Navigation – Plan du site
Dossier. Métropoles d'Amérique latine : de l'espace public aux espaces privés

Égalité et nouvelles figures du conflit urbain au Brésil

Angelina Peralva
p. 75-90

Résumés

Le Brésil a vécu, en amont et en aval de la ré-institutionnalisation politique des années 1980, une mutation égalitaire qui a boulversé les modes de construction du lien social et les modes d’appropriation de l’espace. Ces éléments ont fait émerger de nouvelles figures du conflit urbain. Les favelas de Rio constituent une illustration importante de ce phénomène.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1 L’impact de la démocratie s’est fait sentir au Brésil au cours des vingt dernières années sous des formes que les Brésiliens ont perçu comme positives, mais souvent aussi comme négatives. Cela s’explique naturellement par le fait que la démocratie n’est pas un bien en soi – même si c’est le bien auquel on aspire le plus, lorsqu’on s’en trouve privé. Mais lorsqu’on entre en démocratie, on s’aperçoit vite que le régime politique en tant que tel ne résout pas de lui-même tous les problèmes qu’une société doit affronter. La démocratie ne fait finalement que redéfinir les conditions dans lesquelles il s’agit de faire face à ces problèmes.

2Un des domaines dans lequel l’impact de la démocratie a été particulièrement sensible pour les Brésiliens est celui qui concerne le renouvellement des modes d’appropriation de l’espace urbain. Deux phénomènes, complémentaires et néanmoins opposés, rendent compte de ce changement. Le premier relève de l’épuisement des formes classiques de ségrégation, qui ont pendant longtemps constitué un important mécanisme de régulation du rapport entre les pauvres et la ville. Le second exprime une tendance au repli sur soi et à l’auto-ségrégation, qui a notamment concerné les riches et les couches moyennes urbaines.

3Dans ses études sur les résidences fermées et les services de sécurité privée à São Paulo, Teresa Caldeira s’est beaucoup intéressée au second de ces phénomènes (Caldeira, 1992). Je m’occuperai ici davantage du premier phénomène évoqué.

4Il s’agit de décrire les processus qui ont sous-tendu des tendances à la déségrégation, et qui constituent, me semble-t-il, une expression importante de l’ouverture égalitaire expérimentée par la société brésilienne dans un passé récent.

5Certes, cette ouverture égalitaire continue à coexister avec d’importantes formes d’inégalité sociale. Mais son importance spécifique du point de vue de la redéfinition d’un ensemble de rapports sociaux ne peut plus être passée sous silence, ne serait-ce que parce qu’elle constitue la source puissante d’une nouvelle conflictualité emblématique du monde urbain.

6Le sentiment d’une plus grande égalité statutaire régissant les rapports entre les individus a récemment acquis un poids significatif dans le panorama urbain brésilien mais cela n’est pas simple à expliquer. Cette idée est en tout état de cause moins simple à défendre que la constatation brute des écarts qui continuent à séparer les différents groupes sociaux. La distance sociale n’a en effet pas diminué pour autant.

7Il est utile de préciser, dans cette perspective, que le sentiment d’égalité ne repose pas sur un vide social. Ses bases matérielles sont parfaitement mesurables. Elles relèvent d’une amélioration, encore insuffisante mais certaine, des conditions générales de vie des couches populaires – logements de meilleure qualité, ou meilleur accès à l’enseignement par exemple.

8Ces améliorations ne sont pas de nature à modifier de manière importante le diagnostic d’un écart entre la taille de l’économie brésilienne et l’incapacité relative du pays à développer des politiques susceptibles d’intégrer socialement sa population, mais elles ont eu tout de même un impact indéniable sur le sentiment d’égalité – et cela, seules des recherches fondées sur des approches compréhensives de l’expérience démocratique peuvent le mettre en avant.

9Je me suis préoccupée ailleurs de proposer des éléments chiffrés permettant de rendre compte de ces améliorations et d’expliquer l’émergence du sentiment d’égalité au moment de l’avènement de la démocratie (Peralva, 1996 et 1998). Je ne reviendrai pas là-dessus. Mais il faut ajouter une seconde remarque, concernant les difficultés propres à une analyse de ce type.

10Autant les phénomènes de déségrégation, auxquels je me réfère, que les phénomènes d’auto-ségrégation qui ont intéressé Teresa Caldeira, ont pris place dans un contexte marqué par le développement de violences extrêmes. J’entends par là non seulement une importante élévation du taux des violences acquisitives – élévation visible dès la fin des années 1970 – mais aussi et surtout une importante élévation du taux d’homicide, qui augmente sans discontinuer depuis le milieu des années 1980.

11Je ne reviendrai pas non plus sur les hypothèses qui ont pu expliquer le déploiement de cette violence, à un moment qui coïncide, là encore, avec l’avènement de la démocratie. À ce propos, je me permets une fois de plus de renvoyer aux deux articles précédemment cités. Je souhaite ici insister surtout sur l’autonomie qu’il faut accorder à l’analyse des processus de déségrégation d’un côté, et aux phénomènes de violence de l’autre. Car la déségrégation est source, me semble-t-il, de nouveaux conflits sociaux, alors que la violence criminelle et meurtrière pose avant tout des problèmes d’ordre public. Autrement dit : la déségrégation et les nouveaux conflits sociaux qu’elle engendre relèvent de transformations sociales et culturelles, que je m’attacherai à mettre en évidence ; en revanche, le crime dérive surtout, dans le cas brésilien, de l’incapacité de l’État à assumer jusqu’au bout et de manière efficace certaines de ses fonctions régulatrices.

12Cela dit, même si la déségrégation doit être envisagée comme un phénomène général, sa visibilité ne varie pas moins selon chaque configuration urbaine. Elle est ainsi plus nettement perceptible à Rio de Janeiro (une ville où les populations pauvres et riches ont depuis toujours vécu côte à côte), qu’elle ne l’est à São Paulo, où les quartiers pauvres ont été conçus de manière à établir une séparation nette avec les quartiers des couches moyennes et supérieures.

13L’intérêt exceptionnel que revêt le cas de Rio, pour notre propos, c’est de mettre en évidence la nature éminemment symbolique des règles qui, à différents moments de l’histoire de la ville, et sous-tendant de vrais rapports de force, ont présidé à la répartition du territoire alloué aux différents groupes sociaux. C’est donc de l’histoire urbaine de cette ville qu’il sera d’abord question ici, ce qui permettra, dans un second temps, de souligner l’importance du renversement des frontières de la ségrégation lors des années 1980.

Un peu d’histoire

14Au XIXe siècle, lorsque l’urbanisation commence à prendre de l’importance, la forme typique d’habitat populaire est le meublé, le cortiço. Tout au long du siècle, il subira les attaques serrées des hygiénistes, qui se battent pour sa disparition. Mauricio Abreu suggère que le débat sur la salubrité des logements collectifs meublés est au cœur des choix techniques et politiques concernant l’hygiène publique lors du Second Règne (1831-1889), (Abreu, 1986). Le discours hygiéniste est suscité par les épidémies qui touchent périodiquement la ville et dont la portée est aggravée par le mauvais état des logements populaires.

15Les frontières du monde urbain restent, à cette époque, entièrement repliées sur le centre-ville.

  • 1 Botafogo se situe dans la zone sud, ultérieurement devenue le secteur moderne de la ville ; Engenh (...)

16« Même l’entrée en fonctionnement des compagnies de voitures tirées par âne, à partir de 1868 et le début du trafic suburbain de la voie ferrée D. Pedro II, en 1861, auront peu d’impact sur cette situation, car seuls ceux qui possédaient des revenus suffisants, ou au moins une rémunération stable, pouvaient se permettre d’habiter en dehors de la ville, soit dans les faubourgs élégants de Botafogo et Engenho Velho1, soit dans ceux, plus modestes, qui se formaient tout au long de la voie ferrée. [...] Pour une grande partie de la population active, constituée par des vendeurs ambulants et des prestataires de services variés, le travail n’existait pas en tant que lieu fixe, mais dérivait des demandes liées au rassemblement d’un très grand nombre de personnes et d’activités économiques ».

17Par le biais d’une loi de 1845, le gouvernement impérial invite le capital privé à construire des « logements commodes » pour le peuple, en échange d’une réduction des charges fiscales. Les entrepreneurs restent néanmoins rétifs. La première initiative concrète ne voit le jour que trente ans après la promulgation de la loi : elle date de 1875. De nouvelles lois s’ensuivent ainsi que quelques expériences, peu nombreuses, de construction de « villes ouvrières », marquées par un fort contrôle social et politique, visant en particulier les travailleurs immigrés qui, à cette époque, commencent à affluer.

18Il a cependant fallu attendre la République et les premières années de ce siècle (1902-1906) pour que la ville fasse sa première et sa plus importante expérience d’une rénovation urbaine globale, perçue comme d’inspiration haussmannienne : la réforme Pereira Passos (du nom du maire de l’époque).

19Pereira Passos a fait démolir de vieux immeubles, fait ouvrir de nouvelles voies à la circulation et s’est appuyé sur la modernisation des transports collectifs pour envisager sérieusement une stratification de l’habitat, jusqu’alors inconnue. L’expansion du réseau des trains urbains et des lotissements à bas prix dans les faubourgs devait rendre possible l’ouverture de ces zones de la ville aux travailleurs. On a également favorisé, par ailleurs, le développement des quartiers sud, qui longent la mer, une zone de la ville qui a été progressivement investie par les élites dès la fin du XIXe siècle.

20Les résultats de cet effort de ségrégation ont pourtant été limités. Selon Abreu, en considérant le problème du logement populaire du seul point de vue de l’habitation, et non pas de l’habitat, la réforme Passos s’est ôtée par là même les moyens de sa réussite (Abreu, 1988).

  • 2 « Cortiço » et « cabeça de porco » deviendront dès lors des expressions synonymes, pour désigner l (...)

21En détruisant les meublés et en les éliminant de l’espace urbain, elle n’a pas réussi à éviter l’émergence des favelas. De façon tout à fait symbolique, la première favela a vu le jour avec la destruction spectaculaire d’un grand meublé, le cortiço Cabeça de Porco (tête de porc), en 18932. C’était un ensemble de vieux immeubles situés aux environs de la gare D. Pedro II, un véritable quartier ayant abrité pendant certaines périodes, semble-t-il, jusqu’à quatre mille habitants. Deux mille personnes y vivaient au moment de la démolition, selon les estimations de la presse de l’époque (Vaz, 1986). Effectuée sous le commandement direct du maire, Barata Ribeiro, la démolition a été décrite comme une véritable bataille civile. Faisant fi du recours déposé par les propriétaires devant les tribunaux, Barata Ribeiro a mené une opération de guerre et a réussi à faire disparaître en une nuit les vestiges du meublé. Plusieurs années plus tard, la ville a été condamnée à verser une lourde indemnisation aux héritiers.

  • 3 Un mono, c’est une butte. Le mot est souvent employé comme synonyme de favela.

22Lilian Vaz suggère que les locataires ont pu déménager vers un morro3 tout proche, le Morro de la Providence, jusqu’aux abords duquel le meublé s’étendait. « Le maire, qui a donné l’autorisation aux locataires pauvres des lieux de récupérer des planches en bois susceptibles d’être réutilisées, leur assurait par là même des conditions d’autoconstruction précaire. La partie du morro occupée par des baraques – plus tard appelée Morro da Favela – à laquelle on accédait à travers le lieu où s’élevait le grand meublé, appartenait en partie à une des propriétaires du Cabeça de Porco. » (Vaz, 1986 : 35).

23Quatre ans plus tard, en 1897, s’installaient sur cette butte des soldats revenus de la campagne de Canudos (révolte paysanne célèbre qui secoua, en 1896, la République brésilienne naissante). Ils ont ainsi créé ce qui est aujourd’hui perçu comme la première favela de la ville. Vaz émet l’hypothèse néanmoins qu’il y existait probablement déjà un noyau de logements populaires, installé de façon précaire aussitôt après la démolition du Cabeça de Porco, en janvier 1893.

24Par la suite, les favelas se sont développées silencieusement, sans rencontrer d’opposition majeure, dans le cadre urbain carioca, au cours des quatre premières décennies de ce siècle. Lucien Parisse en veut pour preuve le fait que des observateurs attentifs à la réalité urbaine de la ville n’y consacrent même pas une ligne, jusqu’aux années 1940 (Parisse, 1969).

25Les données statistiques les concernant restent aujourd’hui encore peu fiables. Les premières figurent, selon Janice Perlman, dans le recensement de 1920, où on note l’existence d’un rassemblement de 839 maisons dans le Morro de la Providência (Perlman, 1977). Les premiers recensements spécifiques datent de 1948 et de 1950, mais ils se heurtent à la difficulté de définir des critères « sûrs » quant aux limites des agglomérations. Dès lors, il faut tenir compte surtout de l’évolution de la population totale résidant dans des favelas, ce qui représente 138 837 personnes en 1948 et 169 305 personnes en 1950.

26La répartition des habitants dans l’espace urbain est fonction de l’évolution de la ville. Parisse constate qu’en 1948 les zones abritant la plus forte concentration de favelas sont le centre-ville et la zone nord, en second lieu viennent les abords de la gare centrale et, finalement, la zone sud. En 1950, on observe déjà une modification de cette situation : la première zone en termes de concentration est celle de la gare centrale, la deuxième la zone sud, et la troisième, le centre-ville et la zone nord.

27Le recensement de 1960 fait état de 335 063 personnes vivant dans des favelas, ce qui signifie un accroissement de 97 % par rapport à la décennie précédente, alors que l’accroissement de la population vivant en dehors des favelas (3 281 908 personnes, en 1960) n’a été que de 37 % au cours de la même période. Le taux annuel d’accroissement de la population favelada a été dans la période de 7 %, celui de la population non-favelada de 3,3 %, toujours selon les estimations de L. Parisse.

28Le recensement de 1970 dénombre 565 129 habitants dans les favelas (Valladares, 1980). On estimait à 721 244 le nombre d’habitants des favelas en 1980 et à plus d’un million en 1987, à savoir 18 % de la population totale de la ville (Iplanrio, 1988).

29Les favelas ont d’abord été perçues comme un monde en marge de la civilisation, un monde oisif et anomique qu’il importait de contrôler et dont il importait de limiter le développement. Victor Valla cite un rapport de 1940, où figure une description des conditions de vie dans le Morro da Favela – cette première favela de la ville que nous avons déjà évoquée.

30« La vie là-haut, c’est tout ce qu’il y a de plus pernicieux. Toute la journée, c’est les jeux de carte [...] et la samba, c’est les divertissements arrosés d’alcool. Les baraques, ne comportant parfois qu’une seule pièce, abritent chacune plus d’une dizaine d’individus, hommes, femmes et enfants, dans une dangereuse promiscuité. Il y a des personnes qui, vivant là-haut, restent des années sans venir en bas et sans travailler. Et ce morro est situé au cœur de la ville, jouxtant ce centre de travail intense que sont le port, les moulins Fluminense et Inglês, les Usines nationales... » (Valla, 1984).

31Ici, ce qu’on reproche aux favelados, ce n’est donc pas tant leur présence excessive et indésirable, mais plutôt leur maintien à l’écart, en dehors de tout contrôle exercé que ce soit par la voie du travail, par celle du logement, ou les deux à la fois.

  • 4 Cette proposition en dit long sur la faiblesse de la conscience nationale et la force de la consci (...)

32Les propositions de solution du problème, formulées dans le même rapport de 1940, visent tout d’abord le contrôle des flux de la migration intérieure. On suggère que soit interdite l’entrée à Rio de Janeiro « d’individus de basse condition sociale » et le renvoi de tels individus dans leurs États d’origine4. On demande par ailleurs que soit exercé un contrôle strict concernant le respect des lois qui interdisent la construction et la reconstruction des baraques. La dernière mesure a trait à la moralisation de cette population, à travers des campagnes de rééducation visant à « corriger des habitudes personnelles » et à « stimuler le choix de logements de meilleure qualité ».

33Aussi la forme projetée d’habitation de remplacement, la ville ouvrière ou le « parc prolétaire », prenait sens grâce à la dimension moralisatrice qui lui était inhérente. Valla nous renseigne à titre d’exemple sur les exigences faites aux habitants du parc prolétaire de Gávea, créé en 1942 sous le gouvernement de Getulio Vargas – c’est-à-dire en plein régime autoritaire – pour reloger une population issue de l’ancienne favela du Largo da Memória : il leur fallait avoir un emploi dans la zone sud et être enregistrés au commissariat de police du quartier. Tous les habitants possédaient des cartes d’identification, qu’ils présentaient à l’entrée du « parc », dont les portes étaient fermées à 22 heures. Tous les soirs à 21 heures, le gérant offrait un thé, et par la même occasion il s’adressait aux habitants par haut-parleur, pour commenter des événements de la journée en profitant pour glisser dans son discours les enseignements moraux qu’il jugeait utiles. Cette modalité de contrôle sur les travailleurs est néanmoins restée très minoritaire, et comme nous l’avons vu, elle n’a pas empêché le développement des favelas, toujours perçues comme un monde en marge.

34À peine quelques années plus tard, et en réponse probablement à ceux qui prônaient l’urbanisation des morros, le journaliste Carlos Lacerda – celui-là même qui, en tant que gouverneur de la ville-État de Guanabara, allait commander dans les années 1960 une action publique systématique de suppression des favelas – mène une campagne de presse sous le titre « La bataille de Rio ». Il s’agit d’une série d’articles publiés, en mai 1948, dans le quotidien Correio da Manhã. « Améliorer une favela », disait-il alors, « ce n’est pas contribuer à la maintenir, dès lors que l’améliorer signifie donner à ses habitants une meilleure opportunité et la possibilité de mieux manger, de recevoir un enseignement, d’être en meilleure santé, etc., en leur donnant ainsi la force de quitter la favela... Il ne s’agit absolument pas d’en finir avec les favelas dans le sens d’opprimer les favelados. Il s’agit d’incorporer aux bénéfices et aux devoirs de la civilisation une partie considérable de la population, regroupée dans des baraques indignes de l’espèce humaine. » (Parisse, 1968 : 15).

35De telles représentations ont eu la vie longue dans l’histoire urbaine carioca, sans que les favelas disparaissent pour autant. La première contestation sérieuse à l’idée d’une marginalité de ces populations a été formulée par Janice Perlman, dans l’ouvrage cité plus haut, résultat d’une étude de cas menée en 1968-1969 dans trois favelas de Rio – l’une située dans la zone sud (Catacumba, une favela éliminée par la suite), une autre située dans la zone nord, et une troisième située dans une commune de la région métropolitaine. Même si des études antérieures, comme celle de L. Parisse, affirmaient déjà le parallélisme existant entre le développement des favelas et les logiques du développement urbain carioca, c’est l’enquête de J. Perlman qui, pour la première fois, dévoile les modalités concrètes d’intégration économique et culturelle des favelados dans l’environnement urbain. Elle effectue par ailleurs une critique systématique des théories de la marginalité (qui constituaient alors un patrimoine théorique important des sciences sociales), en les confrontant une à une aux résultats de son enquête.

36Dans les années 1980, l’influence des théories de la marginalité allait être radicalement déplacée par un ensemble d’approches en termes de mouvements populaires urbains. Les années de lutte pour la redémocratisation ont fait fleurir les études orientées dans cette perspective, comme l’a fort justement souligné Ruth Cardoso (Cardoso, 1984). Alors que la redémocratisation progressive a favorisé l’émergence des populations des favelas en tant qu’acteurs sur la scène publique, les chercheurs, en allant à leur rencontre et en essayant de décrypter le sens de leur action, contribuaient également, d’une certaine manière, à les consolider dans leur nouveau statut. Ruth Cardoso a aussi souligné la nouvelle configuration politique dessinée par ces mouvements, alors qu’on se trouvait encore en plein régime militaire (Cardoso, 1987). Dans le passé, ils avaient eu comme interlocuteurs des élus, donc des médiateurs issus du champ politique selon les termes du modèle populiste. Désormais, c’est directement avec des agents de l’État et de l’administration municipale qu’ils étaient amenés à traiter. Ces agents ont constitué très souvent, avant même la redémocratisation politique du pays, des vecteurs de la modernisation du cadre urbain et de la démocratisation de l’accès aux services publics pour les populations défavorisées. Dans un contexte défini par l’affaiblissement du régime autoritaire, ils ont réalisé un effort considérable dans le but d’apporter une réponse adaptée aux demandes et aux besoins de ces populations, en redéfinissant les logiques de la rationalité étatique.

37Outre l’épuisement naturel des mobilisations collectives de type syndical et urbain dans le climat de crise économique et sociale qui a marqué la fin des années 1980, une nouvelle donne a modifié de manière fondamentale la scène politique des favelas de Rio en cette période : il s’agit de la prise violente de contrôle des morros par le trafic des drogues. Perçues au départ comme marginales, ensuite comme des acteurs politiques, les favelas seront désormais représentées dans l’imaginaire de la ville comme des lieux dominés par le crime et par une violence meurtrière et sans limites. Dans le meilleur des cas, on les envisage aujourd’hui comme des lieux où est sécrétée la révolte des pauvres, des marginaux (encore une fois) et des exclus contre les riches.

38Renversement subit et brutal. Vers la fin des années 1960, lorsque Janice Perlman mène son enquête dans des favelas de Rio, la criminalité n’était pas un thème important du point de vue de l’expérience favelada et des liens entre les favelas et la ville. « Vers la fin de la décennie de 1960 », dit-elle, « et le début de celle de 1970, la plupart des grandes favelas – y compris Catacumba, Nova Brasília et Jacarezinho – disposaient de postes de police. Lorsque j’ai demandé à ces policiers quels étaient les taux de criminalité dans la favela, ils m’ont généralement répondu qu’ils étaient insignifiants et que leur problème majeur consistait à empêcher que des adolescents indisciplinés « ne brisent la paix ambiante ». » (Perlman, 1977 : 172-173.)

39Un peu dans la même perspective que Janice Perlman, un spécialiste important du développement urbain de la ville pouvait encore se permettre en 1986 d’affirmer : « Le problème de l’habitation populaire à Rio de Janeiro est resté, avec le temps, toujours aussi présent, résistant aux changements qui ont marqué l’histoire de la ville. Il est toutefois intéressant de noter que, même s’il est devenu quantitativement plus sérieux et qualitativement plus complexe au cours du temps, sa capacité à « exploser » – c’est-à-dire, à être un élément détonateur du conflit urbain – a diminué considérablement. » (Abreu, 1986 :48).

40Le conflit autour des favelas n’a pourtant pas tardé à exploser, par la suite, avec une ampleur insoupçonnée, et, jusqu’à ce jour, il n’a toujours pas été réglé. Son intensité est d’autant plus grande qu’il revêt parfois des formes très violentes, car les favelas apparaissent inextricablement mêlées au crime – crime dont un État défaillant dans sa capacité à assurer l’ordre public reste le principal vecteur.

La ségrégation renversée

41L’histoire urbaine de Rio manifeste ainsi la faiblesse de l’action volontaire de l’État et des politiques vouées au contrôle moral des couches pauvres de la population. Ces politiques, lorsqu’elles voient le jour, demeurent à l’état d’ébauche. L’écart est considérable entre ce qu’une partie des élites aurait considéré souhaitable en matière de directives urbaines, et les pratiques quotidiennes. Les favelas ne cessent donc de s’étendre, en plein cœur de la ville. On aboutit par conséquent à une ségrégation urbaine limitée – ségrégation réelle, mais qui, contrairement à São Paulo, ne suppose pas l’expulsion des populations vers des périphéries lointaines.

Photographie n° 1 : Favela du Morro Nova Cintra (Rio de Janeiro). Les constructions précaires du morro Nova Cintra se mêlent, en s’accrochant aux flancs de la colline, aux habitations des classes moyennes des quartiers centraux de Laranjeiras et Gloria

Photographie n° 1 : Favela du Morro Nova Cintra (Rio de Janeiro). Les constructions précaires du morro Nova Cintra se mêlent, en s’accrochant aux flancs de la colline, aux habitations des classes moyennes des quartiers centraux de Laranjeiras et Gloria

Cliché Fanny Petit.

42C’est tout d’abord leur topographie qui explique cette différence entre les deux villes. À São Paulo, Lucio Kowarick l’a bien montré, la spéculation immobilière a joué dans le sens d’une extension progressive des frontières de la ville, avec déplacement des couches pauvres vers des quartiers de plus en plus éloignés, au fur et à mesure que les anciens quartiers populaires bénéficiaient des améliorations urbaines (Kowarick, 1979). À Rio, les favelas ont été protégées de la spéculation, en raison de leur localisation, pour une bonne partie d’entre elles, dans des zones relativement inaccessibles, et dont la mise en valeur s’avérait difficile ou peu rentable.

43Cette inaccessibilité explique en partie leur isolement relatif. Si pendant longtemps elles se sont développées silencieusement, c’est bien parce que les favelas sont longtemps restées peu visibles, et qu’elles ont bénéficié par ailleurs de la complicité d’une partie des élites et des couches moyennes. Des élites vaguement libérales, souhaitant prendre de la distance à l’égard d’une raison d’État perçue comme injuste, et de ce fait jouant concrètement le jeu du détournement de la loi, en aidant souvent à titre personnel à l’installation clandestine dans les morros (photographie n° 1).

44Tout cela se fait néanmoins dans un cadre défini par la distance sociale et culturelle, qui structure les liens des favelados avec ceux qui ne le sont pas – « les gens de la rue », comme disent aujourd’hui les plus jeunes.

45Distance sociale, car le favelado est un pauvre, vivant dans des conditions précaires, dans des habitations de fortune dépourvues des conditions minimales de confort. Il est aussi un travailleur – pas nécessairement un ouvrier de l’industrie ; c’est souvent, dans le cas de Rio, un prestataire de services.

46Les favelas ont toujours été pour les riches comme pour les couches moyennes un réservoir inépuisable de blanchisseuses et employées domestiques rémunérées à bas prix et hors contrat. Bref, le favelado était surtout quelqu’un d’humble condition, tirant sa fierté d’une morale des pauvres.

47Distance culturelle aussi, car les taux d’alphabétisation et les niveaux de scolarisation sont longtemps restés très bas.

48La pauvreté était par elle-même un élément puissant de ségrégation. Le lien à la ville se faisait par le travail et il concernait même les jeunes enfants. Mais il ne se prolongeait pas, ou très peu, dans d’autres domaines, comme par exemple celui des loisirs, faute simplement des ressources nécessaires à une participation plus large à des formes minimales de consommation.

49La menace du « déguerpissement » par ailleurs, brandie sous la forme des politiques d’éradication, si elle n’a pas eu d’efficacité du point de vue de l’habitat, en a eu sûrement une sur un plan qu’on peut davantage définir en termes symboliques : l’avenir incertain poussait au repli sur soi. Il fallait que le favelado reste le plus possible an invisible man.

50L’isolement a favorisé la production d’une culture propre aux favelas, centrée sur la musique et la danse, et qui, à la longue, a constitué un élément d’ouverture vers la ville, par le biais du carnaval. Un temps, cela a pris la forme d’une contre-culture, consommée en tant que telle par des couches moyennes attachées à une sensibilité non conformiste. Il y a là aussi quelque chose de l’ordre d’une inversion dans la représentation des favelas comme des lieux négativement définis par leur marginalité, et la mise en valeur, au contraire, de cette marginalité comme une forme de bohème, à travers surtout la figure du malandro (DaMatta, 1978). Le malandro était un marginal, au sens où c’était un individu à l’écart des normes et des valeurs propres au monde du travail, mais par ailleurs bon vivant et touchant à l’art, le plaisir propre à l’art constituant l’élément moteur de sa vie.

51Quelle qu’ait été l’importance de ce lien culturel, il restait inscrit dans un cadre général fondé sur la distance sociale et sur une ségrégation relative des populations faveladas, ne remettant en cause ce cadre que de façon restreinte, et sous des formes ponctuelles et limitées, caractéristiques de la dynamique d’inversion propre au carnaval. Ce n’est que très tardivement, dans les années 1980, avec l’avènement de la démocratie, que le sentiment d’égalité semble remplacer de manière plus fondamentale la distance sociale, et que la ségrégation symbolique qui maintenait ces populations à l’écart de la ville est renversée. Comment expliquer un tel changement ?

52Il faut l’associer tout d’abord à une amélioration progressive des conditions de vie, et notamment à un meilleur accès aux biens de consommation durable. Certains – télévisions, réfrigérateurs – ont fait leur entrée très tôt dans les favelas, au fur et à mesure que l’industrialisation se développait, et bien avant que les logements eux-mêmes ne soient devenus moins précaires. D’autres – téléphones, magnétophones, ordinateurs – datent d’une période plus récente. L’importance de la consommation est qu’elle participe aux logiques générales d’homogénéisation sociale propres à une société de masse. Plus que les logiques de distinction, vérifiables par exemple dans le domaine de la mode, de la manière de s’habiller, ce qui domine aujourd’hui dans le paysage urbain brésilien et, plus particulièrement, dans le paysage urbain carioca, c’est la simplification, l’homogénéisation et, a fortiori, l’égalité vestimentaire, qui la rend, sous la réserve des marques, démocratiquement accessible à tout le monde.

53La distinction relève en ce domaine d’une technique du corps. Son fondement n’est donc pas social mais réflexif. Il y a là une manière de se produire soi-même et de se présenter en public, dont les sources culturelles sont véhiculées par les médias de masse, elles aussi par conséquent ouvertes à tout le monde.

54Mais les progrès de la consommation sont loin de tout expliquer. Deux faits politiques ont aussi eu une importance cruciale. Le premier dérive de la reconnaissance des favelas par la ville comme une réalité urbaine incontournable, mettant fin à la menace d’éradication. L’engagement des politiques d’urbanisation, déjà, au seuil des années 1980, et bien avant l’ouverture du système politique proprement dit, a eu un impact immédiat sur l’effort d’amélioration du logement.

55La sortie de la précarité a été symboliquement signée par le passage des baraques en bois aux logements en dur – par des voies qui prolongent celles du passé, puisqu’on reste dans les logiques de l’autoconstruction – grâce en partie à des aides financières extérieures ainsi qu’à la coopération et au travail volontaire. Pari passu, ce qui incombait à l’État et à la ville : l’électrification des rues, le tout-à-l’égout, l’eau courante, le ramassage des ordures. Il faut avoir vécu dans le dénuement le plus extrême pour se rendre compte de l’importance de ces changements.

56Et pourtant, bien plus centrale encore a été la transformation du lien politique. Longtemps les élites libérales de la ville, soit parce qu’elles souscrivaient aux impératifs de la charité, soit parce qu’elles prenaient leurs distances par rapport à la raison d’État, avaient apporté leur aide, nous l’avons dit, au développement des favelas. Cette aide avait été fondamentale en ce qu’elle avait allégé les contraintes d’un quotidien plus que précaire. Mais elle restait inscrite dans un cadre patrimonialiste.

57La formation, pour la première fois dans l’histoire de la ville, d’associations autonomes de favelados au début des années 1980 a complètement modifié les règles du jeu politique les concernant, ainsi que la perception des favelados par eux-mêmes. Finie la soumission résignée aux puissants ; la politique instaure les conditions d’un dialogue avec l’administration publique dans des conditions d’égalité. Le développement des politiques d’urbanisation aura lieu à l’intérieur de ce nouveau cadre politique. Les favelados gardent présente à l’esprit la particularité de leur condition, mais cela n’empêche pas le sentiment d’égalité que seule la démocratie a été à même d’apporter.

58Il faut y ajouter un meilleur accès à la justice, avec un impact jusqu’à présent non réglé du point de vue de la désorganisation de l’institution. La massification de l’enseignement supérieur a été à l’origine de la multiplication des diplômes d’avocats, et de jeunes avocats se sont fait de plus en plus une clientèle auprès des couches pauvres de la population. On a ainsi réussi à réduire considérablement, en milieu urbain en tout cas, le nombre d’employées domestiques hors contrat, en même temps que des syndicats se sont formés. Des lois municipales ont été votées dans plusieurs villes, interdisant aux concierges, dans les immeubles de luxe, à contraindre les employées domestiques à utiliser les ascenseurs de service, sauf dans les cas où un service salissant justifierait leur usage.

59En amont et en aval de ce processus, on observe un meilleur accès pour tous à une scolarité longue. Déjà, la nouvelle génération de leaders politiques favelados, qui fait son apparition au début des années 1980, est entrée plus tardivement sur le marché du travail, et est restée beaucoup plus longtemps sur les bancs de l’école que ne l’avaient fait la génération précédente, en ayant même souvent accédé à l’enseignement secondaire, voire à l’enseignement supérieur. Ce phénomène s’est poursuivi sans discontinuer depuis.

60La prolongation de la scolarité et l’accès aux médias de masse ont supprimé les barrières qui fondaient la distance culturelle entre les favelados et la ville et sont aujourd’hui une source importante de mixité sociale. Les enfants et les adolescents favelados fréquentent longtemps les mêmes écoles que les enfants des couches moyennes. Dans l’espace de l’école, des liens d’amitié se créent, ce qui entraîne également une participation commune aux mêmes lieux de loisirs.

61Or, finalement, l’expérience démocratique n’est que ça : l’affirmation symbolique d’un espace d’égalité par-delà des inégalités sociales qu’on peut au mieux réduire, mais qu’on n’arrive jamais à éliminer totalement. Il en découle, en revanche, une définition contradictoire de soi, qui est source de nouvelles modalités d’un conflit social.

62Un thème a intéressé des sociologues américains qui se sont penchés sur la question de la mobilité sociale (perçue comme un élément de la dynamique égalitaire propre aux sociétés démocratiques) : celui de l’incongruence statutaire (Lipset et Bendix, 1959). Dit dans un autre vocabulaire, qui n’est pas simplement celui de la stratification et de la mobilité, cela implique de reconnaître que chaque individu a différentes sources de définition de soi, et qu’elles ne sont jamais affectées de manière homogène par les progrès de l’égalité.

63Dans le cas des jeunes favelados, leur accès à une scolarité longue et leur succès à l’école constituent d’importantes sources d’un sentiment d’égalité, qui bute néanmoins contre le fait que les représentations générales concernant le statut des favelados dans la société brésilienne, et encore plus précisément dans le monde carioca, ont moins évolué que leur situation sociale réelle. Ce sentiment d’égalité bute également contre les représentations qui continuent d’attribuer aux Noirs (et les favelados sont souvent des Noirs) une place subalterne dans la vie collective, quels qu’aient été les progrès et les améliorations réelles qui sont intervenus ces dernières années dans leur situation.

64Parler d’incongruence statutaire renvoie dans ce cas à une définition objectiviste du problème ; parler de difficultés et d’un défaut de cohérence au niveau de la construction identitaire suppose une approche plus compréhensive du phénomène. D’une manière ou d’une autre, il s’agit de savoir comment l’individu est amené à gérer ces difficultés.

65C’est là que se pose le problème d’une nouvelle conflictualité urbaine. L’individu touché par l’égalité démocratique proteste contre une définition de lui-même qu’il perçoit comme anachronique. Il évoquera de plus en plus (et, du moins, beaucoup plus souvent que par le passé) le racisme, pour faire état de ce décalage. Mais l’autre face de cette protestation, et qui la fragilise, c’est une déstabilisation des sources collectives de définition de l’identité individuelle, qui ne se résout pas dans la protestation antiraciste. Le jeune favelado dont les capacités d’accomplissement apparaissent soudainement accrues, grâce au sentiment d’égalité et aux vertus de la scolarité longue, devient quelque part comme le juif de Louis Wirth tenté de quitter le ghetto pour devenir Monsieur Tout-le-monde, mais de fait incapable de le faire de manière définitive et radicale, car incapable de se séparer d’une définition ethnique de lui-même, chargée d’histoire et lourde de sens (Wirth, 1980).

66Et en effet, ce qui rend problématique son expérience, c’est que le principe même de la dynamique démocratique suppose que le statut de chaque individu (sa définition au regard des autres) et a fortiori son identité (sa définition au regard de lui-même) n’y sont jamais définitivement assurés. Cette instabilité est néanmoins plus intense à des périodes de changement accéléré. C’est le cas, ces dernières années, pour le monde occidental dans son ensemble, et pour le Brésil en particulier.

67Dans la ville de Rio, l’expérience de l’égalité démocratique a profondément brouillé la définition des positions et le jeu des places dans la vie sociale. Cela a eu un impact immédiat sur les modes d’appropriation de l’espace urbain. D’invisibles qu’ils étaient, les jeunes favelados noirs sont soudainement devenus visibles dans les quartiers réservés : ils ont commencé à fréquenter les plages des riches, leurs boîtes de nuit, à investir des terrains d’où ils étaient auparavant absents – une expérience fortement déstabilisante de part et d’autre de la barrière sociale.

68Cette déstabilisation a été gérée d’un côté par le biais de l’intensification des préjugés et des opinons racistes, pouvant aller jusqu’à basculer sur des passages à l’acte violents ; de l’autre, sur le mode de l’incivilité, voire de la violence également. Une violence qui, pour des raisons qui n’ont rien à voir avec les bases à la fois sociales et culturelles de ce conflit, peut aller jusqu’à prendre la forme du crime.

69Ces phénomènes touchent naturellement davantage les jeunes que les adultes, moins intensément affectés, quant à eux, par la force de l’égalité démocratique.

Haut de page

Bibliographie

Abreu, Mauricio, 1986, « Da habitação ao habitat : a questão da habitação popular no Rio de Janeiro e sua evolução », Revista do Rio de Janeiro. Niteroi, volume I, n° 2, janvier/avril.

Abreu, Mauricio, 1988, A Evolução Urbana do Rio de Janeiro. Rio de Janeiro, IPLANRIO/Jorge Zahar Editor.

Caldeira, Teresa Pires do Rio, 1992, City of Walls : Crime, Segregation and Citizenship in São Paulo. University of California at Berkeley.

Cardoso, Ruth, 1984, « Movimentos Sociais Urbanos : Balanço Crítico », dans Sorj, Bernardo, Almeida Tavares, Maria Herminia (dir.), Sociedade e Política no Brasil Pós-64. São Paulo, Brasiliense.

Cardoso, Ruth, 1987, « Movimentos Sociais na América Latina », Revista Brasileira de Ciências Sociais (ANPOCS), 3, volume I, février.

DaMatta, Roberto, 1978, Carnavais, malandros e heróis. Para uma sociologia do dilema brasileiro. Rio de Janeiro, Zahar.

IPLANRIO (1988). Morar na Metrópole. Ensaios sobre Habitação Popular. Rio de Janeiro, Instituto de Planejamento Municipal.

Kowarick, Lucio, 1979, A Espoliação Urbana. Rio de Janeiro, Paz e Terra.

Lipset, Seymour Martin et Bendix, Reinhard, 1959, Social Mobility in Industrial Society. Berkeley et Los Angeles, University of California Press.

Parisse, Lucien, 1969, « Las Favelas en la Expansión Urbana de Río de Janeiro : Estudio Geográfico », América Latina, volume XII, n° 3, juillet/septembre, p. 7-43.

Perlman, Janice, 1977, O Mito da Marginalidade. Favelas e Politica no Rio de Janeiro. Rio de Janeiro, Paz e Terra.

Peralva, Angelina, 1996, « Démocratie et violence : le cas de Rio de Janeiro », Problèmes d’Amérique latine, n° 2, oct./déc.

Peralva, Angelina, 1998, « Violence urbaine, démocratie et changement culturel : l’expérience brésilienne, un nouveau paradigme de la violence », Cultures et conflits, n° 29-30, printemps/été.

Valla, Victor Vincent, 1984, « Educação, Participação, Urbanização. Uma Contribuição a Análise Histórica das Propostas Institucionais para as Favelas do Rio de Janeiro, 1941-1980 ». Seminário Habitação Popular no Rio de Janeiro. Primeira República. Fundação Casa de Rui Brabosa, 25 juin.

Valladares, Licia do Prado, 1980, Passa-se uma Casa. Análise do Programa de Remoção de Favelas do Rio de Janeiro. Rio de Janeiro, Zahar Editores.

Vaz, Lilian Fessler, 1986, « Notas sobre o Cabeça de Porco », Revista do Rio de Janeiro, Niteroi, volume I, n° 2, janvier/avril.

Wirth, Louis, 1980, Le Ghetto. Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble.

Haut de page

Notes

1 Botafogo se situe dans la zone sud, ultérieurement devenue le secteur moderne de la ville ; Engenho Velho se situe dans la zone nord, déclinante.

2 « Cortiço » et « cabeça de porco » deviendront dès lors des expressions synonymes, pour désigner les meublés urbains.

3 Un mono, c’est une butte. Le mot est souvent employé comme synonyme de favela.

4 Cette proposition en dit long sur la faiblesse de la conscience nationale et la force de la conscience régionale, qui s’inscrivent toutes les deux dans la longue histoire politique brésilienne.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photographie n° 1 : Favela du Morro Nova Cintra (Rio de Janeiro). Les constructions précaires du morro Nova Cintra se mêlent, en s’accrochant aux flancs de la colline, aux habitations des classes moyennes des quartiers centraux de Laranjeiras et Gloria
Crédits Cliché Fanny Petit.
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/6537/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 235k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Angelina Peralva, « Égalité et nouvelles figures du conflit urbain au Brésil », Cahiers des Amériques latines, 35 | 2000, 75-90.

Référence électronique

Angelina Peralva, « Égalité et nouvelles figures du conflit urbain au Brésil », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 35 | 2000, mis en ligne le 02 août 2017, consulté le 19 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/cal/6537 ; DOI : 10.4000/cal.6537

Haut de page

Auteur

Angelina Peralva

Univrsité de Toulouse le Mirail (DIASPORAS), EHESS (CADIS)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • OpenEdition Journals