Navigation – Plan du site
Dossier. Métropoles d'Amérique latine : de l'espace public aux espaces privés

Mexico 1950-2000 : un itinéraire photographique

Santos Garciacano Muñoz et Alain Musset
p. 129-137

Texte intégral

1À la fin des années 1940 et au début des années 1950, Santos Garcíacano Muñoz, horloger installé à Mexico, près de la place de Santo-Domingo, a assouvi sa de la en les de vue d’une passion photographie multipliant prises ville qui, à cette époque, était en pleine mutation sociale, économique et urbanistique, comme elle l’est encore aujourd’hui. Soigneusement conservés par sa famille, tous ces clichés forment désormais une collection exceptionnelle dont la consultation permet non seulement de faire revivre le Mexico d’il y a cinquante ans, mais aussi de percevoir les transformations et les permanences des paysages urbains de l’une des plus grandes agglomérations du monde.

2Le cahier photographique présenté ici, dans le cadre d’un dossier portant sur les relations ambiguës qu’entretiennent espace public et espace privé dans la ville latino-américaine, ne prétend pas faire le tour de la question, ni répondre directement aux attentes des lecteurs. Pourtant, une comparaison systématique du même cliché, pris à cinquante ans d’intervalle, est riche en enseignements. En effet, les images recueillies par Santos Garcíacano Muñoz ne se limitent pas à dresser le catalogue des principaux monuments de la capitale : ils s’attachent aussi à saisir toutes les facettes de la vie quotidienne, à capter les frémissements de la rue. À travers l’évolution des pratiques de l’espace urbain, c’est la société mexicaine dans son ensemble qui se dessine. Si la forme de la ville s’adapte aux besoins de la population, elle lui impose aussi un nouveau cadre de vie et de nouvelles façons d’être et de se comporter.

3Comme dans tous les centres urbains d’Amérique latine ou d’ailleurs, la marge fragile entre l’espace public et l’espace privé varie selon le milieu, le moment ou la mode. Entre 1950 et l’an 2000, les petits vendeurs de rue de Mexico ont parfois changé de quartier et ils ne vendent plus les mêmes produits, mais, malgré toutes les mesures prises par le gouvernement pour lutter contre les méfaits supposés du commerce informel, ils continuent à s’approprier les trottoirs pour offrir leurs trésors aux clients de passage. À une autre échelle, si les pouvoirs publics jouent un rôle essentiel dans la recomposition des quartiers, en agissant sur les infrastructures, les réseaux de transport ou les programmes d’aménagement, ce sont les habitants qui impriment à la cité le rythme des transformations et font évoluer l’échelle des valeurs urbaines.

4Il n’a pas toujours été facile de prendre aujourd’hui une photographie sous le même angle qu’il y a cinquante ans : le tracé des rues a parfois changé ; les autoroutes ont envahi les espaces périphériques, quand elles n’ont pas éventré des pâtés de maisons ; les immeubles, mais aussi les arbres, ont poussé, masquant des pans entiers de la ville ancienne. Les sept clichés présentés ici sont néanmoins représentatifs d’une partie des changements survenus au cours du dernier demi siècle : on passe du centre (le Zócalo), à la banlieue (quartier de San Simon Tolnahuac), maintenant située à l’intérieur du premier boulevard périphérique (le circuito interior) ; les anciens lieux de mémoire (la cathédrale, la statue de Carlos IV, le monument de la Révolution) se juxtaposent aux nouveaux (le monument à la Race, le caballito). Pourtant, la modernité en marche (rocades autoroutières, immeubles de verre et d’acier) n’efface pas complètement les formes urbaines traditionnelles. Si les paysages ruraux qui entouraient l’actuel hôpital de la Raza en 1950 font désormais partie de l’histoire, certaines maisons des alentours sont toujours debout, comme on peut le voir dans la rue Debussy ou sur l’avenue Felipe Villanueva.

5Mexico n’appartient sans doute plus à ʺla région la plus transparente de l’airʺ, comme l’écrivait Carlos Fuentes à l’époque où Santos Garcíacano Muñoz promenait son appareil photographique dans les rues de la capitale. Cependant, la ville d’Ixca Cienfuegos, le héros de Fuentes, n’a pas disparu. Elle a seulement vieilli et rajeuni en même temps, ce qui est le propre de toutes les cités vivantes, toujours en mouvement, dont le destin n’est pas de finir en musée.

Photographies de 1950 : Santos Garcíacano Muñoz (collection particulière)
Photographies de 2000 : Alain Musset

La cathédrale et le Zocalo. En 1950, la Plaza Mayor de Mexico (Zocalo) est encore recouverte de jardins. Les palmiers cachent une partie de la perspective.

La cathédrale et le Zocalo. En 1950, la Plaza Mayor de Mexico (Zocalo) est encore recouverte de jardins. Les palmiers cachent une partie de la perspective.

Quelques années plus tard, le bitume et le béton ont remplacé les pelouses, afin de rendre à l’ancienne place d’armes sa majesté. Le Zocalo n’est plus un lieu de promenade : c’est un espace civique et politique.

Quelques années plus tard, le bitume et le béton ont remplacé les pelouses, afin de rendre à l’ancienne place d’armes sa majesté. Le Zocalo n’est plus un lieu de promenade : c’est un espace civique et politique.

Le monument à la Race. Érigé pour rendre hommage au peuple azteque vaincu par Cortés, l’édifice se dresse au milieu de la campagne. Au premier plan, le rio del Consulado coule encore à l’air libre.

Le monument à la Race. Érigé pour rendre hommage au peuple azteque vaincu par Cortés, l’édifice se dresse au milieu de la campagne. Au premier plan, le rio del Consulado coule encore à l’air libre.

Aujourd’hui, le momument est encerclé par les autoroutes urbaines et le rio del Consulado n’est plus qu’un embranchement du circuit intérieur.

Aujourd’hui, le momument est encerclé par les autoroutes urbaines et le rio del Consulado n’est plus qu’un embranchement du circuit intérieur.

L’hopital de la Sécurité sociale. Face au momument à la Race, les structures du grand hopital, symbole de la politique sociale du gouvernement mexicain, sortent de terre. Il sera inauguré en 1952.

L’hopital de la Sécurité sociale. Face au momument à la Race, les structures du grand hopital, symbole de la politique sociale du gouvernement mexicain, sortent de terre. Il sera inauguré en 1952.

La végétation a recouvert une partie des terrains mais, du haut de ses onze étages, l’immense hopital domine désormais l’ensemble du quartier. Il abrite des fresques de Diego Rivera et Alfaro Siqueiros.

La végétation a recouvert une partie des terrains mais, du haut de ses onze étages, l’immense hopital domine désormais l’ensemble du quartier. Il abrite des fresques de Diego Rivera et Alfaro Siqueiros.

Rue Debussy (colonia San Simon Tolnahuac). Les ânes sont encore un moyen de transport très utilisé dans cette banlieue de Mexico en cours de construction.

Rue Debussy (colonia San Simon Tolnahuac). Les ânes sont encore un moyen de transport très utilisé dans cette banlieue de Mexico en cours de construction.

La boue des origines a fait place à une chaussée asphaltée. Les paysages urbains se sont consolidés et les arbres masquent en partie les façades préservées par le temps.

La boue des origines a fait place à une chaussée asphaltée. Les paysages urbains se sont consolidés et les arbres masquent en partie les façades préservées par le temps.

Avenue Felipe Villanueva (colonia San Simon Tolnahuac). L’espace public est occupé par des étalages de chapeaux et de tissus. Un vendeur ambulant propose à sa clientèle de plantureuses chichas, gourmandise aujourd’hui oubliée.

Avenue Felipe Villanueva (colonia San Simon Tolnahuac). L’espace public est occupé par des étalages de chapeaux et de tissus. Un vendeur ambulant propose à sa clientèle de plantureuses chichas, gourmandise aujourd’hui oubliée.

Aujourd’hui, la rue est vide. Le quartier n’attire pas les petits vendeurs à la sauvette, à la recherche de lieux plus animés. Les vieilles maisons ont peu changé, mais les signes de modernité se multiplient : chaussée goudronnée, trottoirs, lampadaires, antennes de télévision...

Aujourd’hui, la rue est vide. Le quartier n’attire pas les petits vendeurs à la sauvette, à la recherche de lieux plus animés. Les vieilles maisons ont peu changé, mais les signes de modernité se multiplient : chaussée goudronnée, trottoirs, lampadaires, antennes de télévision...

Rue de la République et monument à la Révolution. Au début des années 1950, les belles américaines occupent le devant de la scène, dans un centre-ville dont les artères commencent à s’engorger.

Rue de la République et monument à la Révolution. Au début des années 1950, les belles américaines occupent le devant de la scène, dans un centre-ville dont les artères commencent à s’engorger.

Les tours et les gratte-ciels dominent maintenant les immeubles qui ont résisté au tremblement de terre de 1985.

Les tours et les gratte-ciels dominent maintenant les immeubles qui ont résisté au tremblement de terre de 1985.

El Caballito. La statue équestre de Carlos IV, plus connue sous le nom d’el Caballito, est encore installée à l’angle du Paseo de la Reforma et de la rue de la République. Depuis, elle a été déplacée rue de Tacuba, face au Palacio de Mineria.

El Caballito. La statue équestre de Carlos IV, plus connue sous le nom d’el Caballito, est encore installée à l’angle du Paseo de la Reforma et de la rue de la République. Depuis, elle a été déplacée rue de Tacuba, face au Palacio de Mineria.

L’œuvre de Tolsa a été remplacée par une sculpture moderne, de couleur jaune vif, qui a conservé son surnom d’el caballito. Tout autour de la place, le verre, l’acier et le plastique ont remplacé le pierre et le bronze.

L’œuvre de Tolsa a été remplacée par une sculpture moderne, de couleur jaune vif, qui a conservé son surnom d’el caballito. Tout autour de la place, le verre, l’acier et le plastique ont remplacé le pierre et le bronze.
Haut de page

Table des illustrations

Titre La cathédrale et le Zocalo. En 1950, la Plaza Mayor de Mexico (Zocalo) est encore recouverte de jardins. Les palmiers cachent une partie de la perspective.
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/6542/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 199k
Titre Quelques années plus tard, le bitume et le béton ont remplacé les pelouses, afin de rendre à l’ancienne place d’armes sa majesté. Le Zocalo n’est plus un lieu de promenade : c’est un espace civique et politique.
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/6542/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 239k
Titre Le monument à la Race. Érigé pour rendre hommage au peuple azteque vaincu par Cortés, l’édifice se dresse au milieu de la campagne. Au premier plan, le rio del Consulado coule encore à l’air libre.
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/6542/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 247k
Titre Aujourd’hui, le momument est encerclé par les autoroutes urbaines et le rio del Consulado n’est plus qu’un embranchement du circuit intérieur.
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/6542/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre L’hopital de la Sécurité sociale. Face au momument à la Race, les structures du grand hopital, symbole de la politique sociale du gouvernement mexicain, sortent de terre. Il sera inauguré en 1952.
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/6542/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 187k
Titre La végétation a recouvert une partie des terrains mais, du haut de ses onze étages, l’immense hopital domine désormais l’ensemble du quartier. Il abrite des fresques de Diego Rivera et Alfaro Siqueiros.
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/6542/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 233k
Titre Rue Debussy (colonia San Simon Tolnahuac). Les ânes sont encore un moyen de transport très utilisé dans cette banlieue de Mexico en cours de construction.
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/6542/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 241k
Titre La boue des origines a fait place à une chaussée asphaltée. Les paysages urbains se sont consolidés et les arbres masquent en partie les façades préservées par le temps.
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/6542/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 226k
Titre Avenue Felipe Villanueva (colonia San Simon Tolnahuac). L’espace public est occupé par des étalages de chapeaux et de tissus. Un vendeur ambulant propose à sa clientèle de plantureuses chichas, gourmandise aujourd’hui oubliée.
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/6542/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Aujourd’hui, la rue est vide. Le quartier n’attire pas les petits vendeurs à la sauvette, à la recherche de lieux plus animés. Les vieilles maisons ont peu changé, mais les signes de modernité se multiplient : chaussée goudronnée, trottoirs, lampadaires, antennes de télévision...
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/6542/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 203k
Titre Rue de la République et monument à la Révolution. Au début des années 1950, les belles américaines occupent le devant de la scène, dans un centre-ville dont les artères commencent à s’engorger.
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/6542/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Les tours et les gratte-ciels dominent maintenant les immeubles qui ont résisté au tremblement de terre de 1985.
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/6542/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
Titre El Caballito. La statue équestre de Carlos IV, plus connue sous le nom d’el Caballito, est encore installée à l’angle du Paseo de la Reforma et de la rue de la République. Depuis, elle a été déplacée rue de Tacuba, face au Palacio de Mineria.
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/6542/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 229k
Titre L’œuvre de Tolsa a été remplacée par une sculpture moderne, de couleur jaune vif, qui a conservé son surnom d’el caballito. Tout autour de la place, le verre, l’acier et le plastique ont remplacé le pierre et le bronze.
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/6542/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Santos Garciacano Muñoz et Alain Musset, « Mexico 1950-2000 : un itinéraire photographique », Cahiers des Amériques latines, 35 | 2000, 129-137.

Référence électronique

Santos Garciacano Muñoz et Alain Musset, « Mexico 1950-2000 : un itinéraire photographique », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 35 | 2000, mis en ligne le 02 août 2017, consulté le 25 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/cal/6542 ; DOI : 10.4000/cal.6542

Haut de page

Auteurs

Santos Garciacano Muñoz

Horloger à Mexico (1896-1969)

Alain Musset

EHESS, Paris

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • OpenEdition Journals