Navigation – Plan du site
Information scientifique
Lectures

Dominique Vidal, 1998, La Politique au quartier. Rapports sociaux et citoyenneté à Recife

Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 234 pages
Danilo Martuccelli
p. 185-187
Référence(s) :
Dominique Vidal, 1998, La Politique au quartier. Rapports sociaux et citoyenneté à Recife. Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 234 pages

Texte intégral

1Dominique Vidal pose un regard ethnographique sur les manières dont le politique constitue le social et ce, au travers de l’expérience d’une population urbaine défavorisée. Une thématique de recherche elle-même induite par un processus historique, puisque comme l’auteur le signale au tout début de son travail, le but initial de la recherche était d’étudier les formes urbaines et populaires de la mobilisation collective dans le Brésil des années 1990. C’est face à la désaffection des associations d’habitants, une fois la démocratie rétablie, que le cadre de la recherche s’est élargi pour intégrer la perception et le déroulement de la vie politique au quotidien. La thèse majeure de l’ouvrage en émerge, à savoir que l’importante présence ʺdes catégories morales de quotidienneté dans le déchiffrement des activités politiques interdit une nette différenciation de la sphère politiqueʺ (p. 4). Une attitude qui mènera l’auteur à un examen attentif des ambivalences repérables autour de la notion de respect.

2L’enquête de terrain a été réalisée entre 1992 et 1994, dans le quartier de Brasília Teimosa, favela urbanisée de Recife d’environ dix-sept mille habitants, marquée par une importante différenciation interne. Le recueil des données proprement dit s’est appuyé sur trois méthodes. D’abord, soixante-quinze entretiens semi-directifs enregistrés. Ensuite, des observations de scènes de la vie quotidienne. Enfin, et comme il est de rigueur dans des études de ce type, un fourmillement de conversations informelles, rendues possibles par la confiance induite par une enquête de longue durée, qui en facilitant la familiarité avec le chercheur, lui ont permis de mettre à jour les tensions entre certains discours normatifs et les obligations morales au jour le jour.

3Pourtant, si le lieu de la recherche est bien la favela de Brasília Teimosa, l’auteur se garde bien de la traiter comme une communauté fermée et cohérente, tant elle ne cesse d’être l’objet d’une série de stratégies visant à définir ses bornes par le biais d’interventions sociales et de mobilisations électorales. D’autant que les habitants de la favela sont marqués par une forte hétérogénéité de situations individuelles et familiales, à commencer par les raisons de leur installation sur place, jusqu’à leur différenciation interne (profession, niveau d’instruction, revenus, pratique religieuse). Le résultat est un sentiment de méfiance généralisée parmi les habitants, se traduisant, au sein de la favela, par toute une série de stratégies visant à dessiner diverses frontières socio-spatiales par lesquelles les groupes qui s’estiment plus intégrés parviennent à écarter d’autres habitants.

4C’est dans ce contexte que l’auteur montre toute l’importance des associations dans la gestion politique de la vie au quotidien, notamment dans la régulation des conflits liés au partage de l’espace, mais aussi leur revers, à savoir les contradictions inscrites dans la structure même des politiques urbaines (comme en attestent les diverses tensions ainsi engendrées entre logiques ʺcommunautairesʺ et administratives, entre logiques participatives et d’usagers). Et c’est encore sur ce plan que doivent s’interpréter les très fines observations sur les diverses et profondes manifestations du discrédit du politique au quotidien (chapitre VI), sur les traits marquants de l’effervescence électorale, le rôle de cabos électoraux (les ʺentremetteursʺ des votes), les limites du clientélisme, ou encore, de manière plus anecdotique, sur la complexité du processus du vote lui-même (chapitre VII).

5Mais l’interrogation majeure de l’auteur se centre autour d’une question fondamentale : qu’est-ce qui fait tenir ensemble ce groupe hétérogène d’habitants ? ʺLa notion de respect exprime ce qui fait lien dans la société brésilienne pour ces individus en situation d’inférioritéʺ (p. 35). Autrement dit, l’idée forte et centrale de l’ouvrage est que le sens du lien politique procède de la manière dont le lien social est conçu, à travers une tension constante, bien exprimée par cette notion.

6La critique des thèses de Roberto DaMatta est à ce sujet déterminante. Pour l’auteur, l’ambivalence repérable autour du respect est moins une tension anhistorique entre la hiérarchie et l’égalité que le résultat d’une indétermination issue du moment où ʺla notion de respect a été appréhendée, à savoir lors de la proclamation des idéaux égalitaires et individualistes de la démocratie moderne dans un contexte de désorganisation et de déstructuration des formes anciennes du lien socialʺ (p. 86). C’est au cœur de cette formidable transformation historique que la notion de respect fait sens. Le respect (p. 84-85) apparaît ainsi tout à la fois comme un reste de vision hiérarchique, une visée vers l’égalité (ou vers une commune humanité – où se lit l’ombre de l’esclavage), et un refus d’accepter une société où les places sociales seraient originairement assignées.

7C’est cet arrière-plan, véritable matrice politico-sociale du lien social à Brasília Teimosa, qui permet en dernière analyse de donner sens aux pratiques quotidiennes. C’est ainsi, par exemple, que, différente de l’opposition entre ʺeuxʺ et ʺnousʺ qui a structuré l’expérience de la classe ouvrière en Europe, se fait jour ici une autre tension entre ʺrichesʺ et ʺpauvresʺ. Il s’agit moins de se distancier de l’autre, ou de s’opposer à son style de vie, que de rechercher son contact et sa proximité. La place de l’autre ʺdéteintʺ sur la sienne propre : si on est avec des ʺgens bienʺ, on est quelqu’un de bien. Mais à la différence du modèle nord-américain où la frontière a en quelque sorte empêché la constitution des classes, ici, pour l’auteur, c’est davantage une certaine représentation du lien social, fruit d’une indétermination des positions, qui alimente ce désir de contact. S’il ne s’agit plus vraiment de ʺse parer de la gloire du maîtreʺ, comme disait jadis Tocqueville, ce processus associe pourtant des éléments instrumentaux et symboliques. Instrumentaux, puisque dans une société comme la société brésilienne, on a besoin de ʺliens faiblesʺ, de contacts, pour pallier la vulnérabilité de la vie sociale. Mais également symboliques puisque, pour que l’individu puisse se rassurer sur sa place dans la société, il a besoin d’établir une sociabilité avec les ʺrichesʺ.

8Il en résulte une sociabilité particulière dont la notion de respect rend encore une fois fort bien compte. Le sentiment d’injustice prend alors une couleur particulière, celle du sentiment d’abus. Cela ne veut pas dire que l’interpellation au nom du droit et de la justice en soit absente, mais qu’aussi importante que soit institutionnellement cette réponse à l’abus, elle aurait plutôt tendance à s’effacer devant une exigence croissante de respect personnalisé. Le ʺricheʺ est moins critiqué pour l’inégalité sociale qu’il représente, que pour le manque de respect et l’arrogance dont il peut faire preuve dans la vie quotidienne. Quant au ʺpauvreʺ, au-delà de la distinction classique entre ʺmauvais pauvreʺ et ʺpauvre méritantʺ, il est à la fois stigmatisé et dans une position lui permettant, au nom d’une conception ʺholisteʺ, de revendiquer des ʺchosesʺ (plutôt que des droits à proprement parler).

9Mais le ʺrespectʺ rend également compte à la fois de la fragilité et de l’irréductibilité de l’individu. Son caractère constant participe déjà, malgré les tensions qu’il met à jour, du propre de l’individualisme moderne, défini par l’inquiétude (et non plus par l’obligation statutaire) du regard de l’autre. Ce qui à terme engage une représentation fort particulière du citoyen, toujours sous-tendue par des considérations morales, parfois fort éloignée de toute forme de participation politique, et gardant pourtant une parenté avec l’idée moderne de citoyenneté, puisque les demandes adressées à la puissance publique se font au nom de l’appartenance nationale. Comme le résume l’auteur, ʺle citoyen est avant tout celui qui voit sa pleine appartenance sociale reconnue, celui qui se considère et est considéré comme un humain et ne peut être rapproché de ce qui évoque la condition de l’esclave tenu à la lisière de la sociétéʺ (p. 150).

10On l’aura compris, l’intérêt majeur de cet ouvrage provient de sa capacité à analyser le lien politique à partir des représentation et pratique quotidiennes du lien social. La notion de respect, débarrassée de tout résidu culturaliste, est donc à interpréter presque comme un analyseur majeur de la société brésilienne. Mais l’étude proposée est d’autant plus importante que le problème excède pour beaucoup le cadre de cette seule société. Après tout, la montée en force des thèmes liés à la reconnaissance intersubjective est désormais au coeur de la réflexion sociologique contemporaine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Danilo Martuccelli, « Dominique Vidal, 1998, La Politique au quartier. Rapports sociaux et citoyenneté à Recife », Cahiers des Amériques latines, 35 | 2000, 185-187.

Référence électronique

Danilo Martuccelli, « Dominique Vidal, 1998, La Politique au quartier. Rapports sociaux et citoyenneté à Recife », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 35 | 2000, mis en ligne le 02 août 2017, consulté le 23 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/cal/6554

Haut de page

Auteur

Danilo Martuccelli

Université de Lille 3, CNRS-Cadis

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • OpenEdition Journals