Navigation – Plan du site
Dossier. Métropoles d'Amérique latine : de l'espace public aux espaces privés

Rassemblement et dispersion dans la ville latino-américaine

Un nouvel espace public urbain, le cas du centre commercial
Guénola Capron
p. 21-40

Résumés

L’objectif de cet article est de montrer en quoi, dans la ville latino-américaine (ici la ville de Buenos Aires), les centres commerciaux créent un rapport entre dispersion et rassemblement, différent de celui des espaces publics urbains traditionnels comme les places. Ces pôles de l’échange économique et social ont en effet généré de nouveaux espaces d’usage public dans les périphéries urbaines, permettant une relative démocratisation de l’accès à la centralité, tout en accroissant les écarts sociaux et spatiaux entre les ménages les plus pauvres et les couches sociales moyennes. S’ils génèrent, à des échelles différentes, des formes de concentration et de dispersion spatiale, ils constituent moins, en revanche, des lieux du rassemblement et de la dispersion, sur un plan social.

Haut de page

Texte intégral

1 De lieu d’intégration des populations et des cultures, la grande ville latino-américaine serait devenue, dans les années 1990, productrice de multiples disparités et ségrégations. Qu’y aurait-il encore de commun entre les habitants d’immenses banlieues périphériques aux limites imprécises, ceux de centres anciens objets, depuis peu, de toutes les attentions politiques et ceux des quartiers de classe moyenne qui se retranchent de plus en plus dans des forteresses difficilement franchissables ? Si l’expression « la ville fragmentée » a le défaut des formules (trop) lapidaires, la fragmentation désigne en revanche le processus de désagrégation des formes urbaines émergeant des restructurations de l’économie, autant que la notion reflète la crise de la pensée sur la ville, du moins au Brésil (Vidal, 1994). Les concepts « classiques » de ségrégation, segmentation, division socio-spatiale ne rendraient plus bien compte de la réalité urbaine. C’est en tout cas avec une grande prudence qu’il faut utiliser cette notion qui verse vite dans la caricature et dans les déterminismes de tous ordres (Navez-Bouchanine & Signoles, 1998).

2Mais, malgré les processus de dispersion et la multiplication d’archipels aux frontières parfois étanches et aux urbanités privatives (García Sánchez, 1999), la ville latino-américaine n’est pas exempte de lieux de rencontre et d’espaces de sociabilité. Le centre commercial, en particulier, dont la diffusion s’est généralisée sur tout le continent durant les deux dernières décennies, joue le rôle de pôle d’échange, social et économique, surtout dans les périphéries urbaines qui manquent d’autres types d’espaces publics. Commencer par reconnaître le succès massif du centre d’achat et de loisir en Amérique latine, c’est se donner les moyens de le comprendre comme phénomène urbain, à travers ses compétences/qualités de rassemblement, afin d’en saisir les enjeux en termes d’urbanité pour les citadins et les limites, ainsi que l’intérêt, au regard de la notion de fragmentation urbaine. L’analyse des modalités et des conséquences de la « publicisation de l’espace privé » est significative des transformations des espaces publics urbains latino-américains dans un contexte de « crise ». Le shopping center, appellation locale du centre commercial intégré en Argentine, a entre autres marqué un désengagement – entier ou partiel – de l’État de la production et de la gestion des espaces publics urbains, en particulier à Buenos Aires, et c’est sur ces données que s’appuie l’analyse suivante.

3À la lumière de la crise de l’espace public et d’une interrogation sur celui-ci, et à travers l’étude des pratiques urbaines que les centres commerciaux engendrent, ainsi que de leurs effets sociaux et territoriaux, on se demandera en quoi ces centres constituent des lieux du rassemblement ou des opérateurs de la dispersion. J’aborderai les pratiques de consommation au sens large, dans leurs relations aux pratiques urbaines, aussi bien dans les shopping centers que dans les hypermarchés dotés d’une galerie marchande (centro comercial). Le marketing, en Argentine, ne confond en tout cas pas ces deux formes de regroupements marchands.

La crise de l’espace public : crise de la ville ou crise de l’urbanité ?

4Le discours promotionnel du centre commercial argentin se réfère à des représentations négatives de la ville, plus particulièrement de la rue, dont le désordre est stigmatisé. Les dysfonctionnements spatiaux et fonctionnels, tels l’invasion par l’automobile, le bruit, la pollution, etc., sont étroitement associés à des connotations plus morales, comme la délinquance, l’insécurité, la drogue ou la prostitution (Capron, 1996). C’est ce type d’associations qui génère le discours sur la « décadence » de l’espace urbain (Monnet, 1993). En même temps, les Portègnes, quand on les interroge, tendent spontanément à opposer le centre commercial et la place (ou le parc) en raison du sentiment de sécurité ou d’insécurité qu’ils suscitent, de leur propreté ou de leur saleté mais aussi de leurs usages. En tout cas, pour beaucoup, le secteur privé semble avoir plus de « ressources » (dans tous les sens du terme) que l’État ou la municipalité, pour produire et entretenir les espaces de la sociabilité publique.

  • 1 À partir de 1996, la restauration de l’espace public, aussi bien des représentations du public que (...)
  • 2 De multiples articles et éditoriaux du quotidien Clarín, après l’élection du maire Fernando de La (...)

5Il est nécessaire de rappeler, préalablement, que la crise de l’espace public en Amérique latine a deux aspects : d’une part, celle d’un espace abstrait, celui de la représentation politique, de ce qui a trait aux institutions publiques, de la sphère publique, dans la lignée des travaux d’Habermas sur l’espace communicationnel (1978) ; d’autre part, celle des espaces concrets, les espaces publics urbains. L’une et l’autre ne sont cependant pas sans rapport, même s’il est indispensable de les dissocier dans l’analyse, comme le rappelle le sociologue I. Joseph (1998). L’un des principaux changements que souligne la diffusion massive des centres commerciaux comme espaces d’usage public, dans les années 1985-1995, ce sont peut-être des tendances à la « dépolitisation » de celui-ci, dans le sens d’un déclin de l’engagement civique, mais aussi à sa « désétatisation », dans le sens d’un questionnement par rapport au rôle exclusif de l’État dans la production et dans la construction de l’espace public. Dans la société argentine, les années de ménémisme ont fortement discrédité l’État-Providence (les institutions publiques), devenu synonyme dans les années 1990 de bureaucratie, de corruption, d’inefficience (Felcmán, 1991)1. Les symptômes de la crise des espaces publics urbains sont quant à eux leur mauvais état consécutif au désinvestissement de l’État, les problèmes d’insécurité qui se généralisent, et la privatisation desdits espaces publics. La presse se fait l’écho de la saleté et du manque d’entretien des espaces verts, des multiples « usurpations » intervenues dans les bois de Palermo2. En tout cas, pour les habitants de Buenos Aires, l’espace public est beaucoup plus défini comme l’espace accessible à tous, d’usage libre et gratuit, que comme l’espace du débat ou encore de la mobilisation collective (Giménez, 1997). Le centre commercial est qualifié de public, pour ces mêmes raisons, mais aussi pour la diversité des usages, parmi lesquels prédomine la promenade (Capron, 1998). Plus qu’un espace de réunion, c’est un lieu de rencontre et de rendez-vous.

6Le cantonnement à une définition et à une lecture strictement juridiques et étatistes de l’espace public, dans la lignée d’une tradition politique et philosophique, risquerait en tout cas de faire passer à côté de l’une des dimensions importantes des espaces publics matériels : ils sont les supports de la sociabilité publique, à la fois espaces de la circulation et de la conversation dans les termes de l’analyse microsociologique (Joseph, 1998) Alors que la propriété privée du centre commercial en induit irrémédiablement, pour beaucoup, la nature privée, et alors que le caractère marchand, incompatible avec la publicité, interdit toute qualification publique de celui-ci, les citadins tendent au contraire à en faire usage comme d’un espace public et à le qualifier de public, ce qui souligne que la publicité est une qualité en construction, émergente (Quéré, 1992-1993) et non une substance inhérente à un espace.

7Or, la crise que traversent les espaces publics urbains, pose le problème des implications pour la vie quotidienne des citadins, des multiples formes et formules de privatisation de ces espaces, intervenues dans les décennies 1980-1990 : le « parrainage » de places ou de parcs publics par des entrepreneurs privés qui en subventionnent l’entretien en échange d’un panneau publicitaire portant leur nom ainsi que du droit d’y organiser deux événements annuels, pose les problèmes des restrictions d’usage qu’entraînent la mise en place de grilles et l’appropriation privée d’un espace ; la fermeture de quartiers entiers au nom de la sécurité et du respect des droits des individus, empêche et limite le passage des citadins en imposant un contrôle sur les entrées et les sorties (García Sánchez, 1996) ; la multiplication des concessions irrégulières d’espaces publics, déjà citée, se fait au profit d’usages privés commerciaux, sans aucun souci du bien collectif. Le centre commercial, plus qu’une manifestation de la privatisation de l’espace public (Trilling, 1992-1993), souligne au contraire un processus de « publicisation de l’espace privé », c’est-à-dire l’extension d’usages publics à un espace privé, révélant ainsi la porosité des limites établies entre les deux « catégories ».

8La crise de l’espace public urbain tiendrait donc moins d’une crise de la ville que d’une crise de l’urbanité et du lien social, ou plutôt d’un « malaise dans les civilités » (Bordreuil, 1993). Les contours de la crise de la ville sont en effet difficiles à dessiner, tant la ville, loin de toute véritable rupture de charge, semble soumise à une crise récurrente, trop rapidement définie comme structurelle dans les villes en développement. Elle est plutôt liée à des dysfonctionnements autant dûs à une urbanisation trop rapide qu’à des déficiences organisationnelles de la gestion urbaine ou à l’insuffisance des engagements citadins (García Sánchez, 1996). L’expression que préfère employer J.-S. Bordreuil à propos de New York, en abordant le problème particulier des SDF, souligne l’importance de la dimension sociétale de la « crise », ainsi que son caractère indéfini, qui explique tous les maux, garantit l’immobilisme et l’impuissance des acteurs urbains et justifie toutes les privatisations. Le déplacement du regard n’est pas sans conséquence : c’est donc plutôt bien sur les modèles d’urbanité et les formes de la civilité en ville qu’il faut se pencher.

Renouvellement des modalités de la pratique urbaine

9Les pratiques du centre commercial s’inscrivent dans la continuité de celles de la ville moderne, en particulier en ce qui concerne les rituels de socialisation en public, comme celui de la promenade-achat. Cette dernière est significative de l’association croissante entre divertissement, consommation et espace public en ville annoncée par les espaces marchands de la fin du XIXe siècle (les grands magasins, les Expositions universelles) analysés par W. Benjamin (1989). À Buenos Aires, le shopping center concentre en un seul lieu des pratiques qui, auparavant, s’effectuaient dans plusieurs types d’espaces : la rue de quartier, le grand magasin et l’artère marchande, la place et le parc. Il est donc moins le lieu de nouvelles pratiques urbaines que de modalités renouvelées de celles-ci, de nouveaux modes de consommation et de sociabilité.

  • 3 En particulier, l’enquête commanditée en 1995 par le ministère de la Production de la province de (...)
  • 4 Programa Belgrano, 1998, Resultados de la Encuesta de Hábitos de Consumo (Capital Federal y Cran B (...)
  • 5 Les seules enquêtes réalisées dans les shopping centers, que je présente ici, sont déjà assez anci (...)

10L’une des difficultés sous-jacentes à l’analyse de l’évolution, des spécificités et de la portée sociale des pratiques urbaines liées aux lieux d’achat, concerne le manque de sources fiables et l’impossibilité de dissocier réellement ce qui relève de l’achat ou de la sociabilité, tant les deux sont intriqués. En effet, les seules enquêtes existantes, celles des instituts de marketing, ne font que dresser un portrait plus ou moins fidèle de la clientèle, de ses fréquentations et de ses préférences. D’une part, on ne dispose souvent pas de toute l’information nécessaire pour pouvoir juger de leur rigueur méthodologique (parfois douteuse, au vu des résultats obtenus3). D’autre part, les enquêtes réalisées à la sortie des magasins limitent intentionnellement leur champ d’investigation à la seule clientèle, et laissent volontairement de côté l’ensemble des usagers qui ne se restreignent pas aux seuls chalands. Enfin, l’origine et la nature même de ces enquêtes ne les portent pas à l’objectivité : leur but est de fournir le profil effectif ou idéal des consommateurs, dans un souci de marketing ou de promotion (enquêtes annuelles du cabinet CCR-International ; enquête de Prince, Cooke y Asociados, en 1994, réalisée à la demande de l’administration d’Alto Palermo), ou bien de démontrer, à tout prix, les ravages causés par le développement de plusieurs grandes surfaces alimentaires (sondage dans la municipalité de General San Martin). Seule l’enquête commandée par le ministère de l’Économie (sous-secrétariat au Commerce)4, réalisée à domicile en 1997 auprès d’un échantillon représentatif des ménages de l’agglomération de Buenos Aires, paraît moins sujette à caution. Encore se limite-t-elle à l’analyse des fréquentations et de la perception des commerces alimentaires et des grandes surfaces de vente, et non des shopping centers, dans un objectif de contrôle de la formation des prix et de maintien des équilibres commerciaux. Une fois la fièvre des shopping centers retombée, les sondages sur les pratiques urbaines ont été plus rares, alors qu’elles ont dû évoluer5. Pour toutes ces raisons, on prendra avec précaution les résultats suivants, en évitant de les réifier. Seul le recoupement des sources entre elles, et l’usage de différentes méthodes, en particulier de l’observation ou des entretiens, permettent d’objectiver la réalité. Les résultats des enquêtes doivent être en tout cas interprétés que comme le reflet de grandes tendances. Il faudrait certainement des enquêtes plus fines et plus complètes et des études à caractère anthropologique.

11Le centre d’achat et de loisir a modifié l’échelle et les rythmes de la pratique de la ville. Le développement d’équipements commerciaux de taille importante nécessite une mobilité croissante, surtout dans la banlieue de Buenos Aires où les distances à parcourir sont plus grandes et les disparités importantes, en termes de desserte par les transports publics. Avec la motorisation des déplacements, la proximité, qui comporte une part éminemment subjective, a redéfini son contenu et ses échelles, et elle s’est extraite de l’espace du voisinage. Ainsi, pour un ménage qui se déplace en voiture au shopping centers ou à l’hypermarché, ces derniers peuvent-ils être considérés comme proches, s’ils sont situés à une dizaine de cuadras, alors que, pour telle personne qui ne peut aller faire ses courses qu’à pied, la supérette du coin, à cinq cuadras, est déjà éloignée. Paradoxalement, la proximité est presque toujours évoquée comme l’une des principales motivations de fréquentation d’un hypermarché ou d’un shopping center : dans l’enquête CCR, pour l’hypermarché, la clientèle retient d’abord les prix (à 57 %), puis la proximité (à 40 %). Ceux qui ont été interrogés par Prince, Cooke y Asociados (pour Alto Palermo, 1994) et par Quinto Poder (Alto Palermo, Patio Bullrich, Paseo Alcorta, 1992) évoquent la proximité à 60 % dans le premier cas, et de 31 à 47 % dans le second. C’est sans doute la manifestation d’un certain décalage entre les représentations et les pratiques. En tout cas, après une première phase de développement accéléré et de forte médiatisation des shopping centers, dans laquelle la nouveauté éveillait la curiosité, l’intérêt s’est un peu émoussé, et les déplacements, stabilisés, se sont recentrés sur les équipements installés dans une zone plus rapprochée du lieu de résidence (surtout pour les hypermarchés dont les aires de chalandise se recoupent de plus en plus).

12Le taux d’équipement automobile croissant des ménages modifie également les modes d’approvisionnement qui tendent à se concentrer dans le temps et dans l’espace. L’élargissement des horaires d’ouverture des commerces, y compris le dimanche, lié à la déréglementation de la législation sur le travail, permet une fréquentation plus espacée, même si elle est finalement souvent regroupée en fin de semaine, tant pour les lieux d’achat que pour ceux de loisir. Dans certains shopping centers, plus centraux, les badauds se pressent en grand nombre tous les jours. Ainsi, 80 % des personnes interrogées dans Alto Palermo par Prince, Cooke y Asociados (1994) disent avoir une fréquentation au moins hebdomadaire. Comme le taux de motorisation demeure plus faible qu’en Europe ou qu’aux États-Unis, et varie en fonction du niveau de richesse du foyer, les stratégies développées pour accéder aux lieux d’achat couvrent une palette étendue : 38,6 % des gens vont au supermarché et à l’hypermarché en voiture, 28,6 % à pied, 10,3 % en taxi (ou remis), 20,9 % en bus et 1,6 % avec un autre mode de transport (ministère de l’Économie).

13Aller à l’hypermarché ou au centre commercial est le but d’une sortie familiale, voire d’une exploration de la ville. On dispose cependant de peu d’informations sur la multi-fréquentation et sur l’ampleur des déplacements liés aux pratiques d’approvisionnement et de loisir. 70 % à 95 % des personnes interrogées par la revue Quinto Poder dans trois shopping centers péricentraux de la capitale fédérale situés dans le même rayon d’influence, disaient aller au moins à un autre endroit que le centre où se déroulait l’enquête. De même, 15 % des individus interviewés en 1994 dans Alto Palermo (enquête Prince, Cooke y Asociados) ne résidaient pas dans l’aire d’influence directe de celui-ci. De bi- ou tri-polarisées, partagées entre le quartier et les centres-villes hiérarchisés (celui de la commune de résidence et le centre primaire de la capitale fédérale), les pratiques d’approvisionnement et de loisir, avec l’extension des choix qu’a signifié la motorisation, se sont diversifiées. Elles se partagent, pour beaucoup, entre une multitude d’espaces situés aux différentes échelles de la ville et fréquentés de façon complémentaire, même si la motivation première de choix d’une grande surface alimentaire reste les bas prix : le quartier pour les achats de dépannage (épiceries, supérettes), le supermarché ou l’hypermarché pour le gros des dépenses d’alimentation, les centres urbains « traditionnels » avec leurs galeries marchandes ou les shopping centers pour l’achat de vêtements ou d’autres biens non-alimentaires, les centres de divertissement et les multiplex pour les loisirs. Ce changement d’échelle spatio-temporelle des pratiques de la ville, permise par la plus grande mobilité d’une partie des citadins, entraîne une recomposition des territoires de vie.

Nouvelles sociabilités et nouvelles cultures urbaines

  • 6 Dans le jargon de la géographie commerciale, la « locomotive » désigne le local jouant un rôle d’e (...)

14Les centres commerciaux jouent un rôle dans l’évolution des modes d’expression de la sociabilité et dans l’apparition de nouvelles cultures urbaines. Pour de nombreux citadins, ce sont des espaces de loisir et de promenade, et, très rarement, d’achat. La part des loisirs a été un élément historiquement important dans la programmation des shopping centers argentins, qui, à la différence des centres commerciaux français, ne disposaient pas de grande surface « locomotive »6. En fin de semaine, ils attirent un public assez hétérogène de familles et d’individus qui trouvent en eux une bonne alternative au parc et à la place, pour la traditionnelle promenade dominicale, encore très ancrée dans les pratiques des habitants de Buenos Aires. On peut s’y distraire, à l’abri de la chaleur ou de la pluie, sans aucune nécessité d’achat, puisque l’entrée et la jouissance en sont libres et gratuites. Tout juste se laisserait-on tenter par une eau de toilette ou par des boucles d’oreille dans les kiosques de l’allée centrale, mais l’étroitesse des ressources familiales empêche souvent l’acquisition de la plupart des biens exposés dans les vitrines.

15Les centres commerciaux, shopping centers et, dans certains cas, les hypermarchés, cristallisent la sociabilité sur les pôles situés aux échangeurs routiers. À la question « quels shopping centers fréquentez-vous ? », de nombreuses personnes interrogées dans la commune de San Miguel répondent par un hypermarché. Un retraité peu fortuné dit aller avec sa femme au Norte de Bella Vista pour se promener, tandis qu’il va s’approvisionner à l’épicerie du coin. Une jeune mère de San Miguel va faire ses courses au Carrefour, dont les offres sont plus intéressantes, tandis qu’elle va au Norte par simple curiosité, pour voir et se détendre. Pour une famille nombreuse résidant dans la même commune et dont le chef de famille est ouvrier de la construction, « le supermarché [...], c’est pour aller voir, se promener et dépenser plus que ce qu’on avait l’habitude de dépenser avant ». La relative désaffection du centre et des espaces publics, du moins chez les couches sociales favorisées, accentue la translation des sociabilités vers ces espaces de consommation.

  • 7 63 % des personnes interrogées dans l’enquête Prince, Cooke y Asociados ; 20 à 40 % de celles qui (...)

16Le shopping center recrée en milieu clos l’expérience de la flânerie dans la foule, mais d’une foule sous contrôle. Il renforce l’individuation des pratiques, en particulier chez les jeunes. Les adolescents y font l’apprentissage d’une liberté surveillée, dans un espace du jeu et de la séduction (Ariovich, 1996). Leurs parents sont satisfaits de les savoir en sécurité. La fréquentation et l’image du centre commercial gardent cependant un caractère très familial, surtout en fin de semaine, même si on y vient souvent seul7, avec ses amis ou « en bande ». On s’y donne rendez-vous, on y croise des connaissances, des amis. Le shopping center peut ainsi être un lieu de la rencontre et de la conversation. Les logiques économiques dont il est investi, n’annihilent pas toute possibilité d’échange social « vrai et authentique », comme tendent à le répéter les critiques de la « marchandisation » croissante de l’espace public. Les usages, à commencer par l’ensemble des rituels micro-sociaux qui s’établissent dans l’échange monétaire de biens matériels, dépassent largement le cadre et les normes strictement marchands, et ils peuvent même les détourner. Par exemple, certaines personnes âgées ont une fréquentation quotidienne et une pratique ordinaire du shopping center Alto Palermo, alternative du salon de thé ou de la place. Ils s’y sont connus, y retrouvent leurs amis, sont salués par les vendeuses (photographie n° 1).

  • 8 En 1990, selon les résultats d’une enquête sur les pratiques socio-culturelles et de loisir des ha (...)

17Le caractère éphémère des relations sociales, souvent stigmatisée au sujet des centres commerciaux, est-elle le reflet des nouveaux modes de production, plus flexibles, de la rapidité de mouvement du capital financier et de la rotation incessante des flux de marchandises, ou simplement la conséquence de l’accélération des temps sociaux, de la civilisation du fast-food et de l’ère de la mobilité et du loisir ? Sans doute le centre commercial a-t-il effectivement conjointement transformé les modes de consommation et de sociabilité des habitants de Buenos Aires, introduisant parfois plus de souplesse dans les relations sociales, plus de ludicité dans le temps libre, plus d’individualisme aussi, et peut-être plus de superficialité dans les échanges. Comme ailleurs, la culture de la vidéo et de la télévision, ou celle du rock y ont plus de place qu’une culture livresque souvent limitée à la présence d’une unique librairie8. Les espaces de restauration, qui regroupent au même endroit l’ensemble des tables et des stands, ne facilitent pas l’art de la conversation, tant une musique étourdissante couvre parfois le bruit des voix et tant l’attention est monopolisée par les vidéos projetées sur écran géant. Le Show Center d’Haedo, centre de divertissement situé dans la commune de Morón, propose, dans un décor qui suggère l’éclatement spatial, une abondance d’images réelles ou virtuelles, de spectacles, de musiques, qui se mélangent indistinctement, et que les jeunes apprécient.

Photographie n° 1 : Le centre commercial Alto Palermo, l’un des plus fréquentés de l’aire métropolitaine de Buenos Aires, au cœur de la capitale. C’est surtout à travers lui, que l’expression « aller au shopping » a pris corps. Il est le support des routines quotidiennes de milliers de citadins, jeunes, vieux, familles...

Photographie n° 1 : Le centre commercial Alto Palermo, l’un des plus fréquentés de l’aire métropolitaine de Buenos Aires, au cœur de la capitale. C’est surtout à travers lui, que l’expression « aller au shopping » a pris corps. Il est le support des routines quotidiennes de milliers de citadins, jeunes, vieux, familles...

Cliché Guénola Capron.

18Dans la ville étale, l’occurrence de l’interaction dans le face-à-face est en effet moins fréquente que dans la ville dense. L’automobile est la source d’un contact à distance et l’occasion d’une intrusion minimale dans l’intimité de la vie des autres (Bordreuil, 1995). Elle y est devenue essentielle pour se déplacer et accéder aux lieux centraux et aux espaces de rencontre. Le contact physique entre les individus s’est affaibli, et les moyens de communication tendent à médiatiser l’échange social et la conversation.

19En tout cas, dans les hypermarchés de banlieue, quand ils servent de lieu de promenade, l’appauvrissement de l’échange, corollaire de la diminution des liens sociaux de voisinage, est peut-être encore plus frappant : l’attention des clients est absorbée par des marchandises souvent hors de leur portée, économiquement parlant, et les conversations sont immanquablement polarisées par elles. Les membres d’une même famille circulent parfois au milieu des rayons, sans même s’adresser la parole. L’hypermarché provoque alors une certaine atomisation sociale.

Ségrégation socio-spatiale et exclusion

  • 9 L’espace urbain opposerait ainsi des espaces « in », liés aux capitaux internationaux et destinés (...)

20En Argentine, le discours médiatique et scientifique a fréquemment réduit le « phénomène » du shopping center aux conséquences sociales de l’imposition d’un modèle socio-économique néo-libéral, de la dualisation croissante de la société9 et du creusement vertigineux des écarts entre les revenus. Loin de ne s’adresser qu’à une fraction sociale réduite, celle des ménages les plus aisés, il a provoqué un fort engouement auprès d’une classe moyenne hétérogène, dont une partie, fragilisée, a dû faire le difficile apprentissage du chômage et de la survie quotidienne. En effet, ce n’est pas tant l’offre commerciale elle-même qui est attrayante, mais plutôt les disponibilités en termes d’usages publics. Les shopping centers régionaux, comme Alto Palermo ou Alto Avellaneda, dont l’aire d’influence est plus étendue que celle des centros comerciales périphériques, font ainsi preuve d’une certaine mixité sociale.

  • 10 Là aussi, avec des nuances : la logique du discount implique la compression de certains coûts, not (...)

21L’hypermarché et le shopping center répondent à des logiques sociales et économiques différentes (Péron, 1993), même si elles se recoupent parfois : la fonction de l’hypermarché, utilitaire, s’appuie sur le discount et les bas prix10, et celle du centre commercial intégré, dont l’aménagement est plus soigné, repose sur la combinaison étroite entre ludicité et consommation. Le shopping center est ainsi le réceptacle de pratiques de distinction, en particulier pour ces « nouveaux pauvres » dont le pouvoir d’achat a sérieusement été érodé et qui tentent péniblement de conserver les faux-semblants liés à leur statut antérieur (Capron, 1996). L’hypermarché, quant à lui, constitue bien souvent, comme on l’a vu, le shopping center des ménages aux revenus modestes, surtout dans les deuxième et troisième couronnes de l’agglomération de Buenos Aires.

22Le développement des équipements commerciaux modernes, en particulier des shopping centers, repose sur des techniques très fines de segmentation des clientèles en fonction du pouvoir d’achat. La publicité, la promotion, l’architecture, la composition commerciale sont autant de moyens d’effectuer une sélection néanmoins parfois inefficace. Dans la périphérie urbaine, une démarcation s’ébauche, dans les usages et les publics, entre shopping centers et hypermarchés.

  • 11 En géographie commerciale, les commerces « anomaux » (par opposition aux commerces « banaux ») son (...)
  • 12 Respectivement, 72 % et 86 % des ménages de l’agglomération de Buenos Aires appartenant aux catégo (...)

23Les équipements commerciaux modernes accroissent les chances d’accès des habitants de la périphérie aux biens matériels, « banaux » et « anomaux »11, aux services, aux équipements culturels et de loisir, aux espaces publics, et aussi, dans une certaine mesure, aux ressources symboliques de la ville. À Buenos Aires, jusqu’au début des années 1980, il fallait aller au centre-ville de la capitale fédérale pour trouver certains commerces « anomaux » ou des équipements culturels, qui s’étaient étiolés à la suite de la fermeture des salles de cinéma de quartier et de banlieue. Les centres secondaires et tertiaires « traditionnels » des deux couronnes périurbaines (Morón, San Isidro, etc. ; Castelar, San Miguel, etc.), liés au réseau de chemin de fer, constituaient de maigres substituts au centre-ville véritable, même si on allait y faire ses achats dans les commerces d’habillement ou chez les disquaires. Ceux-ci ne dépassaient cependant jamais la variété et le prestige des boutiques des artères marchandes de la capitale fédérale (Santa Fe et Florida dans le centre principal, Cabildo à Belgrano, etc.). Mais les lieux modernes de l’échange économique renforcent aussi, à une autre échelle, les formes de la ségrégation socio-spatiale : celle-ci ne se niche plus dans la distance aux lieux centraux de la capitale, mais au cœur de la périphérie urbaine, entre des zones centrales connectées et équipées, et d’autres, interstitielles et marginales. En effet, l’accessibilité automobile a un rôle discriminant12. Malgré la diffusion spatiale progressive des centros comerciales aboutissant à un quadrillage plus ou moins régulier de l’agglomération, et en dépit du développement du marché potentiel des quartiers privés, les banlieues lointaines, faiblement peuplées et plus pauvres, restent à l’écart des grands équipements commerciaux.

  • 13 Tandis que le segment le plus pauvre représente 56 % de la population de l’agglomération de Buenos (...)
  • 14 39,4 % des pauvres vont à pied à leur grande ou moyenne surface, 39,4 % en bus, et seulement 10,8  (...)

24Si les pauvres sont globalement sous-représentés dans la clientèle des hypermarchés13, parce que leurs modèles de consommation ne sont pas les modèles sous-jacents à l’hypermarché ou au shopping center, le volume non-négligeable des fréquentations de proximité14, la diversité des modes d’accès, la plus grande fréquence de visites rapprochées montrent que, quand ils peuvent, ils vont à l’hypermarché, et parfois à la galerie marchande. Leurs chances d’accès dépendent alors de la distance à parcourir, de la desserte par les transports en commun et des stratégies développées (regroupement à plusieurs...). À la différence d’autres pays d’Amérique latine, les marchés de rue, lieux d’approvisionnement à bon marché et de la sociabilité publique, ont presque tous fermés à la suite des mesures autoritaires prises par la dictature militaire pour la construction du marché central. L’espace de vie des familles pauvres se replie sur l’espace du voisinage, et elles sont captives des épiceries et des supérettes de leur quartier, aux prix démesurés.

25L’image prestigieuse de certains lieux modernes de la consommation, temples de la marchandise et d’une consommation pas si massive, a aussi des effets excluants. En Argentine, les centres commerciaux, à travers l’imaginaire de la consommation qu’ils véhiculent, en particulier à travers les grandes marques internationales, sont associés à des idéaux de modernité et de développement, à l’utopie de la ville européenne (Capron & Pedernera, 1998). Malgré une fréquentation importante, ils sont donc source, pour ceux qui ne peuvent pas acquérir les biens exposés, de frustrations latentes, ainsi que de nouvelles différenciations et distanciations sociales, de formes de relégation.

26Un habitant de la commune de General San Martín, vendeur ambulant, interrogé à San Miguel, dit fréquenter le centre commercial Unicenter de Vicente López. Il n’y achète jamais rien, mais aime y faire du lèche-vitrine. Il finit par avouer, à voix basse, que ses revenus ne lui permettent plus d’avoir le même niveau de vie qu’avant : « il me reste l’espoir d’un jour où je pourrai m’acheter quelque chose. L’espoir, c’est tout ce qu’il nous reste ». Pour des étudiants de San Miguel, un shopping center, c’est avant tout « quelque chose d’inaccessible. Ce n’est pas ta réalité. C’est un monde imaginaire dont tu ne feras jamais partie ». Paseo Alcorta paraît « un peu cher » (euphémisme) à une habitante d’Ituzaingó. « Pour le peuple argentin », ajoute-t-elle. Une autre femme d’un quartier plus central, celui de Palermo, qui, malgré ses allures « distinguées », a beaucoup perdu de son pouvoir d’achat pendant la dernière décennie, compare les œuvres artistiques du musée aux biens symboliques du shopping center : « bien sûr, il y a une quantité de choses que je ne peux pas acheter, parce que tout le monde a des revenus un peu plus bas qu’avant. Mais c’est tout de même agréable de les voir, les bijoux [...]. Quand je vais au musée, je vais regarder les tableaux de Picasso et je ne peux pas les acheter. Mais c’est agréable de les voir ».

27Une jeune mère célibataire de 20 ans, qui vit dans une banlieue défavorisée lointaine, à Merlo (à 50 km du centre-ville), mal desservie par les transports en commun, fait ses courses alimentaires dans le quartier, car elle n’a pas le choix, n’étant pas motorisée. Elle a été une fois en bus au centre commercial (local) de Moreno, le plus proche, avec une copine, et elle s’y est promenée, a acheté une glace. Elle l’a trouvé « joli » et dit « s’être changé les idées par rapport à ici ». Une de ses voisines, ancienne infirmière de 47 ans, est, elle aussi, contrainte à s’approvisionner à la supérette voisine. Elle dit avoir un faible pour les shopping centers qu’elle connaît par l’intermédiaire de ses fils, qui vivent dans la capitale : « les centres commerciaux..., ils sont jolis... pour... Par exemple, pour nous. Je m’y inclus. Pour aller voir, connaître, comme espace de divertissement, parce que, moi, acheter, c’est impossible. Pour moi, pour mes voisins, pour beaucoup. Mais bien sûr que c’est joli, c’est beau, c’est autre chose [...]. C’est se mentir. C’est du mensonge. Parce que moi, je ne peux pas acheter dans un centre commercial. Tout y est très joli. J’ai les boules, parce que, oui, je peux y aller, je peux me promener, mais rapporter quelque chose, non, j’ai les boules. » Le centre commercial, galerie marchande ou shopping center, représente à la fois un espace rêvé et un lieu distant et inaccessible. Il souligne les contrastes avec le lieu de vie quotidienne des habitants des quartiers marginaux, espace auquel ils ne s’identifient pas souvent.

Consommation, espace public et centralité

  • 15 D’après les enquêtes menées en 1998 par l’INDEC (Encuesta de Desarrollo Social), 4,8 % de la popul (...)

28 Shopping centers et hypermarchés renforcent donc la brèche creusée entre les nantis et les plus démunis15, ceux qui habitent dans les périphéries lointaines, dans les zones interstitielles aux caractéristiques déficitaires très accusées. Ils introduisent, certes, des divisions supplémentaires et des frontières socio-spatiales, mais celles-ci changent-elles véritablement le sens de la ville ? Le passage (hypothétique) de la ségrégation à la fragmentation trouverait son point d’inflexion dans l’effacement de la référence à la cohésion sociale et dans la multiplication d’urbanités exclusives les unes des autres (Navez-Bouchanine & Signoles, 1998).

29La nostalgie de la ville compacte, sous-jacente à certaines approches de la notion de fragmentation urbaine, s’accompagne d’une idéalisation des espaces publics traditionnels. Ceux-ci sont représentés comme les espaces de l’échange dans le face-à-face, de la mixité sociale, d’une accessibilité universelle (i.e. un espace public qui est, par définition, accessible à tous), autant de qualités qui ne seraient plus présentes dans la ville « éclatée ». Pourtant, les espaces publics de la ville de la fin du XIXe siècle étaient, eux aussi, traversés par des lignes de partage social et spatial. L’accessibilité ne peut donc être en aucun cas considérée comme un « droit cosmopolite » (Joseph, 1998), comme une ouverture sans restriction, largement mythifiée, d’un espace à l’ensemble des citadins, mais plutôt comme la qualité d’un espace ménageant la libre circulation et une coprésence possible et non nécessairement effective, laissant la probabilité de la rencontre avec n’importe quel quidam.

30À la fin du XIXe siècle, à Buenos Aires, les lieux d’achat et de sociabilité étaient très compartimentés, et les places, étroitement surveillées par la police, afin d’éviter des mélanges désagréables et malencontreux entre la « racaille » de la ville (mendiants, prostituées, « mauvais garçons ») et la bonne société portègne. Les injonctions à des comportements civils fortement normés (« ne pas marcher sur le gazon », « ne pas cracher par terre ») et les codes de bonne tenue vestimentaire (porter le costume et le chapeau) étaient des filtres qui visaient à exclure de certains espaces publics urbains les activités et les publics « déviants », qui ne correspondaient pas à l’image de la ville moderne et cosmopolite que souhaitait donner d’elle-même l’élite économique et politique (Capron & Pedernera, 1998). L’imposition d’un ordre policé et policier, qui constituait une tentative de contrôle des publics et des comportements, était ainsi l’un des instruments de la mise en place d’une ségrégation des usages et des publics, sous couvert de principes universels, ceux de la construction et de l’unification de la Nation argentine, à un moment de très forte immigration. En revanche, les cafés de Buenos Aires, en dépit des réglementations et restrictions prescrites par les pouvoirs publics au nom de la morale et de l’ordre public, ont été des lieux d’une parole libre échappant à la surveillance policière (Capron, 1997).

31Un espace ne devient véritablement un lieu du rassemblement, et non plus seulement un pôle « attractif » ou « répulsif » des fréquentations, un lieu d’accumulation de gens et de marchandises ou un nœud de flux, que quand il acquiert des dimensions interactionnelles (d’échange social) et symboliques, qui vont au-delà de ses composantes strictement fonctionnelles et systémiques. C’est parce qu’un centre attire les foules que les gens commencent à s’y identifier, comme le montre M. Kokoreff, à propos de la Défense (1998) : les fréquentations et les usages des jeunes du parvis mêlent des motivations d’ordre fonctionnel (faire des achats), social (draguer, faire des rencontres) et symbolique (investir la centralité, avec son histoire, sa modernité, son futurisme). Les qualités d’accessibilité des espaces publics urbains, leur capacité à laisser surgir les usages (à travers l’aménagement de l’espace et les normes d’usage de celui-ci), doivent pouvoir donner aux individus la liberté de sortir du cadre proposé, en exprimant leurs compétences comme « co-producteurs » de l’espace public. Cette condition implique un minimum d’exigences de civilité et d’expression civique, en particulier l’acceptation des règles de la coprésence et le respect d’autrui (Joseph, 1998).

32Dans le shopping center, c’est surtout la fonction de consommation qui encadre les usages et les comportements. La disposition spatiale, souvent labyrinthique dans le cas des shopping centers régionaux, et l’ambiance commerciale, tant visuelle que sonore, n’ont qu’un seul objectif : inciter le chaland, sur le mode de la séduction, à circuler, à parcourir le plus de linéaire commercial possible, et à consommer. L’éventail des techniques et des dispositifs marchands utilisés pour gérer au mieux le système des circulations et générer le désir chez les chalands est large : messages publicitaires récurrents, musique de fond adaptée aux goûts de la clientèle, mise en scène de l’espace avec des décors régulièrement renouvelés, circulation accélérée par des escaliers mécaniques, rareté des bancs, disposés en des endroits stratégiques, etc. La spécialisation fonctionnelle du centre commercial, c’est-à-dire l’orientation de son aménagement vers une unique fonction urbaine finale, la consommation (qui peut néanmoins recouvrir différentes « spécialités » commerciales : cinéma, centre de loisir, hypermarché...), les normes « proposées » par les concepteurs et les gérants, visent à surdéterminer les usages, beaucoup moins à en générer de nouveaux, limitant ainsi la diversité et surtout la pluralité que signifie l’expérience de la ville. Cette tendance à la « programmation » des usages est encore plus accentuée dans l’hypermarché.

33L’idéologie sécuritaire, prédominante dans le centre commercial latino-américain, a des conséquences importantes sur les formes de la civilité et de l’urbanité à l’œuvre dans celui-ci. En effet, les espaces marchands modernes offrent systématiquement une protection visible, assurée par des vigiles privés, qui sont postés aux entrées et circulent à l’intérieur du shopping center, intervenant en cas d’« incident » et surveillant les allers-et-venues. Le contrôle de l’espace est l’un des arguments promotionnels importants du shopping center, même si cette motivation de fréquentation est rarement verbalisée par la clientèle qui se réfère à des raisons plus objectives telles que la variété, la concentration spatiale, le confort. Au-delà de la sécurité effective, il faut surtout que le client se sente protégé. Les administrations évitent de médiatiser les « incidents » concernant la criminalité dans leurs établissements, mais ils apparaissent fréquemment au détour des conversations avec les vendeurs. Le shopping center assure ainsi une sécurité passive qui est significative des formes de l’engagement en public – ou plutôt du désengagement – dans les grandes villes latino-américaines. On cherche à éviter au passant toute rencontre désagréable, en réduisant l’altérité, en minimisant les risques d’exposition, en désamorçant les conflits et en recherchant une certaine homogénéisation d’un public dont on aura fait un tri préalable. La restriction de l’accès à travers le filtrage de la clientèle par les vigiles, permet d’éloigner les « inopportuns ». L’observation des personnes repoussées à l’entrée d’Alto Palermo montre qu’il s’agit d’une part de SDF et d’enfants de la rue, dont l’apparence ne répond pas à certains critères de civilité et de présentation de soi – être correctement habillé, bien se tenir en public, se comporter avec une certaine urbanité –, et d’autre part d’enquêteurs non agréés par les autorités du centre commercial, de vendeurs à la sauvette, dont la fonction induit un empiétement des réserves territoriales du « moi », au sens où l’entend Goffman (1973). Leur présence trouble l’ordre social établi du centre commercial. L’attitude « musclée » des vigiles et d’un responsable de l’administration d’Alto Palermo, face à un SDF qui clamait son bon droit à se trouver là, parce qu’il avait consommé un hamburger chez Mac Donald’s, dessine la ligne de partage entre la « clientèle légitime » et les « indésirables » (Capron, 1999).

34L’érection de barrières qui, dans le cas d’un shopping center, restent tout de même assez poreuses, permet de créer une discontinuité spatiale marquée dans le paysage, opposant, par contraste, la rue et le centre commercial, l’intérieur et l’extérieur. Elle est moins liée aux usages qu’à la propriété du foncier et du bâti (privée/publique), aux modes de gestion, aux caractéristiques de l’aménagement, à l’établissement de règlements et à la façon dont ils sont appliqués. Si le balancement entre l’interconnaissance et l’anonymat, la distance, propres aux relations sociales en milieu urbain, caractérise aussi la sociabilité du centre commercial, les risques d’exposition à l’autre sont réduits au minimum, et l’imprévu écarté au maximum.

35Dans la ville latino-américaine de la fin du XXe siècle, la préservation d’un « entre-soi » dans l’espace public passe par l’éloignement, la mise à l’écart et l’exclusion des populations et des activités marginales. Le « vivre ensemble », dans cet ordre peu public peu exigeant, se limite à son expression minimale, restreignant la richesse de l’expérience de la ville, le partage de l’espace et une coprésence réduite, construits sur des processus d’exclusion et non sur la pluralité qu’exigerait un droit d’hospitalité sans restriction (Joseph, 1998), sans qu’il n’y ait de visée véritablement collective en dehors des jeux identitaires liés à la consommation. Or, la convivialité post-moderne du centre commercial est loin d’être l’hospitalité de l’espace public.

36On voit ainsi s’ébaucher une différence de graduation (est-ce une rupture ?) entre les espaces publics traditionnels de la fin du XIXe siècle et les lieux de consommation modernes d’usage public de la fin du XXe siècle : les deux constituent des espaces d’un rassemblement limité par des droits d’accès fondés, dans le cas du centre commercial, sur l’apparence moins que sur les appartenances sociales ; mais le centre commercial marque le passage à des formes d’urbanité restreinte, où l’exclusivité est opérée par le contrôle de l’accès et par la clôture et est assurée par les discriminations et les mises à l’écart qu’implique l’expansion de modèles de consommation excluants, dans une société fragmentée. Le shopping center, dans sa prétention utopique à épurer toutes les composantes dangereuses ou désagréables de la ville en ne présentant que sa façade la plus propre, la plus policée et la plus ordonnée, tourne ainsi le dos à la ville. En ce sens, parce qu’il en renvoie délibérément une image inversée, présente dans le discours promotionnel du shopping center (Capron, 1996), la « crise de la ville » est en partie le résultat des représentations diffusées par les acteurs urbains privés sur la prétendue « décadence » de l’espace public.

37Le centre commercial, en créant de nouveaux pôles d’échange dans les périphéries urbaines, provoque une certaine dispersion territoriale. En même temps, ce sont les espaces fermés d’un rassemblement programmé, contrôlé, fondé sur la consommation, qui ne permet pas nécessairement la dispersion propre aux espaces publics urbains. La césure avec le modèle intégrateur de la ville latino-américaine s’établirait dans l’effacement progressif de la référence à un « vivre ensemble », dont l’horizon était formé de valeurs collectives comme l’éducation, le progrès, la Nation, garantes de l’ascension sociale de tous, ainsi que dans la dilution de la volonté politique de le construire.

Haut de page

Bibliographie

Ariovich, Laura et al., 1996, « Juegos en el shopping center », dans Margulis, M. (dir.), La juventud es más que una palabra. Buenos Aires, Biblos, p. 31-46.

Benjamin, Walter, 1989, Paris, capitale du XIXe siècle. Le livre des passages. Paris, Éditions du Cerf, 972 p.

Billiard, Isabelle, 1988, Espaces publics. Ministère de l’Équipement et du Logement, Direction de l’Aménagement et de l’Urbanisme/Direction de la Recherche et de l’Industrie, La Documentation française.

Bordreuil, Jean-Samuel, 1993, « Hommes à la rue aux États-Unis », Les Annales de la recherche urbaine, n° 57-58, METT, p. 135-146.

Bordreuil, Jean-Samuel, 1995, « De la densité habitante aux densités mouvantes : l’hyperurbanité : développement périphérique et mobilité », Les Annales de la recherche urbaine, n° 67, MATET, p. 5-14.

Bordreuil, Jean-Samuel, Ostrowetsky, Silvia, 1988, La Civilité tiède : recherche sur les valeurs urbaines dans les « nouveaux » centres. Aix-en-Provence, EDRESS/CERCLES, 182 p.

Capron, Guénola, 1996, La Ville privée : les shopping centers à Buenos Aires. Toulouse, thèse de doctorat, université de Toulouse II-le Mirail, 483 p. + 112 p.

Capron, Guénola, 1997, « Les cafés à Buenos Aires. Une analyse historique de la construction sociale et culturelle de l’espace public et de l’urbanité », dans Géographie et cultures. Paris, L’Harmattan, p. 29-50.

Capron, Guénola, 1998, « Les centres commerciaux à Buenos Aires : les nouveaux espaces publics de la ville de la fin du XXe siècle », Les Annales de la recherche urbaine, n° 78, METL, p. 55-64.

Capron, Guénola, 1999, « La civilité à l’ère de la consommation », communication au Colloque international « Cultures civiques et démocraties urbaines », Cerisy-la-Salle, 12/19 juin.

Capron, Guénola, Pedernera, Sergio, 1998, « La construction de l’espace public urbain à Buenos Aires. Une perspective historique (1880-1916/1976-1994) », Utopies urbaines, Villes et territoires, PUM, p. 89-104.

Felcmán, Isidoro, 1991, Reforma del Estado : propiedad pública, gestión privada y descentralización de servicios. Buenos Aires, Galerna, 189 p.

García Sánchez, Pedro José, 1996, « Politique et cultures urbaines : l’urbanité dans les espaces publics à Caracas », Cahiers du Réseau Architecture/Anthropologie, n° 1, École d’Architecture de Paris-La Villette.

García Sánchez, Pedro José, 1999, « Accessibilité, territoires urbains et ordre public à Caracas », communication faite au colloque « Mobilité : la dynamisation des espaces », 23-24 avril. Louvain-la-Neuve, Centre de sociologie urbaine et rurale, Université de Louvain-la-Neuve, 18 p.

Giménez, Amalia, 1997, « Imaginarios urbanos. El espacio público « no es de nadie y es de todos » ». La Plata, IV Jornadas de Jóvenes Investigadores en Antropología.

Goffman, Erving, 1973, La Mise en scène de la vie quotidienne, tome 2 : « les relations en public ». Paris, Éditions de Minuit, coll. « Le sens commun », 372 p.

Habermans, Jürgen, 1978, L’Espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise. Paris, Payot, 324 p.

Joseph, Isaac, 1998, La Ville sans qualités. La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, 209 p.

Kokoreff, Michel, 1998, « Mobilités et polarisations des jeunes dans la ville », dans Haumont, N. (dir.), L’Urbain dans tous ses états : faire, vivre, dire la ville. Paris, coll. « Habitat et Sociétés », p. 245-254.

Monnet, Jérôme, 1993, La Ville et son double : la parabole de Mexico. Paris, Nathan, coll. « Essais et recherches », 221 p.

Navez-Bouchanine, Françoise, Signoles, Pierre, 1998, Fragmentation spatiale et urbanité au Maghreb, rapport pour le Plan Urbain, mimeo, 36 p.

Péron, René, 1993, La Fin des vitrines. Paris, LIRESS/ENS Cachan.

Péron, René, 1993, « Regroupements et dispersions », dans Obadia, A. (dir.), Entreprendre la ville : nouvelles temporalités, nouveaux services. La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, coll. « Territoire », p. 105-116.

Quéré, Louis, 1992-1993, « L’étrangeté mutuelle des passants », Les Annales de la recherche urbaine, n° 57-58, p. 89-100.

Sansot, Pierre, 1993, Jardins publics. Paris, Petite Bibliothèque Payot, 272 p.

Sennett, Richard, 1995, « Espaces pacifiants », dans Prendre place : espace public et culture dramatique. Cerisy, Recherches, p. 129-136.

Trilling, Julia, 1992-1993, « La privatisation de l’espace public en Californie », Les Annales de la recherche urbaine, n° 57-58, p. 206-210.

Thuillier, Guy, 1998, La Ville privée : country-dubs et quartiers privés dans le Grand Buenos Aires. Paris, mémoire de DEA, Université de Paris X-Nanterre.

Vidal, Laurent, 1994, « Les mots de la ville au Brésil. Un exemple : la notion de « fragmentation » », Les Cahiers des Amériques Latines, n° 18, p. 161-181.

Haut de page

Notes

1 À partir de 1996, la restauration de l’espace public, aussi bien des représentations du public que des espaces physiques concrets, a été l’un des axes importants du discours et de l’action politique de Fernando de La Rua, élu premier maire de la ville de Buenos Aires en juin, avant d’être président de la Nation argentine en 1999.

2 De multiples articles et éditoriaux du quotidien Clarín, après l’élection du maire Fernando de La Rúa, dénoncent la privatisation croissante du parc Tres de Febrero, dont 23,8 hectares (sur 110) ont été « usurpés », selon les termes de l’association d’usagers et de riverains des bois de Palermo (22 août 1999), qui a mené l’enquête. Elle dénonce aussi les carences et le mauvais état de 60 % des espaces verts (5, 6, 9 et 10 décembre 1996). D’après un relevé effectué par la municipalité à partir du cadastre et d’images satellitales, la ville disposerait de 20 m2 d’espaces verts par habitant, dont seulement 3 m2 sont d’accès public.

3 En particulier, l’enquête commanditée en 1995 par le ministère de la Production de la province de Buenos Aires au cabinet CISI, réalisée auprès d’un échantillon de 300 personnes vivant dans la municipalité de General San Martín.

4 Programa Belgrano, 1998, Resultados de la Encuesta de Hábitos de Consumo (Capital Federal y Cran Buenos Aires), Buenos Aires : Ministerio de Economía, Obras y Servicios Públicos, Secretaría de Industria, Comercio y Minería.

5 Les seules enquêtes réalisées dans les shopping centers, que je présente ici, sont déjà assez anciennes (1992 pour l’enquête de la revue d’information générale Quinto Poder ; 1994 pour celle du cabinet Prince, Cooke y Asociados), et elles ne concernent qu’un nombre restreint de shopping centers de la capitale fédérale (Alto Palermo, Patio Bullrich et Paseo Alcorta).

6 Dans le jargon de la géographie commerciale, la « locomotive » désigne le local jouant un rôle d’entraînement par rapport à l’ensemble du centre d’achat.

7 63 % des personnes interrogées dans l’enquête Prince, Cooke y Asociados ; 20 à 40 % de celles qui l’ont été par la revue Quinto Poder dans les trois centres commerciaux de la capitale cités plus hauts.

8 En 1990, selon les résultats d’une enquête sur les pratiques socio-culturelles et de loisir des habitants de l’agglomération de Buenos Aires, plus de la moitié des personnes interrogées déclarait ne pas avoir lu de livre l’année précédente, plus de 30 % disait regarder la télévision le week-end, mais aussi plus de 50 % aller se promener (Landi et al., 1990).

9 L’espace urbain opposerait ainsi des espaces « in », liés aux capitaux internationaux et destinés aux couches socio-professionnelles qui ont profité du « modèle » et des espaces de la pauvreté, « out », définitivement à l’écart de toute croissance, pour reprendre la célèbre expression d’Alain Touraine à propos de l’exclusion en France.

10 Là aussi, avec des nuances : la logique du discount implique la compression de certains coûts, notamment celui du foncier qui pousserait à la recherche de localisations périphériques. Un entretien avec un responsable de l’enseigne Auchan en Argentine a montré que la capitale fédérale, en moyenne plus riche que le reste de l’agglomération, est encore le territoire privilégié par les sociétés d’hypermarchés, malgré les surcoûts du foncier.

11 En géographie commerciale, les commerces « anomaux » (par opposition aux commerces « banaux ») sont ceux qui dispensent des biens rares (par opposition aux biens de consommation courante) et entraînent une fréquentation épisodique (par opposition à une fréquentation quotidienne).

12 Respectivement, 72 % et 86 % des ménages de l’agglomération de Buenos Aires appartenant aux catégories de marketing identifiées comme D1 et D2/E, c’est-à-dire les plus pauvres, ne disposaient pas de véhicule particulier (résultats de l’enquête de l’Asociación Argentina de Marketing, 1994).

13 Tandis que le segment le plus pauvre représente 56 % de la population de l’agglomération de Buenos Aires (d’après les enquêtes de l’Asociación Argentina de Marketing), il pèse pour 32 à 42 % dans l’ensemble de la clientèle des grandes surfaces alimentaires (ces proportions étant très variables d’une année à l’autre). À l’inverse, le segment le plus riche, qui concentre 10 % de la population, formerait 15 à 22 % des chalands (CCR, 1996-1997, d’après une enquête aux caisses).

14 39,4 % des pauvres vont à pied à leur grande ou moyenne surface, 39,4 % en bus, et seulement 10,8 % en voiture (ministère de l’Économie).

15 D’après les enquêtes menées en 1998 par l’INDEC (Encuesta de Desarrollo Social), 4,8 % de la population de l’agglomération de Buenos Aires serait en situation d’indigence et disposeraient de revenus moyens de 70 dollars par mois et par personne, ce qui ne leur permet pas de couvrir leurs besoins essentiels.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photographie n° 1 : Le centre commercial Alto Palermo, l’un des plus fréquentés de l’aire métropolitaine de Buenos Aires, au cœur de la capitale. C’est surtout à travers lui, que l’expression « aller au shopping » a pris corps. Il est le support des routines quotidiennes de milliers de citadins, jeunes, vieux, familles...
Crédits Cliché Guénola Capron.
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/6533/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 207k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guénola Capron, « Rassemblement et dispersion dans la ville latino-américaine », Cahiers des Amériques latines, 35 | 2000, 21-40.

Référence électronique

Guénola Capron, « Rassemblement et dispersion dans la ville latino-américaine », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 35 | 2000, mis en ligne le 02 août 2017, consulté le 18 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/cal/6533 ; DOI : 10.4000/cal.6533

Haut de page

Auteur

Guénola Capron

CNRS, GRAL

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • OpenEdition Journals