Navigation – Plan du site
Dossier. Métropoles d'Amérique latine : de l'espace public aux espaces privés

Métropoles d’Amérique latine : de l’espace public aux espaces privés

Marie-France Prévôt Schapira
p. 15-20

Texte intégral

1 Par sa conception, la ville d’Amérique latine se situe aux antipodes de la ville américaine. Son extension, son immensité ne résultent pas d’une posture antiurbaine, mais d’un effort soutenu pour maintenir son unité.

2Dans les années 1980, alors même que la tendance est à la démocratisation, la montée de la violence et l’apparition de nouvelles formes de ségrégation donnent à penser que les métropoles, toutes engagées dans la course à l’excellence, suivent le même chemin que celles de l’Amérique du Nord. Le discours sur le déclin de l’espace public a partout accompagné l’affaiblissement du Welfare State comme si le retrait de l’État rendait plus sensible la nature fondamentalement vulnérable de l’espace public et que l’apparition d’espaces « hybrides » – shopping centers et quartiers privés – venait troubler la séparation canonique entre espace privé et espace public. Ces changements dans les métropoles latino-américaines sont en consonance avec la mondialisation, mais aussi avec les transformations au sein de la famille et l’individualisation croissante des projets.

3Les textes réunis dans ce numéro portent leur regard sur des « morceaux » de la ville envisagée dans sa dimension métropolitaine : lieux emblématiques de la ville générique, centre historique dégradé, quartiers « populaires ». Les analyses articulent les différentes échelles, de la métropole au quartier, du quartier à la rue et à la maison, de l’espace public aux territoires du quotidien ; elles sont une tentative d’approche de la ville en mutations à partir de la matérialité des espaces et des usages qu’en font les habitants, passants et résidants, citadins et citoyens, à travers un double prisme celui du mouvement et de l’ancrage, du côtoiement et des appartenances. C’est ainsi qu’il faut comprendre le titre de ce dossier.

4La « ville privée », expression quelque peu hâtive pour désigner les changements récents a donné lieu à tout un questionnement sur le statut des nouveaux espaces produits par l’ordre marchand et sur l’appropriation des espaces publics, dans un contexte sécuritaire et conflictuel.

5Analysant le développement des centres commerciaux à Buenos Aires, Guénola Capron souligne la nécessité de penser la modernisation des « espaces publics », car une lecture trop strictement juridique ou une vision nostalgique risquerait de passer à côté du rôle des nouveaux espaces marchands, « lieux de rassemblement et de rencontre ». Ce sont, nous dit-elle, des espaces indéniablement privés, du point de vue du droit, néanmoins l’agencement d’espaces plus ou moins publics en font des lieux « privés collectifs », avec des franchissements de seuils peu marqués entre l’espace public et l’espace privé, à accessibilité restreinte. Recréant « en milieu clos l’expérience de la flânerie dans la foule, mais une foule sous contrôle », ces lieux de sociabilité renouvelée renforcent-ils les ségrégations entre les zones connectées aux nouvelles centralités et celles qui ne le sont pas ?

  • 1 Beatriz Sarlo, « Rodrigo : un test para el futuro », 3 Puntos, juillet 2000.

6Dans le Grand Buenos Aires, la brèche se creuse entre les pauvres et les « nantis », dans une immense périphérie de plus en plus clivée où émergent des « enclaves » résidentielles. Bien que le phénomène des quartiers enclos soit encore minoritaire à Buenos Aires, il est révélateur des changements profonds qui ont touché la société argentine, non pas tant en raison du chômage, de la précarité et des inégalités, mais dans le sens où comme le dit Beatriz Sarlo, « nous avons appris à vivre dans une société duale, en acceptant que notre destin soit radicalement différent de celui des pauvres1 ». Cela constitue une grande rupture dans une ville de classes moyennes qui avait été façonnée par un imaginaire de l’ascension sociale.

  • 2 Cf. le dossier « Quand la ville se défait », Esprit, novembre 1999.

7En quelques années, Pilar, véritable edge-city a surgi à la lisière de cette vaste agglomération de plus de douze millions d’habitants. Guy Thuillier s’interroge sur la manière dont on doit « déchiffrer cet espace complexe, hybride, déroutant entre bourg rural de la Pampa, tentacule d’une métropole du Tiers Monde et suburbia américaine ». Ces quartiers enclos sont porteurs d’un nouveau style de vie plus hédoniste qui se détache de la sphère publique pour privilégier des regroupements par affinités, centrés autour de la famille, de la nature et de la sécurité, « dans une ville travaillée par la peur de l’autre, une ville que l’on voudrait sans mélange, ni partage ». La prise de distance vaut-elle séparation2 ?

8Mais que devient le centre ? Car le recours à la ville-centre est de moins en moins nécessaire à la population « exurbanisée » et devient, à bien des égards, un lieu de destination exceptionnelle, presque touristique. En Amérique latine comme ailleurs, l’apparition de « centralités inversées » va de pair avec des politiques de réhabilitation des centres anciens dégradés. Sous l’impulsion de l’UNESCO, mais aussi du développement du tourisme et des modes de consommation mondialisés, des politiques de « reconquête », de « revitalisation » ou encore de « requalification » des centres sont partout mises en œuvre, de Recife à Quito, de São Paulo à Buenos Aires. Que reconquiert-on quand on entreprend la « reconquête » du centre-ville ? Comment se reconstruisent les catégories de l’urbanité lors de la réhabilitation des centres-villes ? Élodie Salin analyse la place que les autorités du Parti de la révolution démocratique (PRD) de la ville de Mexico, élues en 1997 pour la première fois depuis 1928, prétendent donner au centro histórico, en rappelant que nous sommes dans un espace fragile, à haute valeur patrimoniale et symbolique. Les catégories du privé et du public s’y révèlent floues et peu pertinentes pour les populations vulnérables qui y vivent et tentent d’y rester. Car c’est à la fois un lieu de vie et de survie, l’espace d’une intense activité commerciale de vente ambulante pour les classes populaires et le cœur d’une immense métropole de plus de seize millions d’habitants, lieu de rassemblements et de défilés en tout genre. Les conflits d’usage et de mémoire sont aujourd’hui renforcés par les luttes politiques et les projets de requalification du centre historique. La nouvelle municipalité se trouve confrontée à un dilemme jamais résolu. Comment concilier une nouvelle image du centre – espace consensuel et sécurisé – qui attire investisseurs, touristes et jeunes « branchés », sans en chasser les populations qui y vivent ?

9Paradoxalement, dans la métropole latino-américaine, c’est dans un contexte de démocratisation et d’élargissement des droits politiques que s’affirment les logiques d’autoségrégation et de sécession. En effet, dans les années 1980, la multiplication des mouvements urbains – plus présents au Brésil qu’ailleurs – et la mobilisation pour l’élargissement des droits sociaux ont permis des améliorations constantes en équipements et en services dans les quartiers informels. Le droit à un logement digne est un droit affirmé dans les nouvelles constitutions. De vastes opérations de régularisation de cadastre en périphérie comme dans les zones de villas miserias, de favelas, de colonias irregulares mettent fin aux menaces d’éradication et de déplacement qui avaient pesé sur ces « établissements humains » durant les périodes antérieures, notamment pendant les périodes de dictature.

10Mais au Brésil, le sentiment d’une plus grande égalité statutaire, régissant les rapports entre les individus s’accompagne d’un écart croissant entre les groupes, et d’une montée de la violence urbaine. Le texte d’Angelina Peralva sur les favelas de Rio et celui de Dominique Vidal sur les jeunes du quartier pauvre de Brasília Teimosa (Recife) se font écho. Tous deux doivent être lus à la lumière des changements profonds qui ont affecté la société brésilienne dans les années 1980, créant des formes de vulnérabilité radicalement différentes de celles du passé. Les tensions créées par la coexistence d’un code hiérarchique et d’un code égalitaire ont aiguisé les conflits et les ont rendus plus visibles.

11Dans la ville de Rio, les favelas qui avaient fortement participé au mouvement de redémocratisation ont connu un double processus de déségrégation/reségrégation. La désagrégation doit être mise à l’actif des luttes urbaines menées durant les années 1980. Une plus grande participation, le développement des associations et l’action de la municipalité ont entraîné le « renversement des frontières ». Mais le sentiment d’égalité vient se briser contre les représentations que les Cariocas ont du favelado relégué à une place subalterne dans la vie collective. Elles sont à l’origine d’une nouvelle conflictualité urbaine, car « d’invisibles, les jeunes favelados, noirs, sont soudainement devenus visibles dans les quartiers réservés : ils ont commencé à fréquenter les plages des riches, leurs boîtes de nuit, à investir des terrains d’où ils étaient auparavant absents – une expérience fortement déstabilisante de part et d’autre de la barrière sociale ».

  • 3 J.-S. Bordreuil, « La ville desserrée », dans T. Paquot, M. Lussault et S. Body-Gendrot, La Ville (...)

12On retrouve cette même ambivalence à Brasília Teimosa, favela urbanisée de Recife. À partir d’une approche microsocioloqique, Dominique Vidal met en lumière la teneur morale des déplacements des jeunes dans la ville et des « logiques de compensation » qui les sous-tendent, pour reprendre l’expression de J.-S. Bordreuil3. La notion de respect est ici l’analyseur central des rapports des jeunes à l’espace métroplitain, espace exploré jusqu’aux « territoires du moi », car la « condition moderne s’éprouve jusqu’au et depuis le cœur de la sphère domestique ». Les jeunes de Brasília Teimosa veulent être traités comme « des gens », se déplacer dans la ville, fréquenter les nouveaux lieux publics que sont les shopping centers, ne pas être relégués dans leur quartier, consommer. La téléphonie mobile a considérablement agilisé leur rapport à la ville. Mais l’expérience de l’anonymat renforce le sentiment de vulnérabilité des jeunes pauvres car elle rappelle qu’être pauvre c’est « ne pas pouvoir être relié à d’autres milieux et à d’autres espaces que ceux de son lieu de résidence », dans une société traversée par des tensions créées par la proclamation des idéaux égalitaires et la permanence des assignations statutaires.

13Enfin, à partir d’une approche centrée sur les territoires et les mobilités, Virginie Baby-Collin porte son regard sur les collines de Caracas couvertes de barrios de ranchos, c’est-à-dire de bidonvilles, dont certains ont plus d’un demi-siècle d’existence. Ces quartiers qui rassemblent presque la moitié de la population de la ville présentent une forte hétérogénéité de situations individuelles, familiales et professionnelles. Il n’en demeure pas moins que Caracas est une ville divisée par la réalité des conditions de vie des habitants des ranchos et le jeu des représentations que la ville moderne a de ces quartiers entachés d’illégalité. « Zones marginales » dit le plan de Metroguía pour les nommer ! Entre les deux « morceaux" de la ville, les frontières fonctionnent comme des « filtres asymétriques » pour ceux qui vont travailler, se soigner dans la ville moderne, et parfois s’y divertir.

14Ici comme à Buenos Aires, la montée du chômage et les émeutes de 1989 ont marqué une rupture forte dans l’imaginaire social des habitants des barrios, la « fin d’une illusion » qui entraîne un changement dans les mobilités et le repli sur le quartier et la maison. Ici, comme à Rio et à Brasília Teimosa, la criminalité liée au trafic de la drogue et la peur de la violence dessinent aussi les rapports à l’espace.

Carte n° 1 : Hypermarchés et centres commerciaux régionaux à Buenos Aires (1997)

Carte n° 1 : Hypermarchés et centres commerciaux régionaux à Buenos Aires (1997)
Haut de page

Notes

1 Beatriz Sarlo, « Rodrigo : un test para el futuro », 3 Puntos, juillet 2000.

2 Cf. le dossier « Quand la ville se défait », Esprit, novembre 1999.

3 J.-S. Bordreuil, « La ville desserrée », dans T. Paquot, M. Lussault et S. Body-Gendrot, La Ville et l’urbain. L’état des savoirs, La Découverte, 2000, p. 169-182.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte n° 1 : Hypermarchés et centres commerciaux régionaux à Buenos Aires (1997)
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/6531/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 218k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-France Prévôt Schapira, « Métropoles d’Amérique latine : de l’espace public aux espaces privés », Cahiers des Amériques latines, 35 | 2000, 15-20.

Référence électronique

Marie-France Prévôt Schapira, « Métropoles d’Amérique latine : de l’espace public aux espaces privés », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 35 | 2000, mis en ligne le 02 août 2017, consulté le 25 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/cal/6531 ; DOI : 10.4000/cal.6531

Haut de page

Auteur

Marie-France Prévôt Schapira

Université de Paris VIII, CREDAL

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • OpenEdition Journals