Navigation – Plan du site
Information scientifique
Lectures

Irlys Barreira, 1998, Chuva de papéis. Ritos e símbolos de campanhas eleitorais no Brasil

Rio de Janeiro, Relume Dumará, 234 pages
Dominique Vidal
p. 184-185
Référence(s) :
Irlys Barreira, 1998, Chuva de papéis. Ritos e símbolos de campanhas eleitorais no Brasil. Rio de Janeiro, Relume Dumará, 234 pages

Texte intégral

1Fruit d’une série de recherches menées dans le Nordeste du Brésil entre 1985 et 1996, l’ouvrage d’Irlys Barreira étudie les campagnes électorales, les rituels qui les accompagnent et la production de symboles auxquels elles donnent lieu dans une approche anthropologique de la politique. À partir d’observations ethnographiques, d’entretiens et de sources documentaires constituées d’articles de presse et du matériel de propagande, sont analysés aussi bien des moments importants de la vie politique nationale que la trajectoire d’obscurs candidats au conseil municipal : l’élection à la surprise générale de la candidate du Parti des travailleurs (PT), Maria Luíza Fontenele, à la mairie de Fortaleza en 1985 ; la campagne itinérante du dirigeant de ce même parti, Luiz Inacio ʺLulaʺ da Silva, dans une Caravane de la citoyenneté qui le conduisit jusqu’aux confins du Brésil en 1994 ; les candidatures de trois femmes aux mairies de Natal, Maceió et Fortaleza en 1996 ; et les campagnes au poste de vereador de ʺleaders communautairesʺ issus des quartiers populaires de cette dernière ville en 1988, 1992 et 1996.

2Le livre s’organise en cinq parties. La première en précise l’objet et délimite son cadre théorique. Ce ne sont pas les résultats électoraux qui intéressent l’auteur, mais ʺles luttes électorales [...] comme portes d’entrée pour la compréhension de la vie sociale dans sa dimension symbolique, en tant que sorte de relief scénique de pratiques et de croyances, également présentes de façon plus subtile dans la vie quotidienneʺ (p. 13). L’étude des campagnes entend à ce titre montrer comment se construisent les formes de représentation et de légitimation politiques dans un contexte dominé par la distance entre les secteurs populaires et ceux qui entendent les représenter.

3La deuxième partie met en évidence la ʺconstruction spatiale de la représentationʺ, en insistant sur l’inscription territorialisée des campagnes électorales. Les pages consacrées à la Caravane de la citoyenneté, construite par opposition aux campagnes traditionnelles, montrent ainsi comment cette campagne entendait produire l’identification des exclus à la candidature de la figure de proue du PT à la présidence de la République autour d’événements et de discours où s’entremêlaient symboles politiques et religieux. De la même façon, les descriptions des temps forts des campagnes en milieu urbain révèlent comment les espaces populaires s’y trouvent temporairement valorisés dans une symbolique de la proximité entre les candidats et leurs habitants.

4La troisième partie s’interroge sur la signification à accorder au développement des candidatures féminines depuis le retour du Brésil à un régime démocratique. À travers l’analyse des trajectoires et des campagnes de plusieurs candidates, Irlys Barreira fait bien apparaître l’ambivalence de ce genre de parcours. Le fait de reposer sur les rôles habituellement associés au féminin permet en effet à ces candidates d’incarner les valeurs de rupture, de transparence et d’honnêteté selon une identité traditionnelle qui confine la femme dans un espace privé.

5La quatrième partie étudie les campagnes de ʺleaders communautairesʺ de Fortaleza aux élections du conseil municipal – ces élections suscitant dans les grandes villes brésiliennes des centaines de candidatures en milieu populaire. Le quartier en constitue l’espace, à la fois géographique et symbolique, où se manifeste ʺune autre façon de faire de la politiqueʺ (p. 162) qui construit le local en cadre de la représentation. Car il est ce lieu où résident ces candidats qui se prévalent de leur engagement associatif au service de la ʺcommunautéʺ et de leur connaissance de sa population pour en solliciter les suffrages.

6Dans le prolongement des précédentes, la dernière partie et la conclusion s’attachent à montrer combien les campagnes électorales représentent au Brésil un mode majeur de mise en relation de la sphère politique avec la vie quotidienne des plus démunis au travers de tout un ensemble de symboles qui tisse un lien entre candidats et électeurs.

7Le travail d’Irlys Barreira est, on l’a compris, à mille lieues des discours abstraits sur les difficultés de la représentation et de l’instauration de la démocratie. La richesse du matériel empirique qui étaye son argument en est indubitablement sa principale qualité. On pourra bien sûr regretter que trop peu de place soit consacrée à la réception de ces campagnes électorales par ceux qui en sont les destinataires ; une étude des représentations politiques et du rapport aux candidats des secteurs populaires aurait considérablement accru la portée du propos. Mais il n’en reste pas moins que ce travail constitue une somme considérable et originale sur la façon dont se fait effectivement la politique au Brésil, à l’abri des considérations normatives et polémiques qui traversent trop souvent la littérature sur le sujet.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Vidal, « Irlys Barreira, 1998, Chuva de papéis. Ritos e símbolos de campanhas eleitorais no Brasil », Cahiers des Amériques latines, 35 | 2000, 184-185.

Référence électronique

Dominique Vidal, « Irlys Barreira, 1998, Chuva de papéis. Ritos e símbolos de campanhas eleitorais no Brasil », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 35 | 2000, mis en ligne le 02 août 2017, consulté le 24 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/cal/6552

Haut de page

Auteur

Dominique Vidal

Université de Lille 3

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • OpenEdition Journals