Navigation – Plan du site

AccueilNuméros34Dossier. Redécouvrir le BrésilLa présence française dans le Bré...

Dossier. Redécouvrir le Brésil

La présence française dans le Brésil colonial au XVIe siècle

Laurent Vidal
p. 17-38

Résumés

L’historiographie française, comme une grande partie de l’historiographie brésilienne, voit dans la présence française au Brésil le témoignage de la possibilité d’un autre mode de colonisation, de relation à l’autre, en ce qui concerne les différences culturelles. A l’opposé de cette vision bucolique de la présence française dans le Brésil colonial, nous insistons sur les motifs commerciaux et géoéconomiques de la politique française vis à vis du Brésil à l’époque coloniale. Dès François Ier, qui n’a jamais accepté le Traité de Tordesillas (demandant à voir le testament d’Adam qui exclurait la France du partage de l’Amérique), le Brésil a été pour la France la terre de tous les commerces : « commerce des âmes » pour les protestants ou les catholiques (de Fort Coligny à Rio de Janeiro au Fort Saint Louis au Maranhão), « commerce des produits » par les contrebandiers, pirates ou corsaires (dans la Paraíba, à São Vicente ou à Rio de Janeiro pour Dugay Trouin, par exemple) et « commerce des idées » par les scientifiques et les artistes (de La Condamine à la Mission artistique française de 1816). La compréhension de la présence française dans le Brésil colonial passe par l’analyse de la relation étroite entre ces trois niveaux d’intervention.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Nous renvoyons ici aux travaux pionniers de Ferdinand Denis (1850 et 1864) et Paul Gaffarel (1878)
  • 2 Mario Carelli (1993) évoque ainsi le cas de la littérature nationaliste du XIXe siècle brésilien q (...)
  • 3 L’ouvrage de Mario Carelli (1993) est justement un exemple de cette approche en termes d’influence (...)

1La présence française dans le Brésil colonial est assurément l’un des plus vieux sujets d’étude de l’histoire coloniale du Brésil, qui a donné lieu à une imposante bibliographie1. L’historiographie française, comme une bonne partie de l’historiographie brésilienne d’ailleurs, ont traditionnellement fait de la présence française au Brésil, un témoignage de la possibilité d’un autre modèle de colonisation, de relation à l’autre dans le respect des différences culturelles2 : en témoignent les relations amicales qu’ils ont entretenues avec les indiens Tamoyos, Tupinambas, Potiguara, Caetes… C’est surtout sur le plan de l’influence des idées (religieuses, scientifiques ou artistiques) que la question a été abordée3 : Léry et la perception de l’autre ; La Condamine et les sciences naturelles ; les Lumières et l’Inconfidência Mineira ; la mission artistique française de 1816… Or, depuis quelques années, un certain nombre de travaux invitent à repenser les termes de cette présence et de son influence au Brésil, par la prise en compte de la dimension commerciale des entreprises françaises. Le Brésil semble avoir été pour les Français, et ce dès la première décennie du XVIe siècle, la terre de tous les commerces.

2Notre propos n’est pas ici de reprendre toute cette période coloniale mais simplement de tenter une synthèse des plus récentes hypothèses concernant la signification de la présence française au Brésil au XVIe siècle, en expliquant surtout en quoi elle a pu peser sur l’orientation de la politique coloniale portugaise. Nous montrerons d’abord combien les incursions répétées des commerçants français à la recherche de bois Brésil, dès la première décennie du XVIe siècle, sont à l’origine directe de la prise de conscience par la couronne portugaise de l’enjeu international du Brésil, provoquant la première réorganisation du système colonial, en 1532. Nous verrons ensuite que les stratégies françaises au Brésil dans la première moitié du XVIe siècle se situent entre deux pôles : les initiatives privées de marchands et armateurs visant l’organisation de véritables « flottes du bois » d’un côté, et des tentatives de colonisation de peuplement appuyées par la couronne de l’autre. Mais l’échec de cette dernière politique (qui culmine avec la France Antarctique de Villegaignon) ne remet pas en cause le dynamisme commercial qui redouble même d’activité dans la seconde moitié du siècle. Et c’est justement le moment que choisit la France pour soutenir une nouvelle tentative d’implantation, au nord du Brésil cette fois.

Le commerce français et l’émergence du Brésil comme enjeu international

3Sans revenir sur l’assertion, désormais quasi légendaire, d’une possible découverte du Brésil par le navigateur français du Havre, Jean Cousin en 1488, remarquons d’emblée que le nom « Brésil » est régulièrement utilisé par les Français dès la première décennie du XVIe siècle, alors que les Portugais continuent à désigner cette région sous le nom de Terra de Santa Cruz ou da Vera Cruz. La Popelinière dans Les Trois Mondes (1582) écrivait que « les Français l’ont nommé Terre de Brésil, par ignorance de ce que dessus, et qu’ils y ont trouvé du bois à commandement, encore qu’il n’y soit qu’en une contrée, laquelle même en porte assez d’autres » (L. III, fol. 21). Pour Paul Gaffarel « les Français n’ont jamais cessé de désigner ce pays sous le nom qui depuis a prévalu. Or, que signifie le mot Brésil ? Il a de tout temps été employé pour indiquer un bois de teinture de provenance exotique. En Italie, dès le XIIe siècle, Bresill, brasilly, breislzi, braxilis, brasile étaient appliqués à un bois rouge propre à la teinture des laines et du coton. (…) Il est donc certain que toute l’Europe occidentale, pendant le moyen-âge appelait brésil les bois de teinture. Par le plus grand des hasards, le nom de la production fut appliqué au pays producteur » (Gaffarel, 1878 : 29). Il ne s’agit pas ici de revenir sur un vieux débat pour savoir qui des Français ou des Portugais a le premier proposé la dénomination « Brésil » : à l’époque où le territoire brésilien hésitait encore entre les trois noms de Vera Cruz, Santa Cruz et Brésil, ce sont surtout les commerçants qui utilisaient le dernier. Et ce qui est sûr c’est qu’il ne s’imposa définitivement qu’à la fin du XVIe siècle. Cette dénomination française, construite à partir d’une homologie entre un produit commercial fort prisé et l’espace de localisation de ce produit, indique clairement l’enjeu que représente cette terre pour la France au début du XVIe siècle. François Ier lui-même n’avait-il pas demandé à voir la clause du Testament d’Adam qui excluait la France du partage de l’Amérique, en encourageant par là-même les commerçants français à tirer profit des richesses de cette terre : le bois, mais aussi le coton, les perroquets et les singes (animaux forts prisés en Europe).

  • 4 Dans la relation historique de la capitainerie d’Ilhéus un chroniqueur fait mention de la présence (...)
  • 5 Un bourgeois, désigne à la fin du XVe et début du XVIe siècle toute personne payant des droits de (...)
  • 6 Voir par exemple l’analyse récente proposée par Leyla Perrone-Moisés (1995) pp. 126 et suivantes.

4La première action commerciale de Français au Brésil dont nous ayons conservé la trace date de 1503 : c’est l’expédition de Gonneville, qui toucha le Brésil aux environs du Santa Catarina4. Parti le 24 juin 1503 du port de Honfleur sur son navire l’Espoir, conduit par deux pilotes portugais Sebastião Moura et Diogo Couto, Gonneville et ses compagnons séjournèrent de janvier à juillet 1504 au Brésil. La biographie de Binot Paulmier de Gonneville ne nous est malheureusement pas connue : nous savons simplement qu’il s’agit d’un bourgeois5 qui a visité Lisbonne au tournant des années 1502-1503. C’est dans cette ville-port de 50.000 habitants où s’accumulent et s’échangent les richesses des Indes et du Nouveau Monde, où circulent aussi les renseignements sur les nouvelles routes et les nouveaux marchés que le Normand accompagné de Jean Langlois et Pierre Le Carpentier, engagea les deux marins portugais, semble-t-il de retour de Calicut. Rentré de Lisbonne en Normandie, il organise une société en commandite où six personnes supplémentaires se joignent aux trois premiers associés et arment la nef l’Espoir, un navire de 120 tonneaux qui n’avait fait qu’un voyage jusqu’à Hambourg, qu’ils chargent d’armes, de munitions, de vivres, mais aussi de marchandises pour le troc : toiles, peignes, miroirs, verroterie… Il est aujourd’hui encore difficile de trancher sur l’objectif initial de l’expédition6 : les Indes orientales et ses épices ? ou le Brésil et son bois ? Deux versions de la Relation du voyage, l’une longue, signée du 19 juin 1505, l’autre courte, du 19 juillet 1505, donnent des indications différentes : la relation longue parle des Indes orientales, alors que la relation courte, bien plus précise sur le déroulement du voyage, évoque parmi les motivations « le bruit des richesses des Portugais au Nouvel Monde ».

5L’équipage de l’Espoir, après avoir essuyé une violente tempête, demeura donc six mois au Brésil, le temps de réparer les dégâts subis par la nef. Ils mirent ce temps à profit pour traiter avec les indiens de l’ethnie des Carijos pour une cargaison de peaux et plumes, et s’attirer leur sympathie, à tel point que le chef Carijo proposa que son fils Essomericq accompagné d’un fidèle serviteur Namoa, embarque sur le navire de retour, afin qu’il revienne instruit dans les arts de la civilisation. Gonneville ne put tenir parole mais l’adopta, le maria à une de ses parentes, et lui laissa à sa mort les armes de sa famille. Il vécut jusqu’à 95 ans et eut quatorze enfants. Essoméricq est le premier d’une longue série d’Indiens brésiliens qui viendront en France.

  • 7 Idem, p. 26
  • 8 Idem, p. 27.

6Le voyage de retour ne fut cependant pas direct pour la France : « Or, passé le tropique Capricorne, hauteur prise, trouvaient être plus éloignés de l’Afrique que du pays des Indes occidentales où dempuis aucunes années en çà les Dieppois et les Malouins et autres Normands et Bretons vont quérir du bois à teindre en rouge, cotons, guenons et perroquets et autres denrées : si que le vent d’est, qu’ils ont remarqué régner coutumièrement entre ledit tropique et celui du Cancre, les y poussant, fut d’unanimité délibéré d’aller quérir ce pays, afin estout de se charger des susdites marchandises, pour rescaper les frais et voyage »7. C’est sûrement vers Bahia que l’Espoir a mouillé pour faire son chargement, puis quelques cent lieues plus loin vers le cap Saint Augustin. Au retour le navire fut arraisonné par des pirates vers l’île de Guernesey : « et eussent lesdites marchandises valu défrayer le voyage, et outre bon profit si la navire fut venue à bon port »8.

7Cette pratique qu’évoque Gonneville dans sa Relation est fort courante à l’époque : tout voyage doit être rentabilisé. Et les richesses brésiliennes semblent parfaitement adaptées à une telle démarche. C’est d’ailleurs ce que comprendront parfaitement les navigateurs florentins, Giovanni et Girolamo Verrazano, attachés au service de François Ier, qui a fait appel à leurs compétences pour découvrir une route plus occidentale en direction des Indes (le Cathay et les Moluques). De 1524 à 1529 les navires des deux frères traversèrent à quatre reprises l’Atlantique. Leurs « échecs » répétés vont mettre le Brésil au premier plan des stratégies économiques françaises. En effet, pour permettre aux multiples investisseurs de rentrer dans leurs frais, ils se rabattent régulièrement sur le Brésil pour « trafiquer » des cargaisons de bois brésil, utilisé dans la teinture des draps de l’industrie de Rouen. Si bien que le Brésil s’impose lors des deux derniers voyages de 1527 et 1529 comme la destination finale des navires : le commerce du bois brésil devient donc un moteur suffisant pour mettre sur pied une expédition transatlantique. Il faut d’ailleurs rappeler qu’au tout début des années 1520, le nom de Verrazzano était déjà associé à une première expédition destinée à fonder une colonie française au Brésil, mais le roi du Portugal ayant eu vent des préparatifs dépêcha un nouvel ambassadeur au roi de France (1522), pour le prier d’interdire le départ, ce qu’il obtint en fin de compte (Barbosa, 1923 : 32).

  • 9 « Carta de Francisco Portocareiro ao rei D. João III, sobre os abusos cometidos pelos franceses na (...)

8À l’époque où voyagent les frères Verrazano, l’Atlantique sud commence à être bien connu et pratiqué des marins français. Le célèbre armateur de Dieppe, Jean Ango, fut assurément l’un des premiers à organiser des lignes de voyages réguliers entre la France et le Brésil, à partir de 1522. À son service nous trouvons notamment les navigateurs Jean-Denys de Honfleur qui se rendit au Brésil la première fois en 1519, Pierre Crignon et le capitaine Jean Parmentier qui se plaignait que le roi de France (François Ier) ne prît pas au sérieux l’influence des Français parmi les habitants du Brésil : « Si le roi de France voulait tant soit peu lâcher la bride aux négociants français en moins de quatre ou cinq ans ceux-ci lui auraient conquis l’amitié et assuré l’obéissance des peuples de ces nouvelles terres, et cela sans autres armes que la persuasion et les procédés ». Pour le grand capitaine, en l’espace de ces quatre ou cinq ans « les Français auraient pénétré plus avant dans l’intérieur du pays que ne l’ont fait les Portugais en cinquante ans [sic], et probablement les habitants en chasseraient ces derniers » (Barbosa, 1923 : 24-25). Ce qui est d’ailleurs confirmé par une lettre de Francisco Portocareiro adressée depuis Salvador en avril 1555 au roi Dom João III : « (…) fora desta cidade avendo muitos franceses polla costa e roubando barquoas e navios. s. hua nao nos Petiguares sem gente e a razão era por a gemte da terra ter fomes e os proprios framceses vão colher ho brazyll ao mais quinze e vinte leguoas pola tera demtro a nao somente com seis ou sete pesoas e outras naos (…) »9.

  • 10 « Carta de Luís de Góis a D. João III…, Vila de Santos, 12 de maio de 1555 », cité in : Serrão (19 (...)

9On peut même dire que les incursions répétées des navigateurs et commerçants français au Brésil, dans cette première moitié du XVIe siècle, vont conduire le Portugal à une redéfinition de sa politique vis-à-vis du Brésil, en prenant désormais en compte sa dimension internationale. Alarmé par des informations précises parvenues à Lisbonne sur l’activité des Français au Brésil, Dom João III commença de se préoccuper sérieusement du sort de sa colonie américaine. En même temps qu’il transmettait ses doléances au roi de France, il organisait une expédition armée sous le commandement de Christovam Jacques (1516). Les résultats mitigés de cette première mission l’incitent à envoyer une nouvelle escadre (1526), toujours sous la direction de Jacques avec pour mission de combattre les Français et d’activer le peuplement de la colonie. Cette inquiétude pousse le roi à publier un édit intimant l’ordre à tous ses sujets, sous peine de mort, de couler chaque navire français en partance ou en provenance du Brésil. Et en 1530, le roi envoie son fidèle le capitaine Martim Afonso de Souza réorganiser le système administratif colonial en vigueur au Brésil : les factoreries sont abandonnées au profit du système des capitaineries, ce qui doit théoriquement favoriser un contrôle plus efficace du territoire. Encore en 1548, Luis de Gois avertit Dom João III : « se com tempo e brevidade Vossa Alteza não socorre a estas capitanias e costa do Brasil, que ainda que nós percamos as vidas e fazendas, Vossa Alteza perderá a terra »10.

Les stratégies françaises au Brésil dans la première moitié du XVIe siècle : entre « flottes du bois »…

10Durant la première moitié du XVIe siècle, la stratégie française envers le Brésil consiste donc d’abord à profiter des richesses naturelles de ce pays et notamment de ce fameux bois de teinture. Pour cela, les Français utilisent le système des « truchements » pour mobiliser la main d’œuvre locale, puis tentent de s’implanter dans les interstices laissés vacants par les autorités portugaises, sans négliger pour autant de harceler, par des actes de piraterie ou de course, les positions portugaises : les ports de São Vicente, Rio de Janeiro, Salvador, Olinda doivent ainsi fréquemment faire face à l’arrivée de flottes françaises. Dans un premier temps, c’est donc le système des « truchements », à savoir d’intégration d’un ou plusieurs Français dans une tribu afin de coordonner les activités de traite, qui est privilégié. Les commerçants français entraient donc en rapport avec les tribus sauvages, remettaient en cadeau à leurs chefs des objets apportés d’Europe, et recevaient en retour la main d’œuvre nécessaire à l’abattage et au transport des bois précieux à bord des navires. Ce système est si couramment utilisé que l’on a trouvé d’ailleurs dans la fameuse demeure Ilha Brasil de Rouen plusieurs panneaux de bois sculptés, datant des années 1500-1514, représentant le trafic du bois Brésil : la coupe et le transport sur les navires sont assurés par les indiens. La technique du truchement permet de rationaliser les activités de traite : en 1550, un navire portugais venu dans la baie de Guanabara estime qu’environ 100 000 troncs coupés attendent l’arrivée de navires français. Cette remarquable organisation autour d’un produit fort recherché en Europe nous inciterait à parler, même pour un commerce interlope, de véritables « flottes du bois ».

  • 11 Estimations fournies par Philippe Bonnichon (1994) pp. 29-30. Il est évident que le dépouillement (...)

11Il est toutefois bien difficile d’apporter une estimation précise du nombre de navires français ayant fait la traversée en direction du Brésil dans la première moitié du XVIe siècle. Selon l’historien Philippe Bonnichon, entre 1504-1511, on ne peut guère tabler que sur quatre navires français qui aient fait le voyage du Brésil (on ne connaît leur existence que parce qu’ils furent capturés ou se perdirent en mer : ce qui signifie sûrement une activité bien plus intense, peut-être du double11). En 1525, les départs du port de Honfleur sont si fréquents que les commerçants décident de créer une compagnie pour le commerce du bois Brésil (Peronne-Moisés, 1995 : 149). Entre 1526 et 1531, au minimum vingt navires normands ou bretons sont envoyés au Brésil, et ceci ne tient donc pas compte des navires qui ont pu partir des ports de La Rochelle, Bordeaux, ou encore Marseille. Entre 1532 et 1539, ce sont seulement 6 navires dont on soit sûr, soit à peine un par an.

  • 12 Fait prisonnier par les Tupinambas, il laissera un témoignage haut en couleurs de sa captivité : N (...)

12Cette intense activité maritime s’accompagne de nombreux actes de piraterie, tant dans les eaux brésiliennes (le premier navire français est arraisonné au Brésil en 1504 dans la baie du fleuve Paraguaçu), qu’aux points de passages obligés des routes de retour (Açores, mer d’Irlande…). C’est pourquoi, dans un esprit d’apaisement les souverains français et portugais, après la signature à Lyon d’un traité d’amitié (14 juillet 1536), convoquent un Tribunal des Prises à Bayonne en 1537, destiné au règlement des conflits entre armateurs français et portugais. Ce Tribunal n’amena cependant aucun règlement, si ce n’est que François Ier s’engagea à interdire à ses sujets de commercer au Brésil. Mais dès 1540 la reprise des armements est considérable : neuf navires de Rouen sont armés pour le Brésil ; quinze nefs dieppoises et des navires de Bretagne sont équipés pour la même destination. En 1541, de trente à quarante navires prennent la route de l’Amérique du sud, et surtout du Brésil. En 1546, c’est une flotte de vingt-huit navires qui quitte Le Havre à destination du Brésil : à bord d’un des vaisseaux un aventurier allemand : Hans Staden12. En 1548 l’agent portugais Manuel de Araújo informe le Secrétaire d’Etat qu’un navire de 55 tonneaux partira de La Rochelle à destination du Brésil : « alguns me dixeram que ia a roubar… eu soube certo que levava ferramenta e espadas e alguns espelhos » (Serrão, 1965 : vol. I, p. 46). En 1549, six navires partent de la seule ville de Rouen, dont certains de fort tonnage (Le Câble, 200 tonneaux). Pendant ce premier XVIe siècle, « l’élément de permanence française au Brésil (…) était constitué par des marins : enracinés pour quelques années ou pour toute la vie dans une tribu (…), ils servaient de truchements pour leurs compatriotes de passage ou de retour d’une année à l’autre » (Bonnichon, 1994 : 35).

13Ce sont donc toutes les régions littorales françaises qui sont concernées par ce commerce, qui attire aussi le roi et les Grands du royaume. Les marchands normands l’ont bien compris qui organisent en 1550 une fête brésilienne à Rouen, à l’occasion de la visite du roi Henri II, de Catherine de Médicis et de la cour. Les bourgeois rouennais veulent convaincre leur nouveau monarque, qui a succédé à François Ier en 1547, de revenir sur son interdit du 20 octobre 1547 défendant à ses sujets « d’aller aux navigations du roi de Portugal, comme à nulles terres découvertes par les Portugais ». Ils présentent un spectacle mettant en scène 300 indiens, dont « cinquante naturelz sauvages freschement apportez du pays » (Perrone-Moisés, 1995 : 148) et les autres étant joués par des marins français. Ils montèrent pour cela un décor à l’air libre représentant le forêt brésilienne, avec des fruits, des oiseaux et des singes. Plusieurs scènes typiques du Nouveau Monde sont présentées, dont la coupe et le transport du bois de brésil, les danses et jeux des indiens, les combats entre tribus.

14Un chroniqueur anonyme de 1550 raconte que pendant que les uns se balançaient dans des hamacs, « les autres coupoient du boys qui par quelques-uns d’entre eulx, estoit porté à un fort construit pour l’effet sur la rivière, ainsi que les mariniers de ce pays ont accoustumé faire quand ils traictent avec les Brisilians : lequel boys iceulx sauvages troquoient et permutoient aux mariniers dessus ditz, en haches, serpes et coings de fer, selon leur usage et leur manière de faire. La troque et commerce ainsi faite, le boys estoit battelé par gondolles et esquiffes, en une grande navire (…) » (Barbosa, 1923 : 43). Le spectacle fut si apprécié par la cour qu’il dut être rejoué. Pour Philippe Bonnichon, « une réalité apparaît derrière la fête : cette représentation n’a été possible que grâce à une accumulation antérieure d’échanges entre la France et le Brésil. Les effets conjugués culminent en ce milieu du XVIe siècle. Ces navires, ces centaines de marins, ces dizaines d’indigènes témoignent de l’ancienneté des liens entre la côte atlantique française, normande en particulier, et la côte brésilienne. Ils témoignent aussi de l’engouement qui se développe pour l’outre-mer, grâce aux initiatives des marchands, grâce à la politique royale, et que vont révéler les œuvres de poètes comme Ronsard, de penseurs comme Montaigne » (Bonnichon, 1994 : 33). Henri II comprit alors l’intérêt que pouvait représenter le Brésil dans la politique maritime française : aussi envoie-t-il le pilote et cartographe havrais Guillaume Le Testu au Brésil pour faire la reconnaissance systématique des côtes et en dresser la carte : sa Cosmographie Universelle sera publiée en 1556.

… Et colonisation de peuplement

  • 13 A ce sujet, nous devons regretter l’absence de recherches récentes sur cette question. Tous les tr (...)
  • 14 « Protestation du baron de Saint-Blancard contre la prise de La Pélerine, lors du Tribunal des Pri (...)
  • 15 Idem

15Le prolongement naturel de cette stratégie consiste à envisager des implantations de forts pour un meilleur contrôle de ces activités d’échanges. Il ne nous est malheureusement pas possible de connaître l’ensemble de ces projets, qui apparaissent parfois, au hasard des découvertes archivistiques13. Après le projet avorté de 1523, nous avons mention d’un bref essai d’implantation en 1531 sur l’île São Aleixo. C’est depuis la Méditerranée et le port de Marseille que des armateurs ont financé « avec l’expresse licence du roi très chrétien »14 l’expédition de la fameuse nef La Pélerine, dont le déroulement de la course nous est connu grâce à la protestation du baron de Saint-Blancard, l’un des armateurs, lors du Tribunal des Prises de Bayonne en 1537. Ce bâtiment de 120 tonneaux portait « dix-huit canons et d’autres pièces d’artillerie pour la défense de la nef et plus tard d’un fort. Ce bâtiment était en outre muni d’armes, piques, lances, etc. Son équipage se composait de 120 hommes. Sa cargaison consistait en marchandises recherchées et ayant un grand prix dans les îles du Brésil ; elles devaient être échangées contre d’autres desdites îles très demandées en France. La Pélerine transportait aussi les instruments exigés pour la construction d’un fort et pour les cultures nécessaires à sa garnison »15.

  • 16 Idem, p. 45
  • 17 « Carta de Dom João III a Martim Afonso de Sousa, sobre o povoamento da costa do Brasil, Lisboa, 2 (...)

16Le fort est construit entre mars et mai 1531 sur l’île São Aleixo située au sud d’Olinda, avec l’aide d’une main d’œuvre indienne. Soixante-dix hommes commandés par Monsieur de La Motte restent dans le fort, alors que La Pélerine repart avec une cargaison de 5000 quintaux de bois, de perroquets, de singes, de peaux et de coton (pour une valeur de 62 300 ducats). Arrivée en août 1531 en Méditerranée, la nef est pillée en mer par des Portugais, semble-t-il avec l’aval du roi Dom João III : « Informé de la construction du fort à Fernambouc et de l’existence en ce lieu de marchandises et d’armes, ledit Roi fit armer trois navires dont il donna le commandement à Pierre Loppes [Lope de Souza], avec ordre de se rendre en toute hâte audit fort, pour le détruire, y saisir les marchandises et massacrer les hommes de la garnison »16, ce qui fut fait en décembre 1531. Dans une lettre à Martim Afonso de Souza, Dom João III évoque cette présence française : « Na Costa de Andalusia foi tomada (…) huma Nao Franceza carregada do Brazil, e trasida a esta Cidade, a qual foi de Marselha a Pernambuco, e desembarcou gente em terra, a qual desfez huma feitoria minha, que ahi estava, e deixou láa setenta homens com tenção de povoarem a terra (…) »17.

17Mais ce n’est véritablement qu’au milieu du siècle, avec l’accès au trône du roi Henri II, que la France impulse un nouveau type d’essor maritime dans l’Atlantique sud. L’envoi de Guillaume Le Testu sur les côtes brésiliennes en 1551 avait pour finalité de préparer cette nouvelle politique, qui envisage, cette fois à l’initiative directe de la couronne, l’installation d’un établissement français fixe et durable sur le littoral brésilien. Telle est la signification du projet confié, par le roi, à l’Amiral Coligny (1519-1572), de fondation d’une France Antarctique dans la baie de Guanabara, en 1555. Car c’est bien d’abord dans cette optique qu’est montée et financée l’opération : on a trop longtemps voulu y voir des motivations purement religieuses, ce qui fausse totalement la perception de l’expédition. Bien sûr des motifs religieux vont se greffer par la suite, mais au moment des préparatifs de l’expédition, ni Coligny, ni Villegaignon, ni les protestants d’ailleurs n’envisagent une politique de Refuge : celle-ci ne sera effective qu’après la Saint-Barthélémy… soit en 1572 (Augeron et Vidal, 1998). Ce même Coligny ne s’est d’ailleurs pas engagé dans la Réforme avant 1557 ! Il s’agit plutôt, à l’origine du projet royal, d’organiser une base coloniale pour accueillir un peuplement venu de métropole et pour tenter de rationaliser les initiatives antérieures d’origine privée.

18L’idée pourtant vient d’un homme : Nicolas Durand de Villegaignon, né à Provins en 1510, gentilhomme et soldat, Chevalier de Malte et vice-amiral de Bretagne, qui eut pour condisciple Calvin à l’Université d’Orléans. Dès 1553, il plaide auprès de Gaspard de Chatillon-Coligny, amiral de France, un projet de colonisation au Brésil. Ce dernier comprend rapidement l’intérêt politique d’une telle expansion coloniale qui consisterait à porter un coup à l’hégémonie ibérique en Amérique, ce qui convainc facilement Henri II : « Une France jeune et forte surgirait par delà les mers… » (Barbosa, 1923 : 57). Pour mener à bien son expédition, Villegaignon recrute les futurs colons par crieur public aux principaux carrefours de la ville de Paris. Pour compléter le trop petit nombre de volontaires, Villegaignon dut faire appel au roi en lui demandant les condamnés des prisons de Paris et Rouen. Une troupe hétéroclite de 600 hommes, aventuriers et marginaux pour l’essentiel, est ainsi mise sur pied. « Le but de l’expédition fut tenu secret mais les armateurs furent séduits par la perspective d’un établissement fixe qui assoirait leur commerce ; le roi fournit 10 000 livres et deux « beaux et grands navires » de Brest et Saint-Malo (…). Un bateau de charge, plus petit, emporte vivres et munitions ; on se munit de pacotille, près de 400 aunes de drap rouge, donc déjà teint, sans doute avec du bois de Brésil, sont achetés à Rouen (…) » (Bonnichon, 1994 : 76-77).

19Partis le 14 août de Dieppe, les navires arrivent le 10 novembre 1555 dans la baie de Guanabara, et ont en vue le pain de sucre que les Normands appellent Pot de Beurre. Villegaignon s’établit sur une île au centre de la baie, que les indiens dénommaient Seregipe, et qui a aujourd’hui conservé le nom de Villegaignon. Cette position présentait l’avantage de contrôler l’accès de la baie et de mettre à bonne distance les ennemis potentiels venant de terre. Sur ce roc minuscule est édifié le Fort Coligny, ceinturé de « boulevards » de terre et de palissades. Villegaignon soumet les colons mais aussi les indiens Tamoyos, alliés « traditionnels » de la France, à de véritables travaux forcés pour fortifier le site au plus vite, et interdit en même temps aux colons tout commerce sexuel avec les indiennes. Il voulut d’ailleurs forcer un des marins qui vivait avec une indienne à contracter mariage, mais ce dernier, refusant de se marier, fomenta une conspiration contre Villegaignon, en regroupant tous les truchements installés chez les Tamoyos, et entraînant dans son sillage de nombreux mécontents qui viennent s’installer sur la terre ferme, où aurait été créée une bourgade. Ces premières dissensions n’empêchent pas dans un premier temps Villegaignon de poursuivre son projet colonial : il envoya une première expédition sur la côte en direction de Cabo Frio, puis une autre en direction du rio de la Plata. André Thévet qui participa aux deux expéditions les relate dans son ouvrage de 1558.

  • 18 André Thévet (1504-1592), auteur des Singularités de la France antartique (1558).
  • 19 Auteur d’un Voyage fait en la terre du Brésil (1578).

20Il est donc intéressant de noter que les préoccupations économiques des colons installés dans la région de Rio ne s’estompent point. En témoigne le souci de Villegaignon d’instaurer le long du littoral, de Cabo Frio jusqu’à São Vicente, un réseau de sites fortifiés, dont Rio serait le « maillon principal », afin d’engager un commerce actif avec les indigènes : ainsi en est-il de la fameuse « maison de pierre » près de l’extrémité du Cabo Frio, ou encore de Macaé, qui sert d’escale technique en amont de Rio : « Macé, Cabo Frio, Guanabara et son île Coligny, alias Villegaignon, autant de positions-clefs égrennées en chapelet en bordure du continent, et qui permettent de tenir tout un pays » (Lestringant, 1995 : 46-47). De même, dans la baie de Guanabara, pendant les épisodes de dissidence, le trafic ne s’arrête pas, seulement les navires français commercent directement avec les Français installés en terre ferme. Mais les harcèlements répétés des indiens, et les abandons successifs, vont pousser Villegaignon à demander de nouveaux renforts au roi, ainsi qu’à son condisciple Calvin, en lui faisant part de l’opportunité de créer au Brésil une terre de liberté religieuse. Il envoie en France son neveu Bois-le-Comte et André Thévet18, chercher des renforts. Il aurait voulu plusieurs milliers d’hommes, des soldats et des vaisseaux, mais n’obtient du roi Henri II que trois navires et 300 personnes, alors que Calvin ne peut regrouper plus de 14 Genevois, parmi lesquels un jeune homme de 22 ans, Jean de Léry19.

21À leur arrivée à Rio en mars 1557, Villegaignon les accueille en costume d’apparat, flanqué de sa garde personnelle d’archers Ecossais. Les navires apportaient des vivres, du bétail, des semences. Quelques femmes (six au total), et des artisans venaient renforcer cette colonie de peuplement qui semblait désormais pouvoir jouir d’un avenir radieux. Mais rapidement des conflits vont se faire jour entre Villegaignon et les nouveaux arrivants, au sujet de la présence réelle du christ dans l’eucharistie. De plus en plus autoritaire, celui que l’on appelle désormais par dérision « le roi d’Amérique » précipite l’éclatement du Brésil français. Les calvinistes décident de ne plus participer aux corvées, ce qui leur vaut d’être privés de nourriture. Au bout de quelques semaines ils quittent le fort pour trouver refuge sur le continent. L’un de ces calvinistes, Jean Cointat, trouva refuge à São Vicente où il prêchait ses idées religieuses contre les opinions des catholiques portugais. Homme de verbe, il réussit à impressionner les habitants de l’endroit à tel point qu’ils l’applaudissaient lorsqu’il ridiculisait les pères portugais. C’est alors que les Jésuites portugais accoururent sur les lieux, avec José de Anchieta qui expliquera qu’il convenait d’empêcher Cointat de « vomir de son estomac ses erreurs fétides ». Cointat fut donc arrêté, conduit à Bahia, avant d’être à nouveau transféré à Rio en 1567, où il sera pendu. Parmi ces calvinistes en fuite, cinq d’entre eux, après avoir renoncé à un retour hasardeux vers l’Europe, retournent vers Villegaignon en janvier 1558, qui les fait jeter aux fers, entreprend de les ramener par la force à la foi romaine et exécute par noyade les trois récalcitrants.

22À la fin de l’année 1558, Villegaignon confie le commandement du fort Coligny à son neveu Bois-le-Comte et rentre à Paris en quête de nouveaux renforts, plaidant cette fois sa cause auprès des catholiques. Mais les événements politiques en France (l’accident d’Henri II en juillet 1559, la conjuration d’Amboise, le décès de François II (1559-1560), l’accession au trône du jeune Charles IX (1560-1574) et la lutte pour la consolidation de la régence de la reine-mère Catherine de Médicis), relèguent au second plan les préoccupations concernant la colonisation de l’Amérique. Et de l’autre côté de l’Atlantique, Bois-le-Comte rend les armes le 15 mars 1560, face aux forces portugaises commandées par le gouverneur Mem de Sá, chargé par Dom João III de liquider ce foyer de rébellion. Le fort est rasé, ce qui met un terme à la colonisation officielle des Français dans cette partie du Brésil. Mais les initiatives privées vont s’y poursuivre longtemps encore. En 1565, une nef française avec 110 hommes est signalée en baie de Rio : « la région du Cap Frio est un solide retranchement ; la dernière redoute française tombe en 1567 et les rescapés, sur quatre navires, tentent de s’établir dans la région d’Olinda » (Bonnichon, 1994 : 80).

La présence française dans le Brésil colonial (1500-1615)

La présence française dans le Brésil colonial (1500-1615)

23L’échec de la France Antartique a suscité de nombreux commentaires. Selon Gilberto Freyre, par exemple, les Français de Villegaignon auraient été incapables de concevoir un plan de colonisation sérieux, « car ils se bornèrent à égratigner le littoral » (Freyre, 1974 : 40). L’interdit sexuel que l’austère Villegaignon aurait prononcé à l’égard des belles indigènes dénudées aurait été la cause immédiate de l’échec français, en interdisant le métissage et par conséquent l’enracinement de ces colons, « calvinistes français qui tout gonflés d’eux-mêmes et triomphants, essayèrent de créer au Brésil une colonie exclusivement blanche et qui ont quitté le pays sans laisser aucune trace de colonisation » (Freyre, 1974 : 40). Le caractère autoritaire de Villegaignon a également été avancé pour justifié cet échec. L’historien Philippe Bonnichon a finalement assez bien résumé les raisons de cet insuccès : « Il a manqué aux Français une implantation qui dépasse le stade des échanges mercantiles et de la sympathie avec les indigènes, ou de l’installation d’un poste militaire, pour se fonder sur l’enracinement, en l’occurrence l’exploitation du sucre, par la plantation, qui est le moyen par lequel le Brésil deviendra portugais, hollandais ; et il leur a manqué de développer un instrument naval, fondé sur la puissance de feu et la capacité de transport de pondéreux et adapté à ce type de relations transatlantiques » (Bonnichon, 1994 : 81).

Une activité commerciale intense mais menacée (1580-1610)

24Pourtant si une politique de colonisation de peuplement est momentanément remise en question, les échanges commerciaux entre le Brésil et la France n’en continuent pas moins et le trafic ne cesse même d’augmenter dans la seconde moitié du XVIe siècle, même après la réunification des deux couronnes en 1580. Ainsi, selon Philippe Bonnichon, depuis l’échec de Villegaignon jusqu’à la mort d’Henri IV, sur près d’un demi-siècle, ce sont au moins cinq cents bateaux normands qui ont maintenu et développé les liens du trafic français traditionnel avec le Brésil » (Bonnichon, 1994 : 92). Mais cette fois les commerçants français privilégient la région nord, sachant que les navires qui tentent une incursion entre São Vicente et le Cabo Frio, sont désormais systématiquement incendiés par les Portugais, et les équipages rescapés doivent se réfugier dans les forêts. Certes, en 1582, un projet de l’amiral Philippe Strozzi, cousin de Catherine de Médicis, de reconquête du littoral de Rio de Janeiro est bien mis au point, mais un désastre naval au large des Açores brise net ce rêve de revanche (Lestringant, 1995 : 44) : il s’agissait d’ailleurs bien plus d’une « tentative de capture du contrôle du Brésil par Catherine de Medicis » (Martinière, 1989 : 449), dans le cadre de la succession du trône de Portugal.

  • 20 « Copie d’une lettre missive envoyée aux Gouverneurs de La Rochelle, par les Capitaines des Galler (...)

25Dans un premier temps, c’est donc la région comprise entre le Cabo São Agostinho et le Cabo São Roque qui est sillonnée par les bâtiments français qui chaque jour jettent l’ancre en différents points de la côte, là où la présence portugaise n’est pas encore affirmée. En 1581, selon Mario de Lima Barbosa, les Français auraient construit un fort dans la Paraíba, avant d’être battus et d’avoir cinq de leurs navires brûlés (Barbosa, 1923 : 82). La même année, cinq cents hommes, huguenots sûrement, partis de La Rochelle, « faisant le voyage de l’Isle de Floride et du Brésil » arrivèrent dans cette région : « nous mismes le pied en terre, chantant louenges et actions de graces au Seigneur ; auquel lieu de cinq à six cens Sauvages, tous nudz, avec leurs arcs et flèches, nous signifiant en leur langage que nous estions les biens venuz nous offrant des biens et faisants les feu de joye, dont nous estions venuz pour les défendre contre les Portuguoys et aultres, leurs ennemis mortels et capitaux ». Et de s’ébahir devant tant de richesses naturelles : « La terre est arrousée de fort belles rivières d’eau douce des plus saines que je beu jamais… Le bois de Brésil croit merveilleusement haut (…) »20.

26La décennie 1580 est marquée par une forte présence commerciale française dans cette région, ce dont témoignent les nombreuses plaintes des marchands et armateurs victimes de violence de la part des Espagnols : en 1582, 18 navires en provenance de Rouen ont été incendiés le long du littoral brésilien, l’année suivante, ce sont sept autres, toujours en provenance de Rouen (Barbosa, 1923 : 88). En 1586, sept navires français sont signalés arrivant à Bahia. En 1594, deux navires de Dieppe et un de La Rochelle, croisaient au large de Pernambuco. La guerre déclarée par Henri IV à l’Espagne le 17 janvier 1595, va donner une nouvelle intensité à ces activités. Anis le 29 avril 1595 cinq vaisseaux français viennent prêter secours au pirate anglais, Lancaster assiégé par les Portugais dans Pernambouc dont il s’était emparé.

27En 1595, le navire Valant, commandé par le capitaine Pois de Mil, originaire de Saujon en Saintonge, est capturé avec les 116 hommes d’équipage. « Il s’agissait de huguenots qui sur la route de France au Brésil avaient attaqué un fort et l’église d’une possession portugaise en Afrique, d’où ils avaient enlevé une image de Saint-Antoine qui devint de leur part l’objet de profanations et d’insultes de toutes sortes » (Barbosa, 1923 : 90) : conduits à Bahia, ils seront tous pendus. Dès que fut connu en France le sort de l’équipage du Valant une escadre partit pour les venger. Mais en chemin elle rencontra une flotte hollandaise qui revenait chargée de sel. La lutte s’engagea aussitôt ; les navires français, mis en déroute, durent rejoindre la France avec un grand nombre de blessés (1596). La même année vingt bâtiments français réussissaient à jeter l’ancre dans les eaux brésiliennes, selon les dires mêmes du gouverneur de Paraíba écrivant au roi d’Espagne : « Le 3 juillet 1596 on m’amena prisonnier un Français qui m’apprit qu’il y avait 7 grands vaisseaux à l’ancre devant Rio Grande do Norte et que 13 autres attaquaient le château de Cabedello » (Barbosa, 1923 : 91).

  • 21 Anchieta dans une lettre de 1584 écrit : « Não fica agora trato aos francese no Brasil, senão no r (...)

28Toujours la même année, Henri IV approuve le projet de l’Amiral de Guyenne de confier au capitaine de la marine royale, Toussaint Conen de La Villaudoré, le commandement d’une escadre, à partir de La Rochelle, versant même 60.000 écus, en janvier 1597, pour couvrir les frais de l’expédition (Martinière, 1989 : 457). Mais, bien qu’attendue au Brésil (dans la lettre du gouverneur de Paraíba au roi d’Espagne, il est fait mention que devait partir de La Rochelle en 1597 une flotte très nombreuse), cette flotte n’a semble-t-il jamais pris le départ. Il n’empêche, poursuivant leur marche vers le nord, à la recherche de régions non occupées par les Portugais, les Français passent de Paraíba21 vers le Rio Grande do Norte, où ils installent un poste de ravitaillement, puis s’installent au Ceará en 1610, avant que de toucher le Maranhão, toujours refoulés plus loin par les armées portugaises qui ne cessent de construire des bourgs fortifiés dans cette région : c’est Filipéia fondée par João Tavares et Martim Leitão en 1585 ; puis le fort Reis Magos fondé par Manuel de Masacrenhas en 1597, qui sera à l’origine de Natal (1599) ; puis l’ermitage et le fort de Nossa Senhora do Amparo fondés par Martim Moreno au Ceará en 1607 qui seront à l’origine de Fortaleza (Tapajos, 1967 : 90-93). À la fin de la première décennie du XVIIe siècle, il ne reste plus que la région du Maranhão à nettoyer de la présence française et à soumettre à l’autorité portugaise.

La France équinoxiale : nouvelle tentative de colonisation de peuplement (1612-1615)

29En effet cette région est traditionnellement visitée par les commerçants français depuis le début du XVIe siècle. Mais lorsque les commerçants sont repoussés, d’abord du littoral sur, puis du nord-est, c’est vers cette région, encore peu marquée par la présence d’une administration coloniale, qu’ils se retranchent. Ainsi en 1594 alors qu’ils commerçait le long de la côte nord, le capitaine Jacques Riffault fait naufrage près de l’île Sant’Ana do Maranhão. Il revient en France, non sans avoir laissé sur place quelques français, dont un gentilhomme, Charles des Vaux, qui trouvera après plusieurs mois, moyen de rentrer en France, où il est reçu en personne par Henri IV. Il lui fit, d’après le père capucin Claude d’Abbeville, « une très fidèle narration… de tout le succès de son voyage et de l’honneur que Sa Majesté s’aquerrait) à l’entreprise de ce négoce, outre le profit et l’utilité que le France en devait un jour retirer » (d’Abbeville, 1614 : 13). Henri entendit ce récit « avec un grandissime contentement ». Et, afin de bien vérifier l’exactitude des dires de Charles des Vaux, le roi « commanda au sieur de La Ravardière (fort expert en matière de marine, ayant déjà voyagé plusieurs fois en ces contrées et prêt d’y retourner) de mener avec lui le dit des Vaux au Brésil et en l’Ile de Maragnan… chargeant expréssement La Ravardière de lui en faire à son retour une fidèle relation avec promesse d’entreprendre l’affaire à ses coûts et dépends » (d’Abbeville, 1614 : 13-14). Il part ainsi de Cancale en janvier 1504, pour revenir en août, après avoir longé la côte des Guyanes et visité l’île de Maranhão. La Ravardière est alors nommé le 3 juillet 1605, lieutenant général du roi « és contrées de l’Amérique, depuis la rivière des Amazones jusqu’à l’île de la Trinité » : « il s’agit, nous dit Guy Martinière, de bien comprendre ces expéditions de La Ravardière. Ce n’était pas dans ce Brésil conçu selon l’imaginaire de la France Antarctique mais dans cette immense région qui va de l’Orénoque et de l’île de la Trinité aux Amazones, c’est à dire de part et d’autre du Maragnan espagnol et du Maranhão portugais » (Martinière, 1989 : 462).

  • 22 Raleigh (1993). Voir à ce sujet : Augeron et Vidal (1998) ; Lézy (1998).

30Car l’accès au trône d’Henri IV, la déclaration de guerre à l’Espagne (1595-1598), l’alliance avec les Provinces Unies, plus commerciale que politique d’ailleurs, modifie les termes de la stratégie coloniale française : dans ce ventre mou de l’Amérique, de part et d’autre de la ligne équinoxiale, la France trouve l’opportunité de relancer une nouvelle politique d’implantation, basée bien sûr autour de l’exploitation du bois brésil, mais aussi, et c’est nouveau, autour du sucre. Car c’est bien ce qui a aussi retenu l’attention d’Henri IV : ces terres sont des terres à sucre : « ceux qui ont reconnu cette terre de Maragnan assurent qu’elle est particulièrement très propre pour les cannes à sucre, qui est un revenu inestimable et le plus grand qu’aient les Espagnols à Pernambouc, Potyiou, Saint-Domingue et autres lieux qu’ils tiennent au Brésil » (d’Abbeville, 1614 : 208). Ajoutons à cela que Walter Raleigh, qui aurait peut-être croisé la route du jeune Henri de Navarre à Jarnac en 1569, vient en 1598 de publier son El Dorado, où il situe en Guyane la fabuleuse cité de Manoa22. Tous ces arguments ne peuvent que séduire un roi de plus en plus soumis aux groupes de pressions des « marchands » français, qui attendent que se mette sur pied une véritable politique de soutien au commerce colonial. Mais les conditions matérielles n’étaient pas en 1605 réunies pour mener à bien un tel projet.

31C’est finalement Marie de Médicis qui relancera le projet : le 1er octobre 1610, elle renouvelle au nom de Louis XIII, encore enfant, la lieutenance générale de La Ravardière, mais à la condition qu’il s’adjoigne des catholiques, ce qu’il fit sans hésitation. C’est avec l’amiral François de Rasilly, Nicolas Harlay de Sancy, des nobles, près de 500 hommes d’armes et artisans, et quatre capucins, parmi lesquels les pères Claude d’Abbeville et Yves d’Evreux qui laisseront des témoignages sur cet épisode du Maranhão (d’Abbeville, 1614), que l’expédition part du port de Cancale en Bretagne le 19 mars 1612. Le rôle des pères capucins dans cette expédition va apparaître d’ailleurs comme une véritable alternative à l’action missionnaire des jésuites, très étroitement liée à l’action coloniale espagnole et portugaise. Parvenu le 26 juillet auprès de la petite île de Sainte Anne, ils fondent la ville (le fort) de Saint-Louis du Maranhão. La Ravardière charge en 1613 le capitaine Maillar de localiser avec précision, « à cent ou cent cinquante lieues de Maragnan dans la terre ferme » une terre pour des plantations de canne à sucre. Et le capitaine Maillar de signaler que « la terre de ce lieu était forte, grasse et noire, très bonne à produire les cannes à sucre, bien meilleure que celles de Pernambouc, ce dont il pouvait témoigner pour avoir demeuré plusieurs années dans Pernambouc et pratiqué les autres endroits que tiennent les Portugais. La terre est arrosée de grandes quantités de ruisseaux capables de faire moudre les engins à sucre » (d’Evreux, 1985 : 133). Le père Arsène de Paris, membre de cette expédition, prédisait également en 1613 un bel avenir à la colonie : « On tient qu’il y a force richesses en ce pays, après il y a force coton, force tabac, et prétend-on y faire du sucre : bref je vous assure que quand tout y sera un peu établi, on s’y trouvera comme en un petit Paradis terrestre où on aura toute sorte de contentement » (Carelli, 1993 : 37).

32Mais l’isolement, le manque de renforts, et les harcèlements constants des navires portugais commandées par Jerônimo de Albuquerque, vont avoir raison de cette implantation française. Pendant un mois (de la fin octobre à la fin novembre 1614) l’île est assiégée, sans pour autant que l’un ou l’autre puisse prendre le dessus. Un armistice est donc signé à la fin du mois de novembre : il est décidé d’envoyer des émissaires en Europe, de s’en remettre au jugement des souverains, et en attendant d’accorder la liberté sur terre et sur mer aux Français et Portugais, tant que durera l’armistice. Les Portugais en profitèrent pour installer des renforts à proximité ce qui isolait encore plus les positions françaises. Par ailleurs le traité d’amitié entre la France et l’Espagne signé à Vervins en 1598 ligotait en quelque sorte la France qui ne pouvait officiellement continuer de soutenir cette colonie. La Ravadière doit donc capituler et remettre le fort Saint-Louis aux Portugais à la Toussaint 1615. Les Français sont faits prisonniers : des Vaux mourra enfermé dans la tour de Belém à Lisbonne et La Ravardière sera libéré après trois ans de captivité. Pendant ce temps, les Portugais continuent leur occupation du littoral nord : sur l’emplacement du fort sera construite la ville de São Luis do Maranhão et dans la capitainerie du Pará, sera construite la ville de Belém en 1616.

Conclusion

33Ces chapitres de l’histoire du Brésil, que l’historiographie brésilienne appelle traditionnellement « les invasions françaises », laissèrent de fortes traces dans l’imaginaire français et brésilien, si bien que cet imaginaire a longtemps constitué un prisme déformant pour la compréhension de cette présence française au Brésil au XVIe siècle. Or il ne s’agit ni de noircir, ni d’embellir la légende. À cet égard il convient de noter la permanence dans la stratégie coloniale française du XVIe siècle, de l’axe brésilien. Cet axe est d’ailleurs longtemps prioritaire sur l’axe canadien (Lestringant, 1995 : 45). Mais les appuis mitigés des Valois comme des Bourbons, qu’explique en partie l’absence d’une véritable marine de guerre, vont avoir raison de cette présence française, et conduire à l’échec d’une implantation française. Il est en revanche aisé sur cette longue période de percevoir la continuité d’une activité commerciale, entre les ports français et le littoral brésilien. On observe même une augmentation de ces activités économiques dans la seconde moitié du XVIe siècle, mais il convient aussi de relever que la stratégie coloniale portugaise a évolué. Il ne s’agit plus désormais d’une colonisation basée sur le troc, mais d’une véritable organisation économique, autour de la production d’un produit-roi, le sucre, fondée sur le travail esclave d’une main d’œuvre indienne, puis noire. Dès lors les autorités coloniales surveillent avec une attention toute particulière les abords de leur littoral, où se trouvent et leurs terres de culture et leur main d’œuvre.

34Bien entendu, la présence française, au-delà des activités commerciales, renvoie aussi au rôle des religieux : André Thévet, Jean de Léry, Claude d’Abbeville et Yves d’Evreux nous ont laissé des témoignages de première main sur la vie et les coutumes des indiens brésiliens au XVIe siècle. L’ethnologue Claude Lévi-Strauss n’écrivait-il pas dans Tristes Tropiques qu’il convenait de considérer l’ouvrage de Jean de Léry comme le bréviaire de l’ethnologue. Pour Mario Carelli, et il est bien difficile de le contredire, « ces textes et leurs images forment le socle culturel ou, si l’on veut, l’horizon d’attente avec un fort substrat mythique sur lequel s’appuieront les données nouvelles » (Carelli, 1993 : 38). Mais un tel constat ne doit nous faire perdre de vue le pragmatisme de cet humanisme français face au Brésil du XVIe siècle. Selon Guy Martinière, cette fameuse tolérance des Français envers les Indiens « n’est pas tellement à rechercher du côté d’un éventuel humanisme (…). La chance de cet humanisme français envers les indiens tient donc à un double retard de la colonisation française : un premier retard qui oblige à séduire des populations dont le territoire est considéré comme conquis par les Portugais ; un second retard qui tient à la continuité d’une pratique d’échange fondée sur le troc pendant près d’un siècle, alors que les Portugais ont déjà besoin d’une main d’œuvre locale disponible et nombreuse pour assurer la production d’un nouveau cycle exportateur du Brésil, le sucre, qui succède au cycle du bois de braise » (Martinière, 1989 : 439).

35La politique de Richelieu à partir de 1626, consistant à doter la France d’une véritable marine de guerre (la Royale), va modifier la donne, permettant à la France de mettre sur pied une solide politique coloniale. Mais pour le Brésil il est déjà bien tard. Avec la fin de la France Equinoxiale en 1615, les Portugais parachèvent leur maîtrise de l’ensemble du littoral brésilien, marquant leur présence par un ensemble de villes, bourgades et points fortifiés. Au XVIIe et XVIIIe siècles les voyageurs et naturalistes français succèdent aux commerçants et prennent pied au Brésil : Bougainville et La Condamine vont laisser leur nom au Brésil. Les tentatives de prise de Rio par François du Clerc (1710) et Duguay-Trouin (1711) s’inscrivent certes dans cette nouvelle politique coloniale française, qui n’hésite pas à se lancer dans de vastes expéditions maritimes, mais sont bien isolées dans ce siècle des naturalistes (Vidal, 1997). Elles auront cependant un effet non négligeable : Lisbonne s’aperçoit combien Rio est mal équipé pour faire face aux attaques ennemies que la présence de l’or ne manque pas de susciter. L’attaque de Duguay – Trouin va obliger à une réorganisation du dispositif militaire de la colonie… Le transfert de la capitale de Salvador à Rio en 1763 s’explique aussi par le traumatisme de 1711, lorsque pendant quelques jours Duguay-Trouin maîtrisait Rio et paralysait les flottes de l’or.

Haut de page

Bibliographie

Acerra, Martine et Guy Martinière (éd.), 1997, Coligny, les Protestants et la mer, Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne.

Augeron, Mickaël et Lauren Vidal, 1998, « Refuges ou réseaux ? Les dynamiques atlantiques protestantes au XVIe siècle », communication au colloque international : D’un rivage à l’autre : ville et protestantisme dans l’aire atlantique, XVIe-XVIIe siècle, La Rochelle, 13-14 novembre 1998, 32 p.

Barbosa, Mario de Lima, 1923, Les Français dans l’histoire du Brésil, Rio de Janeiro-Paris, Briguiet & Blanchard.

Bonnichon, Philippe, 1994, Des Cannibales aux castors : les découvertes françaises de l’Amérique (1503-1788), Paris, France-Empire, 357 p. (édition espagnole : Los navegantes franceses y el descubrimiento de América, Madrid, Mapfre, 1992, 389 p.).

Carelli, Mario, 1993, Cultures croisées : histoire des échanges culturels entre la France et le Brésil de la Découverte aux temps modernes, Paris, Nathan, 250 p.

Couto, Jorge, 1995, A construção do Brasil, Lisboa, Edições Cosmos.

Crouzet, Denis, 1998, « A propos de quelques regards de voyageurs français sur le Brésil (vers 1610-vers 1720) : entre espérance, malédiction et dégénérescence », dans Katia Mattoso, Naissance du Brésil moderne, 1500-1808, Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, p. 77-117.

d’Abbeville, Claude, 1614, Histoire de la Mission des pères capucins en l’isle de Maragnan et terres circonvoisines, où est traitée des singularitez admirables et des mœurs merveilleuses des Indiens habitans ce païs, Paris, François Huby.

Denis, Ferdinand, 1850, Une fête brésilienne, célébrée à Rouen en 1550, suivi d’un fragment du XVIe siècle, roulant sur la théologie des anciens peuples du Brésil et des poésies en langue tupique de Christovam Valente, Paris, J. Techner, 104 p.

Denis, Ferdinand, 1864, Voyage dans le nord du Brésil fait durant les années 1613 et 1614, par le P. Yves d’Evreux, publié par F. Denis, Leipzig et Paris.

d’Evreux, Yves, 1985 (éd. Originale : 1615), Voyage au nord du Brésil fait en 1613 et 1614, Paris, Payot.

Freyre, Gilberto, 1974 (1ère éd. : 1933), Maîtres et esclaves : la formation de la société brésilienne, Paris, Gallimard.

Gadenne, Clotilde, 1997, « Martin de Nantes, prédicateur capucins, missionnaire apostolique dans le Brésil parmi les Indiens », dans : Cahiers du Brésil contemporains, n° 32, p. 41-58

Gaffarel, Paul, 1878, Histoire du Brésil français au XVIe siècle, Paris, Maisonneuve.

Guenin, Eugène, 1901, Ango et ses pilotes, Paris, Imprimerie Nationale.

Lestringant, Frank, 1995, L’expérience huguenote au nouveau monde (XVIe siècle), Genève, Droz.

Lestringant, Frank, coord., 1998, La France-Amérique (XVIe-XVIIIe siècles), Paris, Honoré Champion, 611p.

Lézy, Emmanuel, 1998, « Au pays des « milles eaux », les littoraux guyanais », dans : Alain Musset, coord., Les littoraux latino-américains : terres à découvrir, Paris, Ed. de l’IHEAL, p. 33-55

Lucena Salmoral, Manuel, 1992, Piratas, bucaneros, filibusteros y corsarios en América, Madrid, Mapfre.

Martinière, Guy, 1989, « Henri IV et la France équinoxiale », dans : Actes du colloque : Avénement d’Henri IV, quatrième centenaire, Pau, J & D éditions, p. 423-483.

Mouette, Stéphane, 1997, « Les balbutiements de la colonisation française au Brésil (1524-1531) », dans : Cahiers du Brésil contemporains, n° 32, p. 7-18.

Perrone-Moisés, Leyla, 1995, Réédition du Voyage de Gonneville (1503-1505) et la découverte de Normandie par les Indiens du Brésil, Paris, Chandeigne.

Raleigh, Sir Walter, 1993 (établi d’après l’édition de 1848, Ed. originale : 1598), El Dorado, Paris, Editions UTZ.

Serrão, Joaquim Veríssimo, 1965, O Rio de Janeiro no século XVI, Lisboa, Edição da Comissão Nacional das comemorações do IV centenário do Rio de Janeiro, 2 vol.

Tapajos, Vicente, 1967, História do Brasil, São Paulo, Cia Editôra Nacional.

Tomtinson, Regina Johnson, The struggle for Brazil. Portugal and the French interlopers – 1500-1550

Vidal, Laurent, 1997, « L’expédition de Duguay-Trouin à Rio de Janeiro, 1710-1712 » dans : Martinière, Guy et Laurent Vidal, Les Européens et la mer au XVIIIe siècle. Les Ibériques de l’Atlantique au Pacifique, Paris, Ophrys, p. 65-82.

Vidal, Laurent et Émilie d’Orgeix (dir)., 1999, Les villes françaises du Nouveau Monde, des premiers fondateurs aux ingénieurs du roi (XVIe-XVIIIe siècle), Paris, Somogy, 192 p.

Haut de page

Notes

1 Nous renvoyons ici aux travaux pionniers de Ferdinand Denis (1850 et 1864) et Paul Gaffarel (1878).

2 Mario Carelli (1993) évoque ainsi le cas de la littérature nationaliste du XIXe siècle brésilien qui va, d’une certaine manière, racheter l’invasion française du Marnahão : « ainsi l’historien João Francisco Lisboa, dans ses Notes sur l’histoire du Maranhão (Apontamentos para a história do Maranhão, 1864) met en valeur la présence française en l’opposant à la « brutalité » des conquêtes hollandaises qui lui ont succédé (…). L’érudit brésilien exalte l’évangélisation capucine et inaugure donc une tradition historiographique qui se poursuit de nos jours » (p. 38).

3 L’ouvrage de Mario Carelli (1993) est justement un exemple de cette approche en termes d’influence culturelle.

4 Dans la relation historique de la capitainerie d’Ilhéus un chroniqueur fait mention de la présence de navigateurs français près de Porto Seguro (où Pedro Alvares Cabral découvrit le Brésil trois ans plus tôt). Mais en l’absence de traces pouvant confirmer cette assertion il nous est difficile de pouvoir intégrer cette information. Seules les archives de l’Inquisition de Bahia, qui font actuellement l’objet de dépouillements par des historiens brésiliens, pourront nous apporter d’utiles précisions.

5 Un bourgeois, désigne à la fin du XVe et début du XVIe siècle toute personne payant des droits de bourgeoisie : un marchand, un commerçant, ou encore un artisan.

6 Voir par exemple l’analyse récente proposée par Leyla Perrone-Moisés (1995) pp. 126 et suivantes.

7 Idem, p. 26

8 Idem, p. 27.

9 « Carta de Francisco Portocareiro ao rei D. João III, sobre os abusos cometidos pelos franceses na bahia…, Cidade do Salvador, 20 de abril de 1555 », cité in : Serrão (1965) vol. II, p. 30.

10 « Carta de Luís de Góis a D. João III…, Vila de Santos, 12 de maio de 1555 », cité in : Serrão (1965) vol. II, p. 17

11 Estimations fournies par Philippe Bonnichon (1994) pp. 29-30. Il est évident que le dépouillement « systématique » des actes notariés des ports français dans la première moitié du XVIe siècle nous permettra un jour d’aboutir à une estimation plus fine de ces « flottes du bois », dont les grands maîtres d’oeuvre semblent avant tout français.

12 Fait prisonnier par les Tupinambas, il laissera un témoignage haut en couleurs de sa captivité : Nus, sauvages et anthropophages (édition originale : 1557, nombreuses rééditions françaises).

13 A ce sujet, nous devons regretter l’absence de recherches récentes sur cette question. Tous les travaux, à l’exception peut-être de ceux de P. Bonnichon, pour qui le Brésil n’est cependant pas l’objet d’étude principal, se contentent de reproduire les conclusions des études, réalisées au XIXe siècle, par Pierre Denis, Paul Gaffarel et Francisco de Varnhagen.

14 « Protestation du baron de Saint-Blancard contre la prise de La Pélerine, lors du Tribunal des Prises de Bayonne », cité in : Guénin (1901) p. 43.

15 Idem

16 Idem, p. 45

17 « Carta de Dom João III a Martim Afonso de Sousa, sobre o povoamento da costa do Brasil, Lisboa, 28 de setembro de 1532 », cité in : Serrão (1965), vol. II, p. 16.

18 André Thévet (1504-1592), auteur des Singularités de la France antartique (1558).

19 Auteur d’un Voyage fait en la terre du Brésil (1578).

20 « Copie d’une lettre missive envoyée aux Gouverneurs de La Rochelle, par les Capitaines des Galleres de France, sur la victoire qu’ils ont obtenue contre les Mores et Sauvages, faisant le voyage de l’Isle de Floride et du Bresil, 20 mars 1582 », citée in Barbosa (1923) p. 83.

21 Anchieta dans une lettre de 1584 écrit : « Não fica agora trato aos francese no Brasil, senão no rio Paraíba a 18 léguas de Pernambuco ». Cité par Vicente Tapajos (1967) p. 87.

22 Raleigh (1993). Voir à ce sujet : Augeron et Vidal (1998) ; Lézy (1998).

Haut de page

Table des illustrations

Titre La présence française dans le Brésil colonial (1500-1615)
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/6486/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 323k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Vidal, « La présence française dans le Brésil colonial au XVIe siècle », Cahiers des Amériques latines, 34 | 2000, 17-38.

Référence électronique

Laurent Vidal, « La présence française dans le Brésil colonial au XVIe siècle », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 34 | 2000, mis en ligne le 01 août 2017, consulté le 27 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/cal/6486 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cal.6486

Haut de page

Auteur

Laurent Vidal

Historien - Maître de conférences. Université de La Rochelle (Espace Nouveaux Mondes)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search