Navigation – Plan du site
Études

L’Amérique latine des années 1990 : la décennie des opportunités ou celle des chimères ?

Salvador Marti I Puig
p. 140-160

Résumés

À travers l’étude des bouleversements socio-économiques et politiques qui ont transformé le paysage latino-américain au cours des années 1990, l’objectif de cet article est d’essayer de savoir si cette décennie a véritablement ouvert une "ère nouvelle" sur l’ensemble du sous-continent, ou bien s’il ne s’agissait que d’un autre de ces éternels "mirages" que l’histoire a fait miroiter à l’Amérique latine depuis son indépendance. Les années 1 980 ont été baptisées la "décennie perdue", mais les années 1990 n’ont pas encore reçu d’épithète : on a encore le choix entre celle des opportunités ou celle des chimères.

Haut de page

Texte intégral

Sur les murs de Caracas, les trois plaies de la société moderne se partagent le fromage vénézuélien. Pour une grande partie de ses concitoyens, Hugo Chavez est l’homme providentiel qui balaiera les écuries d’Augias

Sur les murs de Caracas, les trois plaies de la société moderne se partagent le fromage vénézuélien. Pour une grande partie de ses concitoyens, Hugo Chavez est l’homme providentiel qui balaiera les écuries d’Augias

Cliché : Alain Musset.

1 Au début des années 1990, lors du Sommet des Amériques tenu à Miami, le président Clinton se félicita de ce que le continent américain, y compris l’Amérique latine, était le seul de la planète où tous les pays – avec la remarquable exception de Cuba et d’Haïti – jouissaient de régimes démocratiques, dans lesquels les autorités avaient été désignées par suffrage universel à partir d’élections raisonnablement honnêtes. Même les plus optimistes auraient eu du mal à imaginer un tel panorama quelques années auparavant. En effet, amorcée au début des années 1980 en Argentine et accomplie au début des années 1990 au Chili, la grande vague de transition qui a permis le passage des vieilles dictatures à des régimes démocratiques a pris au dépourvu la plupart des spécialistes (Couffignal, 1997).

2Jusqu’à présent, toutes les théories élaborées sur les « changements de régime » étaient fondées sur l’étude de facteurs précis et leur éventuel changement : la culture politique, la modernisation de l’économie, la dépendance des économies (Karl, 1990). Les spécialistes avançaient alors que, si ces trois facteurs mutaient, les régimes politiques pouvaient aussi le faire, offrant alors la possibilité d’instaurer des systèmes démocratiques. Pourtant, la faillite des dictatures latino-américaines ne s’accompagna d’aucune transformation – au sens positif du terme – des facteurs en question : les expériences répressives et autoritaires n’ont laissé en place aucune espèce de « culture civique » ; les politiques économiques et sociales instaurées pendant les années 1980 n’ont pas eu pour résultat une croissance économique équilibrée et équitable ; les pays latino-américains ont conservé leurs relations de dépendance vis à vis des « pays développés ».

3À partir des années 1980, deux phénomènes, l’un de caractère international et l’autre local, transformèrent le panorama politique du sous-continent : d’une part, l’apparition d’un monde unipolaire où disparaissait la prétendue « menace soviétique » (et, avec elle, la stratégie contre-révolutionnaire soutenue par les États-Unis) ; et, d’autre part, la profonde perte de légitimité (en raison de son inefficacité et de ses coûts moraux et sociaux) des régimes de sécurité nationale régnant dans la quasi-totalité des pays latino-américains, mis à part le régime corporatif mexicain, les démocraties limitées de la Colombie et du Venezuela, l’exception costaricienne et les expériences révolutionnaires de Cuba et du Nicaragua.

4Ainsi, au début des années 1990, l’optimisme régnait : la démocratie était le seul dénouement possible (Huntington, 1992). En fin de compte, après tant d’années de violations des libertés et des droits de l’homme, il semblait que les habitants du sous-continent allaient jouir d’un ordre politique respectueux et conforme à la légalité surgie des urnes. Certains allèrent même jusqu’à proclamer la fin d’un des éléments récurrents de la vie publique latino-américaine : la violence politique. Pour la première fois dans l’histoire, on avait la possibilité de créer une « utopie désarmée » (Castañeda, 1995). Dans cette conjoncture, et au milieu d’un monde géopolitiquement unipolaire, l’Amérique latine semblait exaucer deux de ses vœux les plus chers : la paix et la liberté. Et tout ceci, bien entendu, annoncé à partir d’une rhétorique de modernité (postmodernité peut-être ?) facilement perceptible à travers les fastes organisés dans le cadre de l’Exposition de Séville de 1992. Était-il réaliste, cet optimisme débordant ?

5Notre objectif est ici d’ébaucher une réponse à la question de savoir si les années 1990 ont ouvert une « ère nouvelle » ou bien s’il ne s’agissait que d’un autre de ces éternels « mirages » que l’histoire a fait miroiter à l’Amérique latine depuis son indépendance. Les années 1980 ont été baptisées la « décennie perdue », mais les années 1990 n’ont pas encore reçu d’épithète : on a encore le choix entre celle des opportunités ou celle des chimères.

Entre l’instabilité institutionnelle et la tentation populiste

6Si l’année de la « célébration » du cinquième centenaire commençait avec un remarquable optimisme concernant la nature des régimes, elle ne s’acheva pas dans le même enthousiasme. Déjà, au milieu de 1992, surgit à nouveau au Venezuela et au Pérou la vieille tentation du putchisme (réapparition d’un leadership politique personnalisé et des risques du néo-populisme - Flores, 1996), fantôme qui émergea plus tard, sans pour autant atteindre ses objectifs, au Guatemala (en 1994), et qui se montra de façon erratique au Paraguay et au Honduras.

7Le 4 février 1992, au Venezuela, un groupe d’officiers de rang moyen de l’armée, surnommés les comacates (commandants, capitaines et lieutenants), mais qui s’étaient eux-mêmes qualifiés de « bolivariens », se soulevèrent contre l’ordre constitutionnel et le président élu, Carlos Andrés Pérez. Leur chef, le lieutenant-colonel Hugo Chávez Frías, devint un héros national : il obtint une incroyable popularité lorsqu’il apparut à la télévision pour ordonner la reddition de ses troupes, alléguant que, « pour l’instant », ses objectifs n’avaient pas été atteints. Plus tard, le 27 novembre, il y eut une « seconde édition » du coup d’État, avec, à sa tête, des officiers de plus haut rang. Malgré l’échec de ces deux tentatives téméraires, les citoyens ne montrèrent pas trop d’enthousiasme à l’égard de leur fragile démocratie : la participation lors des élections municipales et régionales du 6 décembre de cette même année n’atteignit pas les 50 %, et les résultats furent ternis par de nombreuses accusations de fraude. Six ans plus tard, en décembre 1998, le « putschiste frustré » Hugo Chávez remporta largement les élections présidentielles, à la tête d’une coalition baptisée « Mouvement pour la cinquième république » (MVR), avec un projet de rénovation politique fondé sur la liquidation du système bipartiste qui, durant plus de trois décennies, avait dominé la vie politique du pays. Cette victoire allait lui permettre d’entreprendre une réforme de la Constitution et de se présenter comme un « homme providentiel », dans la lignée de son illustre modèle, Simon Bolivar, malgré l’opposition des derniers défenseurs de l’ordre politique traditionnel.

8En ce qui concerne le Pérou, c’est le président élu, Alberto Fujimori, qui, à travers le dénommé « auto-coup d’État », abolit le pouvoir législatif et judiciaire. Le 5 avril 1992, Fujimori ordonna l’occupation du Congrès par les forces armées et destitua tous les juges du pays. La rupture avec l’ordre légal reçut un grand appui populaire de la part des citoyens, écœurés à la fois par la violence terroriste de l’organisation maoïste du « Sentier lumineux » et par la corruption de la classe politique (Starn, Degrégory et Kirk, éd. 1995 : 308-459). La rhétorique de la « main dure » et de l’« ordre » formulée par le nouvel « homme fort » du pays obtint un succès remarquable lors des élections organisées en décembre de cette même année, afin de choisir une Assemblée constituante (le fameux « Congrès constituant démocratique »). La formation fujimoriste obtint alors une ample victoire et put rédiger une nouvelle Grande charte à la mesure du nouveau dirigeant. Plus tard, en 1995, Alberto Fujimori remporta à nouveau les élections avec une confortable majorité, face à une candidature unitaire, dont le chef était l’ex-président des Nations-Unies, Javier Pérez de Cuéllar.

9Les nombreuses victoires de Fujimori, au cours d’élections municipales et législatives, ont été interprétées comme autant de signes éclatants de l’appui apporté par d’importants secteurs de l’électorat à sa politique de stabilisation monétaire, à sa capacité de porter le coup de grâce au « Sentier lumineux », et à son discours populiste. C’est pourquoi, malgré l’interdiction légale, ratifiée par le Tribunal constitutionnel en 1997, qui fut faite à Fujimori de se présenter aux élections d’avril 2000 pour exercer un troisième mandat, celui-ci décida d’y participer en truquant le jeu, et obtint une victoire plus que douteuse. L’attitude partisane de l’administration, le contrôle des médias, l’opacité et la lenteur du dépouillement des votes lors du premier tour (officiellement 49,9 % des suffrages furent attribués à Fujimori), poussèrent le candidat de la coalition de l’opposition Perú Posible à renoncer à un deuxième tour. La crise déclenchée à cette occasion exacerba les tensions politiques. De nombreux affrontements opposèrent les adversaires de Fujimori aux forces de l’ordre. Sous la pression de la rue, puis sous la menace d’un scandale politico-financier (automne 2000), celui-ci fut contraint d’annoncer sa démission et la tenue de nouvelles élections.

10Pour ce qui est de la fragile démocratie guatémaltèque, 1993 fut une année pleine d’incertitudes. Avec la défaite du parti de la Démocratie chrétienne (formation fondatrice, avec les militaires et l’administration américaine, du processus de transition) et la victoire d’une formation nouvelle, dont le leader était l’évangéliste Jorge Serrano Elias, les tensions au sein de la société augmentèrent (Aguilera y Torres-Rivas, 1998). Dans cette conjoncture délicate, la prétention du président Serrano d’imiter son homologue péruvien essuya un échec. Sa tentative d’« auto-coup d’État » de 1993 s’effondra sous les coups conjugués d’une grande mobilisation populaire, de l’indécision des élites traditionnelles et des pressions internationales. Serrano fut remplacé par le constitutionnel Ramiro de León Carpio. Cependant, le régime guatémaltèque n’était pas au bout de ses difficultés (Armon et al., 1998), même si certains problèmes majeurs furent résolus de manière satisfaisante. On peut à cet égard considérer comme un grand succès la signature définitive de la paix, en décembre 1996, entre les mouvements de guérilla regroupés au sein de l’Union révolutionnaire nationale guatémaltèque (URNG) et le gouvernement du conservateur Álvaro Arzú. Mais les menaces que constituent toujours l’impunité des militaires et le regain de forces politiques réactionnaires liées à l’ancien dictateur Ríos Montt (le Front républicain guatémaltèque, FRG) semblent mettre en danger l’existence même du système démocratique. Ainsi, la victoire électorale, en janvier 2000, du candidat à la présidence du FRG a suscité de nouvelles craintes dans une société encore traumatisée par des années de guerre civile.

11C’est aussi en 1992 que commença un nouveau cycle d’instabilité institutionnelle dans presque tous les autres pays du sous-continent. Cette année-là, les accusations de corruption aboutirent à la destitution du premier président élu de la « nouvelle démocratie » brésilienne, Collor de Mello, entraînant ainsi un échec moral pour les institutions démocratiques du pays (Lamounier, 1997). Un phénomène semblable surgit au Venezuela (pays auquel on a déjà fait référence) et en Équateur. Au Venezuela, en 1993, le second mandat du président Carlos Andrés Pérez fut interrompu à cause de son implication présumée dans des malversations de fonds publics. Pour la première fois en 53 ans de stabilité démocratique, la Cour suprême de justice du Venezuela, avec l’approbation du Sénat, interrompit le mandat d’un président à cause d’un délit de corruption. En Équateur, l’extravagant président Abdalá Bucaram, après avoir trahi toutes ses promesses électorales et avoir consacré l’essentiel de ses efforts à des activités ludiques et festives, fut destitué le 6 février 1997 par le Parlement, par 44 voix contre 34. Au cours des deux semaines suivantes, trois personnes (Bucaram, la vice-présidente de la République et le président du Parlement) s’autoproclamèrent présidents légitimes de l’Équateur. Cette crise s’acheva en mai 1997, avec l’organisation d’un référendum. Depuis cette date, le pays a traversé une succession de crises, provoquées par le mécontentement populaire, qui ont eu pour conséquence une grande instabilité institutionnelle.

12Sans atteindre la gravité des problèmes exposés plus haut, la crise institutionnelle se manifesta aussi au Nicaragua tout au long du mandat de Violeta Barrios de Chamorro. Durant son administration (1990-1996), on constata un blocage constant entre le législatif et l’exécutif, au point d’aboutir, en 1995, à la coexistence de deux ordres constitutionnels (Martí, 1997). Par ailleurs, en Colombie, le président libéral Ernesto Samper passa la plus grande partie de son mandat (1994-1998) à se défendre contre tous ceux qui l’accusaient d’avoir utilisé des fonds du cartel de Cali pour financer sa campagne électorale.

13Dans ce contexte difficile, un pays a particulièrement souffert pour se remettre de l’écroulement de sa « crédibilité » : le Mexique. À la fin de 1993, celui-ci semblait être le meilleur élève du sous-continent. Les six ans de mandat de Carlos Salinas de Gortari, marqués par un apparent succès économique, une ébauche de réforme institutionnelle et la signature du Traité de libre commerce avec les États-Unis et le Canada, donnèrent l’impression que le Mexique entrait dans le « premier monde » (Zermeño, 1996). Cependant, juste au moment où on s’apprêtait à sabler le champagne, tout s’écroula comme un château de cartes : le 1er janvier 1994, un groupe de guérilleros équipés de passe-montagnes prit d’assaut cinq chefs-lieux de l’État méridional du Chiapas, un des plus pauvres du pays. Cette action, revendiquée par l’Armée zapatiste de libération nationale (EZLN) à travers son porte-parole (le sous-commandant Marcos), provoqua une forte vague de sympathie dans tout le pays, ainsi qu’à l’étranger (Leyva, 1999). L’enlisement du conflit armé, la militarisation progressive de la région et les nombreuses violations des droits de l’homme ont été, malgré le discours des autorités mexicaines, une preuve de plus de l’incapacité du régime à résoudre pacifiquement le problème.

14À cela s’ajoutèrent de nouvelles difficultés, de caractère économique ou politique. En décembre 1994, au moment de la passation des pouvoirs entre Carlos Salinas de Gortari et le président élu, Ernesto Zedillo, l’économie mexicaine s’écroula : le peso perdit en quelques jours 60 % de sa valeur face au dollar, preuve de la fragilité du système économique mis en place par l’ancienne administration. D’autre part, on découvrit une trame lugubre de corruptions et d’assassinats autour du personnage de Carlos Salinas et de son frère, Raul. L’affaire finit par présenter des côtés tragi-comiques, puisqu’on y retrouva pêlemêle des « passeurs » de devises, des trafiquants de drogue, des hauts dirigeants du Parti révolutionnaire institutionnel (PRI) et des voyantes extralucides. L’usure du pouvoir et l’accumulation des scandales entraîna le parti d’État dans une spirale infernale : perte de la mairie de Mexico au profit de la gauche (Parti de la révolution démocratique) en 1997, et surtout victoire du candidat de la droite libérale (Parti d’action nationale), à l’élection présidentielle de juillet 2000.

15Mais ce n’est pas uniquement dans les pays cités que l’on constata des « problèmes ». Même dans les plus « normalisés » surgirent des conduites institutionnelles que l’on pouvait considérer, pour le moins, comme inappropriées. C’est le cas de la refonte des institutions qui a été engagée en Argentine, sous l’égide de Carlos Menem, et au Brésil, avec Fernando Henrique Cardoso, afin de permettre la réélection des présidents au pouvoir. C’est aussi le cas des tensions créées au Chili par les forces armées et les formations politiques pinochétistes en raison de la détention en 1998, à Londres, de l’ex-dictateur et sénateur à vie Augusto Pinochet, et de la perte possible de son immunité parlementaire. Quelle est la raison de tant d’instabilité ?

Le caractère des nouvelles démocraties

16Il est difficile de répondre simplement à cette question. Cependant, quand il s’agit d’interpréter les processus de transition démocratique qui survinrent au même moment en Amérique latine et en Europe, les politologues s’accordent généralement pour analyser les particularités latino-américaines à partir de trois phénomènes : le point de départ des processus de transition, les caractéristiques du processus de changement et le rôle des acteurs étrangers.

Le point de départ des processus de transition

17En ce qui concerne le point de départ, la plupart des processus de « démocratisation » qui se succédèrent dans le sous-continent surgirent d’expériences culturelles et socio-économiques très régressives (O’Donnell, 1997). Si l’on observe l’héritage culturel des « expériences autoritaires » précédentes (les unes plus sanglantes que les autres) il est facile de s’apercevoir de leur volonté d’annuler toute manifestation démocratique. La forte composante répressive et démobilisatrice des régimes de « sécurité nationale » représentait une vengeance historique contre la précédente mobilisation « plébéienne » et « populiste » qui déborda les fragiles marges institutionnelles des systèmes libéraux pré-autoritaires. Ainsi, l’effort systématique, continu et profond de pénétrer dans les « capillaires » de la société, pour implanter l’ordre et l’autorité, priva ses habitants de leur condition de citoyens. Dans ce cadre, les gouvernements n’étaient pas uniquement despotiques à l’extrême : ils transformèrent la société en un milieu éminemment autoritaire.

18Quant au contexte socio-économique, il faut dire que la période durant laquelle s’effectuèrent les processus de transition fut marquée par des situations économiques d’extrême faiblesse, caractérisées par la précarisation accélérée des classes moyennes. Après la crise de la dette, le flux net de prêts bancaires pour la région fut brutalement interrompu et le transfert de capital devint vite négatif. C’est pourquoi les pays en question ne furent pas seulement contraints à réduire leurs importations et à augmenter rapidement les exportations : ils furent obligés d’offrir des « appâts de prix » pour que l’offre puisse passer du marché interne au marché mondial ; en outre, ils furent également contraints de réduire l’intervention de l’État dans l’économie et à supprimer une grande partie des services publics. À moyen terme, l’impact de ces politiques, satisfaisantes au niveau macro-économique, entraîna l’érosion des secteurs intermédiaires et l’appauvrissement d’importantes collectivités (Bulmer-Thomas, 1998).

Les caractéristiques du processus de changement

19Pour ce qui est des caractéristiques du processus de changement, contrairement à ce que beaucoup de théoriciens pensaient, le passage d’un système dictatorial à une démocratie fut le résultat de nombreux calculs stratégiques entre acteurs politiques. Il s’agissait de faire le tri entre les différentes options qui se présentaient après l’érosion des régimes autoritaires, et devant l’irrépressible pression qu’exerçait la société civile organisée, exigeant droits et libertés (Przeworski, 1985). L’ouverture et la démocratisation des régimes politiques furent donc le résultat d’un processus historique à plusieurs phases (libéralisation, transition et consolidation). Dans chacune de ces étapes, entraient en scène des acteurs ayant des partisans, des préférences, des calculs, des ressources et des horizons temporels différents (O’Donnell, Schmitter et Whitehead, 1986). Dans une conjoncture d’indéfinition permanente, le dénouement final fut, comme l’exposait Machiavel dans Le Prince, le résultat de la fortune et de la vertu dont disposait chacun des acteurs en lice.

20Les élites politiques et économiques furent, en grande mesure, les acteurs qui démantelèrent les régimes autoritaires et qui, également, formulèrent plus tard les « règles du jeu démocratique » des nouveaux systèmes politiques (Higley et Gunther éd., 1992). Mais ces processus négociés, qui aiguillèrent les pays concernés sur la voie de changements « contrôlés » et « tranquilles » d’un système à un autre, affectèrent le fonctionnement ultérieur de la démocratie : les arrangements, les garanties, les pactes, les « passages d’éponge » et les amnisties perpétuèrent la présence de nombreuses « enclaves autoritaires » dans les toutes nouvelles démocraties (Aguilera et Torres-Rivas, 1998). De fait, bien que le concept de « contingence » ait l’avantage de mettre l’accent sur les décisions collectives et les interactions politiques, il ne faut pas oublier que les processus de changement se développèrent dans un cadre précis de contraintes institutionnelles et historiques, qui délimitaient les « options possibles » (Karl, 1990). Ignorer cette prémisse supposerait de passer sous silence (de bonne ou de mauvaise foi) le fait que les régimes autoritaires aient eu une raison d’être et que leur disparition ait laissé sur le champ de bataille politique des vainqueurs et des vaincus.

21Ainsi donc, les faiblesses institutionnelles des « nouvelles démocraties » ne sont pas dues uniquement à des dysfonctions de la « technique institutionnelle » (Linz et Valenzuela, 1997), ni à la maladresse des élites (Agüero et Torcal, 1993). Les causes sont plus profondes, puisque les régimes démocratiques installés en Amérique latine coexistent désormais avec des politiques économiques qui aggravent les conditions de vie d’amples secteurs de la population. Il s’agit d’une sorte de réductionnisme démocratique qui, dans certains cas, risque de remettre en cause la représentativité des processus électoraux : les élections au Nicaragua en 1996 et celles du Guatemala ou du Mexique, tout au long de la décennie, ne sont pas, précisément, des exemples d’honnêteté - malgré une amélioration considérable des conditions de vote vers la fin de la période. En outre, ce réductionnisme perpétue des situations d’impunité, de corruption publique, d’opacité administrative et de subordination du pouvoir judiciaire au pouvoir exécutif (Vilas, 1998a).

22Or, la démocratisation du jeu politique devient très difficile si elle ne s’accompagne pas d’une démocratisation de la société et d’une résorption des profondes fractures économiques et culturelles qu’endurent beaucoup de pays latino-américains. La démocratie est un régime d’intégration autour de valeurs et d’attitudes partagées ; et la concertation politique est une chimère tant que le marché marginalise et la culture discrimine. Peut-on parler, en ce cas, d’une démocratie qui, défiant l’étymologie, favorise l’exclusion sociale et politique ? En tout cas, de nombreux théoriciens commencent à ménager leurs arrières et inventent des concepts tels que celui de « démocratie délégative » pour définir des régimes de ce type (O’Donnell, 1997).

Le rôle des acteurs étrangers

23Enfin, pour ce qui est du rôle des acteurs étrangers, il me semble important de signaler que le contexte international où se sont épanouis les régimes démocratiques est un monde unipolaire placé sous hégémonie américaine. L’écroulement de l’empire soviétique, l’isolement de Cuba et l’échec électoral de l’expérience sandiniste (précédé d’un long harcèlement militaire), laissèrent sans alibi le discours anti-démocratique. En effet, même s’il est loin de représenter « la fin de l’histoire », le modèle libéral démocratique est souvent apparu comme le seul possible. C’est probablement ce qui nous donnera la clef nous permettant d’interpréter l’enthousiasme manifesté par les administrations Bush et Clinton à l’égard des régimes démocratiques. L’invasion d’Haïti (mars 1995), en est un bon exemple, puisqu’elle a été organisée pour restaurer le président Bertrand Aristide, renversé par un coup d’État en septembre 1991. Il faut interpréter de la même manière le refus nord-américain d’appuyer les velléités putschistes de Jorge Serrano au Guatemala (mai 1993) et celles des militaires paraguayens contre le président civil Juan Carlos Wasmosy (1996), ainsi que les méfiances manifestées à l’égard du régime d’Alberto Fujimori au Pérou, et la prudence montrée envers l’incertaine « révolution bolivarienne » du Venezuela, avec Hugo Chavez à sa tête.

24D’où provient cet enthousiasme à l’égard de la démocratie ? D’aucuns argumentent que, de nos jours, seule la démocratie permet d’assurer la stabilité politique, en canalisant de manière pacifique les demandes des citoyens et en délimitant les transformations possibles de l’« agenda politique » que les institutions économiques multilatérales imposent. Il est certes nécessaire de mettre en valeur les énormes bénéfices qui résultent de la restauration des démocraties représentatives. Mais il faut également signaler que, sous d’autres latitudes, la restauration de la démocratie ne s’est effectuée qu’après que les élites locales ont perçu et accepté la disparition de tout modèle alternatif pouvant contester le statu quo, et qu’après avoir provoqué la disparition, l’exil ou la démoralisation des secteurs préconisant, à un moment donné, un changement politique radical.

25Beaucoup de ceux qui se méfient de la sincérité de la conversion démocratique de certains secteurs des élites latino-américaines soulignent qu’il n’est pas nécessaire d’être démocrate pour agir en tant que tel (Font, 1998). Mais il semble que l’enjeu du marché comme valeur prioritaire implique « l’acceptation » de la démocratie. Malgré tout, le degré de sincérité des « nouveaux démocrates » est difficilement vérifiable. Cette vérification ne se fera que si, dans l’avenir, les secteurs dominants acceptent qu’une option transformatrice puisse accéder au pouvoir, mettant à exécution le principe démocratique de « l’alternance ». De fait, jusqu’à présent, les partis de gauche ayant accédé au pouvoir en Amérique latine ont toujours été encadrés par d’amples coalitions qui les ont dirigés vers des positions centristes. Si une option vraiment sociale (pour ne pas dire socialiste), parvenait à se frayer un chemin vers les sommets de l’État, on pourrait dire que la démocratie s’est définitivement consolidée dans le sous-continent - mais il faut avouer que le contexte politique mondial semble peu favorable à cette alternative.

Le consensus de Washington : vers le même modèle économique

26Jusque vers le milieu des années 1980, la plupart des grands pays d’Amérique latine avaient adopté une stratégie de développement économique fondée sur la substitution des importations. Cette stratégie, qui impliquait une intervention importante des pouvoirs publics dans le processus d’industrialisation, s’opéra à partir d’une remarquable « diversité » : dans certains pays, l’État conserva un rôle important dans l’économie, aussi bien à partir de politiques socio-réformistes (Venezuela et Costa Rica), que de politiques corporatives (Pérou, Panama, Cuba, Nicaragua et Mexique). En revanche, dans d’autres pays se développèrent des politiques monétaristes et libre-échangistes, que le régime soit démocratique (Colombie) ou autoritaire (Chili, Guatemala).

27C’est à partir des années 1990 que les pratiques institutionnelles et socioéconomiques de chacun des pays finirent par converger (Gomà, 1998). Au cours de la décennie précédente, on ne vit pas seulement apparaître une vague de démocratisation. Sur le plan économique, on abandonna progressivement les stratégies étatiques et régulatrices pour suivre deux lignes directrices : d’une part, l’adoption de politiques néolibérales inspirées par le FMI, et d’autre part l’ouverture des économies vers l’extérieur. En ce qui concerne les politiques d’ouverture économique vers le marché international, il faut signaler la réactivation de vieux projets d’intégration économique régionale (tels que le Marché commun centre-américain, MCCA, et le Pacte andin), l’apparition de nouvelles initiatives (comme l’Alena et le Mercosur), et la discussion de projets pour la création d’un marché commun au niveau de l’hémisphère (la Zone de libre commerce des Amériques, ALCA). De toutes ces initiatives, les plus remarquables furent les résultats des deux grands projets d’intégration commerciale hémisphérique (l’Alena et le Mercosur), qui sont actuellement et respectivement le premier et le troisième bloc commercial au monde. En ce qui concerne le Mercosur, le développement du commerce à l’intérieur du bloc a fait doubler, de 1990 à 1995, le commerce international des quatre pays (Schvarzer, 1998). Même si les chiffres sont encore bas (comparés à ceux de l’Union européenne) pour le Brésil et l’Argentine, l’évolution est si rapide que l’on peut espérer un niveau important de dépendance mutuelle au début du XXIe siècle. Quant à l’Alena, on constate qu’à la fin des années 1990, le volume d’exportations du Mexique a triplé par rapport à 1980 (Bulmer-Thomas, 1998 : 445). Au vu de cette situation, d’autres pays de l’hémisphère, et en particulier le Chili, se sont efforcés d’en faire partie.

28De toute façon, malgré l’enthousiasme général manifesté à l’égard de ces politiques, la participation latino-américaine dans le commerce mondial n’était encore que d’environ 4 % à la fin des années 1990, alors que le sous-continent représente presque 10 % de la population mondiale. Dans le même temps, plusieurs petits pays, rendus vulnérables à cause de la baisse des prix de leurs produits, n’avaient pas encore récupéré vers le milieu des années 1990 leur niveau d’exportations de 1980. Les effets de ce processus furent donc contradictoires car la concentration géographique des exportations augmenta, la participation des États-Unis s’accrut remarquablement dans le commerce extérieur de nombreux pays et la composition des exportations se fonda principalement sur des produits traditionnels (comme le cuivre chilien) ou sur des ressources naturelles « non-traditionnelles » (comme le charbon en Colombie). En fin de compte, les exportations de la région dépendirent toujours essentiellement de produits primaires, de sorte que les rentrées monétaires restèrent très sensibles aux fluctuations économiques extérieures (Bulmer-Thomas, 1998 : 447). Cependant, non seulement ce genre de politique fut maintenu, mais de nouveaux projets du même type furent établis. Ainsi, lors du Sommet des Amériques, tenu en 1994 à Miami, vingt-cinq chefs d’État de l’hémisphère s’engagèrent à créer, en 2005, une zone de libre commerce (l’ALCA), qui s’étendrait du territoire de Yukon à la Terre de Feu.

29Quant aux politiques néolibérales inspirées par le Fonds monétaire international, elles furent adoptées après la « décennie perdue », caractérisée par les contraintes de crédit imposées par la crise de la dette et par la récession économique. Leur application supposa un tournant. On passa de la gestion de la demande à la stimulation de l’offre, et de la création d’excédents publics à la recherche des bénéfices privés, puisque ceux-ci devaient assurer le bien-être collectif. Tout ceci s’opéra en même temps que la réduction de la marge de manœuvre nationale de tous les pays, en raison des conditions contraignantes imposées par la Banque mondiale et le Fonds monétaire international.

30Mais le nouveau modèle néolibéral n’affecta pas uniquement les politiques économiques. Il impliqua également la dérégulation massive des marchés du travail et la décapitalisation des services de santé, de l’éducation et du logement social, sans la création, en contrepartie, de programmes compensateurs en matière de politique de garantie des revenus. Dix ans plus tard, les effets de ces politiques débouchèrent sur le renforcement de la dualité sociale (Salama et Valier, 1997). Ce processus se manifesta très brutalement dans les pays d’Amérique centrale (à l’exception du Costa Rica), puisque l’ajustement s’opéra dans un contexte où la relation entre la dette extérieure et le PIB représentait le double de la moyenne latino-américaine (74 % contre 36 %), et où la dégradation des termes de l’échange atteignait des records (baisse en valeur d’environ 40 % des produits de la région, sur le marché mondial, au cours des quinze dernières années). Tout ceci dans une situation d’après-guerre : reconstruction, démobilisation des armées insurgées et de réduction des Forces armées (Cardenal et Martí, 1998).

31Le résultat de ces deux tendances (d’une part, l’ouverture économique vers l’extérieur et d’autre part, le démantèlement progressif de l’économie publique et la réduction des prestations sociales) a porté le coup de grâce au modèle d’État « national-populaire » mis en place dans le sous-continent entre les années 1940 et 1970. Ce changement de modèle entraîna une polarisation croissante autour du partage de la fortune, entre les nantis et le reste de la société. Ainsi, malgré une forte augmentation de la pauvreté à Buenos Aires à la fin des années 1990 (la part des pauvres passant de 29,9 % de la population en 1985 à 47 % en 1995), quelques 300 000 jeunes de la capitale assistèrent en 1998 à cinq concerts des Rolling Stones, chacun d’entre eux déboursant en moyenne cinquante dollars pour l’achat d’un billet (Salma et Valier, 1997 ; Vilas, 1998b).

32À la fin du XXe siècle, ces tensions ont provoqué un malaise général en Amérique latine. Les émeutes populaires à Caracas, les troubles dans le nord-est de l’Argentine, les grèves en Equateur, les marches paysannes au nord-est du Brésil, la décomposition sociale en Colombie et l’instabilité permanente dans les pays de l’Amérique centrale ont marqué l’histoire récente de ces pays. Bien sûr, l’humour noir n’a pas attendu pour se manifester. Comme le signalait un sociologue argentin (Vilas, 1998b), alors que plus de 90 000 personnes avaient été évacuées en raison des inondations provoquées par le phénomène climatique El Niño, la blague suivante circulait dans les milieux politiques : « Les inondations ne sont pas la conséquence de l’eau qui monte, mais plutôt du pays qui s’enfonce ». À cet égard, il serait sans doute intéressant de reprendre la phrase employée, au début de son livre sur l’histoire économique d’Amérique latine, par l’économiste Victor Bulmer-Thomas (1998) : « Pour les 30 % qui reçoivent 5 %, un rayon d’espoir ; pour les 5 % qui reçoivent 30 %, un avertissement ».

Une violence sans répit

33La décennie des années 1990 démarra avec de bonnes nouvelles : le processus de paix pour l’Amérique centrale semblait sur de bons rails. La victoire, en 1990, de Violeta Barrios de Chamorro aux élections du Nicaragua, portait un coup d’arrêt à l’agression des États-Unis et marquait le début de la démobilisation de la Contra. Un peu plus tard, en 1992, après douze ans de guerre civile au Salvador la paix était scellée à Chapultepec. Ces deux événements s’inscrivaient dans une dynamique conciliatrice, qui impliquait la fin d’un des conflits régionaux les plus graves de la décennie précédente. Le processus arriva à son terme avec la démilitarisation progressive du Honduras et, en 1996, avec les accords de paix du Guatemala. Cependant, ni la « pacification » de l’Amérique centrale ni la disparition d’un monde bipolaire ne signifièrent la fin de la violence dans le sous-continent. Celle-ci continua à marquer la vie politique et sociale de la région, en se manifestant sous de multiples formes.

34D’une part, la lutte armée continua en Colombie avec les Forces armées révolutionnaires de la Colombie (FARC), l’Armée populaire de libération (EPL), et l’Armée de libération nationale, (ELN) ; au Pérou, avec le Sentier lumineux et le Mouvement révolutionnaire Túpac Amaru, (MRTA) ; au Nicaragua, avec les recontras et les recompas (anciens contre-révolutionnaires et anciens sandinistes) ; au Mexique, avec l’EZLN, l’ERP et l’ERPI. D’autre part, les tensions frontalières se rallumèrent : en 1994, le Pérou et l’Équateur s’affrontèrent pour le contrôle de la sierra du Condor ; le Nicaragua se brouilla en 1997 avec le Costa Rica, puis, en 1999, avec le Honduras, pour des raisons territoriales.

35Néanmoins, un des phénomènes les plus remarquables fut la transformation de la « lutte armée ». Mis à part le phénomène du Sentier lumineux au Pérou (quasi éteint en 1992 après la détention de son chef charismatique), la violence politique cessa d’être un instrument « révolutionnaire » pour devenir un mécanisme de négociation avec l’État. L’exemple le plus frappant de cette évolution est le soulèvement du Chiapas, où les prétentions réformistes de l’EZLN n’excluent pas la tactique (habile et raisonnée) du recours aux armes. Les Zapatistes, dès leurs premières déclarations dans la forêt Lacandone, mirent l’accent sur des demandes « innovatrices » : la terre pour les paysans, la dignité pour les indigènes, la démocratie et des élections libres pour les Mexicains en général (Vázquez Montalbán, 1999). Dans le même temps, son porte-parole, le sous-commandant Marcos, déclara que l’EZLN n’envisageait pas de renverser le régime par les armes, mais qu’il userait des armes pour aider tous ceux qui n’avaient pas voix au chapitre. Ce modèle particulier de « mouvement armé » était sui generis, car sa survie dépendait plus de la « couche protectrice » créée par l’opinion publique nationale et étrangère que du calibre et de la quantité des munitions disponibles (Castañeda, 1995).

36Dans les autres cas, et plus particulièrement au Nicaragua (1991-1992), au Salvador (1992-1993), au Guatemala (1996-1997) et en Colombie (depuis 1999), les processus de négociation furent centrés sur les conditions d’insertion des insurgés dans la vie civile et sur l’obtention d’un partage équilibré des pouvoirs (Marti, 1997b). En ce qui concerne la Colombie, il est facile d’être d’accord avec les propos d’Hernández Gómez Buendía, selon lesquels, « en Colombie il n’y a pas de guerre civile, mais plutôt une guerre contre les civils » (Posada-Carbó, 2000 : 14).

37Une tout autre affaire est celle de l’impunité, par action ou par omission, qui caractérise parfois les opérations engagées au nom de l’État. Pour ce qui est de l’action, je soulignerai les différents épisodes de la militarisation du Chiapas et, en particulier, le massacre d’Acteal, en décembre 1997 ; la couverture de nombreuses actions paramilitaires en Colombie ; l’assassinat au Guatemala de monseigneur Girardi (48 heures après avoir présenté sa version finale du Projet pour la sauvegarde de la mémoire historique du Guatemala) ; l’exécution sommaire des membres du MRTA péruvien, qui firent irruption, en 1997, dans l’ambassade japonaise.

38Pour ce qui est de l’omission, il faut mettre l’accent sur la politique de l’oubli de nombreux gouvernements en ce qui concerne la violation systématique des droits de l’homme perpétrée par les régimes autoritaires qui les ont précédés (Garcia Jordan et al., 1998). L’impunité fut institutionnalisée par des lois d’amnistie, de point d’arrêt, d’obéissance due ou, plus simplement, en passant le sujet sous silence dans l’agenda politique. Il en va de même en Amérique centrale, où certains faits furent dévoilés par des Commissions de la vérité, mais sans entraîner l’inculpation des responsables. Malgré cela, les premières « confessions » de militaires argentins (dès 1994-1995), l’engagement de procédures judiciaires contre des membres de la Junte militaire argentine, contre de hauts dignitaires de la police politique chilienne (DINA), contre le dictateur guatémaltèque Ríos Montt et contre le général Augusto Pinochet, rouvrirent avec passion le débat de la mémoire historique. Il s’agit là, bien sûr, de phénomènes complexes et délicats, car la stabilité des institutions, les intérêts d’acteurs économiques importants et, surtout, l’imaginaire du pays, sont autant de facteurs qui entrent en jeu. En ce sens, comme le dit Habermas, « dans un pays sans histoire - ou ayant une histoire contestée - celui qui réussit à donner du contenu à la mémoire, à définir les concepts et à interpréter le passé, gagne l’avenir » (Blixen, 1998).

39De toute façon, le phénomène le plus remarquable et le plus tragique de la décennie réside dans la vertigineuse escalade de la délinquance et dans la banalisation de la violence, surtout chez les jeunes. L’apparition massive de pandillas, bandas, gans ou maras, qui imitent le vandalisme de leurs homologues des quartiers périphériques de villes comme Los Angeles ou Detroit, est une constante de la fin des années 1990. De fait, les politiques draconiennes d’ajustement ont des conséquences particulièrement tragiques pour les collectivités les plus démunies, comme le montre le phénomène des enfants (et adolescents) de la rue. Pour faire face à ce phénomène, la réaction des autorités est en général d’instaurer l’état d’urgence, d’appliquer un couvre-feu mal suivi, ou de militariser les secteurs les plus dangereux.

Les citoyens et la politique

40Malgré ce qui a été exposé plus haut, les années 1990 ont également permis l’apparition de manifestations porteuses d’espoir et de créativité, plus particulièrement dans le cadre de la « citoyenneté ». Une fois restaurés les droits civils dans la quasi-totalité du continent, de nombreux mouvements sociaux et de formations politiques qui, jusqu’alors, étaient restés dans la clandestinité, ont refait leur apparition. En outre, le retour à la démocratie a impliqué bien plus que la légalisation des partis ou la consolidation des institutions représentatives. À la fin de la décennie, la majorité des citoyens affichait une plus grande confiance envers les organisations sociales ou religieuses et envers la presse indépendante (47 % selon les données du Latino-baromètre de 1997), qu’à l’égard des formations politiques, de la justice ou des parlements (seulement 18 %).

41Cependant, le rejet individuel de quelques-uns des acteurs politiques présents dans les systèmes politiques actuels n’a pas provoqué le discrédit complet du système démocratique, bien au contraire : en 1998, 61 % des citoyens déclaraient préférer la démocratie, alors que 17 % appelaient de leur vœu un régime autoritaire. Une toute autre question est le degré de satisfaction concernant le « rendement » des « démocraties réellement existantes ». Comme on le constate dans le tableau suivant, seuls 27 % des personnes interrogées se déclarent satisfaites du système démocratique.

42Les raisons de cet apparent paradoxe entre le soutien affiché au système politique et le mécontentement qu’il suscite tiennent sans doute aux différents aspects qui ont été traités dans ce texte. L’un des principaux facteurs de cette logique est probablement l’augmentation des difficultés quotidiennes qui affectent de larges secteurs de la population. La profonde crise économique, les licenciements massifs d’employés du secteur d’État et la réduction drastique des services sociaux ont fait que les décisions prises au niveau du gouvernement ont durement touché le domaine domestique. Cette « politisation » de la vie quotidienne a entraîné une redéfinition des relations entre la sphère du public et celle du privé. À partir de ce moment, de nouveaux acteurs sociaux ont pris la relève de ceux qui avaient jusqu’alors agi sous couvert de l’action collective. Il s’agit d’individus regroupés autour d’identités sociales de base (mouvements de femmes, de jeunes, d’indigènes ou associations confessionnelles), d’intérêts spécifiques (réseaux écologistes ou environnementaux...), ou de besoins essentiels qu’il faut satisfaire (associations communales, mouvements de déplacés et de démobilisés...). Au cours de cette décennie, de telles collectivités se sont mobilisées afin d’obtenir les droits qui, jusqu’alors, n’étaient que virtuels. Cette mobilisation déboucha sur une croissance du sentiment d’efficacité sociale et politique, ainsi que sur une plus grande confiance à l’égard de l’organisation communautaire et des avantages qui découlent directement de l’exercice collectif de pressions (lobbying).

Tableau n° 1 : Soutien et degré de satisfaction à l’égard de la démocratie en Amérique latine

Préfère la démocratie

Degré de satisfaction

Costa Rica

80

51

Uruguay

80

52

Chili

54

27

Argentine

71

34

Bolivie

64

25

Panama

75

28

Venezuela

62

30

Brésil

50

20

Équateur

52

34

El Salvador

56

26

Honduras

42

20

Nicaragua

59

23

Guatemala

51

16

Mexique

53

11

Paraguay

59

22

Pérou

63

28

Colombie

60

16

Amérique latine

61

27

Source : Diamond, 1998.

43Pour conclure, on pourrait affirmer qu’une des caractéristiques les plus remarquables de cette décennie a été la prise de conscience progressive (bien que ni définitive et ni complète) de nombreux citoyens d’être des « citoyens de plein droit ». Cette évolution (qui dans certains pays est une première) a supposé une lutte complexe, un véritable combat livré grâce à la vision utopique d’un monde meilleur et plus juste, où subsiste encore le mythe d’une grande patrie latino-américaine, où chacun pourrait avoir une place au soleil.

44Or, c’est bien à cet effort obstiné qu’il faut souvent renvoyer les habitants de notre vieille Europe, si enclins, de nos jours, à tout démythifier. Cette attitude éminemment rationnelle aboutit souvent à briser de manière méthodique les miroirs dans lesquels nous nous observons, sous prétexte qu’ils renvoient de nous une image déformée. Pourtant, après avoir en théorie brisé tous les miroirs, nous nous apercevons qu’il en reste encore un : celui de la marâtre de Blanche-Neige, celui du « Miroir, miroir » qui nous répète (car c’est nous qui lui dictons les mots), que nous sommes les plus beaux. Il est symptomatique qu’à une époque qui prétend briser tous les miroirs, nous finissions souvent par nous attarder dans le narcissisme (Fernández Buey, 1998 : 11). Heureusement, l’Amérique latine héberge encore de nombreux mythes qui permettent aux citoyens d’imaginer leur avenir : c’est la rencontre encore hypothétique du mythe et du citoyen qui nous dira un jour si la décennie qui vient de s’achever peut être classée comme celle des opportunités ou comme celle des chimères.

Photographie n° 1 : Le palais national de Mexico, sur la place de la Constitution (Zocalo) était au cœur des manifestations organisées au XIXe siècle pour comémorer le Cinco de Mayo

Photographie n° 1 : Le palais national de Mexico, sur la place de la Constitution (Zocalo) était au cœur des manifestations organisées au XIXe siècle pour comémorer le Cinco de Mayo

Cliché : Alain Musset

Haut de page

Bibliographie

Aguilera, G. et Torres-Rivas, E., 1998, Guatemala. Del autoritarismo a la paz. Guatemala, Flacso.

Agüero, F. et Torcal, M., 1993, « Élites, factores estructurales y democratización » dans Revista de Estudios Políticos, n° 80 : 329-350.

Alcántara, M., 1999, Sistemas políticos de America Latina, Vol. I et II. Madrid, Tecnos.

Armon, J. (et al.), 1998, Guatemala 1983-1997 ¿Hacia dónde va la transición? Guatemala, Flacso, colección debate n° 38.

Blixen, S., 1998, La operación Cóndor. Barcelona, Virus.

Bulmer-Thomas, V., 1998, La historia económica de América Latina desde la independencia. México, FCE.

Cardenal, A.S. et Martí, S. (éd.), 1998, América Central las democracias inciertas. Madrid, Tecnos.

Castañeda, J., 1995, La utopía desarmada. Barcelona, Ariel.

Cohen, Y., 1994, Radicals, Reformers and Reactionaries. Chicago, The University of Chicago Press.

Couffignal, G. (éd.), 1997, Amérique Latine. Tournant de siècle. Paris, Éditions La Découverte et Syros.

Diamond, L., 1998, Political Culture and Democratic Consolidation. Madrid, WP/118 Instituto Jian March.

Fernández Buey, F., 1998, « Ernesto Che Guevara, ayer y hoy », dans García Jordán, P. (et al.) : Lo que duele es el olvido. Barcelona, Publicacions de la Universitat de Barcelona.

Figueroa, C., 1999, Los que siempre estarán en ninguna parte. La desaparición forzada en Guatemala. México, GAM-BUAP-CIIDH.

Flores Silva, M., 1996, « El resurgimiento del liderazgo político personalizado y los riesgos del neopopulismo », dans Loeza, S. (comp.) Reforma del Estado y democracia en América Latina. México, Colmex.

Font, J., 1998, « Las derechas centroamericanas : del anticomunismo al neoliberalismo » dans, Cardenal, A.S. et Martí, S. (éd.), 1998, : América Central las democracias inciertas. Madrid, Tecnos.

Higley, J. y Gunther, R. (éd.), 1992, Elites and Democratic Consolidation in Latin America and Southern Europe. Cambridge, Cambridge University Press.

García Jordán, P. (et al.), 1998, Lo que duele es el olvido. Barcelona, Publicacions de la Universitat de Barcelona.

Gomà, R., 1998, « Rendimientos sustantivos : Políticas económicas y sociales en la Centroamérica posrevolucionaria », dans Cardenal, A.S. y Martí, S. éd., 1998, América Central las democracias inciertas. Madrid, Tecnos.

Karl, T., 1995, « Dilemas de la democratización en América Latina », dans Reyna, J.L. (comp.), América Latina a fines de siglo. México, FCE.

Lamounier, B., 1997, « Brasil : ¿Hacia el parlamentarismo? », dans Linz, J.J. y Valenzuela, A. (éd.), 1997, La crisis del presidencialismo. 1. Perspectivas comparadas. Madrid, Alianza.

Leyva, X., 1999, « De Las Cañadas a Europa : niveles, actores y discursos del Nuevo Movimiento Zapatista, 1994-1997 », dans : Desacatos n° 1 : 56-87.

Linz, J.J. y Valenzuela, A. (éd.), 1997, La crisis del presidencialismo. 1. Perspectivas comparadas. Madrid, Alianza.

Martí, S., 1997, Nicaragua, 1977-1996. La Revolución enredada. Madrid, Ediciones La Catarata.

O’Donnell, G., 1997, Contrapuntos. Ensayos escogidos sobre autoritarismo y democratización. Buenos Aires, Paidós.

O’Donnell, G., Schmitter, P. et Whitehead, L., 1986, Transiciones desde un gobierno autoritario (4 vol.). Buenos Aires, Paidós.

Posada-Carbó, E., 2000, « ¿De las armas a la política? Dilemas y prespectivas de paz en Colombia », dans Revista de Libros n° 41 : 13-15.

Przeworski, A., 1985, Capitalism and Social Democracy. Cambridge, Cambridge University Press.

Salama, P. et Valier, J., 1997, « De la pauvreté et des moyens de l’accroître », dans Couffignal, G. (éd.), 1997, Amérique Latine. Tournant de siècle. Paris, Éditions La Découverte et Syros.

Schvarzer, J., 1998, « Mercosur : Perspectivas para la integración regional », dans www.nacla.org/spaned/may_jun_98/8.htm

Starn, O., Degrégory, C.I. et Kirk, R. (éd.), 1995, The Peru Reader. History, Culture, Politics. Durham, Duke University Press.

Torres-Rivas, E., 1998, « Los déficits democráticos en la posguerra », dans Cardenal, A.S. et Martí, S. (éd.), 1998, América Central las democracias inciertas. Madrid, Tecnos.

Vilas, C.M., 1998a, : « Democratización en los escenarios posrevolucionarios de Centroamérica », dans Cardenal, A.S. et Martí, S. (éd.), 1998, América Central las democracias inciertas. Madrid, Tecnos.

Vilas, C.M., 1998b, « En la línea de fuego. El menemismo y la política de oposición en Argentina », dans www.nacla.org/spaned/may_jun_98/4.htm.

Zermeño, S., 1996, La sociedad derrotada. El desorden mexicano del fin de siglo. México, Siglo XXI.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Sur les murs de Caracas, les trois plaies de la société moderne se partagent le fromage vénézuélien. Pour une grande partie de ses concitoyens, Hugo Chavez est l’homme providentiel qui balaiera les écuries d’Augias
Crédits Cliché : Alain Musset.
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/6545/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 390k
Titre Photographie n° 1 : Le palais national de Mexico, sur la place de la Constitution (Zocalo) était au cœur des manifestations organisées au XIXe siècle pour comémorer le Cinco de Mayo
Crédits Cliché : Alain Musset
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/6545/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Salvador Marti I Puig, « L’Amérique latine des années 1990 : la décennie des opportunités ou celle des chimères ? », Cahiers des Amériques latines, 35 | 2000, 140-160.

Référence électronique

Salvador Marti I Puig, « L’Amérique latine des années 1990 : la décennie des opportunités ou celle des chimères ? », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 35 | 2000, mis en ligne le 02 août 2017, consulté le 22 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/cal/6545 ; DOI : 10.4000/cal.6545

Haut de page

Auteur

Salvador Marti I Puig

Professeur de sciences politiques à l’Université autonome de Barcelone

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • OpenEdition Journals