Navigation – Plan du site
Information scientifique
Lectures

Bueno (Eduardo), 1998, A Viagem do descobrimento: a verdadeira história da expedição de Cabral / Bueno (Eduardo), 1998, Náufragos, traficantes e degredados: as primeiras expedições ao Brasil / Bueno (Eduardo), 1999, Capitães do Brasil: a saga dos primeiros colonizadores

Ed. Objetiva, Rio de Janeiro, Coll. Terra Brasilis, 140 p., cartes, notes / Ed. Objetiva, Rio de Janeiro, Coll. Terra Brasilis, 200 p., cartes, bibliographie, notes / Ed. Objetiva, Rio de Janeiro, Coll. Terra Brasilis, 288 p., cartes, bibliographie, notes
François-Michel Le Tourneau
p. 167-169
Référence(s) :
Bueno (Eduardo), 1998, A Viagem do descobrimento: a verdadeira história da expedição de Cabral, Ed. Objetiva Rio de Janeiro, Coll. Terra Brasilis, 140 p., cartes, notes. / Bueno (Eduardo), 1998, Náufragos, traficantes e degredados: as primeiras expedições ao Brasil, Ed. Objetiva Rio de Janeiro, Coll. Terra Brasilis, 200 p., cartes, bibliographie, notes. / >Bueno (Eduardo), 1999, Capitães do Brasil: a saga dos primeiros colonizadores, Ed. Objetiva Rio de Janeiro, Coll. Terra Brasilis, 288 p., cartes, bibliographie, notes.

Texte intégral

1Parmi les parutions revenant sur la découverte du Brésil par les Portugais, on peut retenir la série de trois ouvrages du journaliste Eduardo Bueno, sous l’autorité scientifique du professeur d’histoire moderne de l’Université Fédérale Fluminense Ronaldo Vainfas : A viagem do descobrimento, Náufragos, Traficantes e Degredados et Capitães do Brasil. Ces trois ouvrages, particulièrement bien diffusés au Brésil, ont pour but de faire mieux connaître les conditions dans lesquelles ce pays a été découvert ainsi que les tout premiers acteurs de son peuplement entre 1500 et 1550, soit avant que la Couronne Portugaise ne décide de s’occuper de plus près de sa nouvelle colonie.

2La série de Bueno marie les qualités du journalisme à celles d’une documentation historique importante. L’auteur est ainsi attentif aux détails des conditions de vie des marins portugais, ou aux différentes péripéties qui rendent les voyages de ces navigateurs proprement hallucinants. En fallait-il du courage ou de l’inconscience pour partir plein Sud alors que la cosmographie du XVe siècle affirmait que la température ne cessait d’y monter jusqu’à faire bouillir les corps, et que la progressive aridité des climats le long de la côte marocaine et mauritanienne confirmait cette possibilité ! En fallait-il de la volonté pour revenir au Portugal, parfois avec une flotte décimée et des équipages réduits à une poignée d’hommes par les tempêtes, les affrontements et surtout une alimentation et une hygiène de vie déplorable à bord ! Ce sont ces petits détails que ressuscite la série de Bueno et qui remettent à leur place véritable les exploits des marins portugais qui, il est vrai, avaient plus en tête les Indes et leurs richesses fabuleuses, atteintes par Vasco de Gama en 1498, que la terre du Brésil.

3À ce sujet l’auteur apporte de nombreux éléments intéressants dans la controverse sur la découverte fortuite ou programmée du Brésil. Pour lui, les navigateurs portugais avaient depuis longtemps remarqué des signes de la présence d’une terre plus à l’Ouest, comme des troncs charriés jusqu’au Cap Vert ou des oiseaux terrestres aperçus par Vasco de Gama lors de sa propre expédition. Peut-on aller, comme l’auteur, jusqu’à imaginer que la Couronne avait chargé Cabral de réaliser un détour pour s’en assurer ? Il est difficile de s’en faire une idée en l’absence de documentation plus explicite. Il reste que, après le voyage de Colomb, toutes les marines européennes regardaient vers l’Ouest. Pour preuve, le voyage de Yanos Pinzon, qui touche les bouches de l’Amazone avant que Cabral ne découvre le Brésil, ou les voyages des marins dieppois au tout début du XVIe siècle. Autre controverse : le baptême des nouvelles terres sous le nom d’Amérique, alors qu’Amerigo Vespucci n’a pas réalisé le premier voyage, et que son expédition de 1501 était placée sous le commandement de Gonçalo Coelho. Mais la carte établie par le cartographe Waldessemüller en 1506, probablement influencée par le succès littéraire des lettres de Vespucci décrivant le Nouveau Monde, présente le nouveau continent sous le nom d’América.

4Les marins furent donc les premiers acteurs de la conquête de la terre nouvellement découverte. Ils mirent en place l’exportation du bois de braise, qui permet de teindre les vêtements en rouge, dont le prix à la vente permettait de justifier le coût exorbitant des expéditions maritimes. Mais la couronne portugaise avait également pensé à un moyen ingénieux d’obtenir des informations de première main sur ces nouvelles terres sans distraire ses moyens financiers ou humains si rares. Chaque expédition embarquait ainsi des bannis, condamnés à de lourdes peines de prison, qui devaient être débarqués dans des lieux nouvellement découverts et abandonnés là. Leur rôle était de glaner un maximum d’information sur le lieu et ses populations, et de se présenter lorsqu’une nouvelle expédition irait mouiller au même endroit, c’est à dire au bout de plusieurs années. Certains de ces bannis (degredados) ne vécurent pas longtemps, terrassés par la faim, les maladies ou l’hostilité des habitants de l’endroit. D’autres finirent par monter de véritables empires, prenant le contrôle d’une ou plusieurs tribus indiennes et organisant le commerce (de bois de braise, d’esclaves, d’animaux rares,…) avec l’Europe, comme le fameux Bacharel de Cananeia. Ces bannis permirent aux Portugais d’avoir connaissance des mythes relatif à la richesse de l’Inca et les lancèrent dans une course poursuite pour la remontée du rio de la Plata (prata en Portugais, soit le fleuve de l’argent), course qui sera finalement deux fois remportée par les Espagnols, lesquels s’empareront les premiers, en passant par la façade occidentale de l’Amérique latine, de l’or des Incas et des gisements d’argent de Potosi. Néanmoins ces expéditions, qui empruntèrent parfois des voies terrestres indiennes comme la grande piste du Pearibu, constituèrent les premiers coups de griffe des Portugais vers l’intérieur du Brésil et leur donnèrent une idée de son immensité. Ainsi, comme le suggère le titre du deuxième livre, « les naufragés, les trafiquants et les bannis » furent probablement les premiers à nouer des liens profonds et durables entre le Portugal (les Blancs pourrait-on dire) et les populations locales, bref à commencer à former la base du métissage brésilien.

5En 1532, la couronne portugaise traverse une grave crise financière et doit trouver un moyen de continuer son expansion outre-mer tout en limitant ses dépenses. Le roi Dom João III doit alors accepter d’ouvrir le monopole royal sur le Brésil, qu’il avait maintenu jusqu’alors, et de laisser des intérêts privés se charger de la colonisation. Le troisième livre de Bueno se propose d’étudier qui étaient les « capitaines » qui allaient recevoir du roi des terres immenses et souvent y laisser une grande partie de leur fortune sans en tirer grand profit. La plus grande partie d’entre eux était composée de nobles qui, ayant servi le roi en Inde, devaient être récompensés, comme Vasco Fernandes Coutinho ou Duarte Coelho. Peu de capitaineries verront le succès. Les catastrophes naturelles, les hostilités avec les Indiens, les naufrages sur une côte souvent hostile et la piètre qualité des colons, souvent des condamnés (même si Gilberto Freyre en propose une vibrante réhabilitation dans son ouvrage classique Maitres et esclaves) auront raison de la plupart des entreprises, qui se contenteront d’installer quelques noyaux de peuplement sur la côte. Seul Duarte Coelho, qui implantera l’industrie du sucre dans sa capitainerie de Pernambouc, verra ses efforts amplement récompensés. Face à cette situation désastreuse et aux menaces croissantes des Français, notamment, le roi Dom João III décidera en 1548 de créer au Brésil un gouvernement général et de reprendre en main la colonisation.

6Les livres de Bueno permettent donc de se faire une bonne idée de ces premiers temps, autant chaotiques qu’héroïques, du Brésil. L’illustration des ouvrages est très intéressante, et on note la présence de nombreuses cartes à différentes échelles, fait si rare dans les ouvrages historiques. On pourrait reprocher à l’auteur de n’avoir pas planifié sa série comme un seul ouvrage, ce qui aurait sans doute permis de limiter le nombre de répétitions. On peut également reprocher que la structure des ouvrages soit très énumérative et qu’elle ne contribue pas, de ce fait, à la clarté de l’ensemble. Certes ce travail n’est pas celui d’un historien universitaire. Mais ce défaut est en même temps sa qualité puisqu’il rend l’auteur particulièrement attentif à toute sorte de détails qui rendent l’histoire plus vivante et plus proche de nous.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François-Michel Le Tourneau, « Bueno (Eduardo), 1998, A Viagem do descobrimento: a verdadeira história da expedição de Cabral / Bueno (Eduardo), 1998, Náufragos, traficantes e degredados: as primeiras expedições ao Brasil / Bueno (Eduardo), 1999, Capitães do Brasil: a saga dos primeiros colonizadores », Cahiers des Amériques latines, 34 | 2000, 167-169.

Référence électronique

François-Michel Le Tourneau, « Bueno (Eduardo), 1998, A Viagem do descobrimento: a verdadeira história da expedição de Cabral / Bueno (Eduardo), 1998, Náufragos, traficantes e degredados: as primeiras expedições ao Brasil / Bueno (Eduardo), 1999, Capitães do Brasil: a saga dos primeiros colonizadores », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 34 | 2000, mis en ligne le 01 août 2017, consulté le 22 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/cal/6507

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • OpenEdition Journals