Navigation – Plan du site
Dossier. Redécouvrir le Brésil

Le Brésil en quête de modernité

Paulo Cesar Da Costa Gomes
p. 89-98

Texte intégral

1Le brésil en fait ne progresse pas ; il vit et grandit comme grandit et vit un enfant malade dans le lent développement d’un corps mal organisé (…) L’affirmation inexorable est que lorsque tout est incorrect la meilleure solution est d’effacer tout ce qui a été mal fait (Otavio Ianni, 1992, 59).

2Qu’est-ce que le Brésil moderne ? À vrai dire, cette question peut et doit être décomposée en deux autres : comment la société brésilienne a-t-elle intégré le concept de modernité ? Quel rôle lui a-t-elle assigné dans la compréhension des principaux problèmes du pays ? Elle semble avoir fait du moderne un mot-miracle, employé dans n’importe quel domaine ; il est perçu comme étant porteur d’une compréhension immédiate qui fait appel à l’idée de décalage, de sous-développement, de renversement d’un ordre ancien, identifié alors comme étant la source de tous les maux. De cette manière, le moderne est toujours conçu comme une transformation positive, bienvenue, condition sine qua non pour l’épanouissement et le développement de la nation.

3Notre intérêt ici est d’abord de faire l’état de la forte présence de l’idée de modernité au Brésil dans ce dernier siècle. En effet, cette idée a constitué un véritable leitmotiv qui traverse donc toute la période de construction d’une idéologie nationale après la monarchie. Ensuite, nous allons essayer de démontrer la mise en discours de cette idée de modernité et son rôle fortement nuisible car, en même temps que ce discours paraît tout expliquer en faisant appel à l’image d’un Brésil moderne en constant combat avec la marque résistante des archaïsmes, il caricature la trame complexe des grands problèmes nationaux en les réduisant à une simple dimension d’écart temporel, où la solution qui s’impose est toujours celle du rattrapage du temps perdu.

Une route en Amazonie brésilienne. Le réseau routier brésilien reste encore aujourd’hui très déficient, même dans les états les plus développés

Une route en Amazonie brésilienne. Le réseau routier brésilien reste encore aujourd’hui très déficient, même dans les états les plus développés

Cliché : F.-M. le Tourneau.

4Progrès, développement et moderne sont dans l’univers sémiologique de l’idéologie brésilienne des notions interchangeables. Ces notions correspondent, chacune de leur côté, à la conception d’un pays qui doit faire un ultime effort pour accompagner la marche de la modernité, en d’autres termes, un pays qui doit rattraper le temps perdu. Dans ce sens, on pourrait dire que l’idéologie nationale brésilienne est en quelque sorte imprégnée d’une obsession de la transformation du pays en une nation moderne.

5Lorsqu’il s’agit d’expliquer les grands problèmes de la vie sociale brésilienne, il est très courant de recourir à l’image d’un pays scindé en deux parties. Cette opposition constituant une clé pour la compréhension de ces problèmes, quand il ne s’agit pas de l’unique facteur explicatif. En fait, ce recours à une vision dualiste - dualisme construit à partir de l’idée d’un décalage – s’est imposé au tournant du siècle au moment où la représentation d’une identité proprement brésilienne a été posée, en rupture avec un passé colonial, monarchique et esclavagiste. Ainsi, fonder un pays moderne a révélé une tension née du difficile assemblage entre l’héritage d’un passé que l’on voulait révolu et une promesse d’avenir, de progrès et de grandeur. Ce dualisme a été souvent vu comme une disparité temporelle : les deux parties signifiant ainsi la lutte entre le moderne et le traditionnel. Pourtant, plusieurs fois cette empreinte va aussi coïncider avec un découpage spatial : le moderne et le traditionnel se confondant avec des espaces précis du territoire national.

6Euclides da Cunha dans son livre de 1903 est l’un des premiers observateurs à recourir à l’utilisation de l’image dualiste. On trouve sous sa plume tous les ingrédients qui feront figure d’incontournables dans les analyses qui par la suite porteront sur l’identité du Brésil : l’opposition littoral-intérieur ; le débat civilisation d’emprunt-brésilianité ; la fracture moderne-traditionnel. « Alors que nous vivions depuis 400 ans sur l’immense littoral, où s’estompaient les reflets de la vie civilisée, nous reçûmes à l’improviste la République, comme un héritage inattendu. Soudain, nous nous élevâmes, entraînés par le torrent des idéaux modernes, en laissant dans la pénombre séculaire, où ils gisaient au centre du pays, un tiers de nos gens. Trompés par une civilisation d’emprunt, moissonnant dans un travail aveugle de copiste, tout ce qui existe de meilleur dans les codes organiques des autres nations, nous sommes parvenus, en usant de révolutions et en refusant de transiger si peu soit-il avec les exigences de notre propre nationalité, à aggraver le contraste entre notre façon de vivre et celle de ces rudes compatriotes, qui sont plus étrangers dans ce pays que les immigrants d’Europe. Car ce n’est pas la mer qui nous sépare, mais trois siècles. » (Cunha, 1993)

7Presque cent ans après, ce même diagnostic sur le Brésil a encore cours. Selon Otavio Ianni : « Le présent se trouve fortement imprégné de plusieurs passés. Le Brésil moderne, en même temps qu’il se développe et se diversifie, préserve et recrée les traces et les marques du passé récent et lointain, dans cette région-ci ou ailleurs. Le pays ressemble à une carte à la fois géographique et historique (…) moderne et archéologique. Toute son histoire est contenue dans son présent, comme s’il s’agissait d’un pays qui n’abandonne ni n’oublie le passé, d’une heureuse mémoire » (Ianni, 1992 : 32).

8Il est vrai que pendant le XXe siècle cette vision dualiste s’est développée selon deux principaux axes. Le premier conçoit ces dichotomies comme des antinomies absolues, source de l’impossibilité à établir une identité nationale uniforme et moderne : à elles sont attribuées le retard et le sous-développement. Le combat est ainsi défini d’avance : il faut chasser le traditionalisme, pénétrer l’intérieur du pays pour le civiliser et aligner la culture nationale sur les idées cosmopolites qui circulent dans le monde moderne. Moderniser devient alors un mot-fétiche qui est censé résoudre tous les problèmes.

  • 1 Elle peut être exemplifiée par le rôle assigné à l’ambiguïté ou au « moyen terme », identifié, par (...)

9La deuxième conception est un peu plus complexe. Les antinomies existent, mais une synthèse peut être envisagée. Dans ces conditions, l’identité nationale est perçue comme étant le résultat de cette synthèse1. La modernité naît de la découverte de cette union : le traditionnel doit être réincorporé au sein de la vie moderne, le cosmopolite doit greffer des traits particuliers des cultures locales et l’on prône le maintien de certaines spécificités régionales, tout en se battant contre les inégalités socio-spatiales. Dans ce cas, le moderne devient le mot clé d’une sorte d’utopie où la diversité ne signifie ni inégalité, ni hiérarchie des valeurs.

  • 2 Selon encore Ianni p. 45, au Brésil « les sciences sociales naissent et se développent marquées pa (...)
  • 3 Les exemples sont nombreux. Parmi les plus classiques on peut citer : Freyre (1998), Holanda (1974 (...)

10Les sciences sociales font, depuis longtemps, appel au même genre de raisonnement et quelques-unes des œuvres qui font désormais partie des classiques de la bibliographie sur le Brésil reprennent cette perspective dualiste2. Le même biais analytique est réactualisé suivant les problèmes posés par les époques et selon les différents contextes3.

11Ainsi la disparité du processus actuel d’industrialisation, est souvent vue sous l’angle de « deux Brésils » : le premier, représenté par les industries modernes qui emploient de nouvelles technologies, et le deuxième, caractérisé par les industries traditionnelles, déphasées technologiquement et encore héritières de l’essor industriel des années 1950. La même conception dualiste est souvent évoquée pour caractériser aussi le tableau général de l’agriculture brésilienne. Dans ce domaine, c’est sur l’agriculture commerciale d’exportation que vient se greffer le label de « moderne », par opposition à l’agriculture de subsistance, identifiée comme étant traditionnelle et arriérée. Par ailleurs, c’est la même image dualiste qui va être mise en œuvre pour distinguer les deux grands secteurs de l’économie, l’agriculture et l’industrie. Dans ce cas, c’est sur l’agriculture dans son ensemble que va tomber le poids de l’archaïsme, le caractère exportateur s’explique par le passé colonial tout comme la structure foncière, très concentrée, qui sera, plusieurs fois rapprochée du système de capitainerie colonial. L’industrie, au contraire, est conçue comme le secteur moderne, recourant aux nouvelles technologies et développant un marché du travail véritablement capitaliste ; bref, elle signifie la rupture avec la « vocation agricole » qui nous a conduit et condamné au rang de pays sous-développé. Ces exemples nous montrent que le schéma peut être appliqué sur des analyses fort différentes, voire contradictoires. Plusieurs autres champs de réflexion font l’objet de cette même démarche analytique qui valorise la dualité. Nous sommes donc déjà habitués à voir et à penser la société brésilienne comme un réseau d’oppositions entre l’urbanisation et les bidonvilles, les classes aisées et les pauvres, les lettrés et les illettrés, les régions développées et les régions périphériques et arriérées, tout cela soumis à une explication qui fait peser tous les problèmes sur l’archaïsme et donc sur le besoin de « moderniser ». Ces couples semblent renvoyer une image des fondements mêmes de l’organisation sociale brésilienne.

12Il est vrai aussi que cette vision dualiste a été l’objet de vives critiques parmi les sciences sociales (Oliveira). Ces critiques ont eu le mérite de montrer que les deux termes de la dualité étaient complémentaires et qu’ils reflétaient les structures du pouvoir fondées sur l’appropriation exagérément inégale de la richesse. De cette manière, pour reprendre les exemples donnés, les cultures de subsistance fournissent une grande partie de la main d’œuvre saisonnière qui nourrit à bas prix les cultures commerciales. Aussi, les grandes cultures commerciales ont comme destination le marché extérieur, pendant que les cultures de subsistance approvisionnent le marché intérieur à partir des excédents, ce qui soumet ce marché aux variations de prix, de qualité et de stocks. Les deux types d’industrie, moderne et traditionnelle, peuvent aussi êtres vus selon le même schéma de complémentarité de marchés, de la mobilité de la main d’œuvre, de l’appropriation du surtravail et de l’association entre un secteur social moderne dominant et les oligarchies traditionnelles.

  • 4 Cela dit, maintes fois l’opposition entre les régions et les villes vont encore être utilisées pou (...)

13La dimension théorique fondamentale de ces critiques s’est appuyée sur le matérialisme historico-dialectique, et fréquemment les dualités ont été interprétées comme l’expression des luttes de classe, ou encore comme le produit d’une inégalité combinée. Le pionnier de ce genre d’analyse a été Caio Prado Jr. dans les années 1930. Pour lui, la forme historique du développement du capitalisme dans les pays périphériques repose sur l’association de différents modes de production au sein d’une même formation socio-économique. La coexistence d’un secteur moderne et d’un secteur arriéré, est expliquée comme étant le résultat de cette étonnante association. En d’autres termes dans la formation sociale brésilienne, « le présent, capitaliste industrialisé, cohabite avec plusieurs structures du passé » (Prado Jr). Le point de vue critique marxiste a été aussi repris par quelques géographes pour dénoncer le « fétichisme » de l’espace, car certaines régions étaient identifiées à tort comme centrales ou dominées, alors qu’il existe toujours à l’intérieur de ces régions des groupes sociaux qui profitent de l’inégalité, pour reproduire leurs pouvoirs et privilèges4.

14Le remplacement d’une raison dualiste par une raison dialectique a eu pour effet la mise en œuvre d’une nouvelle logique dans l’interprétation des dualités de l’organisation sociale brésilienne. Du point de vue théorique, une conception intègratrice a remplacé une conception strictement dualiste. Néanmoins, si le fonctionnement du système a pu être revu, sa nature fondamentale demeure la même : d’un côté les possédants, de l’autre les dépossédés, d’un côté l’abondance, de l’autre la misère, d’un côté le développement, de l’autre le sous-développement, ou d’une manière plus générale, d’un côté le moderne, de l’autre le traditionnel. La critique marxiste utilise aussi le mot « développement », pour caractériser le progrès et la pénétration du capitalisme. De cette manière, même si la nature du développement peut être contestée, sa marche progressive est toujours prise comme une étape supérieure ou plus développée par rapport à ce qu’il vient remplacer. Cela veut dire que, dans la nature eschatologique de la théorie marxiste, le contenu du développement est matière à discussion mais pas du tout son mouvement de transformation progressive. Ainsi, un des visages de la modernité est constitué de ce mouvement du développement du capitalisme, développement qui, selon la conception classique du matérialisme dialectique, a tendance à homogénéiser d’une manière duale l’espace et les positions relatives dans la société : d’un côté se placent les forces du progrès et de l’autre les classes dominantes, qui luttent pour la préservation de leurs privilèges.

15L’actualité n’est plus à l’appel aux grands mouvements sociaux, mais l’identification entre le progrès et la modernité reste très forte. Dans le discours politique nous pouvons mesurer la force de ces arguments. La campagne présidentielle qui a mené Juscelino Kubitschek au pouvoir dans les années 1950 s’est nourrie de l’idée d’un grand saut en avant, le slogan principal étant « Faire avancer le Brésil de 50 ans en 5 ans », ce qui voulait très clairement signifier le rattrapage du temps perdu dans la modernisation du pays. Quelques années plus tard, pendant la période de dictature, les militaires eux aussi vont revendiquer cette même tâche de moderniser le Brésil. À l’aide de grands investissements en infrastructure, par l’accueil des nouvelles technologies et du développement, le visage du pays agro-exportateur devait définitivement changer et cette transformation le placer parmi les grandes puissances économiques modernes.

16Cette politique a été qualifiée par la suite comme relevant d’une « modernisation conservatrice », en raison du maintien des structures sociales inégalitaires. Ainsi, même l’opposition au régime militaire reconnaissait, elle aussi, la valeur positive du label « moderne ». Finalement, la redémocratisation du pays a été témoin du renouvellement du discours de la modernité. Le premier président élu après la dictature, le Président Collor (1989), avait aussi fait de la modernité le mot clé de sa campagne. La jeunesse du personnage et les gadgets par lesquels il définissait son image étaient autant de symboles d’une nouvelle génération au pouvoir et surtout d’un nouvel ordre qui cherche à renverser les pouvoirs de l’habitude et les acteurs sociaux traditionalistes. Le gouvernement actuel, lui aussi va essayer de trouver une légitimité de ses actions en utilisant le discours du moderne. Les projets de reforme dans la Constitution sont donc présentés comme nécessaires à la modernisation de la vie politique, ainsi que tous les autres projets de reforme, du système de retraite, du budget, du judiciaire etc. De cette manière, que ce soit dans le discours de la dictature, libéral, socio-démocrate, de gauche ou de droite, l’association est toujours la même entre modernité et développement et elle se nourrit essentiellement du même refus du traditionnel. L’identité de ces couples change, mais les termes de la lutte restent les mêmes.

Le discours de la modernité

17Entre la fin du XVIIIe siècle et le début du XIXe siècle, le concept de moderne suggérait une nouvelle façon de concevoir le rapport entre la contemporanéité et le passé. Lorsque les bases d’interprétation de ce rapport étaient revues, c’est-à-dire, lorsque l’histoire du progrès humain était l’objet d’une nouvelle conception, le nouvel ordre se caractérisait comme moderne par opposition à l’autre qu’il prétendait remplacer. Désormais, à partir de cette conception, le XIIe siècle de l’Empire Carolingien pouvait être défini comme moderne par rapport à l’époque mérovingienne tout comme la Renaissance par rapport au Moyen-Âge ou la Révolution française par rapport à l’Ancien Régime (Habermas, 1981). Au Brésil, la République se voulait moderne par rapport à la Monarchie, autant que la Révolution de 1930 et l’Estado Novo qui prétendaient d’ailleurs être plus modernes que cette même république qu’ils remplacent alors et qualifient de « Vieille République ». De même, le discours actuel de la modernité s’est-il nourrit de l’opposition envers le régime antérieur : la Nova República s’autoproclamant « nouvelle » pour bien se distinguer de la dictature militaire, issue de la Révolution de 1964.

18Ces quelques exemples nous montrent combien le discours de la modernité, pour être valable, a besoin d’identifier et de nommer un « nouveau » : celui-ci s’impose à travers des ruptures pour transformer les conceptions et les pratiques sociales en vigueur. En même temps, le « nouveau » a aussi besoin d’identifier une « tradition » à partir de laquelle il ira manifester son opposition, sa différence et sa supériorité. De cette manière, il nous est possible de présenter la modernité comme un discours, car il s’agit bel et bien d’une certaine façon de présenter la réalité, de la lire et l’interpréter et finalement de conférer des valeurs aux faits.

19Un tel constat n’épuise pas toutefois la richesse sémantique du concept de moderne. Prenons l’exemple des rapports entre le modernisme et la modernité tels qu’ils ont été conçus au Brésil. Les mouvements « modernistes » sont souvent interprétés comme des manifestations majeures de l’idéologie de la modernité. L’association entre le moderne et le rationnel est très répandue et, selon cette conception, les mouvements modernistes cherchent à imposer un nouvel ordre fondé toujours sur le pouvoir de la raison. Au Brésil, le modernisme est fortement identifié à l’éclosion de la semaine de Arte Moderna de 1922. Dans ce mouvement très varié, un des aspects plus intéressants pour notre analyse est le refus total de l’ancienne esthétique, importée surtout de l’Europe. L’« anthropophagie » culturelle correspondait ainsi à une nouvelle détermination de traduire les influences externes selon les codes de la culture brésilienne et de cette proposition est né l’amalgame entre modernisme et nationalisme au Brésil. Il faut bien remarquer qu’au Brésil, comme dans le Mexique (et dans une moindre mesure dans d’autres pays latino-américains), la conception moderne s’est confondue avec le nationalisme, au contraire exactement des manifestations européennes, plutôt cosmopolites qui refusaient par le moderne les spécificités nationales ou régionales. Cette inversion est facilement expliquée si l’on se souvient qu’au Brésil, comme dans les autres pays de l’Amérique Latine, la « tradition » consistait à copier les modèles européens. Dans ce cas donc, la rupture a dû se produire par l’intermède de la création d’un modèle autochtone, contraire à celui qui existait auparavant. Par cette spécificité, par exemple, le romantisme qui était à la base des nationalismes européens, a été aussi rejeté par les nationalistes (modernistes) brésiliens qui le considéraient comme une simple importation d’idées. Dans l’architecture, le modernisme s’est libéré d’un nationalisme explicite, car l’adoption d’un programme fonctionnaliste prévoyait justement l’adaptation des volumes et formes aux conditions locales. Le refus du style néoclassique, symbolisant la période impériale, ou de l’éclectique, symbolisant la vieille République, par le modernisme architectural a pu se faire donc suivant le discours de l’économie des formes, de l’utilitarisme et de l’esthétique épurée. Aujourd’hui, la modernité brésilienne semble s’être détaché du nationalisme. Au contraire, être moderne signifie plutôt participer à une communauté internationale, avoir le même confort, consommer les mêmes marchandises, s’aligner à l’ordre global.

20Les différences entre modernité et modernisation sont plus connues. Ainsi, au Brésil, l’emploi du mot « modernisation » est très répandu. La « modernisation » dans le langage courant veut dire tout simplement « changement ». Ainsi, modernisation est un concept qui peut être utilisé dans n’importe quel contexte historique ou spatial. De cette manière, ce genre de discours, en faisant abstraction des conditions locales ou historiques précises, impose une lecture eschatologique de l’histoire et toutes les situations variées de changement sont rapprochées de la compréhension du débat posé par la modernité, présentée comme un champ de lutte entre le nouveau et le traditionnel, duquel doit sortir une nécessaire proposition de développement.

21Nous avions présenté la modernité comme un genre discursif qui cherche à structurer la compréhension de la réalité en termes de dualité de positions. Ce faisant, les qualificatifs tendent à détacher l’analyse de la réalité prétendument observée, facilitant para là même les généralisations.

22Au Brésil, ce débat de la modernité peut se présenter sur l’angle des régions, des classes sociales, des secteurs de l’économie, de la politique etc, toutefois, la solution apparaît toujours sous la forme du progrès ou du développement, considérés comme les seuls moyens capables de rompre une fois pour toutes avec cette double structure. En dépit des couleurs et des formes variées et spécifiques que le nouveau et le traditionnel peuvent revêtir, l’ordre des termes de ce discours semble toujours organiser le raisonnement d’une même manière. Dans la lutte entre ces deux opposés, la solution est le progrès, le changement qui avance, qui rompt et qui promet une nouvelle ère de prospérité. La face cachée de ce discours est le fait que la progression renouvelle toujours d’autres dualismes, d’autres traditions, d’autres nouveautés.

23Ce que nous voulons mettre en avant pour conclure est le détachement empirique de ce genre de rhétorique qui réapparaît continuellement dans le discours politique, économique sociale ou scientifique brésilien. Il ne s’agit pas de nier la structure déséquilibrée de l’organisation sociale brésilienne, au contraire. Toutefois, ces inégalités doivent se montrer dénuées de l’enveloppe qui revêt tout d’un même habit, moderne ou traditionnel, avancé ou arriéré, et qui par cette identification impose une solution magique au nom d’une prétendue modernité. Les bidonvilles, l’exode rural, les difficiles conditions de vie d’une grande partie de la population brésilienne ne peuvent plus être « expliqués » par une absence de modernité, héritages d’un passé qui résiste dans la contemporanéité. Ils sont, au contraire, les manifestations modernes des inégalités et de l’injustice sociale. Cette compréhension pourra peut-être changer l’aura du label « moderne » et son efficacité en tant que discours. Chemin faisant, il y aura peut-être la place pour une explication plus consistante et une action sociale plus précise dans le sens de véritablement changer certains problèmes qui ne persistent pas par traditionalisme mais précisément par leur actualisation. Tel un « Graal », la quête de la modernité a été une obsession et une promesse de bonheur dominant dans la pensée brésilienne au XXe siècle. Il est peut-être temps de renoncer aux grands schémas discursifs et miraculeux.

Haut de page

Bibliographie

Bastide, Roger, 1991 (1e ed. 1957), Brésil terre des constrastes, Paris, l’Harmattan.

Cunha, Euclides da, 1902, Os Sertões, Rio de Janeiro, (35 éditions au Brésil). Traduction française, Hautes terres (la guerre de Canudos), Métailié, 1993.

Freyre, Gilberto, 1988 (1ère. ed. 1933), Maîtres et esclaves, Paris Gallimard.

Gomes Paulo C. da Costa, 1996, Geografia e modernidade, Rio de Janeiro, Bertrand Brasil.

Habermas Jurgen, 1981, « La modernite un projet inachevé » in La Critique, XXVII (413), p. 950-967.

Holanda, Sergio Buarque de, 1974 (1ère ed. 1936), Racines du Brésil, Paris, Gallimard.

Ianni, Otavio, 1992, Ideia de Brasil Moderno. Saõ Paulo, Brasiliense.

Lambert, Jacques, 1953, Le Brésil. Structure sociale et institutions politiques, Lib. Armand. Colin,. Traduit en portugais avec le titre « Les deux Brésils ». Os dois Brasis. Inep/Mec, 1959.

Matta, Roberto da, 1986, O que faz o brasil, Brasil ? Rio de Janeiro, Rocco.

Oliveira, Francisco, 1977, Critica da Razao Dualista.

Prado Jr, Caio, A revolução brasileira.

Haut de page

Notes

1 Elle peut être exemplifiée par le rôle assigné à l’ambiguïté ou au « moyen terme », identifié, par exemple, par Roberto da Matta (1986).

2 Selon encore Ianni p. 45, au Brésil « les sciences sociales naissent et se développent marquées par les défis de comprendre les conditions et les possibilités d’un Brésil moderne ».

3 Les exemples sont nombreux. Parmi les plus classiques on peut citer : Freyre (1998), Holanda (1974), Batisde (1991) et Lambert (1953).

4 Cela dit, maintes fois l’opposition entre les régions et les villes vont encore être utilisées pour qualifier « le problème national » : « si l’on accepte que le Brésil semble désarticulé, il n’y a pas de doute que ses deux pôles extrêmes sont le Nordeste et le Centre Sud » ou encore, « le XXe siècle, symbolisé par la ville de Recife et le Centre Sud par São Paulo sont les extrémités du caléidoscope brésilien, fondamentales pour comprendre la question nationale ». Ianni p. 172.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Une route en Amazonie brésilienne. Le réseau routier brésilien reste encore aujourd’hui très déficient, même dans les états les plus développés
Crédits Cliché : F.-M. le Tourneau.
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/6495/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 199k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paulo Cesar Da Costa Gomes, « Le Brésil en quête de modernité », Cahiers des Amériques latines, 34 | 2000, 89-98.

Référence électronique

Paulo Cesar Da Costa Gomes, « Le Brésil en quête de modernité », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 34 | 2000, mis en ligne le 01 août 2017, consulté le 13 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/cal/6495 ; DOI : 10.4000/cal.6495

Haut de page

Auteur

Paulo Cesar Da Costa Gomes

Professeur de géographie, Université fédérale de Rio de Janeiro.

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • OpenEdition Journals