Navigation – Plan du site

AccueilNuméros33information scientifiqueLecturesMario Rizo, Identidad y derechos ...

information scientifique
Lectures

Mario Rizo, Identidad y derechos : los Titulos Reales del Pueblo de Sutiaba

Instituto de Historia de Nicaragua y Centroamérica, Managua, 1999, 291 p.
Thomas Calvo
p. 218-220
Référence(s) :
Mario Rizo, Identidad y derechos : los Titulos Reales del Pueblo de Sutiaba, Instituto de Historia de Nicaragua y Centroamérica, Managua, 1999, 291 p.

Texte intégral

1Peut-etre, un jour, sur la plaza mayor de Sutiaba, aujourd’hui faubourg de Léon, ville du nord-ouest du Nicaragua, verrat-on une statue de Doña Ernestina Roque ? A sa façon, ce livre est déjà un hommage à cette femme indienne, qui pendant la plus grande partie de ce siècle conserva précieusement un ensemble de documents, titres de propriété et arche de mémoire de la communauté sutiaba.

2Il s’agit, au départ, de copies de documents agraires – certains remontent au début du XVIIe siècle-, faites à la demande de la communauté en 1727, accompagnées de leur authentification par les autorités coloniales, plus douze plans (un a disparu) aquarellés. La superficie concernée est de 63 caballerias : l’auteur ne donne pas d’équivalence, mais nous nous hasarderons à dire que cela représente environ 2835 ha (63x45 ha). Nous reviendrons plus tard sur ce problème de métrologie. Les premières pages sont manquantes, mais il est facile de les reconstituer, puisqu’en 1828 la communauté éprouva le besoin de les faire légaliser, d’où une copie fut dressée, préservée elle aussi, ainsi qu’une autre en 1955.

3L’ensemble a été fort complètement paléographié (du moins le document de 1727, plus les folios manquants) (p. 151-244). Nous n’hésitons pas à dire que c’est un document d’un grand intérêt, et pas seulement pour le Nicaragua. Par ailleurs Mario Rizo l’a mis en contexte, retraçant l’histoire de cette communauté, qui au moment de l’arrivée des Espagnols constituait la cabecera (chef-lieu) d’une chefferie : c’est tout naturellement que les Espagnols installent près de là Léon Viejo (1524), puis après sa destruction en 1610, à la suite d’une éruption volcanique, l’actuel Léon. Commence une longue cohabitation dont le document de 1727 retrace, à sa façon, le devenir : en 1695 le pueblo de Sutiaba se dit « circunvalado por todas partes de las [tierras] de dicha ciudad de Leon, de muchos Pueblos, y Haciendas, sin tener por donde estenderse » (p. 173). En fait, il est loin d’être désarmé (l’existence des documents le prouve, à sa façon) : cabecera d’un corregimiento, cela lui donne une relative autonomie, lui permet de préserver son identité. Il durcira encore celle-ci au XIXe siècle, dans les luttes politiques où Sutiaba semble servir de contrepoint à l’élite réactionnaire de Léon, avant d’entrer aussi en conflit, à partir du début du XXe siècle, avec les libéraux individua-listes. En 1902, Sutiaba est annexé à Léon ; en 1906 un décret prononce l’extinction des communautés indigènes du Nicaragua. Les luttes de Sutiaba reprennent de plus belle, alors qu’il faut cacher les précieux documents. Ils ne ressortent qu’en 1954, profitant de certaines contradictions de la dictature somociste. Encore aujourd’hui la justice n’a pas tranché.

41828 se situe au lendemain de l’Indépendance, au milieu des troubles ; 1954, constitue aussi une période grise : on comprend que dans ces circonstances la communauté ait voulu préserver son principal atout, ses titres de propriété, en les faisant reconnaître, en tout cas en les faisant légaliser et les recopiant. Et en 1727 ? La phrase que nous citions plus haut, évoquant une situation obsidionale, vaut comme démonstration : il fallait prendre les devant, se garantir contre d’éventuelles usurpations, alors que la démographie et les appétits étaient en hausse.

5C’est ici que nous voudrions revenir sur le document lui-même, qui est loin d’avoir livré toute sa richesse : il appelle encore une étude en profondeur. Des appétits se manifeste, disions-nous ? Et d’abord à Madrid, qu’il ne faut jamais perdre de vue jusqu’à l’Indépendance. Ainsi la fameuse cédule royale de 1591, instituant la composicion de terres (versement d’un droit contre la légalisation de terres royales usurpées), est maintes fois répétée dans le document, ainsi que ses cadettes, comme celle du 30 octobre 1692, qui met en avant « las muchas asistencias que se han de hacer a los exércitos en la campaña del año que viene tengan caudales » (p. 55).

6Dans un tel contexte d’angoisse financière, il y avait, pour certains avisés, une possibilité de profit. C’est ce que doit penser Gaspar Rodriguez, mulâtre libre de Léon, téléguidé par des puissants, selon les Indiens de Sutiaba. Dès le 19 septembre 1692 il faisait arpenter, officiellement, le sitio du Buen Suceso, à 2 ou 3 lieues de la ville.

7L’ensemble de l’opération est décrit avec un grand luxe de détails. Y participent l’alcalde doyen de la ville, le lieutenant qu’il a nommé arpenteur, l’Indien charger de reporter sur le sol la cuerda (qu’on nous dit avoir ici 100 varas). S’y ajoute un cortège intéressé au plus haut point, tous les propriétaires limitrophes, et surtout les autorités indiennes de Sutiaba, en masse. On délimite un grand quadrilatère, dans un paysage accidenté, entre rocailleux et boueux (les principales limites sont une rivière et une quebrada) ; le plus souvent des arbres servent de borne : « en un arbol de quiebrahacha, y en otro de Guiñoquague mandé hazer unas cruzes » (p. 164). On sait par ailleurs regarder un paysage : « caminando por sabanetas de piedras y lodo, y por piñuelares ». Si on élève la vue au-delà du sitio lui-même, on a vite fait de buter sur l’Eglise et assimilés, les terres d’un beneficiado, le trapiche d’un hermano (un frère lai ?).

8La métrologie pose toujours des problèmes délicats : l’auteur a du mal à évaluer ce que vaut une caballeria dans ce contexte (p. 129). Pourtant les textes, au-delà de quelques errements, apportent des réponses précises. A s’en tenir au document de 1692, la caballeria linéaire vaut 12,5 cuerdas (ici l’arpenteur manie une cuerda de 100 varas, 83,8m). La superficie au carré serait 109,7 ha (1047mx1047m). Mais en 1721, pour le sitio de Santa Barbara on utilise une corde de 50 varas, attachée à la queue d’un cheval (double innovation) ! Surtout l’arpenteur « dio a cada caballeria de largo mil ciento treinta y seis varas y media y de ancho la mitad » (p. 184) : soit 45,3 ha (952mx476m), proche de l’unité mexicaine (42,8 ha). Ainsi dans ce contexte la caballeria, mesure de superficie, ne se calcule pas au carré, mais en rectangle (ce qui est d’ailleurs parfaitement en accord avec les plans qui accompagnent les documents).

9Reprenons le fil du litige entre Gaspar Rodriguez et la communauté de Sutiaba. Celui-là se fait donc mesurer deux caballerias d’un seul tenant. En mars 1695, Rodriguez remet « en composicion » à la Couronne 52 pesos et reçoit un titre de propriété établi à Guatemala. Bien entendu la communauté, qui a toujours suivi avec soin la procédure, et toujours sauvegardé ses droits, fait appel. Il est à noter que sur certains documents, plutôt qu’une pleine propriété, elle fait valoir une sorte de droit de préemption : « por tener muy inmediatos doce atillos de ganados maior […] y no tener tierras en que extenderse » (p. 170). Guatemala lui donne raison, mais Rodriguez fait traîner l’affaire jusqu’en 1705, date à laquelle il accepte enfin de déguerpir, la communauté lui ayant versé 107 pesos (dont 55 pour les travaux effectués sur place).

10Finalement la Couronne aura soutiré une cinquantaine de pesos à Sutiaba, Rodriguez aura joui pendant une dizaine d’années, plus ou moins indûment, d’un beau domaine aux portes de la ville, disposant d’eau. La communauté aura perdu 107 pesos (au moins, il faudrait ajouter les frais de justice) : inutilement ? Non, car elle aura établi pour des siècles ses droits sur des terres en marge de ses possessions. Ceci valait cela. Autre enseignement ? A partir du moment où ses appétits sont satisfaits (52 pesos !), qu’elle sait que les Indiens (encore une fois) paieront, la Couronne accepte très facilement de faire valoir leurs droits : affaires et paternalisme vont de pair… N’oublions pas, aussi, qu’en face il n’y a qu’un mulâtre.

11Nous voilà, comme partout ailleurs dans cette Amérique, dans le monde de la nuance, où ce qui s’écrit, ce qui se fait, doit être lu, compris à différents niveaux. Comme témoignage je reprendrai ce beau mythe que nous offre l’auteur à la fin de son ouvrage : il a traversé les siècles, oralement, jusqu’à nous.

12En 1610, les espagnols chassés de Léon Viejo, comme indiqué plus haut, furent accueillis à Sutiaba par le cacique Adiac, grâce à l’entremise de sa fille Xochil Acal. Il advint ce qui devait arriver : à la générosité l’Espagnol Espinal répondit par la trahison, et il fit pendre Adiac. Xochil se vengea, puis s’immola par le feu. Un mythe des origines, simplement ? Beaucoup plus : il y a le réemploi habile de matériaux historiques, afin de renverser l’histoire. Les vainqueurs deviennent des vaincus errants, sans toit, les vaincus de généreux donateurs. Les vaincus historiques (les Indiens) sont grandis moralement, victimes de leur seule générosité. C’est un moyen pathétique de gérer la souffrance née de la défaite et de l’humiliation.

13Plus encore : nous sommes en présence d’une énigme historique. Inévitablement l’équation Moctezuma-Marina-Cortez = Adiac-Xochil-Espinal s’impose à nous. Plus encore, au Mexique, au Pérou, nombre de danses de la Conquête manipulent l’histoire de la même façon : Monarca, vainqueur du conquistador, libère celui-ci, qui ensuite le tue par traîtrise. Y a-t-il une influence de ces traditions sur le mythe ? Quant est né le récit à Sutiaba ? A l’époque coloniale ? au XIXe siècle ?

14Refermons le livre sur le double portrait de femmes, celui de Doña Ernestina qui l’a rendu possible, celui de Xochil qui l’illumine. Et rendons grâce à L’institut d’Histoire du Nicaragua, qui nous permet de disposer de l’édition soignée d’un document qui nous donne accès à des horizons certes étroits, mais qui éclairent tout un univers.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thomas Calvo, « Mario Rizo, Identidad y derechos : los Titulos Reales del Pueblo de Sutiaba », Cahiers des Amériques latines, 33 | 2000, 218-220.

Référence électronique

Thomas Calvo, « Mario Rizo, Identidad y derechos : los Titulos Reales del Pueblo de Sutiaba », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 33 | 2000, mis en ligne le 31 juillet 2017, consulté le 30 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/cal/6477 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cal.6477

Haut de page

Auteur

Thomas Calvo

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search