Navigation – Plan du site
Information scientifique
Lectures

Alejandro Isla, Mónica Lacarrieu et Henry Selby, 1999, Parando la olla : transformaciones familiares, representationes y valores en los tiempos de Menem

Buenos Aires, Flacso/Norma Ensayo, 294 pages
Guénola Capron
p. 188-190
Référence(s) :
Alejandro Isla, Mónica Lacarrieu et Henry Selby, 1999, Parando la olla : transformaciones familiares, représentationes y valores en los tiempos de Menem. Buenos Aires, Flacso/Norma Ensayo, 294 pages

Texte intégral

1Le beau titre de l’ouvrage Parando la olla, qui pourrait se traduire approximativement par ʺgagner le pain du ménageʺ, renvoie, à travers la référence à une expression populaire, aux stratégies et aux tactiques des familles des milieux populaires, autant qu’à l’évolution des rapports de sexe au sein des ménages (en particulier, l’émergence des femmes sur le marché du travail). Le sous-titre, moins poétique, explicite le contenu : il s’agit d’une étude sur ʺles transformations familiales, les représentations et les valeurs sous l’ère ménémisteʺ.

2Ce livre est le fruit de la rencontre entre des projets de recherche portant sur des lieux géographiques dispersés (Buenos Aires et San Miguel de Túcuman en Argentine, et, en contrepoint, Mexico) ; entre trois anthropologues aux spécialisations diverses (urbaine, sociale, économique, politique) ; entre des méthodes différentes (l’exploitation quantitative d’une enquête sociale – l’EPH –, l’analyse sémantique du discours). Son caractère protéiforme et polymorphe s’exprime dans l’étendue et la variété des champs abordés, annoncées par le sous-titre de l’ouvrage : les évolutions des familles pauvres urbaines (de leur structure, de leurs valeurs, des rapports de sexe) pendant l’ère néo-libérale en Argentine, leurs représentations des transformations économiques, leurs discours et leurs pratiques politiques.

3L’analyse privilégie le récit ténu, souvent confus et contradictoire, des narrations d’individus des ʺsecteurs populairesʺ argentins mais aussi de la classe moyenne fragilisée, donnant la parole aux ʺacteursʺ bourdieusiens. L’une des hypothèses principales est que la famille constitue l’un des lieux essentiels de la formation de la subjectivité et des valeurs sociales et politiques, en rapport avec l’insertion de la famille dans une trame de rapports sociaux, de cultures nationales et/ou régionales. Les auteurs s’interrogent sur les effets sociaux et politiques de l’imposition d’orientations néo-libérales depuis 1976, du démantèlement du syndicalisme et des droits sociaux, à partir d’événements significatifs : l’élection, en 1995, à la tête de la province de San Miguel de Túcuman, dans le nord-ouest argentin, d’un militaire fortement impliqué dans les exactions et les crimes de la dictature, le général Bussi ; les graves conflits sociaux des années 1995-1997 face à la crise des économies régionales ; le vote massif des pauvres en faveur de Carlos S. Menem, lors des élections présidentielles de 1995, alors que les taux de chômage étaient au plus haut.

4La comparaison entre l’évolution de la structure familiale dans deux villes aux cultures régionales distinctes (l’agglomération de Buenos Aires, plus ouverte et plus libérale, et San Miguel de Túcuman, à la mentalité plus conservatrice) et l’analyse des attitudes des individus interrogés quant à l’évolution de la condition des femmes et des valeurs familiales (chapitres 3 et 4), infirment l’hypothèse de travail de départ des auteurs : à la différence du Mexique, l’ère néo-libérale n’a pas eu de conséquences majeures sur la structure familiale dans un pays aux modèles démographiques et sociaux très occidentaux. On peut regretter que l’hétérogénéité des pauvretés, catégorie sociale et politique effectivement confuse, ne soit pleinement prise en compte que dans le chapitre 8 qui, avec son ensemble de récits de familles, aurait pu être plus commenté.

5Le décryptage des discours sur les transformations politiques, ainsi que des raisons du soutien indéfectible des ʺsecteurs populairesʺ à Menem (chapitres 5 et 6), est passionnant et relève d’une sémiologie sociale. Comment, en effet, interpréter les contradictions entre les conditions de vie des familles et le vote populaire massif en faveur de Menem (à Buenos Aires, notamment), alors que le libéralisme ménémiste ultra-orthodoxe piétinait allégrement l’une des valeurs sociales fondamentales du péronisme, le travail, et tandis que la campagne électorale de Menem en 1989 avait été centrée sur la révolution productive et le salariazo ? Comment comprendre l’élection d’un militaire dans la ville de San Miguel de Túcuman, où la guerre civile avait été, pendant la dictature, particulièrement violente, marquant profondément les mémoires ?

6Les auteurs pensent que le vote massif pour Menem, en 1995, s’explique à travers la confrontation entre le ménémisme et la figure de Menem d’un côté, et les conditions de vie des ménages dans une période marquée par la succession hyperinflation/hyperconsommation/hyperchômage de l’autre. Si le ménémisme, ensemble flou de concepts et d’idées politiques plus ou moins hérités du péronisme (le travail, le salariazo...), a rapidement été mis de côté, c’est surtout la figure de Menem qui a bénéficié au mouvement. Celui-ci, habile manipulateur et prestidigitateur du monde politique post-moderne, a bien compris l’utilisation qu’il pouvait faire des médias, en exploitant parfaitement les différentes facettes de son identité (l’animal politique ʺloyalʺ ; l’homme ordinaire, père de famille, sportif ; l’animal sociable, le mondain ; la figure charismatique du sauveur...). À partir de 1992, la stabilité, qui a ouvert les vannes de la consommation après le traumatisme de l’hyperinflation de 1989, acquiert une valeur transcendantale, surtout à Buenos Aires, même si elle entraîne une montée en flèche du chômage à partir de 1995. Tandis que le chômeur devient une catégorie sociale vécue, c’est toujours le travail, non plus comme valeur sociale mais comme sésame de la consommation, qui encadre les représentations sociales et motive le vote en faveur de Menem : ainsi, ʺon était mieux sous Menemʺ. L’agitation du fantasme de l’hyperinflation a permis à celui-ci de se maintenir au pouvoir.

7À San Miguel de Túcuman, ʺon vivait mieux sous les militairesʺ. L’ordre (militaire et non civil), le respect et l’autorité (masculine) constituent les valeurs ʺhégémoniquesʺ (selon le concept gramscien) de la vie quotidienne, constitutives des rapports sociaux et des subjectivités. Elles permettent d’établir un lien entre le contexte politique et économique, les conduites électorales (l’élection de Bussi) et les jugements moraux, notamment sur les rapports sociaux de sexe restés très traditionnels à San Miguel de Túcuman. La démocratie, qui suppose le consensus mais est aussi, dans les représentations, synonyme de corruption, apparaît alors comme synonyme de désordre et justifie les régimes de mano dura.

8En filigrane, on peut ainsi lire quel est le sens du politique en Argentine et quelles en ont été les transformations pendant la période ménémiste. Le politique est souvent jugé à l’aune de valeurs morales (la loyauté, la vérité...). À San Miguel de Túcuman, le champ de l’autorité familiale (dont la figure est le père) fait appel au registre militaire, et, partout, le champ politique tend à être régi par le vocabulaire et les valeurs morales (l’ordre, la fermeté, la dureté) des militaires et de la police, fortement appréciés par la population. Enfin, la délégitimation du politique qui accompagne la place prise par la corruption dans le discours des gens sous l’ère ménémiste, fait écho à l’importance acquise par les médias dans la construction de l’image des hommes politiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guénola Capron, « Alejandro Isla, Mónica Lacarrieu et Henry Selby, 1999, Parando la olla : transformaciones familiares, representationes y valores en los tiempos de Menem », Cahiers des Amériques latines, 35 | 2000, 188-190.

Référence électronique

Guénola Capron, « Alejandro Isla, Mónica Lacarrieu et Henry Selby, 1999, Parando la olla : transformaciones familiares, representationes y valores en los tiempos de Menem », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 35 | 2000, mis en ligne le 02 août 2017, consulté le 19 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/cal/6559

Haut de page

Auteur

Guénola Capron

CNRS-GRAL

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • OpenEdition Journals