Navigation – Plan du site

AccueilNuméros34Information scientifiqueLecturesLaborde Pédelahore, Philippe de (...

Information scientifique
Lectures

Laborde Pédelahore, Philippe de (dir.) Alcide d’Orbigny, À la découverte des nouvelles républiques sud-américaines

Biarritz, Atlantica, 2000, 400 p. 149 F
Sébastien Velut
p. 175-176
Référence(s) :
Laborde Pédelahore, Philippe de (dir.) Alcide d’Orbigny, À la découverte des nouvelles républiques sud-américaines. Biarritz, Atlantica, 2000, 400 p. 149 F.

Texte intégral

1Les éditions Atlantica ont pris l’intéressante initiative de rééditer de larges extraits du voyage en Amérique du naturaliste Alcide Dessalines D’Orbigny. C’est l’anthropologue Philippe de Laborde Pédelahore qui a choisi les passages et rassemblé sept études, issues d’un colloque tenu en 1997, qui apportent autant de commentaires au récit du voyageur.

2C’est à l’évidence le texte même d’Alcide d’Orbigny qui retient l’attention et qui occupe d’ailleurs la plus grande partie du volume. Si les latino-américanistes connaissent son nom, en particulier pour son essai fondateur sur l’homme américain, et les géologues pour son rôle dans la naissance de la stratigraphie, rares sont ceux qui ont pu lire ses travaux. Le compte rendu du voyage et les matériaux scientifiques rassemblés par Alcide D’Orbigny au cours de son périple qui le mena, de 1826 à 1834, au Brésil, en Argentine, au Pérou, au Chili et surtout en Bolivie, furent publiés en onze volumes de 1836 à 1844. Rares sont les bibliothèques qui disposent de cette somme comprenant la relation historique du voyage, les essais scientifiques et un atlas incluant cartes, planches d’histoire naturelles, vues de paysage et gravures pittoresques. Les extraits rassemblés font la part belle au récit de voyage, et permettent de suivre les pérégrinations du voyageur-naturaliste, suivant le titre officiel accordé par l’académie des sciences à ce jeune savant plein d’avenir — même si sa carrière n’eut pas le développement qu’il avait rêvé comme l’explique Chantal Boone.

3L’originalité du voyage d’Alcide d’Orbigny tient au fait qu’il parcourt, comme le souligne le titre, les Républiques immédiatement après leur indépendance. Il doit ainsi subir les désagréments du conflit pour la possession de la rive gauche du Rio de la Plata, se trouvant brièvement en prison à Montevideo et changer d’itinéraire pour éviter l’Argentine en proie à la guerre civile. D’autre part, il apporte son concours, on dirait aujourd’hui son expertise, aux autorités de la jeune République de Bolivie. À la demande du président, le général Santa Cruz, il étudie des régions reculées du piémont amazonien, relève des itinéraires, envisage les spéculations agricoles possibles pour sortir de leur marasme les régions boliviennes. Il témoigne ainsi du rôle central des savants voyageurs dans la constitution des jeunes nations dont ils décrivent le territoire, les habitants et les milieux, contribuant ainsi puissamment à la formation des identités nationales. De ce point de vue, Carlos Perez montre les limites de la pensée économique du naturaliste, inspirée sans doute par Ricardo, qui contraste avec sa clairvoyance sur la manière d’exploiter sans les épuiser les ressources végétales comme le quinquina.

4Par ailleurs, et Ph. de Laborde Pédelahore le souligne dans sa contribution, le charme du récit tient à la vision personnelle du héros. Moins lyrique que son illustre devancier Alexandre de Humboldt, il n’en apporte pas moins par petites touches sa propre vision d’un monde en devenir, des bizarreries de la société créole comme au charme étrange des tribus indiennes — ainsi l’érotisme discret des femmes Guarayos auquel il ne paraît pas insensible.

5Il faut saluer l’intrépidité, devenue rare, de l’éditeur qui a repris de nombreuses planches en couleurs de l’édition originale. Elles enrichissent beaucoup les descriptions, qu’il s’agisse de la végétation, des animaux, des paysages ou des costumes, et permettent de goûter l’œuvre dans toute sa saveur. On peut simplement regretter que cette riche iconographie ne fasse pas l’objet d’un commentaire spécifique. Sa variété, les liens entre les planches publiées et les croquis du naturaliste, le jeu de renvoi avec le texte tissent une subtile polyphonie qui efface les limites entre science et récit. Les études proposées sont d’un intérêt inégal et certaines d’entre elles, restées très proches des communications orales initiales, auraient mérité d’être remises en forme et approfondies. C’est tout le problème d’un colloque ou d’un ouvrage sur un personnage qui peut donner lieu aux approches les plus disparates, où l’on espère que chaque lecteur trouvera son intérêt. Assez spécialisées, elles auraient pu utilement être complétées par des aides à la lecture, comme une carte de l’itinéraire, présent sur la planche initiale mais peu visible, ou encore une chronologie.

6Quoiqu’il en soit, ce volume d’un prix modique, offre une belle occasion de découvrir directement, dans leur version originale et illustrée, les aventures d’Alcide en Amérique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sébastien Velut, « Laborde Pédelahore, Philippe de (dir.) Alcide d’Orbigny, À la découverte des nouvelles républiques sud-américaines », Cahiers des Amériques latines, 34 | 2000, 175-176.

Référence électronique

Sébastien Velut, « Laborde Pédelahore, Philippe de (dir.) Alcide d’Orbigny, À la découverte des nouvelles républiques sud-américaines », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 34 | 2000, mis en ligne le 01 août 2017, consulté le 07 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/cal/6520 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cal.6520

Haut de page

Auteur

Sébastien Velut

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Université Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation des Amériques
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search