Navigation – Plan du site

AccueilNuméros33information scientifiqueLecturesLaurent Vidal et Emilie d’Orgeix,...

information scientifique
Lectures

Laurent Vidal et Emilie d’Orgeix, Les villes françaises du Nouveau Monde

Des premiers fondateurs aux ingénieurs du roi (XVIe-XVIIIe siècles), Paris, Somogy, Éditions d’Art, 1999, 192 pp.
Verónica Zárate Toscano
p. 213-214
Référence(s) :
Laurent Vidal et Emilie d’Orgeix, Les villes françaises du Nouveau Monde. Des premiers fondateurs aux ingénieurs du roi (XVIe -XVIIIe siècles), Paris, Somogy, Éditions d’Art, 1999, 192 pp.

Texte intégral

1Dans chaque esprit, le monde est différent. C’est pourquoi chaque vision du monde est dissemblable. Un Américain ou un Européen, chacun avec sa propre perspective intellectuelle, avec sa propre culture, peuventils vraiment voir les mêmes choses ? Le même problème se pose avec l’ingénieur, l’urbaniste, le géographe, l’historien de l’art ou l’architecte (la liste n’est pas exhaustive) dont la perception du fait urbain ne peut pas être identique. C’est pourquoi, essayer de rendre compte d’un livre écrit par une vingtaine de stylos différents n’est jamais une tâche facile… Mais c’est aussi un défi. Pourtant, même s’ils proviennent d’institutions françaises, canadiennes et américaines, tous les auteurs réunis dans l’ouvrage intitulé Les villes françaises du Nouveau Monde, sous la direction de Laurent Vidal et Émile d’Orgeix, ont quelque chose en commun : ils ont tourné ensemble les yeux pour observer l’Atlantique « d’un rivage à l’autre », afin de mettre en valeur quelques aspects peu connus du continent américain.

2Ce livre est publié avec le concours de plusieurs institutions, à l’initiative de la Faculté des lettres, langues, arts et sciences humaines et de l’Espace Nouveaux mondes de l’université de La Rochelle. Les coordinateurs de l’ouvrage ont su conjuguer à la fois leur intérêt et leur expérience de l’histoire urbaine du Nouveau Monde et de l’évolution du dessin d’architecture civile et militaire pour transmettre leur passion aux différents auteurs, afin d’obtenir un ensemble cohérent malgré la diversité des contributions. Les sources sur lesquelles chacun appuie sa démonstration sont éparpillées en une multitude d’archives et de bibliothèques, situées aussi bien en Europe qu’en Amérique, mais chaque auteur les a heureusement complétées en puisant dans son propre bagage culturel. Le résultat est tout à fait intéressant.

3Il y a en effet une thématique commune aux 28 travaux présentés ici, et l’on peut distinguer trois axes d’analyse. Le premier concerne l’étude des villes du point de vue de l’espace et des projets urbains et architecturaux. Le deuxième se présente comme un « essai d’inventaire » de l’héritage français en Amérique. Le troisième centre son attention sur les ingénieurs responsables de la planification et de l’organisation des colonies royales. Deux essais sur la géopolitique de la France et sur la conservation des archives cartographiques, avec une chronologie des villes françaises du Nouveau Monde, complètent judicieusement les perspectives de recherche offertes par ces trois axes.

4Ce livre permet donc au lecteur de voyager à la fois dans le temps et dans l’espace. On sait bien que la colonisation espagnole et portugaise du nouveau continent commence dès le début du XVIe siècle : en moins d’un siècle, plus de 200 villes ont été fondées. Mais les Français, les Britanniques, les Néerlandais arrivent beaucoup plus tard. Jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, ils continuent à fonder de nouvelles villes tout au long du continent. À travers ces pages, on peut connaître tous les détails de leurs actions - leurs vicissitudes et leurs réussites.

5Mais le temps n’est pas le seul axe de l’ouvrage : il faut toujours penser à l’espace. La vision des auteurs va du nord au sud, de l’est à l’ouest. Même si, dans le titre, on met en valeur les villes françaises, celles-ci ne sont pas les seules protagonistes de l’histoire urbaine américaine. Les exemples présentés dans l’ouvrage ne se limitent pas à une géographie franco-française du Nouveau monde, puisqu’on y trouve, à titre comparatif, les fondations réalisées par d’autres puissances européennes. En ce sens, le livre dirigé par Laurent Vidal et Émilie d’Orgeix s’inscrit dans une histoire culturelle mondiale. La baie d’Hudson, la Guyane, les Antilles apparaissent avec la Nieuw Amsterdam, Rio de Janeiro, Veracruz, Boston, pour démontrer comment certains projets concoctés dans les capitales européennes ont dû se frotter à des réalités pas toujours faciles.

6Le livre est magnifiquement illustré par des cartes et plans dessinés à l’époque des événements décrits, tels que la fondation d’une ville ou la construction de nouvelles fortifications. Il manque cependant au lecteur une carte moderne qui lui permettrait de localiser tous les endroits dont on parle, les villes fondées et le résultat des projets mis en œuvre à l’époque coloniale. En effet, avec une thématique aussi attractive, avec des illustrations aussi abondantes et d’une telle qualité, cet ouvrage ne se limite pas à un public de spécialistes : tout le monde peut prendre plaisir à le consulter. C’est pourquoi une carte du continent serait un élément indispensable pour la meilleure compréhension du sujet.

7D’après le livre, on peut conclure que l’Amérique n’est pas seulement un mélange de populations aux origines géographiques et culturelles bien différentes et aux intérêts souvent opposés. C’est aussi, et avant tout, une conjonction d’idées et de pratiques dont le monde urbain est l’expression la plus visible. Les Espagnols, les Portugais, les Britanniques, les Néerlandais et bien sûr, les Français, ont essayé de découvrir et de conquérir l’Inconnu, l’Exotique, c’est-à-dire des lieux chargés de richesses mythiques ou réelles. Dans le même temps, ils ont trouvé des espaces où ils ont pu expérimenter les grands projets urbanistiques de la Renaissance et mettre en pratique des idées originales.

8Dans cette adaptation à la géographie américaine de projets idéaux, utopiques, auxquels il ne manquait que la dimension territoriale, les conquérants ont mis en scène l’imaginaire européen. C’est ainsi que la trame régulière ou désordonnée des villes n’est pas le résultat d’une décision arbitraire : elle dépend beaucoup de la nature du sol, de la topographie. La côte, la forêt, les lacs et les rivières conditionnent la forme des villes. Mais il y a aussi des raisons politiques et économiques pour expliquer l’emplacement des nouvelles cités : l’existence de mines, la pertinence d’un point d’entrée vers l’intérieur des terres, ou bien la superposition symbolique du centre urbain au-dessus d’une ville indienne, quand il y avait déjà une localité importante avant l’arrivée des Européens. Au court de ce long processus, les ingénieurs jouent un rôle fondamental dans la construction des villes, surtout en ce qui concerne l’érection de systèmes de défense, le tracé des routes et des chemins, la construction d’hôpitaux, l’assèchement des marécages, la lutte quotidienne de l’homme contre la nature. Ils mettaient leur bagage technique et culturel au service de l’adaptation de formes urbaines idéales aux réalités du monde américain.

9En 1534, Jacques Cartier partait de Saint-Malo, sur la côte d’Émeraude, en Bretagne, pour se rendre en Amérique. Ainsi commençait une série d’expéditions qui finiraient par la découverte du Canada et l’apparition de la Nouvelle France. Mais ce premier voyage n’était que le début de l’aventure décrite dans le livre de Laurent Vidal et Émilie d’Orgeix, ouvrage indispensable pour tous ceux qui s’intéressent au développement des processus culturels qui ont eu comme résultat le rapprochement et la conjonction de l’Ancien et du Nouveau Monde.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Verónica Zárate Toscano, « Laurent Vidal et Emilie d’Orgeix, Les villes françaises du Nouveau Monde », Cahiers des Amériques latines, 33 | 2000, 213-214.

Référence électronique

Verónica Zárate Toscano, « Laurent Vidal et Emilie d’Orgeix, Les villes françaises du Nouveau Monde », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 33 | 2000, mis en ligne le 31 juillet 2017, consulté le 24 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/cal/6471 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cal.6471

Haut de page

Auteur

Verónica Zárate Toscano

Instituto Mora, Mexico/EHESS, Paris

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search