Navigation – Plan du site
Dossier. Métropoles d'Amérique latine : de l'espace public aux espaces privés

Les barrios de Caracas ou le paradoxe de la métropole

Virginie Baby-Collin
p. 109-128

Résumés

Les quartiers populaires de Caracas sont, depuis leur croissance amorcée dans les années 1920, le théâtre de deux mouvements : l’exclusion ou la marginalisation urbaine, et l’intégration au fonctionnement de l’agglomération. Cependant, la crise économique et sociale qui a affecté le Venezuela dans les années 1980 a provoqué des bouleversements importants : on assiste dans les barrios au développement de formes de repli des quartiers sur eux-mêmes, alors que la violence urbaine s’accroît, et que les liens entre ville formelle et espaces informels se recomposent.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Si chaque pays latino-américain a sa propre terminologie – colonias proletarias mexicaines, villas (...)

1Les pluies torrentielles qui se sont abattues sur l’agglomération de Caracas à la mi-décembre 1999, en provoquant des éboulements de terrains considérables les collines et entourant la vallée ont depuis montagnes principale, fait d’immenses dégâts matériels et plus de 50 000 victimes dans les zones de barrios. Les quartiers populaires périphériques, premières victimes de ces éboulements sont alors réapparus, un temps, sur le devant de la scène internationale, rappelant la précarité du lieu et des conditions de vie de leurs résidants. Si Caracas est parfois appelée la « ville-borrio », c’est que les barrios de ranchos1 regroupent plus de 40 % de la population urbaine. Produits des mécanismes de ségrégation socio-spatiale qui affectent les métropoles du sous-continent, ils manifestent l’incapacité de l’État à gérer la croissance urbaine, et sont l’une des expressions de modes de vie urbains précaires, aggravés par la crise économique de la « décennie perdue » qu’ont connue les pays latino-américains.

2Séparés du reste de la capitale par des marqueurs physiques, des paysages différenciés, une topographie difficile et souvent dangereuse (l’actualité en témoigne), les quartiers populaires font également l’objet d’une stigmatisation particulière de la part des habitants de la ville formelle. Les discours dominants relayés par les médias contribuent à leur marginalisation. Pourtant, ce processus coexiste avec des formes d’intégration fonctionnelle entre les barrios et le reste de la ville, et ce depuis leurs origines. Mais cette oscillation entre marginalisation et intégration, entre quartiers informels et ville formelle, semble avoir évolué depuis la crise des années 1980. On assiste en effet à de nouvelles formes de repli des habitants des barrios sur eux-mêmes, essentiellement liées à l’aggravation des problèmes économiques, alors que la violence croissante vient, elle aussi, renforcer les ruptures à l’intérieur même des zones marginales.

Carte n° 1 : Caracas : la ville et ses Barrios

Carte n° 1 : Caracas : la ville et ses Barrios

3Cet article, issu d’un travail de terrain réalisé dans les barrios de Caracas en 1996-1997, met en évidence les formes de la recomposition des liens entre les barrios et la ville formelle, mais aussi la tendance à l’accentuation des formes de fragmentation urbaine au sein même des quartiers populaires.

Les barrios de caracas, entre marginalité et intégration

Formes urbaines et croissances des quartiers populaires

  • 2 Après le Censo económico de barrios de 1959, la Fundacomun, la Fondation pour le développement com (...)
  • 3 Les très grandes variations dans les statistiques et les estimations selon les auteurs sont liées (...)

4Amorcé dans les années 1920, le processus de développement des zones d’habitat spontané s’intensifie dans les années 1950, au cours desquelles sont fondés 75 % des barrios de Caracas (Villanueva et Bald 1996). La chute de la dictature de Pérez Jiménez en 1958 est suivie d’un boom de la construction, accompagné de programmes d’urgence pour urbaniser les quartiers périphériques, en les dotant des infrastructures de base et en leur concédant des matériaux de construction à bas prix. Après une période répressive face aux invasions de terrain dans la capitale, le nouveau régime démocratique considère les barrios comme une solution à la pénurie de logements, face à l’arrivée massive de ruraux attirés par les sources de travail urbain, combinée à des taux d’accroissement naturel explosifs. C’est à cette époque qu’est réalisé le premier recensement des barrios, commandé par l’État en 19592. La population des barrios passe de 110 000 habitants environ en 1940, à 250 000 en 1959, 1,16 millions en 1990 (mais certains parlent de plus de 2 millions, Pedrazzini, 19953), tandis que dans le même temps les quartiers populaires, qui couvraient 18 % de la superficie urbaine en 1940, passent à 30 % en 1971 (Abreu et Verhasselt, 1981), puis à 43 % en 1990. Si leur croissance spatiale stricto sensu s’est ralentie, ils sont en revanche affectés par un processus rapide et préoccupant de densification : 60 % des ranchos sont désormais des constructions de deux à huit étages (Bolivar, 1993).

  • 4 C’est-à-dire publique, privée, ou inconnue. Ce fort pourcentage d’indétermination est lié aux insu (...)

5Des années 1950 à la crise des années 1980, Caracas, capitale de l’État rentier vénézuélien, croît au rythme des exportations de l’or noir, dont les revenus alimentent la machine économique et attirent les migrants. Ruraux, puis étrangers (Colombiens notamment) attirés par la vigueur du bolivar des années 1960-1970, ils ont multiplié les invasions de terrains illégales, caractéristiques de la fondation des barrios. Les régularisations étant aléatoires, longues et sou vent coûteuses, rares sont les quartiers où les résidants ont acquis la propriété des terrains ; souvent légalement propriétaires de leur logement, ils ne sont ainsi pas à l’abri d’une éventuelle expulsion. La propriété du sol dans les barrios de Caracas est aujourd’hui à 58 % publique, à 15 % privée, et à 24 % mixte4, les envahisseurs ayant cherché à s’installer de façon préférentielle sur des terrains publics, d’où le délogement est plus rare que sur des zones de propriété privée.

  • 5 Une vallée étroite d’orientation est/ouest, bloquée au nord par la montagne de l’Avila, classée pa (...)

6Une autre caractéristique du développement des barrios tient à leur localisation sur des terrains accidentés et difficiles d’accès, peu convoités par les promoteurs fonciers. Étant donné les contraintes topographiques de Caracas5, les barrios se sont développés sur les cerros des périphéries et dans les ravines étroites (les quebradas) qui rejoignent en dévalant les montagnes la rivière principale (río Guaire). Aux problèmes d’instabilité des terrains et de risques encourus par ces localisations, s’ajoutent les difficultés d’accès et de desserte : les ruelles sont très étroites, les passages étriqués, et les escaliers indispensables. Parfois, les habitants ont à monter l’équivalent de quarante étages pour rejoindre leur logement depuis la voie d’accès. Plus de la moitié des barrios sont situés sur des pentes supérieures à 40 %, et seuls 5 % des dits barrios sont accessibles directement par des routes carrossables, empruntées par le réseau de jeeps (seuls transports en commun capables de gravir les pentes abruptes des collines), créé dans les années 1960-1970, pour les relier aux axes principaux.

  • 6 Décrété par le premier gouvernement démocratique en 1958-1959, qui a permis l’installation des rés (...)
  • 7 Témoignages issus d’un travail d’enquête réalisé dans trois barrios de Caracas en 1996 et 1997.

7La forme dominante de la production du cadre bâti (Bolivar, 1987) y est l’autoconstruction progressive, les habitants étant exclus du système formel d’accès au logement. Les ranchos de bahareque initiaux (construits sur le modèle du rancho rural, généralement faits de bois et de torchis, de terre séchée mélangée à de la paille, et aux toits de tôle) ont cédé la place à des maisons de brique, surmontées de dalles de ciment qui permettent de construire en hauteur et de pallier le manque d’espace par la densification. La consolidation progressive passe par la mise en place par l’État des services et infrastructures de base (eau, électricité, réseaux d’écoulement et d’égouts), en réponse aux mobilisations des organisations de quartier formées à cet effet, jusqu’au Plan d’urgence6, les habitants du barrio Unión de Petare (un des grands barrios à l’est de Caracas, fondé dans les années 1940), par exemple, avaient recours pour s’éclairer à de petits groupes électrogènes et devaient s’infliger jusqu’à une demi-heure de marche jusqu’au premier point d’eau, chargés de jerricans, avant qu’un camion citerne n’assure le ravitaillement régulièrement7. Malgré les progrès, tous les barrios sont loin aujourd’hui d’être complètement équipés, à l’instar du vieux barrio Unión, desservi par les équipes de ramassage des ordures depuis 1995 seulement. Quant à la dernière phase de consolidation, la dotation des quartiers en équipements publics financés par les municipalités (écoles, dispensaires), c’est aussi la plus lente – à la fin des années 1980, seulement 55 % des barrios étaient dotés d’une école maternelle, 42 % d’une école primaire, et à peine 20 % d’un dispensaire ou autre service de santé (Bolivar, 1987).

De la marginalité physique à la stigmatisation...

  • 8 F. Villanueva et J. Baldo considèrent que 4,67 % des habitations des barrios doivent être démolies (...)
  • 9 On peut distinguer six grandes zones de barrios : le long de l’autoroute qui descend vers la mer, (...)

8Les barrios se distinguent donc de la ville formelle par leur origine et leur mode de croissance tout autant que par leur bâti, et l’observateur qui découvre Caracas ne peut manquer d’identifier les collines couvertes de maisons de briques, emboîtées les unes dans les autres, des barrios de la capitale, ni les confondre avec le reste de l’agglomération : la rupture visuelle et paysagère est forte avec les grandes tours de logement social qui hébergent les classes moyennes de la ville formelle, les gratte-ciel modernes des quartiers aisés et des zones de services de la vallée centrale, ou les quartiers résidentiels opulents où de vastes demeures pavillonnaires côtoient jardins et espaces verts. La marginalité physique des barrios fait référence à leur situation périphérique dans l’espace urbain, mais aussi aux terrains à risque, dangereux8, sur lesquels ils sont construits, pouvant être aussi au centre de la ville. La zone résidentielle la plus huppée de la capitale, le Country Club, jouxtant le barrio de Chapellín, est un exemple de l’enchevêtrement des quartiers dans le tissu urbain : il n’est besoin que de franchir la rue pour passer de l’opulence à la misère, même si les plus grandes zones de barrios s’étendent sur les collines périphériques, le long des vallées et des axes de communication, par lesquels les migrants ont atteint la capitale, et qui la relient au reste du pays9.

9Cette marginalité physique s’accompagne d’un processus de stigmatisation. Le discours dominant, repris et véhiculé par les media, porte sur les barrios un jugement négatif et réducteur. Le plan le plus vendu de Caracas – distribué et réalisé par la société du métro (Metroguía 1995), utilisé pour se repérer et circuler dans l’agglomération –, laisse par exemple en blanc toutes les planches consacrées aux zones de barrios, remplaçant le tracé des rues soit par le nom du barrio correspondant, soit plus simplement par la mention « zone marginale » sans autre explication, en faisant ainsi des « non lieux », n’appartenant pas vraiment à Caracas. Il est vrai que la cartographie de ces zones est souvent difficile à réaliser, puisqu’elles sont construites illégalement et sans plan d’urbanisation, et que leur localisation sur des terrains accidentés en rend le tracé complexe ; le bureau national de cartographie (Cartografía nacional), qui a en charge la représentation de l’État tout entier, a produit à partir de photographies aériennes des cartes des barrios, mais bien souvent incomplètes, et non remises à jour depuis la fin des années 1970. Tout se passe en réalité comme si l’usager de Caracas n’avait pas besoin des barrios pour se déplacer, comme si ces zones n’existaient pas vraiment pour lui, voire même lui étaient interdites par la ville formelle.

10Cette première forme de stigmatisation est corroborée par les discours. Les barrios sont très présents dans la presse, dans les conversations de la ville formelle, mais essentiellement à travers la même image : il ne s’agit que d’anecdotes, de conseils de prudence, à propos des crimes et délits qui y sont perpétrés, et dont le palmarès est systématiquement recensé tous les lundis dans la dernière section des deux grands quotidiens nationaux, El Universal et El Nacional. Les barrios sont perçus, par une population qui bien souvent n’en a jamais franchi le seuil, comme des « zones rouges », de grande insécurité, de violence et de criminalité, des espaces hors la loi. Caracas est donc un ensemble urbain fortement ségrégué, dans lequel les barrios sont méconnus du reste de la ville ; et, de cette « invisibilité [...] des barrios, seule la violence est dévoilée » (Pedrazzini, 1995 : 156).

...Malgré des formes d’intégration barrios/ville

11Cette séparation visuelle et discursive des barrios et de la ville formelle ne signifie pas pour autant que ces deux univers aient des vies parallèles et séparées. Au contraire, les barrios sont fortement intégrés au fonctionnement de l’agglomération caraquénienne, et la séparation spatiale n’empêche pas une certaine mixité économique et sociale des populations. Il est d’ailleurs patent que les habitants de la ville formelle, s’ils ne fréquentent pas les territoires des barrios, en fréquentent quotidiennement la population. Les classes moyennes caraquéniennes ont souvent un ou plusieurs membres de leur famille qui vit dans un barrio, et ce sont les territoires, plus que leurs habitants, qui leur sont inconnus.

  • 10 La Fundacomun, dans le dernier recensement des barrios réalisé avec l’OCEI en 1993, comptait en mo (...)
  • 11 Le CENDES parle de 35 à 47 % d’employés du secteur informel dans les barrios à la fin des années 1 (...)

12La majorité des habitants des quartiers populaires travaille dans la ville formelle, en témoignent les files d’attente interminables, le soir, au pied des collines, points de départ des jeeps qui relient les barrios au reste de l’agglomération, attestant d’importants mouvements pendulaires. Dans le barrio Unión, 60 % de la population active travaille dans la ville formelle, qui reste la grande pourvoyeuse d’emplois, tant formels (pour les deux tiers d’entre eux) qu’informels. Si le taux de chômage déclaré (est au chômage toute personne qui déclare chercher du travail) est relativement faible (8,5 %)10, c’est qu’un pourcentage relativement important des actifs travaille dans le secteur informel (entre 30 % et 40 % de la population considérée, selon les critères choisis pour définir ce secteur11).

13Mais Caracas, pour les habitants des barrios, ne se réduit pas à l’univers professionnel. Les lieux de commerce – marchés, supermarchés – et autres lieux d’achat se trouvent dans la ville formelle, si l’on excepte les commerces de proximité que l’on trouve dans les quartiers populaires (abasto, bodega). Si presque tous ont recours à ces derniers pour les menus achats quotidiens (pain, boissons, etc.), ils font leurs courses alimentaires dans la ville formelle, le plus souvent dans les centres les plus proches de leur barrio. Si seule une minorité se rend dans les super et hypermarchés (30 %), la majorité fréquente le marché le plus proche, qui propose des coûts inférieurs à ceux pratiqués dans les grandes surfaces. Les femmes au foyer, qui représentent par exemple les deux tiers des adultes inactifs du barrio Unión, se rendent donc au moins une fois par semaine dans la ville formelle, pour pourvoir aux besoins alimentaires du foyer.

  • 12 Ils sont uniquement ouverts pendant la journée, et les services qu’ils proposent sont élémentaires (...)

14Au-delà de ce double rôle fonctionnel régulier, la ville est aussi le lieu de réalisation des démarches administratives ; c’est encore là que l’on soigne les problèmes de santé, même si certains barrios sont pourvus de dispensaires12. Si les enfants peuvent souvent être scolarisés dans une école du quartier, les lycées y sont rares, et les adolescents se rendent alors quotidiennement dans la ville « légale » pour suivre leurs études.

15Enfin, la ville est généralement indispensable aux loisirs. Si un tiers des familles interrogées lors de nos enquêtes disent sortir pour se divertir très rarement, un tiers sort parfois (moins d’une fois par mois), un tiers sort fréquemment (entre une fois par semaine et une fois par mois). Les lieux fréquentés sont avant tout le centre de Caracas, les avenues commerciales du centre, mais aussi les bars et discothèques dont les adolescents et les jeunes sont férus. Pour une minorité de familles, les parcs et centres d’attraction pour enfants sont des espaces de promenade de fin de semaine.

16Ainsi travail, commerce, urgences diverses (administratives, médicales, etc.), distraction, famille, les principaux motifs de déplacement des habitants des barrios témoignent d’une intégration forte à la ville formelle, où ils se rendent tous régulièrement, bien qu’à des rythmes divers.

17Qu’en est-il en retour de la présence de cette ville « légale » dans les barrios ? L’État est un acteur, sans doute insuffisamment présent et engagé, ou de façon trop ponctuelle et épisodique (en fonction notamment des rythmes des campagnes électorales, qui par le jeu des clientèles amènent force promesses et financements). Il est néanmoins un acteur incontournable dans les barrios, comme en attestent les politiques mises en place depuis cinquante ans dans ces territoires (Echeverría Lobos, 1993 ; Gallo Kovacs, 1988). La gestion urbaine des quartiers populaires n’est d’ailleurs pas séparée de la gestion globale de l’agglomération. On trouve des zones de barrios dans les cinq municipalités de l’aire métropolitaine de Caracas, et leur administration appartient à des départements chargés sans distinction à la fois de la ville formelle et de la ville informelle. La gestion des barrios est donc à la fois éclatée en plusieurs centres (les mairies de Libertador, Chacao, Baruta, Sucre et El Hatillo), et intégrée à l’administration globale de chacune des municipalités.

18Si les quartiers populaires sont en partie le réservoir de main-d’œuvre de l’agglomération, la consolidation progressive des quartiers y a permis l’installation de services publics dont les employés vivent souvent dans la ville formelle, et viennent chaque jour travailler dans les barrios ; cela concerne les écoles, les centres de santé, d’assistance sociale, de police, etc. La fonction originelle des zones populaires face à la ville (celle des « cités-dortoirs ») évolue avec le peuplement et la consolidation des quartiers, et des emplois s’y sont développés. Ce sont bien plus rarement des lieux de distraction pour les habitants de la ville ; mais nombre de familles des barrios reçoivent, en fin de semaine, la visite de parents ou d’amis venus du reste de l’agglomération. Certaines activités illicites ont enfin pour terrain d’exercice privilégié les zones populaires, espaces souvent peu contrôlés (voire scrupuleusement évités, par peur du danger) par les forces de police. La hausse du trafic et de la consommation de drogue, par exemple, fait venir dans les barrios des citadins de la ville formelle ; les habitants du barrio Unión voient parfois venir des voitures de luxe issues des beaux quartiers de Caracas, avec des vitres teintées, s’approvisionner auprès des dealers locaux.

19Il existe ainsi des échanges importants entre les barrios et la ville ; même s’il est manifeste que les échanges sont plus nombreux dans un sens que dans l’autre, ils se sont développés avec la consolidation des quartiers populaires et la croissance en leur sein de certaines activités spécifiques, licites ou illicites. Il existe bien une intégration fonctionnelle des barrios au reste de l’agglomération, qui n’exclut pas une séparation physique et visuelle, une ségrégation résidentielle qui témoigne de réalités sociales différentes. Si le processus d’intégration s’est réalisé à mesure que les quartiers populaires se consolidaient, la crise économique et sociale qui a affecté le Venezuela, comme le reste des pays latino-américains, dans les années 1980, a cependant provoqué certains changements dans ces pratiques spatiales, et dans les modalités des interférences entre barrios et ville formelle.

La crise, ou la fragmentation accrue des territoires urbains

20La década perdida latino-américaine a mis à mal le fonctionnement économique du Venezuela « séoudite » des années de croissance et de bonanza permises par le boom pétrolier (des années 1950 à la fin des années 1970), comme en témoigna alors le geste symbolique de la fin de l’alignement du bolivar sur le dollar en 1983 (un dollar valait alors 4,30 bolivars, contre près de 650 aujourd’hui) ; la crise économique et les plans de redressement successifs des gouvernements ont très durement affecté la société. La chute des revenus de l’État, liée à l’affaiblissement de la rente pétrolière et au poids de la dette extérieure, s’est accompagnée d’une diminution des programmes d’aide sociale, par suite des coupes effectuées dans un budget soumis aux impératifs des organismes internationaux dans le cadre des deux plans d’ajustement mis en place, le premier en février 1989, le second en avril 1996 (l’agenda Venezuela). La crise s’est ainsi traduite par un accroissement brusque du chômage ; par une chute des revenus et des salaires réels (43 % entre 1981 et 1988), alors que les prix augmentaient à mesure que le bolivar se dévaluait ; par un affaiblissement des politiques d’assistance, provoquant une dégradation des conditions de vie de la population, une précarisation accrue de l’emploi et un approfondissement de la pauvreté (Cariola et al., 1992).

21Le mécontentement social s’est exprimé au lendemain de la mise en place du premier plan d’ajustement de 1989, le 27 février ou le « jour où les cerros sont descendus », pour reprendre l’expression d’un ouvrage publié par le quotidien El Nacional peu après ces événements (El día que bajaron los cerros, el saqueo de Caracas). Considérés a posteriori comme une rupture symbolique forte, les événements se sont traduits par le saccage de la ville et une véritable insurrection populaire, matée dans le sang par l’armée (faisant officiellement cent cinquante morts, ou trois mille, selon certaines estimations), lors de laquelle les habitants des barrios sont « descendus sur Caracas », pillant les commerces et provoquant des dégâts matériels considérables. Ce soulèvement, aussi massif et traumatisant qu’il ait été pour l’ensemble de la société caraquénienne, n’a cependant pas empêché la poursuite du plan de restructuration économique ; il n’a pas non plus été suivi par d’autres mouvements populaires de révoltes. II exprime, pour reprendre le titre d’un ouvrage collectif, la « fin de l’illusion » (Cariola et al., 1992) des années de prospérité. Si la situation économique est difficile pour l’ensemble du pays, et si l’on assiste aujourd’hui à une érosion des classes moyennes vénézuéliennes, c’est dans les barrios, les quartiers les plus peuplés de la métropole, que les effets de la crise sont les plus douloureux.

Les formes de repli dans les barrios

22La crise a accru les mécanismes de précarisation de l’emploi, provoquant le développement de nouvelles activités informelles dans la ville et dans les barrios, et des déplacements de population internes à l’agglomération, alors que certains mouvements des barrios vers la ville se sont restreints. Face à l’accroissement du chômage, et pour pallier la contraction du marché de l’emploi, les habitants ont mis en place des stratégies de survie. C’est d’abord l’emploi informel, dans la ville mais aussi au sein même des barrios, qui s’est développé. Certaines études (Darwich, dans Cariola et al., 1992 : 63-80) ont observé qu’entre 27 et 39 % des employés du secteur informel des barrios travaillent au sein même des quartiers populaires. Le commerce au détail, depuis la préparation de boissons ou de repas vendus à bas prix au domicile même des habitants, jusqu’au petit supermarché, en passant par les lieux de vente d’alcool, des billets de loterie, ou encore les pharmacies populaires, représente la majorité de ces emplois. Mais existe aussi le travail à domicile, notamment dans le domaine de la confection (ateliers textiles), de la garde d’enfants, ou encore le secteur des transports : les jeeps qui sillonnent les cerros des barrios de Caracas sont très souvent conduites par leurs habitants. Dans le barrio Unión (photographie n° 1), 28 % des actifs interrogés travaillent au sein même du quartier ; une partie d’entre eux travaillait déjà dans le barrio avant la crise, mais d’autres y ont développé une activité depuis lors. L’évolution des trajectoires professionnelles individuelles ou familiales est éloquente à cet égard, comme en témoignent certains récits d’habitants du quartier.

Photographie n° 1 : Le barrio Union de Petare, à Caracas (est de l’agglomération). Dans ce barrio fondé au cours des années 1940, la densification est forte, les maisons se consolident et se « verticalisent ».

Photographie n° 1 : Le barrio Union de Petare, à Caracas (est de l’agglomération). Dans ce barrio fondé au cours des années 1940, la densification est forte, les maisons se consolident et se « verticalisent ».

23Le parcours de Domingo, 53 ans, est emblématique : il n’a pas terminé l’école primaire, mais a été durant de longues années employé dans une fabrique de pneumatiques à Chacao, dans la partie centrale de Caracas ; en 1978, il a acheté une camionnette et s’est mis à son compte ; dans le courant des années 1980, il a dû, pour faire face aux besoins de sa famille, vendre son véhicule, et a trouvé un emploi de vendeur dans une fabrique de cure-dents de la ville, dont il a été licencié en 1993. Depuis, il travaille avec son gendre qui a son propre véhicule collectif, dans une ligne de transport qui traverse son barrio ; tous deux conduisent la camionnette dont ils se répartissent les gains journaliers.

24Quant à Plácida, 61 ans, elle a dû quitter son emploi dans une usine de la ville depuis quatre ans ; son mari, âgé de 73 ans, a abandonné son travail de maçon indépendant, et bien qu’ils vivent avec deux de leurs enfants (âgés de 35 et 39 ans) actifs (l’un est domestique dans une famille aisée, l’autre employé d’un service public), Plácida a décidé d’ouvrir chez elle une petite boutique de sodas et d’empanadas – petites galettes de maïs fourrées – pour compléter les revenus du foyer, et ce même si la location d’une partie de leur maison (divisée en quatre appartements, dont trois sont loués, deux à d’autres de leurs enfants, le troisième à des tiers) leur assure un minimum de revenus mensuels.

25Ces exemples montrent que l’impact de la crise est important pour tous les habitants des barrios (quels que soient leur âge et leur qualification), et que les formes de survie sont à chercher tant du côté du développement de l’emploi informel (ouvrir un petit commerce, par exemple), de l’essor de la pluriactivité, des formes d’entraide familiale (le travail de Domingo avec son gendre), que dans d’autres formes de « bricolage » (la location d’une partie du logement, dans la famille de Plácida). L’accroissement de la pluriactivité ainsi que la multiplication du nombre d’actifs familiaux, le développement du travail féminin ou l’allongement des journées de travail, constituent les principales formes d’adaptation à la conjoncture économique ; ainsi, le taux d’activité des barrios est supérieur de 13 % à la moyenne nationale urbaine (il est passé de 61 % en 1987 à 65 % en 1992), bien que plus de la moitié des emplois soient qualifiés de précaires. L’essor du taux d’activité des femmes dans ces quartiers, passé de 41 à 45 % entre 1987 et 1992, ne va pas sans poser des problèmes dans les foyers : les enfants sont plus souvent livrés à eux-mêmes, et exposés aux risques de délinquance de la rue ; le temps dévolu au foyer et aux tâches domestiques diminue quand la femme travaille, ce qui provoque souvent des problèmes de gestion quotidienne et des conflits familiaux. Par ailleurs, le taux d’activité des jeunes de 15-24 ans est de 54 % dans les barrios, alors qu’il n’atteint que 47 % dans l’ensemble de l’aire métropolitaine de Caracas.

  • 13 Littéralement « association de voisins », mais la traduction française du terme ne rend pas compte (...)

26La crise provoque également une démobilisation sur le plan communautaire : comment, en effet, trouver le temps de lutter pour l’amélioration du quartier, quand les journées entières sont nécessaires pour satisfaire les besoins vitaux du foyer ? Dans les quartiers d’habitat informel de Caracas, les populations ont tendance à se regrouper pour tenter de pallier ensemble les insuffisances de l’action de l’État et améliorer progressivement leurs équipements et les services. Les organisations de quartier ont des formes variées, bien que la plus courante soit l’asociación de vecinos13, qui est en quelque sorte l’intermédiaire officiel entre les autorités et les habitants. Légalement définies en 1979 dans la LORM (Loi organique du régime municipal), les associations ont été encouragées par l’État, mais souffrent aujourd’hui d’une perte de crédibilité importante due à leurs liens trop étroits avec les réseaux des partis politiques clientélistes qui ont dominé le pays depuis l’avènement de la démocratie en 1958. D’autres formes de regroupement se sont développées au niveau communautaire, de façon plus ou moins informelle, comme par exemple les cayapas, mobilisations pour la construction, la réparation et l’entretien des services du quartier, la préparation des festivités locales (fêtes du calendrier chrétien notamment), ou encore les associations culturelles et sportives, créées à l’initiative d’un groupe d’habitants motivés.

27Or le repli des familles sur elles-mêmes, depuis la crise économique des années 1980, s’effectue au détriment des formes de mobilisation communautaire qui caractérisaient les barrios : le temps disponible pour s’investir dans une action collective diminue parallèlement à l’essor des stratégies de survie, qui s’organisent au sein d’un univers relationnel restreint ; ce sont les solidarités familiales et amicales qui se renforcent au détriment des réseaux de voisinage et des formes de l’action collective à l’échelle des quartiers. Par ailleurs, le développement de la violence et de l’insécurité a aussi un aspect démobilisateur : les réunions communautaires ont la plupart du temps lieu le soir, après la journée de travail, et beaucoup n’osent sortir de chez eux une fois la nuit venue de peur d’être victimes d’une agression.

  • 14 Ils ont notamment conduit à la destitution du président de la République, Carlos Andrés Pérez, en (...)
  • 15 L’un de nos quartiers d’enquête, au sud de Caracas, le long de la voie panaméricaine dans le Distr (...)

28À ces problèmes pratiques et conjoncturels s’ajoute une déception profonde, responsable du déclin général des formes de mobilisation collective, née du sentiment d’immobilisme général et du dégoût pour les représentants de la vie publique. L’insurrection populaire de février 1989 peut être considérée comme un dernier soubresaut de révolte qui, n’ayant pas provoqué d’amélioration durable des niveaux de vie, a accru la passivité. La faiblesse des actions et des moyens financiers gouvernementaux destinés à redistribuer les ressources dans les barrios n’encourage pas les revendications des associations ; le régime démocratique et les deux partis d’alternance au pouvoir pendant plus de quarante ans ont perdu de leur crédibilité, face aux scandales de corruption permanents14 et à leur incapacité à sortir de la crise. Enfin, la politique de l’État rentier vénézuélien des années de croissance, fonctionnant sur un système clientéliste, n’a pas encouragé les actions communautaires, puisque la couleur du parti déterminait les aides et subventions, la validité des revendications important souvent moins que la couleur du parti les représentant. Le clientélisme a ainsi pu générer le développement de pratiques passéistes, ce qui rend difficile la tâche des mobilisateurs. Un des dirigeants locaux, lors d’une assemblée de l’asociacón de vecinos d’un barrio d’El Valle15, haranguait les habitants en ces termes : « les gens viennent aux réunions en pensant : que vont-ils m’offrir dans cette réunion ? S’ils se rendent compte qu’il faut lutter pour réussir les choses, ils viennent deux ou trois fois, puis ne viennent plus. Mais il faut se rendre compte que l’État tout-puissant, généreux, qui vous donne tout, qui résout tous les problèmes, est mort un certain 27 février. Maintenant c’est à nous de résoudre nos problèmes. » Ainsi la crise, symbolisée par le soulèvement de février 1989, a rompu l’équilibre préexistant, dans lequel la redistribution des revenus du pétrole, même irrégulière, permettait une certaine prospérité ; ce changement n’a pourtant pas été suivi de nouvelles mobilisations.

29Cette faillite de l’alternance politique bipartite traditionnelle a accéléré la montée en puissance de nouveaux héros vénézuéliens, depuis Irene Saez, ex-Miss Univers devenue maire d’une des municipalités de Caracas (Chacao) puis gouverneur de l’État de Nueva Esparta, longtemps candidate favorite lors de la dernière élection présidentielle, jusqu’à Hugo Chavez. Cet ancien lieutenant colonel putschiste, artisan d’un coup d’État manqué en février 1992, triomphalement élu président de la République en décembre 1998 (avec près de 60 % des suffrages exprimés), jouit depuis lors d’une popularité croissante, malgré un processus de réforme des institutions marqué par une dérive autoritaire (la nouvelle constitution a été entérinée le 15 décembre 1999) et de militarisation de la société. Cette évolution politique majeure au Venezuela, qui met fin au pouvoir dominant des deux grands acteurs traditionnels, modifiera-t-elle les relations entre les habitants des barrios et l’État ?

30Le repli constaté des habitants des barrios sur leurs espaces de résidence est enfin accentué par une baisse notable de la fréquentation des lieux de distraction de la ville formelle depuis la crise ; le coût du transport et des sorties étant élevé, les habitants des barrios ont tendance à rester plus souvent dans leur quartier, et la croissance de l’insécurité vient conforter cette évolution. Sortir dans un bar ou une discothèque du centre de Caracas signifie tout d’abord payer les transports en commun (la jeep, puis le bus ou le métro, parfois les deux) puis débourser pour se divertir. Or la hausse des tarifs des transports en commun a été très forte depuis une dizaine d’années, et leur prix grève lourdement les maigres budgets familiaux des gens des barrios, alors qu’ils en sont les utilisateurs les plus fréquents. Ce fut même le déclencheur des événements de février 1989, les émeutes ayant commencé dans les dépôts de bus de la banlieue de Caracas, lorsque les passagers, apprenant la hausse du prix du billet, brûlèrent les véhicules collectifs. Sortir le soir implique aussi de rentrer tard chez soi : or rares sont les taxis qui acceptent de se rendre dans un barrio la nuit, le prix exigé par les rares courageux devenant par là-même prohibitif. Il faut donc attendre le premier bus du matin, rentrer à pied, ou dormir à l’hôtel. Cette dernière solution entraîne un coût supplémentaire important et est généralement proscrite. La seconde, parfois envisagée par le passé, est aujourd’hui écartée pour des raisons d’insécurité. Reste la première, mais comment ensuite assumer le travail du lendemain ?

  • 16 Musique traditionnelle de la côte caraïbe colombienne.

31Les sorties sont donc plus rares et moins spontanées. Les habitants des barrios préfèrent désormais se retrouver chez un ami du quartier, où est improvisée une fête autour d’une chaine hi-fi et de quelques bières, quand le voisin ou le neveu n’organise pas une soirée avec les gens de la communauté pour fêter son anniversaire. C’est ce qu’indiquent les témoignages, comme celui de Rosalva, Colombienne de 49 ans, qui vit dans le barrio Unión : « maintenant nous sortons peu ; nous buvons ici une bière en famille, surtout à la maison ; on danse la salsa, le vallenato16 à la maison ; avant, nous allions au centre, mais plus maintenant, à cause du danger, et parce que c’est cher. »

32Les déplacements à but récréatif vers la ville formelle se sont ainsi espacés, et les habitants sont vigilants quant à leurs dépenses et mouvements, hésitant même à se déplacer uniquement à cause du coût du transport ; il y a donc eu un recentrage sur les quartiers populaires. D’un autre côté, un mouvement d’une tout autre nature, de la ville formelle vers les barrios, semble apparaître, lié lui aussi à la conjoncture de crise qui a affecté massivement les populations urbaines, et lié plus spécialement à l’érosion du pouvoir d’achat des classes moyennes caraquéniennes, face à la hausse du coût de la vie et à la précarisation de nombreux emplois. Une partie de la population des classes moyennes s’est vue plus ou moins contrainte à aller vivre dans les barrios. La crise a en effet contribué au renforcement de la ségrégation socio-spatiale urbaine : les prix des terrains et des loyers ont augmenté dans la ville formelle, excluant une partie de la population qui avait pu s’y maintenir jusqu’alors, et la repoussant dans l’habitat informel. On trouve ainsi dans les quartiers populaires plus de diplômés professionnels, techniciens, enseignants, assistants sociaux, fonctionnaires des services publics qu’auparavant, issus de la ville formelle, et qui pour des raisons économiques se sont vus contraints à en partir. C’est le cas d’Esther, 30 ans, qui vit avec sa fille dans un barrio d’El Valle ; assistante sociale et diplômée de l’université, elle a vécu pendant des années dans le vieux quartier central de La Pastora, où elle louait un appartement dans une maison autour d’un grand patio central, sur le modèle de nombreuses demeures coloniales, avec des amis. À la naissance de sa fille, face au manque d’espace, à l’augmentation des dépenses et aux difficultés rencontrées pour payer une location plus chère, elle a décidé de venir s’installer dans le barrio où vivaient ses beaux-parents ; après avoir squatté un terrain vague, elle y a fait construire une petite maison dans laquelle elle vit aujourd’hui.

33On assiste donc à des évolutions dans les relations entre les barrios et la ville formelle, qui – si l’on excepte un certain déplacement d’une petite fraction des classes moyennes paupérisées vers les barrios – se traduisent par une réduction des mobilités, un repli des quartiers sur eux-mêmes, mais aussi, à l’intérieur des quartiers, par un repli sur des réseaux de solidarité et de relations restreintes, au détriment des liens collectifs plus forts d’autrefois. Ces fragmentations accrues de l’espace urbain, mises à jour par la crise, sont également renforcées par un autre phénomène qui a pris depuis une dizaine d’années une importante considérable : celui de la violence urbaine.

Une « culture d’urgence » ?

34La crise, et la mise en place des plans d’ajustement structurel accompagnés d’un désengagement de l’État dans l’action sociale, ont contribué à accroître la violence dans la capitale – expression du désarroi de jeunes populations déshéritées en quête de nouvelles formes de légitimité – qui constitue un phénomène marquant parmi les changements des dernières décennies. Magali Sánchez et Yves Pedrazzini définissent la violence comme l’élément pivot de ce qu’ils qualifient « la culture d’urgence de la métropole ». Nombre de jeunes, en effet, sont exclus du système scolaire, car si l’enseignement est « gratuit » au Venezuela, l’accroissement de la désertion scolaire est souvent liée aux difficultés financières des foyers. Il faut en effet avoir un uniforme pour aller à l’école, et présenter le jour de la rentrée la liste des fournitures exigées par les établissements, sous peine d’être exclu – exigences qui nécessitent un investissement financier que beaucoup de familles ne sont plus à même de réaliser. Souvent, c’est la scolarisation de l’un des enfants qui est privilégiée. Les barrios sont souvent les zones les moins bien dotées en équipements scolaires, alors que la structure par âges y montre le poids considérable des jeunes ; quand bien même certains trouvent une place dans une école éloignée de leur domicile, il n’est pas sûr que les parents aient les moyens de payer le transport quotidien pour s’y rendre. Ces multiples obstacles contribuent à l’éviction d’un nombre important d’entre eux du système scolaire. C’est ainsi que, dans le barrio Unión, une ONG catholique a financé un groupe d’écoles parallèles, réservées aux enfants non scolarisés de la zone, entièrement gratuites, où les uniformes ne sont pas obligatoires et les fournitures offertes ; cinq écoles ont ainsi été ouvertes au cours des dix dernières années, qui scolarisent quelque deux cents enfants de niveau primaire, quel que soit leur âge (6 à 16 ans). Ces initiatives sont cependant isolées, et pour un nombre grandissant d’enfants, la rue est le seul lieu où passer la journée, étant donné l’exiguïté des logements et l’absence d’autre lieu de socialisation, du type maison de la culture, local associatif, terrain de sport, etc. Il est d’ailleurs significatif, qu’alors que le sport le plus populaire au Venezuela est le base-bail, le basket soit le sport le plus pratiqué dans les quartiers populaires. Si la passion des jeunes pour ce jeu semble ancienne, certains facteurs ont accentué sa popularité : facteurs conjoncturels, comme l’influence actuelle de la mode américaine des Michael Jordan et autres héros du basket « made in USA » (qui s’observe jusque dans les vêtements de sport et chaussures de marque, tenue indispensable de tout malandro ou chef de bande qui se respecte), mais surtout facteurs pratiques, car l’exercice du basket nécessite peu d’investissement, d’équipement, d’espace. À n’importe quel coin de rue, dans n’importe quel barrio, il est facile et bon marché d’installer un panier de basket-ball, et ce d’autant que le processus de densification des barrios a grignoté peu à peu les espaces intersticiels qui subsistaient entre les maisons, et qui pouvaient être utilisés par les jeunes comme terrains de jeux. L’absence de politique publique dans le domaine de la dotation de locaux culturels ou récréatifs dans les barrios est aussi responsable de ce manque important. Les coins de rues, les escaliers, les ruelles des barrios sont donc les lieux de loisirs des enfants.

  • 17 Terme consacré à Caracas pour désigner les délinquants, les meneurs de bande, et dont l’étymologie (...)

35Enfin, le développement accru du secteur informel, du travail féminin et de la pluriactivité souligné plus haut contribue à la désagrégation du contrôle familial sur des enfants de plus en plus souvent livrés à eux-mêmes. On assiste ainsi à la multiplication des bandes, composées d’adolescents de plus en plus jeunes : alors que l’âge moyen des membres des bandes aux États-Unis serait de 19 ans, il serait de 17 à Caracas, et il n’est pas rare d’y voir des enfants de 12-15 ans (Pedrazzini, 1995). On y trouve des malandros17 et des enfants des rues. Le malandro est respecté et souvent aimé dans son barrio ; il y protège la population contre les agressions extérieures, que lui-même commet toujours hors de son territoire. Les bandes, elles aussi, assurent la sécurité, en se battant contre celles des barrios voisins, à moins qu’une bande rivale au sein même de la zone ne rende féroce la lutte pour le contrôle de l’espace. Connaissant tout le monde et connus de tous, les acteurs de la violence agissent ainsi comme défenseurs du barrio, et jouent, à certains égards, le rôle protecteur des « douanes » urbaines et des vigiles des zones résidentielles aisées : ne rentre pas dans le barrio qui veut. Mais le développement des bandes a, dans une certaine mesure, contribué au cloisonnement des quartiers : à mesure que la violence rendait plus dangereuses les voies de circulation internes, la population s’est repliée au sein des foyers d’habitation.

36La violence s’exerce de plus en plus avec des armes. Le trafic en constante augmentation, est souvent lié à celui de la drogue (le Venezuela est un lieu de transit important de la drogue issue de Colombie et à destination du « Nord »), dont les barrios sont l’une des plaques tournantes. Si l’insécurité de la métropole semble aujourd’hui en régression par rapport au début des années 1990 (la presse comptabilisait souvent plus d’une centaine de morts violentes par week-end – les pics d’insécurité ayant lieu du vendredi soir au dimanche –, elle ne faisait plus état en 1999 que d’une trentaine de morts), elle reste souvent, de l’avis des habitants des barrios, le problème numéro un. La peur de la balle perdue, si l’on se trouve par hasard pris entre les feux d’un règlement de compte entre deux bandes rivales, fait hésiter avant de rendre visite aux amis du quartier ; la peur du vol, et du cambriolage, pousse les habitants à ne pas laisser leur maison sans surveillance, et vient renforcer la tendance au repli sur l’espace de la maison. La violence, produit d’un mode de socialisation des jeunes des quartiers populaires, s’est aussi renforcée avec l’impunité qui règne souvent dans les zones marginales ; elle a contribué au cloisonnement des barrios, et au repli de leurs habitants sur l’espace privé, la rue devenant l’espace de tous les dangers.

Conclusion

37Compte-tenu du glissement progressif de la ciudad à la ciudad-barrio et de la place croissante tenue dans la métropole par les barrios et leurs populations, certains évoquent aujourd’hui le passage du barrio-pueblo au barrio-ciudad (Ontiveros, 1995), pour signifier leur évolution interne. Issus de l’afflux en ville des ruraux lors de leur apparition, les premiers barrios y introduisirent un certain nombre de pratiques et de modes de vie de type rural ; les ranchos de bahareque étaient construits sur le modèle de ceux des campagnes, entourés d’arbres fruitiers, de bananiers, caféiers, qui permettaient aux familles de subvenir au moins partiellement à leurs besoins alimentaires ; les réseaux relationnels ruraux se reproduisaient en ville, où l’on vivait comme au village. Les processus d’extension, de croissance, et de densification importante qui affectent les barrios caraquéniens aujourd’hui ont provoqué leur « urbanisation ». On n’aperçoit plus guère dans la métropole de potagers autour des maisons, la plupart ayant été remplacés par des constructions gagnant en hauteur faute d’espace disponible. Leur population s’est accrue, les habitants jouissent de services urbains, bien que souvent aléatoires et incomplets, et des activités, formelles ou informelles, s’y sont développées.

38Mais alors même que l’intégration à la métropole, à travers les relations continues qui lient la ville légale aux zones d’habitat spontané s’affirme, il semble que paradoxalement, la fracture entre la ville et ses marges s’accentue, dans un double processus de rejet des quartiers populaires par la ville formelle et le repli de ces quartiers sur eux-mêmes. L’essor en leur sein d’activités nouvelles ainsi que l’apparition de nouvelles difficultés ont favorisé ce mouvement. Les barrios de Caracas sont loin de former un ensemble unifié, et la crise contribue à leur morcellement en territoires restreints – barrios ou secteurs de barrios – dans lesquels se focalisent les références identitaires des habitants. Avec le déclin des formes de mobilisation communautaire, ce repli met en évidence des solidarités limitées au voisinage et au réseau familial ou amical, alors que le développement des bandes et de la violence urbaine sépare les quartiers les uns des autres.

39Le processus de métropolisation, d’intégration et d’interdépendance entre les espaces et les populations de la capitale, est ici contrebalancé par le renforcement des références et appartenances micro-locales : l’habitant du barrio Unión a pour référence première son quartier, qui correspond à l’espace vécu, quotidiennement pratiqué et expérimenté, ainsi que son pays – communauté imaginée, signifiante en termes d’autorité –, mais ce n’est que secondairement qu’il invoque Caracas, identifié comme le centre de la ville formelle, n’incluant pas forcément les barrios. C’est dans ces frontières floues entre les territoires urbains, sans cesse franchies par ceux qui se partagent l’espace de la ville dans son acception la plus large, que gît le paradoxe de la métropole.

Haut de page

Bibliographie

Abreu, E. et Verhasselt, Y., 1981, « Quelques aspects géographiques du développement de Caracas », Les Cahiers d’outre-mer, vol 4, n° 13, p. 180-188.

Amodio, Emanuele et Ontiveros, Teresa, 1995, Historias de identidad urbana, composición y recomposición de identidades en los territorios populares urbanos. Caracas, Fondo Editorial Tropykos, Faces – UCV, 173 p.

Bethencourt, Luisa, 1991, « Las mujeres, la crisis y el ajuste estructural », Cuadernos del Cendes, n° 17-18, p. 395-415.

Bolivar, Teolinda, 1987, La Production du cadre bâti dans les barrios de Caracas, un chantier permanent. Paris, thèse de doctorat en urbanisme, Université de Paris Val de Marne, 663 p.

Bolivar, Teolinda, 1993, Problemas de la densificación de los barrios caraqueños y sus consecuencias finales, Primer y segundo informe. Caracas, non publié.

Bolivar, Teolinda et Baldo, Joséfina (dir.), 1995a, La cuestión de los barrios. Caracas, Monte Avila Editores, Fundación Polar, UCV, 489 p.

Cariola, Cecilia et al., 1992, Sobrevivir en la pobreza : el fin de una ilusión. Caracas, Cendes, Nueva Sociedad, 233 p.

Cariola, Cécilia et Lacabana, Miguel, 1994, « Calidad de empleo y calidad de vida. Reflexiones sobre precariedad laboral y pobreza », Cuadernos del CENDES, n° 27, p. 35-49.

Echeverría Villalobos, A., 1993, Dinámica urbana y segregación espacial : el caso de Maracaibo. Toulouse, avance de investigación doctoral, IPEALT. « El día que bajaron los cerros », 1989, El Nacional, Editorial Ateneo de Caracas, 119 p.

Gallo Kovacs, Hilda, 1988, Les Politiques de logements d’intérêt social au Venezuela. Leurs incidences sur l’aménagement urbain à travers une étude de cas : la ville de San Antonio de los Altos. Toulouse, thèse de doctorat de géographie, 2 tomes.

La violencia en Venezuela, 1993, Caracas, Monte Ávila Ed, UCAB, 299 p.

Metroguía, 1995, pianos de Caracas ; X° edición, Guía metropolitana de Caracas.

Pedrazzini, Yves et SÁnchez, Magali, 1992, Malandros, bandas y niños de la calle : cultura de urgencia en las metrópolis latinoamericanas. Valencia-Caracas, Vadell Hermanos Editores, 247 p.

Pedrazzini, Yves, 1995, La Métropolisation du Venezuela et les barrios de Caracas. Lausanne, École polytechnique fédérale de Lausanne, thèse de doctorat en sociologie, 428 p.

Perna, Claudio, 1981, Evolución de la geografía urbana de Caracas. Caracas, Éditions de la facultad de humanidades y educación, UCV, 191 p.

Ramos Rollon, Maria Luisa, 1995, De las protestas a las propuestas, identidad, acción y relevancia política del movimiento vecinal en Venezuela. Caracas, Nueva Sociedad, Instituto de Estudios de Iberoamérica y Portugal de la Universidad de Salamanca, 206 p.

Villanueva, F. et Baldo, J., 1996, Plan sectorial de incorporación a la estructura urbana de las zonas de barrios del Área Metropolitana de Caracas y de la región capital, cité dans « Un habitat para los ciudadanos », El Nacional, 10 octobre 1996.

Villasante, Tómas R., (dir.), 1988, Las ciudades hablan : identidades y movimientos sociales en seis metrópolis latinoamericanas. Caracas, Nueva Sociedad, 274 p.

Haut de page

Notes

1 Si chaque pays latino-américain a sa propre terminologie – colonias proletarias mexicaines, villas miserias argentines, favelas brésiliennes, poblaciones chiliennes –, les Vénézuéliens parlent des barrios ou des barrios de ranchos pour désigner les quartiers populaires ou marginaux. En espagnol, le terme barrio signifie quartier, et les ranchos désignent les logements construits des zones populaires ; au départ construits en terre, bois, torchis, tôle, les ranchos sont souvent devenus, en se consolidant, des maisons. Si l’emploi du terme barrio de rancho perdure, les habitants racontent comment progressivement, leur rancho est devenu casa.

2 Après le Censo económico de barrios de 1959, la Fundacomun, la Fondation pour le développement communal et la promotion municipale – organisme public, a réalisé plusieurs recensements des barrios : en 1979, en 1985 puis en 1993, en association cette fois avec l’OCEl (bureau central des statistiques et de l’informatique, ou l’équivalent de l’INSEE vénézuélien). Tercer inventario nacional de barrios.

3 Les très grandes variations dans les statistiques et les estimations selon les auteurs sont liées à la faible fiabilité des calculs de l’OCEI et de Fundacomun lors des recensements et des projections calculées à partir de taux de croissance fictifs. En effet, seule une partie des habitants est recensée, la population restante étant extrapolée à partir d’échantillons, et à l’aide de photographies aériennes.

4 C’est-à-dire publique, privée, ou inconnue. Ce fort pourcentage d’indétermination est lié aux insuffisances des cadastres locaux, et aux nombreux transferts de propriété (du public vers le privé et inversement) ayant eu lieu parfois après la fondation des barrios, dont le statut litigieux n’est bien souvent pas résolu.

5 Une vallée étroite d’orientation est/ouest, bloquée au nord par la montagne de l’Avila, classée parc naturel, et entourée à l’ouest, au sud et à l’est de collines appelées cerros.

6 Décrété par le premier gouvernement démocratique en 1958-1959, qui a permis l’installation des réseaux d’eau, d’électricité, la construction des escaliers et la couverture des ruelles, avec des matériaux généralement fournis par l’État mais grâce à une main-d’œuvre composée des habitants des quartiers eux-mêmes.

7 Témoignages issus d’un travail d’enquête réalisé dans trois barrios de Caracas en 1996 et 1997.

8 F. Villanueva et J. Baldo considèrent que 4,67 % des habitations des barrios doivent être démolies du fait de leur localisation sur des terrains dangereux, et que 8,4 % des ranchos, situés sur des terrains à hauts risques géologiques, peuvent néanmoins être stabilisés sans être déplacés (op. cit.).

9 On peut distinguer six grandes zones de barrios : le long de l’autoroute qui descend vers la mer, le grand port de La Guaira et l’aéroport international, au nord et à l’ouest (Catia), le long de la vallée du rio Guaire, au sud Ouest de l’agglomération (Antimano, Caricuao, Macarao), de la vallée du rîo El Valle et de la route panaméricaine, au sud (El Valle, Coche), autour de la vallée de Baruta, au sud également (dans une moindre mesure), à l’est de l’agglomération (Petare et le municipe de Sucre), c’est-à-dire le long du cours inférieur du Guaire et de l’autoroute de l’Orient, où réside plus du quart de la population marginale de l’agglomération.

10 La Fundacomun, dans le dernier recensement des barrios réalisé avec l’OCEI en 1993, comptait en moyenne seulement 5,6 % de chômeurs dans les barrios. Mais les études du CENDES comptent 9 % de chômeurs dans l’agglomération à la fin des années 1980, et des taux de chômage dans les barrios de Tordre de 18-19 %, taux qui ne sont pas confirmés par notre étude. (Cariola et al., 1992).

11 Le CENDES parle de 35 à 47 % d’employés du secteur informel dans les barrios à la fin des années 1980.

12 Ils sont uniquement ouverts pendant la journée, et les services qu’ils proposent sont élémentaires – il n’y a pas de lits, et peu de spécialités y sont représentées – on y trouve essentiellement des généralistes, des infirmières, des dentistes et des assistantes sociales.

13 Littéralement « association de voisins », mais la traduction française du terme ne rend pas compte de l’aspect civique et citoyen compris dans le terme espagnol de vecino.

14 Ils ont notamment conduit à la destitution du président de la République, Carlos Andrés Pérez, en 1993.

15 L’un de nos quartiers d’enquête, au sud de Caracas, le long de la voie panaméricaine dans le District Fédéral.

16 Musique traditionnelle de la côte caraïbe colombienne.

17 Terme consacré à Caracas pour désigner les délinquants, les meneurs de bande, et dont l’étymologie rappelle celle du français « malandrin ».

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte n° 1 : Caracas : la ville et ses Barrios
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/6540/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 231k
Titre Photographie n° 1 : Le barrio Union de Petare, à Caracas (est de l’agglomération). Dans ce barrio fondé au cours des années 1940, la densification est forte, les maisons se consolident et se « verticalisent ».
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/6540/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Virginie Baby-Collin, « Les barrios de Caracas ou le paradoxe de la métropole », Cahiers des Amériques latines, 35 | 2000, 109-128.

Référence électronique

Virginie Baby-Collin, « Les barrios de Caracas ou le paradoxe de la métropole », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 35 | 2000, mis en ligne le 02 août 2017, consulté le 23 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/cal/6540 ; DOI : 10.4000/cal.6540

Haut de page

Auteur

Virginie Baby-Collin

Université de Paris X – Nanterre / GRAL

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • OpenEdition Journals