment lorsqu’il accuse les exigences des promoteurs de la foi ou les difficultés que posait la vérification de l’authenticité des miracles, des obstacles somme toute bien ordinaires ; le désintérêt de la Couronne pour les causes des bienheureux américains, trop tardif, ne peut pas non plus fournir une explication suffisante. L’auteur séduit davantage lorsqu’il souligne combien, de manière apparemment paradoxale mais finalement très significative, les causes des serviteurs de Dieu soutenues par les créoles progressaient d’autant plus sûrement que, par leur histoire personnelle et leur pratique religieuse, les candidats à la sainteté adhéraient aux modèles espagnols. Sans doute touche-t-on là à un point essentiel, révélateur de la nature profonde du sentiment créole comme de celle du lien de dépendance qui unit les vice-royautés du Nouveau Monde à la péninsule. Les élites américaines s’affirmaient avant tout comme des élites espagnoles en Amérique et Madrid n’entendait pas leur accorder d’autres formes de reconnaissance.

7L’ensemble, issu d’un travail longuement mûri, témoigne d’une remarquable maîtrise de la littérature hagiographique et des archives issues de l’activité administrative et diplomatique de la Couronne d’Espagne. La finesse des analyses, l’érudition de l’auteur séduisent, tout comme les perspectives originales qu’offrent son approche des Vies de saints et son étude de la correspondance des postulateurs des causes. Encore faut-il demander à ce livre ce qu’il peut tenir : les modèles de sainteté n’y sont pas analysés en tant que tels et les saints ne sont pas étudiés comme des témoins de la spiritualité de leur temps, l’auteur n’utilisant jamais les actes des procès de béatification. Ce livre se donne en revanche comme une brillante étude des modèles hagiographiques et de leurs adaptations au public de la Nouvelle-Espagne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Ragon, « Rubial García, La santidad controvertida », Cahiers des Amériques latines, 33 | 2000, 211-212.

Référence électronique

Pierre Ragon, « Rubial García, La santidad controvertida », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 33 | 2000, mis en ligne le 31 juillet 2017, consulté le 03 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/cal/6469 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cal.6469

Haut de page

Auteur

Pierre Ragon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search