Navigation – Plan du site
Information scientifique
Lectures

Michel Agier, 1999, L’Invention de la ville. Banlieues, townships, invasions et favelas

Amsterdam, Éditions des archives contemporaines
Angelina Peralva
p. 187-188
Référence(s) :
Michel Agier, 1999, L’Invention de la ville. Banlieues, townships, invasions et favelas. Amsterdam, Éditions des archives contemporaines

Texte intégral

1Au paradigme d’une ville globale, faiblement institutionnalisée et post-historique, mais aussi privilégiée, technique, et reproduisant à l’échelle planétaire les mêmes modèles de circulation, communication et consommation, Michel Agier oppose deux autres paradigmes, complémentaires : celui de la ʺville nueʺ, reconnaissable justement par son dénuement extrême et sa dépendance intégrale, ne disposant pour survivre d’autre secours qu’un secours humanitaire, ʺbiopolitiqueʺ ; et celle du ʺban-lieuʺ, zone majoritaire car la plus peuplée, située, dit-il, entre échec et réussite, entre inachèvement et précarité des destins. Le dernier paradigme fournit la trame du texte. Dans ces lieux de pauvreté et d’exclusion, en même temps perçus comme intensément relationnels, la ville s’élabore par le bas, en s’inventant une dynamique de l’inclusion et de l’intégration.

2Y a-t-il quelque chose de commun entre un quartier ethnique de Lomé, un quartier populaire de Salvador de Bahia et n’importe quelle banlieue française ? Oui, répond le livre : non pas les villes qui les abritent, mais l’expérience de l’urbain faite par leurs habitants. Refusant par parti pris intellectuel l’enfermement des pauvres dans des définitions sociales ou culturelles trop étroites, qui au bout du compte auraient raison de leur capacité d’action, Michel Agier décrit leur vécu citadin en termes d’incertitude, de bricolage et d’ouverture à l’avenir. Ce vécu est celui d’individus pris dans des réseaux de sociabilité et dans des appartenances multiples, autant de ressources qu’ils mobilisent dans l’effort pour donner du sens à leur vie et pour se construire en tant que sujets.

3Faisant le pari d’une dé-hiérarchisation méthodique du monde urbain, comme il nous est expliqué en conclusion, Michel Agier parvient à placer au cœur de l’expérience citadine le pauvre, le laissé-pour-compte des favelas, des invasions et des quartiers déguerpis, qui constituent l’autre face de la ville globale et qu’il rappelle ainsi à notre bon souvenir analytique. Le pari inverse, celui d’une montée en généralité qui, partant des sociabilités primaires, permettrait de saisir le moment de l’action politique comme leur prolongement naturel, sans être faux, me semble moins probant et moins réussi. Michel Agier formule très explicitement son hypothèse : ʺde nouvelles formes du débat politique sont créées à partir des réseaux et des lieux du niveau micro-social, et [...] peuvent atteindre un niveau d’expression local ou nationalʺ (p. 123).

4Certes. Mais on n’élimine pas, par là, un vrai problème de fond. Jusqu’à quel point la reconnaissance de l’action des pauvres, de leur capacité de construction par le bas d’une expérience citadine au sens le plus complexe du terme, peut-elle faire l’économie de la réinscription compréhensive de cette expérience dans des cadres socio-historiques régionaux et/ou nationaux dotés d’autonomie propre ? N’est-il pas vrai qu’entre les espaces ʺtrop pensésʺ des banlieues françaises et les espaces ʺimpensésʺ de Salvador de Bahia (p. 152-153) s’interposent des rapports sociaux et politiques particuliers, qu’une dynamique situationnelle n’est pas à même d’éclairer à elle seule ?

5Au-delà de ces considérations, faut-il penser la ʺville globaleʺ et le ʺban-lieuʺ comme des réalités qui se tournent radicalement le dos l’une à l’autre ? Ce n’est pas ce que suggère Michel Agier lorsqu’il réfléchit à la manière dont les pauvres investissent les espaces de l’industrie culturelle pour en faire des lieux de création publique. Quels liens réciproques se tissent alors entre les deux paradigmes ? Face à ces questions, l’analyse interactionniste atteint des limites indépassables. Je ne les aurais probablement pas évoquées, si l’auteur lui-même n’avait pas pris l’initiative de le faire. Car le voyage d’ethnologue dans lequel nous entraîne Michel Agier n’est pas seulement plaisant, il est aussi instructif et utile. Les questions qu’on se pose lorsqu’on a fini ce livre sont des questions auxquelles le livre même ne peut pas répondre. Mais ce sont des questions qu’il permet de poser – ce qui n’est pas rien.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Angelina Peralva, « Michel Agier, 1999, L’Invention de la ville. Banlieues, townships, invasions et favelas », Cahiers des Amériques latines, 35 | 2000, 187-188.

Référence électronique

Angelina Peralva, « Michel Agier, 1999, L’Invention de la ville. Banlieues, townships, invasions et favelas », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 35 | 2000, mis en ligne le 02 août 2017, consulté le 18 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/cal/6557

Haut de page

Auteur

Angelina Peralva

Diasporas (UTM), Cadis (Ehess-Paris)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • OpenEdition Journals